Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Avant-propos

Amélie Djourachkovitch

Texte intégral

1Entre province et capitale, la littérature du XIXe siècle se plaît à multiplier les trajets. Chacun de ces deux espaces prend forme et sens par différence avec l’autre, dans un rapport tant de complémentarité que d’opposition. A l'intérieur de cette configuration duelle, centre et périphérie ne constituent d’ailleurs pas forcément des postes fixes.

2Mais qu’est-ce au juste que la province ? Singulier à tous égards, ce syntagme, qui fait sens en amont déjà du XIXe siècle et continue aujourd’hui encore d’être parlant, recouvre une réalité au fond assez indiscernable, en tout cas complexe. En effet, si les régions, mises à l’honneur par nombre d’écrivains, forment autant d’avatars pittoresques de la province, cette dernière transcende pourtant les divisions territoriales et se donne à lire, à travers le singulier qui sert à la désigner, comme une entité spécifique. Le Berry de George Sand ou la Normandie de Barbey d’Aurevilly, lieux pétris d’une histoire propre, de traditions et de légendes particulières, sont trop individualisés en tant que tels, trop autonomes dans leur existence hors référence à la capitale, trop empreints d’une couleur locale distinctive pour être véritablement la province. Ce terme ne renvoie pas à une réalité géographique précise, à une topographie définie. D’une acception plus large et vague aussi, il dessine plutôt un non lieu. La province, c’est avant tout le contrepoint de Paris, comme le souligne cette définition qu’en propose le Grand Larousse Universel du XIXe siècle : “France entière, hors sa capitale”. Elle est l’autre d’un centre hypertrophié et omnipotent dont elle est le pendant au sein d’une structure bipolaire qui confère à chacun des deux espaces sa teneur propre.

3Ce contour indécis de la province la rend disponible aux investissements imaginaires les plus divers. Certes, une idéologie ambiante, qu’il convient d’éclairer par une mise en perspective sociale, économique et historique, nourrit cet imaginaire auquel des valeurs sont attachées. Au demeurant, l’espace littéraire provincial est loin d’être stable et univoque. La représentation de la province est tout aussi ambivalente que celle de son indissociable partenaire central. Ainsi, des traits négatifs sont bien, de façon évidente et récurrente, attachés à la province. Elle est volontiers figurée comme un microcosme étriqué, étouffant, voire mortifère : on s’y “enterre”, on y “végète”, retient le Grand Larousse, alors que, c’est bien connu, on “monte” à Paris, territoire propice à l’expansion de toutes les énergies. Mais il arrive aussi que la province se voit dotée de traits positifs lorsqu’elle s’oppose à l’enfer parisien pour évoquer un éden préservé des corruptions d’une capitale babylonienne. Dans La Traviata de Verdi, par exemple, la femme dévoyée est essentiellement parisienne alors que c’est en province que réside la jeune fille – la sœur d’Alberto – “pura sicome un angelo”.

4Si la littérature du XIXe siècle tend à faire de Paris un lieu mythique, il en va de même en ce qui concerne son corollaire provincial. A travers les trajets de l’un à l’autre espace, si structurants dans les romans français de cette époque, semble se rejouer un archétype fondateur, celui du parcours initiatique que réactive le roman de formation. Le personnage qui prétend accéder au statut de héros doit quitter sa province natale, rompre les liens qui l’attachent à elle. Cette épreuve de séparation est décisive pour le néophyte dans cette version moderne d’une quête dont le point d’aboutissement est davantage de l’ordre de l’avoir et du pouvoir que de l’ordre d’un accomplissement ontologique : pour Rastignac, il s’agit de comprendre que “le monde est infâme” et, quitte à se renier soi-même, de se plier à ses lois pour réussir. De même que l’écrivain en mal de gloire ne peut se faire un nom qu’à Paris dont l’attraction centripète aimante les carrières, le personnage romanesque effectue une quête identitaire dont le cheminement spatial entre province et Paris constitue la représentation emblématique. Mais ce rite de passage, effectué ou rêvé, réussi ou avorté, a pour terme une révélation aux contours variables car la conquête espérée n’est peut-être qu’un leurre ou peut se muer en perdition. D’Eugène de Rastignac à Frédéric Moreau, la réussite tend à céder le pas au ratage mais le modèle reste opératoire. L’échec du héros de L’Education sentimentale est d’ailleurs programmé dès le début du roman par l’orientation de sa trajectoire : le premier chapitre le montre sur la touche et à contre sens puisque qu’il se trouve sur un bateau qui frôle Paris sans s’y arrêter et le ramène dans sa province.

5La province est donc un lieu originel, ce qui fonde son ambivalence : il faut la quitter pour devenir mais, en même temps, elle est le creuset de toute les nostalgies. Une torpeur régressive guette ceux qui s’y enlisent mais elle incarne aussi le paradis perdu. La province, dans la littérature du XIXe siècle, est en général le lieu de l’enfance, de l’enracinement familial, d’une nature ou d’une urbanité préservées des dégradations apportées par la civilisation. Elle est, par excellence, un espace maternel. Pensons à Madame de Rénal ou encore aux deux héroïnes des Mémoires de deux jeunes mariées à travers lesquelles Balzac campe l’antithèse de la parisienne aux amours stériles et de la provinciale qui trouve son épanouissement dans la maternité. En contrepoids d une modernité qui, dans le sillage de Baudelaire, trouve son terrain d’élection dans “le transitoire, le fugitif, le contingent” dont la grande métropole est l’emblème, la province pourrait bien avoir pour vocation d’explorer l’origine – à retrouver, à dépasser, à liquider ? … – : celle, individuelle, du personnage qui souvent, à l’instar de l’écrivain qui le crée, y est né et celle, collective, d’une société en quête de repères fondateurs après la fracture révolutionnaire.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540