Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Ambivalences d’une bipolarité

Du bruit dans Landerneau

Philippe Dufour

Full text

Édition du SOURIRE, 222, boulevard Saint-Germain, Paris.

  • 1 Le Père Goriot, t. III, p. 74. Je cite La Comédie humaine d'après l'édition de « La Pléiade », Gall (...)
  • 2 Illusions perdues, t. V, p. 278.
  • 3 Le Père Goriot, t. III, p. 75.

1La scène est récurrente dans La Comédie humaine : un jeune homme de province monte à Paris et découvre, ainsi Eugène de Rastignac, qu'il lui faut « apprendre la langue »1. Ainsi encore Lucien de Rubempré se retrouve « comme un étranger qui ne savait pas la langue »2. Le héros s'ébahit devant la langue - qui cesse d'être naturelle. Ce faisant, il connaît l'épreuve presque douloureuse de l'historicité révélée : il se voit jeté dans une autre langue et dans un autre temps, une autre société où serait pourtant censée a priori se perpétuer l'image de la vieille France : cette langue parisienne inintelligible est en effet celle, extrêmement circonscrite, du « tout Paris » d'alors, le faubourg Saint-Germain. D'où vient en ce cas l'incompréhension ? Pour Lucien, la réponse se conçoit facilement : il y a peut-être encore beaucoup de Chardon sous le Rubempré. Mais pour des jeunes gens nés, pour Victurnien d'Esgrignon, pour Eugène ? Ce dernier a verbalement de qui tenir, nanti d'une lettre de créance, telle que Madame de Grignan au temps jadis en recevait incessamment, « une lettre de l'ancien style », écrite par sa tante Madame de Marcillac, et qui lui permet effectivement de prendre langue avec la vicomtesse de Beauséant. Mais ce langage était-il bien encore celui de la jeune vicomtesse : « Elle écrivit à cette jeune femme une lettre dans l'ancien style […] »3. Les adjectifs soulignent l’hiatus. Pareillement, Victurnien apporte dans sa lettre de recommandation le langage de la noblesse provinciale, désuet même aux yeux vénérables du duc de Lenoncourt :

  • 4 Le Cabinet des antiques, t. IV, p. 1007.

Ce duc et pair, premier gentilhomme de la Chambre du Roi, n'avait pu, malgré sa haute politesse, retenir un sourire en lisant la lettre du marquis, son parent. Ce sourire avait dit à Victurnien qu'il y avait plus de soixante lieues entre le Cabinet des Antiques et les Tuileries ; il y avait une distance de plusieurs siècles.4

  • 5 L'Envers de l'histoire contemporaine, t. VIII, p. 227.
  • 6 Le Cabinet des antiques, t. IV, p. 1013.

2Entre Paris et la province, l'opposition n'est plus simplement géographique, mais historique. On le saisit ici à propos de l'aristocratie. Il est un langage d'Ancien Régime que ne parle plus le faubourg Saint-Germain lui-même. On ne l'entendrait guère à Paris que dans une petite rue près de Notre-Dame, là où habite Mme de La Chanterie, pour aussitôt se sentir transporté vers des espaces lointains, se sentir renvoyé justement vers la province : « […] quand le futur locataire se fut assis sur un geste de Mme de La Chanterie, accompagné de ce vieux mot : « Seyez-vous, monsieur ! » le Parisien se crut à une énorme distance de Paris, en Basse-Bretagne, ou au fond du Canada5. » Il est des langages sortis de l'histoire contemporaine. De Mme de Grignan à M. d'Esgrignon, du temps a passé et le noble Faubourg a dû en prendre acte, à son insu peut-être, de mauvais gré assurément. Alors de quelle Histoire parle présentement le faubourg Saint-Germain ? Revenu de l'éblouissement premier, quasi esthétique, Victurnien s'interroge sur la valeur morale de ce langage : il n'est pas sûr d'y reconnaître les principes fondateurs de sa caste, et son commensal Blondet, écrivain tout ce qu'il y a de plus roturier, amant d'une demoiselle de Troisville mariée, pour parachever l’embrouillamini historique, à un général de Napoléon, le lui confirme en pleine Restauration : « Enfin, vous comte d'Esgrignon, vous soupez avec un sieur Blondet, fils cadet d'un misérable juge de province, à qui vous ne donniez pas la main là-bas, et qui dans dix ans peut s'asseoir à côté de vous parmi les pairs du royaume »6. À Paris, en 1822, autour de la table, dialoguent déjà diverses couches sociales. La langue de Paris est en train de muer. À l'époque de Balzac et Stendhal, sous la Monarchie constitutionnelle, la société parisienne se mêle (des passages relient le noble Faubourg et la Chaussée d'Antin, la Bourse et la rue Saint-Denis…). Dans le lieu le plus conservateur de la Capitale, Victurnien vient de découvrir le monde moderne, il en entend le langage.

  • 7 Lucien Leuwen, Garnier-Flammarion, 1982, t. II, p. 214.

3À l'inverse, quand le Parisien se rend en province, les oreilles lui sifflent d'un idiome non moins surprenant. Lucien Leuwen n'en peut plus de « ces longues phrases emphatiques, qui sont le ton parfait des gens de bonne compagnie de la province »7. On croit alors reconnaître le motif, bien attesté dans l'histoire de notre littérature, du provincial mal dégrossi auquel manquent les lumières de la civilisation parisienne. Pourtant, quand l’écoute se fait plus attentive, les héros de Stendhal et de Balzac entendent parfois dans ces propos empesés une prophétie d'avenir. Et si le langage de la médiocrité, qui semble le lot de la province, était finalement le langage de la modernité ? C'est soudainement dans cette province toujours soupçonnée d'être retardataire que se discerne le monde de demain. Par ces représentations contradictoires de la Province et de Paris, plus simplement antithétiques comme dans la tradition classique, à travers ces objets fondamentalement imaginaires, au contenu mouvant, que sont « la langue de Paris » et « la langue de province », formes en mal de sens, le romancier cherche à pressentir (à faire entendre) l'Histoire telle qu’elle devient.

Comme disent les provinciaux

  • 8 Lucien Leuwen, t. II, note 135 à la page 76.

4La Bruyère avait aperçu de loin des animaux farouches, qui en effet étaient des hommes, sans savoir quelle langue ils parlaient, ni même s'ils parlaient. La scène comique avait prêté un idiome au peuple : ce serait à peu près le même pour les paysans et les serviteurs, la ville et la campagne, Paris et les provinces, à la plus grande joie du parterre et de la galerie. Même s'ils ne s'exprimaient pas en patois, bourgeois et hobereaux de province ne faisaient guère mieux la parlotte : Vaugelas leur prescrivait de fréquents et longs séjours dans la capitale comme seul remède et Madame de Sévigné se lamentait à l'idée d'avoir à les entendre. L'âge classique ne parla qu'une langue (n'en reconnut qu'une) : le français de la Cour, le français des salons, à l'extérieur desquels on percevait dédaigneusement les ba-ba de la barbarie. La version littéraire du parler populaire ou rural va survivre à la Révolution : les ben et les itou ponctuent des répliques balzaciennes, des Chouans aux Paysans, tandis que le charabia pittoresque de la campagne normande bruit dans les nouvelles de Maupassant. Le langage provincial des couches aisées continue d'agacer la sensibilité de l'écrivain : Stendhal, dans telle marge, se comporte en héritier de Vaugelas quand il note, tranchant, « provincialisme », à propos du tour « Du diable si » employé par Lanfort, qui appartient à la noblesse de Nancy8.

  • 9 J. Pignon, "Les parlers régionaux dans La Comédie humaine", Le Français moderne, 1948, no 3 (p. 175 (...)
  • 10 Les Chouans, t. VIII, p. 915.
  • 11 La Muse du département, t. IV, p. 635.
  • 12 Les Paysans, t. IX, p. 148.
  • 13 La Rabouilleuse, t. IV, p. 419.
  • 14 Voir La Rabouilleuse, t. IV, p. 1275 : note 2 de l'éditeur à la page 393.
  • 15 C'est ainsi que le considèrent le Dictionnaire de l'Académie (édition de 1803) et en 1821 le Petit (...)
  • 16 Eugénie Grandet, t. III, p. 1104.

5Mais au XIXe, notre monde vient d'en découvrir plusieurs autres et la dialectologie, discipline naissante, entreprend de les cartographier, avec scrupule et respect, affranchie du mépris puriste régnant dans les recueils de cacologies qui fleurissaient depuis les Lumières, ignorante également des diatribes du très jacobin abbé Grégoire qui tonnait au temps de la Terreur contre les patois, « idiomes féodaux ». Ainsi le comte Jaubert publie-t-il en 1838 un Vocabulaire du Berry, non sans rendre hommage aux premiers 116 Philippe Dufour romans rustiques de George Sand (Valentine avait inauguré le cycle en 1832). Ou encore E. et A. Duméril composent un Dictionnaire du patois normand (1849). Balzac, en historien des mœurs, mime ce savoir, glanant çà et là les vocables du terroir, et pas seulement de sa Touraine natale. J. Pignon dressa naguère le fastidieux répertoire de ces parlers régionaux dans le cycle balzacien9. Ils débordent même parfois du dialogue pour, touche de couleur locale, s'intégrer aux descriptions du narrateur : « Les peaux de bique, pour parler la langue du pays, qui lui garnissaient les jambes et les cuisses, ne laissaient distinguer aucune forme humaine »10. Ailleurs même, c'est dans le récit que le langage provincial vient relayer la voix du narrateur, comme un fragment de style indirect libre : « […] Mme Piédefer, dévote à grandes Heures, était à peu près déterminée ainsi que sa fille, à prendre, selon l'expression du Berry, le premier chien coiffé venu ».11 Le mot court le risque d'être obscur. Aussi bien est-il souvent escorté de sa glose, avec le sérieux du philologue : « Depuis les querelles du quinzième, le mot Arminacs (Armagnacs, les Parisiens, antagonistes des ducs de Bourgogne) est resté comme un terme injurieux sur la lisière de la Haute-Bourgogne, où, selon les localités, il s'est différemment corrompu »12. Balzac commente de semblable façon le mot gars dans Les Chouans : le phrasé philologique traverse La Comédie humaine, du début à la fin. On y retrouve l'appétit de savoir caractéristique d'un narrateur touche-à-tout, qui gonfle les phrases jusqu'à l'aberration, comme dans ce passage où, en fait de grammaire comparée, ne sont pas rapprochés des sons et une morphologie, mais des sens : « En Berry, le mot Narette exprime la même situation de terrain que le mot génois salita, c'est-à-dire une rue en pente roide »13. Savoir en parade plus d'une fois sujet à caution. J. Pignon ne retrouvait pas trace d'« Arminacs » en Bourgogne. Lisant que « la Rabouilleuse n'en passa pas moins pour une fille très délurée, un mot du pays », un érudit proteste devant cette annexion14. Et que dire d'"endêver (mot du pays)", c'est-à-dire de Tours, dans L'Illustre Gaudissart (t. IV, p. 581), quand Mme Cibot, Parisienne pourtant, utilise le même mot dans Le Cousin Pons ? Provincialisme, mot populaire15 ? Mot régional colporté dans la capitale par les provinciaux émigrés ? C'est au demeurant un problème rencontré par la dialectologie que celui de l'aire linguistique d'un mot, qui ne se superpose pas aux découpages administratifs des régions. Balzac n'a pas de ces cas de conscience : il s’agit d'abord de classer : « Ici peut-être est-il convenable de faire observer qu'en Touraine, en Anjou, en Poitou, dans la Bretagne, le mot bonhomme…16 ».

  • 17 La Vieille fille, t. IV, p. 840.
  • 18 Illusions perdues, t. V, p. 621.
  • 19 La Muse du département, t. IV, p. 641.

6De toute façon, sur ce terrain, le romancier ne saurait faire concurrence aux lexiques et aux atlas linguistiques qui vont s'établir. Il cherche autre chose, et la collecte des mots n'est qu'un point d'appui, ou de départ. Il n'entend pas faire une linguistique de la langue, mais du discours : percevoir au-delà des vocables une vision du monde. Il invente une ethnolinguistique, au même moment que Wilhelm von Humboldt. Cette vision du monde serait la vision du monde provinciale, transcendant la diversité des régions et les particularités de vocabulaire. Elle exprimerait la vie de province, pour reprendre un sous-titre de La Comédie humaine : « Scènes de la vie de province ». Des expressions langagières synthétisent un état d'esprit : « […] ce serait, comme disent les provinciaux, marier la faim et la soif »17. C'est à propos d'Athanase et de la belle Suzanne, de leur liaison inenvisageable. Une voix collective retentit, qui n'est pas simplement celle d'Alençon, pour articuler la règle des convenances matrimoniales aux yeux des provinciaux. Ailleurs c'est un autre code, celui de l'honneur commercial, qui affleure dans le choix des mots : « Puis, quand un commerçant, un banqueroutier, pour se servir des expressions de la province qui ne transige guère sur cette espèce de vol légal […] ».18 La langue de province ne badine pas avec la morale. Prenant encore un peu de recul, délaissant les mots ou les expressions pour caractériser un type de discours, le narrateur en dévoile la lamentable quintessence : « […] elle [=Dinah] se refusa net au clabaudage des petites nouvelles, à cette médisance de bas étage qui fait le fond de la langue en province »19.

  • 20 Lucien Leuwen, t. I, p. 307.
  • 21 Lucien Leuwen, t. II, p. 115.
  • 22 Le Rouge et le noir, Le Livre de Poche, 1995, p. 25.
  • 23 Le Député d'Arcis, t. VIII, p. 726.
  • 24 Pauline, in Vies d'artistes, Presses de la Cité, "Omnibus", 1992, p. 270.
  • 25 Bouvard et Pécuchet, Gallimard, "Folio", 1979, p. 545.
  • 26 Illusions perdues, t. V, p. 201.
  • 27 La Muse du département, t. IV, p. 665.
  • 28 Ce rapprochement avec la Vie de Henri Brulard est effectué par Anne-Marie Méninger en note à la phr (...)

7Le désir de circonscrire une vision du monde au détour d'une expression est particulièrement net chez Stendhal qui autrement ne s'intéresse guère au pittoresque linguistique. Le langage n'est pas vu dans ses particularismes, mais comme concrétion d'une idéologie, lieu de valeurs douteuses. Le provincial use des mots de tout le monde, mais il en use curieusement. « Les six demoiselles de Serpierre et leur mère « étrennèrent » cette voiture, comme on dit dans le pays »20 : le verbe ironise doucement sur ce qui fait événement en province et le prestige du neuf. Plus loin, c'est Madame de Constantin, d'humeur parisienne, qui repère un cliché : « le mot obligé de la province : c'est un beau cavalier ! »21. Dans l'expression toute faite se manifeste une vision du monde fossilisée et donc visible. L'historien des mœurs y prend l'empreinte d'une mentalité - où les mots sont vite soupçonnés de mal s'ajointer au réel : Verrières aussi a son beau cavalier, M. de Valenod, « un de ces êtres grossiers, effrontés et bruyants qu'en province on appelle de beaux hommes »22. (Même mouvement de phrase chez Balzac : « Il avait ce qu'on nomme en province de la dignité, c'est-à-dire qu'il se tenait roide et qu'il était ennuyeux »23.) Le langage provincial préjuge du réel. George Sand, quand elle délaisse l'utopie rustique où le langage fleure bon les origines (pour Nodier, contre l'abbé Grégoire !), entend également les ridicules de langage chez les citadins provinciaux : la petite ville de Saint-Front s'émeut de l'arrivée d'une « belle actrice de la capitale »24. L'italique rend louche le vocable, que Flaubert souligne aussi dans ses lettres, avant de le ranger (avec l'actrice d'ailleurs) dans le Dictionnaire des idées reçues : « Paris La Capitale »25. La capitale, l'actrice : les mots captent une mythologie provinciale que le narrateur, en artiste et en Parisien, regarde avec condescendance. Sa philologie est de parti pris, à l'adresse du lecteur parisien, provocante pour le lecteur provincial qui se retrouve pris pour cible. Au savoir linguistique se mêle ainsi la tradition comique littéraire, jusqu'au plaisir de la charge. L'artiste caricature le provincial philistin : provincial, bourgeois, les deux mots se recoupent, l'un étant l'hyperbole de l'autre, mais le débordant aussi car un noble d'Angoulême (ville après tout de la comtesse d'Escarbagnas…) ne vaut pas mieux : « -Puisque ses vers (en province on prononce verse) sont imprimés, nous pouvons les lire nous-mêmes, dit Astolphe ».26 Le provincial ignore le premier mot de la poésie. À Angoulême comme à Sancerre : « Pourquoi Mme de la Baudraye ne compose-t-elle plus de vers (verse) ? » fut le mot de tout le monde »27. Délirant acharnement ? Et pourtant, Stendhal se souvient : « Nous disions (…) M. Passekin (Paskin) m’a lu une pièce de ver-se. Ce n'est qu'en arrivant à Paris que je me suis douté qu'il y avait une autre prononciation »28.

  • 29 Lucien Leuwen, t. I, p. 193 et 306.
  • 30 Lucien Leuwen, t. I, p. 219 et 217.
  • 31 Lucien Leuwen, t. I, p. 230.
  • 32 Illusions perdues, t. V, p. 198.
  • 33 Madame Bovary, Classiques Garnier, 1980, p. 100 et 214.
  • 34 Flaubert, Le Candidat, Le Castor Astral, 1988, p. 38-39.

8Sérieux apparent de l'observateur savant, registre classique du comique : le romancier argumente la charge traditionnelle contre le provincial. À la fois Molière et Vaugelas, il accroît encore l'éloignement face à ce bizarre idiome, facile néanmoins à s'approprier, et donc à représenter, puisqu'il est stéréotypé. Le Parisien mystificateur l'imite sans peine (alors que l'inverse est beaucoup plus dur : Rastignac et Rubempré le savent) : « C'était avec délices que Lucien empruntait au docteur les façons de parler de la province », « Si j'étais en Allemagne, s'était-il dit, je parlerais allemand ; à Nancy, je parle provincial »29. Cette parole en plus d'un sens empruntée possède une source privilégiée : le journal. C'est un topos chez Balzac et Stendhal. Les articles lus sont l'avant-texte de la conversation : « […] ils parlent comme le journal de la veille », note Lucien Leuwen à propos de ses nouvelles connaissances nancéiennes, et juste avant, encore : « Il écouta M. le Préfet, qui répétait avec une fatuité bien lourde un article des Débats de la veille »30. Orléanistes ou légitimistes, leur parole est écrite. Elle a tout pour irriter le beyliste, adepte du naturel et de l'imprévu. Elle s'oppose au légendaire art de la conversation qui dans l'imaginaire français avait semblé la vocation de notre langue. Le provincial dénature la langue. On y entend comme un sombre verdict sur l'Histoire, la disparition d'une culture, pitoyablement prophétisée dans la voix des petites villes : les paroles écrites du provincial figurent une langue morte. D'autant que la source tarit. Débité les articles du jour, le provincial se retrouve sec : « Là, on se regardait, on ne savait que dire, on parlait de la chaleur et du froid, etc. ; car le provincial ne lit guère que les journaux, et, passé l'heure de la discussion sur le journal, il ne sait que dire »31. C'est ici le ton général de la physiologie : « le provincial ». Celui-ci ne se reconnaît décidément pas à une particularité lexicale, à une maladresse syntaxique, à une soudaine faute de goût, mais bien à un type de discours, et à ses silences. Balzac connaît aussi les ressorts de son éloquence frelatée : « […] Astolphe qui avait appris par cœur dans un journal la description d'une nouvelle charrue en parlait au baron »32. M. Homais perpétuera la tradition : lecteur de journaux, il vient réciter chez les Bovary « toutes les catastrophes individuelles, arrivées en France ou à l'étranger » et ne connaît Shakespeare que comme confrère, pigiste incognito au Fanal de Rouen : « Ah ! c'est là la question : That is the question ! comme je lisais dernièrement dans le journal »33. Encore faut-il au provincial flaubertien de préférence une presse proportionnée à son entendement étriqué (car il a désormais « ses organes », l'heureux homme !) : dans la pièce intitulée Le Candidat, le travail de Julien journaliste consiste à « rapetisser à la mesure de l'esprit local les articles des confrères parisiens, en style très plat ! c'est une exigence : chaque métaphore enlève un abonnement »34. La province, qui n'aime pas les ver-se, est bien le lieu de l'anti-poésie.

9Cette parole prévisible est naturellement radoteuse. L'écriture l'enveloppe dans un comique de répétition. Une forme inusitée de dialogue romanesque apparaît alors, avec des répliques itératives, qui marquent le dérèglement de la conversation : elle n'est plus échange ni progression. Ainsi chaque année, à l'occasion du voyage de Mlle Cormon au Prébaudet, fusent les mêmes répliques, anonymes :

Petits et grands regardaient passer la carriole, et il semblait qu'on s'apprît une nouvelle en se répétant les uns aux autres : « Mlle Cormon va donc au Prébaudet ! » Par ici, l'un disait : « Elle a du pain de cuit, celle-là. -Hé ! mon gars, répondait le voisin, c'est une brave personne » (…) Le soir, dans toutes les réunions, on se disait gravement : « Mlle Cormon est partie. » Ou : « Vous avez donc laissé partir Mlle Cormon ? »

10Au sortir des soirées de ladite demoiselle, même ramage, même esthétique :

  • 35 La Vieille fille, t. IV, p. 868 et 887.

Alors commençaient les discours qui, depuis vingt ans, retentissaient à cette heure, dans cette rue. C'était inévitablement : « Mlle Cormon était bien ce soir. - Mlle Cormon ?… Je l'ai trouvée singulière.
- Comme ce pauvre abbé baisse ! »35 etc., etc., ponctuerait Stendhal.

  • 36 La Muse du département, t. IV, p. 645.
  • 37 Illusions perdues, t. IV, p. 201.
  • 38 Lucien Leuwen, t. I, p. 229.
  • 39 Le Rouge et le noir, p. 19.

11La définition bergsonienne du risible comme « mécanique plaqué sur du vivant » trouve avec le parler provincial un parfait point d'application. Voici venir d'étranges dialogues, sans fonction narrative, temps morts de l'action - au point que, autre innovation dans l'écriture du dialogue romanesque apportée par Balzac et par Stendhal, le romancier se contente de décrire la parole, de la résumer, quand il ne l'élide pas purement et simplement. Voyez cette attaque de phrase qui contient la conversation dans une subordonnée, épargne la tartine : « Quand sa femme entamait la question de la traite des nègres, ou l'amélioration du sort des forçats, il prenait sa petite casquette bleue et s'évadait sans bruit […] »36. La phrase mentionne allusivement le dicible, le discours humanitaire du temps, invitant à se reporter aux journaux… C'est déjà une représentation flaubertienne, un « catalogue des idées chic ». Balzac en province aime ces panoramiques de la parole, qui la traitent de haut. Ainsi encore, pendant que Lucien attend de pouvoir réciter ses poèmes : « […] mais Jacques racontait sa dernière chasse à Mme de Pimentel ; Adrien s'entretenait du nouvel astre musical, de Rossini, avec Mlle Laure de Rastignac ; Astolphe qui avait appris par cœur dans un journal la description d'une nouvelle charrue en parlait au baron ».37 Il arrive même à Stendhal, désertant le lieu de la conversation pour prendre une fois encore le ton de la physiologie, de se contenter de décrire l'énonciation. Comment mieux mépriser le vide des énoncés ? « Le provincial dissertant est terrible dans sa détresse ; quand il n'a plus rien à dire, il a recours à la force de ses poumons ; il en paraît fier, et avec raison ; car, par là, fort souvent, il l'emporte sur son adversaire et le réduit au silence »38. Mais c'est bientôt encore trop pour les oreilles chatouilleuses du beyliste. L'ellipse est la seule façon d'en finir avec la jactance de l'énergumène provincial : « Mais, quoique je veuille vous parler de la province pendant deux cents pages, je n'aurai pas la barbarie de vous faire subir la longueur et les ménagements savants d'un dialogue de province »39. Une configuration inédite du dialogue, prophylactique, se met en place face à la parole provinciale. M. de Pourceaugnac peut encore avoir le premier rôle dans les physiologies à la Henri Monnier, il est encore là dans telle scène balzacienne, il se réincarne bruyamment en M. Homais, mais de plus en plus, le romancier le réduit dédaigneusement au silence, le laisse parler dans les lointains de la représentation.

  • 40 Vaugelas, Remarques sur la langue française (1647), Slatkine Reprints, Genève, 1970, p. II.
  • 41 La Muse du département, t. IV, p. 655.

12Ainsi le seul remède serait d'aller dans « la Capitale », « cette nouvelle Athènes », tout comme Vaugelas conseillait, savonnette à provincial, de séjourner à la Cour et à la Ville pour échapper à la "contagion des Provinces", où le parler se corrompt au moins grammaticalement40, à ceci près que désormais le mal est plus spirituel que grammatical : la langue de province empêche de penser. « Il en est du parler, des façons du langage et des idées, comme du sentiment : l'esprit se rouille aussi bien que le corps, s'il ne se renouvelle pas dans le milieu parisien […] »41. Allons vérifier !

Paroles de Paris et potins de province

13Dans Autre étude de femme, qui précède les « Scènes de la vie de province », Balzac a placé un éloge de la conversation française, c'est-à-dire parisienne, c'est-à-dire du faubourg Saint-Germain. Chez Mlle des Touches, le narrateur, Bianchon apparemment, formule la théorie de la seconde soirée, « où, comme sous l'ancien régime, chacun entend ce qui se dit, où la conversation est générale, où l'on est forcé d'avoir de l'esprit et de contribuer à l'amusement public. » (t. III, p. 673) Ce généreux brio de l'esprit parisien s'oppose à la mesquinerie du potin provincial. Balzac paraît avoir tenu à le souligner à travers une théorie symétriquement inverse de la seconde conversation en province. Nous sommes maintenant à Arcis, mais le présent de vérité générale retentit :

  • 42 Le Député d’Arcis, t. VIII, p. 720.

Il existe en province deux conversations, celle qui se tient officiellement quand tout le monde est réuni, joue aux cartes et babille ; puis, celle qui mitonne, comme un potage bien soigné, lorsqu'il ne reste devant la cheminée que trois ou quatre amis de qui l'on est sûr et qui ne répètent rien de ce qui se dit, que chez eux, quand ils se trouvent avec trois ou quatre autres amis bien sûrs. »42

  • 43 Le premier exemple est rapporté par Marc Fumaroli dans Trois institutions littéraires, Gallimard, " (...)
  • 44 De l'Allemagne, Garnier-Flammarion, 1997, t. I, p. 107.

14Du babillage au commérage, tel est le trajet de la parole provinciale. Son inconsistance va croissant. Cependant, dans le passage cité d'Autre étude de femme, il est question, au-delà du clivage géographique, d'une opposition historique : « comme sous l'ancien régime ». Dans le salon de Mlle des Touches s'exhalent les derniers souffles d'une parole barrée par l'Histoire. Balzac articule ici une des nombreuses versions du mythe de la conversation d'Ancien Régime, particulièrement avivé après la Révolution : la duchesse d'Abrantès dans son Histoire des salons de Paris disait ne plus reconnaître les salons d'antan, depuis que ceux qui savaient causer avaient été éliminés sous la Terreur ; Mme de Genlis se montrait frappée en 1800, à son retour d'exil, par l'altération de la langue43. Mais y a-t-il autre chose qu'un fantasme réactionnaire dans cette nostalgie d'un âge d'or de la parole parisienne ? Une population jusqu'alors douillettement calfeutrée dans l'huis-clos de salons exclusifs découvrait que d'autres parlaient autrement (moins bien, traduisait-elle) la même langue française. Mme de Staël entendait d'une autre oreille la mythique conversation. Certes (c'est dans Dix années d'exil), elle peut dire sa mélancolie à être privée du plaisir de la causerie parisienne, et l'on sait sa réputation en ce domaine, mais Germaine n'avait apparemment pas gardé uniquement un souvenir ébloui du salon maternel : dans l'attente d'un autre langage, qu'elle ne devait jamais trouver, elle en vint à opposer l'esprit de la conversation dans la société française (plus seulement parisienne, plus seulement aristocratique) et la parole qui pense en Allemagne. Autre géographie : « […] l'esprit de sociabilité existe en France depuis le premier rang jusqu'au dernier : il faut s'entendre approuver par ce qui nous environne ; on ne veut s'exposer, à aucun prix, au blâme ou au ridicule ; car dans un pays où causer a tant d'influence, le bruit des paroles couvre souvent la voix de la conscience44. » Sous le brio, le vide. La société souscrit à un modèle uniforme qui sacrifie le singulier à l'opinion. Le comte d'Erfeuil, l'émigré français dans Corinne (1807), en avait été la parlante caricature.

15Balzac désire faire survivre le mythe : le salon de Mlle des Touches se veut représenter le dernier témoignage de cet esprit après 1830. Comme une utopie - à laquelle il n'est pas facile de croire : car enfin Nucingen a droit d’entrée dans ce salon, et les journaux, ces journaux qui forment le fonds de la langue de province, n'y demandent qu'à prendre la place de la muse :

  • 45 Autre étude de femme, t. III, p. 691.

- La Presse a hérité de la Femme, s'écria Rastignac. La femme n'a plus le mérite du feuilleton parlé, des délicieuses médisances ornées de beau langage. Nous lisons des feuilletons écrits dans un patois qui change tous les trois ans, de petits journaux plaisants comme des croque-morts, et légers comme le plomb de leurs caractères. Les conversations françaises se font en iroquois révolutionnaire d'un bout à l'autre de la France par de longues colonnes imprimées dans des hôtels où grince une presse à la place des cercles élégants qui y brillaient jadis.45

  • 46 Dictionnaire des idées reçues in Bouvard et Pécuchet, p. 535.

16La presse écrite tue donc la conversation improvisée en province comme à Paris. Les Parisiens eux aussi sont devenus des patoisants ! La recette d'Astolphe s'impose sur tout le territoire : « Journal - Lire le matin un article de ces feuilles sérieuses et graves, et le soir, en société, amener adroitement la conversation sur le sujet étudié afin de pouvoir briller »46.

  • 47 Marc Fumaroli, de l'Académie française, a l'air d'y croire dur comme fer dans l'étude susmentionnée
  • 48 Lucien Leuwen, t. II, p. 214.
  • 49 Horace, in Vies d’artistes, op. cit., p. 385.
  • 50 Henry Murger, préface aux Scènes de la vie de bohème, Galliamrd, "Folio", 1988, p. 42.
  • 51 La Femme de trente ans, t. II, p. 1137 ; Le Colonel Chabert, t. III, p. 354 ; Ferragus, t. V, p. 86 (...)

17Le modèle classique (imaginaire ou réel47, qu'importe !) de la conversation française se défait. Lucien Leuwen, de retour dans les salons parisiens, doit lui aussi en rabattre. Il s'aperçoit que Paris ne diffère finalement pas tant de Nancy, qu'on n'y trouve pas davantage de naturel dans la conversation : « Et voilà pourquoi la bonne compagnie, en France, est arrivée à une époque de décadence. Nous sommes arrivés au de Sénèque et n'osons plus agir et parler comme du temps de Mme de Sévigné et du grand Condé. Le naturel se réfugie chez les danseuses »48. Stendhal note « Vrai » en marge. De Mme de Sévigné (qui justement opposait la parole pleine de Paris à la parole vide de province) à Mlle Raimonde, des grandes dames aux danseuses, il y a changement de référence. L'écrivain n'ira plus chercher ses muses, le diapason de son esprit, dans les salons. Il ne peut plus puiser son langage à la source de la conversation parisienne. Vive Mlle Raimonde ! Il cherche la parole qui danse, loin de la prose du monde (Malherbe, disait Racan…) Par où, dans ce face-à-face avec la conversation, se profile la question de l'écriture. L'artiste claque la porte des salons : « Cette ancienne causerie française qu'on a tant vantée, est aujourd'hui perdue dans les salons. Elle est descendue de plusieurs étages ; et si l'on veut trouver encore quelque chose qui y ressemble, c'est dans les coulisses de certains théâtres ou de certains ateliers de peinture qu'il faut aller la chercher », note George Sand dans un récit de 184149. On perçoit alors peut-être une fonction des fréquents emprunts balzaciens à la langue des ateliers ou à l'argot des coulisses, proclamés langages énergiques et originaux. Murger essaiera lui aussi de construire ce nouveau mythe d'un langage parisien à part, s'opposant cette fois plus qu'à la seule province, à la bourgeoisie triomphante (le livre de Murger paraît en 1848) : « La Bohème parle entre elle un langage particulier, emprunté aux causeries de l'atelier, au jargon des coulisses et aux discussions des bureaux de rédaction. Tous les éclectismes de style se donnent rendez-vous dans cet idiome inouï […] Ce vocabulaire de bohème est l'enfer de la rhétorique et le paradis du néologisme »50. L'écrivain fabrique un nouveau modèle de parole libre, spontanée, échappant au discours social. Balzac ne fut-il pas le maître en écriture de cet idiome inouï aux éclectismes de style ? Voici chez lui quelques exemples d'emprunts aux langages des peintres et des coulisses, d'autant plus probants qu'ils ne sont pas extraits de récits mettant en scène des artistes : « Cette étude faite sur l'écorché s'il est permis d'emprunter à la peinture une de ses expressions les plus pittoresques », « Sa figure […] paraissait être rajeunie et plus grasse, pour emprunter à la peinture une de ses expressions les plus pittoresques », « Ni les étages ni les fenêtres ne sont ensemble, pour emprunter à la peinture un de ses termes les plus pittoresques », « En argot de coulisse, Canalis prenait des temps, un peu longuets »51. Balzac, au demeurant, puise à tous les vocabulaires, tous les argots. Il dit aussi bien sa fascination pour l'énergie de la langue populaire et l'on se souviendra que Bianchon et le marquis de Rastignacorama, avant de briller dans le salon de Mlle des Touches, participaient à la joyeuse parole des repas Vauquer. L'écrivain multiplie les images d'un langage de Paris (casse l'image de « la langue de Paris ») et y invente son style.

  • 52 Le Père Goriot, t. III, p. 175.
  • 53 Lucien Leuwen, t. II, p. 209.

18Langage fait de tous les langages, mais langage à part, marginal. Car pour le fond, la parole parisienne est elle aussi suspecte. Paris, illusoirement lieu de vie quand on le compare à la province, lui ressemble pourtant quand on écoute son langage en soi. Résonne un même vide. Paris est le gouffre où s'abîme la valeur de vérité des mots : « Quand on connaît Paris, on ne croit à rien de ce qui s'y dit, et l'on ne dit rien de ce qui s'y fait »52. La désillusion se crispe en maxime. De même, Lucien Leuwen finit par voir une équivalence entre la capitale et la province, un langage identique des âmes pusillanimes dans les salons ultra de Nancy et dans le salon Juste-Milieu de Mme Grandet à Paris : « Au lieu de jouir de leur position, ces gens-ci s'amusent à avoir peur, comme mes amis les gentilshommes de Nancy, et par-dessus le marché ils me font mal au cœur »53. Comme si le détour par la province avait fait comprendre à Lucien le fond du langage parisien. Dans ce Bildungsroman du langage, ce n'est plus affaire de géographie ou d'idéologie : partout règne une même inauthenticité. Et l'explication devient socio-historique : Stendhal, qui ne parle certes pas dans la nostalgie de l'Ancien Régime, découvre une parole émasculée, liée à la modernité. On touche ici à la grande coupure qui s'opère dans les années 1830-1840 : la littérature délaisse le topos séculaire épinglant le retard de l'indécrottable province vis-à-vis de Paris ; la question du langage révèle au contraire que Paris se provincialise. Après avoir représenté la langue de province avec la distance du comique ou du savant, comme s'il avait ainsi voulu conjurer l'insupportable pressentiment de sa familiarité, le romancier en reconnaît finalement la proximité.

Le laboratoire de la démocratie bourgeoise

  • 54 Le Rouge et le noir, p. 19.
  • 55 Lucien Leuwen, t. I, p. 145 et p. 306-307.

19Posons le paradoxe : c'est le parler provincial qui donne à comprendre la modernité. Apparemment passéiste, enfermé dans un sempiternel ressassement, il prélude en fait à un état de discours à venir. Il n'est pas seulement ce qui résiste au mouvement, l'archaïque : il est simultanément l'annonce des lendemains qui déchantent. La traditionnelle satire du provincial cache un discours sur l'Histoire. À l'écoute de la disette des provinces (pour reprendre le mot de La Rabouilleuse), le romancier découvre que la France parle d'une voix. D'abord parce que les dialogues de province sont autant de variations sur un même thème, plaçant en leur centre la valeur moderne de l'argent. À peine son roman commencé, le narrateur stendhalien prévient : « Voilà le grand mot qui décide de tout à Verrières : RAPPORTER DU REVENU. À lui seul il représente la pensée habituelle de plus des trois-quarts des habitants »54. Dans Lucien Leuwen, le narrateur généralise : « […] en province, le moindre intérêt d'argent éclipse à l'instant tout autre intérêt ; on oublie la discussion la plus piquante, on n'a plus d'attention pour l'histoire scandaleuse la plus attachante ». Et Lucien, qui parle désormais couramment le nancéien, sait mettre en pratique l'observation du narrateur : « Il lui eût semblé s'entendre jurer s'il eût dit d'une belle matinée : « C'est une belle matinée. » Il s'écriait en fronçant le sourcil et épaississant le front, de l'air important d'un gros propriétaire : « Quel beau temps pour les foins ! » »55. On songe au début d'Eugénie Grandet où le narrateur résume les conversations de Saumur :

  • 56 Eugénie Grandet, t. III, p. 1029.

Le baromètre attriste, déride, égaie tour à tour les physionomies. D'un bout à l'autre de cette rue, l'ancienne Grand-Rue de Saumur, ces mots : Voilà un temps d'or ! se chiffrent de porte en porte. Aussi chacun répond-il au voisin : Il pleut des louis, en sachant ce qu'un rayon de soleil, ce qu'une pluie opportune lui en apporte.56

20Or-porte-opportune-apporte : le narrateur laisse retentir l'obsession dans le signifiant, traduisant ainsi stylistiquement l'empreinte de la cupidité sur le langage. Voilà donc finalement la véritable vision du monde que le romancier repère dans le langage provincial. Le père Grandet n'est pas un avare singulier à la manière d'Harpagon : il parle au fond comme tout Saumur. Il n'est pas un type psychologique, il grossit un phénomène sociologique. Balzac et Stendhal, écrivant sous la Monarchie des banquiers, entendent son langage en province. « Enrichissez-vous par le travail et par l'épargne » : la morale de Guizot bruit dans les petites villes.

  • 57 Le Rouge et le noir, p. 16 et 165.
  • 58 On se reportera à Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, Gallimard, 1985 ; notamment la quatrième pa (...)
  • 59 Illusions perdues, respectivement p. 728, 555-556 et 731.
  • 60 Lucien Leuwen, t. I, p. 150.
  • 61 La Vieille fille, p. 924 et 925.
  • 62 Respectivement Le Rouge et le noir, p. 172 et 505 ; Lucien Leuwen, t. II, p. 61 et 82.

21Non seulement la voix de province prodigue sans pudeur les valeurs collectives d'une époque, mais elle préfigure une évolution socio-politique. De la démocratie dans les petites villes… C'est là en effet (à chacun son Amérique !) que le roman commença à mettre en scène l'opinion publique dans la première moitié du siècle. Pendant que l'action se situe sous la Restauration ou la Monarchie de Juillet, dans ces temps d'un système représentatif limité, où survit le roi quand même, la ville de province permet une écoute in vitro de la parole démocratique. Tocqueville allait bientôt partir pour les États-Unis, mais Stendhal savait déjà ce qu'il y trouverait. Le narrateur du Rouge déclare brutalement à la fin du premier chapitre : « La tyrannie de l'opinion, et quelle opinion ! est aussi bête dans les petites villes de France, qu'aux États-Unis d'Amérique. » Un clou s'enfonce : « Le grand malheur des petites villes de France et des gouvernements par élections, comme celui de New York, c'est de ne pas pouvoir oublier qu'il existe au monde des êtres comme M. de Rênal. Au milieu d'une ville de vingt mille habitants, ces hommes font l'opinion publique, et l'opinion publique est terrible dans un pays qui a la charte »57. Là où Guizot rêve une méritocratie, le romancier montre la médiocratie ; là où le doctrinaire en appelle aux capacités58, l'écrivain voit le « sacre des incapacités ». Cette représentation littéraire est hantée par le fantasme d'un langage de province qui fait bloc, d'une population unanime, d'une sorte de référendum permanent où l'opinion publique prononce blâmes et éloges. De ce point de vue, le trajet d'Illusions perdues est remarquable. L'action se situe sous la Restauration, avec un fort clivage initial à l'intérieur d'Angoulême : d'un côté, la ville haute, fief ultra ; de l'autre le faubourg de l'Houmeau, d'esprit libéral. Or ce partage s'efface et dans la dernière partie du roman la ville parle d'une voix : « Mais il se répandit alors dans Angoulême et dans l'Houmeau de singuliers bruits […]. » La diffusion des potins transgresse les cercles, au point de laisser même apparaître une voix de la Charente : « […] tout le département de la Charente causait en ce moment du mariage de cette dame et de sa rentrée à Angoulême avec le nouveau préfet […] ». Et au bout du roman, l'opinion est là, qui tire la morale : « La voix publique », « on », « tout le département de la Charente », « dit-on »59. De même, Lucien Leuwen, dont l'histoire se passe cette fois sous la Monarchie de Juillet, reconnaît d'abord une coupure radicale des discours : « […] en province il n'y a plus aucune communication, même indirecte, entre les classes ennemies »60, avant d'entendre la voix diffuse de Nancy. Ces romans de province progressent ainsi à double vitesse : d'une part, ils proposent une représentation réaliste de la division des sociolectes, de leur antagonisme virulent ; d'autre part, ils esquissent une représentation visionnaire de la parlure démocratique, assimilée à un terrifiant consensus, qui couvre la voix de la différence. Le murmure provincial manifeste une société civile contrôlant moins le pouvoir qu'elle n'asservit l'individu : la démocratisation serait déperdition de liberté. Deux états de discours contradictoires sont ainsi figurés ensemble. Et c'est de conséquence pour l'esthétique du dialogue, qui se tisse par intermittence de répliques anonymes et unanimes. Avec un dédain aristocratique, l'écrivain transcrit la parole de l'indistinction : « La ville d'Alençon glosa pendant quinze jours ». Le nom de lieu finit par fonctionner comme un nom de personne : « Alençon pensa d'abord »61. La ville de province paraît l'antique cité ressurgie où le chœur épand ses états d'âme sur l'agora : « […] on ne l'excusait pas à Verrières, et toute la ville sans qu'elle s'en doutât, n'était occupée que du scandale de ses amours », « Besançon et tout le département ne parlait que de cette cause célèbre », « […] tout Nancy s'occupait d’elle », « Tout Nancy retentit de ce grand événement »62. Souvent exemplifiée par quelques propos sans locuteur désigné (on en avait vu des exemples dans La Vieille fille), avec l'émergence d'une incise inédite : dit-on, disait-on, cette écriture du dialogue provincial deviendra dans l'œuvre de Flaubert aussi bien l'écriture du dialogue parisien. Au sein du monde flaubertien, le langage de la bêtise se délocalise définitivement. On, l'enfant du siècle au pitoyable langage, vocifère à Yonville comme à Paris ou à Chavignolles. La parlure de l'opinion petite-bourgeoise aura brouillé définitivement le partage Paris-province.

  • 63 Ursule Mirouët, t. III, p. 798. Une fois encore, Balzac insiste sur le rôle des journaux dans ce pr (...)

22La vision est d'autant plus terrifiante que toutes les villes de province révèlent une même mentalité, d'où la fréquence déjà observée des "en province", "le provincial". Il ne s'agit plus du Limousin ou du Gascon. Le romancier peint un mundus inversus à l'intérieur duquel la province devient le centre de la France. Dans ce jacobinisme à l'envers, Paris coule et ne surnage plus : « […] cette changeante déesse, l'opinion publique, dont la tyrannie, un des malheurs de la France, allait s'établir et faire de notre pays une même province »63. Stendhal symbolise plaisamment cette conquête de Paris par la province, sous l'effet du système représentatif, avec la « légion du Midi » : Monsieur Leuwen fédère un groupe de députés périgourdins, auvergnats, et caetera, qui ne forment certes pas la voix de la raison, mais ont le poids du nombre. Raillant les provinciaux, les romanciers de la première moitié du dirent en fait leur peur de la démocratie.

23L'âge classique avait construit une représentation cloisonnée de la société, avec des groupes nombrables (gens de la Cour, de la Ville, hobereaux, bourgeois de province, serviteurs, paysans, silhouettes…), auxquels correspondaient une hiérarchie des langages (la langue, les parlers boiteux) et un clivage des espaces (Versailles, Paris, les provinces). Au XIXe, l'Histoire déborde la géographie et fait communiquer les langages. Paris et la province se transforment en même temps que les figurations imaginaires qui s'y associaient. Balzac et Stendhal essaient bien de perpétuer le portrait conventionnel du provincial en exotique individu, de reléguer dans les arrière-plans de la narration son idiome en forme de rumeur, il leur faut reconnaître que ce langage s’entend aussi à Paris et qu'il est en passe de transcender les divisions sociales. Un nouveau modèle de la « conversation française » s'impose, repoussant celui-là, au point que l'écrivain cherchera refuge parfois auprès d'autres langages. Ainsi en province, à la périphérie des villes, se construisent les rêves du roman rustique, avec George Sand, ou dans la seconde moitié du Ferdinand Fabre. Balzac aura lui aussi choyé l'utopie villageoise dans Le Médecin de campagne et Le Curé de village, avant que le principe de réalité ne fasse retour dans Les Paysans : nulle naïveté champêtre alors, mais la voix brute des intérêts. Le coup de fusil qui avait raté Benassis fait mouche… D'autres auront cherché le langage de la marge à Paris, dans les basfonds ou les faubourgs, avec l'argot parfois mal distingué de la voix du peuple : Balzac encore, Eugène Sue, Hugo, Zola enfin. Là également, dans ces évocations, plus ou moins consciemment, l'écrivain paraît projeter son désir d'une position d'extériorité, d'extra-territorialité dans la langue et interroge, par contrecoup, la langue dite « standard », celle qui fournit à une société son décalogue, estampille les bons citoyens et les mauvais sujets. Encore faut-il croire aux contre-modèles. Flaubert, en briseur de mythes, coupe court aux rêveries sur le langage à part du peuple. Le 22 novembre 1852, Badinguet régnant, il donne à Louise Colet ce bout de définition : « Le bourgeois (c'est-à-dire l'humanité entière maintenant, y compris le peuple) ». On comprend que suivant de telles visions d'un embourgeoisement généralisé, l'opposition littéraire de Paris et de la province se module, voire cesse de fonctionner. Balzac, après avoir exploité la veine et structuré des pans de La Comédie humaine avec cette subdivision : « Scènes de la vie de province », « Scènes de la vie parisienne », aura fini lui-même par relier tous ces espaces, autour d'un même bruissement de langage, lié à l'émergence de la figure jacassante du petit-bourgeois (aux « phrases filandreuses », aimera-t-il à répéter d'un portrait à l’autre), extrêmement présente dans les œuvres dernières, souvent inachevées, comme si l'écrivain avait définitivement capitulé devant ce langage insignifiant : Les Paysans (1844), Le Député d'Arcis (1847-1854), Les Petits bourgeois (posthume ; 1855). Chez Balzac, même les portières ont du génie, disait Baudelaire, mais pour le petit-bourgeois le romancier ne put rien faire. La voix petite-bourgeoise, par cette trilogie, nappe tous les espaces : Paris, la ville de province, les bourgs de campagne. Le temps est venu du roman flaubertien : exit le provincial, place au pignouf. L'écrivain, face au langage de son époque, se sait seul et va alors, ultime conduite de fuite possible, poser le style comme langue en soi, vision du monde autonome et absolue.

Notes

1 Le Père Goriot, t. III, p. 74. Je cite La Comédie humaine d'après l'édition de « La Pléiade », Gallimard, 1976-1981.

2 Illusions perdues, t. V, p. 278.

3 Le Père Goriot, t. III, p. 75.

4 Le Cabinet des antiques, t. IV, p. 1007.

5 L'Envers de l'histoire contemporaine, t. VIII, p. 227.

6 Le Cabinet des antiques, t. IV, p. 1013.

7 Lucien Leuwen, Garnier-Flammarion, 1982, t. II, p. 214.

8 Lucien Leuwen, t. II, note 135 à la page 76.

9 J. Pignon, "Les parlers régionaux dans La Comédie humaine", Le Français moderne, 1948, no 3 (p. 175-200) et no4 (p. 265-280).

10 Les Chouans, t. VIII, p. 915.

11 La Muse du département, t. IV, p. 635.

12 Les Paysans, t. IX, p. 148.

13 La Rabouilleuse, t. IV, p. 419.

14 Voir La Rabouilleuse, t. IV, p. 1275 : note 2 de l'éditeur à la page 393.

15 C'est ainsi que le considèrent le Dictionnaire de l'Académie (édition de 1803) et en 1821 le Petit dictionnaire du peuple à l'usage des quatre cinquièmes de la France ( !) de Desgranges.

16 Eugénie Grandet, t. III, p. 1104.

17 La Vieille fille, t. IV, p. 840.

18 Illusions perdues, t. V, p. 621.

19 La Muse du département, t. IV, p. 641.

20 Lucien Leuwen, t. I, p. 307.

21 Lucien Leuwen, t. II, p. 115.

22 Le Rouge et le noir, Le Livre de Poche, 1995, p. 25.

23 Le Député d'Arcis, t. VIII, p. 726.

24 Pauline, in Vies d'artistes, Presses de la Cité, "Omnibus", 1992, p. 270.

25 Bouvard et Pécuchet, Gallimard, "Folio", 1979, p. 545.

26 Illusions perdues, t. V, p. 201.

27 La Muse du département, t. IV, p. 665.

28 Ce rapprochement avec la Vie de Henri Brulard est effectué par Anne-Marie Méninger en note à la phrase de La Muse du département précédemment citée.

29 Lucien Leuwen, t. I, p. 193 et 306.

30 Lucien Leuwen, t. I, p. 219 et 217.

31 Lucien Leuwen, t. I, p. 230.

32 Illusions perdues, t. V, p. 198.

33 Madame Bovary, Classiques Garnier, 1980, p. 100 et 214.

34 Flaubert, Le Candidat, Le Castor Astral, 1988, p. 38-39.

35 La Vieille fille, t. IV, p. 868 et 887.

36 La Muse du département, t. IV, p. 645.

37 Illusions perdues, t. IV, p. 201.

38 Lucien Leuwen, t. I, p. 229.

39 Le Rouge et le noir, p. 19.

40 Vaugelas, Remarques sur la langue française (1647), Slatkine Reprints, Genève, 1970, p. II.

41 La Muse du département, t. IV, p. 655.

42 Le Député d’Arcis, t. VIII, p. 720.

43 Le premier exemple est rapporté par Marc Fumaroli dans Trois institutions littéraires, Gallimard, "Folio", 1994, p. 173-174. Le second est signalé par Robert Dagneaud, Les Eléments populaires dans le lexique de "La Comédie humaine" d'Honoré de Balzac, imprimerie Ménez, Quimper, 1954, p. 152.

44 De l'Allemagne, Garnier-Flammarion, 1997, t. I, p. 107.

45 Autre étude de femme, t. III, p. 691.

46 Dictionnaire des idées reçues in Bouvard et Pécuchet, p. 535.

47 Marc Fumaroli, de l'Académie française, a l'air d'y croire dur comme fer dans l'étude susmentionnée.

48 Lucien Leuwen, t. II, p. 214.

49 Horace, in Vies d’artistes, op. cit., p. 385.

50 Henry Murger, préface aux Scènes de la vie de bohème, Galliamrd, "Folio", 1988, p. 42.

51 La Femme de trente ans, t. II, p. 1137 ; Le Colonel Chabert, t. III, p. 354 ; Ferragus, t. V, p. 866 ; Modeste Mignon, t. I, p. 623-624.

52 Le Père Goriot, t. III, p. 175.

53 Lucien Leuwen, t. II, p. 209.

54 Le Rouge et le noir, p. 19.

55 Lucien Leuwen, t. I, p. 145 et p. 306-307.

56 Eugénie Grandet, t. III, p. 1029.

57 Le Rouge et le noir, p. 16 et 165.

58 On se reportera à Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, Gallimard, 1985 ; notamment la quatrième partie intitulée "Le sacre des capacités".

59 Illusions perdues, respectivement p. 728, 555-556 et 731.

60 Lucien Leuwen, t. I, p. 150.

61 La Vieille fille, p. 924 et 925.

62 Respectivement Le Rouge et le noir, p. 172 et 505 ; Lucien Leuwen, t. II, p. 61 et 82.

63 Ursule Mirouët, t. III, p. 798. Une fois encore, Balzac insiste sur le rôle des journaux dans ce processus, à l'occasion de son "historique du procès auquel a donné lieu Le Lys dans la vallée" (1836) : "cette presse sans dignité qui fait de la France une petite ville à cancans" (Le Lys dans la vallée, t. IX, p. 926).

List of illustrations

Caption Édition du SOURIRE, 222, boulevard Saint-Germain, Paris.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11352/img-1.jpg
File image/jpeg, 513k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Terms of use: http://www.openedition.org/6540