Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Historique d’une antithèse

De la “province” à la “région”, les enjeux historiques d’une transfiguration académique

Olivier Pétré-Grenouilleau

Texte intégral

1Le titre pourra sembler un peu long pour une communication à la brièveté imposée, et un peu singulier par le mélange des genres (historique et littéraire) qu’il impose. Mais il peut être expliqué, sinon justifié. Constatant le faible nombre d’études consacrées dans sa discipline au fait provincial, l’historien ne peut en effet qu’être tenté de regarder vers d’autres horizons. Il se met alors à rêver, à imaginer que de la confrontation des regards pourraient naître des intérêts communs. A cet effet, je souhaiterais ici poser trois problèmes :

21 – celui de la place du XIXe siècle dans l’évolution, sur la longue durée, des représentations du fait provincial ;

32 – celui des facteurs permettant de rendre compte de cette place ;

43 – celui (en conclusion) des outils méthodologiques et des domaines de questionnement pouvant être susceptibles de mieux relier histoire et littérature.

5Pour ce faire, et parmi quantité d’autres possibilités, j’ai choisi de m’intéresser aux vocables par lesquels le fait provincial prend consistance dans un certain nombre de grands dictionnaires dont la publication s’étale entre 1690 et 1879, c’est-à-dire du moment où s’élabore le modèle absolutiste louis-quatorzien à l’affermissement du régime républicain. Ce type de source a l’avantage de nous renseigner sur le sens officiel, ou académique, des occurrences. A sa décharge on peut dire qu’il n’est pas particulièrement sensible aux innovations. Mais celles-ci n’en deviennent que plus révélatrices lorsque le temps long permet de les mettre en évidence. Analysons ici trois termes (et leurs dérivés) : “pays”, “province”, “région”.

Les signes d’une transfiguration

Le fait provincial et les dictionnaires : occultation, invariances et instrumentalisation

  • 1 Le grand dictionnaire historique ou mélange curieux de l’histoire sacrée et profane qui contient en (...)
  • 2 La Grande encyclopédie. Inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts par une société d (...)
  • 3 Le terme de région n’est pas défini. Celui de “pays” l’est en seize lignes (alors que la rubrique “ (...)

6Premier constat, certains dictionnaires occultent totalement la réalité du fait provincial. Il s’agit d’ouvrages ne distillant que des définitions empruntées à une culture classique et savante. C’est le cas du Grand dictionnaire de Louis Moreri, publié en 17401. A la rubrique “pays”, on trouve René le Pays, sieur du Plessis-Villeneuve (1636-1690), le “pays des ténèbres” (contrée de la Grande Tartarie plongée dans des brouillards hivernaux quasi-continuels) ainsi qu’un chapelet de trente-deux îles de l’Océan, dites îles “pays”. “Régions” et “provinces” n’existent qu’en référence à l’histoire romaine, où ces termes désignent, respectivement, les anciens quartiers de la ville de Rome et les “païs” soumis à la domination impériale. “Pays”, “région”, et “province” renvoient ici soit à des termes inconnus soit à des réalités complètement détachées du présent. Même chose, ou presque, pour une Grande encyclopédie du dernier tiers du XIXe siècle2, ainsi que pour le Dictionnaire universel des sciences, des lettres et des arts de M.-N. Bouillet (Paris, Hachette, 1877, 12e édition)3. Au-delà de la permanence d’un certain type de culture, cela indique que l’existence même du fait provincial ne suscite pas forcément l’unanimité.

7Sans l’occulter réellement, d’autres dictionnaires conduisent à une dilution du fait provincial car les propos pouvant lui conférer une dimension humaine, culturelle, économique ou autre, y sont noyés parmi des définitions variées. La fonction d’un dictionnaire étant de nous renseigner sur les multiples acceptions d’un même vocable, cette dilution ne correspond pas forcément à une sombre machination. Preuve en est le fait que nombre de ces acceptions plus ou moins invariantes (signes de l’inertie des structures linguistiques) sont reproduites de dictionnaire en dictionnaire. Certaines ne sont plus vraiment usitées aujourd’hui (exemple “régions” du corps humain). La plupart appartiennent à trois registres (antiquité, géographie-sciences, métaphore) s’articulant autour de la culture classique et savante, ce qui permet de mesurer sa capacité à survivre au sein de dictionnaires ayant su, par ailleurs, y échapper.

Acceptions plus ou moins invariantes

Dictionnaire

“province”

“pays”

“région”

type d’instrumentalisation dominant dans le dictionnaire

Furetière 1690

province romaine et ecclésiastique

se dit des diverses régions, provinces et contrées de l’univers ; au figuré, des choses spirituelles et morales

division particulière de la terre, de l’air, du ciel et du corps humain

ces acceptions n’excluent pas la reconnaissance d’un certain esprit de localité, mais il est nettement dévalorisé

Trévoux 1752

province romaine et ecclésiastique

“espace” métaphorique, zone connue

en sciences, partie d’un ensemble plus vaste (anatomie, géographie, astronome, etc.)

ces acceptions sont secondaires, par rapport à une tonalité absolutiste et centralisatrice

L’Encyclopédie 1751-1780

province romaine, vocable de la géographie administrative

espace indéterminé, portion de la surface. terrestre

origines romaines ; en sciences, partie d’un ensemble plus vaste

désir apparent de neutralité (nombreuses acceptions, sans nette hiérarchisation) mais récupération par le mouvement réformiste

Larousse 1866-1879

province romaine, pays vaincu sous tutelle, petit Rat ou contrée, province française

territoire d’un canton, région, patrie

partie d’un ensemble plus vaste (anatomie, atmosphère, etc.)

de nombreuses acceptions, et un dé sir apparent de neutralité, nuis une tonalité bourgeoise et républicaine.

8D’autres acceptions récurrentes témoignent d’incertitudes évidentes (à propos, par exemple, du terme de “pays” qui, au mieux “portion de la surface terrestre”, demeure longtemps un espace aux limites indéterminées), comme si la période étudiée correspondait à une phase de transition, de passage entre deux conceptions dominantes des représentations de la “localité Afin de vérifier cette hypothèse, il est nécessaire de dépasser le stade de l’inventaire typologique des différentes acceptions. Il faut étudier la manière dont elles s’articulent, relever les exemples d’utilisation des vocables que nous donnent les dictionnaires, mettre l’accent sur les jugements ainsi portés, bref essayer de retrouver les présupposés idéologiques dont ils peuvent être le véhicule en brisant la structure même du discours académique. Ainsi, différents modes d’instrumentalisation du fait provincial peuvent être mis en évidence.

Le dictionnaire de Trévoux et l’image d’une province sous curatelle

  • 4 Dictionnaire universel, françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, 1752.
  • 5 A ce sujet, voir Elias (N.), La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, et Muchembled (R (...)
  • 6 Cette acception apparaît dans toute son ampleur à la lecture de l’article “provincial” : “Se dit so (...)
  • 7C’est un homme de Province, qui n’a pas l’air du beau monde. Les nobles de Province sont de petits (...)
  • 8Il pourrait même arriver, comme il se trouve plusieurs de ces mots qui sont pleins d’énergie, qu’i (...)
  • 9M. Le Pr. Bouhier très illustre Académicien, en me parlant du Glossaire Bourguignon de M. de La Mo (...)
  • 10Cette idée m’a encouragé à parler de quelques-uns ; mais toujours avec la précaution de ne pas les (...)
  • 11 On lit, dans le Supplément du Dictionnaire : “On dit tirer pays pour dire s’enfuir, s’évader. Il es (...)
  • 12On appelle la Normandie le pays de Sapience, parce qu’il est gouverné par une sage coutume, et aus (...)
  • 13Cela s’entend depuis l’endroit précis où l’on est né jusqu’au bout du royaume d’où il dépend. On l (...)
  • 14 Se dit d’une partie d’un plus vaste ensemble, notamment en sciences (“division de l’air et du ciel” (...)
  • 15 L’esprit de localité y apparaissait un peu plus nettement à propos du vocable païs (“on appelle gen (...)

9Le Dictionnaire de Trévoux4 est le reflet d’une conception des choses relativement “moderne”, car détachée de la culture savante et des références antiquisantes, mais particulièrement proche du pouvoir absolutiste et des formes de la sociabilité de cour5. Bien que renvoyant à des sens multiples et à des réalités concrètes du temps, “pays”, “province” et “région” sont surtout appréhendés à travers le prisme des rapports qu’ils peuvent entretenir avec le pouvoir politique ; ce qui conduit à nier l’existence de toute culture locale digne de ce nom et à mettre en relief le rôle bénéfique de l’État centralisateur. La “province”, au singulier, y apparaît d’abord comme le support territorial sur lequel s’exerce un pouvoir. Il en va ainsi de la province ecclésiastique et romaine, comme de manière plus générale (se dit de la “partie d’un Royaume, d’une Monarchie, d’un Etat, dans laquelle sont comprises plusieurs villes, bourgs, villages, hameaux, etc., sous un même gouvernement, et qui se distingue généralement par l’étendue d’une juridiction spirituelle ou temporelle”). En affinant l’analyse on se rend compte qu’espace politique, la province est de construction récente (les provinces “étaient originairement des Duchés, Comtés, ou autres seigneuries considérables qui ont été réunies sous un même Chef. Maintenant ce sont des gouvernements”). Fruit d’une œuvre centralisatrice encore inachevée, la province se définit aussi par un manque d’acculturation. Cela se dit “des Pays éloignés de la Cour ou de la ville capitale”. Et la plupart des exemples d’emploi du vocable soulignent combien cet éloignement est négatif, car source d’incivilité6, de désordre, de despotisme7. C’est donc en quelque sorte pour son bien, pour sa pacification et pour sa civilisation, que la province doit être soumise au souverain. C’est ce que souligne clairement le Supplément du dictionnaire où la province n’est définie que par une sentence de Mlle L’Héritier : “Communément la ville, la Province, règlent leurs mœurs sur celles de leur Prince”. La seule originalité permise aux provinces (au pluriel) est celle pouvant ravir les “amateurs de la Langue”. L’auteur s’exprime alors à la première personne, paraît s’enthousiasmer devant la richesse des mots de certaines provinces8, ainsi qu’à l’idée d’en réaliser un inventaire9. Mais il ne se demande nullement quelles peuvent être les origines de ces termes, et ce qu’ils peuvent nous apprendre sur les mœurs locales. Les exemples avancés ont une portée utilitariste et ne se rapportent qu’aux noms servant à définir les habitants de telle ou telle contrée (les Berruiers du Berry ou bien encore les Messins de Metz), et l’interrogation cardinale consiste à se demander dans quelle mesure ces termes pourraient être “jugés dignes d’une meilleure fortune”10. Des remarques similaires peuvent être faites à propos des acceptions retenues pour le terme de “pays Elles se rattachent à des invariants et signifient espace métaphorique (“l’algèbre est un pays inconnu à la plupart des savants”), ou bien zone connue11. Mais elles servent surtout à introduire certaines “qualités” ou originalités propres à des contrées (la Hollande est ainsi “un pays maritime” et l’Afrique “un pays sec et maigre”” tandis que le “haut-pays, ou pays d’amont” est “celui qui est le plus éloigné de la mer”), et donc, parfois, à les caractériser du point de vue du “gouvernement et des mœurs” (pays chrétien, de droit écrit, etc.). L’auteur mentionne ainsi qu’en France “on dit de quelques contrées particulières” qu’elles sont des pays (exemple le pays de Caux) à propos desquels des jugements péremptoires peuvent être formulés12. Lorsqu’il va plus loin, et semble reconnaître une certaine spécificité à ces ensembles, c’est pour mieux la diluer. Car si le terme signifie alors “le lieu où l’on est né, habitué ou naturalisé”, son espace d’application oscille entre la sphère de l’individuel (“quelques personnes particulières”) et le royaume, patrie que l’on doit défendre. Défini comme une collection d’individus dissemblables, le “pays” n’acquiert de consistance qu’en fonction de l’État-nation en construction13. Il ne correspond à aucun ancrage local particulier. Il en va de même de l’occurrence “région”, définie par quelques acceptions invariantes”14. Ce faisant, le Trévoux ne fait que reprendre, en l’amplifiant plus ou moins, une conception du fait provincial déjà présente dans le Furetière15.

L’encyclopédie ou la province à la remorque d’un réformisme à l’échelle nationale

  • 16 L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, nouvelle impression e (...)

10L’Encyclopédie16 semble apparemment faire la synthèse objective des deux tendances (érudite et politique) dont je viens rapidement de rendre compte. Le vocable “pays” continue à désigner “un espace indéterminé”, une portion plus ou moins grande de la surface de la terre. Il s’enrichit seulement de connotations militaires renvoyant à la nécessité de bien connaître les lieux pour les maîtriser (“utilité des cartes militaires pour reconnaître un pays”). Les définitions de la “région” renvoient à des invariants (voir tableau). On note que le terme de “province” vient des Romains, ce qui conduit à de longs développements. Pour le reste, quatre à cinq lignes suffisent : la province apparaît comme une réalité de la géographie administrative ne devant susciter aucun jugement particulier. La question linguistique suscitera de furieux débats sous la Révolution. Mais, sous-jacente ici, elle ne débouche, à l’instar du Trévoux, sur rien de concret. Même neutralité apparente à propos de l’article “provincial”, très court, où l’on rappelle que le terme est relatif à celui qui a “l’air, le ton et les manières d’un nouveau débarqué”.

  • 17La cour méprise la ville ; la ville méprise la province ; la province méprise les champs. Cependan (...)

11La nouveauté est que cour, province, villes et champs soient ensuite mis dans le même panier. Il y a partout, nous dit-on, des qualités, et partout ces qualités sont étouffées17. De la volonté d’œuvrer en faveur de la diffusion de “connaissances positives” on passe ainsi à un discours d’allure anti-absolutiste. C’est néanmoins pour renforcer la monarchie et se défaire de fonctionnaires encombrants et en partie parasites que l’on peut lire, dans l’article “intendants et commissaires”, que “les États provinciaux sont le meilleur remède aux inconvénients d’une grande monarchie”. Grâce à ces “corps intermédiaires” qui ne doivent pas être des “pouvoirs”, le libre consentement des citoyens est plus facilement obtenu. Ce qui explique, nous dit-on, que “l’autorité du roi n’est nulle part plus respectée que dans les pays d’états”.

12Il n’y a là rien de bien surprenant. A cette époque le débat sur la réforme territoriale de l’État est lancé. La monarchie y voit le moyen de faciliter la levée de l’impôt, et le terme de province tend à devenir synonyme d’une administration nouvelle, moins féodale et plus rationnelle. De leur côté, certains nobles défendent les privilèges des corps intermédiaires car ils estiment être les représentants de l’un des plus naturels d’entre eux (voir L’esprit des lois, de Montesquieu, 1748). En défendant les “libertés provinciales”, les parlementaires souhaitent conserver et renforcer leur influence traditionnelle. Quant aux grands administrateurs et aux hommes éclairés, ils voient dans le réformisme un moyen de parvenir à plus d’égalité, à plus de rationalité, ainsi que l’occasion de faire participer au gouvernement local une partie des élites bourgeoises. Ainsi, avant la Révolution, la question “provinciale” n’existe qu’à travers et au service de débats plus généraux.

Le Larousse ou la victoire à la Pyrrhus du fait régional

  • 18De quelque haut crédit que se vantent les princes, souvent leur trop d’orgueil révolte les provinc (...)
  • 19 On introduit ainsi à cette échelle une dimension politique et sociale que l’on retrouve chez Michel (...)
  • 20S’emploie souvent sans adjectif possessif et sans complément : écrire au pays. Je ne reçois aucune (...)
  • 21 Et donc délimitée.
  • 22Se dit particulièrement de ce qui embrasse plusieurs départements contigus. Concours régional. Eco (...)

13Il en est de même dans le Larousse du XIXe siècle, parfait véhicule des idées bourgeoises et républicaines. Les acceptions des termes étudiés sont nombreuses et renvoient à des registres variés, mais le choix des exemples n’est pas neutre. Si les provinces se soulèvent c’est, nous dit-on, à cause de l’orgueil de leurs princes18 (légitimation de la révolte anti-féodale). Elles peuvent s’éclairer (rappel, avec Voltaire, du progrès que permet le libre usage de la raison), et l’on trouve à la rubrique “pays” la formule de Dupin selon laquelle “les Chambres représentent le pays” (ce qui conduit, à partir de bases souvent identiques, à renverser le rapport de forces introduit par le Furetière et le Trévoux). Plus significatif encore, on se rapproche du pays “espace-de-solidarités”19, en mettant plus nettement l’accent sur ce qui rassemble et unit les hommes. Pays “signifie proprement, selon Delâtre, assemblage de maisons, du primitif pago, qui est le même que pango, de la racine sanscrite pac, lier, joindre”. Cela permet de faire rentrer par la grande porte des connotations nostalgiques20, en partie issues du romantisme. Mais la grande nouveauté réside dans la reconnaissance de la région, le terme tendant à se substituer à celui de province rappelant sans doute un peu trop l’Ancien Régime. Les autres dictionnaires étudiés ne définissent (rapidement) la région que par des acceptions plus ou moins invariantes héritées de la culture classique et savante. Toujours présents, ces invariants occupent dans le Larousse une position secondaire. Fidèle aux enseignements de la géographie d’alors, récemment entrée dans le débat régionaliste, la “région” est définie comme une “contrée dont l’étendue est déterminée21 par les productions semblables du sol, la similitude du climat ou l’analogie des accidents de terrain […], par l’unité de gouvernement ou quelques relations de mœurs ou d’origine chez les peuples qui l’habitent”. En grammaire, région se dit aussi des “rapports de localité”. Et, pour la première fois (dans notre recension) apparaît le terme régional22.

14La République, cependant, ne peut être qu’une et indivisible. Le fait régional ne peut donc exister qu’en s’intégrant au fait national. C’est sans doute pour cela qu’un long et significatif développement est consacré au “provincial”. On y rappelle que l’on s’est beaucoup moqué des provinciaux. On se demande avec pertinence où commence géographiquement la province (au-delà du quartier du Marais à l’époque de Corneille). Puis, avec force détails, on insiste sur le fait que “le provincial (de la légende) n’est plus” (et ce bien que l’on sous-entende que les “variétés” de “l’espèce provinciale” sont grandes). Car “l’habitant de la province qui a fait, ne fût-ce qu’une fois dans sa vie, le voyage de la capitale ne peut être, à proprement parler, considéré comme provincial […]. Il s’est dégourdi pour toujours Le chemin de fer, l’évolution des mœurs et de l’économie poussent sans cesse de nouveaux venus vers la capitale. Ce sont eux (les provinciaux qui s’appellent Diderot, Hugo, Rude ou Balzac), nous dit-on, qui font la grandeur de Paris. C’est donc bien d’une victoire à la pyrrhus du fait régional que témoigne le Larousse. A l’époque où les républicains s’attachent à propager des valeurs intégratrices communes, on ne fait appel à la région que mieux la transcender et l’instrumentaliser.

Facteurs et enjeux autour d’une transfiguration académique

  • 23 Ce qu’indique aussi une comparaison entre le Larousse et le Littré (publié entre 1863 et 1872, avec (...)

15Cela ne limite en rien l’ampleur du tournant esquissé au XIXe siècle : l’esprit de localité n’y est plus forcément tourné en dérision. Vague romantique, science géographique et discours politique (entre autres) lui confèrent une légitimité toute nouvelle23. Ce qui conduit à soulever la question des causes de cette transfiguration.

Le paradigme économico-social et ses limites

  • 24 A certains égards les rapports Paris-Province ne traduisent-ils pas (en l’amplifiant) le clivage vi (...)

16Le paradigme économico-social issu du marxisme peut fournir le moyen d’une première approche. En l’appliquant, on pourrait considérer que, schématiquement, l’affirmation du capitalisme industriel conduit à un exode rural massif. Dans un premier temps ce mouvement peut contribuer à entretenir des images assez dévalorisantes de la “campagne” et de ses habitants24, lesquelles existent au moins depuis l’antiquité classique. Puis, devenue résolument urbaine, étouffée par ses propres contradictions, la nouvelle société se met à idéaliser le passé. L’ancien, le traditionnel, reviennent ainsi à la mode, en même temps que la province et / ou la région. Ce que sous-estime souvent la théorie marxiste – à savoir la capacité d’adaptation du système capitaliste – renforce alors le processus. Car, rentable, l’idéalisation du fait provincial et régional conduit à l’essor du tourisme et de toute une série d’activités et de produits dont la publicité s’efforce de vanter les mérites.

  • 25 Recension effectuée à partir de : L’illustre Gaudissart, Ursule Mirouët, Illusions perdues, l’Histo (...)
  • 26 Il s’agit d’un passage d’Ursule Mirouët : “qui connaît Nemours sait que la nature y est aussi belle (...)
  • 27 Se cristallisant entre 1820 et 1840, il s’affirme nettement au cours de la seconde moitié du siècle (...)
  • 28 L’exode rural n’a pas été aussi massif qu’on le pensait (il faut attendre les années 1930 pour que (...)

17Or, s’épanouissant aujourd’hui, la plupart de ces dispositions s’affirment au cours du XIXe siècle (voir, par exemple, le rôle des chemins de fer et des guides Joanne, ancêtres des guides bleus, dans la progressive définition de la région “espace-touristique”). Elles peuvent donc parfaitement expliquer les variations de l’usage académique des vocables étudiés. Mieux, certaines mutations affleurent parfois de manière évidente dans la littérature. Prenons le cas des romans de Balzac. Le terme de “province” n’y est pas fréquent25, mais c’est ici qu’il dit trouver des paysages qui font penser26 et dont la description renvoie immédiatement au fameux “paysage à la française” qui s’élabore au même moment27. Au total, à l’époque du capitalisme industriel les relations entre Paris et la province semblent s’apparenter de plus en plus aux règles du marché : l’une promet la gloire et la fortune, l’autre compense ses carences culturelles par une vie plus simple, plus proche de la “nature” et des bonnes mœurs. Malgré sa pertinence évidente, le paradigme économico-social n’explique cependant pas tout. De nombreux travaux ont montré que le milieu du XIXe siècle correspond plus à un apogée28 qu’à une crise d’identité pour les civilisations rurales traditionnelles. Il faut donc faire appel à d’autres raisons afin de comprendre pourquoi les réalités locales (alternativement qualifiées de provinciales et de régionales) prennent alors de l’importance.

Le poids des facteurs culturels et politiques

  • 29 Voir Roux (M.), Géographie et complexité. Les espaces de la nostalgie, Paris, L’Harmattan, 1999, 33 (...)
  • 30 C’est ce que constatent alors l’historien Hauser et le géographe Vidal de La Blache lorsqu’ils note (...)

18C’est le cas de la variable culturelle, liée à l’économique et au social mais également dotée d’autonomie. L’exode rural, même non massif, a ainsi conduit (avec de multiples autres facteurs comme la réglementation de la chasse ou bien l’usage des communaux) à ce que M. Roux appelle fort judicieusement une “déterritorialisation”, c’est-à-dire une rupture des rapports que l’homme entretenait de manière traditionnelle avec son espace29. A cela s’ajoute un phénomène dont les racines sont anciennes, qui s’affirme au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, et que j appellerai “dérégionalisation”. Il est à l’origine d’une progressive ouverture et mise en concurrence d’espaces jusque-là relativement introvertis. On s’aperçoit alors que “provinces” et “régions” ne s’articulent pas seulement autour d’héritages, qu’elles sont aussi susceptibles d’évoluer30, ce qui est à l’origine de réactions culturelles pouvant acquérir une certaine autonomie et s’agréger à d autres variables. Les contrastes ainsi mis en évidence, entre espaces empruntant des voies et des cinétiques différentes pour évoluer, sont sources de multiples curiosités dont la littérature se fait parfois l’écho.

  • 31 C’est ainsi qu’au XIXe siècle la Bretagne suscite parfois autant l’exotisme (par les mœurs et les u (...)

19Ces représentations littéraires peuvent être appréhendées de différentes manières, et notamment comme le produit d’une relation entre auteurs et mutations de la société globale. Mais elles disposent également, elles aussi, d’une certaine autonomie. Certaines sont anciennes (le Paris corrupteur de Balzac ou Zola est peint dès le XVIIIe siècle), et ne sont que réactivées, amplifiées ou atténuées par les transformations en cours. D’autres s’expliquent par la nature même de certains genres littéraires, comme le récit de voyage qui incite à porter (quels que soient l’époque et le lieu), un questionnement structurellement homogène31.

  • 32 C’est l’une des conclusions de ma thèse consacrée à l’évolution de Nantes et de la basse-Loire des (...)

20Tout cela pour dire que l’interactivité établie entre des éléments variés apparaît être une méthode d’analyse plus opératoire que celle consistant à se réfugier dans des explications de nature mono-causale. Idée qui est confirmée par l’intrusion d un nouvel élément à prendre en considération : le politique. On a vu comment il était parfois plus que sous-jacent dans la représentation académique de la localité. Cette variable politique s’articule autour de l’exercice des pouvoirs, et ce quelle que soit l’échelle à laquelle ils s’exercent. C’est ainsi que le mode d’évolution des régions n’est pas entièrement conditionné par des facteurs économiques. Les rapports s’établissant entre notables locaux, populations régionales et élites extra-régionales ont également une place dans ce processus, au même titre que les systèmes de représentations de ces différents acteurs32. Influant sur le processus du changement, ces forces peuvent également réagir à son égard. Ce qui pose le problème essentiel des rapports entre trois choses : le dynamisme évolutif des régions, le discours régionaliste et les représentations relatives à la “question régionale”. A ce propos, il est important de noter qu’au temps de la “dérégionalisation” les élites locales doivent apprendre à lutter ou à composer avec des capitalistes venus d’ailleurs, souvent de la partie est de la France et de Paris. Chaque groupe tente plus ou moins de légitimer et de masquer ses intérêts en élaborant un discours sur la région ; ce qui est à l’origine de nombreux stéréotypes, ethnotypes et “lieux de mémoire Certaines élites locales se mettent à la tête de mouvements régionalistes afin de conserver leur influence, ce qui n’exclut pas l’existence de formes de “collaboration” avec les forces extérieures lorsqu’il devient évident que le combat est perdu. En d’autres lieux, plus dynamiques, les élites dominantes réussissent à imposer un partage des influences aux capitalistes d’envergure nationale s’y intéressant. Au milieu, il y a l’État, à la fois partie prenante, arbitre et bouc émissaire dans le combat des élites. La synthèse historique moderne de ces phénomènes (qui prendrait en compte les acquis méthodologiques des autres sciences de l’homme, politologie, sociologie des groupes d’intérêt…) reste à faire. Elle permettrait peut-être d’appréhender d’un œil différent le fait provincial dans la littérature française du XIXe siècle.

21En conclusion, notons qu’il faudrait affiner et étayer cette analyse par des études plus exhaustives (à partir d’un plus grand nombre de dictionnaires et de vocables – “département”, “commune”, “généralité”, “intendant”…), ce que je me propose de faire. Mais il apparaît que le XIXe siècle constitue indéniablement un tournant dans la longue histoire de la vision académique des réalités locales. Une comparaison dictionnaires-œuvres littéraires pourrait, à ce niveau de la recherche, apporter beaucoup, et c’est la première remarque que je ferais à propos des passerelles pouvant être lancées entre histoire et littérature. La seconde se rapporte aux phénomènes à l’œuvre derrière cette semi-révolution académique. On a vu qu’il faut en chercher les origines dans un ensemble d’éléments en situation d’interaction, et donc faire appel à l’analyse systémique utilisée dans un certain nombre de sciences, sociales et autres. Il serait intéressant de comparer cet ensemble d’interaction historique avec ceux à l’œuvre au travers du discours littéraire sur la province. Un troisième domaine serait également susceptible d’intéresser tout à la fois histoire et littérature, celui, passionnant, des ethnotypes, c’est-à-dire de l’évolution sur la longue durée des traits prêtés à certains provinciaux.

Notes

1 Le grand dictionnaire historique ou mélange curieux de l’histoire sacrée et profane qui contient en abrégé les vies et les actions remarquables, l’histoire fabuleuse, la description des empires, royaumes, républiques, provinces… et autres lieux célèbres de l’ancienne et nouvelle géographie…, de Louis Moreri (docteur en théologie), 1740 (18e édition).

2 La Grande encyclopédie. Inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts par une société de savants et de gens de lettres, Paris, S. A. de la Grande Encyclopédie, dirigée par M. Berthelot, de l’Institut (sans date). Il n’y a pas d’entrée pour le vocable “région”, La rubrique “pays” se limite à des développements historico-juridiques (pays de coutume et d’élection, pays canoniques). La “province” renvoie à l’administration romaine et ecclésiastique, ainsi qu’à une liste alphabétique des anciennes provinces de France, avec leurs subdivisions.

3 Le terme de région n’est pas défini. Celui de “pays” l’est en seize lignes (alors que la rubrique “pavot” en occupe quarante-quatre) : on y parle de droit écrit et coutumier, de gabelle et de pays d’obédience (ecclésiastique).

4 Dictionnaire universel, françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, 1752.

5 A ce sujet, voir Elias (N.), La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, et Muchembled (R.), La société policée. Politesse et politique en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1998.

6 Cette acception apparaît dans toute son ampleur à la lecture de l’article “provincial” : “Se dit souvent en mauvaise part, et signifie qui est de Province, ou qui demeure dans la Province. Un Provincial c’est un homme qui n’a pas l’air et les manières de la Cour, qui n’est pas poli, qui ne sait pas vivre, qui n’a point vu le monde. Il se dit de ces gens nouvellement débarqués à Paris, qui ont je ne sais quoi de contraint et d’embarrassé dans leur air, et de peu libre dans leurs manières. Provincialis, impolitus. Les Provinciaux sont toujours prêts à se fâcher, et à croire qu’on se moque d’eux. Ainsi, pour sauver le ridicule attaché au mot de Provincial, il faut dire une Dame de Province, en parlant d’une personne dont on ne prétend pas se moquer. Les Provinciaux accablent les gens de lettres et de compliments. Une Provinciale se récrie niaisement sur tout. Les Provinciaux sont la plus incommode nation du monde.” Provincial est tout aussi péjoratif en matière littéraire, où l’on peut parler d’un langage, d’un accent, d’un air, d’un style ou d’une plume provincial(e). Le père Bouhours “s’est moqué du titre de Lettres Provinciales, ou de Lettres à un Provincial (…). C’est selon lui comme si on les avait appelées Lettres Campagnardes, ou Lettres à un Campagnard”.

7C’est un homme de Province, qui n’a pas l’air du beau monde. Les nobles de Province sont de petits tyrans. Il y a des troubles en Province”, Les autres exemples paraissent plus neutres, mais appartiennent également au registre du politique : “Le Roi met un Intendant de Province en chaque Généralité”, “Les députés des Etats de la Province”.

8Il pourrait même arriver, comme il se trouve plusieurs de ces mots qui sont pleins d’énergie, qu’ils seraient assez heureux pour être adoptés par toute la Nation, qui ne les établit pas faute de les connaître”.

9M. Le Pr. Bouhier très illustre Académicien, en me parlant du Glossaire Bourguignon de M. de La Monnaie, son compatriote et son confrère à l’Académie, m’écrivait en 1729 qu’il serait plus important qu’on ne pense qu’on en fît de même pour chaque province”.

10Cette idée m’a encouragé à parler de quelques-uns ; mais toujours avec la précaution de ne pas les donner pour autre chose que ce qu’ils sont. Leur pis aller sera de rester en Province, si on ne les juge pas dignes d’une meilleure fortune”.

11 On lit, dans le Supplément du Dictionnaire : “On dit tirer pays pour dire s’enfuir, s’évader. Il est populaire. On dit au figuré savoir la carte du pays, pour dire connaître les gens avec qui on a à voir – ancien français”, Même chose pour la “région” : “au figuré. Rentrons dans notre sphère et dans notre moyenne région, pour dire ne nous élevons pas trop, ne prenons pas l’effort si haut, et parlons de choses plus à notre portée”.

12On appelle la Normandie le pays de Sapience, parce qu’il est gouverné par une sage coutume, et aussi parce que les gens y sont plus habiles en procès”, tandis que la Gascogne est le lieu “où règne la fanfaronnade”.

13Cela s’entend depuis l’endroit précis où l’on est né jusqu’au bout du royaume d’où il dépend. On l’appelle autrement patrie […]. Il faut mourir pour la défense de son pays, de la patrie”,

14 Se dit d’une partie d’un plus vaste ensemble, notamment en sciences (“division de l’air et du ciel”, en astronomie – “région élémentaire” et “région éthérée” – en médecine) et en géographie (“division particulière de la terre, étendue de pays” pouvant se diviser en “haute, basse, intérieure et extérieure, selon leur diverse situation”). Plus généralement, au figuré, région “s’emploie pour signifier le plus haut point, ou le degré médiocre de quelque art, de quelque science”.

15 L’esprit de localité y apparaissait un peu plus nettement à propos du vocable païs (“on appelle gens du pays ceux qui y sont habitués et demeurants”, c’est “un nom dont ils s’appellent l’un l’autre”), mais il était aussitôt dénigré : c’est un “salut de gueux” et “on dit à celui qui se laisse tromper ou persuader une chose, vous êtes bien de votre pays, vous n’êtes encore guère déniaisé”. Ce qui nous rapproche du provincial qui “se dit en mauvaise part” (“un provincial c’est un homme qui n’a pas l’air et les manières de vivre qu’on a à la cour et dans la capitale”).

16 L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, nouvelle impression en fac-similé de la première édition de 1751-1780, Stuttgart-Bad Cannstatt, 1967, F. Frommann Verlag (Günther Holzboog).

17La cour méprise la ville ; la ville méprise la province ; la province méprise les champs. Cependant il y a des qualités estimables aux champs, dans la province, à la ville et même à la cour où elles ont à lutter sans cesse contre les plus puissants intérêts, qui en exigent à chaque instant le sacrifice”.

18De quelque haut crédit que se vantent les princes, souvent leur trop d’orgueil révolte les provinces”.

19 On introduit ainsi à cette échelle une dimension politique et sociale que l’on retrouve chez Michelet, Renan ou encore Vidal de La Blache lorsqu’ils abordent la question des réalités “nationales”,

20S’emploie souvent sans adjectif possessif et sans complément : écrire au pays. Je ne reçois aucune nouvelle du pays. Je veux respirer un peu l’air du pays […]. Pathol. Mal du pays, nostalgie, maladie causée par un désir violent de retourner dans son pays”.

21 Et donc délimitée.

22Se dit particulièrement de ce qui embrasse plusieurs départements contigus. Concours régional. Ecoles régionales d’agriculture”.

23 Ce qu’indique aussi une comparaison entre le Larousse et le Littré (publié entre 1863 et 1872, avec un supplément en 1877). Dans ce dernier dictionnaire, les vocables “province” et “provincial” sont à l’origine de multiples acceptions, se rattachant souvent à des réalités politiques et conduisant à un savant mélange des jugements (la province est “arriérée” mais on y “pense”, elle est pacifiée et “enrichit les traitants”…). D’où le sentiment d’une certaine neutralité et (ou) d’un apaisement des querelles à propos de ces vocables. On apprend d’ailleurs que “province” se “dit des habitants mêmes d’une province”, et l’entrée “provincialisme” apparaît (“accent, idiotisme particulier à une province”). Avec le terme de “pays”, on pénètre plus amplement dans des “espaces-vécus” : de nombreuses acceptions font progressivement apparaître l’idée de lieux multiples, d’où les hommes partent, reviennent, où l’on est parfois né et dont on peut rêver avec nostalgie. En outre, “chaque pays”, nous dit-on, “a ses usages, ses mœurs”. Hommes et spécificités locales sont par contre largement oubliés à propos de la “région”. Aux acceptions anciennes et classiques s’ajoutent alors celles de la “région botanique” (à l’entrée “régional” on apprend que les régions françaises sont “culturales”), et l’on note que le terme “a une idée de compartiment (et donc de délimitation) qui n’est pas dans contrée”, L’introduction des termes de “régionalisme” (“esprit de région, de localité”) et “régionalité” (“caractère régional”) est intéressante car les exemples servant d’illustration renvoient dans les deux cas à des réalités italiennes jugées négativement. Au total, l’analyse du Littré permet de mettre en évidence trois choses : l’atténuation des querelles à propos de la “province”, l’affirmation du pays “espace-vécu”, le rejet de la “région”, archaïque et non nationale. Dans le Larousse, publié un peu plus tard, la “province” perd encore de sa vigueur et les provinciaux tendent à disparaître, tandis que, “d’espace-vécu”, le “pays” devient “espace-de-solidarités”. Ces deux dictionnaires témoignent ainsi d’un mouvement de prise en compte des phénomènes de la localité. Cependant, avec le temps (les débats politiques, l’influence de la géographie, etc.), les termes les plus appropriés à cet effet ne sont pas forcément les mêmes.

24 A certains égards les rapports Paris-Province ne traduisent-ils pas (en l’amplifiant) le clivage ville-campagne ?

25 Recension effectuée à partir de : L’illustre Gaudissart, Ursule Mirouët, Illusions perdues, l’Histoire des treize (Ferragus, La duchesse de Langeais, La fille aux yeux d’or), Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau, Splendeurs et misères des courtisanes. Voir Duby (F.), Paris et la Province. Les représentations véhiculées par Balzac dans la Comédie humaine, maîtrise, Lorient, 1998, 178 p.

26 Il s’agit d’un passage d’Ursule Mirouët : “qui connaît Nemours sait que la nature y est aussi belle que l’art, dont la mission est de la spiritualiser ; là, le paysage a des idées et fait penser”.

27 Se cristallisant entre 1820 et 1840, il s’affirme nettement au cours de la seconde moitié du siècle (voir l’article consacré à ce sujet par F. Cachin dans Les lieux de mémoire de P. Nora, II. La Nation, Paris, Gallimard, 1986).

28 L’exode rural n’a pas été aussi massif qu’on le pensait (il faut attendre les années 1930 pour que la proportion d’urbains dépasse celle des ruraux). Il a d’abord touché les populations rurales qui n’exploitaient pas directement le sol, ce qui a conduit à une simplification du paysage social des campagnes. De plus l’agriculture est relativement prospère sous le second Empire.

29 Voir Roux (M.), Géographie et complexité. Les espaces de la nostalgie, Paris, L’Harmattan, 1999, 336 p.

30 C’est ce que constatent alors l’historien Hauser et le géographe Vidal de La Blache lorsqu’ils notent que les régions naissent par leur “centre”, actif et industrieux, et qu’ils insistent sur le rôle des villes dans le processus de polarisation à l’œuvre au sein des espaces régionaux.

31 C’est ainsi qu’au XIXe siècle la Bretagne suscite parfois autant l’exotisme (par les mœurs et les usages de ses habitants) que certains territoires d’Afrique nouvellement découverts. Une comparaison entre romans “provinciaux” français et récits de voyages relatifs à des pays non européens serait éclairante.

32 C’est l’une des conclusions de ma thèse consacrée à l’évolution de Nantes et de la basse-Loire des années 1680 à 1914 (Pétré-Grenouilleau O., L’argent de la traite. Milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle, Paris, Aubier, 1996).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540