Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

L'archétype balzacien

De Paris à la province dans Le Cabinet des Antiques et dans La Vieille fille ou les tribulations de la Restauration chez Balzac

Nathalie Solomon

Texte intégral

1Ce serait une erreur de mettre face à face, dans l’œuvre de Balzac, les Scènes de la vie de province et les œuvres parisiennes dans une simple thématique d’opposition des espaces. C’est dans le mode de composition des récits balzaciens que l’on peut réfléchir au contraste entre Paris et province : l’organisation des espaces s’appréhende souvent moins dans le contenu des récits que dans leur mouvement. Il arrive pourtant que leur opposition se fasse parfois si radicale que l’on a l’impression de lire des récits de nature et d’origine différentes. C’est le cas dans Illusions perdues, ou dans La Rabouilleuse, par exemple, où les épisodes provinciaux et parisiens n’ont en commun que le ou les protagonistes ; tout le reste, les personnages secondaires, le ton, les thèmes sont différents. Cela peut cependant s’expliquer dans ces exemples par l’histoire de l’élaboration de ces romans dont les chapitres furent écrits au moins à des mois d’intervalle les uns des autres. Dans Le Cabinet des Antiques et dans La Vieille Fille, en revanche, l’opposition entre Paris et province a une signification de première importance, parce qu’elle permet non seulement de donner un sens aux éléments du récit, d’amorcer une réflexion historique par exemple, mais parce qu’elle correspond au mouvement même du texte : confronter Paris à la province – même si c’est par défaut comme dans La Vieille Fille où Paris n’est présent qu’en filigrane–, c’est mettre en regard des éléments dynamiques et des éléments statiques du récit. Il ne s’agit pas simplement, pour Balzac, d’opposer une province confite dans le conservatisme à un Paris actif et moderne, mais de saisir le moment où les personnages peuvent ou ne peuvent pas passer de l’un à l’autre. On peut lire ces deux longues nouvelles comme l’histoire de tentatives, réussies ou non, de passer d’un espace à l’autre, c’est-à-dire d’une époque à l’autre. C’est là une tendance très caractéristique du récit balzacien à ne pas inscrire sa signification dans des éléments précis, mais dans le mouvement du texte, dans ses transformations et ses dérobades.

2La Vieille Fille conte l’histoire des hésitations d’une célibataire riche et vieillissante entre ses différents prétendants, le chevalier du Valois, noble, mais pauvre et vieux, du Bousquier, riche et solide bourgeois, et Athanase Granson, pauvre jeune homme de génie, le seul à aimer sincèrement Mlle Cormon, mais dont celle-ci, dans sa stupidité, ignore complètement les sentiments. Un jour, un riche et séduisant vicomte, ami de son oncle, lui demandant l’hospitalité, elle croit avoir trouvé l’époux idéal, et l’affiche bientôt devant toute la ville, avant de découvrir, devant tous ses amis rassemblés, que le fiancé potentiel est déjà marié et père de famille. Déçue et humiliée, Mlle Cormon brusque les choses : elle choisit du Bousquier qui lui paraît plus viril que le chevalier. Le mariage se révèle désastreux : il provoque le suicide d’Athanase et le solide du Bousquier s’avère finalement impuissant. La représentation de la ville de province est clairement liée dans ce texte à l’idée de passage. Chacun cherche à changer de statut : la vieille fille veut devenir une femme mariée, le chevalier pauvre veut devenir riche, le bourgeois veut s’allier à la noblesse, puisque du Bousquier a cherché à épouser Mlle d’Esgrignon, fille de la plus aristocratique famille de la ville, avant de se rabattre, comme un pis-aller, sur Mlle Cormon dont la famille marie régulièrement ses filles à des nobles de province (p. 847). Or toutes ces métamorphoses sont vouées à l’échec : Mlle Cormon reste vierge, le chevalier meurt misérable, et du Bousquier ne peut rien changer par nature, puisqu’il est impuissant, donc stérile.

  • 1 Balzac au pluriel, PUF, coll. “Écrivains”, 1990, p. 273-282.

3La seule métamorphose réussie est celle de Suzanne, jeune ouvrière qui apparaît au début et à la fin du récit : elle feint d’abord une grossesse auprès du chevalier de Valois, puis de du Bousquier, afin de se faire épouser ou, à défaut, de leur extorquer des fonds, puis elle rencontre Athanase Granson dont elle tombe instantanément amoureuse, reconnaissant du premier coup d’œil sa supériorité ; enfin elle part à Paris d’où elle revient à la fin de la nouvelle, dans l’équipage d’une demi-mondaine florissante, afin de secourir Athanase qui, se suicide juste avant son arrivée. Nicole Mozet a montré les oppositions systématiques qui existent entre Suzanne et Rose Cormon1 : l’une est mobile, passe d’une maison à l’autre dans Alençon, tandis que l’autre reste immobile dans sa maison où toute la ville vient la voir ; Suzanne maîtrise l’information et la fait circuler à sa convenance, alors que Rose ne comprend rien à ce qui se passe, et fait constamment le mauvais choix. Si la grisette devient hétaïre, si elle survit aussi dans le reste de La Comédie humaine sous le nom de Mme du Valnoble, c’est qu’elle envisage dès les premières pages de partir à Paris, elle est la seule à avoir compris que la province n’est pas l’espace où l’on peut concrétiser ses projets.

4L’unique personnage constant est Athanase Granson, le grand homme, qui aspire non pas à changer mais à se réaliser. Ce qui tue le seul personnage vraiment statique du récit, c’est en effet l’absence de volonté de bouger de la part d’un jeune homme qui a pour rêve ultime de se pelotonner dans le confort de la rassurante maison Cormon et dans les chairs généreuses de sa propriétaire ; Athanase est un grand homme en puissance, qui n’en tire pas les conséquences :

  • 2 Édition de la Pléiade, t. IV, p. 839.

Le génie procède de deux manières : ou il prend son bien comme ont fait Napoléon et Molière aussitôt qu’il le voit, ou il attend qu’on le vienne chercher quand il s’est patiemment révélé.2

5Il est voué à la mort, comme si cette absence de mouvement l’écartait naturellement du récit par rapport auquel il est en décalage : il est littéralement invisible, seules le remarquent et le prennent en compte sa mère, personnage sans influence, et Suzanne qui n’est pas là, puisqu’elle quitte Alençon dès le début du récit. Dans cette histoire de mutations multiples, Athanase n’a pas vraiment sa place. Immobile, il ne peut vivre dans un milieu qui est totalement étranger à son génie :

  • 3 P. 839.

La vie de province, sans issue, sans approbation, sans encouragement, décrivait un cercle où se mourait cette pensée qui n’en était pas encore à l’aube de son jour.3

  • 4 P. 840.

6L’histoire d’Athanase est révélatrice de la nécessité, à l’aube de la Restauration, de passer de l’espace de la pensée à celui de l’action, c’est-à-dire, comme Suzanne, de passer de la province à Paris. Même quand Paris vient à lui, en la personne de l’ancienne grisette, Athanase ne peut être sauvé, parce que c’est le mouvement inverse qui devrait s’accomplir : le mouvement de Paris à la province est aussi contre nature, semble-t-il, que “l’amour d’un jeune homme de vingt-trois ans pour une fille de quarante”4.

7Sont donc voués à l’échec ceux qui ne désirent pas changer, ou ceux qui croient pouvoir évoluer en restant sur place. Tout tend à montrer dans le récit que la province n’est pas le lieu où peuvent s’accomplir les métamorphoses nécessaires à la réussite personnelle ou sociale dans la France post-révolutionnaire. La ville de province, ici, n’est pas tant l’espace de l’immobilité que du mouvement inutile, de la dépense vaine, anachronique et stérile.

  • 5 P. 923.

8Dans La Vieille Fille, Alençon est une ville interdite, d’où l’on est chassé, que l’on quitte, ou que l’on perd. Suzanne, la femme du XIXe siècle, ne peut y demeurer et le seul élément de la ville qui lui est cher, pour lequel elle revient, Athanase Granson, lui échappe, comme si tout ce qui appartenait à Alençon lui était fermé. Quant à Mlle Cormon, la ville dont elle dominait une partie de la société à l’époque où elle trônait dans son salon lui échappe également : sa maison, centre du désir de tous, se trouve saccagée par la vulgarité d’un époux, seul vainqueur du récit, mais qui ne sait pas mieux manier les richesses qui lui sont dévolues qu’il ne sait combler les femmes ; il détruit l’hôtel Cormon en voulant le moderniser et annihile par là même ce qu’il voulait s’approprier : la respectabilité de cette maison, sa “majesté bourgeoise”5 qui pouvait rapprocher le vulgaire du Bousquier de la noblesse. La ville de province, représentée par la maison Cormon, finit donc en ville condamnée, comme les femmes, dont aucune n’est satisfaite : ceux qui en connaissent la valeur ne peuvent mettre la main dessus, ceux qui la possèdent ne savent pas quoi en faire.

  • 6 P. 969.
  • 7 P. 1010.
  • 8 P. 1002.

9Dans La Vieille Fille, Paris est donc d’abord présent comme contrepoint de la province, où la mutation est nécessaire, souhaitée, mais impossible, parce que le mouvement y est voué à l’échec. Dans Le Cabinet des Antiques, écrit deux ans plus tard, on va voir que la capitale s’impose comme une solution nécessaire. Dans cette nouvelle de 1838, aux deux espaces distincts que constituent Paris et Alençon correspondent deux mondes, et deux siècles : Alençon et son cabinet des Antiques, figé dans le XVIIIe siècle, qui ne tient pas compte des métamorphoses de la France post-révolutionnaire contraste avec une capitale vivante et moderne qui représente le XIXe siècle. Tout le récit est structuré par l’aller et le retour entre Alençon et Paris : il s’agit de l’histoire d’un jeune homme de 1822, Victurnien d’Esgrignon, issu d’une vieille et noble maison de province, élevé par un clan figé dans sa supériorité aristocratique. Envoyé à Paris comme on envoyait les jeunes nobles de province au roi sous l’Ancien Régime, Victumien y fait connaissance avec son temps, s’y ruine avec la belle duchesse de Maufrigneuse, y signe de fausses lettres de change à l’instigation de l’ennemi juré de sa famille, du Croisier, dans lequel on reconnaît le du Bousquier de La Vieille Fille, qui a juré de perdre l’aristocratique rejeton des d’Esgrignon. Menacé d’arrestation, celui-ci part se réfugier à Alençon où, grâce au dévoué notaire Chesnel et aux efforts de Mme de Maufrigneuse, il est sauvé au prix d’une mésalliance avec une riche héritière. Beaucoup d’éléments du récit sont dédoublés selon deux pôles qui mettent en évidence des oppositions entre passé et présent, mort et vie, vieillesse et jeunesse. En fonction de cette distinction, existent deux tendances générales de la typologie des personnages selon qu’ils vivent à Alençon ou selon qu’ils partent à Paris. Ce contraste est à rapprocher d’une rupture temporelle tout aussi importante entre autrefois et aujourd’hui. On peut ainsi à plusieurs reprises dans le texte opposer deux notaires : Chesnel, tout d’abord, le vieil Alençonnais qui se considère comme un serviteur de la famille d’Esgrignon, qui n’a pas oublié que son père fut un domestique du marquis, qui maintient des liens d’Ancien Régime avec le gentilhomme dont il est l’“homme lige volontaire, le serf attaché par tous les liens du cœur à son suzerain”6. Ce vocabulaire féodal contraste avec celui employé à propos du notaire auquel Victurnien a affaire à Paris et qui est, lui, tout à fait un homme du XIXe siècle : maître Cardot est désireux de se faire une place dans la confrérie et en conséquence “peu susceptible d’épouser la sentimentalité de son correspondant et enchanté de se mettre aux ordres du comte d’Esgrignon”7. Le dévouement s’oppose donc à l’égoïsme moderne, ce qui précipite la chute de Victurnien à qui Cardot accorde tout l’argent qu’il demande, jusqu’à la ruine. Cette opposition est renforcée par celle entre Sorbier, le vieux notaire parisien à qui Chesnel adresse Victurnien, en qui il a toute confiance, mais qui est mort entre temps, et Cardot : la confrontation d’un mort et d’un vivant, l’un représentant l’ancienne école notariale, “un des plus anciens notaires de Paris”8 à qui Chesnel demande de surveiller paternellement Victurnien et l’autre se montrant tout à fait incapable de comprendre ces recommandations, est comme une métaphore, poussée à l’extrême, de l’opposition entre passé et présent.

10Cette idée est redoublée par le fait que le jeune comte se trouve entre une morte et une vivante, entre sa vraie mère morte en couches, qui aurait pu le guider et lui éviter ainsi de tomber dans les erreurs qu’il commet, et Mlle d’Esgrignon, qui l’a élevé, mais qui ne peut remplacer sa mère :

  • 9 P. 984-985.

La seconde vue d’une mère ne s’acquiert point. Une tante, aussi chastement unie à son nourrisson que l’était Mlle Armande à Victurnien, peut l’aimer autant que l’aimerait la mère, être aussi attentive, aussi bonne, aussi délicate, aussi indulgente qu’une mère ; mais elle ne sera pas sévère avec les ménagements et les à-propos de la mère ; mais son cœur n’aura pas ces avertissements soudains, ces hallucinations inquiètes des mères, chez qui, quoique rompues, les attaches nerveuses ou morales par lesquelles l’enfant tient à elle vibrent encore, et qui toujours en communication avec lui reçoivent les secousses de toute peine, tressaillent à tout bonheur comme à un événement de leur propre vie.9

11Outre son père, le marquis d’Esgrignon figé dans un passé qu’il ne sait pas perdu et incapable de réagir tout au long du récit, Victurnien est donc entouré de figures paternelles et maternelles doubles. La mort ou la persistance à demeurer dans un état qui devrait être dépassé – la servitude volontaire pour Chesnel, le célibat pour Armande d’Esgrignon – ôtent à ces personnages toute efficacité pour le protéger contre les atteintes du monde moderne.

  • 10 P. 1060.
  • 11 P. 1064.

12Du côté du personnel non noble d’Alençon, ce jeu sur la dualité des personnages est tout aussi perceptible : la magistrature, par exemple, est composée de deux types de personnages, dont les uns comme le juge Camusot et sa femme ou le juge suppléant Michu considèrent Alençon et la province comme une étape vers une carrière parisienne future nécessaire à leur réussite, alors que le président de Ronceret ou le juge Blondet représentent “ces magistrats résignés à n’être que ce qu’ils sont et casés pour toujours dans leur ville”10. Ici encore, la tension entre Paris et Alençon est représentée par deux types de personnages qui s’opposent et créent le mouvement nécessaire au récit. Cette tendance est sensible par exemple dans la famille Blondet dont l’un des fils, Emile, un des grands causeurs de la Comédie humaine, est le narrateur supposé de l’histoire survenue dans son enfance : le vieux juge Blondet, qui a la charge du cas de Victurnien, est à la fois juriste et botaniste comme pour souligner l’idée d’un magistrat implanté à Alençon que “les soins à donner à son jardin, les douces habitudes de l’horticulteur clouaient […] dans sa serre”11. Il est donc l’exact opposé de son fils putatif, journaliste tôt parti à Paris. De son côté, Émile, le brillant fils adultérin, contraste avec Joseph, le fils légitime, lourd et laid, destiné à suivre à Alençon la carrière de son père. Au sein de la famille Blondet, le statique s’oppose donc au dynamique, la province à la capitale, la légitimité à la bâtardise.

  • 12 P. 1016.

13Mais l’intérêt du récit ne réside pas tant dans l’opposition terme à terme de deux lieux et de deux époques, que dans ses éléments médians : le mouvement narratif est constitué par les personnages qui, déchirés entre les deux espaces, subissent des transformations significatives et parfois étrangement réversibles entre Paris et province. C’est bien ce mouvement à la fois rêvé et impensable pour certains personnages, réussi pour d’autres, qui confère son sens au récit, plutôt que la seule satire d’une province hors d’âge. Le cas de Diane, la maîtresse de Victurnien, est particulièrement significatif, parce que c’est le personnage qui change non seulement d’aspect, mais aussi de nature selon qu’il est à Paris ou à Alençon. D’une part, la duchesse joue le rôle d’un ange tant qu’elle est à Paris, “Dame blanche, vapeur sidérale tombée de la Voie lactée”12 Elle est alors la ruine de Victurnien, sans rien avoir à lui demander et c’est pour elle qu’il signe de fausses lettres de change. A Alençon, en revanche, où elle est venue sauver le jeune comte de la prison, déguisée en jeune homme et munie des plus hautes protections, elle est un petit page anonyme, fort industrieux et bien au fait des réalités du terrain, puisqu’elle parvient à mettre le juge Camusot et le vieux juge Blondet du côté de Victurnien (p. 1076 et p. 1083). De Paris à Alençon, le féminin se convertit donc en masculin, la cause de la perte de Victurnien devient l’instrument de son salut : le changement d’espace transforme complètement le personnage, lui donne un autre sexe, un autre comportement, comme si la femme légère et insoucieuse de la Restauration retrouvait brusquement, dans l’atmosphère du cabinet des Antiques, les réflexes propres à sauvegarder sa caste, et comme si les intérêts égoïstes et amoureux qui priment à Paris, au point que tout le Faubourg Saint-Germain regarde tranquillement Victurnien aller à sa perte, étaient relégués au second plan à Alençon où l’honneur de l’héritier des d’Esgrignon est seul important. Il est du reste révélateur que le cabinet des Antiques confonde complètement la duchesse de Maufrigneuse du XIXe siècle avec celles des siècles précédents :

  • 13 P. 1020.

Le jeune comte n’avait pas mal choisi. Les douairières racontèrent toutes les histoires galantes des Maufrigneuse depuis Louis XIII jusqu’à Louis XVI, elles firent grâce des règnes antérieurs ; enfin elles furent enchantées.13

14Cette confusion illustre bien sûr la cécité caractéristique des vieux nobles d’Alençon quant aux changements intervenus depuis la Révolution, mais elle n’est en rien contredite par l’attitude de Diane en province : la moderne duchesse de Maufrigneuse trouve alors naturellement sa place parmi ses ancêtres.

  • 14 Ibid.

15L’autre personnage à être métamorphosé par l’espace qu’il franchit de Paris à la province est Victurnien lui-même : dandy amant de la belle Diane de Maufrigneuse à Paris, il n’est plus, quand il revient à Alençon que le mari d’une riche héritière, qui mène joyeuse vie avec la fortune de sa femme, “n’ayant plus des grands seigneurs d’autrefois que son indifférence pour sa femme, de laquelle il n’a nul souci”14. Tout se passe comme si le séjour de Victurnien à Paris avait effacé en lui l’héritier des nobles d’Esgrignon, comme si, devenu un homme de son temps, ayant risqué la prison pour dettes et épousé une Mlle Duval, il ne pouvait plus tenir son rang à Alençon, raison pour laquelle il retourne tous les hivers à Paris, se comporter comme n’importe quel garçon enrichi.

16Il est enfin intéressant de constater qu’un personnage marginal du récit, Mme du Croisier, l’ex-Rose Cormon, est le seul à retrouver dans cet affrontement son unité perdue : elle est, on le sait depuis La Vieille Fille, tiraillée entre sa fidélité à la noblesse et la loyauté exigée par son époux, bourgeois moderne, ennemi mortel du parti royaliste et des aristocrates qui l'ont humilié. Mme du Croisier est donc le seul personnage à se trouver déchiré entre les deux camps, entre autrefois et maintenant, entre royalistes et libéraux. Or elle ne se trouve en paix avec elle-même qu’après avoir eu le courage de défier son terrible époux, en reconnaissant avoir été remboursée des lettres de changes destinées à piéger Victurnien : à sa manière, ce personnage souligne la nécessité profonde d’un affrontement, sensible sur tous les plans du récit, entre deux mondes que tout sépare.

17La métaphore du magasin d’antiquités préservées dans la poussière malgré les métamorphoses du siècle, constamment renforcée par le réseau d’oppositions qui attribuent un statut à la province par rapport à Paris en reliant l’axe spatial à l’axe temporel, cette métaphore ne vaut que par la démonstration qu’il existe un passage possible entre les deux mondes : l’important n’est pas que le récit soit construit sur le contraste de Paris et de la province, du passé et du présent, mais sur celui d’éléments statiques et d’éléments dynamiques, sur l’idée qu’il y a des personnages capables de se transformer (par exemple en passant de la province à Paris et vice-versa), et d’autres pas. Que Mme du Croisier se montre en mesure de transgresser à la fois la loi conjugale et l’interdiction sociale en trahissant son époux au profit des d’Esgrignon, signe son entrée dans la modernité, de la même façon que Victurnien, littéralement “révolutionné”, à tous les sens du terme, par son séjour à Paris, peut accomplir sans broncher le sacrilège d’épouser une roturière. Dans tous les cas, c’est l’argent, métaphore de la modernité et des nouveaux régimes – n’oublions pas que le récit, qui se passe sous la Restauration est écrit sous la Monarchie de Juillet, en 1838-, qui permet le passage d’une catégorie à l’autre : la lettre de change qui n’est qu’un bout de papier, un jeu pour la Diane et pour le Victurnien de Paris, deviennent réels pour ceux d’Alençon, elle représente un véritable danger qui, paradoxalement, précipite le vicomte dans le camp de la bourgeoisie qu’il épouse à cause de ses ennuis d’argent et ramène la duchesse au sein de sa véritable caste. Quant à Mme du Croisier, fille d’un serviteur fidèle des d’Esgrignon, mariée à un bourgeois libéral, elle est dans la position idéale pour signer une fausse lettre reconnaissant qu’elle a reçu paiement de la lettre de change : elle peut ainsi transformer les abstraites dettes d’Ancien Régime en argent sonnant et trébuchant de 1822. Le personnage ne quitte pas Alençon, certes, et son évolution n’est pas le résultat d’un voyage à Paris, mais la fausse lettre de change sur laquelle Victurnien a imité la signature de du Croisier devient, grâce au reçu antidaté qu’elle signe pour sauver Victurnien, un papier inoffensif : de même qu’elle fait le lien entre deux clans politiques par ses attaches politiques et conjugales, elle représente un Alençon intermédiaire, à mi-chemin entre le cabinet des antiques de l’hôtel d’Esgrignon et une France moderne, celle où l’argent a l’importance qu’il acquiert au XIXe siècle. L’opposition spatiale est ici indépendante du trajet entre Paris et province, elle s’accomplit dans l’immobilité.

18La difficulté de l’analyse du rapport entre Paris et province dans Le Cabinet des Antiques est que le mouvement d’un espace à l’autre est efficace dans les deux sens : Victurnien, né avec le siècle, doit partir à Paris pour devenir un homme de son temps, Diane de Maufrigneuse retrouve une identité aristocratique en retournant en province, et chez Mme du Croisier, personnage annexe du récit, c’est le symbole du calamiteux séjour de Victurnien à Paris, la lettre de change, qui lui permet paradoxalement de reconquérir le monde perdu lors de son mariage, celui d’une province qui est le conservatoire du XVIIIe siècle. Ici encore, le récit repose sur la question du passage d’un état à l’autre pour les personnages, et le problème de la trajectoire de la province à Paris se complexifie dès lors que l’on constate que ce parcours ne nécessite pas toujours de déplacement ou encore ne s’accomplit pas dans le même sens temporel et spatial, il est fait d’avancées et de reculs, d’allers et de retours.

19Dans ces deux nouvelles, c’est un lieu paradoxal qui est mis en scène : un reste d’Ancien Régime au lendemain de l’Empire, destiné à disparaître, mais dont la mutation nécessaire ne peut s’accomplir sur place : soit les personnages quittent classiquement la province pour Paris afin de rencontrer leur époque, comme Lucien de Rubempré ou Rastignac, quitte à revenir en cas d’échec, salutairement transformés, soit les Parisiens – de fraîche date comme Suzanne, ou anciens comme du Croisier – viennent en province introduire la modernité, en particulier sous la forme d’un nouveau rapport à l’argent. L’entrée dans le XIXe siècle ne peut décidément s’accomplir uniquement en province, sous peine que la transformation ne soit rien d’autre qu’une dégradation.

Notes

1 Balzac au pluriel, PUF, coll. “Écrivains”, 1990, p. 273-282.

2 Édition de la Pléiade, t. IV, p. 839.

3 P. 839.

4 P. 840.

5 P. 923.

6 P. 969.

7 P. 1010.

8 P. 1002.

9 P. 984-985.

10 P. 1060.

11 P. 1064.

12 P. 1016.

13 P. 1020.

14 Ibid.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540