Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

L'archétype balzacien

La province balzacienne confrontée au temps de la civilisation1

Nicole Mozet

Texte intégral

  • 1 Les références à La Comédie humaine renvoient à l’édition de la Pléiade en 12 volumes.

Un Parisien débarquant en province y produit toujours un certain effet de curiosité.
Dessin de Huard.

“Elle a d’assez beaux yeux pour des yeux de province” (Jean-Baptiste Gresset, Le Méchant, 1747)

  • 2 III, 1076. Eugénie est-elle belle ou laide ? Toutes les éditions depuis le Fume avaient écrit “reco (...)

“Eugénie, grande et forte, […] était belle de cette beauté si facile à méconnaître, et dont s’éprennent seulement les artistes.”
(Eugénie Grandet2)

  • 3 La Concordance de La Comédie humaine, de Kazuo Kiriu (hors commerce), permet de dire que le terme a (...)
  • 4 Lettres à madame Hanska, édition établie par Roger Pierrot, Robert Laffont, 1990, I, 155.
  • 5 Béatrix, II, 706.
  • 6 Ibid.

1Civilisation. Il n’est évidemment pas question de faire ici l’historique de cette notion. Au XIXe siècle, elle tend à devenir synonyme de progrès et de modernité, mais les connotations peuvent beaucoup varier. Il arrive souvent à Balzac, dans ses fictions3 ou ses autres écrits, de dénoncer les effets néfastes des changements politiques et économiques : César Birotteau est pour lui une “victime de la civilisation parisienne”4. Le mot est généralement laudatif lorsqu’il désigne le développement des arts, comme dans la page de Béatrix dans laquelle Calyste, grâce à Camille Maupin, découvre “les merveilles de la civilisation moderne”5. Au château des Touches, le jeune homme a le privilège de lire les “étonnantes créations de la littérature moderne”6 :

  • 7 Ibid.

Enfin notre grand dix-neuvième siècle lui apparut avec ses magnificences collectives, sa critique, ses efforts de rénovation en tous genres, ses tentatives immenses […]7.

2Ce que je retiendrai ici, c’est que pour Balzac comme pour ses contemporains, la notion de civilisation est toujours liée à l’idée de changement. Au début du XIXe siècle, le Temps s’est mis en marche avec de nouveaux rythmes, dans une sorte de tourbillon désordonné qui trouve son paroxysme dans les hautes sphères parisiennes. Mais nul n’est épargné, le mouvement se propage par ondes successives jusque dans les zones qui paraissent les mieux protégées. La province permet à Balzac d’étudier ces mutations dans toutes leurs variations : dans le Saumur d’Eugénie Grandet, la brusque arrivée du cousin Charles, le Parisien, ne provoque un cataclysme que dans le cœur d’Eugénie. Il ne l’aide pas à changer, il rend au contraire encore plus rigide le système dans lequel elle est enfermée. En revanche, dans Béatrix, le heurt entre la Féodalité et la Civilisation parisienne, importée de Paris dans le sillage de Camille Maupin, prend une valeur initiatique.

  • 8 Cf N. Mozet, La Ville de province dans l’œuvre de Balzac. L’espace romanesque : fantasme et idéolog (...)
  • 9 Cf. N.Mozet, Yvetot vaut Constantinople. Littérature et géographie en France au XIXe siècle”, Roman (...)

3D’autre part, l’avènement de la province en tant que thème romanesque majeur est étroitement lié à la révolution esthétique définissant de nouveaux critères de beauté, car la province n’est belle que d’avoir autrefois été décrétée laide, médiocre et sans intérêt selon les valeurs aristocratiques de l’autre siècle. La France bourgeoise a besoin d’une poésie du médiocre, ce qui revient à affirmer que c’est à ce niveau qu’est la vraie grandeur. D’où le “mélange des genres” de la préface de Cromwell, qui est peut-être encore plus constitutif de la prose balzacienne que de la poésie hugolienne. La province littéraire vient de Molière, relayée par le vaudeville et quelques pièces célèbres, comme La Petite Ville de Picard (1801) ou Le Naufrage ou Les Héritiers d’Alexandre Duval (1796), à qui l’on doit l’expression “faire du bruit dans Landernau”8. C’est entre le Stendhal du Rouge et le noir et le Flaubert de Madame Bovary9 que le thème provincial fut le plus actif. Même à l’intérieur de La Comédie humaine, Pierrette (1840) marque un tournant, dont nous reparlerons à propos de Modeste Mignon. Par la suite, la province de Fromentin ou de Mauriac sera régionaliste, ce qu’aurait pu devenir la Touraine balzacienne si, à partir d’Eugénie Grandet, poursuivant le mouvement amorcé dans Les Chouans en 1829, Balzac n’avait entamé une sorte de tour de France dans lequel chaque étape offre une variante de la provincialité : Saumur (Eugénie Grandet), Alençon (La Vieille Fille et Le Cabinet des Antiques), Angoulême (Illusions perdues), Limoges (Le Curé de village), Provins (Pierrette), Nemours (Ursule Mirouët), Besançon (Albert Savarus), Issoudun (La Rabouilleuse), Sancerre (La Muse du département), Soulanges et La Ville-aux-Fayes, noms fictifs, dans Les Paysans, Arcis-sur-Aube (Le Député d’Arcis). Hors Comédie humaine et Contes drolatiques, il faudrait tenir compte des romans de jeunesse et du Louviers de La Marâtre. La Recherche de l’Absolu, qui se passe à Douai, et Béatrix, avec Guérande, représentent deux cas limites, mais ni la Flandre ni la Bretagne ne sortent indemnes du choc avec la modernité.

4La province balzacienne est donc infiniment plus mouvante qu’elle ne paraît, car elle ne s’oppose pas d’un bloc à Paris. Il y a tous les degrés de différenciation, qui sont tous liés à la vitesse plus ou moins grande avec laquelle le Temps passe, c’est-à-dire au plus ou moins grand nombre de mutations dans les façons de vivre et de penser. Pour illustrer cette thèse, je propose de prendre trois exemples allant du plus au moins : le temps immobilisé dans le Saumur d’Eugénie Grandet, l’Alençon de La Vieille Fille et du Cabinet des Antiques, ville endormie en apparence mais sourdement travaillée en profondeur par les effets de la Révolution, et enfin Le Havre de Modeste Mignon, ouvert sur la mer et le monde extérieur, et finalement presque aussi “parisien” que Paris.

1. Eugénie Grandet ou l’argent improductif10

  • 10 Cf. N. Mozet, “De sel et d’or : Eugénie Grandet, une histoire sans Histoire”, Corps/Décors : Femmes (...)
  • 11 La Vieille Fille, IV, 914.

“Pour la province, la richesse des nations consiste moins dans l’active rotation de l’argent que dans un stérile entassement.” (La Vieille Fille11)

5De la “civilisation”, les deux frères Grandet ont accepté l’argent et se sont révélés extraordinairement doués pour le faire fructifier. Le Parisien l’a dépensé jusqu’à la faillite et le suicide, l’autre l’a entassé. Le résultat est néanmoins également négatif dans les deux cas, sauf à considérer comme des investissements le remboursement des dettes du failli et les dons d’Eugénie orpheline aux œuvres de charité. Disons que cela constitue le degré minimal de la philanthropie selon Balzac, à la différence de ce qui se passe dans Le Médecin de campagne et à plus forte raison dans Le Curé de village, grâce au savoir technologique de l’ingénieur Gérard.

  • 12 Alain Corbin, “L’arithmétique des jours au XIXe siècle”, Traverses, 1985, repris dans Le Temps, le (...)

6Pour tout le reste, Grandet a transformé sa maison en machine à arrêter le temps, non par rêve nostalgique mais par esprit de revanche, pour se venger des humiliations qu’il a subies dans sa jeunesse. Loin de désirer revenir en arrière pour retrouver un bonheur englouti, il ne retourne sur ses pas que pour tenter d’effacer une blessure. Mais, contrairement au pardon, la vengeance n’est jamais complète et exige toujours plus, faisant piétiner le temps. C est pour rien que Grandet s’impose, à lui et aux siens, un régime de forçat, consommant le moins possible et s’épuisant à effacer les méfaits du temps au travail. La besogne des Grandet est purement négative, ne visant à rien d’autre qu’à empêcher les corps et les choses de se transformer, de s’user. On trouve ainsi dans Eugénie Grandet une forme de provincialité économe jusqu’à l’avarice, méchante et mortifère, qui n’a peut-être pas complètement disparu de nos jours. C’est la caricature de la France qui ravaude, rafistole et rapièce sans relâche, à jours et à heures fixes, celle dont Alain Corbin a décrit les horaires et les rythmes12. On se chauffe peu, on s’éclaire à peine. C’est peu de dire que l’apparence ne compte pas chez les Grandet, parce que l’on se soucie encore moins de séduire que de consommer. De ce point de vue, la plus Grandet de tous est Eugénie, qui ne conçoit le mariage que blanc, mais la plus heureuse est Nanon, qui a connu pire à la campagne, dans l’âpreté de la misère non volontaire.

7Prenons les usages alimentaires : la province des gourmets gloutons se décline, dans La Comédie humaine, à Alençon ou à Issoudun, chez la Cognette ou la Rabouilleuse. On y mange mieux qu’à Paris, où les raffinements toujours renouvelés produisent des blasés. Même dans Eugénie Grandet, le cousin Charles se régale d’un œuf à la coque comme il n’en a jamais dégusté :

  • 13 Eugénie Grandet, III, 1088.

“Oh ! des œufs frais, dit Charles, qui semblable aux gens habitués au luxe ne pensait déjà plus à son perdreau. Mais c’est délicieux, si vous aviez du beurre ?”13

  • 14 Ibid., 1087.
  • 15 Ibid., 1042 : ce terme désigne ceux qui viennent dans les vignes après la récolte pour chercher les (...)

8C’est le même œuf à la coque qui fournit, dans le Tours de Maître Cornélius, le repas de deux personnes. Il est inutile de chercher dans Eugénie Grandet une scène de vendanges équivalente à celle du Lys dans la vallée, directement inspirée de La Nouvelle Héloïse : le vigneron n’est pas homme à transformer les vendanges en fête dispendieuse. À la différence de Mme de Mortsauf, dans Le Lys dans la vallée, Grandet n’a pas lu La Nouvelle Héloïse. Pendant cette période qui devrait être de réjouissance, Nanon, que les autres viennent “aider”14, est chargée de mesurer la nourriture des vendangeurs et de surveiller les “halleboteurs”15.

9On ne gaspille donc rien chez les Grandet, pas plus le raisin que le beurre ou le vin. Eugénie étend les grappes sur des cordes dans le grenier pour les faire sécher, et c’est de sa part un acte d’héroïsme que d’aller en chercher pour garnir la table de son cousin :

  • 16 Ibid., 1091 : “qui ne sont pas sucrées” est une correction de l’édition Fume, à la place de “assez (...)

“Eugénie offrit audacieusement à son père du raisin, en lui disant : "Goûte donc à ma conserve, papa ! Mon cousin, vous en mangerez, n’est-ce pas ? Je suis allée chercher ces jolies grappes-là pour vous.
– Oh ! si on ne les arrête, elles mettront Saumur au pillage pour vous, mon neveu. Quand vous aurez fini, nous irons ensemble dans le jardin, j’ai à vous dire des choses qui ne sont pas sucrées."”16

  • 17 Ibid., 1080
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid., 1177.
  • 20 Cf. P.-G. Castex, “L’ascension de M.Grandet”, Europe, janvier-février 1965

10Le père Grandet, grand avaleur d’héritages, aimerait qu’on puisse se nourrir de cadavres, comme les corbeaux17, qui d’ailleurs à ses yeux procurent “le meilleur bouillon de la terre”18. Avide de tout ce qui est inaltérable, à l’instar de l’or, il est l’homme du sel qui conserve plutôt que du sucre, qui fond. Pour lui, le prix de cette denrée exotique (et féminine) n’a pas changé depuis le blocus de l’Empire, et il ne conçoit pas qu’on en mange ni qu’on en mette dans le cirage pour donner du brillant au cuir. Saumur aussi, par un jeu de mot19 dont Balzac ne se prive pas, devient la ville de la saumure. Eugénie Grandet est un roman dans lequel le temps est aussi immobile qu’au début d’un conte de fées, sans prince charmant. En réalité, c’est un conte de fées à l’envers, dont le “prince”, en la personne de Charles, est fait de la même pacotille avec laquelle il s’embarque en quête de fortune. Au lieu de la réveiller, Charles a transformé sa cousine en pierre. Il est finalement le meilleur allié de son oncle, puisque au dénouement, bien que libre et riche, Eugénie vit selon les mêmes règles et les mêmes horaires que du vivant de son père. Ce roman, dont on a souvent voulu faire une fable édifiante, me paraît plutôt écrit sous le signe de la mort et du cauchemar d’un passé qui ne passe jamais. Rien ne travaille, rien ne se transforme, rien ne se crée. C’est pour rien que Grandet a assimilé les règles de fonctionnement de la rente et du capitalisme20, puisque ni lui ni sa fille ne dépensent ni ne produisent. Eugénie a le goût du désastre : vierge et martyre, certes, mais pourquoi faire ? Incapable de construire, elle ne connaît d’autre jouissance que celle du malheur. Elle est très loin de la Véronique Graslin du Curé de village, pareillement sainte mais coupable. De son adultère avec un criminel qui est en même temps un ouvrier, un enfant naît, promesse d’avenir. De l’argent est dépensé en abondance dans de grands travaux d’irrigation, qui rendent fertile ce qui était stérile. Mais Le Curé de village est une “scène de la vie de campagne”, dans laquelle l’alliance entre la religion et l’industrie a généré un miracle économique.

2. Pénélope à Alençon (La Vieille Fille)

  • 21 La Vieille Fille, IV, 865.

“Elle s’appelait Pénélope et servait depuis dix-huit ans […]”21

  • 22 Ibid.
  • 23 Du Bousquier : “[…] terrible en apparence, impuissant en réalité comme une insurrection, représenta (...)
  • 24 “Quoique dans le premier moment le mensonger mariage de Mlle Cormon fît rire toute la ville bientôt (...)

11Pénélope est le nom de “la grosse vieille jument normande bai-brun qui traînait Mlle Cormon à sa campagne du Prébaudet […]”22. C’est elle aussi qui rythme le tempo du roman de La Vieille Fille : sa mort coïncide avec le mariage tardif de sa vieille maîtresse. Conçue sous d’aussi funestes auspices, cette union ne peut être que catastrophique, privant Rose Cormon de sa liberté d’antan et la mettant à la merci d’un homme aussi violent qu’impuissant23. Il se passe donc des choses à Alençon, mais elles sont toutes négatives : grossesse feinte d’une jeune ouvrière, suicide bien réel d’un jeune homme sensible et intelligent, déroute de l’aristocratie, exil de Charles X, mari despote, enlaidissement de la maison. Quant à Rose, son mariage est aussi “blanc” que celui d’Eugénie Grandet, mais à son insu… Dans sa naïveté, elle mit longtemps à comprendre que les “manœuvres”24 de son mari ne la rendraient jamais enceinte.

12Sans vouloir faire de Balzac le précurseur de Joyce, on peut dire que la fable d’Ulysse est inscrite en filigrane dans le récit de La Vieille Fille, un peu comme La Belle au bois dormant en arrière-plan d’Eugénie Grandet. Car il y a à la fois Pénélope et Circé, dont l’image se profile derrière les précieuses liqueurs de Mme Amphoux offertes par la pauvre Rose à celui qu’elle prend pour son futur mari et qui revient lui aussi d’un pays lointain : en 1816, le vicomte de Troisville rentre d’exil, mais Rose ignore qu’il n’est pas célibataire. Elle qui jusque-là avait refusé par timidité tous ceux qui prétendaient à sa main, est brisée par la honte de s’être jetée à la tête d’un homme, allant jusqu’à lui faire fabriquer un lit pour le recevoir plus dignement. Dans son désarroi, elle accepte d’épouser du Bousquier, et sa vie bascule :

  • 25 Ibid., 914.

“[…] toute la ville remarqua que Mme du Bousquier était entrée à l’église du pied gauche ! présage d’autant plus horrible que déjà le mot La Gauche prenait une acception politique. […] Il n’y eut point de noces, car les nouveaux mariés partirent pour le Prébaudet. Les coutumes parisiennes allaient donc triompher des coutumes provinciales, se disait-on.”25

13Alençon bascule donc en même temps que la pauvre Rose, qui symbolisait la province d’autrefois.

  • 26 Pierre Sansot, Du bon usage de la lenteur, Payot, 1998.

14La province d’autrefois, c’est bien sûr celle des rituels, par journées et par saisons, dont Pierre Sansot fait l’éloge dans Du bon usage de la lenteur26. En décrivant la maison Cormon, le narrateur de La Vieille Fille commente :

  • 27 La Vieille Fille, IV, 850.

“Là tout respirait la vieille, l’inaltérable province.”27

15Mlle Cormon est riche et offre à ses hôtes des dîners opulents, auxquels le chevalier de Valois, en parasite distingué, fait toujours honneur :

  • 28 Ibid., 813.

“[…] dans un pays où les repas se développent sur des lignes de trente ou quarante plats et durent quatre heures, l’estomac du chevalier de Valois semblait être un bienfait accordé par la Providence à cette bonne ville.”28

  • 29 Reproduit par P.-G. Castex dans son édition du Rouge et le noir, Garnier, 1973, p. 708-730.

16Mais la province de La Vieille Fille est beaucoup plus que cela et renvoie, par l’intermédiaire du chevalier de Valois, vieil aristocrate libertin, à une France d’avant la Révolution, que les Romantiques imaginaient volontiers moins prude que celle du XIXe siècle. Dans un projet d’article sur Le Rouge et le noir29, Stendhal évoque un “charmant petit roman du Baron de Besenval, intitulé Le Spleen”, publié en 1806, dont on trouve effectivement maintes réminiscences dans Le Rouge et dans Lucien Leuwen. C’est la joyeuse vie des villes de garnison, sans la dimension tragique du Rideau cramoisi de Barbey d’Aurevilly. Et Stendhal d’ajouter :

  • 30 Ibid., p. 713.

“On y verra combien avant 1789 on s’amusait en France.”30

  • 31 Voir le chapitre que j’ai consacré à Alençon dans La Ville de province dans l’œuvre de Balzac. L’es (...)
  • 32 La Vieille Fille, IV, 813.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., 822.
  • 35 Cf. ibid., 845 (et note 2) : “Si Suzanne peut offrir une image de ces belles Normandes qu’un savant (...)
  • 36 Sur ce thème, voir mon chapitre sur “Un discours détourné : Alençon villecorps”, dans Balzac au plu (...)

17C’est en contrepoint le thème de La Vieille Fille, roman nostalgique et pétri de sensualité. Que les critiques du temps s’en montrèrent choqués est un bon critère pour mesurer son réel potentiel subversif, ce qui n’a de sens qu’en fonction de la réception immédiate31. Le chevalier de Valois est un “homme à femmes”32 digne de “la cour de Cythère”33. Du Bousquier est impuissant par abus. Rose Cormon souffre de sa chasteté prolongée et Athanase se morfond de désir en contemplant l’imposante poitrine de la vieille fille. Il se suicide le jour du mariage, en écho avec la mort de la jument Pénélope. Suzanne est un personnage à part dans le catalogue des héroïnes balzaciennes. La jeune ouvrière, à la “chair de Rubens”34, n’hésite pas à simuler une grossesse pour obtenir de la Société maternelle de la ville une aide financière qui lui permettra de se lancer dans les hautes sphères de la prostitution parisienne ! On sait par Parent-Duchâtelet35, qui est évoqué dans le roman sans être nommé, que la Normandie de cette époque fournissait à la capitale un fort contingent de jeunes femmes. Enfin, la teinturerie36 dans laquelle il est logé sert d’observatoire au chevalier, volontiers voyeur, pour comptabiliser les arrivées parallèles entre certaines lingeries de femmes et des chemises masculines. Il en déduit la carte des adultères de la ville.

18Cet érotisme entre les lignes, mais bien présent, fait l’originalité de La Vieille Fille. On ne trouve rien de semblable dans l’Alençon du Cabinet des Antiques. Les deux dénouements toutefois se rejoignent : dans le premier, du Bousquier, tel le cheval de Troie, s’installe par mariage au cœur de la maison Cormon ; dans le second, le jeune aristocrate ruiné épouse la nièce du même homme, richement dotée. Bien que marquée du signe de l’immobilité, la province de La Vieille Fille a été contrainte elle aussi au changement, sous la pression de celui qui symbolise la monarchie de Juillet :

  • 37 La Vieille Fille, IV, 928.

“Aucun homme, en France, ne jeta sur le nouveau trône élevé en août 1830 un regard plus enivré de joyeuse vengeance. […] Alençon lui doit son association au mouvement industriel qui en fait le premier anneau par lequel la Bretagne se rattachera peut-être un jour à ce qu’on nomme la civilisation moderne.”37

19Du Bousquier, en bon bourgeois libéral parfaitement à l’aise dans son siècle, a sur Grandet l’avantage d’avoir la vengeance “joyeuse”.

3. Le Havre de Modeste Mignon : la revanche de la province

  • 38 Modeste Mignon, I, 625.

“Il était très Parisien, ou, si vous voulez, très Français. Le Parisien s’étonne que tout ne soit pas partout comme à Paris, et le Français comme en France.”38

20Par sa date de rédaction, 1844, Modeste Mignon est le dernier des romans provinciaux de La Comédie humaine. Mais est-ce encore un roman provincial ? L’histoire se passe au Havre, port duquel l’auteur s’est embarqué pour Saint-Pétersbourg en 1843. Les rôles entre la province et la capitale s’y trouvent complètement inversés, aussi bien par rapport à Eugénie Grandet que par rapport à La Vieille Fille. On mesure le temps qui s’est écoulé depuis les premières années de la monarchie de Juillet, tant pour l’écrivain que pour toute la société française de son époque : la petite provinciale du roman havrais est belle, intelligente, sensible et cultivée. Elle sait parler, alors qu’Eugénie se tait et que Rose Cormon ne dit que des sottises. Elle sait écrire, elle ne fait même que cela, puisque Modeste Mignon est pour une bonne part un roman par lettres. La poste devient l’instrument de sa liberté. Enfin, elle a la chance d’avoir un père aimant et généreux - un Provençal-, qui ne revient de voyage que pour lui offrir une dot somptueuse et le bonheur d’épouser l’homme qu’elle aime, lequel, ô merveille ! mérite son amour. Ainsi, malgré des ingrédients de départ très similaires, rien ne rappelle le Saumur d’Eugénie Grandet, l’avarice monstrueuse du père, “l’ilotisme” de la mère et l’entêtement névrotique de la fille. Seule la fille aînée a connu une histoire comparable à celle d’Eugénie. Enlevée et abandonnée à la ruine du père, la malheureuse n’est revenue au Havre que pour mourir. Modeste n’en est que plus étroitement surveillée, sa mère aveugle n’étant pas l’argus le moins efficace : comme Eugénie, elle est comparée à un oiseau en cage. Mais l’une s’échappe et l’autre pas. Grâce à une correspondance clandestine avec Paris, Modeste a trouvé la force de faire tomber les barrières et de choisir son destin. Elle est une anti-Eugénie, leurs deux portraits sont antithétiques - l’un sous le signe du secret et l’autre d’un éclat qui respire la volupté. Le Havre est à l’image de l’héroïne. La France balzacienne est moins répétitive que ne le laisse entendre la critique, qui a beaucoup de mal à se défaire d’une vision statique de l’univers de La Comédie humaine. D’un roman à l’autre les écarts, voire les contradictions, sont innombrables. C’est pourquoi il est important de savoir que plus de dix ans, dans l’histoire de l’écriture balzacienne, séparent Eugénie Grandet et Modeste Mignon. Modeste Mignon n’est déjà plus un roman de la Restauration. Après 1840, Balzac a fait son deuil de cette ancienne France dont il garda longtemps la nostalgie, fasciné malgré lui par le travail du temps. “Paris change”, dira Baudelaire, mais cela est également vrai du reste de la France, même si le rythme est moins rapide. Le temps passe aussi en province, et pas seulement pour détruire : ces deux parts de la France appartiennent à la même sphère de la “civilisation”, quoique à des degrés différents.

  • 39 Ibid., 486.
  • 40 Ibid.

21Le Havre de Modeste Mignon est une ville cosmopolite : à part la famille du notaire Latournelle, qui ressemble en plus naïf et plus sympathique aux Cruchot de Saumur, tous les autres viennent d’ailleurs. La mère de Modeste est allemande et son père provençal. Le fidèle Dumay est un Breton qui a épousé une Américaine. Ils sont en fait des rescapés de la tourmente révolutionnaire, mais d’une tout autre façon que les émigrés, car ils avaient choisi Napoléon. Après Waterloo, Charles Mignon s’est installé au Havre pour profiter “des brillantes destinées que la paix réservait au Havre”39, ce qui correspond au demeurant à une certaine réalité historique. Son ambition était de faire fortune dans le grand commerce international : il “devint à la fois armateur, banquier, propriétaire”40. Mais c’est aussi de l’étranger, par la poste, que survient la ruine :

  • 41 Ibid., 488.

“En janvier 1826, au milieu d’une fête, quand Le Havre tout entier désignait Charles Mignon pour son député, trois lettres, venues de New York, de Paris et de Londres, avaient été comme autant de coups de marteau sur le palais de verre de la Prospérité. En dix minutes, la ruine avait fondu de ses ailes de vautour sur cet inouï bonheur, comme le froid sur la Grande Armée en 1812.”41

  • 42 Ibid, 489.

22Lettres d’affaires ou lettres d’amour, Modeste Mignon est bien décidément un roman de la communication épistolaire. En octobre 1829, au début du roman, Charles Mignon est absent depuis trois ans, reparti au loin pour tenter sa chance. “Je n’écrirai jamais !”42, avait-il dit à Dumay avant de s’embarquer. Effectivement, son unique lettre coïncide avec son retour et sa nouvelle fortune.

  • 43 Ibid., 604.
  • 44 “Canalis s’arrêta pour recueillir, par un regard jeté sur les figures le tribut d’étonnement que lu (...)

23Comme dans tous les romans qui s’efforcent de dire le vrai sur les rapports de force dans la société de leur temps, l’histoire d’amour relève d’une interprétation historique, voire politique. C’est pourquoi les destinées opposées des deux sœurs Mignon sont hautement symboliques. Comme la première a été victime d’un jeune Parisien sans scrupules, la seconde se montre plus prudente en se contentant d’écrire. Elle faillit néanmoins tomber dans un piège, puisque c’est le secrétaire qui répond à la place du grand poète. Grâce à son père, la situation se retourne in extremis en sa faveur. C’est elle qui l’emportera sur Paris. Par une sorte de contrat passé avec le père, les deux Parisiens se rendent au Havre, aux pieds et à la merci de la jeune fille. Avec l’arrivée de Canalis et de La Brière, on a l’impression de voir rejouée la comédie des “Parisiens en province” interprétée par Bianchon et Lousteau dans La Muse du département. Mais à Sancerre Dinah de la Baudraye, qui n’est pourtant pas dépourvue de charme ni de qualités, n’a pas vraiment les moyens de choisir. Lorsqu’elle rejoint Lousteau à Paris, c’est pour devenir sa maîtresse et son nègre, écrivant à sa place les romans qu’il signe. Le dénouement de La Muse est digne d’un conte drolatique, car Dinah retourne à Sancerre avec deux enfants que son mari impuissant est fort aise de faire passer pour siens. Si brillante soit-elle, la “femme supérieure” de la petite ville n’a droit qu’à une escapade. Modeste en revanche n’a plus rien de “provincial”. Elle est fière d’être “un peu allemande”43 par sa mère. Sa beauté, son intelligence et sa fortune feront le reste, même si Canalis se conduit d’emblée en Parisien cherchant à épater les provinciaux44. Mais le poète se méprend sur la nature de l’admiration que Modeste lui manifeste, parce qu’il est lui-même émerveillé de la beauté de la jeune fille, qu’il sait d’autre part très riche. Ainsi, le Parisien célèbre et la petite provinciale sont-ils à égalité dès le départ. Le dénouement verra le triomphe de Modeste et celui de La Brière, dont elle a reconnu la valeur. Pour une fois, la province n’a pas été écrasée, mais il est vrai que le jeune couple n’est pas destiné à habiter au Havre.

  • 45 Adolphe Blanqui, le frère d’Auguste Blanqui, écrit en 1838 dans un Rapport sur l’état économique et (...)

24La province romantique, dont il ne reste aujourd’hui que des traces, était une réalité, qui pour être en partie imaginaire, n’en était pas moins prégnante. Elle ne se confondait ni avec les provinces de l’Ancien Régime, ni avec nos modernes régions. C’est, dans la première moitié du XIXe siècle, une zone faite de moyennes et petites villes, intermédiaire entre la banlieue et la campagne. Dans la France de Balzac, la province a pour centre Tours et Saumur et ne va pas au-delà d’Angoulême au sud, de Besançon à l’est, de Douai au nord, et d’Alençon à l’ouest. Il faut être en voie de “civilisation” pour être provincial, à mi-chemin entre le Sauvage et le Parisien, chacun de ces termes pouvant être laudatif ou péjoratif selon le contexte. Le Tours glacial du Curé de Tours est une ville de province, mais pas celui de Maître Cornélius ni du baiser du Lys dans la vallée, tout proche encore de la violence drolatique. Dans Béatrix, la frontière passe entre Nantes, qui a tous les travers et les ridicules de la province, et Guérande, la Bretonne. Qui songerait à situer la Corse45 en province ? Ces limites sont fragiles et perdront leur potentiel de créativité dans la seconde moitié du siècle, sans pour autant être vidées de leur capacité de nuisance, comme n’importe quel virus idéologique. Encore aujourd’hui, il arrive souvent que l’on pense la province avec deux siècles de retard.

Notes

1 Les références à La Comédie humaine renvoient à l’édition de la Pléiade en 12 volumes.

2 III, 1076. Eugénie est-elle belle ou laide ? Toutes les éditions depuis le Fume avaient écrit “reconnaître” au lieu de “méconnaître” (leçon du manuscrit et de toutes les éditions d’Eugénie Grandet antérieures au Furne), ce qui a pu contribuer à faire de ce personnage ambivalent un modèle de beauté, d’intelligence et de dévouement.

3 La Concordance de La Comédie humaine, de Kazuo Kiriu (hors commerce), permet de dire que le terme apparaît 124 fois dans La Comédie humaine, et 13 fois au pluriel.

4 Lettres à madame Hanska, édition établie par Roger Pierrot, Robert Laffont, 1990, I, 155.

5 Béatrix, II, 706.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Cf N. Mozet, La Ville de province dans l’œuvre de Balzac. L’espace romanesque : fantasme et idéologie, SEDES, 1982, Slatkine Reprints, 1998 [chapitre premier : “Comment peut-on être provincial ?”].

9 Cf. N.Mozet, Yvetot vaut Constantinople. Littérature et géographie en France au XIXe siècle”, Romantisme, no 35, 1982, repris partiellement dans Balzac au pluriel, PUF, 1990, p. 95-123.

10 Cf. N. Mozet, “De sel et d’or : Eugénie Grandet, une histoire sans Histoire”, Corps/Décors : Femmes, Orgie, Parodie, hommage à Lucienne Frappier-Mazur, sous la direction de Catherine Nesci, Rodopi, Amsterdam-Atlanta 1999.

11 La Vieille Fille, IV, 914.

12 Alain Corbin, “L’arithmétique des jours au XIXe siècle”, Traverses, 1985, repris dans Le Temps, le désir et l’horreur, Flamarion, 19998 p. 9-22.

13 Eugénie Grandet, III, 1088.

14 Ibid., 1087.

15 Ibid., 1042 : ce terme désigne ceux qui viennent dans les vignes après la récolte pour chercher les grappes oubliées, comme les glaneurs dans les champs après la moisson.

16 Ibid., 1091 : “qui ne sont pas sucrées” est une correction de l’édition Fume, à la place de “assez tristes”.

17 Ibid., 1080

18 Ibid.

19 Ibid., 1177.

20 Cf. P.-G. Castex, “L’ascension de M.Grandet”, Europe, janvier-février 1965

Ibid.

21 La Vieille Fille, IV, 865.

22 Ibid.

23 Du Bousquier : “[…] terrible en apparence, impuissant en réalité comme une insurrection, représentait bien la République. ”, ibid., 830.

24 “Quoique dans le premier moment le mensonger mariage de Mlle Cormon fît rire toute la ville bientôt initiée aux manœuvres de du Bousquier […]”, ibid., 932.

25 Ibid., 914.

26 Pierre Sansot, Du bon usage de la lenteur, Payot, 1998.

27 La Vieille Fille, IV, 850.

28 Ibid., 813.

29 Reproduit par P.-G. Castex dans son édition du Rouge et le noir, Garnier, 1973, p. 708-730.

30 Ibid., p. 713.

31 Voir le chapitre que j’ai consacré à Alençon dans La Ville de province dans l’œuvre de Balzac. L’espace romanesque : fantasme et idéologie, SEDES, 1982, Slatkine Reprints, 1998, p. 161-181 [“Alençon : topographie et érotisme”].

32 La Vieille Fille, IV, 813.

33 Ibid.

34 Ibid., 822.

35 Cf. ibid., 845 (et note 2) : “Si Suzanne peut offrir une image de ces belles Normandes qu’un savant médecin a comprises pour un tiers dans la consommation que fait en ce genre le monstrueux Paris, elle resta dans les régions les plus élevées et les plus décentes de la galanterie. ” De la prostitution dans la ville de Paris a paru également en 1836, comme La Vieille Fille dans le feuilleton de La Presse.

36 Sur ce thème, voir mon chapitre sur “Un discours détourné : Alençon villecorps”, dans Balzac au pluriel, puf, p. 88-94.

37 La Vieille Fille, IV, 928.

38 Modeste Mignon, I, 625.

39 Ibid., 486.

40 Ibid.

41 Ibid., 488.

42 Ibid, 489.

43 Ibid., 604.

44 “Canalis s’arrêta pour recueillir, par un regard jeté sur les figures le tribut d’étonnement que lui devaient des provinciaux.” (Ibid., 626)

45 Adolphe Blanqui, le frère d’Auguste Blanqui, écrit en 1838 dans un Rapport sur l’état économique et social de la Corse en 1838 : “Comment donc se fait-il que la Corse, si heureusement partagée sous le rapport du climat, du sol et des eaux, située au centre de la Méditerranée, à portée presque égale de la France, de l’Italie et de l’Espagne, ressemble aujourd’hui si peu aux pays qui l’entourent et marche d’un pas si lent dans la carrière de la civilisation ?” (cité dans Jean M. Goulemot, Paul Lidsky et Didier Masseau, Le Voyage en France, t. II [anthologie des voyageurs français et étrangers en France, aux XIXe et XXe siècle], “Bouquins”, Robert Laffont, 1997, p. 467).

Table des illustrations

Légende Un Parisien débarquant en province y produit toujours un certain effet de curiosité.Dessin de Huard.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 611k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540