Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

L'archétype balzacien

Province et passé : la représentation de la Bretagne dans Béatrix

Isabelle Durand-Le Guern

Texte intégral

  • 1 Cet engouement pour le Moyen Âge est dû en partie à l’œuvre du romancier écossais Walter Scott, qui (...)
  • 2 Ces deux dernières œuvres évoquent notamment la figure du roi Louis XI, sous l’influence du Quentin (...)

1On connaît l’engouement de certains écrivains de l’époque romantique pour le Moyen Âge, à la fois pour son aspect pittoresque1 et pour les valeurs qu’il représente : passé idéalisé, le Moyen Âge incarne souvent une époque d’ordre social, fondée sur une hégémonie de la religion catholique. Face à la rupture que constitue la Révolution, le Moyen Âge représente un avant particulièrement valorisé. Balzac n’échappe pas à ce mouvement, et rejoint d’abord le Moyen Âge en composant certaines œuvres qui portent l’empreinte de Walter Scott : Agathise, Falthurne (rédigés en 1820), Clotilde de Lusignan (1822), L’Excommunié ; citons également Maître Cornélius (1831) et certains Contes drolatiques (1832-37)2. Il ne sacrifie pas seulement à une mode passagère et au goût de l’imitation puisque le Moyen Âge se retrouve, sous des formes diverses, dans certains romans de la Comédie humaine, et y acquiert une signification essentielle. C’est le cas de Béatrix, œuvre dans laquelle le Moyen Âge prend une forme particulière, celle d’une province du XIXe siècle, la Bretagne. Cette Bretagne encore médiévale devient le symbole d’un passé au statut ambivalent. Le roman nous propose en effet une sorte de voyage au Moyen Âge, en explorant les schèmes de l’immobilité et de l’arrêt du temps ; il oppose également deux univers chargés de symboles, la Bretagne et Paris, rencontre violente et fructueuse du passé et du présent. Enfin, il nous semble que le roman, loin de s’en tenir à une célébration nostalgique d’un passé révolu, révèle la subversion du Moyen Âge breton par la modernité qui, subtilement, le contamine.

Provincial, médiéval, ou comment remonter le temps ?

  • 3 H. de Balzac, Béatrix, Paris, Gallimard, 1979 [1re éd. 1839], p. 25.

2L’exploration de la Bretagne par le narrateur de Béatrix peut se définir comme une manière d’“archéologie morale”3, selon la formule employée par le narrateur. L’ouverture du roman nous inscrit d’emblée dans un espace préservé, et trace les contours d’une géographie temporelle bien particulière :

  • 4 Ibid, p. 25.

La France, et la Bretagne particulièrement, possède encore aujourd’hui quelques villes complètement en dehors du mouvement social qui donne au dix-neuvième siècle sa physionomie.4

  • 5 Ibid, p. 26.
  • 6 Ibid, p. 27.

3Dès lors, on se trouve plongé dans le domaine de l’ailleurs, de l’extranéité aussi bien géographique que temporelle, dans ce qui se trouve dehors, hors de : hors de l’histoire, de la vie, de la réalité. La description de la ville de Guérande déploie en effet tout un lexique de la fixité, de l’immobilité, voire de la pétrification. On retrouve dans cet espace préservé “la physionomie des siècles féodaux”5, et la ville a gardé son “intacte configuration du Moyen Âge”6. Le narrateur s’attache à évoquer, sur le mode négatif, toutes les menaces que la modernité aurait pu faire peser sur ce symbole médiéval, et auxquelles il semble avoir miraculeusement échappé :

  • 7 Ibid., p. 27.

Là, les maisons n’ont point subi de changement, elles n’ont ni augmenté ni diminué. Nulle d’elles n’a senti sur sa façade le marteau de l’architecte, le pinceau du badigeonneur, ni faibli sous le poids d’un étage ajouté.7

  • 8 Ibid., p. 31.
  • 9 On retrouve exactement la même comparaison dans l’autre grand roman de Balzac consacré à la Bretagn (...)
  • 10 Balzac, Béatrix, op cit., p. 45.
  • 11 L’image du Moyen Âge perçu comme une “enfance de l’humanité” est particulièrement prégnante chez le (...)

4On se place d’emblée sous le signe de la conservation, de la préservation, dont les bâtiments ne sont que la manifestation extérieure. Il ne s’agit pas en effet de célébrer un simple décor médiéval, flattant la curiosité historique du touriste et répondant à sa quête esthétique ; la Bretagne représente réellement un espace hors-temps, que l’histoire n’atteint pas. Le décor médiéval, qui constitue Guérande en Herculanum de la féodalité”8 a pour corollaire un univers totalement préservé, dans lequel un gendarme est un “anachronisme” ; aux vieilles pierres médiévales correspondent les “mœurs immobiles” des habitants, ainsi que leur “physionomie stationnaire”. Ces images de fixité entraînent celle de la pétrification : si les pierres expriment les mœurs passées, les hommes semblent aussi faits de pierre, aussi solides, immuables, inaccessibles au changement9. Il en est ainsi du vieux du Guaisnic : “En lui, le granit breton s’était fait homme.”10. Le progrès de l’histoire n’a pas de prise sur cette contrée magiquement préservée par ses remparts. Cette présence vivante du passé explique la fascination du narrateur pour cette terre bretonne qu’il se plaît à décrire. Elle offre en effet plus qu’un exotisme, elle est la représentation encore vivante du Moyen Âge, c’est-à-dire d’un passé originel. En effet, le Moyen Âge, pour les romantiques, ne représente pas seulement une époque historique particulièrement pittoresque, riche en événements et en couleur locale. L’époque médiévale devient dans cet imaginaire temps mythique des origines, temps de la naissance de la nation, du peuple, de l’art et de la poésie.11

5De fait, la célébration du Moyen Âge rejoint ici le désir de retrouver les origines mêmes de la civilisation :

  • 12 Balzac, Béatrix, op. cit., p. 33.

Vieux comme le granit de la Bretagne, les Guaisnic ne sont ni francs ni gaulois, ils sont bretons, ou, pour être plus exact, celtes. Ils ont dû jadis être druides, avoir cueilli le gui des forêts sacrées et sacrifié des hommes sur les dolmens.12

6On retrouve ici un certain nombre de stéréotypes propres au romantisme et à sa quête du passé et du Moyen Âge : la valorisation des mythes celtes, la fascination pour les origines premières de l’humanité, l’assimilation de la France à la Gaule originelle, celle qui fonde de manière fantasmatique l’identité du peuple français. Sur ce point, au-delà des oppositions idéologiques, se rejoignent des écrivains aussi différents que Hugo, Michelet, Chateaubriand, Edgar Quinet ou Eugène Sue. La Bretagne et son aspect médiéval induisent en effet un certain nombre de représentations, dont certaines tendent à devenir des clichés. Chez Balzac, l’image de la Bretagne semble immédiatement faire surgir, dans un syncrétisme historique peu rigoureux, l’évocation de la Gaule antique et de la féodalité, associées toutes deux aux légendes et aux mythes celtiques. On peut ainsi citer ce passage des Chouans :

  • 13 Balzac, Les Chouans, op. cit., p. 39.

La Bretagne est, de toute la France, le pays où les mœurs gauloises ont laissé les plus fortes empreintes. Les parties de cette province où, de nos jours encore, la vie sauvage et l’esprit superstitieux de nos rudes aïeux sont restés, pour ainsi dire, flagrants, se nomme le pays des Gars.13

  • 14 Balzac, Béatrix, op. cit., p. 38.

7Cette assimilation de la Bretagne à une terre primitive a pour conséquence un certain nombre de représentations qui tendent elles aussi vers le stéréotype : la rudesse, la naïveté superstitieuse, la barbarie. La naïveté et la pureté des mœurs constituent le versant positif de cette pensée sauvage à l’œuvre au Moyen Âge (et donc en Bretagne). Le narrateur décrit ainsi “les tapisseries qui remontent au quatorzième siècle” présentes dans la salle à manger, et évoque les inscriptions qui sont “dans le langage naïf des fabliaux”14. Chez les romantiques, le Moyen Âge constitue en effet le temps de la poésie spontanée, de la simplicité naïve. L’homme médiéval, donc, pour Balzac, le Breton, devient une sorte d’équivalent romantique du bon sauvage, comme en témoigne la description du baron du Guaisnic :

  • 15 Ibid., p. 47.

Cette physionomie […] offrait, comme toutes les figures bretonnes groupées autour du baron, des apparences sauvages, un calme brut qui ressemblait à l’impassibilité des Hurons, je ne sais quoi de stupide, dû peut-être au repos absolu qui suit les fatigues excessives et qui laisse alors reparaître l’animal tout seul. La pensée y était rare.15

  • 16 Là encore, une comparaison avec Les Chouans s’impose : “Il faisait croire à une absence si complète (...)
  • 17 Balzac, Béatrix, op. cit., p. 51.

8Le Breton incarne ainsi une forme de sauvagerie, de barbarie, en accord avec les mœurs et le cadre moyenâgeux dans lesquels il évolue16. Cette représentation fortement stéréotypée rejoint les visions de l’homme médiéval présentes chez de nombreux écrivains de l’époque. Elle induit une valorisation de l’ignorance et de la simplicité : le narrateur rappelle que le baron est illettré et totalement inadapté aux mœurs modernes et à l’évolution historique. Déçu dans ses combats contre-révolutionnaires, il a “ce mot de naïveté féodale : “Tous les barons n’ont pas fait leur devoir”17.

  • 18 Ibid., p. 201.

9Tous les éléments convergent donc pour créer l’image d’une Bretagne encore primitive, bloquée dans un temps antérieur à la civilisation, fantasmatiquement identifié au Moyen Âge. La notion de civilisation est en effet au cœur de cette représentation de la province bretonne dont les degrés de raffinement, et inversement, de barbarie, sont divers. Ainsi, “A Nantes, on était sous une latitude un peu plus civilisée qu’à Guérande”18. La sauvagerie de Guérande, la proximité avec la nature qui caractérise ses habitants, induisent un certain nombre de traits de caractères incompatibles avec la civilisation représentée notamment par Paris. Inévitablement, la rencontre entre l’univers breton, encore médiéval par de multiples aspects, et l’univers parisien, marqué par la civilisation et le progrès, ne pourra se produire que dans un heurt violent. Le roman se construit essentiellement sur cette opposition entre deux mondes, entre deux temps, entre deux espaces symboliques.

Moyen Âge et modernité : une rencontre improbable ?

10L’opposition entre Paris et la province bretonne est essentiellement une opposition de valeurs, une opposition idéologique et politique. La Bretagne vit dans un temps antérieur à la fracture révolutionnaire ; elle vit dans le temps figé, circulaire, presque mythique du Moyen Âge. L’histoire, sa linéarité, ses bouleversements, lui sont inconnus. Symboliquement protégée par ses remparts, Guérande a échappé aux bouleversements de l’histoire, et son fonctionnement social est encore celui du Moyen Âge :

  • 19 Ibid., p. 29.

Là tout est encore tranché ; là le niveau révolutionnaire a trouvé les masses trop raboteuses et trop dures pour y passer : il s’y serait ébréché, sinon brisé. Le caractère d’immuabilité que la nature a donné à ses espèces zoologiques se retrouve là chez les hommes. Enfin, même après la révolution de 1830, Guérande est encore une ville à part, essentiellement bretonne, catholique fervente, silencieuse, recueillie, où les idées nouvelles ont peu d’accès.19

11Ici, l’adjectif breton appliqué à la ville prend des connotations particulières, comme s’il incluait ce repli sur un passé prérévolutionnaire et ce refus du changement dans les croyances, les mœurs et les pensées. La résistance à toute forme d’évolution semble être la principale caractéristique du peuple breton. Cette enclave du passé au sein du XIXe siècle recueille l’admiration d’un Balzac quelque peu nostalgique d’un ordre social révolu. En effet, l’image du “niveau révolutionnaire” comporte une dénonciation implicite du nivellement, de l’égalitarisme nés de la Révolution, éléments dont nous trouverons d’ailleurs la critique explicite. Face à cette force qui cherche à gommer les aspérités, la Bretagne conserve une forte personnalité ; elle est un antidote à l’ennui et à l’uniformité du reste de la société. Comme nombre de romantiques, Balzac exalte les vertus chevaleresques auxquelles la noblesse bretonne reste fidèle :

  • 20 Ibid., p. 36.

Oui, le républicain le plus absolu serait attendri par la fidélité, par la noblesse et la grandeur cachées au fond de cette ruelle. Les du Guaisnic ont bien fait hier, ils sont prêts à bien faire demain. Faire est le grand mot de la chevalerie.20

  • 21 Le terme désigne à la fois un courant pictural et un genre littéraires né tous deux à la fin du XVI (...)

12On ne peut que constater à nouveau l’aspect stéréotypé de ce Moyen Âge “troubadour”21, identifié aux exploits des chevaliers et à leurs vertus morales et religieuses inaltérables. L’adhésion idéologique aux valeurs contre-révolutionnaires s’appuie essentiellement sur une fascination d’ordre esthétique et poétique pour cette forme de survivance médiévale et chevaleresque, pour cette conception du monde au sein de laquelle demain sera forcément identique à hier. La valorisation de la Bretagne et de ses mœurs a pour corollaire une condamnation de la modernité ; le narrateur pointe en effet régulièrement les déficiences d’une société qui a cru pouvoir se passer de la religion, de la morale et de la hiérarchie :

  • 22 Ibid., p. 412-413.

En proclamant l’égalité de tous, on a promulgué la déclaration des droits de l’Envie. Nous jouissons aujourd’hui des saturnales de la Révolution transportées dans le domaine, paisible, en apparence, de l’esprit, de l’industrie et de la politique […]. On étendra bientôt la loi agraire jusque dans le champ de la gloire.22

13À l’inverse, l’univers breton offre une image vivante de la société d’avant ces bouleversements révolutionnaires, et recueille ainsi l’admiration du narrateur :

  • 23 Ibid., p. 43.

Quand partout l’âme est rappelée à sa destinée par des images, il est moins facile d’y faillir. Telle était l’opinion de nos aïeux, abandonnée par une génération qui n’a plus ni signes ni distinctions, et dont les mœurs changent tous les dix ans.23

14Le Breton, comme l’homme médiéval, est doté d’une supériorité appréciable sur l’homme moderne : vivant dans un univers stable, le même que celui de sa jeunesse et de ses aïeux, il n’a pas à faire usage d’une liberté qu’il se ne s’accorde pas ; ses actes, ses pensées, ses devoirs, tout est déjà écrit, alors que l’inscription de l’homme du XIXe siècle dans le destin collectif est constamment à réinventer. Tout est plus simple pour le baron du Guaisnic :

  • 24 Ibid., p. 47.

[…] en examinant ce beau vieillard avec une attention soutenue, vous deviniez les mystères de cette opposition réelle à l’esprit de son siècle. Il avait des religions, des sentiments pour ainsi dire innés qui le dispensaient de méditer. Ses devoirs, il les avait appris avec la vie. Les institutions, la religion pensaient pour lui.24

15La Bretagne et le reste du pays s’opposent ainsi totalement dans leur rapport au temps : à la frénésie de changement, à la volonté de faire table rase du passé et de ses valeurs, s’oppose la réitération perpétuelle des mêmes gestes, la répétition des mêmes mots et la conservation des rites religieux et sociaux. Le temps breton est un temps liturgique, plus qu’un temps historique. Cette terre constitue un espace idéal pour qui déplore les conséquences néfastes de la Révolution.

16Dans le récit, la rencontre de deux temps est représentée d’abord par la rencontre entre deux personnages, Calyste du Guaisnic et Félicité des Touches. La proximité de la demeure de Félicité et de la maison des du Guaisnic rapproche symboliquement l’espace parisien et l’espace breton, le temps moderne et le temps médiéval. Le monde de Paris, incarné par Félicité et le décor dans lequel elle évolue, ne peuvent que fasciner un jeune homme ignorant et innocent tel que Calyste. Cette fascination constitue une première menace pesant sur cette Bretagne médiévale idéalement préservée :

  • 25 Ibid., p. 124-125.

Puis là brillaient d’autant plus les merveilles de la civilisation moderne qu’elles contrastaient avec tout Guérande, où la pauvreté des du Guénic était une splendeur. Là se déployèrent aux regards ravis de ce jeune ignorant, qui ne connaissait que les genêts de la Bretagne et les bruyères de la Vendée, les richesses parisiennes d’un monde nouveau […].25

  • 26 Ibid., p. 157.
  • 27 Ibid., p. 160.

17On retrouve l’opposition nature-civilisation, et la rencontre entre les deux annonce la perversion de la nature par les artifices de la civilisation et la transformation de la Bretagne au contact de Paris, en la personne de Calyste. Le roman tisse l’image d’une spatialisation du temps ; en effet, Calyste, transformé par ses relations avec Félicité, constate : “J’étais aussi loin de mon siècle que Guérande est loin de Paris”26, posant ainsi une équivalence entre l’isolement géographique de Guérande et son appartenance à un passé révolu. Cependant la transformation qui s’opère grâce à la rencontre de l’univers parisien incarné par Félicité n’est pas uniquement une dégradation, même si la métaphore employée par Calyste est révélatrice : “j’ai mordu la pomme parisienne de la civilisation”27. Il s’agit aussi pour Calyste d’une ouverture, d’une découverte fascinante et enrichissante. Cette ambiguïté montre ainsi le rapport complexe entretenu par Balzac avec son propre temps. Certes, les valeurs incarnées par la Bretagne saisissent d’admiration l’écrivain ; mais le XIXe siècle comporte aussi sa propre poésie :

  • 28 Ibid., p. 125.

Enfin notre grand dix-neuvième siècle lui apparut avec ses magnificences collectives, sa critique, ses efforts de rénovation en tous genres, ses tentatives immenses et presque à la mesure du géant qui berça dans ses drapeaux l’enfance de ce siècle, et lui chanta des hymnes accompagnés par la terrible basse du canon.28

18Au temps mythique constitué par un Moyen Âge immuable, s’oppose ainsi un autre temps mythique, celui de l’héroïsme napoléonien, temps marqué cette fois par le mouvement, le bouleversement, la révolution. Quoi qu’il en soit, ces deux temps ont pour point commun de s’opposer au présent, celui de l’après 1830. Cette première rencontre entre le Moyen Âge breton et la modernité parisienne n’est donc pas uniquement négative, sans doute parce que le monde de Paris qu’incarne Félicité est un monde épuré, qui ne garde de la modernité que sa richesse artistique, musicale et sentimentale.

19Le véritable choc aura lieu lors du séjour de Calyste à Paris, dans un parcours qui s’apparente à une véritable descente aux Enfers. Avec la rencontre de Béatrix, Calyste est confronté au monde parisien sous sa forme la plus perverse et la plus dangereuse ; se laissant prendre aux artifices de la séduction, il va progressivement abandonner les valeurs dans lesquelles il a été élevé. Le narrateur évoque explicitement l’action délétère du milieu parisien sur la pureté médiévale de Calyste :

  • 29 Ibid., p. 346.

Pendant un séjour de deux ans à Paris, Calyste s’était tout à fait dépouillé de cette innocence dont les prestiges avaient décoré ses débuts dans le monde de la passion. Calyste […] aperçut les différences qui séparent la vie de province de la vie parisienne. […] Au contact de ces jeunes maris qui laissaient les plus nobles, les plus belles créatures pour les délices du cigare et du whist […] bien des vertus domestiques furent donc atteintes chez le gentilhomme breton.29

  • 30 Ibid, p. 377.

20Le rappel que constitue cet adjectif vient accentuer la dégradation opérée par le milieu parisien. La suite du parcours de Calyste ne fera que confirmer cette déchéance : mensonge, adultère, cruauté envers son épouse ; bref, il perd peu à peu son essence bretonne en s’enfonçant dans le monde de l’intrigue et du mensonge. D’ailleurs, son épouse Sabine, afin de le confondre, vérifie auprès de sa belle-famille un alibi inventé par Calyste, et découvre la tromperie ; elle écrit alors cette phrase révélatrice : “La noble Bretagne ne peut pas être tout entière à mentir !”30. Mais il nous semble qu’au delà de cette perversion inévitable des valeurs bretonnes, la menace qui pèse sur cette Bretagne médiévale est beaucoup plus profonde et subtile.

Paris ou la subversion du Moyen Âge breton

21L’expérience vécue par Calyste avec Béatrix constitue une première dégradation d’un Moyen Âge idéal. En effet, la relation entre les deux personnages se place d’emblée sous le signe du modèle courtois. Dans l’esprit de Calyste, avant même qu’il l’ait vue, Béatrix est assimilée à une divinité à laquelle il voue une adoration soumise :

  • 31 Ibid., p. 169.

[…] Béatrix, déjà devenue dans sa pensée ce qu’était Béatrix pour Dante, une éternelle statue de marbre aux mains de laquelle il suspendrait ses fleurs et ses couronnes.31

  • 32 Ibid., p. 342.
  • 33 Ibid., p. 288.

22Ainsi, la femme parisienne rouée et habile se cache traîtreusement sous une apparence angélique et derrière un prénom qui la rattache à un passé idéal, qui la transforme en figure littéraire de l’amour pur. Sabine, l’épouse de Calyste, ne manque pas de remarquer ce paradoxe cruel, qui désacralise et subvertit la relation courtoise : “Cette nature malsaine et froide, persistante et molle, qui tient du mollusque et du corail, ose s’appeler Béatrix !”32. Celle-ci joue d’ailleurs à la perfection son rôle de belle dame sans merci en rappelant ses modèles idéaux issus de la littérature courtoise : “Dante n’a jamais revu Béatrix, Pétrarque n’a jamais possédé sa Laure. Ces désastres n’atteignent que les grandes âmes”33. Le décor breton, sa nature sauvage, tous ces éléments permettent à Béatrix de chanter l’hymne de l’amour platonique, jeu auquel Calyste se laisse prendre. Elle ne révélera sa vraie nature qu’à Paris, mais là encore Calyste, dans son innocence, manquera singulièrement de discernement. Là encore, et de manière plus perverse, le Moyen Âge breton se heurte à la réalité moderne.

  • 34 Ibid, p. 122.
  • 35 Opéra de Meyerbeer (1831). Ibid., p. 127.
  • 36 Opéra de Rossini (1829). Ibid., p. 129.
  • 37 Ibid., p. 160.

23Mais surtout, l’authenticité de ce Moyen Âge semble menacé par l’artifice. On sait que l’époque romantique a été marquée par le goût moyenâgeux dans la littérature comme dans les arts. Cet aspect se manifeste avec insistance dans la description de la demeure de Félicité. On évoque ainsi les “meubles gothiques”34 qui remplissent son salon. Il s’agit bien entendu d’un gothique XIX, dont l’artifice s’oppose à l’authenticité de l’architecture guérandaise. On trouve également des références à des opéras caractéristiques de la mode gothique et médiévale, Robert le Diable35 et Guillaume Tell36. Il s’agit là d’un Moyen Âge purement littéraire, passé par le filtre de la pensée romantique tout comme le Moyen Âge de Walter Scott, dont rêve paradoxalement Calyste, lui qui vit pourtant dans un Moyen Âge bien plus réel. Il rêve en effet de “[…] toutes les femmes belles, nobles, élégantes, dépeintes par les livres, par les poèmes dévorés chez Camille […]” et qui “sortent d’entre les pages de lord Byron, de Scott”37. Paris semble ainsi opposer au Moyen Âge breton, authentique, un Moyen Âge littéraire, inévitablement plus artificiel. Ce processus apparaît comme la forme la plus subtile d’assimilation et de dévoration de la Bretagne par l’univers parisien.

  • 38 Ibid., p. 265.
  • 39 Ibid., p. 41.
  • 40 Ibid., p. 331.
  • 41 Ibid., p. 330.
  • 42 Ibid, p. 332.

24Ce phénomène se trouve accentué lorsque le regard parisien porté sur la Bretagne tend à la transformer en stéréotype médiéval. Ainsi le narrateur, décrivant le travail des paludiers, en fait surtout ressortir la couleur locale, en insistant sur l’aspect exotique et pittoresque de cette image du passé : “Il y avait je ne sais quoi d’oriental dans ce tableau, car, certes, un parisien subitement transporté là ne se serait pas cru en France”38. L’association entre orientalisme et médiévalisme traduit bien l’aspect stéréotypé de cette Bretagne médiévale. On retrouve le même mélange dans la description de l’architecture médiévale de la maison du Guaisnic : “Cette hampe élégante est comme une signature qui trahit Venise, la chevalerie, la finesse du treizième siècle”39. L’exotisme vénitien et le raffinement chevaleresque s’unissent ainsi pour créer l’image artificielle d’un Moyen Âge recomposé et stéréotypé. Le phénomène s’accentue encore lorsque le Moyen Âge breton passe par le filtre du regard parisien de Sabine, l’épouse de Calyste. Celle-ci est tout d’abord sensible au charme pittoresque dégagé par cette image du passé, et déclare comprendre “la Bretagne, la féodalité, la vieille France”40. L’aspect figé de cet univers transparaît néanmoins dans sa description de la famille du Guaisnic, formée de “personnages nés dans des tapisseries de haute lice, et qui s’en sont détachés pour prouver que l’impossible existe.”41 La référence artistique révèle déjà le regard d’esthète posé sur cette Bretagne, qui semble se figer en image d’Epinal, celle d’un Moyen Âge doré. Le processus se poursuit puisque Sabine avoue “avoir joué le rôle d’une châtelaine adorée de ses vassaux comme si la révolution de 1830 et celle de 1789 n’avaient jamais abattu de bannières […]”42 Ici la métaphore théâtrale ne peut qu’à nouveau nous signaler l’artifice, l’aspect purement artistique et littéraire d’une telle représentation de la Bretagne, ce que vient confirmer la référence à Walter Scott :

  • 43 Ibid, p. 333.

Et ce fier Calyste qui jouait son rôle de seigneur comme un personnage de Walter Scott. Monsieur recevait les hommages comme s’il se trouvait en plein treizième siècle.43

25Ainsi, il semble que le regard parisien posé sur lui menace le Moyen Âge breton, en le transformant en un Moyen Âge littéraire et conventionnel. Ses valeurs mêmes se trouvent subverties par cette vision purement esthétique qui ne rend pas justice à leur profondeur. Le regard porté par Sabine sur la religiosité bretonne est en effet un regard d’esthète, qui cherche tantôt l’exotisme tantôt le sublime :

  • 44 Ibid, p. 333.

Ah ! la noble et sublime Bretagne, quel pays de croyance et de religion ! Mais le progrès la guette, on y fait des ponts des routes ; les idées viendront, et adieu le sublime.44

26On peut se demander si le danger qui guette cette Bretagne encore médiévale n’est pas autant le stéréotype créé par la littérature que le progrès technique et politique… Cette dimension du roman nous amène à nuancer la position de Balzac vis-à-vis du passé, de la province bretonne et du Moyen Âge.

  • 45 Cette interprétation nous semble d’autant plus justifiée que l’ironie balzacienne à l’égard du médi (...)

27Dans sa représentation de la Bretagne, Balzac paraît bien sacrifier quelque peu à la mode médiévale qui caractérise le romantisme. Mais en fait sa position semble plus subtile ; elle se fonde sur un sentiment de nostalgie, mais aussi sur le constat d’un écoulement inéluctable du temps. Il nous semble que Béatrix peut être interprétée comme une œuvre visant à démontrer l’inanité de la survalorisation romantique du Moyen Âge45.

28La Bretagne qui se dessine n’est plus qu’une image figée du passé, pittoresque et esthétique, vouée à se transformer ou à disparaître.

Notes

1 Cet engouement pour le Moyen Âge est dû en partie à l’œuvre du romancier écossais Walter Scott, qui a influencé l’ensemble de la génération romantique. Tous les écrivains s’accordent à lui reconnaître ce rôle, ne serait-ce que pour s’en agacer, ainsi Chateaubriand : “Walter Scott refoula les Anglais jusqu’au Moyen Âge ; tout ce qu’on écrivit, fabriqua, bâtit, fut gothique : livres, meubles, maisons, églises, châteaux.” (F.-R de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Librairie Générale Française, 1973, [1re éd. 1849], t 1, p. 473.)

2 Ces deux dernières œuvres évoquent notamment la figure du roi Louis XI, sous l’influence du Quentin Durward de Walter Scott (1819) et de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo (1831).

3 H. de Balzac, Béatrix, Paris, Gallimard, 1979 [1re éd. 1839], p. 25.

4 Ibid, p. 25.

5 Ibid, p. 26.

6 Ibid, p. 27.

7 Ibid., p. 27.

8 Ibid., p. 31.

9 On retrouve exactement la même comparaison dans l’autre grand roman de Balzac consacré à la Bretagne, Les Chouans, avec la description de Marche-à-terre : “La face, comme bronzée par le soleil et dont les anguleux contours offraient une vague analogie avec le granit qui forme le sol de ces contrées, était la seule partie visible du corps de cet être singulier.”, Paris, Gallimard, 1972 [1re éd. 1829], p. 34.

10 Balzac, Béatrix, op cit., p. 45.

11 L’image du Moyen Âge perçu comme une “enfance de l’humanité” est particulièrement prégnante chez les romantiques. On peut citer par exemple Michelet : “D’armes, de vivres, de vaisseaux, il n’en était besoin ; c’eût été tenter Dieu. Ils déclarèrent qu’ils auraient pour guides les plus simples des créatures, une oie et une chèvre. Pieuse et touchante confiance de l’humanité enfant !”, (J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, Paris, Laffont, 1981, P- 262), ou Hugo Le peuple, au moyen âge surtout, est dans la société ce qu’est l’enfant dans la famille. Tant qu’il reste dans cet état d’ignorance première, de minorité morale et intellectuelle, on peut dire de lui comme de l’enfant : Cet âge est sans pitié.” (V. Hugo, Notre-Dame de Paris, Paris, Gallimard, “Pléiade”, 1975, [1re é. 1831], p. 229.)

12 Balzac, Béatrix, op. cit., p. 33.

13 Balzac, Les Chouans, op. cit., p. 39.

14 Balzac, Béatrix, op. cit., p. 38.

15 Ibid., p. 47.

16 Là encore, une comparaison avec Les Chouans s’impose : “Il faisait croire à une absence si complète de toute intelligence, que les officiers le comparèrent tour à tour, dans cette situation, à un des animaux qui broutaient les gras pâturages de la vallée, aux sauvages de l’Amérique ou à quelque naturel du cap de Bonne-Espérance.”, Balzac, Les Chouans, op. cit., p. 37.

17 Balzac, Béatrix, op. cit., p. 51.

18 Ibid., p. 201.

19 Ibid., p. 29.

20 Ibid., p. 36.

21 Le terme désigne à la fois un courant pictural et un genre littéraires né tous deux à la fin du XVIIIe siècle, et dont l’objet privilégié est constitué par un Moyen Âge idyllique, celui des tournois, des châtelaines et des gracieux troubadours.

22 Ibid., p. 412-413.

23 Ibid., p. 43.

24 Ibid., p. 47.

25 Ibid., p. 124-125.

26 Ibid., p. 157.

27 Ibid., p. 160.

28 Ibid., p. 125.

29 Ibid., p. 346.

30 Ibid, p. 377.

31 Ibid., p. 169.

32 Ibid., p. 342.

33 Ibid., p. 288.

34 Ibid, p. 122.

35 Opéra de Meyerbeer (1831). Ibid., p. 127.

36 Opéra de Rossini (1829). Ibid., p. 129.

37 Ibid., p. 160.

38 Ibid., p. 265.

39 Ibid., p. 41.

40 Ibid., p. 331.

41 Ibid., p. 330.

42 Ibid, p. 332.

43 Ibid, p. 333.

44 Ibid, p. 333.

45 Cette interprétation nous semble d’autant plus justifiée que l’ironie balzacienne à l’égard du médiévalisme romantique s’exprime dans d’autres œuvres. On peut citer par exemple ce passage d’Agathise dans lequel Balzac aborde également avec une distance humoristique la conception romantique de la société féodale et de la chevalerie : “(…) en aucun temps la subordination ne fut mieux observée que dans les temps de la chevalerie, où tout était arrangé dans le meilleur ordre possible, excepté les larcins des brigands, la féodalité et les injustices des barons envers leurs sujets. Mais quel est l’ordre de choses qui n’a pas son vice sur la terre ?”, Agathise in Œuvres diverses, t 1, Paris, Gallimard 1990, p. 666.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540