Versione classicaVersione mobile

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Quelque part, ça laisse des traces... Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

Annexe 7. A propos de méthode

John Barzman

Testo integrale

1Dans l’introduction de cet ouvrage, j’écris que le collectif des auteurs a opté pour un récit accessible, donnant largement la parole aux témoins. Nous avons toutefois voulu conserver un caractère scientifique à ce travail. Cette note vise à préciser, en toute transparence, les libertés que nous nous sommes permises et les contraintes que nous nous sommes imposées.

Oral et écrit

2Notre premier choix a été de donner la priorité aux sources orales sur les sources écrites. Nous avons certes consulté un certain nombre de documents écrits : quelques dossiers des archives municipales du Havre, des dossiers de coupure de presse, des collections de la presse quotidienne locale pour certaines années, le fonds de la CMCAS et celui du syndicat CGT du centre du Havre, les papiers personnels de plusieurs témoins, et, pendant la brève période où elles nous ont été ouvertes et dans les limites fixées par la direction, les archives du centre EDF du Havre. Ces textes et images nous ont permis de recouper des informations. Nous savons qu’il existe d’autres documents pertinents aux archives municipales, départementales et nationales, ainsi qu’aux archives centrales d’EDF, mais le temps et les ressources attribuées à notre projet ne permettaient pas de les dépouiller.

3Fallait-il alors attendre qu’un autre projet confronte nos résultats à ceux qu’un dépouillement de ces autres documents écrits ne manquerait pas d’obtenir ? Le récit qui pourrait alors être publié serait certainement plus exhaustif et plus affirmatif que le nôtre. Il existe une tendance chez certains archivistes et historiens à réclamer une longue période de latence entre le recueil des témoignages et leur utilisation dans un ouvrage d’histoire.

4Dans notre cas, nous ne savons pas si un nouveau travail de recherche sera mené sur les électriciens et gaziers du Havre, et dans l’affirmative, dans quels délais et avec quels moyens. Par ailleurs, nous n’aurions pas obtenu le soutien de la CMCAS s’il ne s’était agi que de recueillir des entretiens pour les archiver, sans en tirer un ouvrage. Nous pensons que les témoignages ont été suffisamment nombreux et divers pour permettre des recoupements et la reconstruction au moins partielle de l’histoire de cette collectivité. Le rédacteur, en l’occurrence celui qui signe cette note, s’est efforcé d’indiquer les situations où des interprétations différentes et des doutes subsistent. Enfin, nous espérons que ce livre suscitera de nouveaux témoignages sur Le Havre et ailleurs, en France et pourquoi pas dans d’autres endroits de notre village planétaire. Nous avons donc choisi de faire un travail de restitution immédiate au public qui combine diffusion de la mémoire et construction de l’histoire. Est-il besoin d’ajouter que toute recherche historique est un chantier susceptible d’être réouvert ?

Un travail d’équipe

5Le lecteur aura compris que cet ouvrage, bien que j’en sois l’auteur principal est un véritable travail collectif. On peut distinguer quatre groupes de contributeurs.

Les agents EDF-GDF

6L’initiative est venue de Claude Bec et Jacques Doublet, deux agents en "inactivité de service", mais en réalité très actifs. Ils ont obtenu le soutien de la CMCAS du Havre et facilité les rapports avec l’organisme national, la CCAS. Nous avons eu au début, au milieu et à la fin du projet, des réunions avec des élus de ces organismes (Jean-Louis Harel, Gérard Leprévots, Dominique Loubet). D’autres membres de la CMCAS ont participé régulièrement à nos réunions de travail, notamment Jean-Paul Cégara, Jean-Sornin Petit et Jean-Claude Tanguy. Ils ont patiemment expliqué leur métier aux universitaires. L’équipe a présenté son travail devant deux assemblées d’agents "inactifs". Et surtout, les agents que nous interrogions nous donnaient leurs impressions sur notre démarche. Claude Bec a passé beaucoup de temps à sélectionner des extraits d’entretien, à vérifier les données, à corriger les versions successives du manuscrit et à proposer des citations pour les têtes de chapitre. Le projet a duré quatre ans, et sans sa persévérance, il n’est pas sûr qu’il eût débouché.

Le professeur d’université

7Je suis spécialiste de l’histoire des mouvements sociaux mais j’avais peu pratiqué l’histoire orale quand Claude Bec et Jacques Doublet m’ont contacté. J’ai donc dû m'initier aux débats et aux techniques de cette discipline et les transmettre à mes coéquipiers pour trouver la bonne application à notre situation. J’ai organisé les séances d’étude qui ont précédé l’élaboration d’un questionnaire et conduit une quinzaine d’entretiens sur les soixante-dix. J’ai visionné ou écouté les autres. J’ai rédigé la plupart des chapitres à partir d’extraits que Claude Bec avait sélectionnés après discussion sur le contenu et l’économie générale du livre.

Les cinéastes

8Trente entretiens ont été enregistrés sur support vidéo par une équipe composée de Karen Nathanson (lumière, son, caméra) et Claudine Drame qui concevait, préparait et conduisait les entretiens. Claudine Drame, agrégée et docteur d’histoire, ayant-droit EDF, avait une longue expérience dans la collecte de témoignages de survivants de la Shoah et avait obtenu le prix Corrin pour le film qu’elle en avait tiré, Témoignages pour mémoire. Elle a donc apporté son savoir-faire filmique et sa connaissance de l’histoire orale.

Les étudiants et l'université

9Six étudiants ont engagé des maîtrises d’histoire autour de ce projet, dont deux sont sur le point d’aboutir au moment où je rédige ces lignes (Aurélie Panchout et Valentin Porte). Parmi ceux qui n’ont pas débouché à l’heure actuelle, Christelle Lugez a fourni un gros effort pour les transcriptions. Par ailleurs, Elisabeth James, qui prépare un doctorat d’histoire sur un sujet voisin, s’est investie durablement et sans compter dans le projet. Enfin, le contexte universitaire (mes collègues historiens et géographes, le laboratoire CIRTAI, la journée "Portes ouvertes" de l’UFR des Lettres et Sciences humaines "Culture, espace, société" de l’Université du Havre) a exercé une pression bienveillante en faveur d’une approche rigoureuse.

10Ce livre est la résultante de tous ces apports.

Les entretiens

11La commande de la CMCAS a été à la fois un avantage, puisqu’elle nous a ouvert des portes nombreuses, et un inconvénient parce qu’elle risquait de nous enfermer dans ses réseaux. Quand il a fallu commencer les entretiens, Claude Bec a proposé une vingtaine de noms et Jacques Doublet a proposé un canevas. Pour se prononcer, il a fallu de nombreuses séances d’étude sur l’industrie, le personnel, le statut, les principaux dirigeants locaux, les différents métiers. Nous partions de comptes-rendus de lecture d’ouvrages de référence, et nous rebondissions sur les souvenirs des membres du groupe de travail.

12Nous avons finalement élargi la liste afin qu’elle comprenne des agents de tous les métiers et sites (Le Havre, Bolbec, Fécamp, Paluel, la centrale thermique), de tous les syndicats (CGT, CFDT, FO et CGC), quelques directeurs d’unité, des femmes agents et épouses d’agent, la nouvelle génération. Nous avons opté pour un questionnaire semi-directif qui partait de l’origine familiale et du déroulement de carrière à EDF mais soulevait certaines grandes questions que nous voulions retrouver dans les réponses. Les entretiens duraient en moyenne une heure et demie. Nous en avons enregistrés et transcrits soixante-dix.

La transcription

13La transcription des entretiens est un travail lourd et exigeant qui permet d’écouter longuement le témoignage et d’y réfléchir. La parole est mieux comprise par celui qui a mené l’entretien et se rappelle des gestes et des enchaînements de la pensée. J’ai transcrit quelques entretiens mais la masse était trop importante pour une seule main et nous avons eu recours à des vacataires bien informés pour la majorité des enregistrements. Nous avons cherché à rester aussi fidèle que possible au langage des interviewés. Mais il a fallu se rendre à l’évidence : certaines hésitations, redites et tournures tronquées rendaient le sens inintelligible et les interviewés n’aimaient pas voir leur image parlée figée pour l’éternité dans cet état. Nous avons donc procédé à deux nettoyages légers : le premier au moment de la transcription, le second au moment de l’insertion des extraits sélectionnés dans le texte de l’ouvrage. Les cassettes vidéo et audio sont conservées par la CMCAS et les transcriptions ont été rassemblées dans cinq gros volumes également déposés à la CMCAS.

Le CD-ROM "Sur les traces du monde du travail"

14En cours de route, l’opportunité s’est présentée de réaliser un CD-ROM à partir de nos entretiens et documents. Il a été achevé dans la salle multimédia du centre de vacances CCAS de Villers-sur-Mer, au cours de l’été 2002, avec le soutien matériel et financier de la CCAS au travers de ses services et commissions décentralisées (commission d’activités régionales et direction régionale opérationnelle Normandie-Pays de Loire).

La rédaction

15La formule choisie visait autant que possible à laisser la parole aux soixante-dix témoins, et à permettre à Claude Bec et Jacques Doublet de s’exprimer à quelques occasions dans le livre. En recueillant des extraits concernant à peu près le même sujet émanant de plusieurs agents, et en les plaçant côte à côte, on obtient une gamme de perceptions et d’opinions. Nous avons voulu que la diversité des points de vue et des expériences soient représentées. Par ailleurs, le contenu fondamental du livre a été largement inspiré par cette mémoire collective.

16Néanmoins, la sélection des témoignages et leur agencement ont été faits en fonction de l’analyse que j’avais faite de cette mémoire, analyse élaborée en dialogue avec l’équipe. J’assume donc la responsabilité de l’impression générale qui se dégage. Je n’ai jamais modifié ou déformé la parole des témoins ; j’ai cherché à rendre compte de ce que j’ai vraiment entendu dans leur bouche, en séparant nettement les quelques commentaires que je me suis permis de faire, à l’occasion, de leurs opinions.

17Pour la facilité de la lecture, nous avons décidé de ne pas mettre de notes de bas de pages. Dans quelques cas, j’ai inséré des références aux sources entre parenthèses dans le texte. Presque partout, la source est le témoignage et celui qui parle est toujours identifié. Le lecteur qui désire vérifier l’authenticité et le contexte du passage peut aisément retrouver la transcription et les cassettes enregistrées déposées à la CMCAS.

18Les illustrations proviennent essentiellement de la collection de la CMCAS qui a accumulé des archives et fait appel aux dons de photos et de documents. Nous avons dû nous contenter des ces quelques traces glanées au hasard des événements, sans connaître leur origine première. Ceci explique leur caractère hétéroclite.

Autore

Professeur d’histoire à l’université du Havre, membre du CIRTAI (Centre interdisciplinaire de recherche sur les transports et les affaires internationales-UMR Idées no 6063 CNRS), auteur principal du livre, direction du projet (trois ans)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search