Version classiqueVersion mobile

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

L'archétype balzacien

Pierrette de Balzac : scène de la vie de province ?

Patrick Berthier

Texte intégral

1Classé par Balzac dans les Scènes de la vie de province qu’il n’a jamais quittées, le court roman de Pierrette (1840) offre pourtant un bon exemple du caractère relatif de la compartimentation des Études de mœurs et, plus généralement, de La Comédie humaine. Malgré sa brièveté, en effet, il propose une concentration d’effets balzaciens particulièrement variés, et dans des registres aussi divers que le sarcasme, le pathétique, la tendresse lyrique et religieuse… Selon que le lecteur privilégie un éclairage plutôt qu’un autre, la caractérisation du récit change.

2On insistera ici sur deux seulement de ces éclairages. D’abord, le texte de Pierrette apparaît disposé en séquences ou, si l’on préfère, en strates, mais qui se juxtaposent plus qu’elles ne se superposent : l’interférence entre l’histoire privée de Pierrette, jeune orpheline maltraitée par ses oncle et tante Rogron, et l’histoire politique de la ville de Provins en proie à l’agitation électorale, est le biais par lequel la notion assez étroite de scène de la vie de province se trouve le plus visiblement mise en question. D’autre part, si c’est à la province que l’on s’intéresse en priorité, on découvre l’importance qu’y revêt l’origine bretonne de l’héroïne : c’est au point que l’on peut s’interroger sur la question de savoir si ce n’est pas la Bretagne qui définit, en profondeur, ce roman situé sur les confins de la Brie champenoise… et cette question en entraîne d’autres, inattendues peut-être.

  • 1 Ce titre est annoncé dans la préface même de Pierrette. Voir La Comédie humaine, édition dirigée pa (...)

3Pierrette pourrait s’intituler, comme Balzac y avait pensé pour Le Député d’Arcis, son grand roman politique inachevé, Une élection en province1 ; en effet, toute la peinture du martyre de Pierrette, et même tout le tableau de la vie publique à Provins dépendent d’une campagne électorale. C’est donc, dans un premier temps, la manière dont la vie privée dépend de la vie politique qui est intéressante à examiner dans cette œuvre.

  • 2 Balzac situe la chute du ministère Villèle en 1826 au lieu de 1827.

4La scène politique est en elle-même fort remarquable. Si nous ne tenons pas compte du flottement chronologique qu’introduit dans la narration une inadvertance assez gênante du romancier (p. 96)2, nous voyons que l’action principale de Pierrette se déroule de l’automne 1827 au printemps 1828, c’est-à-dire pendant l’intervalle troublé qui sépare la mise en minorité de Villèle et son départ forcé de l’installation difficile du ministère modéré de Martignac. La question est alors, pour tout ambitieux lucide, de savoir où se situer par rapport aux Bourbons et à l’évolution prévisible d’un régime contesté. On voit bien de quelle manière, à Provins comme dans toute la France, se dessine déjà l’après-1830. Il y a bien, en effet, dans cette petite ville (que la proximité relative de Paris tient en éveil), une lutte visible et principale entre les gouvernementaux, fidèles à Charles X – c’est le clan, “la clique” comme dit Sylvie (p. 62), du président du tribunal, Tiphaine – et les libéraux, groupe hétérogène d’opposition dont le seul ciment est la mise en commun provisoire des opportunismes : Vinet, avocat taré, aigri, Gouraud, ancien officier de Napoléon, Néraud, médecin corrompu, forment le noyau de cette édifiante coalition. Deux camps, donc, que sépare une indubitable haine. Mais rien n’est si tranché, dans le détail.

  • 3 Éd. citée, p. 1166, variante c de la page 146.

5Les deux Rogron, d’abord, Sylvie l’ancienne mercière et son frère Jérôme-Denis, qu’elle gouverne, reviennent à Provins après une carrière parisienne avec l’idée de figurer dans la partie huppée de la société locale ; c’est le mépris féroce du clan Tiphaine pour leur imbécillité de parvenus qui les rejette sur la rive opposée et leur ouvre l’oreille aux propositions du vipérin Vinet. Vinet lui-même est libéral non par conviction, mais par intelligence prévisionnelle : roturier, tenu à l’écart par la bonne société de Provins à cause de ses mœurs (il a naguère séduit celle qu’ensuite il a dû épouser), il a vite “devin[é] que sa fortune était liée au triomphe de l’Opposition” (p. 71). Bien sûr, il a d’amers regrets d’avoir compromis ses chances par son inconduite : sa femme est née de Chargebœuf, mais il n’en est que plus déconsidéré ; il le dit cyniquement à une de ses cousines à elle, la belle Bathilde : “Si c’était vous que j’eusse épousée, [j]e me serais appelé Vinet de Chargebœuf, et je siégerais à droite !” (p. 118-119) — à condition d’être élu, ce qu’il vient de manquer de peu. Ce n’est sans doute que partie remise, et alors advienne que pourra : “Nous serons de l’Opposition si elle triomphe, mais si les Bourbons restent, ah ! comme nous inclinerons tout doucement vers le Centre !” (p. 119) ; déjà, quelques pages plus haut, il s’imaginait “siége[ant] auprès des Dupin, des Casimir Perier” (p. 105) – en effet députés libéraux à cette date… et futurs piliers de la monarchie bourgeoise. En revoyant son premier jet, Balzac accentue ce souci de Vinet de prévoir toutes les éventualités : dans le manuscrit, il avait écrit que l’avocat “se promettait […] de régner avec elle [Bathilde de Chargebœuf] sur le Provins libéral”3 ; mais dans le feuilleton du Siècle, les abonnés purent lire : “[…] il se promettait […] de régner avec elle sur Provins, car il méditait déjà des fusions avec les Bréautey dans l’intérêt de ses ambitions” (p. 146) ; or les Bréautey, ce sont les châtelains du voisinage, les représentants provinois de la vieille noblesse… Nous ignorons ce que cette famille, juste mentionnée pour le besoin des proportions du récit, a fait en 1830 ; mais Vinet, lui, est devenu député après les barricades et, en récompense des “services qu’il a rendus au nouveau gouvernement”, est devenu comme il le souhaitait procureur général (p. 161). Quant à son ex-ennemi ultra, Tiphaine, bien attendri par la nomination parisienne que lui a valu l’intermède Martignac, il était, dès 1828, “un des orateurs du Centre les plus estimés” (p. 152) ; il ne lui reste, deux ans plus tard, qu’à “se rattach[er] sans hésitation à la dynastie de Juillet” (p. 161).

6Si Balzac a tenu, dans l’épilogue de Pierrette, à nous faire connaître cette conclusion désolante des luttes politiques provinoises de l’hiver 1827-1828, c’est bien sûr pour rendre plus dérisoirement tragique encore la destinée de la victime privée des événements publics : l’héroïne elle-même.

  • 4 Il ne faut pas oublier en effet que Pierrette, à son arrivée à Provins (p. 73), n’a pas encore douz (...)

7Nous abordons maintenant l’œuvre par un autre versant, celui même que découvre le lecteur docile : dès le premier jet manuscrit, en effet, Pierrette s’ouvre non sur l’exposé des luttes politiques (qui, placé là, serait incompréhensible ou abstrait), mais sur une scène à la fois touchante et énigmatique, celle où l’ouvrier Brigaut chante une romance bretonne sous la fenêtre d’une jeune fille dont nous comprenons seulement qu’elle est pour lui une “payse”. Ce début in medias res (classique chez Balzac, on le sait) permet au romancier l’installation rapide d’éléments importants du décor matériel – description externe d’une maison prétentieuse – et humain – portrait acide de la vieille fille à sa fenêtre. La dramatisation et même ce que l’on peut nommer la mélodramatisation du récit sont également en place en quelques pages : nous devinons que la jeune fille apeurée est la martyre de l’aigre demoiselle qui l’épie, même s’il nous reste à apprendre pourquoi. C’est l’objet d’un autre mouvement balzacien coutumier : le retour méthodique en arrière. Ce retour occupe ici soixante-dix pages (p. 36-106) sur les cent trente-quatre de l’œuvre ; c’est dire la minutie avec laquelle l’auteur détaille les généalogies, les querelles, et d’une façon générale développe la satire. Pour notre propos, ce qui compte, c’est la relation explicitement établie d’entrée par Balzac entre la destinée privée de Pierrette et la situation politique que nous venons d’évoquer. Son malheur pourrait, en effet, n’être que privé au sens balzacien du terme : orpheline et pauvre, elle est recueillie par des parents sans bonté ni intelligence, qui trouvent commode de faire d’elle leur bonne sans tenir compte de sa jeunesse ni de sa santé précaire de pré-adolescente4, et dont les mauvais traitements la tuent. Mais, en réalité, la bêtise malfaisante des Rogron est plus complexe. Pierrette représente, pour eux, une carte à jouer. Provins n’a pas voulu les accueillir à leur retour de Paris ; tout le monde s’est moqué du mauvais goût coûteux de leur ameublement ; on ricane ; mais s’ils frappent un grand coup en faisant les généreux en faveur d’une parente pauvre, que rien ne les forçait à prendre chez eux ? D’où, d’abord, les sourires, les jolies toilettes : il faut que la cousine soit plus élégante que les enfants des Tiphaine et consorts. Cette affaire-là, comme les autres, est manquée : la robe de reps déchirée (p. 82-83) marque la fin des ris et des jeux ; mais ce malheur de petite fille n’est qu’un signe visible, presque un signe trompeur. Ce qui est en jeu, en effet, ce ne sont pas les robes de Pierrette, mais le paramètre que constitue sa présence imprévue sur l’échiquier local. Sa grâce instinctive et le mystère de sa venue exaspèrent les frictions politiques, matrimoniales et patrimoniales au nom desquelles les adultes se déchirent. Le colonel Gouraud, par exemple, épouserait bien Sylvie Rogron pour son argent et malgré sa laideur : “Les vieux militaires ont contemplé tant d’horreurs […] qu’ils ne s’effraient plus d’aucune physionomie” (p. 69). Mais si une jouvencelle, et qui pis est une héritière, vient tout bouleverser ? Avant même que la petite fille ne soit descendue de la diligence, elle a modifié sans le savoir le paysage : “La prochaine arrivée de Pierrette hâta de faire éclore les pensées cupides”, précise le romancier (ibid.).

  • 5 “Sylvie Rogron montra ses longues dents jaunes en souriant au colonel, qui soutint très bien ce phé (...)

8À partir de cet endroit du récit, l’entrecroisement du thème privé et du thème public ou politique est constant. Au moment même de l’affaire de la robe déchirée, le texte propose un enchaînement significatif : “Ces mouvements intérieurs produits chez les Rogron par le séjour de Pierrette furent étudiés par Vinet et par le colonel avec la précaution de renards se proposant d’entrer dans un poulailler, et inquiets d’y voir un être nouveau” (p. 83). Et dans les dix ou douze pages qui suivent, le rappel de ce motif prend l’allure variée des couplets d’un rondo au refrain immuable : Gouraud courtise Sylvie5, Vinet l’excite contre les Tiphaine en lui racontant leurs moqueries ; conséquence : “L’influence du colonel […] et celle de l’adroit Vinet atteignirent bientôt Pierrette” (p. 85). Pendant que ces projets se trament, la petite fille pleure dans sa mansarde, parce qu’elle commence à comprendre que les bontés de sa cousine sont tout sauf désintéressées ; commentaire : “Elle croyait son malheur au comble et ne savait pas qu’en ce moment il se décidait au salon une nouvelle infortune pour elle” (p. 87). Pour mieux attacher le rentier Denis Rogron au camp libéral, Vinet l’aide à faire bons placements et achats fonciers ; et, lorsque l’imbécile s’inquiète de ce que va lui coûter sa petite cousine : “Mais vous pouvez hériter de Pierrette, lui dit Vinet avec un affreux sourire. On ne sait ni qui vit ni qui meurt !” (p. 91). Même effet lorsque l’avocat pense à sa propre carrière : “La belle Bathilde de Chargebœuf, à qui Vinet montra Pierrette comme son ennemie […]” (p. 96) – et ainsi de suite. Au terme de ces variations serrées, et au moment de rejoindre, dans son récit, le temps de la scène d’ouverture, Balzac lui-même offre au lecteur cette coda explicite :

Ces événements inconnus, cachés soigneusement de part et d’autre, allaient retomber comme une froide avalanche sur Pierrette. Ce monde de choses mystérieuses, et qu’il faudrait peut-être nommer les immondices du cœur humain, gisent à la base des plus grandes révolutions politiques, sociales ou domestiques […] (p. 101).

9Lorsqu’approche la fin du roman, la nécessité de détailler produit un effet plus net encore : d’une part, il n’y a plus véritablement imbrication narrative, mais traitement séparé des séquences ; mais, d’autre part, l’intensité commune du vocabulaire assure à la succession des épisodes une homogénéité qui ne peut qu’apparaître au lecteur attentif. Voyons cela.

10Sylvie Rogron a surpris Brigaut sous la fenêtre de Pierrette (c’est la scène initiale), mais sans l’identifier ; de façon comique, elle croit que le donneur d’aubade est Gouraud, et qu’il trouve la jeune fille plus appétissante qu’elle-même ! Lorsque Brigaut fait monter jusqu’à Pierrette un message à l’aide d’une ficelle, et que Sylvie entre en trombe dans la mansarde, une scène particulièrement pénible est décrite en détail : pour obtenir le billet que Pierrette tient dans sa main serrée, Sylvie “se m[e]t à lui frapper le poing sur l’appui de la fenêtre, sur le marbre de la cheminée, comme quand on veut casser une noix pour en avoir le fruit” (p. 137). Cette séquence privée se termine par l’arrivée tardive de la grand-mère bretonne alertée par Brigaut. Passage immédiat à la séquence publique : “En ce moment la guerre entre le parti Vinet et le parti Tiphaine était à son apogée” (p. 143). Et, pendant dix pages, il n’est plus question que du retentissement de l’affaire dans la ville. Mais ces deux séquences de longueur égale ne sont successives qu’à cause de la nécessité narrative de raconter le privé d’une part, le politique de l’autre : stylistiquement, en revanche, l’unité est très forte. Le mot d’“apogée”, qu’on vient de lire, apparaissait d’ailleurs déjà à propos de Sylvie, peu avant la scène du poignet brisé : la vieille fille, pendant que Pierrette est à confesse, fouille sa chambre : “Elle ne trouva rien. Sa fureur atteignit à l’apogée des sentiments humains. Si Pierrette avait été là, certes elle l’eût frappée sans pitié” (p. 133). Et un peu plus loin, dans le récit des effets politiques de cette tragédie, il est encore question de “guerre […] à son apogée” (p. 143). Lorsque Balzac écrit : “Ces blessures allaient à fond […], elles attaquaient […] au vif” (ibid.), il n’évoque pas le bras cassé de Pierrette, mais la façon dont médisance et calomnie “alimentaient les haines, désormais combinées de l’élément politique” (ibid.). Il multiplie, à propos de la lutte entre les Rogron et les Tiphaine, des mots forts qui peuvent aussi dépeindre la rage de Sylvie contre Pierrette (“irritations”, “violences”, “animosité”, ibid.). La relation entre scène de la vie privée et scène de la vie politique est même parfois indiquée de manière explicite : l’avocat Vinet qui, logique dans sa bassesse, a pris la défense des Rogron contre la grand-mère de Pierrette qui les a attaqués pour mauvais traitements, s’arrange pour faire “de ce procès une affaire de parti et […] lui donner une couleur politique” (p. 149) en accusant Tiphaine, président du tribunal, de voir en Jérôme-Denis “moins le tuteur de Pierrette que le grand électeur de Provins” (ibid.). Plus clair encore : à la fin de la séquence, et au moment d’en venir à la mort de l’héroïne, le romancier guide son lecteur. D’abord il montre la jonction du privé et du public sous l’angle du droit, l’un de leurs points de rencontre privilégiés :

Ainsi l’épouvantable martyre exercé brutalement sur Pierrette par deux imbéciles tyrans, […] ce drame horrible, réduit aux proportions judiciaires, tombait dans le gâchis immonde qui s’appelle au Palais la forme. Ce procès traînait […], arrêté par les ambages d’un odieux avocat ; tandis que Pierrette calomniée languissait et souffrait les plus épouvantables douleurs […] (p. 152-153).

11Puis, aussitôt, il ajoute, pensant d’un point de vue plus général aux vingt pages qu’il vient d’écrire : “Ne fallait-il pas expliquer ces singuliers revirements de l’opinion publique et la marche lente de la Justice, avant de revenir dans la chambre où elle [Pierrette] vivait, où elle mourait ?” (p. 153). Le dénouement enfin obéit, en plus concentré, à la même loi de composition littéraire combinée : agonie et mort de Pierrette, drame privé (p. 153-157) ; épilogue très largement politique (p. 157-163). À la charnière, vingt lignes avant le décès de l’héroïne, au moment où le docteur Martener rapporte de ses entretiens avec Bianchon et Desplein la certitude que l’enfant est perdue, nous lisons :

Ce fut une horrible consternation. La grand-mère fit un vœu et pria le curé de dire tous les matins, au jour, avant le lever de Pierrette, une messe à laquelle elle et Brigaut assistèrent.
Le procès se plaidait. Pendant que la victime des Rogron se mourait, Vinet la calomniait au tribunal, (p. 157).

12Ainsi, jusqu’au terme de sa courte existence, Pierrette apparaît comme le pion truqué d’un jeu qui la dépasse. Mais littérairement, qui est-elle au juste ? héroïne de la vie privée, ou de la vie politique ? au moins l’une et l’autre, mais sans doute autre chose encore ; car nous ne pouvons oublier que Balzac a toujours conçu son œuvre comme une scène de la vie de province – aspect dont, par commodité de méthode, nous avons pris soin de ne pas parler jusqu’ici.

  • 6 Nicole Mozet, “À propos d’une thèse sur la province balzacienne : quelques problèmes de méthode”, L (...)
  • 7 Ibid., p. 189. Pour le détail des analyses, voir la thèse elle-même : La Petite Ville de province d (...)

13Il n’est certes pas très difficile de voir en quoi les débats politiques et les cancans de Provins peuvent être “de province”, au sens balzacien du terme. Ils ont été analysés à ce titre. Nicole Mozet, notamment, a décrit dans sa thèse ce qu’elle appelle elle-même “la constitution d’une conscience provinciale dans le Provins de Pierrette6 ; à travers le statut particulier de cette petite ville, l’une des plus proches de Paris dans l’univers de La Comédie humaine, elle nous invite à voir “la province balzacienne […] comme un enclos expérimental où se trouve posée […] la relation des gens à leur espace”7. Il ne s’agit pas de refaire ce qui a été bien fait, mais d’attirer l’attention sur l’aspect breton de Pierrette ; c’est en effet comme évocation de cette province perdue que le texte trouve son équilibre véritable, et peut ne plus apparaître seulement comme le récit d’une intrigue étriquée et sordide. Voici pourquoi.

  • 8 Voir sur ce point la note de Jean-Louis Tritter (Pierrette, éd. citée, p. 1113, n. 1 de la page 31)
  • 9 Balzac avait d’abord écrit (première épreuve de ce passage) : “[…] devait être pour qui connaît la (...)
  • 10 Son village natal, dans le pays nantais. Ce nom imaginaire établit un lien breton explicite entre P (...)

14La Bretagne envahit l’espace romanesque dès la scène initiale. Seul le cadre, que définit une courte page de mise en place topographique, est provinois : les deux acteurs sont bretons. Balzac présente sans hésiter les couplets que chante Brigaut pour se faire reconnaître comme ceux d’une “romance bretonne” que “les jeunes gens des villages viennent dire […] aux mariés le jour de leurs noces” (p. 31). Il n’a pas forcément raison : Nerval en cite lui aussi une strophe, dans les “Chansons et légendes du Valois” rattachées à Sylvie, et il serait donc plus juste, sans doute, de parler d’une chanson des provinces françaises8 ; mais ce qui compte, c’est la formulation du commentaire : “Cette musique nationale […] chantée au milieu d’une petite ville de la Brie champenoise, devait être pour une Bretonne9 le sujet d’impérieux souvenirs […]” (p. 31). Et quelques mots plus loin, Balzac caractérise encore cette musique naïve par son “pouvoir de réveiller un monde de choses graves, douces et tristes” (ibid.). La volonté du romancier de donner à la Bretagne une dimension symbolique est donc affirmée d’entrée ; il la souligne, un peu facilement peut-être (mais son choix ne saurait étonner un bon lecteur du Lys dans la vallée), par l’apparition de la fleur d’ajonc miraculeusement cueillie en pleine Brie, “où elle est rare”, précise-t-il prudemment (p. 32). La désignation stylistique contribue à ce symbolisme : dès qu’ils sont identifiés par leur origine commune, Pierrette devient “la Bretonne” (ibid.) et Brigaut le “pauvre Breton” (p. 34). Il en va de même du vêtement : pas un seul costume briard dans Pierrette ; mais une description détaillée (dix lignes) de la tenue typiquement bretonne de Brigaut (ibid.) et une autre, aussi longue, de celle de la petite lors de son arrivée à Provins (p. 73). La Bretagne, matérialisée par ce vêtement “classique” (p. 34), “national” (p. 73), apparaît comme un refuge, évidemment illusoire, mais dont l’écrivain se sert pour souligner l’impuissance tragique des jeunes héros. Tous deux, et surtout Pierrette, sont en proie à “la nostalgie bretonne, maladie morale si connue que les colonels y ont égard pour les Bretons qui se trouvent dans leurs régiments” (p. 107). Le pays perdu est en eux un point de douceur et de douleur (comme on parle d’un point de côté). Lorsque Pierrette repense après la fuite de Brigaut au bouleversement que cela a été pour elle de l’entendre, Balzac nous dit que “les souvenirs de son enfance avaient mélodieusement chanté leurs poésies dans son âme” (p. 34) comme si trois ans de malheur à Provins s’étaient, pour un instant, effacés. Cette chanson, cette fleur sont pour elle “des joies lumineuses sur un fond grisâtre” (p. 35). Balzac ne perd jamais de vue, dans la suite de son récit, l’importance de cette nostalgie, au sens fort. Une image précise lui sert même à lier le passé et le présent de Pierrette (un entrelacement de plus dans cette œuvre qui en est comme tissée) : celle de l’étang, surface morte, gouffre prémonitoire. Voici d’abord Pierrette, toujours dans le moment qui suit immédiatement le départ de Brigaut ; assise devant son pauvre miroir, elle reste là, rêveuse, “occupée à se remémorer […] les périlleux voyages entrepris sur un étang dans un bateau détaché pour elle d’un vieux saule par le petit Jacques” (p. 35). Parodie attendrie de conte chevaleresque ? elle serait bien en place, s’agissant de Bretons ; et l’on peut y songer encore lorsque, répondant au premier billet clandestin de Brigaut, Pierrette lui avoue : “Oh ! comme je pensais à toi et à Pen-Hoël10 et au grand étang !” (p. 128). Mais son amoureux, lui, se souvient plus précisément. Dans une nouvelle lettre, cherchant à la (à se ?) rassurer, il lui dit : “Pierrette ! Brigaut veille sur toi comme au temps où nous allions glisser sur l’étang et que je t’ai retirée du grand trou où nous avons manqué périr ensemble” (p. 131). Et cette fois, c’est sûr, le courage du petit chevalier ne peut sauver Pierrette, Balzac le fait comprendre par une reprise littérale :

Dans peu de jours son malheur cesserait, Brigaut le lui disait, elle dormit sur la promesse de son ami d’enfance ; et cependant, en joignant cette lettre à l’autre, elle eut une affreuse pensée affreusement exprimée.
“Pauvre Brigaut, se dit-elle, il ne sait pas dans quel trou j’ai mis les pieds” (p. 132).

15Ce “trou” mortel, c’est Provins, il est vrai. Fuir, dès lors, ne serait-ce pas se sauver ? Brigaut, après avoir aperçu son amie affaiblie, défigurée, presque méconnaissable à force d’amaigrissement, ne tarde pas à établir son diagnostic, en une de ces phrases chères à Balzac, dans lesquelles la sèche et simple virgule vaut enchaînement causal : “Pierrette souffrait, elle n’était pas heureuse, elle regrettait la Bretagne” (p. 98). Dans sa première lettre, il lui indique deux fois le seul remède : “Oh ! Pierrette, retournons en Bretagne. […] Tu ne marches plus à Provins comme tu te mouvais en Bretagne. Retournons en Bretagne !” (p. 127). Et la prisonnière de répondre : “[…] puisque te voilà, je veux nous en aller en Bretagne retrouver ma grand-maman qui m’aime” (p. 128).

  • 11 Dans tout le récit de l’agonie de Pierrette les mots “la vieille Bretonne” reviennent une fois par (...)
  • 12 Balzac parle ainsi de “la vieille Bretonne dont les sentiments, les idées, les façons étaient empre (...)

16Rapprocher ces occurrences éparses concentre inévitablement la réalité de la présence de la Bretagne dans Pierrette, mais ne la fausse en rien. Lorsque s’annonce le dénouement, cette présence se fait même plus nette et plus profonde. Elle prend le masque de la grand-mère, qui survient comme une incarnation de la justice bafouée. Un éventail de notations concordantes marque son entrée : “vieux visage de parchemin”, “grand fantôme desséché”, “regard tragique” (p. 138) ; très vite, la caractérisation morale est précisée par une identification géographique analogue à celle qui avait servi pour Brigaut et Pierrette : “cette auguste vieille dans son costume breton” (ibid.), “sombre désespoir de la vieille Bretonne” (p. 139)11. Assez naturellement, la grandeur morale de Mme Lorrain, qu’exprime le recours à diverses images convenues12, prend une dominante religieuse ; “ce spectre sublime” (p. 140) est délégué par le Ciel : “La terreur et la vengeance glissaient leurs flamboyantes expressions dans les milliers de rides qui fronçaient sa peau d’ivoire jauni. Ce front […] exprimait la colère divine” (ibid.). Mais colère n’est pas puissance. Même “un vœu à sainte Anne d’Auray, la plus puissante des madones de la Bretagne”, ne paraît-il pas dérisoire (p. 141) ?

17Non, si l’on considère, ce qui semble bien être le désir de Balzac, qu’à la médiation de la terre bretonne (inutile puisque la nostalgie est stérile) peut se substituer celle, sublime, de la religion bretonne. Or Pierrette peut en effet être sauvée : le romancier le laisse entendre dès le passage où, sans nulle ironie, il évoque l’instruction religieuse que lui dispense l’austère abbé Habert en vue de sa première communion :

En Bretonne bercée dans les pratiques et la poésie du catholicisme, Pierrette ouvrit son cœur et ses oreilles à la parole de ce prêtre imposant. […] Le prêtre sema donc le grain de l’Évangile et les dogmes de l’Eglise dans un terrain excellent (p. 92).

  • 13 En voir pour preuve l’épisode burlesque de la consultation médicale (p. 102).

18Comparée à Sylvie, qui ne “tomb[e] dans la dévotion” que parce qu’elle est ‘prise de curiosité” (ibid.), et dont Balzac se moque sans pitié13, Pierrette est vraiment chrétienne, et son martyre lui donne un accès naturel à “cette sphère où montent tous les malheureux, soutenus sur les ailes des trois Vertus théologales” (p. 92). Et donc lorsque vraiment vient la mort, Dieu envoie ses anges – son ange, en tout cas, en la personne de ce docteur Martener, un des plus discrets mais non un des moindres des nombreux personnages de médecins de La Comédie humaine. Soigner Pierrette contre tout espoir humain, c’est, pour ce modeste,

un de ces combats […] dont la récompense […] se trouve dans la douce satisfaction de la conscience et dans je ne sais quelle palme idéale et invisible recueillie par les artistes après le contentement que leur cause la certitude d’avoir fait une belle œuvre (p. 153).

19Pierrette va mourir, mais Martener l’accompagne dans le processus de spiritualisation qui détache de la terre cette petite Bretonne devenue principe et beauté : “Pierrette fut pour lui ce qu’elle devait être, un de ces poèmes mystérieux et profonds, vastes en douleurs […]” (p. 154) ; et encore : “[…] tout faisait de Pierrette un admirable chef-d’œuvre de mélancolie” (p. 155).

20Devons-nous comprendre que cette “âme douce” (p. 153) qu’est Martener est seul à voir Pierrette ainsi ? non, sans doute ; car un signe spécifiquement breton nous a déjà été donné de sa sainteté. Ce qui alerte notre vigilance, c’est la dernière image visuelle que nous offre Balzac de son héroïne affaiblie : elle a été recueillie dans la maison paisible de son lointain parent Auffray, et la rémission relative procurée par ce havre tardif lui permet parfois de quitter son lit pour venir jusqu’à la tonnelle, au bout du jardin. La grand-mère, qui sait à quoi s’attendre, se force à lui sourire. Et vient cette phrase :

Dans son désir de se faire illusion, elle lui arrangeait et lui mettait le bonnet national avec lequel Pierrette était arrivée à Provins. La jeune malade lui paraissait ainsi se mieux ressembler à elle-même : elle était délicieuse à voir, le visage entouré de cette auréole de batiste […] (p. 154-155).

21Mieux se ressembler à soi-même, c’est apparaître visiblement comme une Bretonne, et une Bretonne “auréolée” : c’est cette métaphore qui n’est pas indifférente, puisque c’est la seconde fois que Balzac l’utilise dans son texte. L’effet de calque’ est d’autant plus frappant que, lors de la première occurrence, le contexte n’était pas religieux : il s’agissait du portrait de Pierrette arrivant, toute penaude, à Provins. Cela vaut la peine de relire quelques lignes :

  • 14 Au sens paysan et ancien : celui qu’on croise sur les épaules et la poitrine ; il ne s’agit évidemm (...)

Pour tout autre que pour ces ex-merciers, la petite Bretonne eût été adorable dans sa jupe de bure bleue grossière, avec son tablier de percaline rose, ses gros souliers, ses bas bleus, son fichu14 blanc, les mains rouges enveloppées de mitaines en tricot de laine rouge, bordées de blanc […] son petit bonnet breton qu’on lui avait blanchi à Paris (il s’était fripé dans le trajet de Nantes) faisait comme une auréole à son gai visage. Ce bonnet national, en fine batiste, garni d’une dentelle roide et plissée par grands tuyaux aplatis, mériterait une description, tant il est coquet et simple. La lumière tamisée par la toile et la dentelle produit une pénombre, un demi-jour sur le teint ; il lui donne cette grâce virginale que cherchent les peintres sur leurs palettes, et que Léopold Robert a su trouver pour la figure raphaélique [sic] de la femme qui tient un enfant dans le tableau des Moissonneurs (p. 74-75).

  • 15 Voir La Maison du Chat-qui-pelote, Pléiade, t. I, p. 43, et notre propre édition récente de cette n (...)

22Parce que ce portrait s’enrichit in fine d’une de ces références picturales dont Balzac est si friand, notre attention avait été attirée ailleurs ; vers une ressemblance, par exemple, avec l’Augustine Guillaume du Chat-qui-pelote, que sa lucarne encadre, elle aussi, comme un Raphaël (ou plutôt un Girodet), avec son petit bonnet à ruches chiffonné par la nuit15. Mais, lu à la lumière du second portrait, ce même passage se trouve réorienté : la “bure” de la jupe, l’“auréole”, le “bonnet national” dessinent un réseau qui prend sa valeur lorsque le romancier, aux pages finales, cherche une fois de plus l’approbation de son lecteur par le biais de l’une de ces fausses questions à la forme interronégative dont le retour régulier dans ses textes attire l’attention sur ce à quoi il tient :

N’est-ce pas un fait remarquable et digne également et de l’attention des philosophes et de celle des indifférents, que la perfection séraphique des jeunes filles et des jeunes gens marqués en rouge par la Mort dans la foule, comme de jeunes arbres dans une forêt ? Qui a vu l’une de ces morts sublimes ne saurait rester ou devenir incrédule. Ces êtres exhalent comme un parfum céleste, leurs regards parlent de Dieu, leur voix […] sonne comme un instrument divin […] (p. 155).

23Dans ces deux ou trois pages de l’agonie, le mot de “martyre” revient régulièrement, avec son sens plein. La mort de Pierrette est celle d’un “ange” (ibid.), et ce mot est encore celui de l’instant final : “Ce fut à trois heures, le mardi de Pâques, que ce petit ange cessa de souffrir” (p. 157). Le voilà rendu à sa patrie céleste, à sa Bretagne spirituelle, ce jeune “corps sublime de beauté” (p. 158). C’est en vain que les Rogron “s[ e so] nt dressés hideux auprès du cadavre de leur victime pour la torturer encore après sa mort” (ibid.), en vain aussi que rôde “l’épouvantable et doucereux Vinet” (p. 159) : Brigaut est là pour leur soustraire celle qu’il aime et la mettre au cercueil. Cinq fois en deux pages, le charpentier au désespoir est désigné comme “le Breton” ou “le courageux Breton” (p. 158-159). Nous comprenons maintenant que ce n’est pas une commodité ou une paresse d’expression mais une nécessité métonymique : la Bretagne conduit à Dieu.

  • 16 Compte rendu de Pierrette par le journal Le Commerce, 21 février 1840 ; cité in Nicole Billot, “Bal (...)
  • 17 Voir quelques indications fragmentaires dans l’esquisse malheureusement hâtive de Jean-Pierre Chali (...)
  • 18 Je me permets de renvoyer à ma récente étude sur cet aspect du Curé de village, “Le voile de Véroni (...)

24On le voit, Pierrette a certainement plus à offrir que ce qu’un journaliste de l’époque appelait, non sans condescendance, “l’observation bien faite des existences départementales”16. On peut même douter que sa spécificité provinciale et a fortiori provinoise soit première, si nombreuses sont les lectures que l’on en peut faire. Une première piste, très riche, mènerait du côté du Député d’Arcis, scène de la vie politique17 ; une autre, nous l’avons vu, via La Maison du Chat-qui-pelote, irait vers les Scènes de la vie privée et la riche histoire balzacienne des tragédies familiales ; une troisième, à notre avis encore plus profondément enracinée dans les obsessions majeures du romancier, ferait de Pierrette une petite sœur des grands personnages mystiques de La Comédie humaine : Séraphîta évidemment, Mme de Mortsauf bien sûr, mais aussi Véronique Graslin, cette édifiante martyre méconnue18 ; Pierrette, comme elles, fait partie de ces âmes qui parviennent au sublime par la douleur et par une désincarnation qui est, au terme, une désincarcération : la femme coupable ou victime devient en mourant (ou, pour Séraphîta, redevient) un ange libéré.

  • 19 Sa nouvelle Les Cenci avait été publiée dans la Revue des Deux Mondes du 1er juillet 1837 ; et, en (...)
  • 20 Dans l’édition Furne, la phrase devient : “Convenons entre nous que la Légalité serait, pour les fr (...)
  • 21 Titre, rappelons-le, d’un roman philosophique inachevé dont la seule partie écrite fut publiée chez (...)

25Par ce biais mystique, Pierrette la Bretonne peut encore – dernière piste – être perçue comme l’héroïne d’une scène de la vie “de province” : mais une province, nous l’avons vu, hautement symbolique et imaginaire. Et, encore une fois, est-ce à la province qu’ici tient le plus Balzac ? Dans tous ses grands romans situés en province (et dans tous ses grands romans, tout simplement), les subdivisions de La Comédie humaine ne sont-elles pas balayées dès que nous cherchons à atteindre l’essentiel ? Voyez la fin de Pierrette : après avoir raconté sa mort angélique, après avoir montré tous les cyniques satisfaits et tranquilles, il ajoute dix lignes, “pour donner à ceci d’immenses proportions” (p. 162). D’abord, Pierrette, assure-t-il, c’est à peu près une Béatrix Cenci des temps modernes ; tant pis pour le caractère assez approximatif de cet hommage (un de plus) à Stendhal19, ce qui compte, c’est que Pierrette et Béatrix fassent toutes les deux partie “des plus touchantes victimes des passions infâmes et des factions” (p. 163). Puis vient l’ultime phrase du texte, un peu brutale dans sa première version : “Convenons entre nous que la Légalité serait une belle chose si Dieu n’existait pas” (ibid.)20phrase fort intéressante, puisqu’elle relègue la composante provinciale au second plan, au profit de l’idée que Pierrette n’est pas un cas isolé, même dans la France contemporaine, mais qu’elle y est, au sens social, philosophique et (ici du moins) mystique de l’expression, un de ces “martyrs ignorés”21 dont La Comédie humaine raconte, au fond, l’histoire.

Notes

1 Ce titre est annoncé dans la préface même de Pierrette. Voir La Comédie humaine, édition dirigée par Pierre-Georges Castex, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t. IV, 1976, p. 22. Toutes les références ultérieures au texte de Pierrette renvoyant à cette édition, nous indiquerons simplement la page entre parenthèses, dans le texte même de l’article.

2 Balzac situe la chute du ministère Villèle en 1826 au lieu de 1827.

3 Éd. citée, p. 1166, variante c de la page 146.

4 Il ne faut pas oublier en effet que Pierrette, à son arrivée à Provins (p. 73), n’a pas encore douze ans, et qu’à sa mort (p. 157) elle n’en a que quinze et demi. Sa maturité affective et sentimentale, qui choqua les lecteurs et critiques bien-pensants, est le résultat précoce des épreuves subies.

5 “Sylvie Rogron montra ses longues dents jaunes en souriant au colonel, qui soutint très bien ce phénomène horrible […]” (p. 84) : on sait en effet que “les vieux militaires”, etc. (voir plus haut).

6 Nicole Mozet, “À propos d’une thèse sur la province balzacienne : quelques problèmes de méthode”, L’Année balzacienne 1981, p. 184.

7 Ibid., p. 189. Pour le détail des analyses, voir la thèse elle-même : La Petite Ville de province dans “La Comédie humaine”, Sedes, 1983, nouv. éd., 1998.

8 Voir sur ce point la note de Jean-Louis Tritter (Pierrette, éd. citée, p. 1113, n. 1 de la page 31).

9 Balzac avait d’abord écrit (première épreuve de ce passage) : “[…] devait être pour qui connaît la Bretagne le sujet […]” ; sur le manuscrit, les mots “pour qui connaît la Bretagne” étaient même placés en tête de la phrase (voir éd. citée, p. 1113, van b de la page 31). Dès la troisième épreuve, Balzac a modifié la phrase, peut-être pour masquer la tonalité trop personnelle du souvenir que lui-même gardait de son séjour breton de juin-juillet 1830 (on peut d’ailleurs imaginer que c’est pendant ce voyage avec Mme de Berny qu’il a entendu la chanson à la mariée, et qu’il l’a crue, de bonne foi, bretonne).

10 Son village natal, dans le pays nantais. Ce nom imaginaire établit un lien breton explicite entre Pierrette et les premières parties de Béatrix, écrites un an plus tôt.

11 Dans tout le récit de l’agonie de Pierrette les mots “la vieille Bretonne” reviennent une fois par page en moyenne.

12 Balzac parle ainsi de “la vieille Bretonne dont les sentiments, les idées, les façons étaient empreintes [sic] d’une antique couleur romaine” (p. 153).

13 En voir pour preuve l’épisode burlesque de la consultation médicale (p. 102).

14 Au sens paysan et ancien : celui qu’on croise sur les épaules et la poitrine ; il ne s’agit évidemment pas de sa coiffure, qui est décrite ensuite.

15 Voir La Maison du Chat-qui-pelote, Pléiade, t. I, p. 43, et notre propre édition récente de cette nouvelle, Livre de Poche, coll. “Libretti”, 1999, p. 19.

16 Compte rendu de Pierrette par le journal Le Commerce, 21 février 1840 ; cité in Nicole Billot, “Balzac vu par la critique (1839-1840)”, L’Année balzacienne 1983, p. 258.

17 Voir quelques indications fragmentaires dans l’esquisse malheureusement hâtive de Jean-Pierre Chaline, “L’élection en province vue par Balzac dans les Scènes de la vie politique ”, L’Année balzacienne 1998, p. 39-47.

18 Je me permets de renvoyer à ma récente étude sur cet aspect du Curé de village, “Le voile de Véronique”, même volume de L’Année balzacienne, p. 285-301.

19 Sa nouvelle Les Cenci avait été publiée dans la Revue des Deux Mondes du 1er juillet 1837 ; et, en ce tout début 1840 où il achève Pierrette, Balzac a déjà lu La Chartreuse de Parme dont il publie l’éloge quelques mois plus tard (voir “Études sur M. Beyle”, Revue parisienne, 25 septembre 1840).

20 Dans l’édition Furne, la phrase devient : “Convenons entre nous que la Légalité serait, pour les friponneries sociales, une belle chose si Dieu n’existait pas” (voir éd. citée, p. 1171, var. b de la page 163).

21 Titre, rappelons-le, d’un roman philosophique inachevé dont la seule partie écrite fut publiée chez Werdet en 1837.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search