Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Avant les Scènes de la vie de province

Entre réaction et modernité : fonction du lieu provincial dans le roman sentimental du début du XIXe siècle

Brigitte Louichon

Texte intégral

– Voilà onze heures moins le quart qui sonnent a Saint-Saturnin
– Et dire que les Parisiens sont convaincus qu’à cette heure-là toute la province est au lit.
Dessin de Huard

  • 1 Dans La Décade philosophique, littéraire et politique, un critique note “qu’on peut sans exagératio (...)
  • 2 Cf. Brigitte Louichon, Ces voix qui se sont tues. Le Roman féminin de 1794 à 1830, Thèse de doctora (...)

1Il est bien connu que les études portant sur les tournants de siècles souffrent des ruptures consacrées par la chronologie et adoptées par l’université. La période post-révolutionnaire en pâtit sans doute plus que les autres pour des raisons historiques et littéraires. Cela est particulièrement vrai lorsque l’on s’intéresse au roman. Entre Marivaux et Laclos d’une part et Stendhal et Balzac d’autre part, c’est comme si le roman disparaissait. Bien sûr, il y eut Chateaubriand, Senancour ou Benjamin Constant, mais on a quelques réticences à les qualifier de romanciers. Ils sont poètes ou autobiographes et René, Obermann ou Adolphe semblent plus participer d’une sensibilité que d’un genre. On consacre au roman du début du XIXe siècle quelques pages avant d’entrer dans le vif du sujet avec Balzac. Pourtant, la production romanesque, à cette époque, va grandissant1 et certains auteurs rencontrent un très grand succès2. Nombre d’entre eux sont des femmes et elles écrivent des romans sentimentaux, largement tributaires du modèle rousseauiste de La Nouvelle Héloïse. Cette littérature sentimentale et féminine est aujourd’hui oubliée et le nom même des romancières a déserté l’histoire littéraire.

2Pourtant, par rapport à toute problématique littéraire centrée sur le XIXe siècle, la lecture de ces textes nous semble pouvoir se justifier pour deux raisons. D’une part, ils peuvent permettre de définir pour partie l’horizon d’attente du lecteur de romans à la fin de la Restauration. D’autre part, on trouve bien évidemment, chez certains grands romanciers du XIXe siècle, trace de toute cette littérature. Ces romans sont, par exemple, ceux qui ont nourri la jeunesse de Madame Bovary, Balzac dans Le Lys dans la vallée se souvient de Claire d’Albe, roman de Mme Cottin paru en 1799, tandis que l’on sait combien Stendhal a été influencé par l’œuvre de Mme de Duras.

  • 3 Souvenons-nous des “analyses” de Bouvard et Pécuchet lorsqu’ils lisent La Nouvelle Héloïse, Delphin (...)

3Ces romans sentimentaux qui désignent l’analyse de la passion comme enjeu central du dispositif romanesque3, ne participent en rien d’une esthétique réaliste. De même que les personnages y sont souvent stéréotypiques et peu caractérisés, l’espace romanesque fonctionne comme un système et les lieux sont choisis pour leur signification au regard de l’expression de la passion et du sens de la destinée des héros. Les lieux se prêtent peu aux descriptions. Dans ces romans, un jardin est un jardin, un salon est un salon. Ce qui importe, c’est tout le réseau de significations qui se noue autour de ce lieu et qui est le fruit d’une histoire du genre. La description, qui aurait pour fonction de particulariser ce salon ou ce jardin, de le donner à voir dans sa spécificité, risquerait de gommer cet aspect signifiant du lieu, ressortissant au concept romanesque plutôt qu’au référent réel.

4Dans le monde du roman sentimental de cette époque, si le lieu provincial existe, il est en revanche impossible de parler de romans provinciaux. Mais il est tout aussi impossible de parler de romans parisiens. En effet, l’organisation de l’espace romanesque est systémique et, du point de vue qui nous intéresse ici, duelle : le lieu provincial s’oppose à Paris. Mais cette opposition n’est pas première. Ce qui structure fondamentalement les textes, c’est une opposition entre un pôle social et un pôle intime. Celle-ci peut s’actualiser de différentes manières : le salon et le hors-salon, le dedans et le dehors, la ville et la campagne, la cour et le château. Le couple Province/Paris est une de ces modalités d’actualisation. Et c’est le passage d’un pôle à un autre qui crée la tension romanesque de sorte que la destinée des personnages est aussi le récit d’un trajet.

5Je voudrais ici interroger cette opposition qui parcourt et structure les textes, réfléchir sur les effets de sens qu’elle génère lorsqu’on la met en relation avec le genre auquel ressortissent ces textes ou avec l’époque qui les a vus naître. Nous évoquerons d’abord les romans qui mènent leurs héroïnes de la province à Paris. Cette trajectoire peut s’apparenter à un apprentissage, souvent douloureux, parfois tragique. Si bien que la tentation d’un retour aux origines, d’un retour en province donc, est fréquente. Dans ces deux cas, la destinée romanesque du personnage prend appui sur une opposition topologique héritée de la philosophie et surtout du roman sentimental du XVIIIe siècle même si elle se trouve travaillée par la réalité politique de l’époque.

6Avec Claire d’Albe de Mme Cottin et Édouard de Mme de Duras, nous verrons comment cette doxa est mise en cause et en quoi ces romancières peuvent aussi ressortir à une forme de modernité.

  • 4 Que l’on se souvienne de l’épigraphe de Delphine : “Un homme doit savoir braver l’opinion, une femm (...)
  • 5 Léonce incarne véritablement l’obstacle à l’amour. A la fin du roman, il déclare : "De tous les sup (...)
  • 6 Il veut par un regard lui dire un éternel adieu ; mais un signe de Valentine lui dit : Restez. Il n (...)

7Le héros ou, plus souvent d’ailleurs, l’héroïne de romans sentimental est, par nature, un être sensible, voué à la passion. Il est aussi souvent d’origine provinciale. Dans Delphine de Mme de Staël, paru en 1802, et dans Anatole, paru en 1815, œuvre d’une romancière aujourd’hui bien oubliée, Sophie Gay, on trouve à peu près la même situation initiale : les héroïnes, Delphine, donc, et Valentine, sont deux jeunes femmes qui arrivent à Paris à la suite de leur veuvage. Delphine arrive de Montpellier, tandis que Valentine vient de Nevers mais elles ont la même histoire : elles ont épousé, très jeunes, des hommes âgés qui en mourant, assurent leur avenir. Les conjoints connaissent et acceptent les termes du contrat et ces unions, fondées sur des bases explicites et sur des réalités clairement énoncées, sont une réussite : les époux s’estiment et éprouvent l’un pour l’autre affection et reconnaissance. Valentine, comme Delphine, n’arrivent sur le devant de la scène romanesque ni pures, ni prudes, ni innocentes : elles connaissent la vie et les compromis qu’elle impose, tout particulièrement à la femme. En revanche, ce qu’elles ne savent pas, et ce qu’elles apprendront tout au long du roman, c’est que la parole vraie est la condition nécessaire à l’acceptation d’un destin. Dans ces deux romans, cette parole vraie a été énoncée en Province et l’univers parisien se révèle comme un univers de duplicité et de mensonges. Dans Delphine, le théâtre mondain parisien broie l’héroïne avec d’autant plus d’efficacité qu’elle aime Léonce qui se définit, pour l’essentiel, par l’acceptation des règles mondaines, par l’obéissance à “l’opinion”4, y compris lorsque celle-ci se fait médiocrité, mensonge ou calomnie5. Dans Anatole, c’est l’inverse qui se produit. L’héroïne, dès son apparition sur la scène parisienne, éblouit le chevalier d’Emerange, mondain parfait, qui évolue dans un univers de duplicité dont il est l’incarnation et qui tente de séduire Valentine au moyen d’un art du langage, virtuose mais inefficace parce que mensonger. Parallèlement, Valentine rencontre un jeune homme qui lui sauve la vie, ils se croisent de temps à autre, s’écrivent et découvrent qu’ils s’aiment et s’estiment. Mais, un obstacle invincible semble s’opposer à leur union. En effet, Anatole est sourd-muet ! Qu’à cela ne tienne, Valentine apprend le langage des signes et à l’Opéra, lieu parisien et mondain par excellence, de part et d’autre de la scène, elle déclare son amour à Anatole, le véritable héros6. Evidemment, cette fin heureuse est pour le moins paradoxale et anecdotique. Elle confirme par l’absurde l’impossibilité d’un amour vrai et plus fondamentalement d’une parole vraie au sein de l’univers social parisien.

  • 7 Sophie Gay est un auteur très particulier au regard de la production romanesque de l’époque. Elle r (...)

8Dans des registres fondamentalement différents et en utilisant des ressources souvent opposées7, Mme de Staël comme Mme Gay dénoncent identiquement la perversion de l’univers parisien, univers littéralement insensé et sclérosé. L’origine provinciale des héroïnes est une des données qui orchestre la dénonciation et le trajet qui les conduit de la province, lieu de l’énonciation vraie, à Paris, lieu de l’énonciation mensongère, épouse leur destinée.

  • 8 Cf. Delphine, op. cit., t. 1, p. 50, 181, 272, 321, t. 2, p. 145.
  • 9 Olivier ou le secret, texte inédit, établi, présenté et commenté par Denise Virieux, Paris, Corti, (...)

9Si Paris est un lieu où l’individu se perd, où, littéralement, il se dissout, le retour en Province est une tentation fréquente8. Il est retour aux origines. Dans Olivier de Mme de Duras, ce trajet est particulièrement manifeste. Ce roman non-publié et qui ne nous est parvenu que sous la forme d’un manuscrit9 est pourtant un texte connu puisque l’on sait qu’il a inspiré très directement l’Armance de Stendhal. C’est un roman épistolaire dont le héros, Olivier, quoiqu’amoureux de sa cousine Louise, ne consent pas à l’épouser à cause d’un obstacle invincible mais surtout indicible. Il se donnera la mort tandis que Louise sombrera dans la folie, de sorte que le secret demeure à la fin du livre, même si l’impuissance du héros se donne à lire au moyen d’un jeu subtil d’allusions et de métaphores. Dans ce roman, le lieu provincial est, cette fois de manière absolument essentielle, le lieu de l’enfance. Or, cette enfance a une importance capitale pour les deux personnages. Elle figure le moment du bonheur et Louise l’évoque ainsi :

  • 10 Ibid., p. 153.

Un intérieur où chacun était lié à l’autre par des sentiments, où toutes les conversations étaient des épanchements du cœur, où tous les rapports étaient l’échange des plus douces émotions de l’âme. Confiance, abandon, dévouement, impressions reçues en commun et rendues plus vives par le récit qu’on aimait en faire, détail sans réserve, sans secret, dans le simple abandon du cœur, toi, moi, Olivier, nos deux mères ! Tout paraît hostile, après cette douce société de bienveillance, de paix, d’amitié, dans laquelle j’ai passé mon enfance ; je vivrai là désormais, rien dans l’avenir ne peut valoir mon premier et mon seul bonheur.10

  • 11 Ibid., p. 171.

10Cette communion des cœurs et des âmes est non seulement spatialement située mais encore figurée par le lieu. Car Olivier et Louise possédaient en commun ces terres en Picardie où ils vécurent leur enfance, où, suivant le mot de Louise elle-même, ils se sentaient “jumeaux”11. Or, le roman débute par une lettre d’Olivier qui annonce à sa cousine que ces terres, à l’initiative de l’époux de Louise (qui mourra peu de temps après), vont être partagées. Le texte s’ouvre donc sur ce déchirement qui préfigure le dénouement tragique. Les héros tentent d’échapper au monde en revenant sur les lieux de leur enfance. Ils y vivent deux mois de bonheur, tentant d’ignorer la réalité et de faire comme s’ils habitaient la terre commune de leur enfance, véritable cellule gémellaire, symbole de leur union, démantelée par l’ordre social. Le drame final se joue au pied de la Croix de Beauval, à mi-chemin des deux propriétés, c’est-à-dire au centre de l’ancienne propriété. Le suicide d’Olivier et la folie de Louise disent l’impossibilité d’habiter, pour les héros adultes, la terre divisée. Le lieu de l’enfance, lieu provincial, n’est qu’un havre illusoire car l’individu est un être social. C’est au sein du monde qu’il doit se construire et tenter d’exister. Cette problématique est au cœur des trois romans de Mme de Duras, Ourika, Édouard et Olivier. Aux trois héros déchirés et condamnés par la réalité sociale, il est donné de vivre quelques moments de bonheur. Ces parenthèses heureuses se déroulent toujours hors du monde, en Province, sur les lieux de l’enfance. Mais, de même que le retour en arrière n’est qu’une illusion, croire que l’on peut habiter hors du monde n’est qu’un leurre.

11Le retour en Province est, chez Mme de Duras, retour aux origines individuelles, familiales. Il est une autre romancière pour laquelle le retour en Province est retour aux origines sociales. 11 s’agit de Mme de Souza, auteur bien oublié mais qui fut célèbre en son temps pour quelques romans dont Adèle de Sénange, paru en 1794, est peut-être le plus connu. Parmi les romancières de cette époque, elle fait entendre une voix assez particulière. Peu sensible à la passion tragique, elle est fondamentalement une romancière de la réconciliation. Réconciliation familiale si l’on s’en tient à une stricte lecture de ses textes, réconciliation nationale et politique si l’on tente une lecture de type socio-critique de ses romans.

  • 12 Mme de Souza, Eugénie et Mathilde, in Œuvres Complètes, Paris Eymery 1821, t. 2, p. 7.

12En 1811, paraît Eugénie et Mathilde. C’est un roman de l’émigration, aux multiples péripéties, centré sur une famille. Au début du roman, qui se déroule à Paris, juste avant la Révolution, elle nous est présentée. M. et Mme de Revel ont eu trois filles. Mais le père s’est désintéressé de ses enfants car il rêvait d’avoir un fils. La fratrie est dispersée. L’aînée est confiée à la belle-mère. Elle élève sa petite-fille dans les conventions mondaines et celle-ci est le pur produit d’une éducation obsolète. Ernestine “était un composé de toutes les prétentions que dès quinze ans on eût voulu rajeunir”12. Mathilde, la cadette, est élevée par ses parents ; elle est jolie, gaie et vive mais peu réfléchie. Eugénie, la benjamine, est confiée à sa tante, abbesse d’un couvent. Les filles de M. de Revel, élevées séparément sont aussi établies différemment. L’aînée, qui héritera de sa grand-mère, épouse un de ses amis. On sacrifie sa jeunesse, elle vivra avec un homme beaucoup plus âgé qu’elle, avec lequel elle n’a aucune affinité, mais en contrepartie, elle sera riche et aura une place à la cour. Eugénie, destinée au couvent, prend le voile uniquement pour obéir à son père. Seule Mathilde épouse un homme qu’elle a choisi et qui convient à ses parents.

13On voit bien dans ce tableau d’une famille déchirée la responsabilité paternelle. Le père abandonne ses enfants, prenant prétexte des convenances sociales.

  • 13 Ibid., p. 26.

Ne pouvant établir convenablement ses trois filles, il s’appuyait sur les nombreux exemples de maisons qui, dans la crainte de se mésallier, avaient consacré leurs enfants à l’état religieux.13

14Ainsi, M. de Revel n’agit pas au nom de principes qu’il examinerait et adopterait mais poussé par des principes de classe dépourvus de sens. La Révolution, après de multiples péripéties, conduit la famille, en Province, sur ses terres alsaciennes. Là,

  • 14 Ibid., p. 159

tout rappelait la noble habitation de ces anciens seigneurs vivant dans leurs domaines comme des souverains, jusqu’à l’époque où ils avaient renoncé à leur puissance pour venir à la cour.14

15M. de Revel incarne cette race de seigneurs, devenus de vils courtisans et qui, au contact de la cour, du monde et de la ville, ayant perdu le sens des valeurs qu’elle croit perpétuer, a perdu son âme. Se retirer sur ses terres, quitter la ville, retourner en Province, figure pour l’aristocrate le moyen de se reconstruire, de réincarner la noblesse, d’effacer la faute qui est moins la sienne que celle d’une histoire que l’on peut dire, littéralement, dévoyée. Le parcours de la famille de Revel qui, par-delà ses terres provinciales, est contrainte à l’exil, et bien qu’inscrit dans l’histoire post-révolutionnaire, figure un retour à un âge d’or, par le biais d’épreuves qui doivent régénérer l’aristocratie et lui permettre de s’élever jusqu’à la vraie noblesse, celle du cœur. On trouve dans Eugène de Rothelin, le roman précédent de Mme de Souza, paru en 1808, l’expression parfaite de ce mythe :

  • 15 Mme de Souza, Eugène de Rothelin, Paris, Charpentier, 1840, p. 347.

Mon père ayant éprouvé une injustice avait quitté la cour encore jeune, et s’était retiré dans ses terres. Là, sans rien regretter, sans rien vouloir, sans daigner se défendre, il avait acquis l’importance et l’autorité dont jouissaient autrefois les seigneurs suzerains. Juste, loyal, bienfaisant, vraiment noble, son château était le rendez-vous de toute la province. Appui du pauvre, conseil du riche, son estime était un bien nécessaire à tous.15

  • 16 On en trouve trace, de manière systématique, chez Mme de Souza mais aussi dans Mathilde de Mme Cott (...)

16On voit bien ici que la nostalgie n’est pas celle de la Royauté mais celle de la vraie noblesse. Si le régime politique est capable d’injustices, le vrai noble est celui qui fédère ses vassaux et qui, ni riche, ni pauvre, ne se définit pas par ce qu’il possède mais par ce qu’il est et ce qu’il représente. Sous l’Empire et la Restauration, cette vision de l’aristocratie séduit en ce qu’elle renvoie à un âge d’or mais projette aussi une image dans laquelle la classe nobiliaire peut se reconstruire. Dans ce système, que parcourt tout un imaginaire de la féodalité16, le roi n’est qu’un suzerain qui a failli, qui a dérogé aux principes. Sa faillibilité même justifie sa disparition mais les principes demeurent.

17Ainsi, le pôle provincial, lieu de l’enfance ou de l’origine, participe du mythe de l’âge d’or. Dans ces romans, le trajet est toujours celui qui mène de Paris à la province, de la ville à la campagne, de la cour à la terre ancestrale. Ce n’est jamais qu’un trajet à rebours articulant de manière inextricable spatialité et temporalité dont Mme de Duras montre le caractère illusoire tandis que Mme de Souza, en épousant cette utopie fondamentalement réactionnaire, propose une expression romanesque de l’idéologie impériale.

18Cette dichotomie assez simpliste mais récurrente où la province figure l’innocence, sorte de poncif du roman sentimental, qui structure les romans de l’aller comme les romans du retour, est mise en question dans Claire d’Albe, premier roman – roman épistolaire – de Mme Cottin, paru en 1799. L’histoire se déroule entièrement en Touraine dans la vaste propriété de M. d’Albe. On pourrait donc penser que l’on est un présence d’un roman provincial. Pourtant, dès l’ouverture, les enjeux de cet ancrage topologique sont clairement posés. Dans la première lettre, Claire d’Albe, l’héroïne, écrit à sa cousine, Elise. Elles viennent de se quitter et la retraite provinciale apparaît pour l’essentiel comme un éloignement du monde où Claire et son époux vivaient depuis leur mariage, sept ans auparavant. Elle rapporte ainsi les paroles de son mari :

  • 17 Claire d’Albe, in Romans de femmes du XVIIe siècle, textes présentés, établis et annotés par Raymon (...)

Vous voilà seule à vingt-deux ans, sans autre compagnie que celle de deux enfants en bas âge et un mari de soixante. […] vous cherchez à jouir de ce que je vous donne, pour me faire oublier ce que je vous ôte17.

19Ce n’est que dans la seconde lettre que le cadre provincial est évoqué, par le biais d’une description, unique dans le roman :

  • 18 Ibid., p. 694

L’habitation où nous sommes est située à quelques lieues de Tours, au milieu d’un mélange heureux de coteaux et de plaines, dont les uns sont couverts de bois et de vignes, et les autres de moissons dorées et de riantes maisons ; la rivière du Cher embrasse le pays de ses replis, et va se jeter dans la Loire ; les bords du Cher, couverts de bocages et de prairies sont riants et champêtres ; ceux de la Loire, plus majestueux, s’ombragent de hauts peupliers, de bois épais et de riches guérets ; du haut d’un roc pittoresque qui domine le château, on voit ces deux rivières rouler leurs eaux étincelantes des feux du jour dans une longueur de sept à huit lieues ; quelques îles verdoyantes s’élèvent de leurs lits ; un grand nombre de ruisseaux grossissent leur cours ; de tous côtés on découvre une vaste étendue de terre riche de fruits, parée de fleurs, animée par les troupeaux qui paissent dans les pâturages. Le laboureur courbé sur la charrue, les berlines roulant sur le grand chemin, les bateaux glissant sur les fleuves, et les villes, les bourgs et villages, surmontés de leurs clochers, déploient la plus magnifique vue que l’on puisse imaginer.
Le château est vaste et commode, les bâtiments dépendants de la manufacture que M. d’Albe vient d’établir sont immenses ; je m en suis approprié une aile, afin d’y fonder un hospice de santé où les ouvriers malades et les pauvres paysans des environs puissent trouver un asile ; j’y ai attaché un chirurgien et deux garde-malades ; et, quant à la surveillance, je me la suis réservée ; car il est peut-être plus nécessaire qu’on ne croit de s’imposer l’obligation d’être tous les jours utiles à ses semblables ; cela tient en haleine, et même pour faire le bien nous avons souvent besoin d’une force qui nous pousse.18

  • 19 Cf. Robert Mauzi, L’Idée de bonheur dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle, P (...)
  • 20 Les réminiscences de La Nouvelle Héloïse sont légion : la forme épistolaire d’abord, le nom de l’hé (...)
  • 21 Cf. ci-dessus, note 2.
  • 22 “C’est sans doute l’exemple extrême […] d’une contiguïté aussi démonstrative entre l’acte sexuel et (...)

20[Cette longue citation extraite de la deuxième lettre nous semble indispensable à la compréhension du roman de Mme Cottin.] C’est dans ce cadre idyllique que le drame de la passion va se nouer, que Claire va aimer à en mourir le jeune Frédéric, tout droit venu du Dauphiné. Or il s’agit moins pour l’auteur de poser un décor que de s’inscrire dans un discours que l’on va ensuite subvertir. Car ce que Claire décrit ici ressemble fort à un idéal prôné par le XVIIIe siècle, celui de “la vie à la campagne” qui articule refus du monde, nature, bienfaisance et gestion du temps et qui est susceptible de conduire ses adeptes au “repos”, forme de bonheur, s’il en est19. Plus fondamentalement encore, s’inscrivant dans une tradition du roman sentimental qui, des pastorales à L’Astrée, privilégie le cadre rural, elle déconstruit l’utopie rousseauiste à l’œuvre dans La Nouvelle Héloïse20 Le roman de Mme Cottin, roman du désir qui s’avoue et se vit, roman de la passion dont on meurt, est un texte profondément pessimiste qui crie l’impossibilité de vivre dans un monde où le moi fondamental, le moi amoureux ne peut se dire. L’établissement en province ne fait qu’exclure le monde, il resserre les enjeux autour du couple marié et du jeune amant. De ce fait, il élimine les personnages secondaires, les péripéties, épure les données et donne à lire un destin féminin intrinsèquement tragique. Ce roman eut en son temps un grand retentissement21 et la scène où Claire et Frédéric s’étreignent sur le tombeau paternel fascina les lecteurs de l’époque22. Il est probable que l’inscription spatiale du roman dans une douce et riante Touraine, la démonstration romancée et lyrique de l’inanité d’un discours philosophique posé comme une vérité, et le refus d’une dichotomie trop simpliste, expliquant de manière convenue le destin tragique de l’héroïne, participèrent du succès de ce roman. Ce texte, qui clame la suprématie de la passion et l’alliance fondamentale de la mort et de l’amour, quoique largement tributaire du XVIIIe siècle, déconstruit une image du bonheur déjà très bourgeois, bien provincial, fait d’harmonie familiale au centre de laquelle se trouvent les enfants, de soirées passées à lire le journal, de charité bien comprise et de prospérité économique.

21Nous voudrions terminer ce parcours de la littérature sentimentale du début du siècle en évoquant Édouard, un autre roman de Mme de Duras paru en 1825. L’histoire se déroule vers 1780. Édouard, jeune bourgeois élevé à Lyon, fils d’un grand avocat, à la mort de son père, est recueilli par le maréchal d’Olonne. Celui-ci, ami et débiteur du père, le considère comme son fils. Édouard tombe amoureux de la fille du maréchal, Natalie de Nevers, qui répond à son amour. Mais, pour des raisons sociales, le mariage est impossible et le père de Natalie, apprenant qu’Édouard a séduit sa fille, l’enjoint de disparaître malgré toute l’estime et l’amour qu’il porte au jeune homme. Édouard s’embarque pour l’Amérique et meurt au combat durant la Guerre d’indépendance.

  • 23 Mme de Duras, Édouard, Paris, Mercure de France, 1983, p. 132.
  • 24 “Le personnage d’Édouard est la contrepartie du René de Chateaubriand” écrit Stendhal, Le Courrier (...)

22Dans ce roman, le trajet du héros le conduit de la Province, lieu de l’enfance et du bonheur, à Paris, lieu de l’immobilisme social, des conventions, lieu condamné, sclérosé, véritablement mortifère, pour se clore en Amérique, le Nouveau Monde, lieu de liberté conquise au prix de combats violents mais où, enfin, le sang d’Édouard “coulait à gros bouillons”23. Pourtant, le corps d’Édouard est rapporté en France et il est enterré auprès de sa bienaimée, dans le caveau familial, sur les terres limousines du Maréchal d’Osonne. Ce retour final, clôture typique du roman sentimental depuis Tristan et Iseut, manifeste toute l’ambiguïté du personnage. Quoiqu’empêché de vivre et d’aimer par le système social, son amour pour Nathalie conjugue, fascination pour la femme et fascination pour l’aristocratie. Fondamentalement, Édouard est exclu de la vie, il n’en est que le spectateur impuissant. Le roman, s’ouvrant sur l’évocation de son enfance, s’attarde longuement sur un spectacle auquel assiste, fasciné, le jeune garçon. Il s’agit du spectacle d’une forge en action dans les montagnes du Forez. Placé en hauteur, regardant se mêler le rouge des torrents de feu au noir de la nuit, Édouard peut évoquer René contemplant le cratère de l’Etna, de même que le voyage en Amérique évoque le célèbre roman de Chateaubriand24. Mais de même que l’Amérique des grands espaces est devenue, dans le roman de Mme de Duras, un théâtre guerrier, au spectacle de la fournaise naturelle, Édouard superpose le spectacle des hommes au travail :

  • 25 Edouard, op. cit., p. 35

Le soir, quand la nuit était sombre, on ne pouvait m’arracher de la plateforme ; la forge était alors dans toute sa beauté ; les torrents de feu qui s’échappaient de ses fourneaux éclairaient ce seul point d’une lumière rouge, sur laquelle tous les objets se dessinaient comme des spectres ; les ouvriers dans l’activité de leurs travaux, armés de leurs grands pieux aigus, ressemblaient au démon de cette espèce d’enfer ; des ruisseaux d’un feu liquide coulaient au dehors ; des fantômes noirs coupaient ce feu, et en emportaient des morceaux au bout de leur baguette magique ; et bientôt le feu lui-même prenait entre les mains une nouvelle forme. […] J’étais fixé sur cette plate-forme comme par l’effet d’un enchantement, et, quand on venait m’en tirer, on me réveillait comme d’un songe.25

  • 26 Ibid., p. 34

23[Cette page nous semble capitale pour comprendre la modernité d’Édouard.] La rêverie, attitude de base du héros de roman, de l’être sensible et condamné par l’univers social, si elle se développe ailleurs dans le texte devant le soleil couchant ou le spectacle des eaux de la Saône et du Rhône qui se mêlent26, s’exprime le plus complètement et le plus longuement devant le spectacle de l’industrialisme naissant, devant cette scène dans laquelle se rejoignent les isotopies de l’enchantement, de l’enfer et de la naissance. Édouard, regardant l’avènement de ce nouveau monde bourgeois, industriel et provincial, plongera ensuite dans l’ancien monde, l’aristocratie parisienne de l’Ancien Régime.

  • 27 Ibid., p. 72-76.
  • 28 Ibid., p. 124-125.
  • 29 C’est ce dont témoigne, sur un autre registre, la destinée de Delphine et
  • 30 Le Courrier anglais, Le Divan, Paris, 1935, t.. V, p. 255.

24Édouard est étranger à ces deux mondes. Il n’est jamais que spectateur, spectateur du travail des ouvriers, spectateur dans le monde, spectateur d’un bal aristocratique auquel il finit cependant par participer mais pour s’émouvoir du mépris qu’il semble lire dans tous les yeux27, spectateur de la déchéance mondaine à laquelle il accule celle qu’il aime. Empêché de se battre enfin, et donc d’agir, parce que celui qu’il convoque en duel refuse le combat à cause de leur différence sociale28. Seul le Nouveau Monde lui en donne l’opportunité. Alors il se bat et meurt. Pourtant Édouard l’avait vu naître, sous ses yeux d’enfant, ce monde nouveau décrit à l’aide de couleurs à la fois démoniaques et brillantes, les couleurs de la vie et de la mort : le rouge et le noir. De sorte que, dans ce roman, et nonobstant le désir et le trajet du personnage lui-même, la province et l’Amérique se rejoignent dans une image de la modernité, vivante et violente, tandis que Paris et le vieux château limousin figurent un espace/temps figé et condamné29. En témoigne la lecture qu’en fit Stendhal : “L’aristocratie même devient éclairée”30 écrit-il à la sortie du roman.

25Édouard comme Claire d’Albe, au contraire de bon nombre de romans sentimentaux parus au début du XIXe siècle, n’ont rien perdu de leur lisibilité et de leur intérêt. Ils sont l’expression de paroles intimes et personnelles et ils font encore entendre, par delà les siècles, la voix ténue de leurs auteurs. On peut penser que le traitement nouveau qu’ils proposent de l’opposition Paris/province, dans la mesure où il est la manifestation d’une rupture autant littéraire qu’idéologique, participe de cette communion encore possible entre un lecteur de l’extrême fin du XXe siècle et des textes qui demeurent néanmoins des textes mineurs.

  • 31 Cf. Yves Ansel, “Les Provinciales de Stendhal”. Communication présentée lors du colloque.

26Dans ces romans, la province n’existe pas, si ce n’est comme paradigme d’un système duel, modalité possible d’une opposition structurante, celle de l’intime et du social. Dans ce système, la province est du côté de l’individuel, de l’intime, de l’innocence, de l’origine et surtout, du côté de l’énonciation vraie. Elle s’oppose au monde des relations sociales et mondaines, lieu de perdition, de dissolution où le langage est perverti, insensé et malveillant. Au sein de cet univers romanesque, la province peut figurer le lieu fantasmé de la réalisation individuelle. Mais celle-ci, dans des romans de la passion malheureuse, ne peut advenir, de sorte que la province apparaît comme un avatar de l’éden, paradis perdu ou paradis rêvé, suivant les cas. Ce mythe édénique renvoie aussi à celui de l’âge d’or et fondamentalement à une lecture de la rupture révolutionnaire. De sorte que la province figure un ailleurs et un autrefois qui vise à ignorer ou récuser le pôle social perçu comme un lieu conflictuel. Seule Mme de Duras, qui est chronologiquement le dernier de ces auteurs de romans sentimentaux, tend à dépasser cette opposition et met en texte une nouvelle représentation de la province. Et dans Édouard, le roman d’un Paris mortifère, elle propose un univers qui évoque déjà celui de Stendhal31.

Notes

1 Dans La Décade philosophique, littéraire et politique, un critique note “qu’on peut sans exagération aucune, fixer à UN PAR JOUR le nombre de productions de ce genre qui paraissent en France dans le cours de l’année” (20 brumaire an IX) et un autre affirme que “les romans paraissent quelquefois par douzaines en un seul jour” (10 messidor an IX).

2 Cf. Brigitte Louichon, Ces voix qui se sont tues. Le Roman féminin de 1794 à 1830, Thèse de doctorat, 1997, Université de Bordeaux III, partie I. A titre d’exemple, on notera que, dans une liste des best-sellers établie pour la période 1816-1820, Claire d’Albe arrive en quatrième position (derrière La Fontaine, le Catéchisme historique de Fleury et Télémaque), en cinquième position, on trouve Paul et Virginie, suivi d’Elisabeth, le dernier roman de Mme Cottin. Cf Martyn Lyons, Le Triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXe siècle, Paris, Promodis, Ed. du Cercle de la Librairie, 1987, p. 87.

3 Souvenons-nous des “analyses” de Bouvard et Pécuchet lorsqu’ils lisent La Nouvelle Héloïse, Delphine, Adolphe ou Ourika : “Ils reprochaient à tous ceux-là de ne rien dire sur le milieu, l’époque, le costume des personnages. Le cœur seul est traité ; toujours du sentiment ! comme si le monde ne contenait pas autre chose”. Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, Société des Belles Lettres, 1945, t. 2, p. 4.

4 Que l’on se souvienne de l’épigraphe de Delphine : “Un homme doit savoir braver l’opinion, une femme s’y soumettre”.

5 Léonce incarne véritablement l’obstacle à l’amour. A la fin du roman, il déclare : "De tous les supplices les plus affreux, le plus extraordinaire n’est-il pas de trouver dans son propre cœur un sentiment qui nous sépare de l’objet de notre tendresse ? d’avoir en soi l’obstacle, quand tous les autres ont disparu”. Mme de Staël, Delphine, Paris, Ed. des Femmes, 1981, t. 2, p. 391.

6 Il veut par un regard lui dire un éternel adieu ; mais un signe de Valentine lui dit : Restez. Il n’ose en croire ses yeux, ni reconnaître le seul langage qu’il parle, qu’il entende et que Valentine vient d’apprendre pour lui ; un second signe ajoute : Je vous aime.” Mme Gay, Anatole, Paris, Ambroise Tardieu, 1822 t. 2, p. 241.

7 Sophie Gay est un auteur très particulier au regard de la production romanesque de l’époque. Elle refuse le tragique et joue beaucoup avec les stéréotypes du genre. Cf. Ces voix qui se sont tues…, op. cit., p. 289-315.

8 Cf. Delphine, op. cit., t. 1, p. 50, 181, 272, 321, t. 2, p. 145.

9 Olivier ou le secret, texte inédit, établi, présenté et commenté par Denise Virieux, Paris, Corti, 1971.

10 Ibid., p. 153.

11 Ibid., p. 171.

12 Mme de Souza, Eugénie et Mathilde, in Œuvres Complètes, Paris Eymery 1821, t. 2, p. 7.

13 Ibid., p. 26.

14 Ibid., p. 159

15 Mme de Souza, Eugène de Rothelin, Paris, Charpentier, 1840, p. 347.

16 On en trouve trace, de manière systématique, chez Mme de Souza mais aussi dans Mathilde de Mme Cottin et encore dans Olivier de Mme de Duras. Cf aussi Béatrice Didier, Ecrire la Révolution : 1789-1799, Paris, PUF, 1989, p. 27, à propos de Sade.

17 Claire d’Albe, in Romans de femmes du XVIIe siècle, textes présentés, établis et annotés par Raymond Trousson, Robert Laffont, coll. Bouquins, Paris, 1996, p. 692-693.

18 Ibid., p. 694

19 Cf. Robert Mauzi, L’Idée de bonheur dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, [1re éd. 1979], p. 350-374.

20 Les réminiscences de La Nouvelle Héloïse sont légion : la forme épistolaire d’abord, le nom de l’héroïne, Claire, qui est celui de la cousine de Julie, la propriété familiale en Touraine et M. d’Albe évoquent Clarens et M. de Volmar. Le mari de Claire propose à Frédéric une place de précepteur auprès de ses enfants. De plus, on trouve dans le roman de Mme Cottin un lieu très important : la sépulture du père, au cœur de la propriété, dans une île. On ne peut (en 1799) que songer au tombeau de Jean-Jacques, dans l’île des peupliers, dans le parc d’Ermenonville. C’est sur la tombe du père que Claire se donne à Frédéric, qu’elle aime et qu’elle meurt en même temps.
Pour une lecture comparée de Claire d’Albe et de La Nouvelle Héloïse, cf. Raymond Trousson, “Sophie Cottin disciple indocile de Jean-Jacques Rousseau” in Etudes Jean-Jacques Rousseau, no 8, Montmorency, Musée J.-J. Rousseau, 1996, p. 72-87.

21 Cf. ci-dessus, note 2.

22 “C’est sans doute l’exemple extrême […] d’une contiguïté aussi démonstrative entre l’acte sexuel et la mort”. Pierre Fauchery, La Destinée féminine dans le roman européen du dix-huitième siècle, Paris, Armand Colin, 1972, p. 802.

23 Mme de Duras, Édouard, Paris, Mercure de France, 1983, p. 132.

24 “Le personnage d’Édouard est la contrepartie du René de Chateaubriand” écrit Stendhal, Le Courrier anglais, Paris, Le Divan, 1935, t. 2, p. 395. Ceci dit, à notre avis, un peu rapidement, et comme pour atténuer les mérites de la romancière à l’égard de laquelle son attitude est très ambivalente (cf. ci-dessous).

25 Edouard, op. cit., p. 35

26 Ibid., p. 34

27 Ibid., p. 72-76.

28 Ibid., p. 124-125.

29 C’est ce dont témoigne, sur un autre registre, la destinée de Delphine et

30 Le Courrier anglais, Le Divan, Paris, 1935, t.. V, p. 255.

31 Cf. Yves Ansel, “Les Provinciales de Stendhal”. Communication présentée lors du colloque.

Table des illustrations

Légende – Voilà onze heures moins le quart qui sonnent a Saint-Saturnin– Et dire que les Parisiens sont convaincus qu’à cette heure-là toute la province est au lit.Dessin de Huard
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 793k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540