Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bibliothèque de Flaubert

 | 
Yvan Leclerc

Critiques

La bibliothèque romantique d’Emma condamnée par la bibliothèque médicale de Bouvard et Pécuchet

Norioki Sugaya

Texte intégral

  • 1 Mss gg9, f°5 et 18 (Gustave Flaubert, Plans et scénarios de Madame Bovary, Présentation, transcript (...)

1Notre communication portera sur la bibliothèque d’un personnage romanesque, Emma Bovary, qui a fasciné depuis près de cent cinquante ans et fascine encore aujourd’hui d’innombrables lecteurs. Sa bibliothèque est sans nul doute un sujet intéressant, parce que l’héroïne de Madame Bovary est avant tout une lectrice passionnée. Dès son enfance, en effet, elle lit avec plaisir Paul et Virginie. Mise au couvent à l’âge de treize ans, elle dévore alors, outre les keepsakes et les petits romans sentimentaux, les grands noms du romantisme comme Chateaubriand, Walter Scott et Lamartine. De plus, si l’on se réfère aux plans et scénarios de l’œuvre édités par Yvan Leclerc, on trouve d’autres références non moins caractéristiques qui viennent grossir la liste des lectures d’Emma. Cette bibliothèque virtuelle, si l’on peut dire, comprend Werther de Gœthe, Corinne de Mme de Staël, Mme Cottin, Mme Desbordes-Valmore, autant de noms propres qui se rattachent tous au courant romantique dont se nourrit le tempérament “po-étique” de l’héroïne1.

2Mariée ensuite avec un officier de santé, Charles Bovary, sa passion de la lecture n’en est pas moins vive. Au contraire, les livres représentent désormais le seul refuge qu’elle tentera d’opposer à son cadre de vie décevant, en particulier à l’extrême médiocrité de son mari. C’est ainsi qu’elle achète un plan de la capitale, s’abonne à des journaux de mode, et lit avidement Eugène Sue, Balzac et George Sand pour y satisfaire ses aspirations à la vie parisienne. Le texte romanesque, à cet endroit-là, souligne ironiquement la furie de lecture dont fait preuve l’héroïne, qui ne craint point de braver les convenances domestiques :

  • 2 Les citations du texte de Madame Bovary renvoient à l’édition de Claudine Gothot-Mersch, Garnier Fr (...)

A table même, elle apportait son livre, et elle tournait les feuillets, pendant que Charles mangeait en lui parlant. (p. 59)2

3Emma ne lâche pas ses livres même pendant les repas. Ici il convient d’évoquer une autre scène tout aussi piquante qui se place vers la fin du roman et qui montre également les excès de lecture de l'héroïne :

Madame était dans sa chambre. On n’y montait pas. Elle restait là tout le long du jour, engourdie, à peine vêtue, et, de temps à autre, faisant fumer des pastilles du sérail qu’elle avait achetées à Rouen, dans la boutique d’un Algérien. Pour ne pas avoir la nuit auprès d’elle, cet homme étendu qui dormait, elle finit, à force de grimaces, par le reléguer au second étage ; et elle lisait jusqu’au matin des livres extravagants où il y avait des tableaux orgiaques avec des situations sanglantes. Souvent une terreur la prenait, elle poussait un cri, Charles accourait.
— Ah ! va-t’en ! disait-elle. (p. 294-295)

4On voit bien que la passion de la lecture finit par devenir ici quelque peu morbide. Emma ne quitte pas les romans jusqu’à sa mort tragique et laisse d’ailleurs des ennuis d’argent derrière elle : “le loueur de livres réclama trois ans d’abonnement” (p. 348). Sa vie est donc hantée d’un bout à l’autre par la présence compromettante des livres.

  • 3 J. Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la sociét (...)
  • 4 Voir entre autres R. Chartier, “Les pratiques de l’écrit”, Histoire de la vie privée, sous la direc (...)

5Les travaux d’histoire culturelle comme ceux de Roger Chartier, historien du livre et de la lecture, peuvent éclairer le caractère scandaleux de ces lectures d’Emma. Sur ce point, il faut d’abord remarquer que la lecture solitaire des romans était un phénomène relativement récent à cette époque. Comme l’a bien montré le philosophe allemand Jürgen Habermas3, la naissance de la pièce privée ne date que du XVIIIe siècle. C’est seulement à cette époque-là que chacun des membres de la famille bourgeoise se voit attribuer une pièce séparée à l’intérieur de la maison. Cet aménagement de l’espace privé permet aux femmes de la classe bourgeoise (femmes, car le roman, en tant que genre littéraire inférieur, était alors censé être leur apanage...), cette privatisation de la sphère familiale leur permet pour la première fois de se livrer à la lecture romanesque dans l’intimité individuelle soustraite au regard de l’autre4.

  • 5 M. Jeorger, “L’alphabétisation dans l’ancien diocèse de Rouen au XVIIe et au XVIIIe siècles”, Lire (...)
  • 6 Sur les femmes lectrices au XIXe siècle, voir Martyn Lyons, “Les nouveaux lecteurs au XIXe siècle : (...)
  • 7 Il est vrai que la Normandie a été l’une des régions les plus alphabétisées de France depuis le XVI (...)
  • 8 La Genèse de Madame Bovary, Genève, Slatkine Reprints, “Références”, 1980, p. 99.

6Pourtant, ce phénomène culturel demeure longtemps restreint au lectorat des villes et ne s’étend aux campagnes qu’avec peine et lentement. On peut supposer, au moins, que sous la Monarchie de Juillet, il n’y avait pas beaucoup de “liseuses” aussi assidues qu’Emma dans un petit village de province comme Toste ou Yonville. Du reste, l’alphabétisation féminine était encore loin d’être accomplie à l’époque. D’après les recherches des historiens, à peu près 40 % des femmes savaient lire dans les campagnes rouennaises à la fin du XVIIIe siècle5. Et malgré les progrès constants de l’alphabétisation enregistrés tout au long du siècle suivant6, la population féminine des localités rurales constitua jusqu’assez tard un groupe retardé à cet égard7. Il ne faut surtout pas oublier qu’Emma est elle-même d’origine paysanne. Son cas est plutôt une exception dans la mesure où elle a reçu une éducation bien supérieure à son statut social. Ce décalage des classes est de la plus haute importance, car, selon la formule de Cl. Gothot-Mersch, “la situation sociale d’Emma est au principe de son évolution”8. En tout cas, notre héroïne, passant toute la nuit à lire des romans immoraux, devait paraître bien scandaleuse aux habitants d’Yonville-1’Abbaye.

7Effectivement, sa belle-mère se montre hostile à ses lectures. Au chapitre VII de la deuxième partie, après le départ de Léon, Emma retombe malade, a des évanouissements et, un jour même, crache du sang. Face à l’état alarmant de sa femme, Charles fait appel à sa mère pour lui demander des conseils. Les propos que la mère lui tient alors sont capitaux pour notre sujet :

— Sais-tu ce qu’il faudrait à ta femme ? reprenait la mère Bovary. Ce seraient des occupations forcées, des ouvrages manuels ! Si elle était comme tant d’autres, contrainte à gagner son pain, elle n’aurait pas ces vapeurs-là, qui lui viennent d’un tas d’idées qu’elle se fourre dans la tête, et du désœuvrement où elle vit.
— Pourtant elle s’occupe, disait Charles.
— Ah ! elle s’occupe ! A quoi donc ? A lire des romans, de mauvais livres, des ouvrages qui sont contre la religion et dans lesquels on se moque des prêtres par des discours tirés de Voltaire. Mais tout cela va loin, mon pauvre enfant, et quelqu’un qui n’a pas de religion finit toujours par tourner mal.
Donc, il fut résolu que l’on empêcherait Emma de lire des romans. (p. 129)

  • 9 Les différentes conceptions médicales de l’hystérie de l’Antiquité à nos jours, voir Etienne Trilla (...)

8Quelques remarques à propos de ce passage. D’abord, que sont les vapeurs ? Il s’agit du nom donné autrefois à l’hystérie9. On sait que l’hystérie était considérée jusqu’à la fin du siècle dernier comme une maladie spécifiquement féminine. Le mot “hystérie” vient du grec hustera qui signifie l’utérus. Pendant longtemps, cette maladie était censée provenir de l’abstinence sexuelle et le mariage était préconisé comme le remède le plus efficace. La dénomination de vapeurs, quant à elle, indique que l’on attribuait l’affection hystérique aux vapeurs qui se dégagent de l’utérus et qui montent au cerveau pour l’attaquer. Au XIXe siècle, cette théorie utérine disparaît de plus en plus, mais la dénomination même reste largement en usage comme on le constate précisément dans le passage en question. Bref, Emma est atteinte d’“une maladie nerveuse” (p. 69) qui est désignée de nos jours sous le nom d’hystérie.

  • 10 Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, vol. 16, Stuttgart - (...)

9Or, suivant la mère Bovary, cette maladie tient à “un tas d’idées qu’[Emma] se fourre dans la tête Cette étiologie est intéressante, car elle correspond exactement au discours médical contemporain. En effet, les aliénistes de l’époque comme Esquirol ou Paul Briquet faisaient de l’hystérie l’affaire des passions, tout en rejoignant par là l’idée exprimée dès le siècle précédent dans l’article “Vapeurs” de L'Encyclopédie : “Bien des gens pensent que cette maladie attaque l’esprit plutôt que le corps, et que le mal gît dans l’imagination. Il faut avouer en effet que sa première cause est l’ennui et une folle passion, mais qui à force de tourmenter l’esprit oblige le corps à se mettre de la partie”10. Les symptômes vaporeux ne sont donc pas déterminés par des troubles organiques, mais par des désordres passionnels. L’hystérie apparaît, dès lors, comme le produit par excellence de la civilisation. Elle se répand spécialement dans la société moderne où une vie plus ou moins artificielle excite nos passions outre mesure.

  • 11 J. Raulin, Traité des affections vaporeuses du sexe, Hérissant, 1758. Cité par E. Trillat, op. cit. (...)
  • 12 12 Les citations du texte de Bouvard et Pécuchet et du Dictionnaire des idées reçues renvoient, sau (...)
  • 13 Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des Idées Reçues et Le Catalogue des idées chic, texte établi, pr (...)

10Dans ce contexte, nombre de facteurs sont accusés d’être responsables de ce “véritable fléau social"11 que constitue l’augmentation des cas d’hystérie dans la France du XIXe siècle. Les médecins condamnent ainsi l’éducation trop raffinée des filles, la gourmandise, la débauche, l’oisiveté, l’excès de travail intellectuel, l'insuffisance d’exercices physiques, mais aussi et surtout la lecture des romans. On sait que la littérature romanesque avait, de tout temps, très mauvaise réputation. Suivant Le Dictionnaire des idées reçues, “[les] romans pervertissent les masses” (p. 433)12. De fait, les moralistes dénoncent l’influence corruptrice que ces écrits frivoles exercent sur les mœurs. Ainsi, à la fin du chapitre V de Bouvard et Pécuchet, le comte de Faverges déplore que “les écrivains [...] nous peignent le vice sous des couleurs flatteuses”. Il craint surtout que ces livres tombent entre les mains de sa fille, ce qui le conduit à les interdire dans sa maison (p. 209). Les romans sont également critiquables du point de vue politique. Toujours dans Bouvard et Pécuchet, au chapitre VI, lors du déclin de la Seconde République, les réactionnaires en veulent “aux romans-feuilletons” d’avoir incité le peuple à la révolte (p. 232). La mère Bovary, pour sa part, dans le passage déjà cité, se plaint que les ouvrages romanesques inspirent de l’irrespect envers les autorités religieuses. C’est néfaste à l’ordre social car, comme le précise Le Dictionnaire des idées reçues, “la religion fait partie des Bases de la Société”13.

11Enfin, les médecins ne se montrent pas plus favorables à la lecture des romans, laquelle est à l’origine de la propagation de l’hystérie parmi les femmes modernes. Ici nous allons énumérer plusieurs extraits médicaux qui témoignent tous d’une véritable haine des romans :

Peut-être que de toutes les causes qui ont nui à la santé des femmes, la principale a été la multiplication infinie des romans depuis cent ans. (Pomme, Traité des affections vaporeuses des deux sexes, 1769 ; g226-7, f° 86)

La lecture des romans, aussi pernicieuse que celle des plus mauvais livres, n’est pas moins funeste à la femme. (Menville de Ponsan, Histoire philosophique et médicale de la femme, 1858 ; g226-7, f° 89 v°)

Cause [de la foliel pour les femmes. “les vices de l’éducation adoptée pour nos jeunes filles, la préférence accordée aux arts de pur agrément, la lecture des romans ! qui donnent aux jeunes personnes une activité précoce, des désirs prématurés, des idées de perfection imaginaire qu’elles ne trouvent nulle part.” {Dictionnaire des sciences médicales, art. “Folie” par Esquirol, 1812-1822 ; g226-7, f° 112 v°)

La lecture des romans est encore plus dangereuse pour les femmes parce qu’en leur présentant l’homme sous une forme & des traits exagérés, elle les prépare à des dégoûts inévitables, & à un vide qu’elles ne doivent pas raisonnablement espérer de remplir. (Dictionnaire des sciences médicales ; g226-7, f° 156)

La seconde maladie de l’imagination est une sensibilité outrée. Les sentiments de roman, le délire de la tristesse ne sont guères moins nuisibles. (Chr. Guillaume Hufeland, L’art de prolonger la vie humaine, 1809 ; g226-7, f° 135 v°)

Pratiques pour la continence : éviter tout ce qui enflamme l’imagination, par exemple les romans ! (Id.)

  • 14 Voir notre annexe. Une indication scénarique montre que, probablement, Flaubert avait d’abord pensé (...)

12Tous ces auteurs stigmatisent donc la production romanesque, dont les effets dévastateurs rendent les femmes impropres aux devoirs conjugaux. Or, il est important de signaler que ces citations médicales sont toutes tirées du dossier documentaire de Bouvard et Pécuchet. Flaubert avait pris, pour la préparation de son dernier roman, une énorme quantité de notes de lecture portant sur tous les domaines du savoir (de l’agronomie et la médecine jusqu’à la théologie et la pédagogie en passant par l’histoire, l’esthétique, la politique, etc.). Le recueil de ces matériaux du roman encyclopédique, conservé aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Rouen sous la cote g226, comporte, outre les sources des dix premiers chapitres, un grand nombre d’extraits destinés manifestement au second volume, lequel n’a pas été rédigé à cause de la mort de l’écrivain. Tel est, en effet, le cas des bêtises médicales que nous venons de citer. Quelques-unes d’entre elles auraient figuré dans le Sottisier sous la rubrique “Haine des Romans”, rubrique qui se trouve préparée dans le dossier documentaire (g226-7, f°22-23)14.

  • 15 Baudelaire, Œuvres complètes, Texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois, t. Il, Gallimard (...)
  • 16 C. Richet, “Les Démoniaques d’aujourd’hui”, Revue des Deux Mondes, vol. 37, 15 janvier 1880, p. 348

13Maintenant, on peut mieux saisir la complexité du personnage d’Emma, dont le côté pathologique a plus d’importance que l’on ne croit ordinairement. Baudelaire, dans son bel article sur Madame Bovary, a appelé l’héroïne flaubertienne “poète hystérique” : “L’hystérie ! Pourquoi ce mystère physiologique ne ferait-il pas le fond et le tuf d’une œuvre littéraire [...] ?15 ” Il est curieux de constater ici que cette interprétation du grand poète s’accorde avec l’assertion d’un disciple de Jean-Martin Charcot. Dans une étude concernant “Les Démoniaques d’aujourd’hui” publiée en 1880, Charles Richet, lui-même éminent psychiatre, affirme que “de toutes les hystériques dont les romanciers ont raconté l’histoire, la plus vivante, la plus vraie, la plus passionnée, c’est Mme Bovary”16. Voilà le diagnostic d’un médecin réel porté sur l’héroïne de fiction. Difficile, capricieuse, menteuse et pleine d’amour-propre, Emma montre tous les principaux traits du caractère des hystériques que l’on observe quotidiennement à la Salpêtrière. Ce que Jules de Gaultier a nommé le bovarysme il y a presque un siècle n’est évidemment pas sans rapport avec cette dimension pathologique. Le malheur d’Emma vient de ce qu’elle s’exagérait trop l’amour et le bonheur conjugal “qui lui avaient paru si beaux dans les livres” (p. 36). Elle est victime de sa propre imagination qui est principalement livresque. Le bovarysme coïncide, dans son cas au moins, avec le mécanisme de l’hystérie tel que l’expliquaient les extraits médicaux cités à l’instant, en particulier ceux du Dictionnaire des sciences médicales.

  • 17 La genèse de Madame Bovary, op. cit., p. 194. Cl. Gothot-Mersch illustre cette remarque par un pass (...)
  • 18 Plans et scénarios de Madame Bovary, op. cit., p. 5. On trouve au ms gg9, f°9v° (troisième scénario (...)

14Une lecture rapide du texte romanesque suffit à corroborer ces opinions, tant il est facile de relever de nombreux passages descriptifs où le corps souffrant de l’héroïne est mis en scène. Pour n’en citer que trois exemples typiques : “Elle pâlissait et avait des battements de cœur” (p. 69) ; “Dès lors, elle [...] contracta une petite toux sèche et perdit complètement l’appétit” (ibid.) ; “Elle restait brisée, haletant, inerte, sanglotant à voix basse et avec des larmes qui coulaient” (p. 112). Comme nous l’avons vu précédemment, la mère Bovary rapporte ces dérangements physiologiques aux jeux d’une imagination déréglée ainsi qu’au désœuvrement, et propose comme remède de priver sa belle-fille de la lecture des romans. Ce faisant, elle rejoint parfaitement les aliénistes et hygiénistes contemporains qui redoutaient fort le pouvoir malfaisant de l’imaginaire. C’est, en un sens, tout un discours médical qui parle là par sa bouche. La maladie d’Emma ne se comprend véritablement que si on la replace dans ce contexte épistémologique. L’héroïne de Madame Bovary apparaît ainsi comme une vaporeuse au sens où l’on entendait ce terme dans la première moitié du XIXe siècle. Il est indiscutable que Flaubert a élaboré très consciemment cette épaisseur médicale de son personnage. CI. Gothot-Mersch a fait remarquer que “les scénarios et les brouillons, plus que la version définitive, mettent [...] en relief le côté hystérique du personnage”17. Dès le début de la phase scénarique, d’ailleurs, on lit cette notation explicite : “[Emma] a des vapeurs. des besoins de pleurer où elle s’enferme” (gg9, f°3 ; deuxième scénario général)18.

  • 19 Y. Leclerc, La spirale et le monument. Essai sur Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, SEDES, 19 (...)
  • 20 En témoigne une tirade d’Homais supprimée à la dernière étape de la rédaction. Le pharmacien expose (...)

15Dans cet exposé, nous avons montré que la bibliothèque romanesque d’Emma se trouve incriminée par la bibliothèque médicale de Bouvard et Pécuchet. Il existe incontestablement un rapport critique entre ces deux bibliothèques. Et, malgré la chronologie des deux œuvres, on pourrait dire que l’histoire de Madame Bovary se présente comme une parodie des discours médicaux sur l’hystérie que contient le dossier de Bouvard. Y. Leclerc a remarqué fort justement que “les textes de la jeunesse et de la maturité s’écrivent à partir du dernier”19 En effet, Flaubert, fils d’un chirurgien renommé, connaissait bien l’accusation portée contre les romans par les médecins lorsqu’il s’est mis à la rédaction de son premier chef-d’œuvre20. Et réciproquement, en entreprenant Bouvard et Pécuchet, il s’est intéressé à cette accusation, précisément parce qu’il avait déjà inventé le personnage d’Emma Bovary.

  • 21 A Louise Colet, 20 juin 1853 (Correspondance, édition établie, présentée et annotée par Jean Brunea (...)
  • 22 Ibid., p. 678.
  • 23 A Charles Baudelaire, 14 août 1857 (ibid., p. 758).
  • 24 Pour plus de détails sur le procès de Madame Bovary et aussi sur les procès littéraires au XIXe siè (...)

16Au fond, il s’agit d’une préoccupation ancienne de Flaubert, que la Correspondance nous montre sans cesse indigné de “la haine [...] portée à la poésie, à l’Art pur, cette négation complexe du Vrai”21. Ainsi, pour lui, le procès de Madame Bovary ne symbolisait rien de moins que ces mauvais traitements qu’on faisait alors subir à la littérature en général. C’est du moins ce qu’il soutenait lui-même dans une lettre à Champfleury, le 4 février 1857 : “Vous avez compris que ma cause était celle de la littérature contemporaine tout entière. Ce n’est pas mon roman qu’on attaque, mais tous les romans, et avec eux le droit d’en faire”"22. Il est vrai que ce procès s’est terminé par l’acquittement du romancier. Mais ce dénouement heureux ne doit pas être regardé comme une victoire de l’autonomie littéraire, car le texte du jugement n’oublie pas d’insister à plus d’une reprise sur la prétendue moralité de l’art. De plus, six mois plus tard, Baudelaire a été à son tour traduit en justice, ce qui n’a pas manqué de révolter Flaubert : “Ceci est du nouveau : poursuivre un livre de vers ! Jusqu’à présent la magistrature laissait la poésie fort tranquille. Je suis grandement indigné”23. Cette fois, le tribunal a prouvé sa haine de la littérature en condamnant le poète des Fleurs du mal à 300 francs d’amende et à la suppression de six poèmes24.

17Concluons donc avec Bouvard et Pécuchet qui, à la fin du chapitre V, résument leur expérience littéraire ainsi : “On n'aime pas la littérature” (p. 211).

Annexes

Annexe : Transcription du ms g226-7, f°23

romans
3

La lecture des romans est aussi pernicieuse que celle des plus mauvais livres n'est pas moins funeste à la femme.
Menville de Ponsan - Hist. philos. & médic. de la femme. T. II. P. 480

romans
4

Peut-être que de toutes les causes qui ont nui à la santé des femmes la principale a été la multiplication infinie des romans depuis centans.
Pomme - Traité des affect. vapor. des deux sexes. 1769 — T. IL P. 441

romans
5

Les vices de l'éducation adoptée pour nos jeunes filles, la préférence accordée aux arts de pur agrément, la lecture des romans qui donnent aux jeunes personnes une activité précoce, des désirs prématurés, des idées de perfection imaginaire qu'elles ne trouvent nullepart
Dictionnaire des Scienc. Médic. Art = Folie.

id
6

La culture trop assidue des Beaux-Arts, le dessin des formes masculines, athlétiques, l'étude d'une musique tendre & mélodieuse, la fréquentation habituelle ou trop continue du Muséum —
Louyer-Villermay - Dict. Sc. Médic. Art = Nymphomanie

Romans
7

La lecture des romans est encore plus dangereuse pour les femmes parce qu'en leur présentant l'homme sous une forme et des traits exagérés, elle les prépare à des dégoûts inévitables et à un vide qu'elles ne doivent pas raisonnablement espérer deremplir.
Diet. des Sciences Médicales.

Cause des maladies : Les Romans !

voy. Pomme - affections vaporeuses

voy. Bourdet. Menville de Ponsan

positivisme[ajout] article Folie, du Diet. des S. Médicales

Notes

1 Mss gg9, f°5 et 18 (Gustave Flaubert, Plans et scénarios de Madame Bovary, Présentation, transcription et notes par Yvan Leclerc, CNRS Editions / Zulma, 1995, p. 24 et 26).

2 Les citations du texte de Madame Bovary renvoient à l’édition de Claudine Gothot-Mersch, Garnier Frères, “Classiques Garnier”, 1971.

3 J. Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Payot, “Critique de la politique”, 1993, p. 55-56.

4 Voir entre autres R. Chartier, “Les pratiques de l’écrit”, Histoire de la vie privée, sous la direction de Philippe Ariès et Georges Duby, Seuil, “Points”, t. 3. p. 144-146.

5 M. Jeorger, “L’alphabétisation dans l’ancien diocèse de Rouen au XVIIe et au XVIIIe siècles”, Lire et écrire. L'alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, sous la direction de François Furet et Jacques Ozouf, Editions de Minuit, “Le sens commun”, 1977. t. 2, p. 110-113.

6 Sur les femmes lectrices au XIXe siècle, voir Martyn Lyons, “Les nouveaux lecteurs au XIXe siècle : femmes, enfants, ouvriers”, Histoire de la lecture dans le monde occidental, sous la direction de Guglielmo Cavallo et Roger Chartier, Seuil, “L’Univers historique”, p. 367-377.

7 Il est vrai que la Normandie a été l’une des régions les plus alphabétisées de France depuis le XVIIe siècle. Certains pays tels que le Caux se trouvaient toutefois très en retard sur d’autres et présentaient de médiocres taux d’alphabétisation féminine. Voir à ce sujet M. Jeorger, art. cit., p. 113-125.

8 La Genèse de Madame Bovary, Genève, Slatkine Reprints, “Références”, 1980, p. 99.

9 Les différentes conceptions médicales de l’hystérie de l’Antiquité à nos jours, voir Etienne Trillat, Histoire de l'hystérie, Seghers, “Médecine et Histoire”, 1986.

10 Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, vol. 16, Stuttgart - Bad Cannstatt, Friedrich Frommann Verlag (Günther Holzboog), 1967, p. 837.

11 J. Raulin, Traité des affections vaporeuses du sexe, Hérissant, 1758. Cité par E. Trillat, op. cit., p. 71-72.

12 12 Les citations du texte de Bouvard et Pécuchet et du Dictionnaire des idées reçues renvoient, sauf indication contraire, à l'édition de Stéphanie DordCrouslé. Flammarion, “GF”, 1999.

13 Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des Idées Reçues et Le Catalogue des idées chic, texte établi, présenté et annoté par Anne Herschberg-Pierrot, Librairie Générale Française, “Le Livre de poche”, 1997, p. 117.

14 Voir notre annexe. Une indication scénarique montre que, probablement, Flaubert avait d’abord pensé à utiliser ces extraits médicaux pour le premier volume : “Dans les livres moraux — la médecine, haine des romans. Le roman est cause de toutes les maladies nerveuses” (gg10, f°42v° ; G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Edition critique par Alberto Cento, précédée des scénarios inédits, Napoli, Istituto Universitario Orientale, 1964, p. 155).

15 Baudelaire, Œuvres complètes, Texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois, t. Il, Gallimard, “Bibliothèque de la Pléiade”, 1976, p. 83.

16 C. Richet, “Les Démoniaques d’aujourd’hui”, Revue des Deux Mondes, vol. 37, 15 janvier 1880, p. 348.

17 La genèse de Madame Bovary, op. cit., p. 194. Cl. Gothot-Mersch illustre cette remarque par un passage du brouillon (g223-l, f°288) où l’on voit Emma se livrer “à des comédies qui trahissent un grave déséquilibre”.

18 Plans et scénarios de Madame Bovary, op. cit., p. 5. On trouve au ms gg9, f°9v° (troisième scénario général) une notation tout analogue : “elle a des vapeurs, des spasmes nerveux – s’enferme dans sa chambre pour pleurer” (ibid., p. H).

19 Y. Leclerc, La spirale et le monument. Essai sur Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, SEDES, 1988, p. 19.

20 En témoigne une tirade d’Homais supprimée à la dernière étape de la rédaction. Le pharmacien expose à la mère Bovary sa théorie physiologique expliquant les mauvais effets de la lecture nocturne : “Nonobstant, je pense, comme vous, Madame, que la mollesse du lit lorsqu’on y joint l’habitude de la lecture peut devenir extrêmement funeste. L’inertie musculaire qui est trop complète ne contrebalance pas l’action céphalique qui est trop violente ; sans compter que la nuit par elle-même, agit puissamment sur le système nerveux, car l’imagination est alors, plus surexcitable, la sensibilité plus impressionnable. [...]” (g000, f°202).

21 A Louise Colet, 20 juin 1853 (Correspondance, édition établie, présentée et annotée par Jean Bruneau, t. II, Gallimard, “Bibliothèque de la Pléiade”, 1980, p. 357).

22 Ibid., p. 678.

23 A Charles Baudelaire, 14 août 1857 (ibid., p. 758).

24 Pour plus de détails sur le procès de Madame Bovary et aussi sur les procès littéraires au XIXe siècle en général, voir Yvan Leclerc, Crimes écrits, Plon, 1991. Comme le fait remarquer Y. Leclerc, “la seule façon de rendre justice aujourd’hui aux écrivains poursuivis est paradoxalement de les charger, de se mettre, pour les lire, à la place du procureur, afin de redonner à leurs textes la force de scandale qu’ils ont perdue en passant par une plaidoirie moralisante et par plus d’un siècle de blanchiment pédagogique” (p. 11).

Auteur

Université Rikkyo (Tokyo)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540