Version classiqueVersion mobile

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Ambivalences d’une bipolarité

L’hyperprovince française : le cas de l’île de la Réunion

Michel Beniamino

Texte intégral

  • 1 Cité par F. Garavini, “Province et rusticité : esquisse d’un malentendu”, Romantisme, vol. XXX, fas (...)

Il s'agirait plutôt de réexaminer la tradition “parisienne” pour vérifier la persistance des pulsions locales et des retraits caractéristiques chez tant d'écrivains “naturalisés” dans le sein de la littérature nationale. […] On n'arriverait sûrement pas à remettre en discussion l'unité de la littérature française, mais on obtiendrait un tableau fort instructif des réactions mutuelles, nationales et régionales, et des forces centripètes et centrifuges qui agitent et animent cette littérature.
(G. Lanson, “Programme d'études sur l’Histoire provinciale de la vie littéraire en France”)1

  • 2 J.-C. Roda, “Place de l’île de la Réunion dans la littérature française d’outre-mer”, Présence fran (...)
  • 3 Auguste Lacaussade, secrétaire de Sainte-Beuve à partir de 1844, puis Bibliothécaire du Sénat en 18 (...)
  • 4 J.-C. Roda, ibid., p. 174.

1“Si la place qu'occupe l'île de la Réunion sur les atlas est minuscule, elle est grande par contre dans l'histoire de la littérature française”2. C'est ainsi que s'exprimait, en 1976, un archiviste en poste à la Réunion, se piquant de présenter, dans la revue Présence francophone, la littérature réunionnaise. Et il se justifiait de ce que celle-ci “[…] a apporté au mouvement romantique sa contribution avec Auguste Lacaussade3 et Eugène Dayot et, surtout, elle a donné au Parnasse son chef : Leconte de Lisle”4. Il s'agit là d’un des éléments du discours convenu des élites locales (mais en 1976, quand même…) sur la francité de La Réunion, ce discours se poursuivant le plus souvent par le rappel du nom des grands hommes que cette touchante colonie/province a aussi “donné à la France” : six académiciens, des médecins (Félix Guyon), des amiraux (Bouvet et Lacaze), des ministres et des universitaires (Joseph Bédier, Louis Cazamian par exemple). Discours dont la fonction d'autoreprésentation est évidente mais qui, pour le domaine qui nous occupe, instaure une singulière ambiguïté qui va involontairement situer cette littérature dans une sorte d'entre-deux. D'une part, les fondements socio-anthropologiques de son histoire en feraient une littérature française :

  • 5 J.-C. Roda, ibid., p. 171-172.

Les premiers Français qui avaient voulu modeler l'île Bourbon à l'image des provinces qui les avaient vus naître s'y fondirent aux esclaves africains, aux engagés indiens, aux commerçants chinois pour donner la communauté créole, originale et malgré tout profondément marquée par la pensée française. Son humanisme, quoique enrichi des apports africains et asiatiques est, indiscutablement, un humanisme français.5

2Mais d'autre part, le fait que cet article paraisse dans la revue Présence francophone implique qu'elle puisse être inscrite dans un champ d'études différent, ce dont J.-C. Roda se défend :

  • 6 J.-C. Roda, ibid., p. 178.

[…] contre toute attente et à l'inverse des autres membres de l'ex-empire français, la Réunion a, sur le plan littéraire du moins, une vocation essentiellement française. C'est peut-être là qu'il faut chercher son originalité !6

  • 7 Littératures françaises hors de France”, Bulletin de l’Académie Royale de Langue et de Littérature (...)

3Ce type de littérature, que J.-C. Roda appelle “littérature française d'outre-mer” et que d'autres, comme M. Piron, classent dans la catégorie des “littératures françaises hors de France”7 illustre selon nous toutes les difficultés que rencontrent les taxinomies et les histoires littéraires dès lors qu’elles s’aventurent hors des champs balisés des littératures nationales européennes.

  • 8 On peut se référer en particulier à Leconte de Lisle qui écrivait, dans Sacatove : “Le créole est u (...)

4Si l’on excepte les œuvres d'Évariste de Parny et du Chevalier de Bertin, qui s'inscrivent dans la littérature du XVIIIe siècle ou, du moins, dans la transition entre le XVIIIe et le XIXe, le XIXe siècle réunionnais marque la naissance d'une production littéraire reconnue à travers les grands poètes exilés à Paris – Leconte de Lisle bien sûr mais aussi Léon Dierx –, partie prestigieuse d'une production par ailleurs méconnue pour ce qui est d'auteurs qui ne bénéficient que d'une gloire purement insulaire, c’est-à-dire régionale. En somme, la production littéraire de la Réunion est une production périphérique, dominée, et ne pouvant posséder d'histoire propre. En outre, il s'agit, pour la période romantique, d’œuvres difficiles d'accès, tant il est vrai qu'il s'agit souvent d'écrivains de second rayon dont la renommée n'a guère dépassé les limites de la bonne société insulaire et dont on discerne a priori mal le rôle. On se trouve donc, en principe, devant un exemple certes extrême – c'est-à-dire ultra-périphérique pour parler comme les eurocrates –, mais finalement assez classique de ce que peut être une littérature provinciale vantant les charmes de la “petite patrie”, ici réunionnaise, une sorte de littérature de l'exiguïté face à un centre où s'illustrent des enfants du pays – parfois forts ingrats8.

  • 9 J.-C. Roda, “Place de l’île de la Réunion dans la littérature française d’outre-mer”, op. cit., p.  (...)

5Pourtant quelques doutes peuvent apparaître : cette littérature est-elle bien de la littérature française ? Si le point commun à de nombreuses études sur la littérature réunionnaise est de souligner “l'apport de la Réunion à la littérature française”9, le statut colonial – même en tenant compte des spécificités politico-administratives des “vieilles colonies” – aussi bien que l'éloignement, font que la littérature réunionnaise pourrait bien être l'un des exemples, avec les littératures des Antilles, de l'île Maurice, de la Louisiane et d'autres sans doute, de littératures dont le statut a considérablement varié dans le temps. C’est ainsi que Roland Lebel, dans son Histoire de la littérature coloniale en France, affirme que la production de certains écrivains fait “entrer la littérature de territoires coloniaux dans le giron des lettres françaises” :

  • 10 Librairie Larose, coll. Les manuels coloniaux, p. 45 ; c’est nous qui soulignons.

En même temps que les îles océaniennes, le petit archipel des Mascareignes, au sud de l'Océan indien, entre dans notre littérature f…] Quelques voyageurs avaient déjà parlé de Bourbon ; mais elle prend définitivement place dans les lettres françaises grâce à deux poètes créoles, Parny et Bertin, au moment où l'Ile de France, sa sœur, y fait une entrée triomphale avec Bernardin de Saint-Pierre.10

6Le statut de ces littératures reste de toute manière ambigu, comme pour ce qui est des Antilles par exemple : littérature franco-antillaise dans un ouvrage de Régis Antoine, littérature antillaise d'expression française ailleurs, littérature créole pour Raphaël Confiant ou encore littérature franco-créole. Toutes ces hésitations disent qu'il y a là un ensemble de textes qui combinent des signes d'appartenance divers (Europe, Océan indien, Inde, Afrique dans le cas de la Réunion), circulent de manière complexe dans un système littéraire dont l'autonomie fait problème et sont traversés de contradictions dans le difficile dialogue du Soi et de l'Autre. S'agit-il seulement “[…] des forces centripètes et centrifuges qui agitent et animent [la] littérature [française]” que G. Lanson évoquait dans son “Programme d'études sur l'Histoire provinciale de la vie littéraire en France” ?

7Pour résumer notre interrogation, au XIXe siècle, cette littérature, comme d'autres ainsi que nous l'avons dit, est d'abord pensée selon l'opposition entre littérature française et littérature provinciale car c'est bien :

  • 11 F. Garavini, op. cit., p. 74.

[…] à partir de la période romantique, [que] les aires plus ou moins périphériques réapparaissent sur la scène littéraire, avec le “romantisme” inguérissable de Rousseau, les romans berrichons de George Sand, la renaissance de la littérature occitane qui se noue autour du Félibrige.11

8Mais, elle le sera aussi selon l'opposition entre littérature française et littérature coloniale pour être aujourd'hui considérée – non sans ambiguïté – comme étant une littérature francophone, du fait en particulier de la décolonisation. Si le passage au “statut” de littérature francophone s'opérera incontestablement au XXe siècle, en revanche du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle règne une constante ambiguïté : cette littérature s’est pensée comme “provinciale”, a même revendiqué avec constance ce statut – on tentera d'expliquer pour quelles raisons –, ce pourquoi nous parlons d'hyperprovince.

Une littérature provinciale

  • 12 J.-C. Carpanin Marimoutou, “Texte et contre-texte en situation de diglossie”, Cahiers de praxématiq (...)

9Du point de vue littéraire, il semble n’y avoir aucune ambiguïté : c'est le mimétisme qui règne en maître. Cette littérature s’est écrite dans une relation de dépendance stricte par rapport à des modèles esthétiques définis ailleurs. Difficile à cerner puisqu'elle s'est pour partie publiée à Paris depuis le XVIIIe, elle se trouve, de plus, emprisonnée dans la “dialectique figée du Même et de l'Autre sur la scène littéraire”12 : elle semble condamnée à copier, sous le regard judicatif de l'Autre, ou à s'opposer et, en s'opposant, à renforcer le prestige du modèle de référence.

  • 13 Voir R. Ménil, Tracées. Identité, négritude, esthétique aux Antilles, Robert Laffont, coll. Chemins (...)
  • 14 Ibid., p. 107.

10Il faut cependant observer à ce sujet que cette question est souvent posée en des termes qui n'expliquent pas grand chose. C'est au nom de l'“authenticité”, des qualités immanentes prêtées à un groupe humain dont l'identité est assimilée à un territoire – avant de l’être au XXe siècle à une langue – que l'imitation est critiquée, sans qu'elle soit analysée comme un phénomène esthétique. De nombreuses réflexions n’explicitent par leur postulat : l'impossibilité d'admettre qu'une littérature puisse être un apprentissage qui commence par l'imitation. Dans les situations coloniales en particulier, cet apprentissage est toujours pensé comme un effet de l'assimilation culturelle13. “Toutes nos manifestations culturelles, écrit René Ménil, dans le domaine de l'art, n'ont été jusqu'à ce jour que pastiches. Or, l'imitation dans ce domaine, comme partout ailleurs, ne mène à rien de valable […]”14. Et cette artificialité est en quelque sorte de nature puisque :

  • 15 É. Glissant, Le discours antillais, Éditions du Seuil, 1981, p. 181.

Dans la production des textes écrits en Martinique, la continuité ne se fait pas avec la tradition populaire, mais avec les modes littéraires importées de France de manière surannée, passive, le plus souvent attardée. […] Le retard apporté à l'adoption de la mode littéraire française et la non-nécessité de cette adoption apparentent la production de textes de l'élite martiniquaise à toute littérature provinciale, c'est-à-dire qui se conforme et ne tranche jamais.15

11Il existerait aussi une sorte de déterminisme géographique du mimétisme, lié aux contraintes de la situation insulaire. C'est ce qu'écrit René Pomeau dans la préface qu'il a consacré à l'édition d'une thèse sur la littérature française de file Maurice. Celui-ci reprend la notion de “retard tropical” en écrivant que “l'insularité a maintenu la situation d'un certain romantisme plus longtemps ici qu'en Europe” et il en donne ainsi l'explication :

  • 16 Préface à J.-G. Prosper, Histoire de la littérature mauricienne de langue française, Port-Louis, Éd (...)

[…] des cœurs généreux, confrontés à des difficultés d'existence, dans un cadre de vie étroit, transcendent les limites par l'invention littéraire […] la dominante est une création poétique abondante, nourrie de mystique et de rêve, compensant l'insularité par “l'élan ascensionnel”.16

Le Romantisme réunionnais et ses enjeux

12On pourrait donc être tenté de penser qu'au XIXe siècle, les modèles de référence, l'insularité aussi bien que les îles en tant qu'objet littéraire imposeraient “naturellement” un certain romantisme. Or, il n'en est rien et il a aussi existé un anti-romantisme vigoureux. J.-C. Roda, après avoir noté que jusqu'en 1835, il n'y a eu aucun écho du Romantisme à la Réunion, ajoute :

  • 17 “Le mouvement intellectuel à la Réunion au XIXe siècle”, op. cit., p. 122.

Pour le moment, Voltaire, encore plus que Rousseau, continuait à exercer son influence et ceux qui avaient eu, comme Étienne Azéma, la chance de recevoir une instruction dans les écoles de la métropole, gardaient le goût des lettres classiques. C'est Ovide, Horace, Tibulle, Virgile qui étaient restés leurs maîtres et qui donnaient l'exemple à suivre.17

  • 18 Reproduit dans la Revue culturelle réunionnaise, 2e série, no 4, mars 1978.
  • 19 La pétition au Gouvernement provisoire demandant l'abolition de l’esclavage est en effet présentée (...)
  • 20 Selon certains commentateurs, l'histoire de la littérature réunionnaise pose problème en ce sens qu (...)
  • 21 Voir à ce sujet Aimé Guedj, “Le référent idéal ou 1’indigestible”, Semen, no 4, Annales littéraires (...)

13Et, en effet, lorsque les Œuvres poétiques d'Étienne Azéma (1776-1851) sont publiées à Paris, chez l'éditeur Ernest Leroux, en 1877, la notice biographique et littéraire rédigée par Firmin Cazamian signale que cette œuvre comporte, outre des poésies originales, des traductions de Virgile et de Tibulle et des fables imitées de La Fontaine. “Étienne Azéma, ajoutait Cazamian, loin d'accepter les doctrines de l'école romantique dont l'audace l’effrayait, demeura fidèle aux vieilles traditions et voulut, lui aussi, apporter sa pierre à la digue que l'école classique cherchait à opposer aux flots toujours montants du romantisme”18. Les enjeux ne sont pas qu'esthétiques car il faut ajouter qu’Étienne Azéma a violemment pris position contre l’émancipation des esclaves en 1848. Dans son Histoire de l’île Bourbon depuis 1643 jusqu'au 20 décembre 1848, publiée à Paris en 1859, il insiste sur la différence entre sa génération qui a connu les “saturnales sanglantes de 93 et 94” et la génération qui n’a pas ces “sanglants souvenirs”, celle, des “jeunes Créoles” dont justement se réclame le romantique Auguste Lacaussade19. On ne peut donc se contenter d'incriminer le pseudo “retard tropical”20, d'autant qu'à partir des réflexions de Victor Cousin qui aboutissent à la publication de Le Vrai, le Beau et le Bien en 1846, se développe en France un courant de pensée tendant à promouvoir le retour à une esthétique classique21.

14Si la littérature réunionnaise prend définitivement place dans les lettres françaises grâce à deux poètes créoles, Parny et Bertin, le romantisme va jouer encore un autre rôle qui ne dépend pas de l'entrée dans le giron des lettres françaises de producteurs insulaires. Avec le Romantisme se produit en effet une inversion des valeurs qui tient à la fois des ressources qu'il met en œuvre et du mouvement général des idées.

15En effet, Parny et Bertin écrivent à Paris et se soucient peu de leur pays natal. Pour Evariste de Parny, en 1777, l'amour du pays natal s'efface devant la Raison :

  • 22 Lettre IV, dans Œuvres de Parny, Paris, Debray, 1808.

Qu'on chante si l'on veut, les beaux jours de l'enfance ; / Je n'en regrette aucun ; cette aimable ignorance / Est un bonheur bien fade aux yeux de la raison ; / Et la saison de l'innocence / Est une assez triste saison.22

16À l'inverse, pour Eugène Dayot (1810-1852), en 1848, tout s'efface devant cet amour car :

  • 23 Avant propos” du Bourbon pittoresque, in Œuvres choisies, Saint-Denis, NID 1977, p. 14.

On aime son pays comme l'on aime sa mère : pour nous il n'eut jamais ni torts, ni ennui, ni laideur […] Ah ! c'est qu'un lien intime et fort nous unit au sol qui nous a vu naître, et ce n'est pas impunément que nous sommes fils de telle ou telle patrie ! Notre terre natale nous appartient comme nous lui appartenons ; c'est le passé et l'avenir…23

  • 24 Voir C. Wanquet, Histoire d'une révolution. La réunion (1789-1803), Marseille, Éditions Jeanne Laff (...)

17Au moment où Parny écrit, le sentiment identitaire est peu développé à la Réunion, du moins il ne s'y exprime pas. Il faudra attendre la Révolution française pour qu'apparaissent sur la scène publique les premières affirmations identitaires des colons de cette île qui n'est peuplée que depuis 166524. De même, la nouvelle des événements révolutionnaires de 1830 va conduire à un mouvement de réaffirmation d'une identité certes française mais particulière. La création, le 15 mai 1831, de l'Association des Francs-Créoles, qui réclamait l'application à l'île Bourbon des dispositions de la Charte édictée par Louis-Philippe, met en évidence la montée du sentiment identitaire chez les élites bourbonnaises :

  • 25 Cité dans Olivier Caudron, Les Francs-Créoles de l’île Bourbon (1831-1833), Saint-Denis, Éditions C (...)

[…] l'île Bourbon est notre patrie, soit naturelle, soit adoptive […] nous sommes avant tout citoyens de Bourbon, quelque chers que puissent nous être d'ailleurs le titre de Français et la destinée de la France…25

18C'est dans ce cadre que s'inscrivent les premières productions littéraires réunionnaises.

19Il n'étonnera donc pas que cette “Province” se soit pensée comme origine et ait été chantée sous cette forme par de nombreux écrivains. Comme l'observe F. Garavini :

  • 26 F. Garavini, op. cit., p. 79.

La province, depuis longtemps exilée des lettres françaises, y fait retour par la grande porte du Romantisme, mais à condition de s'enfermer dans la mystique de la terre.26

20Auguste Lacaussade, par exemple :

  • 27 J.-C. Roda, “Place de l'île de la Réunion dans la littérature française d’outre-mer”, op. cit., p.  (...)

[…] est sans doute le poète le plus représentatif de l'âme créole. Dans toutes ses poésies, apparaît toujours le souvenir de la chère petite patrie exotique, dont il décrit les aspects tour à tour souriants et sévères des cirques oppressants et des cascades diaphanes, des savanes brûlantes et des sommets glacés.27

21Dans la préface de son second recueil, Poèmes et paysages (1852), il écrit :

La nature sous les Tropiques, a été sentie et rendue supérieurement par Bernardin de Saint-Pierre, mais elle n'a pas été chantée encore. Ce que l'auteur de Paul et Virginie a fait dans la langue de la prose, il nous a semblé qu'on pouvait le tenter dans la langue des vers.

  • 28 Les poètes de l'île Bourbon, p. 10.

22Il est sans doute, comme le signalait Hippolyte Foucque dans son anthologie des poètes de Bourbon parue en 1966 chez Seghers, l'un des meilleurs représentants de “ces Ulysses modernes, qui ont […] perdu l'espoir du retour [et] gardent au cœur l'image et l'amour de l'Ithaque natale”28.

La construction d’une contre-image

23De manière générale, la représentation des créoles à Paris est celle de lointains cousins de Province qui ont la particularité, gênante pour des colons, d'avoir une sensibilité proche de celle des “nègres Baudelaire par exemple écrivait :

  • 29 Réflexions sur mes contemporains, cité dans Marius-Ary Leblond, Leconte de Lisle. Essai sur le géni (...)

Je me suis souvent demandé sans pouvoir me répondre, pourquoi les créoles n'apportaient, en général, dans les travaux littéraires, aucune originalité, aucune force de conception ou d'expression. On dirait des âmes de femmes, faites uniquement pour contempler et pour jouir… De la langueur, de la gentillesse, une faculté naturelle d'imitation qu'ils partagent, d'ailleurs, avec les nègres, et qui donne presque toujours à un poète créole, quelle que soit sa distinction, un certain air provincial, voilà ce que nous avons pu observer généralement dans les meilleurs d'entre eux.29

  • 30 Voir sur ce point A. Corbin, “Paris-Province”, in P. Nora (dir), Les lieux de mémoire, t. 2, Paris, (...)

24Pour les élites locales et les écrivains, s'impose donc la nécessité de construire une contre image face à celle qui est véhiculée parmi les élites parisiennes30.

25Il s'agit, pour la toute nouvelle intelligentsia bourgeoise dans les Mascareignes, de parvenir à être maître du discours sur Soi. Mais, là encore, il faut souligner la particularité du phénomène car le regard auquel s'affrontent les élites locales n'est pas exactement celui du “Parisien” mais celui du voyageur. Or, comme le note Jean-Louis Joubert, les textes de ces voyageurs :

  • 31 Les littératures en français des îles de l'Océan Indien”, Présence francophone, 1985, vol. 26, p. 1 (...)

[…] ont en commun d'accomplir comme une prise de possession des îles, métaphorique (en ouvrant à l'imaginaire de nouvelles provinces exotiques) ou même littérale avec les premiers récits de voyage, qui sont invitation à la découverte, à la conquête, à l'annexion.31

26Et ce miroir qui est tendu aux insulaires est donc essentiel du fait de ses enjeux socio-politiques :

  • 32 W. Ithier, La littérature de langue française à l'île Maurice, 1930, Genève, Slatkine reprints, 198 (...)

Les critiques et les controverses qui surgissaient de toutes ces publications [il s'agit des textes des voyageurs] amenèrent graduellement les esprits cultivés à s'organiser pour soutenir les polémiques et à réclamer pour la colonie grandissante des institutions aptes à seconder leurs efforts. Des journaux furent fondés, des sociétés littéraires furent créées, les lois furent codifiées.32

27Ce contrôle du discours sur Soi s'exercera principalement par le biais des sociétés savantes (la Société des Sciences et Arts a été fondée le 27 décembre 1855 par le gouverneur Hubert-Delisle) et par les associations d’écrivains à Maurice. F. Magon de St Elier dit par exemple avoir écrit pour rétablir :

  • 33 Tableaux Historiques, Politiques et Pittoresques de l'Isle de France, 1839 ; rééd.

[…] dans leur véritable situation et [présenter] sous l'aspect qui leur est propre, des objets défigurés par des relations inexactes, faites par quelques étrangers qui ne les avaient pas examinés d'assez près pour en découvrir toutes les faces, ou qui étaient animés de sentiments de prévention qui écartent toujours du sentier qui conduit à la vérité.33

28Le rôle des “savants” locaux a souvent été minoré. Cependant il n'est pas négligeable car, à l'intérieur des groupes ainsi constitués, se disputent des questions de pouvoir. Comme le remarque D. Baggioni :

  • 34 “Herr Professor Doctor Schuchardt et les notables réunionnais”, Travaux et Documents, no 6-7, Facul (...)

L'intervention des élites locales sur la question du créole réunionnais [manifeste] clairement leur satisfaction à voir un autochtone prendre la parole, de manière autorisée, pour mettre fin à l'exploitation étrangère d'un patrimoine linguistique dont l’interprétation appartient aux seuls propriétaires légitimes : ces élites éclairées de Bourbon qui, comme maîtres et porte-parole des populations insulaires, savent ce qu’il faut dire de la réalité sociale et culturelle de l'île.34

  • 35 Jean Benoist, Un développement ambigu. Structure et changement de la société réunionnaise, Saint-De (...)

29Les sociétés savantes réunionnaises traduisent donc l'organisation des “membres de la classe dominante de la société de plantation, fraction très réduite de la population, [qui] étaient les seuls capables de recevoir l'impact direct de la Métropole. Ils opéraient comme un relais et un filtre entre celle-ci et la masse de la population”35, organisation pérenne jusque vers 1960.

30Ces sociétés contribuent en tout cas à la constitution d'une formation discursive vivace dont on peut suivre les linéaments jusqu'à nos jours. Le phénomène, comme on va le voir, est particulièrement net dans les enjeux de la narration de l'histoire.

Histoire et sociogenèse

  • 36 F. Garavini, op. cit., p. 74.
  • 37 L’atelier de l’histoire, Flammarion, coll. Science, 1982, p. 75.
  • 38 Voir les données rassemblées par A. Viatte dans son Histoire comparée des littératures francophones(...)

31D'une manière générale, “le goût romantique pour la couleur locale […] pousse à la recherche attendrie des vestiges du passé”36. Comme le note François Furet, “tous les peuples ont besoin d'un récit des origines et d'un mémorial de la grandeur qui soient en même temps des garanties de leur avenir”37. Cela explique par exemple qu'en quarante ans, entre 1820 et 1860, l'ensemble du “monde francophone” de l'époque sera pourvu d'une “histoire” dans la tradition romantique38 : la constitution d'une histoire apparaît comme le corrélat obligé de la conscience de l'existence d'une communauté humaine :

  • 39 R. Rémond, Introduction à l’histoire de notre temps, 1974, cité par R. Beaudouin, Naissance d’une l (...)

Si le nationalisme issu de la Révolution est plus tourné vers l'universel, l'historicisme met l'accent sur la singularité des destinées nationales, l'affirmation de la diversité ; et il propose aux peuples de retourner à leur passé, de cultiver leurs particularismes, d'exalter leur spécificité. Ce second courant est étroitement lié à la redécouverte du passé, notamment sous l'influence du romantisme. À l'universalisme abstrait de la Révolution, il oppose les particularités concrètes des passés nationaux, à l'abstraction rationaliste et géométrique de la Révolution, l'instinct, le sentiment et la sensibilité. Puisant dans la connaissance du passé et le culte des traditions, il se définit par l'histoire, la langue, la religion.39

  • 40 Sur ce point, voir Robert Chaudenson, “Les créoles français de l'Océan indien”, in P. Carile (dir.) (...)

32Mais, à la Réunion, les enjeux ne sont pas exactement les mêmes dans la mesure où l'île n'a qu'une brève histoire et où, au XIXe siècle, une mutation économique rapide a entraîné le passage d'une société d'habitation, où les conditions de vie étaient “proches de la robinsonnade”, à une société de plantation marquée par le développement de l'agro-industrie sucrière et l'appel à une main d'œuvre servile de plus en plus importante40 Ainsi, le premier Recueil trimestriel de travaux et de documents inédits pour servir à l'histoire des Mascareignes françaises, entreprise menée sous le patronage de l'Académie de l'île de la Réunion et commencée en 1932, est présenté ainsi par son fondateur, A. Lougnon, qui, après avoir fait allusion au Congrès international d'histoire coloniale de 1931 à Paris, et souligné l'insuffisance de la recherche historique à la Réunion, indique :

  • 41 1932, p. 2.

Ému de cette situation qui plonge dans l'oubli les générations qui nous ont précédées sur ces rochers, brise la tradition et nuit à la formation de notre conscience coloniale, nous avons conçu l'idée de porter notre pierre au monument qui ne peut manquer d'être élevé un jour à la gloire de nos îles.41

  • 42 Voir Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Maspéro, 1971.

33La brièveté de l'histoire conduit donc à inscrire la quête du passé dans une réponse au problème de l'enracinement et de la sociogenèse, qui est posé depuis le XVIIIe siècle42. De nombreux voyageurs font le même constat à propos de l'île de France :

  • 43 Pierre Poivre, cité par J.-M. Racault, “Les origines du mythe insulaire indianocéanique”, in Sur la (...)

Jusqu'ici, chaque colon, aveuglé par son intérêt privé, n'a regardé cette colonie que comme un lieu de passage, et ne s'est attaché qu'aux moyens de faire une rapide fortune par toutes sortes de voies, pour retourner promptement en France.43

34Et Bernardin de Saint-Pierre s'interrogeait sur les sociétés insulaires nées de la colonisation :

  • 44 Voyage à l'Isle de France, R. Chaudenson (éd.), Ile Maurice, Éditions de l’Océan indien, 1986, p. 4 (...)

C'est dans l'intention particulière d’attacher les habitants à leur pays que j'ai écrit l'histoire de Paul et Virginie, où j'ai tracé le tableau d'une vie plus heureuse qu'il soit possible. […] j'ai vu qu'on pouvait s'y plaire et que le tout dépendait d'y fixer les hommes par le sentiment moral de l'enfance.
Or rien n'est plus rare aux îles qu'un sentiment moral qui attache les Créoles à leur pays.44

35La littérature, pour Bernardin de Saint-Pierre, est donc explicitement un des moyens de parvenir à fonder la sociogenèse insulaire aux Mascareignes.

  • 45 G. E. von Grunenbaum, “L’acculturation, thème de la littérature arabe contemporaine”, Diogène, no 3 (...)
  • 46 L'un des sentiments les plus précieux que la nature ait gravés dans nos cœurs, celui dont les douce (...)
  • 47 Dans d'autres cas et en d'autres lieux, quand cela est possible, la visée est clairement nationale  (...)
  • 48 Voir Benedict Anderson, L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l’essor du nationalisme, (...)
  • 49 G. E. von Grunenbaum, op. cit., p. 121.

36Mais plus que Paul et Virginie, ce sont l'histoire et le roman historique qui dérive de l'histoire romantique qui vont fonder la possibilité d'une assertion identitaire. Il s'agit de créer “une certaine familiarité avec les faits essentiels, présentés nus ou stylisés, dans une couche assez étendue d'une société donnée”. Dès lors que ce résultat et atteint, “il devient possible d'utiliser cette histoire comme tremplin d'un programme politique, et comme preuve d'une mystique”45. Une hagiographie se constitue alors par sélection d'époques prestigieuses. Le public à qui l'historien s'adresse est parfois peu défini mais il y a toujours des “citoyens”, à qui l'on s'adresse pour développer le “dévouement” envers la patrie46. Selon les situations, peut se développer un système de valeurs opposant la patrie et la “petite patrie” comme chez Eugène Dayot47 Il s'agit aussi de former la jeunesse en lui proposant des modèles moraux fondés sur l'enracinement dans le pays natal. Et, enfin, l'historien exalte son peuple, ses valeurs et sa spécificité. En somme, il s'agit donc, pour l'intelligentsia bourgeoise naissante, d'inviter ses compatriotes à “entrer dans l'histoire” en utilisant la mémoire cumulative de l'imprimé48. Mais l'histoire ne suffit cependant pas et “pour arriver à faire le point de sa position dans l'histoire générale du monde, et pour préciser les traits de cette image de soi que l'on projette à un moment déterminé de cette histoire, il faut recourir à la description directe”49. Ce sera le rôle de la littérature.

37Le “régionalisme romantique” à la Réunion – qui n'est pas très différent dans la littérature mauricienne et plus généralement sans doute, dans de nombreuses littératures appelées aujourd'hui francophones – est la tentative de reprendre la question posée par Bernardin de Saint-Pierre et de fonder un “sentiment moral” sur des images de la maternité et du “patriotisme insulaire On pouvait alors chanter ce patriotisme ou bien regretter son affaiblissement, sinon sa disparition, sous l'effet de l'attraction d'une mère patrie pourtant bien lointaine. Cette perspective trouvera, sinon son aboutissement, du moins l'une des étapes essentielles de son évolution, en 1962, lorsque le poète Jean Albany, en créant le mot “créolie”, proposera une formulation de ce lien primordial et intime de l'être à son pays natal. Mais nous sommes alors dans le XXe siècle réunionnais…

  • 50 F. Amelinckx, “La littérature louisianaise au XIXe siècle : perspective critique”, Présence francop (...)

38Au moment où ces textes s'écrivent au XIXe siècle, ceux-ci doivent donc se comprendre comme la constitution d'un artefact culturel permettant d'inscrire dans l'universalité le désir d'une sociogenèse : la consolidation du sentiment national créé par l'histoire est renforcée par une littérature autochtone. L'histoire rend en effet possible l'autonomisation de la production littéraire en instaurant une “mise à distance de la littérature de la métropole [qui] est réalisée par le biais de l'histoire locale comme sujet privilégié”50.

39Mais dans le cas de la Réunion, le roman historique, comme le Bourbon pittoresque d'Eugène Dayot (1848), précède l'histoire (l'Histoire de l'île Bourbon de Georges Azéma paraît en 1855). Son entreprise visant à inventer une “grande narration” du marronnage a une fonction idéologique très précise et correspond, dans les limites de la revendication de l'élite coloniale de l'époque, mais dans un contexte très virulent, à la manière dont Renan définira la nation :

  • 51 “Qu’est-ce qu’une nation ?”, cité par B. Anderson, op. cit., p. 19.

[…] l'essence d'une nation est que tous les individus aient beaucoup de choses en commun, et aussi que tous aient oublié bien des choses. Tout citoyen français doit avoir oublié la Saint-Barthélémy, les massacres du Midi au XIIIe siècle.51

  • 52 On se reportera, sur ce point, à B. Anderson, op. cit., p. 200 sq. Notons que l’auteur signale que (...)

40Le projet de Dayot n'est pas sans enjeu : il s'agit pour lui de faire du marronnage une “guerre fratricide rassurante” qui ne soit pas un obstacle à l'identité insulaire52. Comme l'écrit B. Anderson à la fin de son ouvrage :

  • 53 L’imaginaire national, op. cit., p. 206.

[…] la biographie de la nation se saisit de ces lueurs arrachées aux ténèbres : suicides exemplaires, martyres, exécutions, assassinats, holocaustes. Mais, à des fins narratives, il nous faut, à la fois, garder en mémoire et oublier ces lueurs tremblotantes comme nos morts.53

Les ambiguïtés d'une province coloniale

41Mais cela ne suffit pas à classer définitivement la littérature réunionnaise parmi les littératures provinciales car, comme le fait observer Auguste Viatte :

  • 54 A. Viatte, La francophonie, Larousse, 1969, p. 191.

Toutes les littératures francophones hors de France ont ainsi passé par une phase de régionalisme qui parfois rejoignait curieusement certains aspects du nationalisme maurassien (celui-ci, ne l'oublions pas, a plongé ses premières racines dans le félibrige) : elles exaltaient le génie du lieu face à la France comme leur génie français devant le reste du monde […].54

42Et la littérature de la Réunion n'a pas été seulement pensée comme une littérature provinciale, elle l'a aussi été à travers les paradigmes interprétatifs de la littérature coloniale. Cette littérature s'est définie, dans la mesure où elle était “ultra-périphérique”, dans un mouvement contradictoire tendant à se référer exclusivement à Paris tout en affirmant hautement, dans le même temps, son irréductible spécificité, en accentuant en quelque sorte les tensions inhérentes au phénomène régionaliste.

43La similitude entre littérature régionale et coloniale est soulignée, dès 1926, par Marius et Ary Leblond – écrivains réunionnais considérés comme les théoriciens du roman colonial – dans Après l'exotisme de Loti, le roman colonial. Et G. Hardy, en 1931, écrira :

  • 55 Cité par H.-J. Lüsebrink, ““Littérature nationale” et “espace national”. De la littérature hexagona (...)

Que dire de la littérature coloniale ? Elle a, ces dernières années, pris tout à fait les caractères d'une littérature régionaliste. L'influence, ici, saute aux yeux, et l'on est tout de suite tenté d'opérer une classification par régions coloniales. Chacune d'elles a ses romanciers attitrés, et généralement plus nombreux que ceux d'une province française.55

  • 56 L’exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, Larose, 1934, p. 39.

44L. Malleret notait, en 1934, que “la tendance exotique” n'était pas “foncièrement différente du régionalisme”56.

  • 57 Au service de l’Empire, 1946, cité par P. Siblot, “Pères spirituels et mythes fondateurs de l’Algér (...)
  • 58 Ibid., p. 38.
  • 59 Ibid., p. 40.
  • 60 Ibid., p. 39.
  • 61 Op. cit., p. 119.

45Il n'y a donc pas, selon les théoriciens de la littérature coloniale, de distinction entre colonial et régional, particulièrement dans les “vieilles” colonies et dans les colonies de peuplement où doit naître, au terme du processus colonial, une nouvelle “race À propos de la littérature “algérienne”, Maurice Ricord parle par exemple de “nationalisme” ou du “régionalisme colonial”57 et les premières recherches sur la littérature nord-africaine portent sur le “régionalisme intellectuel”58. Ainsi que le remarque P. Siblot, l'idéologie de R. Randau “est mue par un désir d'individuation de la colonie de peuplement qui se limite à revendiquer un particularisme culturel interne au cadre français ; elle reste un régionalisme”59. La vision est la même dans les vieilles colonies où le thème de la “petite patrie”, de l'outre-mer comme province, est très vivace60. À l'inverse, certaines colonies ne sont pas encore assez avancées sur cette voie pour prétendre avoir donné naissance à un “esprit régional Le Maroc, écrit R. Lebel, “est encore une trop jeune colonie pour que, à l'exemple de l'Algérie, une race nouvelle ait pu s'implanter, faire souche et développer une mentalité différente en plusieurs points de celle de la métropole”61.

  • 62 Cité dans F. Garavini, op. cit., p. 85.
  • 63 M. et A. Leblond, cités dans Itinéraires et contacts de cultures, op. cit., 1987, p. 196.
  • 64 P. Siblot, op. cit., p. 39.

46Il existe donc un parallèle très net entre la littérature coloniale et la tradition régionaliste, le régionalisme pouvant “être considéré comme une variété d'exotisme, un exotisme plus discret, plus mesuré et, si l'on peut dire, domestique, national”62, c'est-à-dire qui peut se targuer d'une plus longue histoire. Mais, comme le notent les Leblond, si le régionalisme “manifeste souvent contre Paris, la Littérature Coloniale ne s'oppose pas plus à Paris qu'à la province : elle s'inspire du génie de toute la France, de la France totale, de la Grande France”63. La prise de parole coloniale peut être “colonocentriste”64, elle n'est jamais et ne peut pas être séparatiste.

47Ce qui complique les choses, par rapport au régionalisme, c'est que bon nombre d'écrivains se prévalent de l'affirmation de l’existence d'un groupe humain – une “race” dans leur terminologie – possédant, par rapport à la métropole dont il est issu, une spécificité qui n'est pas reconnue. Ne pas légitimer ces littératures dans le giron de la littérature française, ce n'est pas seulement rejeter des écrivains, c'est mettre gravement en cause des populations fidèles à la France et ainsi entraver l'œuvre coloniale. La plainte de Marius et Ary Leblond n'a pas d'autre origine :

  • 65 Cité par M. Mathieu, “Touche pas à ma race ! (Lecture du Miracle de la race de M. A. Leblond)”, Iti (...)

À nous de faire parler de nous dans la mère patrie !… Les Européens ne nous considèrent pas encore comme des citoyens à poigne, mais comme une race d'artistes planteurs, parce que nous ne produisons pas la grosse denrée, mais ce qu'il y a de plus fin sur le marché : la vanille, le café, les liqueurs, les parfums !65

  • 66 Dans Les colons, 1926, cité par P. Siblot, op. cit., p. 47.

48L'algérianisme est un autre exemple de ce qui est en jeu. “Créer une race, écrit R. Randau, n'est qu'instituer une esthétique nouvelle”66.

49Il existe donc une argumentation insistante sur le thème du nécessaire progrès de la “civilisation” des élites insulaires :

  • 67 Feuille Hebdomadaire de l'Ile Bourbon, no 1202, 12 janvier 1842, cité par O. Caudron, “Des institut (...)

C'est aussi une pensée ingénieuse que d'avoir songé à fonder dans la colonie une bibliothèque publique. [Elle] attestera à l'étranger qu'il ne manque à Bourbon rien de ce qui constitue les attributs d'un pays aussi avancé dans la civilisation.67

50Les mutations sociales sont, quant à elles, analysées strictement de ce point de vue. Elles ressortissent de l'évolution “normale” de tout groupe humain parvenu à un certain stade de développement économique, comme à l’île Maurice par exemple :

  • 68 W. Ithier, op. cit., p. 37. Dès 1786, l’idée était avancée à l'Ile de France : “Les Iles de France (...)

Pendant les premières années de l'administration du général Decaen, la colonie fut très prospère ; les habitants déployèrent un luxe jusqu'alors inconnu ; les mœurs étaient policées et le terrain était propice à la culture intellectuelle. Les lois furent remaniées et mises en harmonie avec les besoins d'une population civilisée.68

51C'est que le thème de la rencontre des races n'est pas sans importance et que le caractère “français” d'une littérature ultrapériphérique est idéologiquement important. Ainsi, Marius et Ary Leblond dans Anicette et Pierre Desrades, roman paru en 1911, entendaient, ainsi qu’ils l’expliquaient dans la préface de leur livre, narrer “le drame de la race blanche émigrée loin de la Mère-Patrie, et luttant contre le climat, la nature et des populations exotiques sur lesquelles elle se doit d’assurer et faire triompher son destin”, En somme, il ne s'agit pas de paraître “civilisé” aux seuls yeux du “Parisien” : il faut l'être surtout pour des populations placées sous sa domination.

L'hyperprovince

  • 69 Voir par exemple M. Mathieu. Le discours créole dans le roman réunionnais d’expression française, T (...)

52Les conditions de la naissance de ces littératures au XIXe siècle sont essentielles à la compréhension de leur situation actuelle : autochtonie de l'écrivain, production locale, ancrage référentiel et expression de l'identité continuent d'être les paramètres de la réception et de la réflexion sur les littératures des Mascareignes69, et sans doute de la plupart des littératures francophones. Une œuvre littéraire périphérique doit être produite par un autochtone, imprimée localement et porter – sinon exhiber – des traces de son insertion dans un espace spécifique (sa “couleur locale”). On voit donc se produire un curieux “effet de problématique” car, ce qui est posé comme exigence définitoire, c'est bien le caractère nécessairement “particularisant” de l'œuvre périphérique, mais une particularisation ethno / géolinguistique : l'œuvre inaugurale est pensée, dès le départ, dans la dépendance.

  • 70 Cité par É. Glissant, op. cit., p. 181. On notera qu’il retrouve là les propos de nombre d’écrivain (...)

53Pour René Ménil par exemple “qui dit colonisation dit mode de civilisation fondé sur l'économie paysanne”. Alors, “le provincialisme y sera principe de vie et base des rapports humains. La poésie, naissant dans un tel milieu, ne peut être que grâces balourdes et vues attardées”70. La colonie, comme :

  • 71 F. Garavini, op. cit., 79.

[…] la province-campagne se trouve prise dans une double opposition : positive, en tant que lieu des vertus permanentes et indéfectibles ; négative, en tant qu'espace restreint où se rétrécissent les esprits sous l'emprise des humeurs locales trop particulières. L'équilibre est problématique et instable […].71

  • 72 Op. cit., p. 360.

54Et A.-M. Thiesse fait observer, au sujet des écrivains régionalistes, que les “valeurs éthiques et patriotiques” mises en avant par ces écrivains “n'ont plus cours dans un champ littéraire autonomisé où les seules valeurs explicitement tenues pour légitimes sont d'ordre esthétique”72. Il n'en va pas différemment pour les écrivains ultrapériphériques :

  • 73 S. Yahalom, “Constantes fonctionnelles du discours-manifeste”, Littérature, no 39, oct. 1980, p. 11 (...)

[…] dans une situation historique où la norme dominante est celle du renouveau (de l'infraction perpétuelle à la norme par le “créateur individuel”) ce sont les diverses périphéries systémiques qui assument, en général, le rôle de conservatisme : “dépôt” des modèles dominants usés et dégénérés.73

55Cette question, pourtant, n'est spécifique ni à la littérature coloniale ni à la littérature francophone : elle appartient à la problématique de la littérature en français. Déjà, les régionalismes, dans les romans de G. Sand par exemple, avaient suscité l'opposition d'une partie de la critique :

  • 74 Gustave Planche, cité dans F. Garavini, op. cit., p. 77.

Au nom de la vérité absolue nous pouvons voir demain inaugurer sur la scène le patois de l'Auvergne, le patois de la Picardie, et bientôt pour comprendre les œuvres conçues dans ce nouveau système, il faudra consulter des glossaires spéciaux.74

56Et cette réaction n'est pas purement épidermique. Le même G. Planche expliquera :

  • 75 Cité par A. Guedj, op. cit., p. 81. Le lien avec le “réalisme moral” prôné par les écrivains coloni (...)

Le roman s'occupera de l'homme, de ses passions et de ses pensées, et négligera l'ameublement et le costume. Les bahuts et les tentures disparaîtront devant l'analyse de la souffrance. La décoration une fois simplifiée, les personnages s'agrandiront.75

  • 76 G. Tougas, Les écrivains d'expression française et la France. Essai, Denoël, 1973, p. 236 et 237.

57Une telle condamnation s'étendra de la littérature qui ne doit pas conduire au “répertoire des tournures provinciales” aux littératures francophones : “l'écrivain d'expression française doit renoncer à réaliser une œuvre de conservation linguistique puisque son métier concerne l'esthétique, non la banque des mots”76.

  • 77 Sur la négrification voir J.-C. Blachère, Négritures. Les écrivains d’Afrique noire et la langue fr (...)
  • 78 Voir F. Alexis, “Les régionalismes suisses-romands et savoyards de Jean-Jacques Rousseau”, Annales (...)
  • 79 Voir A.-M. Thiesse, op. cit.
  • 80 Voir C. Zabus, The African palimpsest: indigenization of language in the west african europhone nov (...)

58Cette réflexion indique donc que le programme lansonien cité en exergue du présent travail n'a rien perdu de son actualité puisqu'il faut poser l'existence – de manière identique à ce qui se passe pour la langue – d'un double mouvement de diversification et de maintien de l'unité d'une littérature historiquement constituée. D'une part, il existe un mouvement qui tend à la diversification de la langue littéraire que l'on peut nommer selon les cas négrification, indigénisation, créolisation77 Ce mouvement serait à analyser dans ses rapports avec la régionalisation qui se produit assez vite dans l'écriture de certains écrivains européens (helvétismes chez Rousseau78, survivances dialectales chez Chateaubriand, provincialismes chez Balzac…) et qui aboutit aux mouvements régionalistes structurés du XIXe siècle79. D'un autre côté, et à l'inverse, on aurait un mouvement qui tendrait à maintenir l'intercompréhension entre ces différentes formes de particularisation de l'écriture80 par une même référence à l'institution littéraire française conçue comme une identité possible à laquelle l'écrivain peut référer sa production. Par là, ces “formes de la littérature” sont bien de la littérature en français.

Notes

1 Cité par F. Garavini, “Province et rusticité : esquisse d’un malentendu”, Romantisme, vol. XXX, fasc. 35, p. 74-89 ; citation p. 87. Le texte de G. Lanson a été réédité dans Essais de méthode de critique et d'histoire littéraire par H. Peyre, 1965, Hachette, p. 81-89.

2 J.-C. Roda, “Place de l’île de la Réunion dans la littérature française d’outre-mer”, Présence francophone, 1976, no 12, p. 171-180 ; citation p. 180.

3 Auguste Lacaussade, secrétaire de Sainte-Beuve à partir de 1844, puis Bibliothécaire du Sénat en 1872 publie, en 1839, Les Salaziennes (Paris, J.-P. Aillaud), recueil de poésies dédié à Victor Hugo et, en 1842, une traduction des œuvres complètes d'Ossian (Paris, Delloye), ouvrage couronné par l'Académie Française. En 1852, paraîtra Poèmes et paysages.

4 J.-C. Roda, ibid., p. 174.

5 J.-C. Roda, ibid., p. 171-172.

6 J.-C. Roda, ibid., p. 178.

7 Littératures françaises hors de France”, Bulletin de l’Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, t. XLVI, no 1, 1968, p. 246-262.

8 On peut se référer en particulier à Leconte de Lisle qui écrivait, dans Sacatove : “Le créole est un homme grave avant l'âge, qui ne se laisse aller qu'aux profits nets et clairs, au chiffre irréfutable, aux sons harmonieux du métal monnayé. Après cela tout est vain, amour, amitié, désir de l'inconnu, intelligence et savoir : tout cela ne vaut pas un grain de café…” (Contes en prose, cité par J.-C. Roda, “Le mouvement intellectuel à la Réunion au XIXe siècle”, Annuaire des pays de l'Océan indien, vol. IV, 1977 (février 1979). Mais de manière générale, A. Dupouy, qui publie en 1942, chez A. Colin, une Géographie des lettres françaises, rappelle l’extraordinaire mépris des écrivains parisiens (fraîchement issus de leur province pour beaucoup d’entre eux !) envers la Province et les provinciaux.

9 J.-C. Roda, “Place de l’île de la Réunion dans la littérature française d’outre-mer”, op. cit., p. 177 par exemple mais le propos se retrouve aussi chez aussi A. Viatte.

10 Librairie Larose, coll. Les manuels coloniaux, p. 45 ; c’est nous qui soulignons.

11 F. Garavini, op. cit., p. 74.

12 J.-C. Carpanin Marimoutou, “Texte et contre-texte en situation de diglossie”, Cahiers de praxématique, no 5, 1985, p. 31-44 ; p. 31 pour la présente citation.

13 Voir R. Ménil, Tracées. Identité, négritude, esthétique aux Antilles, Robert Laffont, coll. Chemins d’identité, 1981, p. 99, 117-118, 197.

14 Ibid., p. 107.

15 É. Glissant, Le discours antillais, Éditions du Seuil, 1981, p. 181.

16 Préface à J.-G. Prosper, Histoire de la littérature mauricienne de langue française, Port-Louis, Éditions l’Océan indien, 1978, p. 5. J.-G. Prosper écrira, à propos des poètes modernes : “C’est par cet élan mystique de verticalisation que la littérature mauricienne échappe au romantisme mouillé d’insularité, à l’exiguïté horizontale, pour mieux prendre une place légitime dans les courants universels de la pensée." (Notre librairie, no 54-55, juillet-oct. 1980, p. 96).

17 “Le mouvement intellectuel à la Réunion au XIXe siècle”, op. cit., p. 122.

18 Reproduit dans la Revue culturelle réunionnaise, 2e série, no 4, mars 1978.

19 La pétition au Gouvernement provisoire demandant l'abolition de l’esclavage est en effet présentée par les “jeunes Créoles de l’île de la Réunion” (le texte complet est reproduit par Prosper Ève, “Charles Leconte de Lisle (1818-1894). Du républicain socialiste maudit au poète récupéré”, Grand Océan, no 6, juillet 1995, p. 27-45 ; p. 30-31 pour la présente citation). A. Lacaussade, qui a envisagé un temps d'être candidat à la députation à la Réunion, s’adresse, le 14 mai 1848, à son ami Pierre Legras pour lui demander d’être candidat avec lui en faisant référence à cette démarche des jeunes Créoles de l’île de la Réunion” (voir les documents cités dans Yvan Combeau et Prosper Ève, La Réunion républicaine au XIXe siècle. L’avènement de la IIe et de la IIIe République à la Réunion 1848/1870, Le Port (île de la Réunion), Les deux mondes, coll. Futur antérieur, 1996, p. 22 et 151).

20 Selon certains commentateurs, l'histoire de la littérature réunionnaise pose problème en ce sens que l'on y distingue mal les influences : on peut se demander, écrit J.-C. Roda “si les mouvements littéraires qui ont secoué la France du XIXe siècle ont trouvé un écho chez les Réunionnais” (“Le mouvement intellectuel à la Réunion au XIXe siècle”, op. cit., p. 122). Et l'auteur d'expliquer ce “retard tropical” par la rareté des relations intellectuelles avec la France et à la lenteur des communications. Mais cette remarque doit être nuancée car “[…] “les maîtres de lecture” de la colonie suivent de près le mouvement littéraire parisien et mettent rapidement à la disposition de leurs lecteurs les ouvrages les plus en vogue dans la métropole ; du reste, si tel n'était pas le cas, leur clientèle ne le leur pardonnerait sûrement pas et les déserterait bien vite” (Olivier Caudron, “Des institutions de lecture de l’île Bourbon sous la Monarchie de Juillet : bibliothèques des bons livres et cabinets de lecture”, Bulletin de liaison et d’information de l'Association Historique Internationale de l’Océan Indien, nouvelle série, no 9, mai 1988, p. 11-63, citation p. 42). La liste des titres disponibles dans les cabinets de lecture de Bourbon montre que, dans les années 1840, le décalage entre la publication d'un roman à Paris et son arrivée dans l’île n'est que d'une année (voir Olivier Caudron, Ibid., p. 41 sq.)

21 Voir à ce sujet Aimé Guedj, “Le référent idéal ou 1’indigestible”, Semen, no 4, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1989, p. 67-105.

22 Lettre IV, dans Œuvres de Parny, Paris, Debray, 1808.

23 Avant propos” du Bourbon pittoresque, in Œuvres choisies, Saint-Denis, NID 1977, p. 14.

24 Voir C. Wanquet, Histoire d'une révolution. La réunion (1789-1803), Marseille, Éditions Jeanne Laffitte, 1981.

25 Cité dans Olivier Caudron, Les Francs-Créoles de l’île Bourbon (1831-1833), Saint-Denis, Éditions CNH, coll. “Les cahiers de notre histoire”, 1996, p. 39. L’article premier de la “Profession de foi du Franc-Créole” était le suivant : “Je considère l’île Bourbon comme ma patrie et me considère, moi-même, comme étant avant tout citoyen de Bourbon”, suit un serment de fidélité à la “Patrie créole” (ibid., p. 41). Sur le lien entre ce mouvement et le phénomène des cabinets de lecture à Bourbon, voir Olivier Caudron, “Des institutions de lecture de l’île Bourbon sous la Monarchie de Juillet : bibliothèques des bons livres et cabinets de lecture” op. cit p. 27.

26 F. Garavini, op. cit., p. 79.

27 J.-C. Roda, “Place de l'île de la Réunion dans la littérature française d’outre-mer”, op. cit., p. 175.

28 Les poètes de l'île Bourbon, p. 10.

29 Réflexions sur mes contemporains, cité dans Marius-Ary Leblond, Leconte de Lisle. Essai sur le génie créole, 1906 ; rééd. Saint-Denis, Grand Océan, 1995, p. 319-320 ; c'est nous qui soulignons. Le poète continue en exceptant Leconte de Lisle parce qu’il est difficile de savoir qu’il “a reçu le jour dans une des ces îles volcaniques et parfumées où l’âme humaine, mollement bercée par toutes les voluptés de l’atmosphère, désapprend chaque jour l'exercice de la pensée”.

30 Voir sur ce point A. Corbin, “Paris-Province”, in P. Nora (dir), Les lieux de mémoire, t. 2, Paris, Gallimard, Coll. Quarto, p. 2851-2888 ; particulièrement p. 2863.

31 Les littératures en français des îles de l'Océan Indien”, Présence francophone, 1985, vol. 26, p. 11-24 ; citation p. 15.

32 W. Ithier, La littérature de langue française à l'île Maurice, 1930, Genève, Slatkine reprints, 1981, p. 33. L’auteur fait ici principalement référence à la “Réfutation de Bernardin de Saint-Pierre”, de Thomi Pitot (1779-1821), Président de la Société de la Table Ovale, qui est le premier, sinon l'un des tous premiers textes sur la littérature éditée à l’île Maurice (voir aussi les documents d’archives datant de 1818, reproduits par Norbert Benoit dans Itinéraires et contacts de culture, vol. 3, 1983, p. 163-171).

33 Tableaux Historiques, Politiques et Pittoresques de l'Isle de France, 1839 ; rééd.

34 “Herr Professor Doctor Schuchardt et les notables réunionnais”, Travaux et Documents, no 6-7, Faculté des Lettres et Sciences Humaines - Université de la Réunion, p. 11-26 ; p. 20 pour la présente citation.

35 Jean Benoist, Un développement ambigu. Structure et changement de la société réunionnaise, Saint-Denis, FRDOI, Coll. Documents et recherches no 10, 1983, p. 147.

36 F. Garavini, op. cit., p. 74.

37 L’atelier de l’histoire, Flammarion, coll. Science, 1982, p. 75.

38 Voir les données rassemblées par A. Viatte dans son Histoire comparée des littératures francophones, Nathan, Coll. Nathan-Université, 1980, sous le titre L'Isle de France, Saint-Denis, ARS Terres Créoles, 1992, p. 12.

39 R. Rémond, Introduction à l’histoire de notre temps, 1974, cité par R. Beaudouin, Naissance d’une littérature. Essai sur le messianisme et les débuts de la littérature canadienne-française (1850-1890), Québec, Éditions du Boréal, 1989, p. 60. Sur cette question, voir Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle-Époque et la Libération, Paris, PUF, coll. Ethnologies, 1991 et Jean-François Chanet, L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, Coll. Histoires, 1996.

40 Sur ce point, voir Robert Chaudenson, “Les créoles français de l'Océan indien”, in P. Carile (dir.), Sur la route des Indes orientales. Aspects de la francophonie dans l’Océan indien, Fasano/Paris, Schena/Nizet, 1995, p. 399-422 ; citation p 403

41 1932, p. 2.

42 Voir Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Maspéro, 1971.

43 Pierre Poivre, cité par J.-M. Racault, “Les origines du mythe insulaire indianocéanique”, in Sur la route des Indes orientales, op. cit., p. 68. Voir aussi p. 70 sq.

44 Voyage à l'Isle de France, R. Chaudenson (éd.), Ile Maurice, Éditions de l’Océan indien, 1986, p. 435. Nous avons modernisé l’orthographe.

45 G. E. von Grunenbaum, “L’acculturation, thème de la littérature arabe contemporaine”, Diogène, no 39, p. 97-137 ; citation p. 114-115. Cette mystique apparaît très clairement chez Dayot, en particulier dans le didactisme patriotique d'une pièce de théâtre comme La récréation qui se termine par ces mots : “Oui, donnons tout notre amour à notre cher pays. Ne formons qu'une seule et même famille. Aimons-le comme des frères, et à genoux, demandons à Dieu qu'il le bénisse et le protège.” (in Œuvres choisies, op. cit., p. 235).

46 L'un des sentiments les plus précieux que la nature ait gravés dans nos cœurs, celui dont les douces émotions répandent le plus de charmes sur les souffrances de la vie, est sans doute l'amour des lieux témoins de nos premiers plaisirs, du ciel dont l’éclat à frappé nos yeux s'ouvrant pour la première fois à la lumière. Terre natale, forêts antiques, nature majestueuse et éloquente, retraite auguste, séjour d’innocence et de liberté, quels sont ces liens magiques que ne peuvent jamais briser vos enfants ?” (Magon de St Elier, op. cit., p. 14).

47 Dans d'autres cas et en d'autres lieux, quand cela est possible, la visée est clairement nationale : Le temps est donc atteint où les Haïtiens eux-mêmes doivent s’efforcer de découvrir dans leurs traditions nationales, dans le peu de documents qu’ils possèdent, la filiation des événements qui ont influé sur les destinées de leur patrie. En dégageant la vérité de l’erreur, par des appréciations raisonnées sur les choses et sur les hommes, ils auront fait une œuvre d’utilité publique. De cet examen approfondi doivent résulter des enseignements propres à cimenter l’union entre les citoyens, à exciter en eux un plus grand dévouement à cette patrie. ” (Beaubrun Ardouin, 1853, cité par A. Viatt, Histoire littéraire de l’Amérique française des origines à 1950, Québec/Paris, Presses Universitaires de Laval/PUF, 1954, p. 369).

48 Voir Benedict Anderson, L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l’essor du nationalisme, Paris, La découverte, 1996, p. 89.

49 G. E. von Grunenbaum, op. cit., p. 121.

50 F. Amelinckx, “La littérature louisianaise au XIXe siècle : perspective critique”, Présence francophone, vol. XXX, no 43, 1993, p. 1 1-24 ; citation p. 12. L’auteur ajoute : “Ceci correspond à un phénomène semblable dans les autres littératures nationales de l'Amérique française et s’était produit en France sous l’influence du mouvement romantique, du retour aux sources nationales et la vogue du roman historique”.

51 “Qu’est-ce qu’une nation ?”, cité par B. Anderson, op. cit., p. 19.

52 On se reportera, sur ce point, à B. Anderson, op. cit., p. 200 sq. Notons que l’auteur signale que l’œuvre de James Fennimore Cooper (les Contes de Bas-de-Cuir en particulier) s’inscrit dans la perspective de la narration d’une fraternité dans une société fracturée par les antagonismes (ibid., p. 203). Les commentateurs ont d’ailleurs noté l’influence du Dernier des Mohicans (1826) sur le Bourbon pittoresque de Dayot. (voir par exemple, J. Lougnon dans la préface de l'édition de 1966 de Bourbon pittoresque, op. cit., p. 6 et J.-F. Sam-Long, Guide bibliographique du roman réunionnais d’expression française et créole (1844-1989), Saint-Denis, UDIR, 1989, p. 20). Le succès des romans de Cooper à la Réunion a été important (voir O. Caudron, “Des institutions de lecture de l’île Bourbon sous la Monarchie de Juillet…”, op. cit., p. 46).

53 L’imaginaire national, op. cit., p. 206.

54 A. Viatte, La francophonie, Larousse, 1969, p. 191.

55 Cité par H.-J. Lüsebrink, ““Littérature nationale” et “espace national”. De la littérature hexagonale aux littératures de la “Plus grande France” de l’époque coloniale (1789-1960)”, in Michel Espagne et Michael Werner, (éds), Philologiques III, Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire, Maison des Sciences de l’Homme, 1994, p. 265-286 ; citation p. 278 ; c’est nous qui soulignons.

56 L’exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, Larose, 1934, p. 39.

57 Au service de l’Empire, 1946, cité par P. Siblot, “Pères spirituels et mythes fondateurs de l’Algérianisme”, Itinéraires et contacts de cultures, vol. VII, 1987, p. 29-59; citation p. 36.

58 Ibid., p. 38.

59 Ibid., p. 40.

60 Ibid., p. 39.

61 Op. cit., p. 119.

62 Cité dans F. Garavini, op. cit., p. 85.

63 M. et A. Leblond, cités dans Itinéraires et contacts de cultures, op. cit., 1987, p. 196.

64 P. Siblot, op. cit., p. 39.

65 Cité par M. Mathieu, “Touche pas à ma race ! (Lecture du Miracle de la race de M. A. Leblond)”, Itinéraires et contacts de cultures, vol. VII, p. 99-131 ; citation p. 123.

66 Dans Les colons, 1926, cité par P. Siblot, op. cit., p. 47.

67 Feuille Hebdomadaire de l'Ile Bourbon, no 1202, 12 janvier 1842, cité par O. Caudron, “Des institutions de lecture de l’île Bourbon sous la Monarchie de Juillet : bibliothèque des bons livres et cabinets de lecture”, op. cit., p. 13.

68 W. Ithier, op. cit., p. 37. Dès 1786, l’idée était avancée à l'Ile de France : “Les Iles de France et de Bourbon sont parvenues à cette période intéressante où, pour s'élever au degré de splendeur dont elles peuvent être susceptibles, elles n'ont qu'à diriger vers la culture de l'esprit, un peu de cette activité qu’on y donne aux affaires” (texte reproduit par Magon de St Elier, op. cit., p. 208).

69 Voir par exemple M. Mathieu. Le discours créole dans le roman réunionnais d’expression française, Thèse de 3ème cycle, Aix-en-Provence, 1984, p. 128, n. 1 et M. Beniamino, L’imaginaire réunionnais, Saint-Denis de la Réunion, Éditions du Tramail, 1992.

70 Cité par É. Glissant, op. cit., p. 181. On notera qu’il retrouve là les propos de nombre d’écrivains originaires des colonies mais ayant réussi à s’imposer à Paris comme Antoine de Bertin ou surtout Leconte de Lisle.

71 F. Garavini, op. cit., 79.

72 Op. cit., p. 360.

73 S. Yahalom, “Constantes fonctionnelles du discours-manifeste”, Littérature, no 39, oct. 1980, p. 11-119 ; citation p. 114.

74 Gustave Planche, cité dans F. Garavini, op. cit., p. 77.

75 Cité par A. Guedj, op. cit., p. 81. Le lien avec le “réalisme moral” prôné par les écrivains coloniaux est évident : “Chaque fois que l’accessoire de la géographie, des métiers et des usages, bref, chaque fois que le décor de la vie humaine est donné pour l’essentiel de cette vie, l’art se dégrade et se disqualifie” (R. Ménil, cité par É. Glissant, op. cit., p. 181).

76 G. Tougas, Les écrivains d'expression française et la France. Essai, Denoël, 1973, p. 236 et 237.

77 Sur la négrification voir J.-C. Blachère, Négritures. Les écrivains d’Afrique noire et la langue française, L’Harmattan, 1993, p. 116-117.

78 Voir F. Alexis, “Les régionalismes suisses-romands et savoyards de Jean-Jacques Rousseau”, Annales de la société Jean-Jacques Rousseau, vol. III, fasc. XXX, 1907, p. 1-67.

79 Voir A.-M. Thiesse, op. cit.

80 Voir C. Zabus, The African palimpsest: indigenization of language in the west african europhone novel, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1991.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search