Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bibliothèque de Flaubert

 | 
Yvan Leclerc

Critiques

La bibliothèque du Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine

Arlette Dubois

Texte intégral

1Le musée Flaubert et d'Histoire de la Médecine abrite, dans la maison natale de l’écrivain, une bibliothèque patrimoniale constituée d'ouvrages médicaux et pharmaceutiques anciens : un tiers du fonds, qui compte actuellement 1782 titres, est antérieur au XIXe siècle.

2C'est toute l'histoire de la pensée médicale que l'on peut retracer grâce à des ouvrages majeurs, parfois dans leur première édition et souvent illustrés de gravures remarquables tant pour leur aspect documentaire que pour leur valeur esthétique.

3Cette bibliothèque spécialisée, consultable sur rendez-vous, s’adresse aux professionnels de la Santé, mais elle peut également intéresser d’autres chercheurs, dans la mesure où ce fonds a pu constituer une source de documentation pour Gustave Flaubert.

4Nous allons le voir en tentant de retracer l’historique de cette bibliothèque.

5En 1949, une lettre de René Henri Martin, conservateur du Musée, adressée à la Direction Générale des hôpitaux mentionne l'existence d'une bibliothèque connue sous l'appellation “Bibliothèque Flaubert-Barré” :

Ces volumes, au nombre de 1200, dont certains sont de grande valeur en raison de leur ancienneté, pourront faire l'objet d'un inventaire lorsqu'ils prendront place dans une salle à créer au musée. Ces ouvrages sont actuellement entassés dans un placard du garde-meuble de l'Hôtel-Dieu. Ils ont été légués à cet établissement par leurs anciens propriétaires, Dr Achille Flaubert fils et Dr Barré. Lors de l'installation envisagée ci-dessus, il pourra y être joint les volumes également de valeur, renfermés dans l'armoire Louis XIV placée dans le cabinet de toilette de la chambre natale de Gustave Flaubert. Ces ouvrages ont été laissés par le Dr Brunon lorsqu'il était conservateur de ce musée.

6Cette lettre fait donc référence à un fonds de livres appartenant aux hôpitaux.

7L'examen des pages de titre de nombreux livres nous permet de retrouver sur la majeure partie des ouvrages la trace d'un cachet imprimé rond : “Hospices civils de Rouen, Seine inférieure, Administration”.

8Un autre fonds semble provenir du musée créé par le Dr Brunon en 1901.

9Le Dr Brunon a été le premier conservateur de ce musée, mais il était aussi Directeur de l'Ecole de Médecine créée à Rouen en 1821.

10Achille Cléophas Flaubert avait été le premier enseignant de cette école en anatomie, physiologie et clinique.

11A la lecture du périodique La Normandie Médicale, on constate que des livres ont été offerts tantôt à l'Ecole (don de 400 livres du Dr Leudet que l'on retrouve actuellement dans le fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Médecine), tantôt au musée de l'Ecole (dons Beaunis, Féré...)

12On peut supposer que les livres les plus anciens d'un intérêt plus historique que scientifique étaient légués au Musée.

13Certains ouvrages portent un cachet imprimé rond : “Ecole de Médecine-Bibliothèque Pillore” ; le legs d’Henry Pillore, médecin bibliophile rouennais, date de 1855.

14Quant à la dénomination “Bibliothèque Flaubert-Barré”, elle laisse entendre qu'un certain nombre de livres ont pu faire partie de la bibliothèque professionnelle des chirurgiens Flaubert, père et fils. Des annotations manuscrites relevées sur 97 ouvrages confirment cette appartenance.

15Les ouvrages ont été classés par grandes disciplines : anatomie, chirurgie, médecine, pharmacie, obstétrique, sciences, histoire de la médecine, auxquelles il faut ajouter des thèses, mélanges, dictionnaires, règlements administratifs, livres religieux.

16La bibliothèque possède également des périodiques (Mémoires de l’Académie royale de chirurgie, Annales d’hygiène publique...).

17Les ouvrages d’anatomie et de chirurgie, abondamment illustrés, sont parmi les plus beaux.

18C’est le cas de l’ouvrage fondateur de l’anatomie De corporis humani fabrica du médecin André Vésale dans son édition princeps (1543), exemplaire gravé et colorié à la main.

19On trouve également de superbes estampes dans le traité d’anatomie du Flamand Bidloo (1690) et dans les sept volumes du Traité complet de l’anatomie de l’homme de Bourgery, illustré par Jacob dans la première moitié du XIXe siècle.

20La diffusion des images par le livre imprimé dès le XVIe siècle va permettre une expansion très rapide du savoir médical et favoriser l’essor de la chirurgie. Ambroise Paré en est le réformateur en France avec la publication des Œuvres en 1575.

21Le retour aux sources antiques permet également la redécouverte des connaissances médicales des Anciens : c’est, par exemple, le De re Medica de Celse ou la traduction des traités chirurgicaux d’Hippocrate par Vidius.

22Au début du XVIIe siècle, l’Allemand Fabricus Hildanus se distingue pour son intérêt pour l’anatomo-physiologie dans Opera...(1646), mais le centre des études reste l’Italie avec Fabricus d’Acquapendente et son Opera chirurgica : celui-ci fut le maître et l’inspirateur de l'Anglais William Harvey, découvreur de la circulation du sang. Cette théorie est défendue en France par le chirurgien Dionys qui l’enseigne au jardin du Roi et publie L’anatomie de l’homme suivant la circulation du sang... (1698).

23On trouve également dans la bibliothèque les noms de Hunter, Petit, Le Cat, Larrey, Civiale, Morgagni qui inaugure l’anatomie pathologique, et Desault qui développe l’enseignement clinique cher à Achille Cléophas Flaubert.

24Parmi les ouvrages de médecine, on relève bien sûr les noms de Hippocrate et de Galien, mais aussi de Bichat, Broussais, Broca, Charcot, Duchenne de Boulogne, Laennec, Pinel, ainsi que ceux de Foville et de Parchappe, médecins aliénistes de l’asile Saint-Yon à Sotteville.

25Les livres de pharmacie sont magnifiquement illustrés de planches gravées sur bois ou en taille douce, représentant des plantes aux indications thérapeutiques. Ces estampes sont parfois rehaussées à l'aquarelle comme dans les cinq volumes de planches botaniques sur les jardins romains datant du XVIIIe siècle.

26Parmi les livres du XVIe siècle, on trouve les ouvrages des fondateurs Théophraste et Dioscorides avec les commentaires de Matthiole.

27De Clusius ou Charles de l'Ecluse qui créa le jardin botanique de Leyde aux Pays-Bas, le Musée possède Rariorum plantarum historia dans la 1re édition de 1601, imprimée dans la célèbre officine de Plantin-Moretus à Anvers.

28Pour le XVIIe siècle, on peut citer les livres de Bauhin, Dalechamp, celui de Morison imprimé à Oxford et un livre d'alchimie de Planis Campy.

29Le musée possède également les Œuvres pharmaceutiques de Jean de Renou dans sa traduction française de 1626, livre dans lequel on trouve la première trace d'un code de déontologie de la profession avec “le serment des apoticaires chrétiens et craignant Dieu”.

30Parmi les pharmacopées et codex, on peut citer le Dictionnaire des drogues et la Pharmacopée universelle du rouennais Nicolas Lemery, fondateur de la chimie organique.

31Les ouvrages d’obstétrique concernent les travaux de Beaudelocque, Deventer, Guillemeau, La Chapelle, La Motte, Pevret, Mauriceau, Maygrier et Smellie pour les plus connus.

32Le Traité de l’Art des accouchements, écrit par Madame Du Coudray, est le complément du “mannequin pour la démonstration des accouchements” conçu par cette sage-femme au XVIIIe siècle. Cet objet curieux, exposé au musée, est l’unique exemplaire connu. Gustave Flaubert y fait allusion dans Bouvard et Pécuchet : “Si nous travaillions les accouchements, avec un de ces mannequins...”.

33En l’absence d’inventaire après décès concernant la bibliothèque médicale d’Achille Cléophas Flaubert, il est difficile d’estimer son importance.

34On peut supposer qu’Achille hérite de la bibliothèque professionnelle de son père comme il hérite de la fonction de chirurgien et du logement, et qu'il laisse cette bibliothèque sur place lors de son départ pour Nice en 1880.

35Un ancien cahier d’inventaire datant de 1914 fait mention de 1055 titres pour la bibliothèque de l’Hôtel-Dieu.

36Combien ont appartenu à la famille Flaubert ?

37A l’heure actuelle, on a une certitude pour une centaine de livres retrouvés avec des marques d’appartenance (ex-libris, envois, dédicaces...). Les trois-quarts ont appartenu à Achille, un quart à son père.

38Les ouvrages que l’on peut attribuer à Achille Cléophas sont au nombre de vingt-cinq.

39Deux titres sont des prix d’anatomie et de médecine remportés en 1806 par Achille Cléophas Flaubert à l’Ecole de Médecine de Paris : De corporis humani fabrica de Soemmerring (1794) en cinq volumes et la Philosophie chimique de Fourcroy (1806).

40Achille Cléophas ne semble pas avoir eu le goût de la collection. Seuls quatre livres portent un ex-libris manuscrit : ce sont les ouvrages généraux de base d’un étudiant de l’époque.

41On trouve le Traité complet d’anatomie de Boyle (1797), Institutiones medicae de Boerhaave (1747) avec la mention sur la page de garde “Flaubert élève de l’école de médecine de Paris”, le Système sexué des végétaux de Linné (1799) avec la mention

42“Flaubert élève de l’école de médecine” et Les nouveaux éléments de physiologie de Richerand (1801) que Gustave Flaubert cite dans Bouvard et Pécuchet.

43Jamais Achille Cléophas ne précise son prénom ni les initiales de son prénom.

44Les autres ouvrages sont des envois d’auteurs, confrères ou amis, ce qui ne laisse pas transparaître les goûts et les centres d’intérêts d’Achille Cléophas.

45A l’étudiant Flaubert, Charpentier envoie son Essai sur la mélancolie (1803) et Chevalier un ouvrage d’anatomie en anglais A treatise on gun-shot wounds (1806).

46Au chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu de Rouen, Chailly envoie sa traduction des aphorismes d’Hippocrate (1836), Emangard envoie son Cours de nosologie (1843), Guyot son Traité de l'incubation (1840), Josse son Traité de chirurgie pratique (1835), Félix Archimède Pouchet son Traité élémentaire de zoologie (1832), Tanchou les Nouvelles, méthodes pour détruire la pierre dans la vessie (1830).

47Au Professeur, Duval adresse son Traité pratique du pied-bot (1839) avec un envoi “A mon premier maître, Monsieur Flaubert. Témoignages de reconnaissance”, Félix Archimède Pouchet adresse le Traité de botanique (1836) avec un envoi “A mon excellent maître, Monsieur Flaubert” et La théorie positive de la fécondation des mammifères (1842) dédicacé “A mon excellent maître, Monsieur Flaubert. Hommages de reconnaissance et d’attachement”.

48Au confrère et ami, Lauth adresse le Nouveau manuel de l’anatomiste (1835), Marjolin son cours de pathologie chirurgicale (1837). Les frères Cloquet, Jules et Hippolyte, envoient cinq ouvrages dont le Traité d’anatomie descriptive (1816) d’Hippolyte, adressé “A mon excellent et sincère ami le Docteur Flaubert, chirurgien en chef de l’hôpital de Rouen”, une traduction du Traité des hernies de l’anglais Lawrence par Jules et le Mémoire sur une manière nouvelle de pratiquer l’opération de la pierre de Dupuytren illustré de dix planches de Jacob (1836) avec un envoi de Jules Cloquet : “A mon ami le Docteur Flaubert”.

49Les Cloquet avaient été élèves de l’Ecole d’Anatomie artificielle de Rouen dirigée par Laumonier. De cette époque date l’amitié qui unit Jules à la famille Flaubert, ce qui explique l’affection qu’il vouera à Gustave, qu’il accompagnera en voyage en Corse en 1840, et auquel il donnera des conseils pour sa “maladies de nerfs”.

50Dupuytren avait été le maître d’Achille Cléophas Flaubert.

51Marjolin, camarade d’études d’Achille Cléophas, sera appelé au chevet de Caroline mourante en 1846.

52On sait que Gustave consultera l’ouvrage de Duval pour la rédaction de Madame Bovary.

53Dans le cas d’Achille Chléophas, il s’agit donc d’un ensemble d’ouvrages contemporains qui témoignent, avec d’autres déjà vus dans le contenu de la bibliothèque, des liens qu’entretenait le chirurgien avec les célébrités médicales de son temps.

54Achille Flaubert, à la différence de son père, tenait à marquer ses livres. Sur soixante-dix titres, trente et un portent son nom précédé de l’initiale de son prénom. Achille semble avoir collectionné les livres anciens en latin : on en compte dix-huit. La moitié sont des livres de médecine (Harvey, Fusch, Bartholini...) de très petits formats in-8 ou in-12, l’autre moitié sont des livres de botanique (Jussieu, Linné) : Achille semble avoir aimé particulièrement cette discipline enseignée à Rouen par Félix Archimède Pouchet.

55Deux de ces livres ont été offerts par Bourlet “un ami de cours”. Le musée possède le Cahier du cours de botanique de Monsieur Pouchet (15 mai-25juillet 1832), rédigé de la main d’Achille, alors qu'il avait 19 ans.

56Plus tard, en 1853, Pouchet envoie son livre Histoire des sciences naturelles au Moyen Age à Achille, en “hommage d’amitié et de parfaite considération”.

57Les autres livres sont des envois d’amis (Amussat, Cloquet, Forget...), de collègues (Dumenil, Fauvel, Follin, Duval, Hellot, Leroy d’Etiolles...) et d’élèves (Douvres, Duchaussoy, Postel, Georges Pouchet). Ce sont essentiellement des livres de chirurgie.

58Il existe dans la bibliothèque des livres qui ne portent pas de marque d'appartenance à la famille Flaubert, mais qui étaient connus de Gustave, qui a puisé là une source de documentation et de réflexion.

59On sait qu’il a lu les ouvrages de Lavater, Essai sur la physiognomonie en quatre volumes (1781) et de Gall, Anatomie et physiologie du cerveau (1807) : nombreuses sont les allusions à la phrénologie dans Madame Bovary et dans Bouvard et Pécuchet.

60Il connaît Van Helmont, Bichat, Cabanis et Ricord. Ce dernier est l’auteur de nombreux traités sur les maladies vénériennes qui ont certainement retenu l’intérêt de Flaubert.

61On trouve également dans la bibliothèque des livres qu’il cite dans Bouvard et Pécuchet : Le Traité d’hygiène de Becquerel, Avis au peuple sur sa santé de Tissot, Médecine et hygiène des arabes de Bertherand et quatre-vingt treize volumes du Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales de Dechambre qu’il consulte à plusieurs reprises.

62Une recherche plus approfondie permettrait certainement de retrouver dans cette bibliothèque d’autres ouvrages connus de l’écrivain.

63Nombreuses sont les références à la médecine dans l’œuvre de Gustave Flaubert. Par ailleurs, la lecture de sa correspondance témoigne, au-delà de l’aspect documentaire de ses lectures sur le sujet, d’un réel intérêt personnel pour cette discipline.

64A Ernest Feydeau, il écrit le 29 novembre 1859 : “C’est une chose étrange comme je suis attiré par les études médicales. J’ai envie de disséquer. Si j’étais plus jeune de 10 ans, je m’y mettrais”.

65Le cadre de vie hospitalier dans lequel il a passé sa jeunesse, son entourage familial et son cercle d’amis ne sont pas évidemment étrangers à cet intérêt pour la médecine.

66Afin de rendre ce propos plus lisible aux visiteurs de la chambre natale de Gustave Flaubert, il est prévu, dans le cadre de la rénovation du Musée, d’aménager une salle supplémentaire sur ce thème de la médecine dans l’œuvre de l’écrivain.

Auteur

Conservateur au Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540