Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Guy de Maupassant

Paris/Province : Maupassant passé en revues

Emmanuel Vincent

Texte intégral

— Vous êtes tous aussi folâtres à Orléans ?
— Ne m’en veux pas, ma chère, je cherche de quelle section je pourrais bien parler à ma femme !
— Tu lui parleras de ma petite exposition particulière !
Dessin de Payen.

1Habituellement, la province est représentée dans les livres et dans les revues par la mise en fiction de son espace géographique, mais elle peut aussi se manifester, grâce à ces mêmes supports écrits, en tant que lieu d’édition à part entière. Se pose alors la question de son rayonnement éditorial face à la toute-puissante capitale, reconnue, à la fin du XIXe siècle, comme le siège de la vie littéraire. À de rares exceptions près, les textes de Maupassant paraissent, en première publication, dans des périodiques parisiens, avant d’être recueillis en volumes. Le Gaulois et le Gil Blas, quotidiens à large diffusion, le comptent comme un de leurs collaborateurs les plus réguliers. Des Dimanches d’un bourgeois de Paris aux « Tombales », recueillies en 1891 dans La Maison Tellier, la plupart de ses textes y paraîtront en préoriginale, c’est-à-dire en “avant-première sortie” en librairie. Forts de leur audience nationale, les revues et les journaux parisiens n’ont pourtant pas l’exclusivité de ses œuvres. La presse provinciale rivalise avec ses moyens, modestes, le plus souvent en reproduisant des textes déjà publiés à Paris. L’emprunt aux grands quotidiens permet alors aux feuilles locales de s’attacher la collaboration de Maupassant à moindre frais, la saveur de l’inédit, plus que jamais au goût de l’époque, semblant réservée à certains grands confrères parisiens, assez puissants pour rétribuer l’auteur à la ligne. Il s’ensuit que les textes circulent entre les périodiques de Paris et de la Province, parfois via les volumes (recueils de contes et nouvelles, récits de voyage qui compilent des chroniques, etc.) édités à la capitale.

2Avant même sa réussite littéraire, Maupassant avait très bien exprimé l’enjeu que représentaient ses collaborations journalistiques :

  • 1 G. Suffel, Correspondance de Guy de Maupassant, t. I, lettre no 89, p. 156.

L’avantage énorme de ces publications dans les journaux, c’est que cela vous porte à tous les coins de la France [sous-entendu en Province], vous fait entrer de force dans les mémoires comme ces graines de plantes que le vent va semer à des centaines de lieues (lettre à sa mère, Paris, 21 mars 1878)1.

  • 2 Une liste complète des textes de Maupassant parus dans le Journal de Rouen est livrée en appendice.

3Autrement dit, ce mode de diffusion aide non seulement l’écrivain à se faire connaître du tout Paris, mais il contribue aussi à élargir son public hors capitale. Éditions régionale ou nationale, il s’agit avant tout de conquérir un lectorat potentiel, disposé par la suite à acheter ses livres. Parmi les collaborations extra-parisiennes de Maupassant, le Journal de Rouen illustre parfaitement les liens qui se sont tissés entre les journaux de la capitale et leurs homologues provinciaux. De plus, la plupart de ces collaborations sont inédites : aucune bibliographie (ou étude) ne les a répertoriées jusqu’ici2.

4De 1882 à 1893, le Journal de Rouen publie une quarantaine de textes de ou sur Maupassant, selon une périodicité variable. Cette collaboration irrégulière est surtout faite d’emprunts aux grands périodiques parisiens comme la rédaction l’indique quelquefois. Le Journal de Rouen propose tous les types de reprises possibles, de l’extrait au texte intégral. En règle générale, ces reproductions ne se font pas toujours à l’identique, mais avec des variations plus ou moins sensibles de l’inédit à la reprise. Pour ne retenir que cet exemple, plusieurs fragments d’une chronique sont publiés le 9 mai 1 886 sous le titre “La Rage”, avec cette note :

Notre compatriote, M. Guy de Maupassant, vient de dire son mot sur la rage, dans une chronique adressée au Gil Blas et intitulée : Un Miracle.

5À titre indicatif, les emprunts sont également explicites lors des reprises, fragmentaires ou non, des chroniques “Gustave Flaubert”, “Souvenirs”, “La Sicile” (paru sous le titre “Un cimetière en Sicile” dans le périodique rouennais), ou du conte “L’Ordonnance”. Mais, en moyenne, la dette du Journal de Rouen envers ses confrères parisiens n’est acquittée que pour la moitié de ces republications. La non-indication d’une réédition, généralement de mise à l’époque, aide en réalité à faire passer une parution pour inédite. Toutefois, quelques textes sont livrés dans la presse rouennaise le même jour que dans les feuilles parisiennes. D’ordinaire, Le Gaulois, Gil Blas et le Figaro détiennent pourtant l’entière exclusivité des textes de Maupassant, mais tout laisse à penser que le texte de ces “préoriginales concurrentes”, au nombre d’une dizaine, a été établi d’après les épreuves des journaux de Paris, car au moins l’une d’elles mentionne sa source ouvertement. Le 12 mai 1885, la chronique “Ischia” est précédée du court texte présentatif suivant :

Notre compatriote M. Guy de Maupassant est en ce moment en Italie […].
Voici la lettre qu’il adresse au Gil Blas.

6Outre la reprise des textes de Maupassant, les périodiques provinciaux se font aussi les relais de la presse parisienne, jusqu’à reprendre ses propres comptes rendus. Le 6 mars 1891, un article vante en effet le “grand succès de Musotte”, pièce écrite par G. de Maupassant et J. Normand, avec à l’appui douze extraits de critiques dramatiques tirés de journaux parisiens et rassemblés sous un titre fédérateur : “Musotte et la critique parisienne”. Les quotidiens nationaux alimentent également les échos normands, comme le prouve un entrefilet du 31 janvier 1884 :

Le Gaulois a reçu mardi, de son correspondant particulier de Vienne, la dépêche suivante […] :
Journaux prussiens désignent votre collaborateur Guy de Maupassant, dont la sœur aurait été préceptrice des enfants du prince Frédéric Charles, comme l’auteur du livre intitulé : La Société de Berlin, qui vient d’être interdit en Allemagne. Viennus.
Le Gauloisa immédiatement télégraphié à M. Guy de Maupassant, en ce moment à Cannes. Il lui a répondu par cette dépêche :
Prière démentir absolument renseignements des journaux prussiens. Je n’ai pas écrit le livre La Société de Berlin. Je n’ai pas de sœur. Je vous écris. Maupassant.

7Autre nouvelle, que reprend l’édition du 19 août 1887, mais cette fois tirée du Gil Blas :

  • 3 Difficile d’affirmer qu’il releva le défi : les biographes de Maupassant restent muets sur ce chapi (...)

Notre compatriote Guy de Maupassant est en ce moment à Étretat, dans sa petite maison près de la Percée. Dans quelques jours, il va partir pour la Savoie, d’où il va tenter avec M. Jovis, dans le ballon le Horla, la traversée du Mont-Blanc. C’est du moins ce qu’il a raconté à un rédacteur du Gil Blas.3

8Dans les deux cas, le Journal de Rouen couvre l’événement en indiquant ses sources, mais il récupère les dépêches de ces journaux parisiens sous la rubrique “Chronique locale”, rapportant ainsi les faits et gestes de Maupassant à la vie du pays.

  • 4 Robert Pinchon (1846-1925), alias “La Toque”. Condisciple de Maupassant au Lycée de Rouen, ses rela (...)
  • 5 Robert Pinchon, “Souvenirs de théâtre”, Théâtre, Rouen, Schneider Frères, 1894, p. 9-10.

9Aussi, parmi cette pluie d’échos qui introduisent souvent la publication des textes, plusieurs reviennent-ils sans doute à Robert Pinchon4. Il est l’un des principaux confidents de l’écrivain et, à cette époque, il rédige des chroniques théâtrales et musicales pour les feuilles rouennaises, Journal de Rouen y compris. Autrefois, il servit d’intermédiaire pour recommander L’Histoire du vieux temps à Ballande, alors directeur du Déjazet. La pièce fut jouée dès le 19 février 18795 et Maupassant se trouva pour ainsi dire redevable à son ami de ses débuts dramatiques. Le succès venu, l’accord qu’il consent pour la reproduction de ses textes inédits dans le Journal de Rouen peut apparaître comme un juste retour des choses. Il aide Pinchon à se mettre dans ces “vieux papiers”, et son ami est sans doute à l’origine de cet écho du 15 avril 1890 :

Notre compatriote, M. Guy de Maupassant, [est] de retour de son voyage dans le Midi.

  • 6 J. Suffel, Correspondance de Guy de Maupassant, t. III, lettre no 609, p. 141.

10« Une lettre de Maupassant6, datée du même mois, l’avait informé de sa venue à l’occasion de la première du Vénitien d’Albert Cahen, pour lequel il se proposait de “séduire la presse rouennaise”, selon ses propres mots. L’information n’est pas aussi fiable lorsqu’elle tombe le 2 octobre 1886 :

  • 7 Le titre du roman s’orthographie en fait comme suit : Mont-Oriol.

M. Guy de Maupassant est parti hier d’Antibes, où il terminera son nouveau livre : Monte-Auriol7.

  • 8 Au lieu de 1637, date exacte figurant dans le texte du Gil Blas et reprise dans la préface de La Gr (...)

11En fait, il s’agit d’une des nombreuses fautes de retranscription dont le Journal de Rouen est coutumier. Pour preuve, lorsque paraît la chronique “Pêcheuses et Guerrières”, une coquille s’est malencontreusement glissée dans la publication normande qui indique fautivement l’année 16878 comme celle où les habitants de Saint-Tropez ont repoussé la flotte espagnole. Une autre erreur du prote, que Flaubert aurait qualifiée d’“hénaurme”, survient dans la première des trente-quatre livraisons du roman Mont-Oriol, en feuilleton dans le Journal de Rouen du 20 avril au 6 juin 1 887. Cette livraison est signée “Guy de Montpassant”. Ce lapsus scriptae montre à quel point le journal associe l’auteur à son livre, jusque dans son nom ! En fait, depuis le 18 avril, la rédaction loue Maupassant à grand renfort de prétérition :

L’éloge de cet écrivain n’est plus à faire. Il a conquis, dès ses débuts, une des premières places dans la littérature contemporaine et vu sa réputation grandir à chaque œuvre nouvelle. Chaque production de ce vigoureux esprit marque, en effet, un progrès de plus dans l’épanouissement d’un talent admirable et toujours sûr de réaliser ce qu’il a conçu.

12Le journal se félicite ouvertement de la prochaine reproduction du roman. L’annonce s’ouvre au demeurant sur ces propos exaltés :

Chronique locale. Notre nouveau roman. Nous commencerons, dans notre numéro de mercredi, la publication de Mont-Oriol le dernier roman de notre concitoyen, M. Guy de Maupassant […]. Guy de Maupassant n’a rien écrit qui soit supérieur à Mont-Oriol. La forme en est irréprochable ; c’est la belle langue française, claire, colorée, pittoresque. Le sujet en est des plus attachants, nous en connaissons peu qui puissent produire une émotion aussi profonde. Après avoir fait connaître à nos lecteurs un grand nombre de Contes et de Nouvelles de M. Guy de Maupassant, nous sommes heureux de leur présenter ce maître dans une œuvre de longue haleine qui honore hautement les Lettres françaises.

13Si le retentissement publicitaire autour de la signature Maupassant fut effectif, la rédaction fit malheureusement “mauvaise impression”, et dès le début du feuilleton ! Comme les variantes le prouvent, le texte du roman a été composé d’après la version éditée chez Havard fin février 1887, alors que la préoriginale, est publiée dans Le Gil Blas du 23 décembre 1886 au 6 février de l’année suivante. Dernier exemple, la chronique “En l’air” est reprise de façon fragmentaire, avec un propos introductif qui renchérit sur celui du Figaro. Dans la description de l’aérostat, ce dernier se contente d’un ballon de mille mètres. Voici le commentaire du Journal de Rouen :

M. Guy de Maupassant a fait avant-hier une ascension à Paris sur le ballon le Horla, un grand aérostat de 1,600 mètres construit et dirigé par l’aéronaute Jovis. Notre compatriote publie à ce propos dans Le Figaro un article sur la confection du ballon qui l’a emporté dans les airs.

14Aussi, qu’on critique le laxisme de ces publications ou qu’on souligne leur caractère “en partie” inédit, une chose est sûre : le retour à la source parisienne est presque obligé pour le lecteur qui désire avoir le fin mot de l’histoire.

15Presque tous les textes publiés dans le Journal de Rouen ne sont en effet que des extraits. “Toine”, nouvelle éponyme du recueil, se retrouve le 6 janvier 1885 en concurrence dans les feuilles du Gil Blas et du Journal de Rouen, à la différence près que la publication rouennaise n’en livre que la moitié et se contente de la description du cabaretier normand que sa paralysie rend inapte au travail. La rédaction résume de façon concise la suite et fin de l’histoire :

Nous arrêtons ici l’histoire de Toine. Le pauvre homme se transforma bien malgré lui en couveuse, dit l’auteur. Nous aimons mieux croire qu’il mourut… ou qu’il guérit.

16Le 20 octobre 1885, le conte “Les Bécasses” propose aux lecteurs un récit de chasse. Dans le texte original, s’enchâsse une histoire qui pose le problème de l’adultère en ces termes : un berger sourd-muet surprend sa femme en flagrant délit et l’étrangle. Son patron le défend aux assises. Il est acquitté. De ce conte, le Journal de Rouen a éliminé l’incipit et le récit en abyme pour ne conserver que la dimension cynégétique en raison de l’actualité. Ces coupures de la presse rouennaise justifient les quelques changements de titre, surtout quand le texte, par sa qualité même d’extrait, ne renvoie plus à toute la réalité que recouvre l’intitulé. C’est pourquoi “La vie d’un paysagiste” d’abord paru dans le Gil Blas du 28 septembre 1886 devient, deux jours plus tard, “Souvenirs d’Étretat” car le Journal de Rouen ne reproduit que le long récit rétrospectif des rencontres de Maupassant avec Monet, Corot et Courbet, toutes s’étant déroulées aux alentours d’Étretat. Dans ses colonnes, le texte du Gil Blas est amputé du début et de la fin, et on note quelques variantes, sûrement dues aux rédacteurs. Le Journal enchaîne le 23 août 1887 avec la publication de la nouvelle “L’Ordonnance”. Maupassant y relate l’histoire de la femme d’un colonel qui cède à l’ordonnance car ce dernier a surpris ses amours coupables. Elle se suicide par dégoût, mais révèle tout dans une lettre. Le colonel, après lui avoir arraché le nom de l’amant, tue l’ordonnance. La lettre d’aveu, sur laquelle repose la fonction dramatique puisque les événements s’articulent autour d’elle, paraît sous forme de résumé dans le Journal de Rouen. Comme souvent lors d’une réédition fragmentaire, le récit y perd en progression et le texte en effet, voire en intelligibilité.

17L’écrivain semble ne jamais s’indigner des coupures pratiquées par le périodique. En revanche, le 7 janvier 1888, lorsqu’est publiée son étude sur “Le Roman” dans le supplément littéraire du Figaro, l’écrivain fulmine. Les suppressions, faites à son insu, ont nui à l’intelligence générale du texte. Les échotiers du tout Paris multiplient les comptes rendus indignés. Le 9 janvier, date à laquelle Pierre et Jean sort en librairie avec pour première partie la fameuse étude, Maupassant adresse une lettre ouverte à Arthur Meyer, directeur du Gaulois. Le lendemain, le Journal de Rouen signale la sortie du livre et republie la lettre de protestation de l’écrivain. Maupassant y corrige tout d’abord une erreur qu’il fait dire à Flaubert en attribuant à Chateaubriand un mot de Buffon, et il poursuit ainsi :

Si je m’adresse à vous pour cette rectification, et non au journal qui a publié mon étude, c’est que je lui fais un procès pour de nombreuses coupures pratiquées sans mon assentiment dans ce travail, dont le sens s’est trouvé ainsi complètement altéré.
Ce n’est point le procédé grossier et inexplicable du Figaro à mon égard qui m’a décidé à cette action contre lui, mais le souci de faire proclamer, une fois de plus, le droit absolu de tout écrivain de défendre sa pensée, quoi qu’elle vaille, contre tous les tripatouillages possibles.

18Une note du Journal de Rouen précise les conditions dans lesquelles une rédaction peut effectuer de telles coupures avec “l’autorisation de l’auteur”, à défaut de laquelle il faut “rendre le manuscrit. C’est ce qui sauvegarde là liberté des deux parties.” Dans ces conditions, pourquoi l’auteur s’insurge-t-il contre le Figaro et tolère-t-il, dans le même temps, les mutilations du périodique normand ? Si l’on réfléchit en terme d’audience, il y a, d’un côté, une édition locale de moindre portée et, de l’autre, une édition nationale. Et puis, comme Maupassant le dit lui-même, il attache une grande importance à cette étude, mais cet argument paraît insuffisant, sauf à penser que l’écrivain, par ailleurs ardent défenseur de ses écrits, n’accorde pas la même importance à tous ses textes. Il lui faut pourtant répondre aux articles mal venus qui accompagnent la publication du Figaro. La mauvaise presse pourrait en effet porter atteinte aux ventes du volume Pierre et Jean qui contient l’étude. Les explications fournies par cette lettre ouverte auraient suffi, mais l’idée d’un procès effleure Maupassant. Si l’affaire piétine et se dénoue finalement à l’amiable par une rectification du Figaro, la publicité qu’entraîne cette affaire profite au volume. Le 14 janvier, soit moins d’une semaine après sa sortie, il atteint déjà sa 36e édition. En comparaison, Une vie ou Bel-Ami mettront plusieurs semaines pour atteindre ce nombre record de vente, tous livres de Maupassant confondus. Procédurier ou simplement calculateur, l’auteur sut vraisemblablement miser sur la réclame que lui ferait une action en justice contre l’un des plus grands journaux de l’époque, quitte à abandonner les poursuites prématurément. Au contraire, le “petit” Journal de Rouen ne fut jamais inquiété et il s’adonna néanmoins à des “tripatouillages” aussi répréhensibles.

19La chronique “La Tour… prend garde” paraît le 23 octobre 1886 et transporte le lecteur dans le Paris remuant, qui prépare son Exposition universelle de 1889. Maupassant, en signataire de la pétition contre la Tour Eiffel, y dénonce la monumentale bêtise de cet édifice et propose un succédané à cette “pointe de fonte”, plus à même de représenter la Capitale :

Mais si on tient absolument à un monument de bronze, qu’on élève, par ce temps de statues, une statue gigantesque à l’héroïque général, seul digne aujourd’hui de devenir le patron de Paris, en remplacement de sainte Geneviève, à Cambronne.

20C’est, semble-t-il, avec une certaine réserve que l’article est imprimé dans le Journal de Rouen. Même si le commentateur vante les mérites du “charmant chroniqueur” et résume le texte à “une philippique amusante contre la Tour Eiffel, qui sera le clou de l’Exposition de 1889”, une coupure élimine en effet un développement “gênant” pour la cité qui héberge la feuille :

Donc Paris va voir pousser cette corne, rivale de l’affreuse flèche dont on a coiffé la cathédrale de Rouen, et qui gâte tout l’horizon de la superbe vallée normande.

21Comme le périodique normand livre les critiques de Maupassant sur Paris et escamote celles sur Rouen, la censure fait sens et réactive la sempiternelle opposition Paris/Province, rendue d’autant plus sensible par la proximité géographique des deux villes.

  • 9 On relève notamment comme toponymes réels Gisors et Gournay.
  • 10 Charles Brainne était chroniqueur et Charles Lapierre directeur du Nouvelliste de Rouen. Tous deux (...)

22En fait, un examen attentif du corpus montre qu’une idée de préférence locale a souvent décidé de la sélection d’un texte ou extrait. Si l’on examine le déroulement chronologique des publications du Journal de Rouen, ce dernier ouvre pour la première fois ses colonnes à Maupassant le 10 octobre 1882, en donnant un bref extrait du conte intitulé “Un Normand”, paru le même jour dans le Gil Blas à Paris. La rédaction n’a retenu que la partie descriptive du texte si bien que la parution sous forme d’extrait réalise un glissement du conte à la chronique. Le texte s’en trouve infléchi vers un genre différent, ce que suggère par ailleurs la rubrique sous laquelle il figure : “Chronique locale L’extrait paraît d’ailleurs sous un titre différent du Gil Blas : “Rouen vu de Canteleu Ce fragment, le premier recueilli par le journal, marque dès le début un ancrage régional. Le terroir est de nouveau évoqué le 22 septembre 1885, lorsque le Journal de Rouen publie “La Bête à maît’Belhomme” dans sa version intégrale. Dans ce cas précis, les dialogues pittoresques entre paysans ont très certainement participé au choix de la rédaction. Ces normandismes donnent également une couleur locale au “Rosier de Mme Husson” (Journal de Rouen, 17 juin 1887). Mais outre le patois et des toponymes directement tirés du cru9, Brainne et Lapierre10, deux personnalités réputées à Rouen, s’y trouvent cités. Hommage de l’auteur aux amis qui lui ont fourni l’anecdote, ou simple condescendance, la nouvelle s’inscrit alors dans la vie locale dont un journal de province doit rendre compte. Ce texte, comme le précédent, appartient au cycle des facéties normandes et sa parution suit une logique purement éditoriale.

23Ce n’est plus la célébration d’un lieu provincial mais plutôt une personnalité locale qui requiert l’attention du journal le 28 janvier 1884. Les 19 et 26 du même mois, Maupassant a publié une chronique intitulée “Gustave Flaubert” dans la Revue Politique et Littéraire. Le Journal de Rouen en propose un compte-rendu et en donne de larges extraits. De la première livraison, le commentateur anonyme ne retient que “la fameuse lettre de Maxime du Camp”. Le renvoi du lecteur à l’article original est donc une fois encore nécessaire, puisque le Journal de Rouen ne dit mot sur son contenu et sur l’affaire qui a motivé sa publication. Celle datant du 26 janvier est quant à elle plus amplement reproduite. Le chroniqueur détache trois extraits. Le premier a trait aux projets littéraires de Flaubert au moment de sa mort. Le deuxième fragment, considéré comme “la partie la plus intéressante de cette étude”, représente Gustave Flaubert à Croisset. Le dernier rapporte les réceptions qu’il donnait à Paris et dont Maupassant était le témoin privilégié. Et l’article se clôt finalement sur cet entrefilet :

Le Livre, revue mensuelle, annonce que M. Guy de Maupassant prépare la publication de la correspondance de Gustave Flaubert avec une grande dame. S’agit-il de la princesse Mathilde ?

  • 11 “Gustave Flaubert”, La République des Lettres, chronique signée “Guy de Valmont”, 23 octobre 1876.

24Il faut attendre le 4 février 1884 pour trouver la véritable réponse à cette question avec l’édition chez Charpentier des Lettres de Gustave Flaubert à George Sand. Maupassant préface l’ouvrage en compilant l’ensemble des articles qu’il avait laissé sur Flaubert depuis 187611. Quelques mois plus tard, le 5 décembre 1884 plus exactement, le Journal de Rouen reprend l’intégralité du texte “Souvenirs”, chronique parue la veille dans Le Gaulois. Cet article a pour sujets trois grandes figures disparues de la littérature, dont deux rouennaises : Flaubert s’y retrouve de nouveau en compagnie de Tourgueneff et de Bouilhet, comme autrefois. Enfin, le 24 novembre 1890, le Journal de Rouen reproduit la chronique parue la veille dans le supplément du Gil Blas, “Flaubert et sa maison”, ainsi que des extraits d’une autre intitulée “Gustave Flaubert” et proposée le même jour dans L’Écho de Paris. En publiant ces textes de Maupassant sur Flaubert, le Journal de Rouen reproduit symboliquement la passation de pouvoir spirituelle entre les deux grands auteurs normands et fait de Maupassant le nouveau dépositaire des Lettres de la cité.

  • 12 Musotte fut jouée pour la première fois au Gymnase (Paris), le 4 mars 1891. La pièce restera à l’af (...)

25Force est d’ailleurs de constater qu’excepté le feuilleton de Mont-Oriol, deux contes qui appartiennent au cycle cynégétique et enfin une longue série d’impressions de voyage en Italie, tous imprimés en raison de l’actualité ou pour leur caractère exotique, la plupart des textes de Maupassant sont publiés dans le Journal de Rouen à des fins régionalistes. À chaque reprise ou presque, c’est l’auteur normand qui est célébré. Le périodique n’a de cesse de revendiquer l’appartenance de Maupassant à sa province. Cette idée transparaît surtout à travers les commentaires qui entourent la parution des œuvres ou les simples échos, notamment lorsque le journal désigne Maupassant comme “Notre concitoyen” ou encore “Notre compatriote”. Par le biais de ces expressions où le possessif dénote l’idée de propriété, la Normandie récupère l’auteur à succès que Paris lui a volé, et se pose dans le même temps comme un “pays” ou une “patrie” à part entière. Autrement dit, la province normande s’affirme et se distingue de Paris grâce à Maupassant qui fut sans doute et assez paradoxalement le plus parisien des auteurs normands. Dans le Journal de Rouen, tous les textes sont d’ailleurs publiés sous la signature de “Guy de Maupassant” à la différence du Gil Blas où ils le sont invariablement sous celle de Maufrigneuse jusqu’en 1 884-1885, même si le pseudonyme n’abuse que peu de lecteurs parisiens. En fait, la province se trouve aussi bien représentée par les textes que par Maupassant lui-même, ce qui revient à dire que l’écrivain et son œuvre sont autant de faire valoir de la Normandie : une volonté affichée de rivaliser avec Paris, mais aussi avec les autres provinces. Pour preuve, on notera que le 4 avril 1891, le journal revient sur l’événement du jour, à savoir la première de Musotte, pièce de G. de Maupassant et de J. Normand. À cette occasion, le chroniqueur ajoute que le théâtre de Rouen en a eu “la primeur avant toutes les autres directions de province”12. Ce complément d’information atteste bien que la recherche d’une identité culturelle dépasse parfois la concurrence habituelle entre la Normandie et Paris pour s’étendre aux autres provinces.

26En définitive, l’intérêt de ces publications ne réside pas dans l’établissement du texte. Ces parutions, émaillées de coquilles d’imprimeur, n’apportent rien de plus à ce sujet. Elles valent surtout pour leur situation éditoriale tout à fait marginale dans l’œuvre de Maupassant. Tout bien considéré, aucun autre périodique, qui plus est provincial, n’offre de préoriginales concurrentes et ne rivalise avec les grands quotidiens parisiens (tels Le Gaulois, le Gil Blas et Le Figaro) en publiant un inédit le même jour qu’eux, même s’il ne s’agit souvent que de simples extraits. S’il n’est pas significatif de la production maupassantienne, puisque d’un point de vue générique le chroniqueur est plus représenté que le conteur, le Journal de Rouen illustre aussi la situation de la presse provinciale d’alors qui, le plus souvent, se borne à reproduire les périodiques parisiens. La primeur de quelques dépêches, qu’elle soit due ou non à R. Pinchon, ne saurait masquer cette réalité. L’étude du corpus montre également que des motivations régionalistes ont présidé aux choix des textes publiés. Hormis quelques-uns, la plupart des extraits retenus par la rédaction concernent la Normandie. Des chroniques sur Flaubert et Bouilhet, écrivains normands, aux représentations de l’espace et des paysans qui y évoluent, tous les textes fonctionnent finalement comme de véritables vitrines de la province.

LISTE DES TEXTES DE ET SUR MAUPASSANT PARUS DANS LE JOURNAL DE ROUEN1

  • 1 Notre corpus se limite aux œuvres et échos parus du vivant de Maupassant.

27ABRÉVIATIONS UTILISÉES : extr. : extrait(s) ; rubr. : (sous la) rubrique ; F : Le Figaro ; G : Le Gaulois ; GB : Gil Blas.

  • 13 Cf. Gérard Pouchain, “Maupassant à travers la presse normande”, Maupassant et l'écriture. Actes du (...)

28PROTOCOLE DE LECTURE : la parenthèse qui termine les entrées bibliographiques signale les dates et lieux de publication des préoriginales. Y est aussi mentionné le titre initial du texte, en cas de changement ou d’absence lors de sa parution dans le Journal de Rouen. Sauf indication, c’est la version de ces préoriginales qui est reprise dans le périodique rouennais. L’emprunt à la presse parisienne n’est pas mentionné pour les nos 1, 4, 6, 7, 9, 11-16, 18, 21-23 et 26 de cette liste. Hormis la chronique “Saint-Ferréol” (no 12) connue depuis longtemps, et les entrées nos 32-33 et 35-4613, ces textes avaient jusqu’alors échappé au recensement des bibliographes.

  1. 10 octobre 1882 : “Rouen vu de Canteleu”, extr., rubr. “Chronique locale”. (“Un normand”, GB, même date).

  2. 28 janvier 1884 : sans titre [“Gustave Flaubert”], extr. commentés, rubr. Chronique locale”. (“Gustave Flaubert”, Revue politique et littéraire, 19 et 26 janvier 1884).

  3. 31 janvier 1884, rubr. “Chronique locale” : reproduction d’un écho au sujet de la fausse attribution à Maupassant du livre intitulé La Société de Berlin. (G, 29 janvier 1884).

  4. 1er juillet 1884 : “Sur et sous l’eau”. (G, 30 juin 1884).

  5. 5 décembre 1884 : “Souvenirs”. (G, 4 décembre 1884).

  6. 6 janvier 1885 : “Toine”, extr. (GB, même date).

  7. 6 Mai 1885 : “Venise”. (GB, 5 mai 1885).

  8. 12 mai 1885 : “Ischia”, avec un court texte présentatif expliquant que Maupassant se trouve en Italie. (GB, même date).

  9. 18 mai 1885 : “La Sicile. Palerme”, extr. (F, 13 mai 1885).

  10. 25 et 26 mai 1885 (en une livraison) : “Un cimetière en Sicile”, extr. (“La Sicile”, F, 22 mai 1885).

  11. 7 juin 1885 : “En Sicile. Les brigands”. (“En Sicile monréale. Les brigands”, F, 6 juin 1885).

  12. 21 juin 1885 : “Saint-Ferréol”, extr. (“Les Grands Morts”, F, 20 juin 1885). Cette chronique n’est donc pas inédite, ainsi qu’elle est souvent présentée.

  13. 15 et 16 juillet 1885 (en une livraison) : “L’Etna”. (GB, 14 juillet 1885).

  14. 22 septembre 1885 : “La bête à maît’ Belhomme”, rubr. “Variétés”. (GB, même date).

  15. 29 septembre 1885 : “Le soufre”. (GB, même date).

  16. 20 octobre 1885 : “Les bécasses”, extr. (GB, le même jour).

  17. 9 mai 1886 : “La rage”, extr. commentés. (“Un miracle”, GB, même date).

  18. 2 octobre 1886 : écho signalant le départ de Maupassant sur Antibes (remontant à la veille), où il doit terminer son nouveau livre : Monte-Auriol [sic].

  19. 28 septembre 1886 : “Souvenirs d’Étretat”, extr. (“La vie d’un paysagiste”, GB, même date).

  20. 23 octobre 1886 : “La tour… prends garde”, extr., rubr. “Nouvelles diverses”. (GB, 19 octobre 1886).

  21. 9 décembre 1886 : “Trois pages du "Livre d’un chasseur"”, rubr. “Variétés”. (“Amour. Trois pages du "Livre d’un chasseur"”, GB, 7 décembre 1886).

  22. 21 décembre 1886 : “Clochette”. (GB, même jour).

  23. 15 mars 1887 : “Pêcheuses et guerrières”, rubr. “Variétés”. (GB, même date).

  24. 18 avril 1887 : écho tiré du Gil Blas : “Comédie charmante, hier, chez la comtesse de Chabannes. On a joué une comédie de Guy de Maupassant : La Maison Tellier en Voyage. Les principaux rôles ont été remplis par Mmes Marie de Saint-Mégrin, Luce de Blanchard et Louise Williams.”

  25. 18 avril 1887 : présentation et annonce du début de la publication en feuilleton de Mont-Oriol.

  26. Du 20 avril au 6 juin 1887 (sauf les 24 avril, 1er, 8, 15, 22, 26-27, 30 mai, et 4-5 juin 1887) : “Mont-Oriol”, en feuilleton (34 livraisons). (GB, du 23 décembre 1886 au 6 février 1887). Le texte du Journal de Rouen a cependant été composé d’après la version éditée chez Havard le 6 février 1887.

  27. 17 juin 1887 : “Le rosier de Mme Husson”, extr. (Nouvelle Revue, 15 juin 1887).

  28. 10 juillet 1887 : sans titre [“En l’air”], extr. commentés, rubr. “Au jour le jour”. (“En l’air”, F, 9 juillet 1887).

  29. 13 août 1887 : sans titre [“Livre de bord”], extr. commentés. (“Livre de bord”, G, 12 août 1887).

  30. 19 août 1887, rubr. “Chronique locale” : suite au Gil Blas, le Journal de Rouen indique que Maupassant est en ce moment à Étretat et qu’il va partir pour la Savoie dans quelques jours, afin de tenter avec M. Jovis la traversée du Mont-Blanc à bord du ballon le Horla.

  31. 23 août 1887 : sans titre [“L’ordonnance”], extr., rubr. “Au jour le jour”. (“L’ordonnance”, GB, même jour).

  32. 10 janvier 1888 : sans titre [“Les épingles”], extr. commentés. (“Les épingles”, GB, même date).

  33. 10 janvier 1888 : publication de la lettre de Maupassant à Arthur Meyer au sujet des coupures pratiquées par le Figaro dans son étude sur “Le roman”. (G, 8 janvier 1888).

  34. 10 janvier 1888, rubr. “Bibliographie” : annonce de la sortie en librairie de Pierre et Jean précédé d’une étude sur “Le roman”.

  35. 30 octobre 1888 : sans titre [“Un portrait”], extr., rubr. “Au jour le jour”. (“Un portrait”, G, 29 octobre 1888).

  36. 15 avril 1890, rubr. “Théâtres” : compte-rendu de la première représentation de l’opéra d’Albert Cahen et de Louis Gallet, Le Vénitien. Le Journal de Rouen signale entre autres spectateurs Maupassant, de retour de son voyage dans le Midi.

  37. 24 novembre 1890 : sous le titre “Inauguration du monument de Gustave Flaubert”, le Journal de Rouen indique la présence de Maupassant, le cite comme convive du déjeuner qui suivit l’inauguration et rapporte quelques-uns de ses propos de table.

  38. 24 novembre 1890 : “Flaubert et sa maison”. (supplément GB, même date).

  39. 24 novembre 1890 : “Gustave Flaubert”, extr. (Écho de Paris, même jour).

  40. 5 mars 1891, rubr. “Théâtres de Paris” : compte-rendu et analyse de Musotte. Cette chronique dramatique est signée P. de Brescy.

  41. 6 mars 1891, rubr. “Théâtre” : sous le titre “Musotte et la critique parisienne”, le Journal de Rouen réunit 12 jugements sur la pièce de Maupassant, provenant de divers journaux.

  42. 3 et 4 avril 1891, rubr. “Théâtre-Français” : annonce redoublée de la première représentation de Musotte à Rouen, prévue pour le 4 avril au soir.

  43. 5 avril 1891, rubr. “Théâtre-Français” : nouvelle analyse de Musotte.

  44. Du 4 au 15 avril 1891 inclus, rubr. “Spectacles” : la représentation de la pièce Musotte est indiquée en deuxième lever de rideau du Théâtre-Français.

  45. 7 mars 1893 : “La paix du ménage”, extr. Ce fragment (1, 1) est assorti d’importants éclaircissements sur la genèse de la pièce, avec à l’appui des lettres de Maupassant et d’Alexandre Dumas.

  46. 8 mars 1893, rubr. “Théâtres de Paris” : compte-rendu de P. de Brescy sur La Paix du ménage.

Notes

1 G. Suffel, Correspondance de Guy de Maupassant, t. I, lettre no 89, p. 156.

2 Une liste complète des textes de Maupassant parus dans le Journal de Rouen est livrée en appendice.

3 Difficile d’affirmer qu’il releva le défi : les biographes de Maupassant restent muets sur ce chapitre. Ils évoquent seulement le projet d’un voyage dans les Vosges, sans savoir si l’écrivain l’a vraiment réalisé. Dans ses Nouveaux souvenirs intimes sur Guy de Maupassant (Paris, Nizet, 1962, p. 23), François Tassart signale, il est vrai, “une seconde ascension”, mais pour “l’année suivante”. En août 1887, le déséquilibre mental d’Hervé de Maupassant, a pu contrarier le projet du second voyage en ballon, remis à la date indiquée par Tassart. Il semble en effet qu’à cette époque Maupassant se soit rendu sur la Côte d’Azur afin de faire examiner son frère par des praticiens et qu’il n’ait donc pas pu se rendre en Savoie.

4 Robert Pinchon (1846-1925), alias “La Toque”. Condisciple de Maupassant au Lycée de Rouen, ses relations amicales avec Maupassant, commencées 1868, se prolongèrent jusqu’à la mort de l’écrivain. En 1870, le canotage les réunit à Paris en tant qu’équipiers de La Feuille à l'envers. Tous deux sont auteurs et acteurs d’A la feuille de rose, Maison turque, pièce licencieuse représentée en 1875 dans l’atelier du peintre M. Leloir. En 1880, Pinchon devient sous-bibliothécaire adjoint de la ville de Rouen. Leur échange épistolaire fit de Pinchon le témoin privilégié de la vie littéraire et privée de Maupassant. Ses anecdotes donnèrent à l’auteur le sujet de plusieurs contes et nouvelles. On lui doit de nombreuses chroniques dans les journaux rouennais et notamment un volume intitulé Théâtre, dont la préface, “Souvenirs de Théâtre”, relate les essais dramatiques de Maupassant.

5 Robert Pinchon, “Souvenirs de théâtre”, Théâtre, Rouen, Schneider Frères, 1894, p. 9-10.

6 J. Suffel, Correspondance de Guy de Maupassant, t. III, lettre no 609, p. 141.

7 Le titre du roman s’orthographie en fait comme suit : Mont-Oriol.

8 Au lieu de 1637, date exacte figurant dans le texte du Gil Blas et reprise dans la préface de La Grande Bleue. Le texte “Pêcheuses et Guerrières” sert en effet de préface à ce volume de René Maizeroy, ouvrage publié chez Plon à la fin du mois de juin 1888.

9 On relève notamment comme toponymes réels Gisors et Gournay.

10 Charles Brainne était chroniqueur et Charles Lapierre directeur du Nouvelliste de Rouen. Tous deux faisaient partie des relations de Maupassant : il partagea les bancs du Lycée de Rouen avec le fils du premier, le second était un intime de Flaubert. Qui plus est, ces deux hommes étaient doublement parents pour avoir chacun épousé la sœur de l’autre.

11 “Gustave Flaubert”, La République des Lettres, chronique signée “Guy de Valmont”, 23 octobre 1876.

12 Musotte fut jouée pour la première fois au Gymnase (Paris), le 4 mars 1891. La pièce restera à l’affiche au Théâtre de Rouen jusqu’au 15 avril.

13 Cf. Gérard Pouchain, “Maupassant à travers la presse normande”, Maupassant et l'écriture. Actes du colloque de Fécamp 21-22-23 mai 1993, éd. L. Forestier, Paris, Nathan, 1993, p. 41-52.

Notes de fin

1 Notre corpus se limite aux œuvres et échos parus du vivant de Maupassant.

Table des illustrations

Légende — Vous êtes tous aussi folâtres à Orléans ?— Ne m’en veux pas, ma chère, je cherche de quelle section je pourrais bien parler à ma femme !— Tu lui parleras de ma petite exposition particulière !Dessin de Payen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540