Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Ambivalences d’une bipolarité

Paris, la province et le chef-lieu : tradition et progrès dans Le Moulin du Frau et Jacquou le Croquant d’Eugène Le Roy

Francis Lacoste

Texte intégral

1La littérature du XIXe siècle oscille entre deux représentations de la province, celle de l’idylle sandienne et celle du naturalisme zolien. Placé au cœur des enjeux littéraires et idéologiques de cette époque, romancier militant, autodidacte très attaché à son petit pays du Périgord, Eugène Le Roy exprime bien cette tension à travers une œuvre originale et parfois méconnue.

  • 1 L’édition de référence est celle du Livre Club Diderot : Eugène Le Roy, Œuvres (Le Moulin du Frau, (...)

2Dans cette perspective, deux romans à la première personne peuvent être interrogés. Le Moulin du Frau (1891), œuvre bucolique qui raconte la vie du meunier républicain Hélie Nogaret, décrit la vallée de Lisle et accorde une large place au folklore et aux traditions rustiques, sans négliger le contexte politique. Jacquou le Croquant (1899), roman plus sombre, à l’image de la Forêt Barade où il se situe, évoque la longue vie du héros : une enfance malheureuse après la mort du père qui, sous la Restauration, s’est révolté contre le brigandage féodal du comte de Nansac, la vengeance qui aboutit à l’incendie du château en 1830, puis une vie relativement sereine en accord avec la nature1.

3Situés dans un cadre géographique étroit, ces deux romans ne reposent pas sur l’antagonisme classique entre Paris et la province, mais ils opposent monde urbain et monde rural, tout en intégrant le terroir dans le cadre de la nation.

4L’œuvre de Le Roy ne peut être réduite à un schéma balzacien et ne repose pas sur une dichotomie Paris / province. La capitale se trouve d’ailleurs rarement évoquée, et son image est alors négative. Selon l’avocat Fournier, qui a renoncé au barreau afin de venir “planter [ses] choux” au Frau, la vie y est “agréable pour les riches seulement” (p. 325). Alors que la campagne incite à l’économie, Paris apparaît comme le lieu de la dépense, ce qui permet au meunier Nogaret d’expliquer la misère du peuple avant la Révolution par une analyse socio-économique un peu simpliste : “les seigneurs recevaient tous leurs revenus, percevaient leurs rentes, leurs redevances, tiraient tout ce qu’ils pouvaient de leurs gens, et s’en allaient fricasser tout ça à Paris ou à Versailles” (p. 114). On comprend donc que la grande ville soit également dénoncée pour des raisons morales : après l’incendie du château, deux filles du comte se retrouvent dans la capitale, où elles pourront se livrer à leurs vices : “la troisième, la plus délurée de toutes, avait été rejoindre à Paris sa sœur aînée qui depuis longtemps avait mal tourné” (p. 629). Même sur le plan politique, la condamnation est claire, ce qui peut étonner de la part d’un écrivain progressiste :

Deux millions cinq cent mille habitants à Paris, le quinzième de la population totale du pays, c’est comme si la France avait un érysipèle à la tête : aussi Paris a-t-il toujours un peu la fièvre, – et nous la donne-t-il quelquefois (p. 374).

5La concentration de la population suscite donc une effervescence dangereuse pour la paix, et on peut penser que Le Roy fait ici allusion aux affrontements sanglants de la Commune.

6Si Paris n’apparaît guère et ne suscite aucune fascination, bien au contraire, la province ne semble pas exister du tout en tant que concept. Les personnages se définissent d’abord par leur terroir, comme Jacquou qui situe son récit dès la première page “sur la lisière de la Forêt Barade, dans le haut Périgord” (p. 387). Les habitants des régions voisines sont des étrangers, et à ce titre souvent méprisés. Ainsi Hélie Nogaret juge-t-il avec condescendance l’ami de son cousin :

C’était un brave homme, je le crois, car mon cousin le disait ; mais franchement avec ses longs cheveux, sa barbe et sa peau de bique, il avait plutôt l’air de quelque sauvage que d’un homme du Périgord ; mais je crois qu’il était Limougeaud (p. 173).

7Dans cette civilisation traditionnelle où agriculture et artisanat se mêlent étroitement, chaque petit pays s’efforce de vivre en autarcie. L’agriculture est vivrière, et l’oncle Nogaret n’achète pas son tabac à Périgueux, mais chez l’épicier-aubergiste de Coulaures qui lui fait moudre son grain : “Par ce moyen chacun fait ses affaires, et l’argent ne sort pas du pays” (p. 43). Cette étroitesse du cadre économique se traduit au plan culturel par un système de références interne à la communauté. En dehors des grandes dates de l’Histoire, ce sont les événements de la vie familiale qui assurent la cohésion du groupe et le coupent de la société englobante :

Il faut savoir que, chez nous autres, c’était la coutume de nous rappeler les années par la chose la plus marquante : comme l’année du grand hiver, l’année des grandes eaux, l’année de la grêle, l’année des grosses vendanges, l’année de la mort de ma mère, l’année que le tonnerre tomba dans la cheminée, l’année de mon mariage, l’année qu’on avait mis mon oncle en prison, l’année du procès et autres affaires comme ça (p. 252).

8Mais l’opposition entre Paris et la province est surtout ruinée par la présence constante de l’Histoire. Les moindres lieux portent la marque du passé, et la sociabilité rurale est transformée pour intégrer la réflexion politique. Ainsi, lors de la veillée au Frau, on travaille, on chante, on raconte des légendes, mais le personnage du tailleur républicain représente la conscience de la fraction du peuple résolument hostile au Second Empire. Même les traditions et les rites sont transformés par Le Roy afin d’introduire une dimension historique dans le récit. Lorsque la mère de Jacquou crache dans sa main droite, y fait une croix et montre le château de l’Herm, elle suit “le rite antique des serments solennels, usité dans le peuple des paysans du Périgord depuis des millions d’années” (p. 462) ; mais ce geste immémorial appelle Jacquou à se venger du comte qui a fait périr son père au bagne, et il prend donc une valeur révolutionnaire. L’idéologie est constamment présente, si bien que la province est le lieu d’une contradiction interne entre nantis et misérables : de retour à la chaumière après la messe de minuit au château, Jacquou prend conscience de l’inégalité sociale :

Pourquoi, là-haut, tant de bonnes choses, plus que de besoin, et chez nous de mauvaises miques froides de la veille ? Dans ma tête d’enfant, la question ne se posait pas bien clairement, mais tout de même, il me semblait qu’il y avait là quelque chose qui n’était pas bien arrangé (p. 395).

9Le Roy se démarque donc du schéma balzacien et n’oppose pas la province, lieu de la non-histoire, à la capitale qui fascine, mais il décrit une société réduite à de petites cellules indépendantes investies par l’Histoire et l’idéologie.

10Toutefois, le monde de Le Roy est bien fondé sur une opposition fondamentale, mais celle-ci se situe entre la ville et la campagne. Face à un espace urbain emporté dans le mouvement de l’Histoire, le monde rural est celui de la permanence. A une époque où la civilisation traditionnelle est menacée, où la campagne n’est plus un monde replié sur lui-même, l’écrivain exalte l’éternel retour des saisons et des jours. Cette volonté de fixer le temps apparaît notamment dans Le Moulin, roman où la nostalgie du passé traduit un désir de retrouver l’enfance ; entre 1844 et 1889, la cuisine du Frau est restée identique :

Il y a quarante ans de ça ; mais je pourrais refaire l’inventaire, je crois qu’il n’y manquerait guère de choses. Mon grand-père reviendrait au monde, qu’il trouverait encore la plus grande partie des affaires qu’il y avait de son temps. Nous aimons beaucoup, chez nous, garder comme ça les vieilleries qui nous viennent de nos anciens et leur ont servi (p. 47).

11Il faut donc – exception faite de la grande propriété qui doit être démembrée – figer la structure foncière, et Le Roy s’inspire de la famille-souche chère à Le Play pour exalter le modèle patriarcal dans lequel les biens sont transmis intégralement à l’un des enfants : on reconnaît l’idéal républicain d’une démocratie fondée sur la petite propriété. Même s’il manifeste parfois une certaine ironie, Le Roy évoque avec tendresse un monde fondé sur la tradition et la répétition, où les pratiques magiques et superstitieuses ont leur place : dans Le Moulin du Frau le sorcier-guérisseur parvient à sauver le domestique Gustou en le faisant rôtir dans le four ; et c’est seulement dans son dernier roman, L’Ennemi de la Mort, que Le Roy opposera au prétendu “médecin des fièvres” un vrai médecin, Daniel Charbonnière. Au nom du “bon sens paysan” et du refus de la nouveauté, Le Roy accueillera même avec scepticisme les découvertes préhistoriques ; en effet, il ne prend aucune distance par rapport au discours terre à terre de son narrateur :

  • 2 Le Moulin du Frau, 1re édition, Dreyfous et Dalsace, [1895], p. 419. Le passage disparaîtra dans le (...)

Le monsieur disait que les hommes d’autrefois avaient demeuré là. Moi je me pensais qu’il y avait des siècles, des bergers avaient bien pu y faire du feu comme moi j’y en avais fait si souvent ; que, avant que le moulin fût bâti, des loups pouvaient bien y avoir traîné des brebis pour les manger ; que des braconniers pouvaient bien y avoir taillé des pierres pour mettre à leur fusil, mais bien entendu je n’en disais rien (p. 110)2.

12C’est parce que la vie à la campagne ne change pas qu’elle peut rendre l’homme heureux. Reprenant un topos de la littérature rustique, Le Roy oppose la liberté du paysan au sentiment d’ennui et d enfermement qu’éprouve l’employé. En effet, pour faire plaisir à sa mère, Hélie a accepté de travailler à la Préfecture, alors qu’il aurait pu revenir chez son oncle Nogaret :

Quelle différence avec le Frau ! être enfermé dans cette sale boîte, comme disaient les jeunes gens, moi qui étais si libre là-bas ! Des fenêtres, on voyait les toits en tuiles creuses des vieilles masures étagées sur les pentes de l’antique Puy-de-Saint-Front, pleins de tessons de pots et de bouteilles, de sales chiffons, de vieilles savates, et où errait parfois un chat maigre et hérissé. Ah ! ce n’était plus la vue du bief du moulin qu’on avait de la chambre de mon oncle. Et quelle odeur dans ce bureau ! C’était comme un relent de vieux papiers qui prenait à la gorge, mélange de poussière et de pâtes aigries (p. 81).

  • 3 Jules Méline, Le Retour à la terre et la surproduction industrielle, 3e édition, Hachette, 1905.
  • 4 Emmanuel Le Roy Ladurie, Préface à l’édition Presses Pocket de Jacquou le Croquant, p. XII.
  • 5 Eugen Weber, La Fin des terroirs, Fayard, 1983.

13Le Roy peint le monde rustique sous des couleurs idylliques et oppose aux plaisirs factices de la ville le bonheur simple du paysan : “Trois choses seules sont désirables : la santé, l’indépendance et la paix du cœur” affirme le meunier (p. 370). A rebours du sens de l’Histoire, au moment où l’exode rural s’accélère, l’écrivain fait écho à un célèbre essai de Jules Méline et prône le retour à la terre pour résoudre les problèmes de la société industrielle3. La fiction devient donc compensatrice, et l’on voit le curé Bonal se faire paysan et Hélie abandonner son travail de fonctionnaire pour revenir au Frau après la mort de sa mère. Cette volonté fantasmatique de “repaysannisation du monde”4 ne trompe personne, mais elle traduit l’angoisse d’un écrivain et d’une société confrontés à la “fin des terroirs”5. La crise agricole, la chute des cours du blé au début de la IIIe République, l’exode rural qui s’accélère vertigineusement dans la deuxième moitié du siècle, contribuent à créer dans le monde rural un sentiment d’infériorité que tente de masquer un éloge outrancier de la vie rustique. On remarquera d’ailleurs que Le Roy ne réussit jamais à décrire les travaux des champs, que son évocation reste abstraite et se réduit à des clichés :

Cette vie étroitement attachée à la terre me convenait ; j’aimais à pousser mes bons bœufs limousins dans le champ que déchirait l’araire, enfonçant mes sabots dans la terre fraîche, et suivi de toutes nos poules qui venaient manger les vers dans la glèbe retournée. Les travaux pénibles de la saison estivale même me riaient, comme les fauchaisons et les métives. Ça me faisait du bien d’employer ma force, et quand le matin, ayant fauché un journal de pré, je voyais l'herbe humide de rosée, coupée régulièrement et bien ras, j’étais content. Alors, je prenais ma pierre à repasser, et j’aiguisais mon dail en sifflant un air de chanson (p. 142).

14La ville apparaît dangereuse, et pour différentes raisons. Elle menace l’économie rurale, car nous avons vu qu’elle est liée à la dissipation : les gens “s’en vont porter leur argent à la ville, et y dépensent quatre fois plus qu’ils ne faisaient autrefois chez eux”, regrette Nogaret (p. 115). Elle éloigne les hommes de la nature – au sens rousseauiste –, leur fait perdre la spontanéité, la sincérité, la vertu liées à une rusticité bien comprise : “on s’accable de politesses affectées, de compliments à n’en plus finir” (p. 374). Et Nogaret de regretter un idéal antique remis à l’honneur en 1789 : “Pas tant de fadaises verbales, qu’on en revienne plutôt à la simplicité fière de nos anciens de la Révolution qui disaient : tu, citoyen, et : salut et fraternité” (p. 375). Ces afféteries, cette volonté de distinction, conduisent les hommes à oublier les vraies valeurs, si bien que conformément à une idée reçue, la ville voit s’épanouir tous les vices, tandis que la terre régénère. C’est ce que montre, non sans didactisme, l’exemple de la Galiote, fille cadette de Nansac, qui a refusé de suivre ses sœurs à la ville après la ruine du comte :

Elle vivait là, chez la métayère, qui était sa mère nourrice, couchant dans une chambrette sur un mauvais lit, mangeant comme les autres de la soupe de pain noir, des châtaignes et des milliassous ; dans la journée elle courait les bois, son fusil sous le bras, en compagnie de sa chienne. Avec ses allures de pouliche échappée, de toute la famille c’était la seule qui valût quelque chose. Elle était bien fière aussi, comme les autres ; mais tandis que ses sœurs plaçaient mal leur fierté, en continuant de mener une existence de dissipation, même aux dépens de leur liberté ou de leur honneur, elle préférait une existence dure et paysanne à leur vie de sujétion ou de désordres (p. 629-630).

  • 6 Voir Le Moulin du Frau, p. 258 et 367 ; Jacquou Le Croquant, p. 671.

15Mais l’utopie du retour à la terre est également censée conjurer une menace d’ordre démographique. Face à la ville bourgeoise et malthusienne, la campagne doit relever le défi : “De nos jours, on voit beaucoup de bourgeois, des villes principalement, qui n’ont qu’un enfant afin qu’il soit plus riche” affirme le meunier qui aura huit descendants, tandis que Jacquou en aura treize6. Ce “délire nataliste” – qui correspond bien à une inquiétude de l’époque – n’est certes pas plus “réaliste” que la revendication de retour à la terre : il montre simplement comment la littérature peut créer des mythes susceptibles de nier la réalité et de renverser symboliquement le cours de l’Histoire. Bien entendu, comme ces difficultés coïncident avec une crise économique, la tentation est grande d’enfermer les femmes à la maison pour résoudre simultanément les deux problèmes : ainsi celles qui “s’exterminent aux champs et dans les ateliers seront renvoyées à leur ménage ; et puisqu’on parle que la population diminue, au lieu de faire l’ouvrage des hommes, elles feront des enfants… ”, dit le meunier (p. 377).

  • 7 Fausta Garavini, “Un exemple d’illustration régressive de l’idée de peuple : Jacquou le Croquant”, (...)

16Nostalgique du “bon vieux temps”, inquiet devant les menaces qui pèsent sur la civilisation traditionnelle, Le Roy peut passer pour conservateur, voire réactionnaire. Selon Fausta Garavini, il sombre dans le folklorisme, refuse le progrès et prend comme référence une société prérévolutionnaire7. Faut-il donc, en dépit de son idéologie radicale et anticléricale, assimiler Le Roy aux écrivains réactionnaires comme René Bazin, qui opposent le bon sens paysan aux chimères révolutionnaires venues de la ville ? Ce serait une erreur, car le traditionalisme du romancier se situe essentiellement sur le plan de la culture et n’affecte pas l’idéologie. Mais comment le monde rustique peut-il donc échapper au conformisme et au conservatisme ?

  • 8 Paul Vernois, Le Roman rustique de George Sand à Ramuz, Nizet, 1962, p. 152.

17Paul Vernois a montré que Le Roy, en accord avec son époque, a fondé un genre nouveau, le roman rustique social, qui “trace le lent cheminement des idées émancipatrices au sein des campagnes indolentes”8. Pour ce faire, il s’efforce de relier constamment le terroir à la nation et à l’Histoire. Ainsi, lors des foires, Nogaret exhorte-t-il les paysans à sortir de leur monde étroit pour devenir des citoyens responsables, ce qui lui vaudra d’être arrêté après le 2 décembre tout en marchant, mon oncle leur parlait des affaires et leur disait qu’il fallait regarder plus loin que le clocher de son village, et s’intéresser à ce qui se passait en France” (p. 62). Loin d’être coupés des réalités politiques comme les paysans de Madame Bovary, les meuniers du Frau incarnent la fraction rouge du monde rural qui fait vivre l’héritage révolutionnaire. Symbole un peu didactique de cette relation du terroir à la nation, l’arbre planté en 1848, appelé “mai” en souvenir de 1789, sur lequel est hissé un drapeau tricolore le 14 juillet 1889, et qui représente l’enracinement de la République dans la France rurale : “Comme on l’avait planté avec ses racines, il avait pris, et avait profité beaucoup de manière que maintenant il était très gros. Dans le temps nous l’avions entouré d’une petite muraille pour le garder d’accident, et depuis, nous l’appelions l’arbre de la liberté” (p. 359). Le culte de la Révolution et l’amour de la patrie sont parfaitement représentés lorsque l’oncle meurt après avoir partagé le repas des siens, entendu l’hymne national et regretté que les “sales Prussiens” n’aient pas encore été chassés de France : cette mort est bien celle d’un croyant (p. 360-363).

18Les références à l’Histoire sont constantes. Jacquou s’inscrit dans la lignée des paysans révoltés contre l’oppression fiscale ou féodale, et il rassemble ses hommes autour d’un autel druidique abattu au temps de Tibère (p. 598), les Gaulois incarnant la résistance celtique à l’envahisseur. Histoire locale et histoire nationale sont en correspondance, si bien que la fiction révèle l’évolution de la société française : ainsi la victoire du radical Fournier sur le grand bourgeois Lacaud lors des élections municipales de 1878 illustre-t-elle la “conquête des mairies” et le recul des notables traditionnels devant les “couches nouvelles” chères à Gambetta. Mais c’est surtout dans Jacquou que les deux niveaux s’articulent : en effet, l’attaque du château précède l’insurrection parisienne de juillet 1830, si bien que Jacquou et ses complices seront acquittés. On voit d’ailleurs à travers cet exemple que l’initiative vient des ruraux, et que les bourgeois périgourdins qui relaxent les accusés sont relégués au rang d’auxiliaires de la révolte paysanne.

19Cette conscience historique ne peut s’obtenir que par l’éducation : “Un paysan un peu instruit en vaut deux, sans compter que celui qui ne connaît pas l’histoire de son pays, ni sa géographie, n’est pas Français, pour ainsi parler : il est Fanlacois, s’il est de Fanlac, et voilà tout”, dit le curé Bonal qui éduque Jacquou orphelin (p. 501). On voit donc le “régent” du Frau apprendre aux enfants l’histoire des paysans, en particulier tout ce qui concerne les révoltes des Croquants, et enseigner “une bonne morale civique”, la haine de la monarchie, de la féodalité, du fanatisme religieux : le parti pris idéologique apparaît clairement (p. 347).

20Pour mettre en relation le terroir et la nation, Le Roy recourt à un lieu stratégique qui constitue une plaque tournante : le chef-lieu du département. C’est à Périgueux, notamment lors des foires, que se retrouvent tous les milieux sociaux, du lutteur forain à M. Masfrangeas, chef de bureau de la préfecture (p. 22-35). C’est là que transitent les nouvelles, et Nogaret, lorsqu’il rentre au Frau, demande à son neveu de lui transmettre les informations concernant les journées révolutionnaires de février 1848. C’est là, nous l’avons vu, que se croisent l’Histoire locale et l’Histoire nationale : lors du procès, l’avocat s’exclame : “Ferrai et ses compagnons ont fait en petit ce que les Parisiens ont fait en grand : à défaut de la loi, ils ont appelé la force au service de la justice. Acquittez-les, messieurs ! la Révolution, triomphante à Paris, ne peut être condamnée ici !” (p. 623). C’est à Périgueux que se trouve une petite bourgeoisie éclairée, qui met sa compétence et son intelligence au service des ruraux : elle est représentée par M. Masfrangeas, qui se révélera un bon républicain, et surtout par M. Vidal-Fongrave, “l’honnête homme” qui défend Martissou puis son fils Jacquou et qui fait de sa plaidoirie une leçon d’Histoire. Lieu intermédiaire entre Paris et la province, passé et présent, classe dominante et classe dominée, Périgueux, ville moyenne où s’épanouit une petite bourgeoisie attachée à la “médiocrité”, est susceptible de devenir un carrefour où s’exprime la ferveur républicaine de tout un peuple. C’est ce qui se passe en 1873, autour de la statue de Daumesnil : “De ce rassemblement d’hommes venus de toutes les parties du Périgord, paysans, ouvriers, artisans, messieurs, qui, sans se connaître, fraternisaient ensemble, se dégageait la pensée d’une France républicaine qui nous consolait et nous faisait espérer des jours meilleurs” (p. 319). Symbole de l’équilibre, de la modération, du juste milieu, le chef-lieu est appelé à devenir le foyer d’une idéologie républicaine qui rassemble le peuple après avoir exclu les anciens ordres privilégiés.

21La province n’existe donc pas chez Le Roy. D’une part elle se décompose en terroirs évoqués avec nostalgie, au moment où la France rurale se trouve menacée par l’évolution économique et l’urbanisation. D’autre part, elle se résorbe dans la Nation, qui tend à dépasser les antagonismes sociaux et les particularismes pour devenir l’objet d’un culte. Ainsi peut-on concilier la tradition et la modernité, le respect du passé et la foi en l’avenir, l’identité du petit pays et l’amour de la Patrie.

22Lieu stratégique de cette pseudo-synthèse, le chef-lieu du département réalise cet équilibre instable et correspond, sur le plan social, à la situation d’une petite bourgeoisie qui prétend dépasser la contradiction entre classe dominante et classe dominée, et sur le plan politique à un compromis républicain entre l’attachement au terroir caractéristique du mouvement régionaliste et l’idéologie jacobine et radicale qui définit l’œuvre de Le Roy.

Notes

1 L’édition de référence est celle du Livre Club Diderot : Eugène Le Roy, Œuvres (Le Moulin du Frau, Jacquou le Croquant, Les Gens d’Auberoque, Nicette et Milou), 1972.

2 Le Moulin du Frau, 1re édition, Dreyfous et Dalsace, [1895], p. 419. Le passage disparaîtra dans les éditions suivantes.

3 Jules Méline, Le Retour à la terre et la surproduction industrielle, 3e édition, Hachette, 1905.

4 Emmanuel Le Roy Ladurie, Préface à l’édition Presses Pocket de Jacquou le Croquant, p. XII.

5 Eugen Weber, La Fin des terroirs, Fayard, 1983.

6 Voir Le Moulin du Frau, p. 258 et 367 ; Jacquou Le Croquant, p. 671.

7 Fausta Garavini, “Un exemple d’illustration régressive de l’idée de peuple : Jacquou le Croquant”, Romantisme no 9, 1975, p. 65-76.

8 Paul Vernois, Le Roman rustique de George Sand à Ramuz, Nizet, 1962, p. 152.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540