Version classiqueVersion mobile

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Avertissement

Texte intégral

Genèse et organisation du volume

  • 1 Lettre du 29 octobre 1851, Corr. de Flaubert, Pléiade, t. II, appendice, p. 867.
  • 2 Lettre du [17 janvier 1852], Corr. de Barbey, Les Belles-Lettres, 1983, t. III, p. 134.

1Ce volume d’actes regroupe les communications présentées lors du colloque qui s’est tenu à Rouen les 19 et 20 mars 1999. Dirigé par Amélie Djourachkovitch et Yvan Leclerc, il a été organisé par le Centre d’études et de recherches sur les textes du XIXe siècle (Certes-XIX, composante de l’Unité de recherches en littérature française), en collaboration avec l’Asssociation des Amis de Flaubert et de Maupassant, présidée par Daniel Fauvel, pour la deuxième journée consacrée à l’axe littéraire Normandie-Paris. Le mot “normandisme”, retenu pour intituler cette section, se trouve dans une lettre de Du Camp à Flaubert : “Mes duretés t’ont été pénibles, et tu les attribues à tes normandismes1 et dans une lettre de Barbey d’Aurevilly à Trebutien : “Dans la Manche (et je veux rester essentiellement provincial) dans la Manche, ils disent sans y manquer jamais pignon pour tout ce côté de la maison que vous nommez gable. […] C’est un usage auquel dans mon enfance, je n’ai jamais entendu déroger. Du reste, comme j’ai la coquetterie du Normandisme, je piquerai une note à cet endroit, quand on imprimera le volume”2. Ce néologisme désigne, comme on le voit, des particularités de langue, mais aussi un style de vie et une façon de concevoir sa place dans la France littéraire.

2Dans la section “Normandismes” comme dans la première partie consacrée plus généralement aux “Figures de France(s)”, le plan retenu respecte une continuité à la fois logique et chronologique. Il revient d’abord aux historiens de situer dans le siècle les enjeux de ce rapport tendu entre capitale et province. Les études littéraires spécifiques se distribuent ensuite, presque naturellement, autour du moment balzacien : il y a en effet un avant et un après la structure duelle présentée dans l’“Avant-propos” de la La Comédie humaine : Paris et la province, cette antithèse sociale a fourni ses immenses ressources”.

3Chacune des deux parties se conclut par une intervention qui déplace les données de base : d’une part les parcours hexagonaux entre Paris et province métropolitaine se prolongent jusqu’à l’hyperprovince des territoires d’outre-mer ; d’autre part, la toute dernière communication, en renouant avec la perspective historique des propos d’ouverture, passe du roman, presque exclusivement représenté dans ce recueil, à la scène théâtrale. Notons par ailleurs – le fait est suffisamment rare dans les communications de colloque pour être signalé – que cette contribution est fondée sur une enquête d’envergure qu’un groupe d’étudiants de maîtrise mène depuis plusieurs années dans les archives des théâtres rouennais, sous la direction des deux signataires du texte.

Remerciements

4L’organisation d’un colloque et la publication de ses Actes supposent de nombreux soutiens, matériels, administratifs et intellectuels. Au nom de tous les participants, Amélie Djourachkovitch et Yvan Leclerc tiennent à remercier :

  • le Conseil scientifique de l’Université de Rouen,
  • M. Denis Retaillé, doyen de la Faculté des Lettres, pour ses propos d’ouverture,
  • Matthieu Desportes, Emmanuèle Grandadam et Emmanuel Vincent, doctorants du Certes-XIX,
  • France Morel, secrétaire des Amis de Flaubert et de Maupassant,
  • Fatma Saadoun et son équipe pour leur chaleureux accueil,
  • MM. Bunel, Brossier, Carton et Debeauvais pour leur assistance technique,
  • M. Gélard et le personnel du Cloître des Pénitents,
  • Yann-Loïc André pour ses recherches iconographiques,
  • Stéphanie Champeau pour la relecture des épreuves,
  • le Centre national du livre.

Notes

1 Lettre du 29 octobre 1851, Corr. de Flaubert, Pléiade, t. II, appendice, p. 867.

2 Lettre du [17 janvier 1852], Corr. de Barbey, Les Belles-Lettres, 1983, t. III, p. 134.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search