Version classiqueVersion mobile

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Gustave Flaubert

Paris perdu

Matthieu Desportes

Texte intégral

  • 1 Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, éd. Daniel Oster, Aubier, 1994, p. 358.

1En novembre 1851 paraissait dans le journal racheté un mois plus tôt par Maxime Du Camp le long poème de Louis Bouilhet, Melaenis, dédié à Gustave Flaubert. Dans ses Souvenirs littéraires, Du Camp se félicitait de ce qu’apparaissent simultanément à la connaissance du public, dans un organe de presse parisien, les noms jumelés de deux amis – mais sûrement le journaliste entendait-il qu’on entrevît le trio – unis dans la littérature1.

2Cependant, cette entrée symbolique et concomitante coïncide, à l’arrière-plan, avec une rupture idéologique entre Flaubert et Du Camp, dont l’enjeu semble être la place à prendre comme artiste, tant d’un point de vue esthétique que géographique. S’ils se retrouvent réunis par l’intermédiaire de Bouilhet, leur direction a changé, chacun a fait en plus du choix d’un état, un choix de lieu. Du Camp est à Paris, dont il reprend (et mène) la Revue (la Revue de Paris, donc, qu’il dirige à partir du mois d’octobre). Flaubert est en province, dont il entreprend la description des Mœurs (Madame Bovary, mœurs de province, peut-être le seul roman de ce siècle à porter en son titre ce mot symbolique).

  • 2 Ibid., p. 377.

31851 peut bien, d’ailleurs, être l’année des ruptures. L’idéal romantique qui couvrait jusque là le siècle à lui seul, a trouvé un prolongement – dans l’ordre de l’idéal littéraire – avec le modèle balzacien, proposant des héros plus pragmatiques, plus directement ancrés dans je “réel”. Parlant des hommes de son temps, Du Camp notait : “Être Rastignac ou Marsay, Vautrin ou Lucien de Rubempré, ce fut le rêve de plus d’un”2.

  • 3 L'Éducation sentimentale, éd. Claudine Gothot-Mersch, G.F-Flammarion, 1985, p. 144-145.
  • 4 Toutes les citations de Du Camp proviennent de la lettre à Gustave Flaubert du 29 octobre 1851 (Cor (...)

4Assimiler la rupture littéraire du siècle (l’absolu romantique d’un côté, l’énergie balzacienne de l’autre), à l’opposition de la province et de Paris serait probablement sommaire, et tendrait à signaler qu’à chaque idéal artistique un territoire est assigné : grosso modo la province pour la passion romantique, ou la vision artiste, et Paris pour l’action pratique, l’élévation sociale). Ce serait aussi ne pas entrevoir en quoi ces deux mondes peuvent s’entretenir l’un l’autre (dans l’idéal et dans le réel), en quoi ils communiquent et se nourrissent mutuellement (de rêve ou d’argent). Ce serait aussi penser que la province se borne, se limite d’elle-même, ou que Paris n’est pas à même de se poser comme décor nouveau aux propositions idéalistes du courant majeur du XIXe siècle. Flaubert ne fait-il pas envisager au héros de L'Éducation sentimentale que “l’art, la science et l’amour, ces trois faces de Dieu […] dépendaient exclusivement de la Capitale”3 ? – idée reçue, sans doute, mais qui dut être partagée par bon nombre. Enfin, ce serait avancer que Paris avait le monopole des nouvelles gloires littéraires et le destin des arts entre ses mains. Ce jugement, aussi réducteur qu’il puisse apparaître, est pourtant celui de Du camp, quand il se trouve “arrivé” à Paris, c’est-à-dire, précise-t-il, “à la réputation”4.

  • 5 “Préface” aux Dernières chansons, éd. Maurice Bardèche, Club de l’Honnête Homme, volume 12, 1971, p (...)
  • 6 “Lettre 1”, p. 863.
  • 7 “Lettre 3”.
  • 8Normandisme” : le mot est employé par Maxime Du Camp.

5“Te souviens-tu du mot de Rastignac, dans Le Père Goriot ? ce qu’il a dit en grand, je l’ai dit en petit : "À nous deux, maintenant."” Du Camp expose son plan, son projet, ses principes : “J’ai longtemps étudié la carte de la route, et malheur à qui m’arrête ! “Il faut creuser son couloir sans bruit, comme un démineur, et faire sauter la citadelle” parisienne, ce à quoi il estime être parvenu “du premier coup”. Il se veut, maintenant qu’il mène la danse avec son journal, être “un capitaine” qui a “une lutte sérieuse à soutenir, une victoire de vie ou de mort à remporter” sur la Capitale, et être en tête du renouveau “littéraire qui se prépare”. Que Du Camp constate que “le mouvement, ou plutôt l’engouement littéraire, est passé [et que] les temps sont mauvais pour l’art” n’est pas pour surprendre Flaubert qui, se penchant trente ans plus tard sur cette période, écrit, parlant de cette triple entrée en littérature : “Le moment était funeste pour les vers. Les imaginations, comme les courages, se trouvaient singulièrement aplanies, et le public, pas plus que le pouvoir n’était disposé à permettre l’indépendance de l’esprit”5. Mais que Maxime conclue en avançant (chose exacte) que “la philosophie et la politique ont pris toute [la] place”6 (le temps est venu des héros de la Comédie humaine) et que, sans doute, dans son esprit, il faut agir comme eux (chose douteuse) pour parvenir, ne répond en rien aux ambitions de Flaubert. Plus qu’il ne le pense, Du Camp est devenu une manière de Rastignac. Qu’il s’en trouve heureux, va pour lui ! : ce “poste d’homme de lettres, je te le cède de grand cœur […] – Je dénie l’honneur d’un pareil titre et d’une pareille mission”7. D’autant que Flaubert n’entend pas se laisser dicter une conduite à adopter, non seulement pour réussir, mais pour être artiste, et qu’on lui dise où se trouver pour s’accomplir (Paris en l’occurrence, dans l’idée de Du Camp) : “Si tu veux réussir, si tu veux arriver, je dirai plus, si tu veux être dans le vrai, sors de ta tanière, où personne n’ira te chercher [il n’y a pas de gloire de province], et viens au jour. Frotte-toi au monde ; méprise le assez pour être au-dessus de lui, mais à travers ce mépris, apprends à voir en le fréquentant.” Quitte tes normandismes8, écrit à demi-mot le journaliste.

  • 9 “Lettre 2”.

6Sur le premier point, plus général que fondamentalement esthétique, Flaubert riposte avec sa probité d’homme : “Je te dirai seulement que tous ces mots se dépêcher, c’est le moment, il est temps, place prise, se poser […] sont pour moi un vocabulaire vide de sens. […] Comprends pas. Arriver ? – à quoi ? […] Être connu n’est pas ma principale affaire. […] Le succès me paraît être un résultat et non pas le but”9.

7Sur le second point, Flaubert rétorque avec sa morale d’artiste. Si par être dans le vrai, Du Camp entend considérer le monde avec un œil de journaliste (pire : de photographe !), fixer un improbable et fluctuant ici et maintenant, tout parisien de surcroît, alors, sûrement, Maxime a raison et Flaubert s’est trompé.

  • 10 Propos rapportés par sa nièce : Souvenirs intimes, in Flaubert par sa nièce Caroline Franklin Grout(...)
  • 11 À George Sand, 12 juillet [1872], Corr. IV, p. 547.
  • 12 À George Sand, [fin décembre 1875], Corr. IV, p. 1000.

8Le choix de la place, du lieu d’observation, géographique, moral, artistique, fut, semble-t-il l’un des problèmes irrésolus de Flaubert. Il confesse volontiers avoir la nécessité d’un espace de création incessible (cet espace, ce fut en grande partie Croisset), redoutant d’en sortir (“Vous ne savez pas le mal que tout dérangement me procure”10, “Le moindre déplacement m’incommode”11) ; en même temps qu’il écrit avoir besoin de changer de milieu, d’envisager le monde selon de nouveaux horizons. Pareillement s’il estime “comme très secondaire le détail technique, le renseignement local, enfin le côté historique et exact des chose”12, il est toujours en quête d’une vue réelle qui avalise son intuition, son travail d’imagination, ou à partir de laquelle il puisse bâtir une vision. D’où le voyage à Carthage pour Salammbô (l’Orient, cette extra-province du XIXe siècle), le travail de repérages dans la proche province parisienne pour L'Éducation sentimentale, ou dans la Basse-Normandie pour Un Cœur simple et Bouvard et Pécuchet. Flaubert veut être dans le vrai. Et Paris ne saurait coïncider avec cette ambition.

  • 13 Ibid.

9Dans son esprit, Paris c’est l’Histoire, l’Histoire est faite par des héros, et les héros sont des monstres, ce qu’il se refuse à dépeindre. Il écrit ainsi à Sand : “Je me suis toujours efforcé d’aller dans l’âme des choses, et de m’arrêter aux généralités les plus grandes, et je me suis détourné, exprès, de l’Accidentel et du dramatique [de l’Histoire, donc]. Pas de monstres, et pas de héros”13.

  • 14 Bouvard et Pécuchet, éd. Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, “Folio”, 1979, p. 257-258.

10“L’humanité est partout, mon cher monsieur”, avait répondu Flaubert à Du Camp, aussi bien à Paris qu’en province, et peut-être davantage en province, où l’Histoire (“l’Accidentel”, “le dramatique”) pénètre si peu. D’où, partant de cette équation, l’investissement radical d’une province propice à l’anamnèse personnelle, à la combinaison des “généralités les plus grandes”, à l’amnésie historique. Si les événements du siècle ne passaient par la petite porte de l’anecdote, il serait bien délicat d’assigner un temps aux romans provinciaux de Flaubert, quand bien même ils s’ancrent profondément dans un lieu. Le Pays de Caux retravaillé de Madame Bovary évoluerait après 1840. La Basse-Normandie d'Un Cœur simple connaît les répercussions des journées de 1830, mais par ricochets : le changement de régime fait venir un nouveau sous-préfet, et avec lui, arrive le perroquet Loulou : dans la province de Félicité, le pic chronologique collectif devient un pic affectif personnel. L’Histoire pénètre un peu plus la même Basse-Normandie de Bouvard et Pécuchet où sont mentionnés la Révolution de 1848 et le coup d’État du 2 décembre 1851. Mais comme réaction directe à l’Histoire ne se trouve que la considération fataliste et désengagée de Bouvard : “Que voulez-vous que j’y fasse ?” ou “Hein, le Progrès, quelle blague ! […] Et la Politique, une belle saleté !”14.

11Surtout, la Province vaut mieux pour Flaubert, plus préoccupé de reproduire des types que des personnalités, quand Paris impose des identités remarquables (historicité oblige).

12Paris, pour Flaubert, c’est la Bourse et la Presse, l’Académie et l’État, un pouvoir en somme, et que l’écrivain conteste. Et à propos de l’Académie, quand Du Camp y est reçu, en février 1880, Caroline reçoit de son oncle la remarque suivante :

  • 15 À Caroline Commanville, [28 février 1880], CHH 16. p. 334.

La nomination de Du Camp à l’Académie me plonge dans une rêverie sans bornes et augmente mon dégoût de la capitale ! Mes principes n’en sont que renforcés. Et je répète cette maxime qui est de moi :
“Les honneurs déshonorent,
Le titre dégrade,
La fonction abrutit”.15

  • 16 “Lettre 2”, p. 114.

13N’est-ce pas déjà ce que signifiait Flaubert quand il répondait à l’invitation de Du Camp, en juin 1852 : “C’est là qu’est le souffle de vie, me dis-tu en parlant de Paris. Je trouve qu’il sent l’odeur des dents gâtées, ton souffle de vie. Il s’exhale pour moi de ce Parnasse où tu me convies plus de miasmes que de vertiges. Les lauriers qu’on s’y arrache sont un peu couverts de merde, convenons-en”16.

  • 17 À George Sand, le 5 septembre 1873, Corr. IV, p. 710.
  • 18 À son frère Achille, le 3 janvier 1857, Corr. II, p. 660-661.

14Le dégoût de Flaubert pour Paris vaut comme dégoût d’un pouvoir sur un autre. Celui des Presses, des Libraires, des Gouvernements aussi, qui divisent en coteries, en Salons. Flaubert pose comme axiome que “tous les gouvernements exècrent la Littérature. Le Pouvoir n’aime pas un autre Pouvoir”17. Aussi, son autorité et son “indépendance d’esprit”, l’écrivain préfère-t-il les gagner en province, à l’écart, dit-il, pour faire valoir une République des Lettres étrangère à Paris et dont Paris est exclu. Mieux : il veut, un temps, faire peser le pouvoir (réel) de la province pour faire pencher la balance parisienne. Au moment du procès de Madame Bovary, convaincu que Paris a voulu le “couler net” et “l’acheter”, il écrit à son frère Achille, qu’il charge de recueillir le soutien des notables de la région, que “l’important [est] de faire peser sur Paris par Rouen”, de faire valoir la force, la moralité et l’intégrité du pays (Flaubert emploi bien ce mot de pays, où peuvent se lire autant la Normandie que la France entière) contre Paris18.

  • 19 Cité par Caroline Commanville : Souvenirs intimes in Flaubert par sa nièce Caroline Franklin Grout, (...)
  • 20 Cité par Maxime Du Camp in Souvenirs littéraires, p. 617.

15Qui plus est, à ses yeux, l’Art, la Littérature (en général, et la sienne en particulier, dans le cas présent) lui apparaissent comme les premières victimes de Paris, de l’Histoire, de ce Pouvoir capricieux et contraignant : la France capitulant devant la Prusse, “Les arts lui parurent morts”19. Plus tard, après le coup d’éclat de Mac Mahon, le 16 mai 1877, il aurait déclaré : “La guerre de 1870 a tué L'Éducation sentimentale, et voilà un coup d’État intérieur qui paralyse les Trois Contes ; c’est vraiment pousser loin la haine de la littérature”20.

  • 21 Carnets de travail, éd. Pierre-Marc de Biasi, Balland, 1986 ; Carnet 20, f° 8 (p. 548) et Carnet 2, (...)

16On pourrait toutefois objecter que Flaubert entretint avec la capitale des rapports ambigus, fait dont il est lui-même conscient, lorsqu’il note, à deux reprises, dans ses carnets de travail, cet aphorisme : “Ne plus aimer Paris, signe de décadence. Ne pouvoir s’en passer, marque de bêtise”21.

  • 22 “Lettre 1”, p. 866.
  • 23 “Lettre 2”, p. 115.
  • 24 Ibid., p. 864.
  • 25 “Préface” aux Dernières chansons, p. 42.
  • 26 L'Éducation sentimentale, p. 299.
  • 27 Bouvard et Pécuchet, p. 257.
  • 28 L'Éducation sentimentale, p. 359.
  • 29 À George Sand, le 30 avril [1871], Corr. IV, p. 315.

17D’une manière où d’une autre, Flaubert sait devoir un jour en passer par Paris, et s’y prépare. Lui aussi creuse son couloir comme un mineur, lui aussi envisage de faire sauter la citadelle. Tout simplement parce que, sur un point au moins, Du Camp a raison. Les gloires de province n’existent pas : “On ne croit plus aux hommes inconnus. On réclame impitoyablement son œuvre à celui qui se dit fort, et, s’il ne la donne pas, on doute de lui”22. Flaubert dit qu’il acceptera d’aller à Paris “quand [son] livre sera fait et qu’il le publiera si [il] en est content”23. Une fois le livre fait, les Mœurs de province de Madame Bovary trouveront d’ailleurs leur place dans la Revue de Paris de Maxime Du Camp, quand bien même le journaliste alléguait que trois quarts des lecteurs de son journal étaient des provinciaux. Paris est donc, alors, un mal nécessaire. Comme ce doit être un mal nécessaire pour Bouilhet, peut-être davantage pour lui qui, auteur dramatique, ne peut exister sans la scène. Flaubert rebondit sur la constatation de Du Camp (“Le théâtre seul fait encore quelques-unes de ces réputations subites”24), et incite son alter ego Louis Bouilhet à se présenter pour être représenté. “[…] la province l’étouffait. Il avait besoin d’un plus large milieu, et, s’arrachant à ses affections, il vint habiter Paris. / Mais à un certain âge, le sens de Paris ne s’acquiert plus”25. Quel peut bien être ce sens de Paris évoqué par Flaubert ? N’est-ce pas ce qu’il a interrogé en tentant son propre roman parisien, où d’ailleurs ce petit mot de sens est prétexte à un jeu de mot ridiculisant Frédéric et son fameux défaut de ligne droite : “Un garçon du collège de Sens et qui en manque”26 ? Serait-ce la même conclusion pour Paris ? Comme il a pu être dit que L'Éducation sentimentale était un anti-roman d’apprentissage, on pourrait sans trop de peine affirmer que c’est, aussi, un anti-roman parisien, et un anti-roman historique (on a déjà pu dire en quoi les deux étaient liés, dans l’esprit de Flaubert). Anti-roman parisien : l’écrivain semble plus s’attacher à la détermination et à la résolution des individualités en province (ici, la terre nogentaise ou les proches environs de Paris), conçue comme espace de calcul, terre d’approche, rampe de lancement. Anti-roman historique : l’Histoire pénètre la vie de Frédéric comme elle le ferait de la province, c’est-à-dire en lendemain (la province est mise au fait des événements parisiens lors de la parution du journal. Ainsi dans Bouvard et Pécuchet c’est le 3 décembre 1851 qui est cité, jour de la parution du périodique, non le 2, jour réel du coup d’État27). Frédéric, au cœur de Paris, près du gouvernail historique, ne coïncide pas avec le réel. Comme un provincial, comme toute la province, il est à côté. La réalité la plus directe a peu de prise sur lui, comme elle est finalement singulièrement fragile dans tout le roman. Ce réel trop présent et déplaisant, c’est ce que Flaubert envisageait quand il décrivait Paris à Du Camp : un Parnasse délétère et aux lauriers souillés. Ce sont ces “héros qui ne sentent pas bon”, dans L Éducation28. Pour le reste, comme il le notait à George Sand, c’est le temps de la blague (formule qui résonne dans Bouvard et Pécuchet quand l’Histoire est envisagée). Ironiquement, l’Histoire lui donne raison : quand Paris cède devant la Prusse, il écrit, à la même : “Paris est complètement épileptique. […] Cette folie est la suite d’une trop grande bêtise. – Et cette bêtise vient d’un excès de blague, car, à force de mentir, on était devenu idiot. […] Tout était faux : faux réalisme, fausse armée, faux crédit, et même fausses catins”29. Il est alors tout naturel que Paris perde, ou soit perdu.

  • 30 À Guy de Maupassant, le 19 [16] janvier 1880, CHH 16, p. 326-328
  • 31 Ibid.

18À la fin de sa vie, Flaubert retrouve l’occasion de tonner contre Paris, qui lui donne une preuve supplémentaire du pouvoir qu’il tend à exercer sur les artistes de province : un travail de sape, quand la grande ville ne peut récupérer pour elle les gloires externes. Maupassant fait reparaître, dans une revue de province, l’Abeille d’Étampes, une nouvelle en vers (Au bord de l’eau) publiée quatre ans plus tôt dans La République des lettres. Maupassant est alors poursuivi pour atteinte aux bonnes mœurs. Flaubert se pique d’une lettre à son disciple, qu’il fait paraître, en lettre ouverte, dans un journal parisien, le Gaulois : “Comment se fait-il qu’une pièce de vers, insérée autrefois à Paris […] soit poursuivie étant reproduite dans un journal de province ?”30. Comme si Paris, en quelque sorte, ne tolérait la provocation, le scandale, la fleur du mal, qu’à la condition qu’elle Fait favorisée. Comme s’il lui fallait écraser ce qui poussait hors de son territoire, tel, répète ici Flaubert à Maupassant, un pouvoir n’aimant pas un autre pouvoir. Et l’écrivain reprend l’image du Paris dégradé, et dégradant, qu’il renvoyait, quarante ans plus tôt, à Du Camp : “On montait vers l’Olympe, la face inondée de rayons, le cœur plein d’espoir, aspirant au beau, au divin, à demi dans le ciel léger, – et une patte de garde-chiourme vous ravale dans l’égout”31. Malheur, donc, à qui croit pouvoir défier Paris. Malheur aussi à qui y place ses illusions.

  • 32 “Lettre 2” ; c’est nous qui soulignons.

19La province vaut-elle mieux ? Oui, et non. Toujours dans cette même réponse à Du Camp, Flaubert lâchait : “Je suis fâché de voir un homme d’esprit comme toi renchérir sur la marquise d’Escarbagnas, qui croyait que "hors Paris, il n’y avait point de salut pour les gens honnêtes". Ce jugement me paraît lui-même provincial, c’est-à-dire borné”32.

  • 33 “Lettre 3”, p. 120.

20Si Flaubert privilégie la province dans son œuvre, pour les raisons esthétiques et morales qui ont déjà pu être évoquées, ce n est pas pour autant qu’il la dispense de la pensée bourgeoise. Si Flaubert réfute l’option Paris, ça n’est pas pour autant qu’il choisit de bon cœur la province. Des deux portions de territoires qui se proposaient à lui, il s’est ancré plus favorablement dans celle qui lui a paru le plus appropriée pour appréhender une réalité médiate et authentique. Mais sans doute l’une vaut bien l’autre, et ce qui serait effectivement borné, ce serait d’assurer, comme le fait Du Camp, qu’il est un milieu où l’Art est mieux à même de se développer, d’affirmer, par exemple, que, pour être artiste, pour être dans le vrai, il faut être à Paris… ou ici, ou là. “À chacun ce qui lui revient. […] Toi à Paris, moi ici [en province], nous aurons beau faire, si nous n’avons pas l’étoile, si la vocation nous manque, rien ne viendra ; et si au contraire elle existe, à quoi bon se tourmenter du reste ?”33

  • 34 “Lettre 2”, p. 115 ; c’est nous qui soulignons.

21Mais dans l’esprit de Flaubert, il n’y a pas à privilégier un milieu sur un autre ; tout peut bien être aplani, il y aura toujours un ici et maintenant trop présent, trop terrifiant – quoiqu’il s’y trouve à Paris plus monstrueusement qu’ailleurs. Dans sa réponse à Du Camp, Flaubert ne dit pas préférer ses normandismes. Il ne se sent pas en province, il se veut “à l’écart” : “Si j’habitais en réalité la province ou la campagne […] je concevrais le reproche [que tu me fais sur ma vie neutralisante]. Mais si je m’abrutis, c’est Lucien, Shakespeare et écrire un roman qui sont en cause”34 ? Flaubert ne s’assimile à aucun lieu (au moins “terrestre”), il se veut ailleurs : au pire “un bourgeois qui vit retiré à la campagne [s’]occupant de littérature sans rien demander aux autres”, au mieux artiste, ailleurs, “présent partout et visible nulle part”, ne “cherchant pas le port [le port d’attache pourrait-on lire], mais la haute mer.”

  • 35 Dictionnaire des idées reçues, in Bouvard et Pécuchet, éd. citée, p 495 et p. 545.
  • 36 À Louise Colet, 15-16 mai 1852, Corr. Il, p. 88-92.
  • 37 Titre un temps envisagé par Flaubert pour L'Éducation sentimentale.

22Dans son Dictionnaire des idées reçues, Flaubert oppose cette “grande prostituée” de Paris, à la campagne où “tout est permis”35, comme il écrivait en mai 52 à Louise Colet qu’il aimait l’Art, parce que là, au moins, “tout est permis, tout est liberté dans ce monde de fictions”, “sans “limites”, où il s’est “souvent, ainsi, bien vengé de l’existence”36. Avant Bouvard et Pécuchet, L'Education sentimentale peut apparaître, en plus de “l’histoire morale des hommes de [sa] génération”, comme un livre des vengeances. Vengeance contre Paris, peut-être, qui a transformé les hommes de sa génération, littérairement désorientés, happés par le mirage parisien, en “vrais fossiles”, en “fruits secs37, ou, pour reprendre le titre d’un roman de Du Camp – titre que Flaubert jalousait – en Forces perdues.

Notes

1 Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, éd. Daniel Oster, Aubier, 1994, p. 358.

2 Ibid., p. 377.

3 L'Éducation sentimentale, éd. Claudine Gothot-Mersch, G.F-Flammarion, 1985, p. 144-145.

4 Toutes les citations de Du Camp proviennent de la lettre à Gustave Flaubert du 29 octobre 1851 (Corr. II, p. 863-867). Nous abrégeons ensuite cette référence en “Lettre 1”. Les réponses de Flaubert sont extraites des lettres du 26 juin 1852, Corr. II, p. 113-115 (“lettre 2”) et de juillet 1852, Corr. II, p. 120-122 (“lettre 3”). Toutes les références à la Correspondance sont données, jusqu’en 1875, d’après l’édition de Jean Bruneau en Pléiade.

5 “Préface” aux Dernières chansons, éd. Maurice Bardèche, Club de l’Honnête Homme, volume 12, 1971, p. 42.

6 “Lettre 1”, p. 863.

7 “Lettre 3”.

8Normandisme” : le mot est employé par Maxime Du Camp.

9 “Lettre 2”.

10 Propos rapportés par sa nièce : Souvenirs intimes, in Flaubert par sa nièce Caroline Franklin Grout, Publications de l’Université de Rouen, 1999, p. 157.

11 À George Sand, 12 juillet [1872], Corr. IV, p. 547.

12 À George Sand, [fin décembre 1875], Corr. IV, p. 1000.

13 Ibid.

14 Bouvard et Pécuchet, éd. Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, “Folio”, 1979, p. 257-258.

15 À Caroline Commanville, [28 février 1880], CHH 16. p. 334.

16 “Lettre 2”, p. 114.

17 À George Sand, le 5 septembre 1873, Corr. IV, p. 710.

18 À son frère Achille, le 3 janvier 1857, Corr. II, p. 660-661.

19 Cité par Caroline Commanville : Souvenirs intimes in Flaubert par sa nièce Caroline Franklin Grout, Publications de l’Université de Rouen, 1999, p. 156.

20 Cité par Maxime Du Camp in Souvenirs littéraires, p. 617.

21 Carnets de travail, éd. Pierre-Marc de Biasi, Balland, 1986 ; Carnet 20, f° 8 (p. 548) et Carnet 2, f° 37 (p. 241)

22 “Lettre 1”, p. 866.

23 “Lettre 2”, p. 115.

24 Ibid., p. 864.

25 “Préface” aux Dernières chansons, p. 42.

26 L'Éducation sentimentale, p. 299.

27 Bouvard et Pécuchet, p. 257.

28 L'Éducation sentimentale, p. 359.

29 À George Sand, le 30 avril [1871], Corr. IV, p. 315.

30 À Guy de Maupassant, le 19 [16] janvier 1880, CHH 16, p. 326-328

31 Ibid.

32 “Lettre 2” ; c’est nous qui soulignons.

33 “Lettre 3”, p. 120.

34 “Lettre 2”, p. 115 ; c’est nous qui soulignons.

35 Dictionnaire des idées reçues, in Bouvard et Pécuchet, éd. citée, p 495 et p. 545.

36 À Louise Colet, 15-16 mai 1852, Corr. Il, p. 88-92.

37 Titre un temps envisagé par Flaubert pour L'Éducation sentimentale.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search