Version classiqueVersion mobile

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Historique d’une antithèse

Paris province : un mouvement du capital

Jocelyne George

Texte intégral

— Eh bien moi je sais de quoi souffre la France : on dédaigne la province et voilà !

  • 1 Jocelyne George, Paris Province. De la révolution à la mondialisation, Fayard, 1998.
  • 2 Idem, Histoire des Maires. 1789 à nos jours, Plon, 1989.

1Historienne invitée à un colloque de littéraires, je vais parler du revers de la médaille, de ce que la littérature ne dit pas ou ne dit que partiellement de la province, c’est-à-dire sa réalité économique, sociale et politique. La province était l’objet de ma curiosité lorsque j’entrepris d’écrire un livre qui n’avait pas encore de titre et qui finit par s’appeler Paris province1. Cette curiosité était suscitée par la contradiction que j’avais rencontrée au cours d’études antérieures sur le pouvoir municipal2. Alors que la province était traditionnellement connotée d’une idée d’infériorité ou d’inertie, je voyais qu’elle était le lieu de résistances pas nécessairement conservatrices, de luttes, d’initiatives. L’incontestable tension entre Paris et la province n’était pas un simple rapport de domination.

  • 3 Louis Bergeron, Banquiers, négociants, manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, EPHESS, M (...)

2Pour connaître, pour comprendre la province, il me fallait analyser les différents aspects et l’évolution de son rapport avec Paris. Au fur et à mesure du dépouillement de la documentation, le moteur de cette évolution m’est apparu être le mouvement du capital. Trouvaille assez conforme à la période choisie, entre 1789 et nos jours, caractérisée justement par l’extension du système capitaliste. Les études sur la banque menées par Louis Bergeron permettent d en avoir une idée assez claire3. La tension entre Paris et la province devenait celle qui existait entre des détenteurs de capitaux différents, avec des visions et des horizons différents.

3Derrière ce qui se donnait comme une opposition de lieux, se révélait la confrontation, qu’il fallait dérouler chronologiquement, de groupes sociaux divers par leur richesse, leur culture, leur influence. Dans mon livre, j’ai complété cette histoire sociale par une étude des représentations. Je me contenterai ici de disposer l’ossature de ce rapport interne à la société française au XIXe siècle, période à laquelle s’intéresse ce colloque. Je m’interrogerai rapidement pour finir sur l’évolution de ce rapport au XXe siècle.

4Il est utile, tout d’abord, de signaler l’imprécision du mot “province” qui, à la fin du XVIIIe siècle, est un terme général utilisé pour désigner une partie du territoire. En octobre 1789, un député de la noblesse propose de définir préalablement “ce qu’on entend par le mot province avant de s’occuper de la nouvelle division administrative”. À la veille de la Révolution, le mot est utilisé selon les deux acceptions que nous lui connaissons : sous la forme plurielle, “les provinces”, qui désigne des territoires, sous la forme singulière, “la province”, qui indique un lieu où le mode de vie est différent et déprécié par rapport à celui de Paris. Un mode de vie qui ne serait, ici ou là, que celui de la partie privilégiée de la population. Il faut remarquer que ce terme, pris dans sa première acception, tend à se répandre à la fin du 18e siècle, ce qui témoigne du désir croissant d’uniformisation administrative. Pris dans sa seconde acception, il évoque des villes grandes ou petites mais jamais la campagne qui les nourrit.

5Il faut, d’autre part, distinguer l’opposition Paris – province de l’opposition entre centralisation et décentralisation. Il est vrai que la décentralisation est une revendication provincialiste, mais il s’agit surtout d’une revendication de ceux qui ne sont pas encore ou ne sont plus au pouvoir. Lorsqu’ils y parviennent, les opposants d’hier deviennent tous centralisateurs. Des lois de décentralisation ont, certes, été votées en 1982 mais c’était au moment même où l’entrée dans une compétition mondiale “délocalisait” les capitaux. Les régions, les communes étaient en quelque sorte renvoyées à elles-mêmes.

6L origine du rapport antagoniste entre Paris et la province peut se placer au milieu du XVIIe siècle, après la Fronde, quand la monarchie féodale devient la monarchie absolue. La noblesse se divise alors en noblesse de cour et en noblesse de province. La première, domestiquée, dorée, divertie, prend de la hauteur par rapport à là seconde, vaincue, appauvrie, oubliée. Monsieur de Pourceaugnac, joué en 1669, est la pièce qui rend publique la reconnaissance de ce sentiment de supériorité éprouvé par la société parisienne envers celle de la province. Le personnage titre porte un nom doublement méprisable. À l’évocation d’un animal réputé sale s’ajoute la terminaison en ac, typique du Midi. Le mépris de la province est redoublé par celui envers la société méridionale, encore plus ancien.

7La noblesse de cour, rejointe par la grande bourgeoisie, a un rapport économique avec la province. Elle y possède des terres qui lui procurent des revenus. Cette propriété provinciale ne l’entache pas de provincialisme. La noblesse ou la bourgeoisie riche qui résident en province surmontent cet état par leurs séjours fréquents à Paris et par le réseau de leurs relations parisiennes ou européennes.

8Paris, la ville, a développé très tôt une capacité culturelle, liée à la présence du pouvoir royal. Cet héritage constitue une spécificité qui devient une supériorité objective. S’ajoute une capacité de divertissements publics très variés, introuvables en province où les divertissements sont réservés à une société limitée qui, le plus souvent, les produit elle-même.

9Au cours du XVIIIe siècle, se perçoit pour la première fois une revendication provincialiste. Aristocrates et bourgeois, habitants des villes qu’ils embellissent, proclament la fierté de leur province. Ce sentiment est un des prémices de la Révolution. Celle-ci se présente en effet d’abord comme une exigence de réhabilitation des provinces, diversement issues des anciens fiefs. Le souvenir des anciennes coutumes, assimilées à des libertés, est enjolivé sous l’effet de la pression fiscale et bureaucratique centrale qui va s’appesantissant.

10Une résistance est d’abord sociale avant d’être politique. Elle s’exprime donc forcément isolément, localement. La traduction politique aura lieu plus tard, éventuellement à Paris. Cela fait de la province un lieu des expériences et des signes.

11La Révolution commence en province par une opposition à la politique du roi contre les parlements. Elle est le fait aussi bien des aristocrates que des bourgeois. Elle réclame le retour à un pouvoir distribué localement, comme avant la Fronde. Plus tard, les aristocrates s’opposant aux bourgeois, ceux-ci changent de stratégie et cherchent à neutraliser leurs anciens alliés devenus leurs adversaires. La reconnaissance des quelque 40 000 paroisses comme autant de municipalités, la division en départements qui taille dans les anciens gouvernements, l’administration décentralisée sont autant de mesures prises au profit de la bourgeoisie libérale, pour priver l’aristocratie de ses moyens de diriger.

12Mais l’invasion et la guerre extérieure modifient le cours révolutionnaire dont la direction revient temporairement à une catégorie de la bourgeoisie, représentée dans tout le pays, la bourgeoisie jacobine qui, sous la pression des événements, trouve des mérites à la centralisation. Les Jacobins “montagnards” sont un groupe de la Convention, issu des différentes provinces, puisque depuis 1789, grâce à un suffrage censitaire ou universel masculin, ce sera désormais une représentation étroite ou élargie des départements qui participe au gouvernement du pays dont le siège est à Paris.

13Pendant les premières années de la Révolution, Marseille et Lyon rêvent d’être les égales de Paris, mais les options politiques qui dominent dans ces deux villes, – la démocratie directe à Marseille, le girondinisme à Lyon –, seront défaites par celle qui prévaut à Paris : l’alliance entre la bourgeoisie jacobine et le peuple sans-culotte. Paris reste capitale.

14Il faut ici s’accorder sur le mot “girondin”, souvent entendu comme défenseur de la province face à Paris, comme décentralisateur face à un pouvoir centralisateur. Les Girondins font partie du club des Jacobins Girondins et Montagnards sont tous centralisateurs. S’ils s’opposent, c’est sur les moyens de conduire la guerre et sur la politique sociale que cela implique, c’est-à-dire l’alliance ou non avec le peuple “sans-culotte” partisan de la terreur. Cette politique qui prévaut et qui permet la victoire, suscite la peur des “honnêtes gens” qui lui préfèrent une autre centralisation, celle de la dictature napoléonienne.

15Les dernières années de la Révolution consacrent le rôle de capitale de Paris que la ville n’a jamais consenti à perdre. Les puissants du jour, des provinciaux, sont venus édifier une fortune ou la consolider à Paris, centre des décisions, centre des transactions. Ce sont eux qui profitent des marchés de la guerre. Les plus avisés d’entre eux constituent en 1800 la Banque de France dont les contemporains se demandent s’il ne vaudrait pas mieux l’appeler la Banque de Paris, ce qu’elle est en fait, bien que dotée d’un pouvoir de contrôle national.

16Ainsi la Révolution n’a qu’imparfaitement réalisé son projet d’équilibrer Paris et la province. Une élite de l’argent s’est substituée à la noblesse de cour, certes issue de la province comme la noblesse le fut à l’origine. Les riches bourgeois de province pratiquent comme les nobles fortunés qui résidaient en province au XVIIIe siècle. Les séjours fréquents à Paris, les relations qui y sont nouées, des fournisseurs et un mode de vie identique à ceux des riches de la capitale n’en font pas des provinciaux. Ce mode de vie parisien se caractérise par un luxe et un raffinement qui entraînent des dépenses très élevées auxquelles seul un petit nombre d’habitants de la province peuvent faire face, ce qui fait la différence avec les autres.

  • 4 Jean-Claude Caron, Génération romantique. Les Étudiants à Paris et le quartier latin 1814-1851, Arm (...)

17La supériorité culturelle de Paris se manifeste aussi par l’attraction qu’exercent ses Écoles sur les bourgeois aisés de province qui veulent pourvoir leurs fils d’une étude juridique, d’un cabinet médical ou d’une officine de pharmacie. À Paris, ces jeunes gens se regroupent par provinces mais leur vie dans le Quartier Latin les dote d’une culture commune. Ils peuvent nouer des relations avec des Parisiens ou avec d’autres provinciaux qui leur seront utiles un jour4. Ce mécanisme fonctionnera jusqu’à l’éclatement des universités après 1968.

18Paris qui concentre l’élite de la richesse et du savoir concentre aussi les pauvres, originaires des différentes régions, qui ont assez d’énergie pour venir y trouver du travail. Le phénomène qui date de l’Ancien Régime ne se dément pas. Les Parisiens sont un brassage de provinciaux. Leur parler mêle les différents apports. Jusqu’en 1870, ceux qui viennent travailler à Paris oublient leur province d’origine. Si l’on remarque parmi eux les Auvergnats et les Savoyards, c’est que les premiers sont les plus pauvres et que les seconds sont en outre étrangers.

19Les journées parisiennes de la Révolution, les révolutions parisiennes du XIXe siècle sont le fait de provinciaux parmi lesquels se distinguent seulement les anciens et les nouveaux arrivés. Ces événements parisiens sont en général précédés par des réactions provinciales de même sens qui prennent des formes diverses : cris séditieux, graffitis, émeutes, résultats électoraux, mais qui sont fatalement éparses. La crise qui se manifeste en 1830, en 1848, en 1871 à Paris est décelable en province quelques années auparavant. Paris, par sa dimension, par sa culture politique populaire, par ses juxtapositions sociales, par ce qu’il est le siège du pouvoir politique, devient la caisse de résonnance des mécontentements latents dans le pays. On voit combien cette interprétation nuance l’idée reçue des révolutions parisiennes qui s’imposent au pays. Idée qui a cependant sa part de vérité car le peuple de Paris et les groupes qui l’influencent ou qui subissent sa pression vont imaginer et imposer des solutions politiques à ces mécontentements : monarchie orléaniste en 1830, suffrage universel en 1848.

20Dans la première moitié du XIXe siècle, la supériorité de la bourgeoisie parisienne est incontestable, aussi bien par sa richesse que par son influence politique. Cependant, certains veulent encore se laisser prendre à l’illusion d’une croissance économique, d’une vitalité sociale, d’une activité culturelle égales entre les départements. Les bourgeoisies locales ont été, en effet, les gagnantes du bouleversement foncier lié à la vente des biens nationaux, elles sont les bénéficiaires des profits de la première industrialisation encore très dispersée sur le territoire. Les conseils généraux se veulent de petites assemblées d’égaux autour du préfet. Pourtant, les électeurs les plus riches y font la loi. Pourtant, très tôt déjà, les capitaux plus importants, nécessaires à l’extraction de la houille, à la sidérurgie sont à dominante parisienne et ce sont des Parisiens qui contrôlent l’importation du coton au Havre.

21Le cas du Creusot est bien connu qui illustre l’imbrication de la province et de Paris, de la banque et de l’industrie. Les Seillière sont des Lorrains enrichis par la fourniture du drap militaire qui ouvrent une banque à Paris en 1798. Alexandre Seillière (1782-1850) qui la dirige jusqu’à sa mort, est désigné comme munitionnaire général de l’expédition d’Alger. Son chargé d’affaires en cette circonstance est un autre Lorrain, Adolphe Schneider (1802-1845). Après 1830, la banque Seillière s’oriente vers les investissements sidérurgiques. Elle avait déjà aidé en 1811 François de Wendel (1778-1825), un Lorrain fils d’un émigré sous la Révolution, à racheter les forges et les bois de sa famille vendus comme biens nationaux. En 1836, elle aide Adolphe Schneider et son frère Eugène à acquérir Le Creusot. Cette année-là, un Parisien, Charles-Antoine Demachy entre à la banque Seillière. La longévité exceptionnelle des affaires familiales des Seillière, des Schneider, des Wendel, des Demachy s’étend jusqu’au dernier tiers du XXe siècle. Le président actuel de la principale organisation patronale est un Seillière dont la mère est une Wendel et la grand-mère une Demachy.

22La domination parisienne devient visible avec la révolution ferroviaire durant la décennie 1840-1850. Les capitaux énormes nécessaires à la construction des voies ferrées, telle que les groupes de pression l’ont imposée à l’État, ne sont disponibles que chez les banquiers parisiens. Encore ceux-ci ont-ils dû s’entendre avec des banquiers anglais ou allemands. Les provinciaux ne sont absents ni des groupes de pression ni de l’actionnariat des banques. Mais pour se trouver parmi les décideurs, il faut être parisien. Léon Talabot (1796-1863) est député de Limoges de 1836 à 1848. En 1842, lors de la discussion de la loi sur les chemins de fer, il dirige un groupe de pression formé de députés du Centre et du Midi. En 1849, il réunit les hauts fourneaux et les forges de Denain et Anzin qui fourniront du matériel ferroviaire. C’est un autre Limougeaud, Michel Chevalier (1806-1879), qui imagine le premier le plan en étoile des voies ferrées à partir de Paris qui unira la capitale aux principaux ports, redoublant celui des routes royales au XVIIIe siècle, construites selon le même plan pour relier Paris aux principales villes du royaume. À la vision administrative d’alors succède une vision économique. Les banquiers découpent l’espace selon leurs intérêts. Les lignes les plus âprement disputées et le plus rapidement construites sont celles qui unissent Paris à Lille et Calais, c’est-à-dire à Londres et à l’Amérique, Paris à Lyon et Marseille, c’est-à-dire à l’Orient. À la tête de la première, la plus rentable, se trouve James de Rothschild, à la tête de la seconde, qui prendra en 1857 le nom de PLM (Paris, Lyon, Méditerranée), se trouve l’ingénieur Paulin Talabot (1799-1885), lié financièrement à la banque Rothschild. Paulin et son frère Léon, Michel Chevalier sont d’origine provinciale. Grâce à leur succès à l’École polytechnique, grâce aux relations qu’ils nouent, leur carrière est parisienne, leur vision est nationale et internationale.

23Cet extraordinaire mouvement d’affaires, dans les années 1840 et 1850, s’accompagne d’une revendication sociale et politique de la petite bourgeoisie exclue du suffrage, ainsi que d’une revendication sociale et politique des ouvriers dont le nombre et la culture vont croissant. Bien que minoritaires, les ouvriers sont considérés comme les plus dangereux. La convergence des deux revendications explique la Révolution de 1848. L’intervention populaire suscite la même peur sociale que celle qui avait favorisé la dictature de Napoléon Ier en 1799 et laisse faire le coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte en 1851.

24À partir du Second Empire, il n’y a plus d’illusion possible sur une égalité entre les départements et entre les couches de la bourgeoisie. L’exode rural se précipite, les inégalités démographiques et économiques régionales se précisent, l’autorité préfectorale s’appesantit ainsi que le contrôle policier, ce qui n empêche pas d’épiloguer en même temps sur une décentralisation qui n’est en fait qu’une déconcentration administrative. Le suffrage universel imposé par la Révolution de 1848 est conservé quitte à être corrompu. Mais surtout, la concentration des capitaux à Paris se confirme. À la faveur des événements de 1848, la Banque de France parvient à éliminer les banques départementales et à obtenir le monopole de l’émission des billets sur le territoire national. Les études menées sur les banques montrent bien comment, après quelques échecs subis sous la Restauration, la Banque de France réussit à contrôler le mouvement général du capital. Le rassemblement d’énormes capitaux pour construire les chemins de fer entraîne l’organisation de grands établissements de crédit, tels la Société générale et le Crédit industriel et commercial. L’épargne est drainée par les réseaux de leurs agences qui finissent par supplanter les banques locales. Le coup de grâce sera donné lors de la crise des années 1930. Depuis les années 1860 jusqu’à la guerre de 1914-1918, le profit maximum est obtenu par des placements à l’étranger, réservés à un petit nombre. Une autre façon de rentabiliser les capitaux accumulés au moment de la construction des chemins de fer est l’haussmanisation de la capitale et des grandes villes de province qui veulent imiter le modèle parisien.

25La centralisation économique et politique affirmée sous le Second Empire n’exclut pas la flatterie envers les élites provinciales. Napoléon III fait des voyages en province au cours desquels il demande que les maires des départements traversés viennent le saluer.

26Cette centralisation entretient cependant le ressentiment d’une petite bourgeoisie démocrate vaincue en 1851, ainsi que celui des ouvriers débarrassés depuis Juin 1848 de tout romantisme social. Ces deux groupes constituent la base sociale d’un mouvement communaliste provincial, occulté par l’horreur du massacre de la Commune de Paris mais sur lequel il reste beaucoup à travailler et à écrire. On peut déjà rappeler que les communes de Lyon et de Marseille précédèrent de cinq mois celle de Paris.

27Cette même base sociale sera favorable à l’établissement d’une république que les uns verront modérée, que les autres souhaiteront radicale et qui mettra une dizaine d’années à se faire accepter, sans doute par défaut, car royauté et empire sont discrédités. Si les hommes politiques changent plus ou moins, les détenteurs de la puissance économique restent les mêmes. Les républicains doivent cependant satisfaire leurs électeurs et affronter une dépression économique qui dure jusqu’en 1900. Ils sont donc obligés, dans un premier temps, de faire la part belle à la province. L’État subventionne les chemins de fer locaux dont le faible profit n’intéresse pas les grands banquiers. Les municipalités républicaines ont à cœur d’équiper les villes non seulement en écoles mais aussi en théâtres et en musées. Cette attention va s’étiolant autour de 1900 alors que débute la nouvelle industrialisation fondée sur l’électricité, l’automobile, l’aviation.

28À partir de 1900, les villes de province éprouvent un sentiment d’abandon qui perdurera jusqu’à la Seconde guerre mondiale. Elles sont effectivement abandonnées à la petite bourgeoisie locale, affiliée ou non au Parti radical, et qui se complaît dans les batailles électorales arrondissementières, ce qui n’exclut pas les compromis passés avec la grande bourgeoisie. Ainsi Jean Dupuy (1844-1919), fils d’un épicier-paysan de Gironde, devient un puissant patron de presse avec Le Petit Parisien, ancêtre du Parisien libéré puis Parisien tout court. Sénateur, ministre dans des gouvernements de centre droit, il défend les intérêts internationaux des milieux d’affaires. Une génération après, Maurice Sarraut (1869-1943), d’origine modeste lui aussi, est un autre puissant patron de presse, à la tête de La Dépêche de Toulouse, ancêtre de l’actuelle Dépêche du Midi. Ce journal qui organise les radicaux du Midi évoluera lui aussi vers le centre droit dès la première décennie du siècle. Le lectorat de ces journaux est essentiellement provincial mais leurs patrons vivent à Paris.

29Sous la Troisième République, l’afflux populaire vers Paris se poursuit mais un phénomène nouveau apparaît. Si la grande majorité des migrants continuent à oublier leur province d’origine, une minorité éprouve le besoin, à partir de la guerre de 1870, de se regrouper par affinités provinciales. C’est à Paris que cette partie de la population prend conscience d’une appartenance provinciale. Les associations parisiennes d’originaires sélectionnent un costume, une danse, un plat pour caractériser la province d’origine. La pratique du retour au pays pour les vacances, facilitée par des tarifs de chemin de fer spéciaux, popularise ces réductions emblématiques dans la province concernée qui, parfois, s’approprie une image ou des usages, retrouvés sinon fabriqués par des Parisiens. C’est grâce aux bals parisiens que la bourrée auvergnate ne disparaît pas.

30Autour de 1900, s’observe une nouvelle revendication provincialiste qui coïncide avec le sentiment d’abandon des villes de province et avec celui d’appartenance provinciale d’une partie au moins des migrants parisiens. Il correspond aussi avec un changement de vocabulaire. On parle de moins en moins de province et de plus en plus de région, terme qui l’emporte aujourd’hui. Ce passage du mot “province” au mot “région” reste à étudier précisément. La responsabilité en a déjà été en partie attribuée à la nouvelle école française de géographie qui se forme derrière Paul Vidal de la Blache (1845-1918). Celui-ci ne veut plus considérer l’espace français comme un ensemble administratif de départements mais comme un ensemble de régions naturelles ou économiques. Le mouvement de régionalisation qui aboutit, en 1972, au découpage en vingt-deux régions dans lequel nous vivons, est une application de cette nouvelle façon de voir l’espace français, en contradiction avec celle des constituants de 1789.

  • 5 Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entr (...)

31À la même époque, une petite bourgeoisie intellectuelle provinciale développe une littérature dite régionaliste bien étudiée par Anne-Marie Thiesse5. Cette littérature traite de l’opposition entre Paris et la province, mais surtout de l’opposition entre la ville et la campagne. Elle connaît son apogée durant l’entre-deux-guerres. Ce mouvement culturel avait été précédé par le félibrige qui, lui, exprimait la peine causée par la disparition de la langue d’oc dont l’usage se perdait dans le Midi. Mise à part l’œuvre de son plus illustre représentant, Frédéric Mistral (1830-1914), dont la reconnaissance vint d’ailleurs de Paris, le félibrige resta secondaire dans le paysage culturel français, comme d’ailleurs la littérature régionaliste.

32L’un et l’autre sont appréciés et défendus par un autre mouvement régionaliste, politique celui-là. Un de ses tenants est le néo-royaliste Charles Maurras (1868-1952) qui revendique le retour aux provinces d’Ancien Régime dont nous savons qu’elles n’existaient pas. Il préconise une décentralisation qui serait garantie par une unité incarnée dans la personne royale. Un autre tenant de ce mouvement qui donne quelque consistance à la construction intellectuelle maurassienne est Jean-Charles Brun dit Charles Brun (1870-1946) qui fonde en 1900 la Fédération régionaliste de France, préoccupée de recherches folkloriques et ethnographiques. Les divers régionalismes constituent un courant assez confus qui rallie la petite bourgeoisie, de gauche comme de droite, effrayée par le modernisme artistique qu’elle disqualifie en lui imputant une origine étrangère, américaine ou allemande. Ce mouvement régionaliste aura sa pleine reconnaissance sous le Régime de Vichy, reconnaissance purement idéologique car on sait combien ce pouvoir fut centralisateur et autoritaire.

33Quel pourrait être le bilan du rapport Paris-province au XIXe siècle ? Un rapport de domination financière incontestable mais dont les bourgeoisies provinciales ou, tout au moins, des bourgeois provinciaux sont partie prenante, bon gré mal gré. Les principaux détenteurs de capitaux ont développé les industries décisives, influant ainsi sur l’inégal développement entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud. Ils ont découpé l’espace national selon leurs intérêts, privilégiant les voies de communication dans le nord et le long de la vallée du Rhône. On pourrait aussi placer ici une géographie des lieux de détente lancés par les principaux capitalistes qui s’adonnent au plaisir de la mer sur des littoraux successivement découverts, normand, landais, azuréen, breton. Autant de lieux qui deviendront avec retard ceux imposés d’un tourisme plus large. Ensemble, les principaux capitalistes, parisiens ou provinciaux, ont déserté l’espace national, l’ont privé d’investissements quand l’espace international s’est révélé plus rentable, principalement entre 1860 et 1914, belle époque de la province, abandonnée aux petits entrepreneurs.

34Sur le plan politique, à première vue, le rapport laisse plus de place à la province. C’est à Paris que les députés légifèrent, c’est en province qu’ils sont élus et qu’ils peuvent être battus. C’est en province qu’ils promettent et à Paris qu’ils se compromettent. Sur le terrain, il en reste peu de choses. Les carrières politiques réussies le sont à Paris qui écrème les élites provinciales.

35Depuis 1914 et surtout depuis 1945, le rapport Paris-province a bien évolué, non sans à-coups. La supériorité parisienne n’est plus aussi évidente, elle est même ouvertement déniée en fonction d’une notion non prise en compte auparavant : la qualité de la vie. Celle de Paris est mauvaise à cause du bruit, de la pollution, de la longueur des déplacements, nuisances qui, à des degrés divers, caractérisent toutes les grandes villes. Mais l’uniformisation des genres de vie, entraînée par la prolifération des hypermarchés et par la télévision, celle du niveau culturel favorisée par la décentralisation universitaire et artistique, l’effacement des distances grâce à l’automobile, le train à grande vitesse, l’avion, le rapprochement des individus grâce au téléphone et aux autres techniques de communication, le grand désir de mobilité qui permet la connaissance d’autres pays, tout cela fait que le provincial n’a rien à envier au parisien.

36Il n’en reste pas moins que le poids démographique et économique de Paris et de sa région est toujours aussi lourd et que leur rôle directionnel s’étend sur le pays. Cependant, le rapport de la région capitale et des autres régions – puisque c’est ainsi que l’on parle maintenant de la province – est devenu second. Le rapport principal est celui de la France avec l’Union européenne ou avec le monde. Un pays d’un demi-million de kilomètres carrés, de soixante millions d’habitants, si respectable qu’il soit, a fort à faire pour tenir son rang dans une hiérarchie où les dimensions sont autres. Les efforts semblent concentrés pour donner toujours plus de poids économique à Paris et à sa région. Le phénomène est d’ailleurs le même dans chacune des régions : partout la ville principale tend à capter la substance de son territoire. La polarisation de l’espace autour des grandes villes est devenue la règle. Elle pérennise la supériorité de Paris sur le reste de la France. Les régions frontalières sont par ailleurs attirées vers leurs voisines étrangères dans un espace économique européen commun, celui de la nouvelle concentration des capitaux. Le rapport Paris-province n’est plus une façon de lire l’histoire nationale.

37Paris

Notes

1 Jocelyne George, Paris Province. De la révolution à la mondialisation, Fayard, 1998.

2 Idem, Histoire des Maires. 1789 à nos jours, Plon, 1989.

3 Louis Bergeron, Banquiers, négociants, manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, EPHESS, Mouton, 1978 ; “Les espaces du capital”, in Histoire de la France, tome 1 : L’Espace français, Le Seuil, 1989 et Les Rothschild et les autres. La gloire des banquiers, Perrin, 1990

4 Jean-Claude Caron, Génération romantique. Les Étudiants à Paris et le quartier latin 1814-1851, Armand Colin, 1991.

5 Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle époque et la Libération, PUF, 1991.

Table des illustrations

Légende — Eh bien moi je sais de quoi souffre la France : on dédaigne la province et voilà !
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 503k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search