Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bibliothèque de Flaubert

 | 
Yvan Leclerc

Inventaires

Inventaires

Yvan Leclerc

Texte intégral

INVENTAIRES, MODE D’EMPLOI

L’inventaire après décès

1L’inventaire après décès de Flaubert devrait suffire à fixer l’état exact de la bibliothèque, au moment où son principal utilisateur l’a désertée. Mais le notaire Bidault n’avait rien d’un bibliographe scrupuleux : il était seulement chargé d’estimer un bien. Il cite fort heureusement des auteurs et des titres, mais il lui arrive de procéder à la louche, sans détailler les œuvres dont il se borne à donner fauteur ou le titre, quand il ne se contente pas d’un chiffre global pour des volumes d’auteurs divers, qui resteront anonymes, ou quand il ne signale pas “un lot de brochures”, sans autre précision. Même les chiffres qu’il donne ne sont pas fiables. Par exemple, Me Bidault a compté dix Zola en tout, en deux meubles. Or les Zola qui se trouvent actuellement à Canteleu sont au nombre de douze, antérieurs à 1880, dont onze dédicacés à Flaubert (si l’on inclut Les Soirées de Médan). Pour Du Camp, Renan et Sand par exemple, les comptes n’y sont pas non plus : 13 volumes de Du Camp dans l’inventaire alors qu’on trouve 16 livres dédicacés à Flaubert dans la bibliothèque de Canteleu, 10 Renan dans l’inventaire pour 15 conservés, 80 Sand pour 85 conservés, en ne retenant bien évidemment que les livres antérieurs à 1880. Il reste possible que ces livres de Renan et de Sand, publiés du vivant de Flaubert, aient rejoint après sa mort la bibliothèque de la nièce, mais une erreur du notaire est plus vraisemblable. En gardant présentes à l’esprit les imperfections et les imprécisions de ce document, on peut tenter une approche en chiffres :

  • 1689 livres ont été enregistrés par le notaire, pour 207 œuvres identifiées par un titre et / ou un nom d’auteur (on entend par livre chaque “objet” imprimé, et par œuvre l’unité représentée par une entrée qui peut correspondre à plusieurs titres : par exemple, les Œuvres complètes de Boileau compteront pour une œuvre et pour trois livres) ;
  • sur ce total, 510 livres ne sont pas identifiés, soit à peu près un tiers ;
  • sur ce total également, on trouve 25 livres de Flaubert lui-même (nous comptons pour deux livres une œuvre publiée en deux volumes, Madame Bovary par exemple) pour 6 œuvres (nous ne comptons pas les manuscrits des œuvres, mais nous incluons la copie non autographe de Par les champs et par les grèves) ;
  • plus “un lot de brochures”, non chiffré.

2L’inventaire après décès est ici transcrit d’après l’original, récemment retrouvé dans les Archives de la Seine-Maritime. Nous ne donnons que l’extrait consacré aux livres, Daniel Fauvel publiant par ailleurs l’intégralité du document dans le Bulletin Flaubert et Maupassant, no 8, 2000. Nous reproduisons également l’article de René Rouault de la Vigne, grâce auquel cet inventaire était connu jusqu’à présent. Il s’agit d’un travail consciencieux, qui confronte l’inventaire à la bibliographie et à la bibliothèque de Canteleu. Mais Rouault de la Vigne, ou son informateur, a commis un certain nombre d’erreurs de transcription et il se livre à des rapprochements hasardeux, par exemple quand il identifie un exemplaire de L'Éducation sentimentale, relevé par Bidault, avec l’exemplaire dédicacé à Caroline, actuellement conservé à Canteleu : au moment de la mort de Flaubert, cet exemplaire se trouvait plus vraisemblablement dans la bibliothèque de la nièce, et non à Croisset. Après avoir hésité sur la meilleure façon de republier ce texte qui a longtemps fait autorité, nous avons choisi de le redonner à l’identique, comme un témoignage d’un état de la connaissance, en corrigeant en notes les erreurs de l’auteur (notes appelées par une lettre, alors que les notes de Rouault de la Vigne sont appelées par des chiffres).

Le catalogue de la bibliothèque de Canteleu

3Le nombre de livres actuellement conservés à l’Hôtel de Ville de Canteleu s’élève à 1616, c’est-à-dire un nombre assez proche de l’inventaire Bidault, à quelques dizaines près.

4Mais cette quasi égalité numérique cache en fait une sensible différence de nature et de constitution. Il suffit de parcourir le début de ce catalogue pour s’apercevoir que les premiers livres répertoriés, ceux de la prolifique Juliette Adam, appartiennent au début du XXe siècle et sont dédicacés à son amie Caroline Franklin Grout. Aux livres de l’oncle sont venus s’ajouter ceux de la nièce. Cette bibliothèque, comme il est fréquent, est constituée de plusieurs strates. Elle a sa préhistoire : le livre le plus ancien date de 1614, et 260 volumes environ sont antérieurs à la naissance de Flaubert ; elle a eu son histoire posthume, de 1880 à 1931, et même au-delà, puisque de généreux donateurs sont venus l’enrichir, après la mort de la nièce. Si, avec les apports dus à Caroline, la bibliothèque retrouve à quelques dizaines d’unités près son niveau de 1880, il faut en conclure qu'il manque autant de livres ayant appartenu à Flaubert que son héritière en a apportés. En principe, le partage est aisé à faire, pour retrouver, par soustraction, l’état de la bibliothèque au 8 mai 1880. La mort fixe un terminus ad quem en fermant la liste. Mais la nièce ne prend pas simplement le relais : elle ajoute à la bibliothèque dont elle hérite les livres qu’elle possédait déjà antérieurement, et ceux qu’elle acquiert peuvent avoir été publiés bien avant 1880. Même si Flaubert ne porte pas sur ses livres de marques personnelles de propriété, ni signature, ni chiffre, ni ex-libris, il est presque toujours possible de rendre à chaque lecteur ce qui lui a appartenu, grâce aux preuves matérielles de possession que sont les dédicaces, les annotations autographes (peu fréquentes), grâce aussi à la connaissance que nous avons, par la Correspondance, par les carnets de notes et par les dossiers de travail, des lectures faites par le romancier. Les cas d’attribution incertaine restent marginaux.

5En données quantitatives, le catalogue de Canteleu s’établit ainsi :

  • au total : 1616 livres pour 946 œuvres ;
  • on peut déduire de ce total 5 volumes d’hommages tardifs ajoutés entre 1947 et 1987 ;
  • les œuvres de Flaubert lui-même comptent pour 112 livres (58 entrées) ;
  • sur les 1616 livres conservés, environ 1030 (pour 544 œuvres) se trouvaient dans la bibliothèque de Flaubert, donc un peu moins de deux livres sur trois conservés à Canteleu ;
  • sur ce bon millier de livres ayant appartenu à Flaubert, 241 lui sont dédicacés, soit près d’un livre sur quatre.

6L’inventaire de la bibliothèque conservée à l’Hôtel de Ville de Canteleu a été établi pour la première fois par Virginie Maslard en 1991, sous la direction de Yvan Leclerc. En vue de cette publication, il a été entièrement revu, corrigé et précisé par Jacqueline Thébault, avec la collaboration de Mario Johnston et de France Morel.

7Certains volumes ne comportent pas de mention de lieu (noté [s.l.] entre crochets), ou de nom d’éditeur [s.n.], ou de date [s.d.]. On s’est efforcé de restituer entre crochets l’année de publication, d’après le catalogue de la BnF. Quand une œuvre se compose de nombreux tomes, on ne donne que deux chiffres de pagination, renvoyant aux volumes qui ont le plus et le moins de pages. La mesure en centimètre indique la hauteur du livre. Le catalogue est organisé en plusieurs sections : ouvrages en français ; ouvrages de Flaubert ; ouvrages anonymes et anthologies ; ouvrages en anglais, en allemand, en italien, en latin, en suédois, en japonais ; ouvrages de Flaubert en langues étrangères.

Vente Franklin Grout à Antibes

8La première vente de la succession Franklin Grout, qui a eu lieu à Antibes en avril 1931, présente 120 numéros de livres, en comptant les numéros bis (nos 201 et 318 du catalogue), dont 19 numéros correspondent à des œuvres de Flaubert.

9Au total, ont été mis en vente :

  • 489 livres représentant 286 œuvres ;
  • plus de “nombreux ouvrages sur la littérature, la médecine et autres qui seront vendus en lots” (no 299), non identifiés ni chiffrés.

10Dans l’ensemble des livres référencés :

  • 189 livres (pour 114 œuvres) ont appartenu à Flaubert, – dont 56 livres dédicacés à Flaubert,
  • 32 livres (pour 19 entrées) sont de Flaubert, – dont 5 livres (4 œuvres) se trouvaient vraisemblablement dans sa bibliothèque.

11Deux références de ce catalogue posent un problème d’attribution :

  1. Hadsen, Antiquités préhistoriques du Danemark, Copenhague, 1869 (no 254). La date de la publication permettrait d’inclure le livre dans la bibliothèque de Flaubert, mais le sujet de l’ouvrage semble plus en rapport avec les intérêts de Caroline Commanville, qui visita à plusieurs reprises les pays nordiques.
  2. Un Rabelais en 5 volumes, daté de 1876, est référencé au no 281, sous le titre Les cinq livres de Rabelais. Or l’inventaire après décès de Me Bidault mentionne les Œuvres de Rabelais en 2 volumes (le Rabelais conservé à la bibliothèque de Canteleu n’en a qu’un). Nous n’avons donc pas considéré que cette édition de Rabelais en 5 volumes appartenait à la bibliothèque de Flaubert.

Vente Franklin Grout à l'hôtel Drouot

12La deuxième vente de la succession regroupe essentiellement des autographes et des objets, et beaucoup moins de livres que celle d'Antibes. On ne compte que 34 lots (les références vont de 1 à 35, mais le numéro 34 manque). Ont été dispersés :

  • 30 livres dédicacés à Flaubert ;
  • 4 autres livres de sa bibliothèque, dont 3 volumes de la Revue de Paris, avec la pré-originale de Madame Bovary (paru sur six numéros) ;
  • 2 livres dédicacés au père Flaubert ;
  • 1 livre dédicacé à la mère ;
  • un lot de “diverses brochures provenant de la bibliothèque de Gustave Flaubert” (no 33), non identifiées ni chiffrées.

Vers la reconstitution

13A la mort de Flaubert, sa bibliothèque comptait donc au moins 1689 livres, dont 25 livres de ses œuvres, et 328 à lui dédicacés (chiffre obtenu en additionnant les livres dédicacés vendus en 1931 et présents aujourd’hui à Canteleu). En 1931, environ 223 livres de la bibliothèque de Flaubert sont passés en vente. On peut estimer, à quelques unités près, que 1026 livres ayant appartenu à Flaubert sont aujourd’hui conservés à Canteleu, soit approximativement deux livres sur trois du total inventorié. L’opération est donc simple : 440 livres ont disparu depuis l’inventaire de Bidault sans laisser de trace dans les catalogues, donnés ou vendus par Caroline Commanville, par Louis Bertrand, ou encore subtilisés au cours des tribulations du legs.

14En croisant tous les documents que nous publions ici, Olivier Leroy travaille au catalogue conjectural de la bibliothèque matérielle de Flaubert. Il sera disponible fin 2001 sur le site Flaubert, à l’adresse http://www.univ-rouen.fr/​flaubert. Ce sera la première phase de la constitution d’une vaste base de données sur les livres et sur les lectures de l’écrivain, inscrite dans les projets à moyen terme du Centre Flaubert.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540