Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bibliothèque de Flaubert

 | 
Yvan Leclerc

Critiques

De Croisset à Croisset : itinéraire de la bibliothèque de Flaubert

Daniel Fauvel

Texte intégral

  • 1 L’article s’intitule “La bibliothèque de Flaubert”.
  • 2 Trois Normands, Pierre Corneille, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, Rouen, M. Defontaine, 1917, (...)
  • 3 Revue des Sociétés Savantes de Haute-Normandie, no 7, 1957.

1Georges Dubosc et René Rouault de la Vigne ont contribué à faire connaître la bibliothèque de Flaubert. Le premier, chroniqueur au Journal de Rouen, a signé son premier article consacré à ce sujet le 28 décembre 19021. Il reprit ce texte dans son livre Trois Normands, Pierre Corneille, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, édité chez Defontaine en 19172. Plus récemment, en 1957, René Rouault de la Vigne publia dans la Revue des Sociétés Savantes de Haute-Normandie3 un intéressant article intitulé : “L’inventaire après décès de la bibliothèque de Flaubert”, dans lequel il établissait la liste complète et définitive des ouvrages ayant appartenu à Flaubert. L’auteur avait pu consulter la minute notariale grâce à Me Mabriez, successeur de Me Bidault, qui avait dressé l’inventaire des biens de l’écrivain en mai 1880. Rouault de la Vigne a ainsi précisé la liste des quelque mille six cents ouvrages disposés sur les rayons des trois bibliothèques, présentant non seulement les livres dont le titre ou l’auteur avait été noté mais également ceux qui étaient répertoriés globalement dans l’inventaire sous la rubrique “auteurs divers”.

  • 4 L’inventaire de la Bibliothèque commence ainsi : “Quatre-vingt volumes reliés, œuvres de George San (...)

2Le texte que Rouault de la Vigne a ainsi proposé aux flaubertistes n’est cependant pas la transcription pure et simple de l’inventaire après décès car l’auteur a introduit dans le texte les connaissances qu’il avait réunies sur le sujet. Il a ainsi éclairé, enrichi, structuré l’inventaire, ajoutant ici, un nom d’auteur ou d’éditeur, là, un titre plus complet...4

  • 5 L’association des Amis de Flaubert et de Maupassant publie un bulletin annuel. On trouve, dans le n (...)

3C’est pourquoi, il nous a semblé nécessaire de publier la transcription de l’ensemble de l’inventaire après décès, tel qu’il figure dans le manuscrit. On trouvera donc ce document de référence dans le Bulletin Flaubert-Maupassant de l’année 20005.

4Grâce à lui, on sait que plus de mille six cents livres et brochures étaient alignés sur les rayons des trois bibliothèques en chêne sculpté qui se trouvaient dans le cabinet de travail, et non dans le petit pavillon comme on l’a souvent écrit. La grande bibliothèque à sept compartiments accueillait les dictionnaires, les histoires générales, les encyclopédies, les œuvres complètes d’auteurs de l’Antiquité à l’époque moderne. L’une des petites bibliothèques comprenait principalement des œuvres de théâtre et l’autre était consacrée à l’histoire et aux écrivains du XIXe siècle, ses contemporains et amis. Mais, à Croisset, les livres savaient également sortir de ces lieux privilégiés où ils s’entassent côte à côte en bataillons serrés ; l’inventaire nous apprend qu’on en trouvait dans la chambre de M. Commanville, voisine de celle de Flaubert, dans le corridor et même dans les placards du cabinet de toilette.

5C’était le 20 mai 1880. Aujourd’hui on peut encore admirer ces trois bibliothèques sculptées, remarquables par leurs belles colonnes torsadées ; elles sont installées dans la salle des mariages de l’Hôtel de Ville de Canteleu depuis 1990.

6Les études récentes menées par l’équipe de chercheurs dirigée par Yvan Leclerc ont permis de dresser une liste précise des ouvrages conservés actuellement. Les différents spécialistes ont effectué le relevé des dédicaces, examiné chaque ouvrage, vérifié la date d’édition, ce qui a permis de montrer l’enrichissement de la bibliothèque après le décès de Flaubert. Si les meubles n’ont pas changé, la collection d’ouvrages est beaucoup plus composite qu’en 1880. Ne l’était-elle pas déjà alors ?

  • 6 Les Amis de Flaubert, décembre 1984, no 65, p. 38-40.

7Dans une étude consacrée à “Gustave Flaubert et l’œuvre de Pierre Corneille6”, André Dubuc, notre regretté prédécesseur, avait précisé que les “cinq petits volumes in-douze, revêtus de leur reliure d’époque avec les tranches dorées et portant le titre : Chefs-d'œuvre dramatiques de Pierre et Thomas Corneille avaient d’abord appartenu au chirurgien de l’Hôtel-Dieu avant d’être dévolus à son fils. Il en était de même des Œuvres de Pierre Corneille, avec les commentaires de Voltaire en douze volumes, éditées à Paris en 1817, chez Antoine-Augustin Renouard. Ces livres, acquis par Achille Cléophas Flaubert, devinrent sans doute la propriété de l’écrivain à la mort de son père. D’autre part, il faut mentionner tous les livres édités postérieurement à la date du décès de Gustave Flaubert et qui figurent actuellement dans la bibliothèque. Ils y ont été rajoutés par les soins de sa nièce Caroline Commanville.

8Quoi qu’il en soit, si tous les livres n’ont pas appartenu à l’écrivain, l’histoire nous apprend que les bibliothèques ne sont pas passées directement de la maison de Flaubert à Croisset à la salle des mariages de l'Hôtel de Ville de Canteleu ; elles voyagèrent ; les livres également.

  • 7 Le registre du notaire Bidault précise les dates de l’inventaire et conserve la procuration d’Achil (...)
  • 8 ADSM, 5M390. La distillerie est classée établissement insalubre. Le dossier est établi par Léon Mar (...)

9Après la mort de l’écrivain, le 8 mai 1880, c’est sa nièce Caroline qui s’occupa des formalités. Avec son mari, Ernest Commanville, elle assista à l’inventaire qui a lieu du 20 au 25 mai. Le frère de l’écrivain séjournait alors sur la Côte d’Azur. Il donna procuration à Georges-Albert Denize qui le représenta lors de l’inventaire7. Il faut dire que la demeure de Croisset appartenait en propre à Caroline depuis la mort de la mère de l’écrivain en 1872. La maison, mise en vente peu après, fut acquise par M. Mairesse, fondé de pouvoir d’une société industrielle, qui décida de détruire l’édifice pour construire sur les lieux une grande distillerie dont la première pierre fut posée en juillet 18818.

  • 9 ADSM, 5M395. Après la première guerre mondiale, l’ancienne distillerie est acquise par Armand Aubry (...)

10Seul le petit pavillon proche de la route et de la Seine avait été épargné par les démolisseurs. Il resta à l’abandon9.

11C’en était fini de la propriété des Flaubert à Croisset.

12Quel fut alors l’itinéraire de la bibliothèque qu’il fallut déménager en mai 1881 ?

  • 10 Vente du 12 juin 1880, au prix de 210 000 francs, mais il ne revint à Ernest Commanville que la som (...)

13Le vaste immeuble du 83, quai des Curandiers qu’Ernest Commanville avait acheté à Rouen aurait été un lieu idéal pour entreposer les précieux livres mais les difficultés financières du mari de Caroline l'avaient décidé, l’année précédente, à revendre la propriété10. La précieuse bibliothèque connut-elle temporairement la villa de Neuville-lès-Dieppe ou l’appartement de la rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris ? Ou fut-elle abritée en un autre lieu que nous ignorons ? Il est vrai que les hypothèses ne manquent pas pour cette décennie 1881-1891, période agitée pour les Commanville dont les affaires oscillaient entre prospérité et faillite.

14La mort d’Ernest Commanville, le 7 mars 1890, va éloigner Caroline de la Normandie. Les affaires n’appelant plus son mari à Dieppe ou à Rouen, elle vivra désormais à Paris ou à Antibes. C’est là qu’elle fait construire la surprenante “Villa Tanit” qui symbolise toute la ferveur qui l’attachait à l’auteur de Salammbô.

15Caroline Commanville s’installa définitivement dans cette belle demeure méridionale et la bibliothèque de Flaubert, ses livres, ses manuscrits, sa correspondance connurent dès lors les bords de la Méditerranée pour plusieurs décennies. Elle puisa dans ce trésor inestimable, vendit certains livres, devint l’interlocutrice obligée des éditeurs de Flaubert, publia Bouvard et Pécuchet, ses propres Souvenirs intimes, fut la gardienne des inédits et de la correspondance. A la fin du XIXe siècle quand elle était Caroline Commanville ou plus tard, à partir de 1900, quand elle devint Madame Franklin-Grout et jusqu’à sa mort en 1931, elle ne cessa de veiller sur l’héritage de son oncle. Elle recevait des journalistes, des éditeurs, des écrivains. Louis Bertrand fut de ceux-là. A la mort de Caroline Franklin-Grout, le 2 février 1931, il devint le légataire particulier de la nièce de Flaubert, cette dernière lui attribuant la bibliothèque et les livres alors que les autres biens étaient vendus aux enchères du 28 au 30 avril de la même année.

  • 11 L'Illustration en publia la photo le 4 février 1933.
  • 12 Revue des Deux Mondes, 15 octobre-11 novembre 1932.

16Louis Bertrand connut de réelles difficultés pour faire reconnaître ses droits, d’abord parce que, lors de l’inventaire, de nombreux livres se trouvaient dans d’autres meubles que les bibliothèques, ensuite parce que le fisc fit une estimation exorbitante des ouvrages recensés, et que l’écrivain fut sommé de s’acquitter de droits de mutation ruineux. Flaubertien passionné, Louis Bertrand racheta de nombreux objets et reconstitua le cabinet de travail de Flaubert11. Dès cette période, les dispersions sacrilèges nourrissent ses protestations, mais laissent transparaître ses difficultés. Il écrit : “La bibliothèque de Flaubert est un monument symbolique de ses lectures et de sa culture, de ses goûts, et de ses amitiés littéraires : il ne faut plus y toucher. Avec quelques meubles et souvenirs que j’ai pu rassembler, elle offre une image assez fidèle de ce cabinet de Croisset où il a écrit tous ses chefs-d’œuvre. C’est à l’Etat, c’est à des musées ou à des universités à faire en sorte qu’après moi cette richesse nationale ne soit pas dilapidée et dispersée aux quatre coins de l’Europe et du Monde... ”12.

17En 1936, Louis Bertrand, aux prises avec des difficultés financières, céda le précieux legs à l’Institut contre une rentre viagère de 9000 francs. Ainsi, les documents ne seront pas dispersés. Son décès intervient le 6 décembre 1941, ce qui ne permet pas le retour à Paris de la bibliothèque. Elle est entreposée dans une cave puis en août 1944, elle est installée au château Grimaldi à Antibes. Elle y restera huit ans.

  • 13 Déclaration de Louis Bertrand : “L’illustration” du 4 février 1933

18En effet, ce n’est qu’en 1949 que l’Académie française envisage de la ramener à Paris. Un projet d’exposition est même élaboré. Mais il en ira autrement car les “Amis de Flaubert” vont intervenir en se référant au vœu de Louis Bertrand : “Je ne puis que répéter en terminant, le vœu que j’ai déjà formulé ailleurs : c’est que cette bibliothèque aille rejoindre à Rouen, ville natale de Flaubert, les quelques reliques du maître qui y sont déjà rassemblées13.

19Plusieurs lettres avaient été échangées entre Georges Le Roy, conservateur du pavillon de Croisset, et Louis Bertrand, les deux hommes s’accordant sur la nécessité du retour de la bibliothèque à Croisset.

  • 14 Note du 8 juin 1949. Document de 5 pages conservé au musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine. D (...)

20Le premier comité Flaubert de Rouen avait réussi à sauver et à racheter le pavillon, à faire de ce lieu un pèlerinage littéraire actif pendant l’entre-deux guerres. Hanoteaux, Henri de Régnier, Georges Lecomte fréquentaient régulièrement Croisset. Ce dernier, secrétaire perpétuel de l’Académie française en 1949, ne fut pas hostile à la demande formulée par Jacques Toutain-Revel au nom des “Amis de Flaubert”14. La note précisait que le pavillon était exigu, mais “à défaut du pavillon, la Mairie de Croisset accueillerait volontiers la bibliothèque dans une salle Flaubert réservée à cet effet (la mairie de Croisset est un beau bâtiment tout moderne) Il fallut plusieurs mois pour régler les problèmes juridiques et matériels, liés au transport. Le 11 juillet 1952, le déménagement eut lieu : les 23 caisses de livres, les bibliothèques firent le voyage d’Antibes à Croisset.

21L’Académie française avait fait don aux “Amis de Flaubert” de ce précieux chargement “pour être déposé à la mairie de Canteleu-Croisset”.

  • 15 Bulletin des Amis de Flaubert, no 4, 1953.

22Dès 1953, le public fut accueilli chaque jeudi de 14 à 16 heures par M. Ledoux, puis par M. Andrieu15.

  • 16 “Visiteurs au pavillon de Croisset et à la bibliothèque de Flaubert à la mairie de Canteleu”, Bulle (...)

23Les visiteurs étrangers furent de plus en plus nombreux dans les années 1960, quand l’association prit son essor sous l’impulsion d’André Dubuc16.

  • 17 André Dubuc rappela à de nombreuses reprises que la bibliothèque appartenait aux “Amis de Flaubert (...)

24Croisset présentait un double intérêt puisqu’on pouvait y visiter le Pavillon et la bibliothèque. Ils symbolisaient la pérennité du souvenir du grand romancier et la vitalité des “Amis de Flaubert” qui, constamment, rappelèrent qu’ils étaient propriétaires de ce précieux trésor littéraire17.

25Aujourd’hui et depuis 1990, la bibliothèque de Flaubert est installée dans la salle des mariages du nouvel Hôtel de ville de Canteleu et le colloque du mois de décembre 1999 a montré qu’elle n’avait pas révélé tous ses secrets.

Notes

1 L’article s’intitule “La bibliothèque de Flaubert”.

2 Trois Normands, Pierre Corneille, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, Rouen, M. Defontaine, 1917, I volume in-8°.

3 Revue des Sociétés Savantes de Haute-Normandie, no 7, 1957.

4 L’inventaire de la Bibliothèque commence ainsi : “Quatre-vingt volumes reliés, œuvres de George Sand”, Rouault de la Vigne écrit : “George Sand, œuvres – Paris, Michel Lévy - 1862, 80 vol, rel. ”. Le texte d’origine a été complété, corrigé, structuré.

5 L’association des Amis de Flaubert et de Maupassant publie un bulletin annuel. On trouve, dans le numéro de l’an 2000, la transcription de l’inventaire après décès, avec une présentation et des notes par Daniel Fauvel et Matthieu Desportes.

6 Les Amis de Flaubert, décembre 1984, no 65, p. 38-40.

7 Le registre du notaire Bidault précise les dates de l’inventaire et conserve la procuration d’Achille Flaubert : il est domicilié à Nice, et est représenté par Georges-Albert Denize.

8 ADSM, 5M390. La distillerie est classée établissement insalubre. Le dossier est établi par Léon Marquet de Vasselot, président du Conseil d’Administration de la Société anonyme de la distillerie de Croisset. Il est domicilié, 2 rue de l’Eperon à Paris. L’affaire d’abord prospéra, mais la Belle Epoque lui fut fatale : l’usine ferma ses portes en 1903.

9 ADSM, 5M395. Après la première guerre mondiale, l’ancienne distillerie est acquise par Armand Aubry, industriel installé à Albertville (Savoie). Elle est transformée en usine de pâte à papier. On trouvera sous cette cote divers documents : l’arrêté préfectoral du 30 avril 1920 ; la déclaration du 26 juin 1922 ; l’arrêté d’autorisation de 1935 concernant le goudronnage du papier. Sur les plans annexés datés du 18 novembre 1913 et de 1935, le pavillon Flaubert est représenté. Pourtant, de 1903 à 1906, autour de Jean Revel (Paul Toutain), les Amis de Flaubert avaient constitué un “comité de rachat du pavillon” qui réussit à acquérir l'édifice et à le transformer en musée.

10 Vente du 12 juin 1880, au prix de 210 000 francs, mais il ne revint à Ernest Commanville que la somme de 68 315 francs, la différence permettant de solder le prix de l'acquisition.

11 L'Illustration en publia la photo le 4 février 1933.

12 Revue des Deux Mondes, 15 octobre-11 novembre 1932.

13 Déclaration de Louis Bertrand : “L’illustration” du 4 février 1933

14 Note du 8 juin 1949. Document de 5 pages conservé au musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine. Décision du don aux “Amis de Flaubert” par l'Académie, le 22 septembre 1949.

15 Bulletin des Amis de Flaubert, no 4, 1953.

16 “Visiteurs au pavillon de Croisset et à la bibliothèque de Flaubert à la mairie de Canteleu”, Bulletin des Amis de Flaubert, no 27, décembre 1965.

17 André Dubuc rappela à de nombreuses reprises que la bibliothèque appartenait aux “Amis de Flaubert et non à la ville de Canteleu ou de Rouen”. Voir le Bulletin des Amis de Flaubert, no 12, 1958, p. 52-53.

Auteur

Président de l’Association des Amis de Flaubert et de Maupassant

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540