Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Guy de Maupassant

La mère-province dans l’œuvre de Maupassant

Sylvie Deboskre

Texte intégral

1La représentation de la province dans la création de Maupassant – et plus spécifiquement de la Normandie – apparaît symbolique de l’univers maternel : la région normande était la “patrie” de la mère et les séjours qu’y effectuait l’écrivain constituaient pour lui un retour aux sources. Ancré dans la capitale, Maupassant n’en demeurait pas moins indéfectiblement attaché à sa province, à ses origines. C’est ainsi que l’on peut déceler une symbolique maternelle dans le paysage normand d’Une Vie et de Pierre et Jean, ou même l’Auvergne de Mont-Oriol.

2Le décor montagneux de Mont-Oriol figure également le caractère protecteur du ventre maternel, et notamment les vallons, qui sont partie intégrante du paysage de l’enfance de Maupassant en Normandie, ainsi que tous les lieux synonymes de profondeur et de creux.

  • 1 Cette hypothèse a été développée par Thérèse et Fabrice Thumerel dans Maupassant, Armand Colin, Col (...)

3C’est dans la vallée que naissent les rêves d’“envol” des amoureux1. Envol vers les cieux, vers l’idéal et pourquoi pas au temps du bonheur parfait des origines, lorsque la mère et l’enfant vivaient en osmose totale ?

4S’envoler du val équivaudrait à sortir du ventre maternel, sans toutefois renoncer totalement à la symbiose avec la mère. Le val est synonyme de protection, comme la plupart des éléments du paysage littéraire de l’écrivain, en particulier dans Mont-Oriol : les gorges, les grottes sont des lieux privilégiés de rencontre et de promenade des deux amoureux. Ces lieux sont synonyme de profondeur et de “creux Lorsqu’ils sont de plus emplis d’eau, le bonheur est total et l’assimilation à l’espace maternel se précise.

5C’est ainsi que Paul et Christiane découvrent, au fond d’un cratère, un lac à l’eau miroitante dans laquelle se reflète le bleu du ciel. Ce lieu symbolise pour eux la plénitude du bonheur :

  • 2 Mont-Oriol, Romans, Pléiade, p. 553.

Ils vivraient là, dans le silence, sous les arbres, au fond de ce cratère qui contiendrait toute leur passion, comme l’eau limpide et profonde dans son enceinte fermée et régulière, sans autre horizon pour leurs yeux que la ligne ronde de la côte, sans autre horizon pour leur pensée que le bonheur de s’aimer, sans autre horizon pour leurs désirs que des baisers lents et sans fin.2

6Cette plénitude est singulièrement comparable à celle de l’enfant dont le bonheur est tout entier contenu dans “[l’] enceinte fermée et régulière” du ventre de la mère. Paul et Christiane conçoivent la félicité en osmose avec l’élément maternel, dans le refuge qu’il constitue. Une telle félicité dans un paysage intouché par la main humaine s’apparente à un retour aux origines, aux premiers hommes dont la fusion avec la Nature (donc avec la Mère originelle) était totale, qui n’avaient pas encore réalisé les progrès et les constructions nécessaires leur permettant de couper le cordon ombilical d’avec cette Mère, de la mieux comprendre et maîtriser.

7La mer représente également un lieu de protection identifiable au cocon maternel. Elle est assimilable, dans l’œuvre de Maupassant, au pays de Caux, le pays rassurant des racines. Jeanne (Une Vie) vit en osmose avec ses parents – et la mer – depuis sa naissance. L’élément marin, dans lequel elle aime à se baigner, est une sorte d’instance maternelle idéale où elle bénéficie du sentiment de protection totale de l’enfant dans le ventre de sa mère.

8A sa sortie du couvent, Jeanne se met à prendre des bains :

  • 3 Une Vie, Romans, p. 17.

elle se sentait bien dans cette eau froide, limpide et bleue qui la portait en la balançant. Lorsqu’elle était loin du rivage, elle se mettait sur le dos, […] les yeux perdus dans l’azur profond du ciel3.

9Le ventre géant de la mer est en quelque sorte, pour la jeune fille, un rempart contre le reste du monde, rempart derrière lequel elle peut s’abriter en idéalisant ce monde, délicieusement protégée par les entrailles de l’océan.

10La relation à la mer, dans Pierre et Jean, est une mise en abyme plus complexe du rapport à la mère. Pierre, le fils trahi, éprouve des sentiments ambivalents vis-à-vis de l’eau, comme vis-à-vis de sa mère. Toutefois, quels que soient ces sentiments ou les événements qui surviennent dans le cours du roman, le jeune homme se sent irrésistiblement attiré vers le port, vers la mer. Il ne peut jamais demeurer loin de l’instance maternelle, protectrice et perfide. La relation à l’eau ne peut être rompue, qu’elle soit placée sous le signe de la tendresse, de l’angoisse ou de la haine, du rejet. Pierre aura besoin sans cesse de ce rapport ambigu passion-haine à la mer et à la mère pour exister.

11Leur association dans une même scène paraît synonyme d’harmonie. Harmonie entre mer paisible et mère rassurante, “transparente” pour son fils (du moins le croit-il) ; le roman s’ouvre sur une partie de pêche en mer qui rassemble toute la famille, promenade que Madame Roland vit même dans une sorte de béatitude :

  • 4 Pierre et Jean, Romans, p. 723.

Depuis le départ, elle s’abandonnait tout entière, tout son esprit et toute sa chair, à ce doux glissement sur l’eau. Elle ne pensait point […] il lui semblait que son cœur flottait comme son corps sur quelque chose de moelleux, de fluide, de délicieux, qui la berçait et l’engourdissait.4

12Cet accord est symbolique de l’état d’esprit de Pierre qui, à ce stade de l’intrigue, désire simplement s’établir au Havre, près de la mer – et de sa mère, concevant son bonheur dans cette union.

  • 5 Ibid., p. 738.

13Après l’annonce de l’héritage de Jean, Pierre, en proie à des sentiments plus confus qu’il a lui-même quelque peine à analyser, se met à rêver d’évasion en regardant la mer. Il la perçoit toujours de façon positive mais cette fois comme un moyen de s’éloigner des siens, éprouvant l’envie de “[s’] en aller avec tous ces bateaux”, vers “des pays aux grandes fleurs et aux belles filles pâles ou cuivrées”, des pays de “contes de fées” pour adultes, [remplaçant] “la belle au bois dormant”5.

14Toutefois, cette allusion aux contes de fées – même si la forme de ces contes a changé – sonne encore comme un rappel inconscient de l’enfance, des récits faits par la mère durant les premières années de la vie pour transmettre le rêve. La mer, tout en éloignant de la mère, prendrait le relais de celle-ci en menant Pierre vers ses chimères. Le jeune homme ne désire donc pas encore rompre la relation à l’univers maternel.

15C’est sa décision de s’engager dans la marine qui marque un tournant véritable dans son rapport avec cet univers maternel et avec l’eau : la cohabitation devient impossible, Pierre doit opérer un choix, en l’occurrence la mer lui permettra cette fois d’accomplir la rupture avec sa famille et surtout avec Madame Roland.

  • 6 Pierre et Jean, Romans, p. 823.
  • 7 Sur l’eau, Contes et nouvelles, Pléiade, t. I, p. 55

16Dès qu’il apprend l’adultère de cette dernière, la mer lui apparaît, elle aussi, trompeuse ; elle n’est plus l’élément sécurisant qu’elle incarnait auparavant pour lui. Certes, il rêve de s’y fondre en devenant marin mais il s’agit là plutôt de l’expression d’un désespoir, peut-être même d’une forme de défi lancé à l’océan, le marin devant lutter sans cesse pour assurer sa domination sur la mer, afin qu’elle ne le “prenne” pas. Le conflit permanent qu’il mènera désormais avec la mer remplace le conflit – sans doute inévitable – qu’il aurait vécu avec la mère. Cette transposition n’est pas innocente : la mer représentait le cadre protecteur et rassurant dans lequel Pierre avait grandi et s’était épanoui, près du port. Une fois le cocon de l’enfance éclaté, Pierre pénètre dans un monde d’agressivité et d’aventure : il se sent en proie à “l’affolement d’une bête sans abri […] que toutes les forces brutales du monde vont assaillir”6. Au large, la mer possède en effet une autre dimension : elle est plus “virile”, nécessitant un affrontement au corps-à-corps avec elle. Elle devient l’incarnation d’une femme-mère “virilisée” ; “[…] souvent dure et méchante […]” mais cependant “loyale”7. En tout cas, Pierre aura désormais une tout autre vision de la mer, comme de la mère. Elle incarnera toujours la menace, la contrainte : Pierre devra demeurer sur le bateau, loin des siens, subissant la mer, ne la choisissant plus, à l’inverse de ce qui se passait lors des promenades d’autrefois. Contraint par la mer tout comme il l’est de vivre avec une image irrémédiablement changée de sa mère.

17La mer rythme donc tout le récit : du début à la fin, elle en est le lieu même, le point central de toutes les péripéties. C’est au terme de la partie de pêche en mer – dans la première scène – que les personnages principaux apprennent la nouvelle décisive de l’héritage.

  • 8 Marie-Claire Ropars-Wuilleumier, “Lire l’écriture”, Esprit, 1974, no 4, p. 806.

18Les deux frères vivent de plus, depuis leur enfance, dans un décor maritime et toutes leurs promenades favorites se déroulent au bord de la mer. Marie-Claire Ropars-Wuilleumier note les menus conflits de Pierre et Jean au sujet de l’élément aquatique, symbolisant le conflit qui les oppose à propos de leur mère8. Pierre, contemplant la mer au cours d’une promenade solitaire, est “mécontent” de l’arrivée de Jean, d’avoir été privé de la mer par la présence de son frère. D’autre part, Jean, grâce à ce fameux héritage qu’il doit à la liaison de sa mère, acquiert un appartement “ayant vue sur la mer” que Pierre convoitait. L’appropriation de la mère par Jean se double donc symboliquement de cet achat, comme si Jean décidait de vivre le plus possible en symbiose avec l’élément maternel.

19C’est donc en quelque sorte par et pour l’élément aquatique, présent comme décor ou comme lieu même de l’action, que se fait ou se défait celle-ci : Pierre disparu à l’horizon dans son bateau, l’histoire “mourra” comme engloutie par les flots : la mer a pris l’histoire, comme elle a pris Pierre, la boucle est bouclée, le récit peut s’achever sur cette évocation d’une Mer-Mère Nature triomphante qui conférera une nouvelle naissance à Pierre, lequel rompra avec ses parents mais pour retrouver la mère par figure, par l’intermédiaire de la mer. Jean restera le fils bâtard de Madame Roland et Pierre sera désormais celui de la mer ; l’histoire s’achève donc sur une éviction totale de l’instance paternelle.

20Au-delà de la bâtardise des protagonistes, c’est donc le texte lui-même qui est bâtard puisque ne pouvant se dire, se dérouler et se conclure que par mer interposée :

  • 9 Ibid., p. 822.

L’espace du texte et celui de la mer se confondent initialement : l’une engendre l’autre qui la prend à son tour comme surface d’inscription pour annoncer son récit, le refléter ou l’absorber dans la naissance-absence du retour final à la mer, ce lieu de l’avènement désiré et mortel.9

21D’autre part, Une Vie, l’œuvre “normande” majeure de Maupassant, possède sans conteste une connotation maternelle jusque dans le choix de l’héroïne. Maupassant recrée sa mère – son double – sous la forme de Jeanne.

22En dépit des différences de tempérament entre Laure de Maupassant et l’héroïne d’Une Vie – la première a une personnalité affirmée alors que la seconde se caractérise par sa passivité –, Maupassant semble avoir imaginé certaines similarités de destinée : comme sa mère, Jeanne est mal mariée à un coureur de jupons. Toutefois, il ne s’agit ici que d’une ressemblance anecdotique, qui pourrait très bien ne pas être le fruit d’une démarche réfléchie de création.

  • 10 Antonia Fonyi, préface à Une Vie, GF- Flammarion, 1993, p. 23 ; c’est nous qui soulignons.

23Beaucoup plus significative est, en revanche, la description de la solitude et de la vie morne de Jeanne qui semble faire miroir aux lettres de Laure insistant sur le silence oppressant, la grisaille, la monotonie de sa vie à Etretat en hiver. Antonia Fonyi, dans sa préface à Une Vie, fait notamment référence à une lettre de Laure à Flaubert, écrite précisément à l’époque où Maupassant commence son roman : “[…] je suis ici, à Étretat, tout engourdie par les influences narcotiques de l’hiver, du silence et de la solitude.” Alain Buisine a noté la fréquence du terme “engourdissement” dans “Une Vie”, terme représentatif de la tonalité léthargique dominante. Il a été emprunté peut-être au vocabulaire de la mère. Il correspond certainement à l’état où elle passe, à cette époque, la majeure partie de sa vie”10.

  • 11 Une Vie, Romans, p. 65 ; c’est nous qui soulignons.
  • 12 Ibid., p. 63 ; c’est nous qui soulignons.
  • 13 Ibid., p. 110 ; c’est nous qui soulignons.
  • 14 Voir à ce propos Alain Buisine, Commentaires d’Une Vie, Le Livre de Poche, 1983, p. 239 et 240.

24En effet, la tonalité du roman semble refléter celle de l’univers de Laure : pesanteur d’un ennui étouffant (“elle [Jeanne] se demanda […] si elle allait aussi être saisie par cette léthargie morne des habitudes que rien n’interrompt”11 ; “Quelque chose l’appesantissait comme le pressentiment des longs ennuis de la vie monotone qui commençait”12) et surtout absence de couleurs correspondant à l’état d’esprit du personnage. Absence de couleurs à une exception près, cependant : le noir, cette teinte négative, indifférenciée, pour signifier la tristesse sans fond, l’absence d’espoir de Jeanne (“Décembre s’écoulait lentement, ce mois noir, trou sombre au fond de l’année”13). Nous retrouvons ici la tristesse des hivers de Laure. Sinon, tout se dilue dans le gris – la couleur du demi-deuil qui ne représente plus l’intense douleur mais la résignation –, dans le Même14.

  • 15 Une Vie, Romans, p. 66 et 67 ; c’est nous qui soulignons.

25Décoloration du décor et décoloration de la vie se confondent : “ainsi que les vieux fauteuils de salon ternis par le temps, tout se décolorait doucement à ses yeux, tout s’effaçait, prenait une nuance pâle et morne15.

26“Morne”, telle semble être l’existence de Laure. La tristesse maternelle atteint souvent Guy, par mimétisme, par identité de nature aussi. Deux lettres envoyées par l’écrivain à sa mère attestent leurs sensibilités très proches :

J’éprouve souvent, quand je me trouve seul devant ma table avec ma triste lampe qui brûle devant moi, des moments de détresse si complets que je ne sais à qui me jeter. Et je me disais souvent dans ces moments-là, l’hiver dernier, que tu devais avoir aussi d’affreuses tristesses pendant les longues et froides soirées de décembre et de janvier. (Septembre 1873)

27Dans la même veine, en septembre 1875 :

  • 16 Ces deux lettres ont été reprises par Antonia Fonyi dans sa préface à Une Vie, GF-Flammarion, 1993, (...)

[…] je m’effraye beaucoup pour toi ta solitude absolue où tu vas te trouver cet hiver, je vois les longues soirées que tu passeras seule à rêver tristement à ceux qui seront loin, rêves dont tu sortiras malade et découragée ; et bien souvent, certainement, pendant les interminables soirs d’hiver quand je serai seul à travailler dans ma chambre, il me semblera t’apercevoir, assise sur une chaise basse et regardant fixement ton feu.16

28Maupassant imagine sa mère, assise au coin du feu comme s’il voyait, dans une hallucination, son double en mélancolie et en angoisse.

  • 17 Antonia Fonyi, préface à Une Vie, op. cit., p. 23.

29L’hiver et son lot de journées sombres, de solitude et de silence – thème qui revient comme un leitmotiv dans Une Vie – paraît hanter de la même façon l’écrivain et sa mère. Maupassant semble avoir tenu à retranscrire fidèlement la morosité et l’angoisse diffuses de ces moments dans son roman, les décrivant en détail, comme s’il écrivait un journal intime, se tenant au plus près de la sensation, vivant la psychologie de son héroïne de l’intérieur. “Pour contempler son modèle, il lui suffira de regarder en lui-même”17, écrit d’ailleurs Antonia Fonyi. Maupassant est le reflet de sa mère et, d’une certaine manière, il est donc Jeanne, portant en lui les angoisses de la mère et les émotions de son héroïne.

30L’écrivain déraciné a peut-être voulu, en recréant sa mère dans Une Vie, se mettre lui-même en scène dans ce roman des origines, et donner ainsi une réalité fictionnelle à son angoisse et à sa solitude : en “écrivant” son double négatif, il peut parvenir à le chasser – du moins momentanément – puisque, par le biais de la création de ce personnage de fiction, il le reconnaît comme un double extérieur à lui-même et non plus comme un double intériorisé qui prendrait possession de son être. De surcroît, Une Vie est l’œuvre fondatrice de sa carrière de romancier, son œuvre-mère, de laquelle il doit parvenir à se détacher pour se forger une identité nouvelle. Ses romans suivants – à l’exception de Bel-Ami – seront encore marqués de l’empreinte provinciale (comme nous l’avons vu à propos de Pierre et Jean et de Mont-Oriol) puis Maupassant, dans ses dernières créations romanesques, paraîtra se tourner résolument vers les intrigues “parisiennes” : Fort comme la Mort et Notre Cœur sont centrés autour de la description des milieux mondains de la capitale, aux antipodes de ses premiers récits, comme si l’écrivain avait enfin réussi à tenir ses origines à distance, sans les nier.

31Si la relation à la mère semble être restée toujours aussi forte, Maupassant a peut-être tenté, cependant, de se situer du côté du père au cours des dernières années de sa vie. Paris est en effet le lieu qui le rattache à la figure paternelle. En s’identifiant plus étroitement à cette ville que par le passé, Maupassant ne se rapproche certes pas affectivement de son père, puisque les affinités entre les deux hommes ont toujours été inexistantes, mais affirme une identité masculine face à la mère. On ne peut en déduire que Maupassant dresse ainsi le père contre la mère et la capitale contre la province, mais cette évolution, dans ses intrigues romanesques, peut être considérée comme mimétique d’une autre évolution, celle de l’homme et de l’écrivain, qui aurait enfin réussi à s’affranchir du lien de la mère-province pour endosser une identité paternelle-masculine dans la capitale.

Notes

1 Cette hypothèse a été développée par Thérèse et Fabrice Thumerel dans Maupassant, Armand Colin, Collection “Thèmes et œuvres”, 1992, p. 109.

2 Mont-Oriol, Romans, Pléiade, p. 553.

3 Une Vie, Romans, p. 17.

4 Pierre et Jean, Romans, p. 723.

5 Ibid., p. 738.

6 Pierre et Jean, Romans, p. 823.

7 Sur l’eau, Contes et nouvelles, Pléiade, t. I, p. 55

8 Marie-Claire Ropars-Wuilleumier, “Lire l’écriture”, Esprit, 1974, no 4, p. 806.

9 Ibid., p. 822.

10 Antonia Fonyi, préface à Une Vie, GF- Flammarion, 1993, p. 23 ; c’est nous qui soulignons.

11 Une Vie, Romans, p. 65 ; c’est nous qui soulignons.

12 Ibid., p. 63 ; c’est nous qui soulignons.

13 Ibid., p. 110 ; c’est nous qui soulignons.

14 Voir à ce propos Alain Buisine, Commentaires d’Une Vie, Le Livre de Poche, 1983, p. 239 et 240.

15 Une Vie, Romans, p. 66 et 67 ; c’est nous qui soulignons.

16 Ces deux lettres ont été reprises par Antonia Fonyi dans sa préface à Une Vie, GF-Flammarion, 1993, p. 23.

17 Antonia Fonyi, préface à Une Vie, op. cit., p. 23.

Auteur

Université de Lille III

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540