Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bibliothèque de Flaubert

 | 
Yvan Leclerc

Critiques

Entretien sur la bibliothèque de Flaubert1

Yvan Leclerc

Texte intégral

Où se trouve actuellement la bibliothèque de Flaubert ?

  • 1 Entretien paru dans la revue Le Français dans tous ses états, no 44, 2000, "Bibliothèque(s)”, p. 4 (...)

1La bibliothèque de Flaubert est aujourd’hui conservée dans la salle des mariages de la Mairie de Canteleu, commune voisine de Rouen dont dépend Croisset, sur les bords de Seine. Elle se trouve donc à quelques kilomètres du lieu où Flaubert a vécu, mais cette proximité cache en fait un long détour par le Sud de la France, et une histoire à épisodes. Lorsque Flaubert meurt, le 8 mai 1880, ses livres passent à son héritière, sa nièce Caroline Commanville. Elle vend la propriété de Croisset l’année suivante, et la bibliothèque (meubles et livres) suit Caroline à Antibes, où elle fait construire la Villa Tanit en 1893. Sur la Côte d'Azur, elle a pour voisin Louis Bertrand, qui reçoit la bibliothèque en legs à la mort de Caroline, en 1931. Louis Bertrand est académicien : c'est donc à l'Académie française qu'il vend en viager cette bibliothèque, en 1936. Mais quand il meurt, en 1941, la période est peu propice à la littérature et aux transports d'objets précieux. La bibliothèque attend la fin de la guerre à Antibes, dans le château Grimaldi, qui abrite le Musée de la ville. Quand vient le moment d'entrer en possession de son achat, l'Académie française se ravise : elle découvre alors qu'elle n'a pas la place pour entreposer cet héritage encombrant. En fait, on peut soupçonner un prétexte, Flaubert n'ayant pas ménagé ses critiques à l'égard d'une institution dont il n'a jamais réclamé les suffrages. L'Académie refusait donc Flaubert, à titre posthume et par livres interposés, comme lui avait refusé l'Académie. La Société des Amis de Flaubert est alors intervenue pour faire revenir la bibliothèque à son lieu d'origine : en 1952 les meubles et les livres regagnaient Croisset, pas la maison détruite, ni le Pavillon, trop petit, mais la Mairie, à cette époque située en bordure de Seine, à quelques centaines de mètres en amont du Pavillon, et depuis 1990 transférée sur les hauteurs de Canteleu. Un héritage, un legs, une vente aux enchères, une acquisition finalement refusée : il a fallu cette transmission chaotique pour que la bibliothèque fasse retour, soixante-dix ans après. Même si la bibliothèque de Flaubert n'a pas été conservée telle qu'il l'a laissée à sa mort, au volume près, c'est une grande chance de trouver cet ensemble préservé : les bibliothèques d'auteurs du XIXe siècle sont assez rares. Rien de tel ne subsiste pour Chateaubriand, Goncourt, Zola ou Maupassant.

Les dates d'acquisition sont-elles connues ? S'agit-il d'une bibliothèque familiale ou personnelle ?

2Pour avoir une idée des dates d'acquisition, il faut recouper plusieurs indices chronologiques. D'abord la date d'édition du livre, qui fournit un terminus a quo (butée amont dans le temps), mais Flaubert a pu acquérir le livre longtemps après sa publication. Par ailleurs, la correspondance nous donne les dates de lecture : terminus ad quem pour l'acquisition. Prenons un exemple : les Essais de Montaigne, l'un des livres cultes de Flaubert (il suffit d'ailleurs de voir l'état d'usure des deux volumes pour avoir la preuve matérielle de lectures répétées). Flaubert parle de sa lecture de Montaigne pour la première fois dans une lettre à son ami Ernest Chevalier, datée du 13 septembre 1838. L'édition des Essais qui se trouve encore dans la bibliothèque est de 1836. L'achat se situe donc entre ces deux dates, sous réserve que Flaubert ait bien commencé à lire Montaigne dans cette édition-là... Il est toujours délicat de passer de l'objet-livre à des considérations sur une pratique de lecture. En revanche, d'autres dates d'entrée dans la bibliothèque sont certaines. Il s'agit des ouvrages dédicacés à Flaubert, au maître et à l'ami, envoyés dès leur parution, doublement datés par leur sortie en librairie et par les lettres de remerciements adressés à l'auteur. Ces volumes dédicacés à Flaubert représentent un fort pourcentage dans l'ensemble de la bibliothèque : 241 sur un total de 1616 actuellement conservés. C'est ici qu'il faut faire des comptes : des additions et aussi, hélas, des soustractions. A la mort de Flaubert, un notaire, Me Bidault dresse l'inventaire des livres : il en compte 1689. Aujourd'hui, il y en a 1616. Ces 73 livres de différence seraient presque négligeables si 590 environ de la bibliothèque actuelle n'étaient postérieurs à 1880 : ce sont donc les livres de la nièce qui sont venus s’ajouter à ceux de l'oncle. Mais si l'on arrive aujourd'hui approximativement au même nombre qu'en 1880 avec 590 livres postérieurs à la mort de Flaubert, cela signifie que sa bibliothèque propre a été amputée d'autant d'ouvrages : environ 660 livres dont on sait que certains ont été vendus après la mort de Caroline Franklin Grout (au moins 223 livres référencés dans deux catalogues de vente), d'autres ont pu être monnayés ou donnés du vivant de la nièce, d'autres peut-être perdus ou volés dans les déménagements et les tribulations... Donc, sur les 1616 livres actuels, on peut estimer qu'un bon millier a appartenu à Flaubert. Il s'agit à la fois de sa bibliothèque personnelle, mais aussi d'une bibliothèque familiale, constituée par trois générations : à la mort de son père, en 1846, Gustave hérite d'une partie de la bibliothèque familiale, son frère Achille, chirurgien, récupérant les livres de médecine (un grand nombre se trouve actuellement conservé au Musée Flaubert et d'Histoire et de la Médecine, 51, rue de Lecat, à Rouen). 260 livres de la bibliothèque de Flaubert sont antérieurs à sa naissance, le plus ancien datant de 1614... Trois générations donc pour enrichir (et appauvrir) la bibliothèque : le père, le fils et la nièce.

Sait-on comment il avait rangé ses livres ?

3Oui, grâce à l'inventaire après décès dressé par Me Bidault, qui procède par ordre, en respectant la division en quatre bibliothèques, les deux petites et les deux grandes, dans lesquels les livres se trouvent encore rangés à la Mairie de Canteleu : quatre meubles de chêne à colonnes torsadées (voir le dessin de G. Rochegrosse représentant le cabinet de Flaubert à Croisset et la photo de l'état actuel dans l'Album Flaubert, Pléiade, 1972, p. 171 et 175). Mais à lire cet inventaire, il est difficile de trouver une logique de rangement. Comme le remarque René Rouault de la Vigne, le premier à avoir publié le relevé officiel du notaire, Flaubert semble “plus préoccupé [...] de caser une masse assez considérable de volumes, que d'organiser un placement qui eût, à tout le moins, rapproché les uns des autres, les différents titres d'un même auteur”. Peut-on tirer une interprétation du lieu où se trouvaient les Œuvres de Sainte-Thérèse : dans un placard du cabinet de toilette ? On sait que Flaubert était doté d'une fabuleuse mémoire pour l'écrit : il devait retrouver immédiatement le livre qu'il cherchait parmi les 1600, sans éprouver le besoin d'un classement par auteur ou par genre.

Quels auteurs contemporains de Flaubert y trouve-t-on ?

4Je serais tenté de dire qu'ils y sont tous, du moins ceux de ses contemporains qui ont laissé un nom : Musset, Hugo, Baudelaire, Gautier, Leconte de Lisle, Mallarmé, Michelet, Taine, Renan, Sand, Goncourt, Zola, Tourgueneff, et Maupassant, qui a eu le temps de signer ses trois premières œuvres à celui qu'il appelle le paternel ami. Car la plupart de ces livres sont dédicacés : Flaubert achetait rarement les livres de ses contemporains, il les recevait avec un envoi. L'ouvrage le plus précieux est sans doute l’exemplaire des Soirées de Médan, “A notre ami et maître/Gustave Flaubert”. Suivent les signatures de Zola et des cinq autres collaborateurs du recueil, Maupassant, Fluysmans, Céard, Hennique et Alexis. Ces exemplaires dédicacés (241 volumes signés de 82 auteurs différents) permettent d'établir le réseau des relations littéraires de Flaubert, redoublant ses liens épistolaires ; le texte des dédicaces montre également quelle place était la sienne dans la “République des Lettres”.

Quelle proportion représente chaque genre, en dehors des documents utilisés pour ses romans ?

5Il faut d'abord préciser que Flaubert n'acquérait pas tous les livres qu’exigeait la documentation spécifique de ses romans, fort heureusement pour sa bourse et pour son espace vital. On sait, par ses déclarations épistolaires et par ses carnets de notes, qu'il a lu environ 1500 ouvrages pour son dernier roman, Bouvard et Pécuchet. Il emprunte tous ces livres, et il ne possède à peu près que des livres de référence. Quelques exceptions cependant : on trouve encore à Canteleu l'ouvrage de Langlois, Essai historique sur les vitraux de Rouen, avec la reproduction et la description du vitrail de saint Julien l'Hospitalier, qui intervient directement dans la genèse de ce conte. Mais c'est un cas relativement rare. La bibliothèque de Flaubert est celle d'un homme de grande culture, présentant tous les classiques et couvrant tous les genres, sans que l'on puisse dire que l'un d'entre eux est plus représenté que les autres : la poésie (avec Ronsard, admiré entre tous), le théâtre, le roman bien sûr, mais aussi l'histoire, la philosophie et la religion. Flaubert lit autant d'ouvrages de sciences et de sciences humaines que de littérature, au sens de fiction.

Quelles œuvres de littérature étrangère lisait-il ?

6D'abord Don Quichotte. Il prétend qu'il le savait par cœur avant d'apprendre à déchiffrer, par les lectures que lui en faisait un voisin. L'exemplaire de sa bibliothèque date de 1847. Et puis, ceux qu'il considère comme les sommets et les abîmes de l'esprit humain, Homère et Shakespeare, Goethe aussi. Il lisait couramment le latin et l'anglais, mais pas le grec ni l'allemand.

A-t-on des exemplaires annotés par Flaubert ?

7Flaubert prenait beaucoup de notes, mais à part, dans des carnets et des dossiers. Certains livres portent les traces physiques de ses lectures : des pages cornées (Nana de Zola, par exemple), des coups de crayons dans les marges, un trait vertical ou horizontal, quelques traits de soulignements, quelques croix, très peu de commentaires développés. Lors des séances de travail individuelles que j'avais organisées, en préparation au colloque de décembre 1999 sur la Bibliothèque de Flaubert, avec l'autorisation exceptionnelle de la Mairie (ces livres sont fragiles et ne sont pas communiqués habituellement), une doctorante a trouvé dans la marge d'un ouvrage de sciences un commentaire autographe rattachant un passage à la fiction de Bouvard et Pécuchet, mais il s'agit là d'un fait rarissime. A ce propos, j'ai coutume de raconter une anecdote personnelle. Lorsqu'une de mes étudiantes de maîtrise, Virginie Maslard, a commencé en 1990 l'inventaire exhaustif de cette bibliothèque, qui n'avait jusqu'à elle jamais été mené à bien, je lui avais demandé de m'appeler dès qu'elle localiserait le Rabelais (les livres ne sont pas plus “rangés” aujourd'hui que du temps de Flaubert), car j'avais lu, comme tout le monde, cette phrase prometteuse dans une lettre à Ernest Chevalier : “Mon Rabelais est tout bourré de notes et commentaires philosophiques, philologiques, bachiques, bandatiques, etc.” (28 octobre 1838). Enfin, nous allions savoir à quoi pensait Flaubert en lisant Rabelais ! Déception : le gros Rabelais (dans l'édition Ledentu de 1835) porte seulement quelques coups de crayons. Les notes et commentaires dont parle Flaubert sont ceux de l'édition, non ses notes de lectures. Flaubert ne pratique pas les marginalia comme Stendhal. La rareté de ces annotations ne doit pas conduire cependant à en minimiser l'intérêt : dans le site Flaubert de l'Université de Rouen, on pourrait imaginer une banque de données constituée du relevé systématique de toutes les annotations, et d'une numérisation des pages qui portent des traces autographes. A mettre en relation avec les notes prises sur d’autres supports, feuilles volantes, carnets de lectures, lettres, etc.

Quelles sont pour vous les surprises de la bibliothèque de Flaubert ?

8La première fut sans doute, quand je la découvris de près en ouvrant les livres, il y a une dizaine d'années, le nombre et la richesse des dédicaces, leur intensité, le mélange d'admiration respectueuse et de proximité affective qu'elles traduisent. Par la dédicace, ces livres passent du statut d'objets à celui de témoignages vivants. Plus récemment, en travaillant sur les inventaires, je me suis posé d'autres questions, concernant essentiellement des lacunes. Balzac par exemple. La Correspondance mentionne plusieurs de ses romans. Or, il n'y a aucun Balzac dans la bibliothèque actuelle, et l'inventaire après décès de Flaubert ne mentionne qu'un seul titre, La Peau de Chagrin. Avait-il emprunté tous les autres ? S'en était-il débarrassé ? Les avait-il prêtés au moment de sa mort ? Mystère. L'absence des ouvrages de Sade est plus compréhensible : ils étaient interdits, et sa nièce a dû les faire disparaître, ou Maupassant les prendre avec lui quand il est venu à Croisset pour la mise en bière et l'enterrement (Flaubert meurt le 8 mai et l'inventaire est dressé le 21). Matthieu Desportes m’a fait également remarquer qu’il était étonnant qu’aucune des œuvres de Louis Bouilhet ne soit dédicacée : cette absence s’explique peut-être, paradoxalement, par la très grande proximité affective et géographique des deux amis.

Que souhaiteriez-vous communiquer aux enseignants de Lettres sur le colloque ?

9Le colloque sur la bibliothèque de Flaubert a donc eu lieu le 4 décembre 1999 à Canteleu, et il a ouvert des perspectives neuves dont on ne soupçonne pas encore la fécondité pour les recherches à venir. Disons que les communications nous ont permis de nous interroger sur les rapports entre la bibliothèque réelle de l’homme-Flaubert, la bibliothèque romanesque des personnages, et la bibliothèque qu'on pourrait appeler virtuelle de l’écrivain-lecteur. Cette bibliothèque virtuelle, qui figurera un jour sur le site Flaubert, sera constituée par tous les livres possédés ou empruntés, lus ou parcourus, annotés et pris en notes, cités et fictionnalisés, en croisant les inventaires, les catalogues de ventes, les registres de prêt (hélas lacunaires) des bibliothèques publiques à Rouen et à Paris, les mentions dans la Correspondance (une équipe du Centre Flaubert travaille à l'établissement de l'index général qui figurera au tome V de la Pléiade, et les entrées “livres” s’annoncent très nombreuses), les références consignées dans les Carnets de notes (naguère rebaptisés Carnets de travail, par idéologie du tout-génétique), les relevés dans les dossiers de travail (bien nommés cette fois, puisqu'ils sont le lieu d’une transformation scripturale), les mentions de livres dans l’œuvre, en particulier dans Bouvard et Pécuchet. Je rêve de cette bibliothèque flaubertienne totale, infinie comme la bibliothèque de Babel imaginée par Borges... La constitution de cette banque de données pourrait d'ailleurs être l’occasion d’une superbe thèse sur les usages du livre et les pratiques de lecture chez Flaubert, étude qui reste à faire. Si un ou une de nos lecteurs/trices voulait consacrer quatre ans de sa vie à cette recherche novatrice, il ou elle sait désormais où s’adresser...

Notes

1 Entretien paru dans la revue Le Français dans tous ses états, no 44, 2000, "Bibliothèque(s)”, p. 40-45. Version corrigée.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540