Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Ambivalences d’une bipolarité

“On s’enferme à Aix, mais [à Paris] l’on marche”

Colette Becker

Texto completo

  • 1 Expression qu’il utilise lorsqu’il rappelle cette vie au chap. II de L’Œuvre.

1Zola est arrivé d’Aix-en-Provence à Paris en février 1858, au plein des travaux d’Haussmann, soulignons-le. Ce déménagement est, d’abord, pour lui, une véritable déchirure. Il a du mal à s’adapter à sa nouvelle vie, difficile matériellement. “Être pauvre à Paris, c’est être pauvre deux fois”, fait-il dire à Saccard dans La Curée. Les lettres qu’il adresse à Paul Cézanne et à Jean-Baptistin Baille sont pleines de la nostalgie de sa vie passée, mais il faut le préciser : il regrette non la vie en province, mais les longues promenades que le “trio d’inséparables”1 faisait dans la campagne aixoise, leur découverte enthousiaste d’œuvres contemporaines qu’ils n’étudiaient pas au collège Bourbon – celles de Victor Hugo et de Musset, en particulier –, leurs rêves poétiques, leurs premiers émois littéraires, en un mot, ce grâce à quoi ils tentaient d’échapper à un enseignement étouffant et au monde médiocre et sclérosé de la petite ville.

2Mais le ton des lettres change vite. Le jeune Zola sort, va au théâtre, retrouve des peintres aixois, fréquente grâce à eux les ateliers. Il est, désormais, fier de parler de ses expériences, de ses lectures, de donner à ses amis restés en province les “nouvelles” de Paris.

3Le 25 juillet 1860, il écrit à Baille, affirmant son opposition à la décentralisation littéraire :

Lorsque j’examine ceux qui la prêchent, je vois que ce ne sont pas les lecteurs, surtout intéressés dans la question, mais de petits écrivains que la fortune a jetés loin de Paris, qui ont romans et comédies dans leurs tiroirs et qui voudraient écouler doucement ces produits ; la capitale n’en veut pas, la province n’imprime pas : vive donc la décentralisation ! Quel mal cela fait-il, je le demande, que Paris soit le foyer intellectuel ; il n’y a qu’un soleil pour toutes les contrées de la terre, et il les éclaire et les réchauffe toutes. Paris est l’astre de l’intelligence, il envoie ses rayons jusque dans les provinces les plus reculées. Paris est la tête de la France ; plus la tête s’élève, plus le corps grandit ; plus elle pense, plus tout s’améliore. […] ne doit-on pas redouter […] d’éparpiller les hommes de talent, de créer dans chaque bourg une académie où les sots ne peuvent manquer d’être en majorité ? Ne vaut-il pas mieux que chaque ville envoie à Paris son grand homme, et que toutes ces lueurs éparses se réunissent pour former un splendide flambeau ? (…) le génie viendra toujours se faire applaudir à Paris. Ce n’est pas que l’on ne puisse bien écrire en province, c’est qu’il n’y a que la capitale pour mieux juger et distribuer des couronnes durables.

  • 2 “Cette ville à diadème est une reine qui, toujours grosse, a des envies irrésistiblement furieuses. (...)

4On croirait lire ce que Balzac écrit dans les premières pages de La Fille aux yeux d’or2.

5Aussi Zola conseille-t-il à Cézanne ou à Antony Valabrègue qui, comme lui, rêvent de gloire, le premier dans la peinture, le second dans la littérature, de venir à Paris :

à Cézanne, le 3 mars 1861 :

Paris t’offre […] un avantage que tu ne saurais trouver autre part, celui des musées où tu peux étudier d’après les maîtres.

à Valabrègue, le 10 décembre 1866 :

A votre place – je vous dis cela en bon confrère – je n’écrirais plus pour écrire, je viendrais à Paris avec un but arrêté, j’appliquerais toutes mes forces à une réussite quelconque et immédiate. […] On s’enferme à Aix, mais ici l’on marche.

6Aussi, malgré les apparences, constate-t-on une prédominance de Paris dans l’œuvre de Zola, qui est due et à la situation personnelle de l’écrivain obligé de gagner sa vie avec sa plume, et aux nouvelles conditions de la vie politique, économique et de la production littéraire.

  • 3 Par ordre chronologique : La Fortune des Rougon, La Conquête de Plassans, La Faute de l’abbé Mouret(...)
  • 4 La Curée, Le Ventre de Paris, Son Excellence Eugène Rougon, L’Assommoir, Nana, Pot-Bouille, Au Bonh (...)

7Quand, en 1867-1868, il songe à écrire une grande fresque qui concurrencerait La Comédie humaine, il envisage bien de rendre compte de la totalité de la société française : les membres de la famille dont il dresse l’arbre généalogique appartiennent à toutes sortes de milieux et vivent à Paris et en province. Sur les vingt Rougon-Macquart, dix se déroulent en province3, dix à Paris4. Mais il faut tout de suite apporter des restrictions. Plusieurs des romans qui se déroulent en province n’en sont pas pour autant des “scènes de la vie de province” ; ainsi de Germinal, de La Bête humaine, de La Débâcle. On ne peut pas, par ailleurs, affirmer que le but principal de La Faute de l’abbé Mouret ou du Rêve soit la peinture de la vie de province. Quant à La Fortune des Rougon ou à La Conquête de Plassans, qui peuvent être considérées comme des “scènes de la vie de province”, ce sont deux drames politiques dont les ficelles sont tirées de Paris par l’éminence grise du régime, Eugène Rougon : il s’agit, pour le bonapartisme, de s’emparer de la ville.

8Paris, auquel Zola consacre, après les Rougon-Macquart, un volume des Trois Villes, est bien pour lui, comme pour Balzac, la ville reine, “la tête du globe”, un phare qui attire toutes les ambitions, parce qu’il est la Vie, le mouvement, le progrès, en un mot, tout ce que n’est pas la petite ville de province ; l’opposition, qui parcourt l’œuvre, est radicale.

La petite ville de province, lieu de tous les conservatismes

  • 5 Voir le début du chap. II de L’Œuvre, autobiographique. L’histoire personnelle de Zola, les difficu (...)
  • 6 Exception faite des Mystères de Marseille.
  • 7 Voir l’article enthousiaste du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse et La (...)
  • 8 L’Œuvre, chap. II.
  • 9 Image utilisée également pour décrire Versailles, ville morte, vestige des fastes d’un autre âge.

9Souvenirs de son enfance et de ses colères d’adolescent contre les conservatismes d’Aix-en-Provence5 et, plus généralement, de la société de son époque, Zola ne situe ses intrigues provinciales que dans des petites villes qu’il bâtit sur le même modèle : ainsi de Véteuil dans Madeleine Férat, de Plassans ou de Beaumont dans Les Rougon-Macquart6. Même configuration qui empêche tout développement, toute extension, même éloignement de ce qui lui paraît être, comme à son époque, le symbole de la modernité7, même “bêtise somnolente”8, même herbe poussant entre les pavés.9

10Véteuil est “un trou perdu” à cinq lieux de la gare, “une petite ville de dix mille âmes”, “un pays mort Plassans, entouré de remparts dont on cadenasse frileusement chaque soir les portes est, également, à l’écart de tout mouvement moderne. La ville, qui n’a pas non plus de gare sous le Second Empire, est divisée en trois quartiers distincts, “trois mondes à part”, qui ont chacun “leur promenade attitrée”, immuable. Quant à Beaumont-l’Eglise, tassée autour de sa vieille cathédrale, elle comporte “mille âmes à peine, serrées, étouffées au fond de ses rues étroites”. Elle “semble murée encore dans ses anciens remparts dont il ne reste pourtant que trois portes.” On continue d’y vivre comme on le faisait cinq cent ans plus tôt.

11Zola, qui a envoyé une communication à la 33ème session du Congrès scientifique de France qui devait se tenir à Aix en décembre 1866, demande à Valabrègue d’aller écouter les réactions à sa prose, “une définition du roman”, dans laquelle il a largement appliqué “la méthode de Taine”, acte d’un modernisme provocateur, pense-t-il :

  • 10 10 décembre 1866.

J’ai bien peur que mon pétard ne rate, à vrai dire. Il est, pourtant convenablement bourré de poudre ; mais l’air de la province est humide et éteint d’ordinaire les meilleurs feux d’artifice de l’esprit.10

  • 11 Voir p. 254.
  • 12 “La caractéristique du mouvement moderne est la bousculade de toutes les ambitions, l’élan démocrat (...)

12Cette requête est, certes, motivée par l’orgueil blessé du jeune homme qui veut faire reconnaître à la ville le nom de Zola – celui de son père – qu’elle tend à oublier. Il y a plus. Le plan de Plassans que le romancier a dessiné11 dit l’enfermement dans l’espace et le temps : la petite ville de province n’est que routine, stagnation, pruderie, “curiosité méchante”, etc., etc. Les ambitions qui caractérisent la société d’après 8912 s’y donnent cours, mais elles sont sournoises, et surtout médiocres, mesquines, ce ne sont que des “égorgillements”.

  • 13 Lettre à Valabrègue, 4 avril 1867 : “Le travail militant est pour moi le grand moyen, le seul que j (...)

13Celui qui veut vivre, “militer”13, s’épanouir, doit partir. Le 29 mai 1867, Zola prédit à Valabrègue que, s’il reste “dans les solitudes mortes de la province”, il va s’endormir, tandis que “Paris élargira [ses] horizons La thématique est claire. Paris est promesse de dilatation, en termes d’espace et de vie, d’expansion, c’est le terme utilisé pour caractériser ce qu’éprouve Saccard à son arrivée dans la capitale : il ressent “un besoin d’expansion.”

“La bonne nature”

14Si le personnage zolien, usé ou moralement perverti par la vie parisienne et sa quête frénétique de l’or et de la chair, veut se ressourcer, ce n’est pas en se rappelant ou en retrouvant quelque petite ville provinciale miraculeusement protégée, où tout ne serait qu’amour et dévouement comme dans certains paradis balzaciens, la famille de l’ambitieux Rastignac par exemple. La province n’est pas un lieu de régénération, un lieu où subsisterait un certain passé et ses valeurs par opposition à la ville pervertisseuse.

15C’est au contact de la Nature que le personnage peut refaire ses forces physiques et morales, voire renaître, au sens propre du terme, thème repris des romantiques, de Michelet en particulier, et surtout nourri d’expériences, au point de devenir pour l’écrivain une véritable mythologie personnelle. Adolescent, Zola a trouvé avec ses amis évasion et bonheur dans la campagne aixoise :

C’était des fuites loin du monde, une absorption instinctive au sein de la bonne nature, une adoration irraisonnée de gamins pour les arbres, les eaux, les monts, pour cette joie sans limites d’être seuls et d’être libres,

16rappelle-t-il dans L’Œuvre (chap. II).

  • 14 Chap. XXI.

17La Laurence de La Confession de Claude, une fille à parties, retrouve une sorte d’innocence lorsqu’elle se promène dans les champs des environs de Paris14, comme Madeleine Férat oublie sa vie passée et s’épanouit quand elle vient vivre à Véteuil :

  • 15 Chap. V. Non souligné dans le texte.

Elle fut pareille à un de ces arbustes que l’hiver a frappés et qui renaissent, qui redeviennent enfants pour croître de nouveau et s’épanouir dans la puissance de leur feuillage.15

18Rappelons encore Nana qui, à la Mignotte, retrouve dans les bras du jeune Hugon, des émois de vierge :

Elle éprouvait des choses qu’elle ne savait pas. […] Des pudeurs lui venaient. […] Et elle tomba en vierge dans les bras de cet enfant en face de cette belle nuit. (chap. V)

19Un tel ressourcement peut se faire à Paris même. Renée Saccard retrouve un certain sens moral lorsqu’elle contemple les arbres centenaires du parc Monceau, vidé par la nuit de ses promeneurs et de toute vie mondaine. Le parc redevient alors un coin de nature véritable que Zola oppose à la nature policée, théâtralisée, “artistement mondaine”, “aux grâces savantes” du tout nouveau Bois de Boulogne, “décor […] fraîchement peint” de la vie impériale :

Renée, troublée par ces pensées de honte et de châtiment, céda aux instincts de vieille et honnête bourgeoisie qui dormaient au fond d’elle ; elle promit à la nuit noire de s’amender (chap. I).

  • 16 Pour les mêmes raisons, il se moque du Parisien en villégiature, qui se borne à suivre la mode, en (...)

20Deux oppositions, donc : une première entre Paris et la petite ville de province, une seconde entre Nature véritable et nature dénaturée, qui n’en font, en réalité, qu’une seule, qui est au centre de la pensée et de l’œuvre de Zola, l’opposition entre repos, stagnation et mouvement, travail, Mort et Vie16. Le 19 février 1867, il affirme, par exemple :

J’aime surtout la vie, et je crois que la production, quelle qu’elle soit, est toujours préférable au repos. Ce sont ces pensées qui me feront accepter toutes les luttes qu’on m’offrira, luttes avec soi-même, luttes avec le public.

21Pour rendre compte de cette conception dramatique du monde, le romancier utilise volontiers l’image du corps. Dans sa lettre à Valabrègue de juillet 1860, il voit dans Paris “l’astre de l’intelligence” qui “envoie ses rayons dans les provinces les plus reculées”, Même vision organiciste de la société dans L’Argent, entre autres exemples : comme le cœur envoie le sang dans les artères, la Bourses propulse l’argent dans tout le corps social, liquide qui crée une vie intense, bénéfique, même si elle est parfois frénétique, même si cette circulation est parfois menacée d’engorgements, d’accidents.

  • 17 Il y publie 9 articles du 6 novembre 1864 au 1er juin 1865.

22Aussi, dans la France centralisée d’après 89, où tous les pouvoirs, les institutions, en particulier l’Académie, l’École des Beaux-Arts, le Salon, les maisons d’édition, les journaux,… sont regroupés à Paris, celui qui veut réussir doit-il se faire une place au cœur du système. Le jeune Zola le sait bien qui, dès 1863, essaie de se faire un nom par le journalisme, “levier” particulièrement “puissant”, et d’entrer dans les équipes parisiennes. Aussi n’hésite-t-il pas, en 1865, à collaborer au Petit Journal, bien qu’il connaisse “le niveau (que) cette feuille occupe dans la littérature Mais, comme il l’explique à Valabrègue le 6 février, il a été “un peu décidé par la question d’argent” et essentiellement poussé par le besoin de se faire connaître pour “arriver à un grand journal de Paris Or, Le Petit Journal “donne à ses rédacteurs une popularité bien rapide”17. Zola mesure parfaitement la révolution entraînée par les débuts de la communication de masse (développement de la presse à grand tirage, etc.).

Paris, “un champ de bataille”18

  • 18 Voir au début du chap. II de La Curée : “Aristide Rougon s’abattit sur Paris, au lendemain du Deux (...)

23Zola, comme l’a fait Balzac avant lui pour les décennies précédentes, dessine avec précision la géographie sociale du Paris contemporain, la nouvelle séparation de la ville, par suite des travaux d’Haussmann, en quartiers distincts, l’Ouest, l’Est et les faubourgs où reflue une population populaire qui, jusque là, vivait dans la ville. Cette description est importante, mais pas essentielle. La ville est d’abord, pour l’écrivain, le lieu du drame moderne, qui draine toutes les ambitions et toutes les énergies, le centre de la vie politique et des affaires, mais aussi de la vie intellectuelle et artistique.

  • 19 Voir les titres des recueils d’articles : Une Campagne, Nouvelle campagne ou du roman La Conquête d (...)

24Ce qui l’intéresse donc, ce sont les moyens utilisés, les stratégies mises en jeu pour se faire une place dans cet espace, les rapports de force, les luttes, les “campagnes”19, les “conquêtes”, leitmotiv de ses lettres de jeunesse et de ses œuvres. Deux exemples parmi tant d’autres :

- à Numa Coste, 14 juin 1866 : “C’est un crime de vivre loin de Paris en ces temps de fièvres et de luttes.”
- à Valabrègue, 19 février 1867 : “A votre âge, le sang bout dans les chairs, la fièvre secoue le corps. […] Entrez dans la vie et luttez.”

25D’où la récurrence de certaines scènes emblématiques de cette volonté de conquête. Zola aime tout particulièrement peindre le panorama de Paris, tenir la ville sous son regard, l’embrasser tout entière, comme Saccard qui, du haut de Montmartre, la dépèce et en prend véritablement possession.

  • 20 La Curée, chap. II.

26Autre “vraie prise de possession”20 physique, celle du même Saccard qui, le soir même de son arrivée, bat “de ses gros souliers de provincial ce pavé brûlant” ou celle des jeunes peintres de L’Œuvre qui arpentent la cité :

Dès qu’ils se trouvaient ensemble, des fanfares sonnaient devant eux, ils empoignaient Paris d’une main et le mettaient tranquillement dans leur poche. […] Le pavé semblait à eux, tout le pavé battu par leurs semelles, ce vieux sol de combat d’où montait une ivresse qui grisait leur lassitude (chap. III).

  • 21 Voir le Dossier préparatoire de L’Œuvre : “La base d’opérations est alors le Salon” ; “Toute la cui (...)
  • 22 “Quand Claude réside à Bonnières, il commence des toiles, ne les achève pas, il “végète”, Zola ne d (...)

27Cette conquête n’est pas l’œuvre d’un individu, on le voit, mais celle d’un groupe. Pour des raisons personnelles, l’individu Zola semble n’avoir pu s’épanouir, de son adolescence à ses dernières années, qu’au sein d’un groupe ; parce que, surtout, le romancier a compris que, par suite du développement de la presse et du livre à bon marché, du pouvoir pris par les institutions, occuper l’espace littéraire ne peut plus être le fait d’un individu isolé mais d’un réseau d’amis décidés à prendre les places, d’un groupe, refuge amical contre les difficultés mais aussi lieu de complicité et d’émulation21. Le peintre Claude Lantier ne peut plus rester à Bonnières, éloigné de Paris : “Il y entendait le grand effort des camarades, il y rentrait pour qu’on ne triomphât pas sans lui” (chap. VI). Il a besoin de retrouver la “vie de production ardente que même les glaces de décembre de ralentissaient pas” (Ibid.).22 Autobiographie et fiction se superposent.

28Paris est, en effet, source d’inspiration, parce qu’il est la modernité. Commentant les toiles de Jongkind, Zola s’écrie en 1872 :

  • 23 “Lettres parisiennes”, La Cloche, 24 janvier 1872.

Ah ! qu’ils ont tort ceux qui vont chercher l’art à des centaines de lieues ! L’art est là, tout autour de nous, un art vivant, inconnu23.

29Aussi, dès sa vingtième année a-t-il rêvé, confie-t-il dans la préface à la première édition illustrée d’Une page d’amour, d’“écrire un roman dont Paris, avec l’océan de ses toitures, serait un personnage, quelque chose comme le chœur antique.”

30Pour conclure. Zola est fasciné par Paris, par cette ville nouvelle qui est en train de naître sous ses yeux. Sa vision est nourrie de ses expériences personnelles.

31Comme ses amis peintres, avec lesquels il cherche à rivaliser dans certaines de ses descriptions, il est séduit par le paysage urbain, par les nouvelles percées, par les réalisations de l’architecture du fer et du verre. Il

  • 24 “Lettres parisiennes”, La Cloche, 24 janvier 1872.

aime les halles, les gares, les grandes villes modernes, les foules qui les peuplent, la vie qui s’y décuple, dans l’évolution des sociétés actuelles24.

32Il rend compte avec justesse de cette évolution, s’intéressant tout particulièrement à la manière dont les divers groupes sociaux occupent l’espace qu’ils ont conquis ou qui leur est réservé, les comportements, les habitudes. Il s’attache aux réactions des individus face à leurs nouvelles conditions de vie, au phénomène de la grande ville, de la foule.

33Si Paris symbolise à ses yeux le régime napoléonien, qu’il rejette, il symbolise aussi et surtout l’activité moderne, le progrès. Zola comprend très vite, à la différence de la plupart de ses amis romanciers, les nouvelles règles de cette activité, qui est devenue tissage complexe de relations, système compliqué d’enjeux et de stratégies, dans lequel il est passé maître et dont il fait le véritable sujet de ses œuvres.

Notas

1 Expression qu’il utilise lorsqu’il rappelle cette vie au chap. II de L’Œuvre.

2 “Cette ville à diadème est une reine qui, toujours grosse, a des envies irrésistiblement furieuses. Paris est la tête du globe, un cerveau qui crève de génie et conduit la civilisation humaine, un grand homme, un artiste incessamment créateur, un politique. […] Paris n’est-il pas un sublime vaisseau chargé d’intelligence ?”

3 Par ordre chronologique : La Fortune des Rougon, La Conquête de Plassans, La Faute de l’abbé Mouret, La Joie de vivre, Germinal, Le Rêve, La Terre, La Bête humaine, La Débâcle, Le Docteur Pascal.

4 La Curée, Le Ventre de Paris, Son Excellence Eugène Rougon, L’Assommoir, Nana, Pot-Bouille, Au Bonheur des dames, Une page d’amour, L’Œuvre, L’Argent.

5 Voir le début du chap. II de L’Œuvre, autobiographique. L’histoire personnelle de Zola, les difficultés que son père a rencontrées pour s’imposer, puis celles de sa mère à la mort de son mari expliquent en grande partie ce jugement.

6 Exception faite des Mystères de Marseille.

7 Voir l’article enthousiaste du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse et La Bête humaine.

8 L’Œuvre, chap. II.

9 Image utilisée également pour décrire Versailles, ville morte, vestige des fastes d’un autre âge.

10 10 décembre 1866.

11 Voir p. 254.

12 “La caractéristique du mouvement moderne est la bousculade de toutes les ambitions, l’élan démocratique, l’avènement de toutes les classes”… (Notes générales sur la marche de l’œuvre, B.N.F., Ms, NAF 10345, f° 1.

13 Lettre à Valabrègue, 4 avril 1867 : “Le travail militant est pour moi le grand moyen, le seul que je puisse conseiller. ”

14 Chap. XXI.

15 Chap. V. Non souligné dans le texte.

16 Pour les mêmes raisons, il se moque du Parisien en villégiature, qui se borne à suivre la mode, en ayant une maison à la campagne où il se croit obligé d’aller et d’inviter ses relations, ou en allant aux bains de mer… “Les Parisiens en villégiature”, Le Messager de l’Europe, novembre 1877.

17 Il y publie 9 articles du 6 novembre 1864 au 1er juin 1865.

18 Voir au début du chap. II de La Curée : “Aristide Rougon s’abattit sur Paris, au lendemain du Deux Décembre, avec ce flair des oiseaux de proie qui sentent de loin les champs de bataille. ”

19 Voir les titres des recueils d’articles : Une Campagne, Nouvelle campagne ou du roman La Conquête de Plassans.

20 La Curée, chap. II.

21 Voir le Dossier préparatoire de L’Œuvre : “La base d’opérations est alors le Salon” ; “Toute la cuisine. Des groupes, des coteries, des associations. On fait aussi la besogne dans les cafés. Prépare les élections”.

22 “Quand Claude réside à Bonnières, il commence des toiles, ne les achève pas, il “végète”, Zola ne décrit jamais la campagne où le couple passe pourtant quatre ans. Il ne consacre qu’un seul chapitre à ce long séjour.

23 “Lettres parisiennes”, La Cloche, 24 janvier 1872.

24 “Lettres parisiennes”, La Cloche, 24 janvier 1872.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11382/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 242k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540