Versión clásicaVersión móvil

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Quelque part, ça laisse des traces... Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

Annexe 5. Jacques Doublet. Mémoire : entre le grand et le petit événement ; que choisit-elle ?

Texto completo

1Jacques Doublet a voulu compléter ses diverses interventions par ces souvenirs

2Année 1965, 1966, 1967, la décision a été prise au sommet de l’entreprise de construire une centrale thermique sur le territoire du Havre.

3Quels souvenirs me restait-il de cet événement ?

4En 1965 la bataille syndicale dans le comité consultatif des CMP (comité mixte à la production) est déjà largement engagée entre l’Etat, les directions et la CGT, sur le type de centrale à construire (la loi du doublement des consommations d’énergie électrique tous les dix ans reste d’actualité et ne semble pas se modifier).

5Faut-il construire des unités de production thermiques alimentées par le charbon ou le pétrole ?

6Le pétrole importé nécessite des investissements moins lourds que le charbon ; d’autre part le déclin de la production minière en France pourrait être dopé par la construction de centrales fonctionnant au charbon national.

7Le Havre est choisi pour un fonctionnement au charbon, mais un charbon importé d’Afrique du Sud...

8Autre problème : combien de groupes d’alternateurs et quelle puissance ? Un palier 125 MW techniquement au point ou bien des paliers de 250 MW et même 600 MW presque des prototypes.

9Tel était le débat national autant qu’il m’en souvienne.

10Mais la construction de cette centrale est liée dans ma mémoire à un problème mineur et domestique et, sur le plan professionnel, à une pénurie de main-d’œuvre.

11Ces années-là, j’habitais un logement de fonction situé sur le port rue Général-Cavaignac, à quelques centaines de mètres des limites de la nouvelle centrale.

12Depuis deux ans, durant mes périodes de repos, j’avais tenté de défricher un morceau de terrain dans l’enceinte du poste de répartition pour y installer un jardin légumier. Après avoir déblayé les gravats et les vieilles ferrailles, je commençais à cultiver quelques mètres carrés de terre, assolé avec la cargaison de tourteaux de poisson d’un navire victime d’un incendie dans le bassin Vétillard. Les tomates et les laitues fournissaient du supplément au budget familial.

13Et voilà que pour alimenter le chantier de la centrale et le démarrage des premières unités, EDF s’ingéniait à construire une ligne 90 K.V pour desservir le poste de répartition de Cavaignac ; le support d’arrivée s’implantait exactement à l’emplacement de mon activité de jardinage.

14Adieu, veau, vache, couvée...

15Nous sommes en plein dans les "sixties", l’économie française tourne à plein régime ; la centrale thermique, les mois passants, prend forme ; la plage pouilleuse à l’extrémité du bassin Théophile-Ducrocq disparaît en même temps que les agents de la distribution d’EDF Le Havre. Ceux ci sont happés par : la retraite, la concurrence de la CFR et des usines de la zone portuaire, les premières embauches de la centrale ainsi qu’un besoin de formateurs dans les écoles nationales d’EDF.

16Le service dans lequel j’exerce mes fonctions perd un certain nombre d’agents et, malgré les appels d'offres d’emploi dans les journaux locaux, les tentatives de "débauche " dans les entreprises qui travaillent pour EDF-GDF, il nous est impossible de trouver une main-d’œuvre professionnelle et qualifiée. La raison principale en était le montant des salaires d’embauche largement inférieur à celui de nos concurrents.

17Alors, nous nous sommes mis à faire appel pour cette main d’œuvre aux journaux de la zone nord. En effet, les régions minières commençaient à débaucher fortement et ne pouvaient plus promettre à leurs populations jeunes un avenir acceptable à long terme.

18C’est ainsi que nombre de jeunes hommes du bassin minier sont venus combler l’absence de main-d’œuvre normande.

19Certains de ces mêmes hommes ont pu, quelques années plus tard, travailler à la centrale thermique et, à plus long terme, à Paluel.

20Voilà comment on brise un talent de jardinier naissant ou bien qu’on déplace ou déracine des familles attachées à leurs mines et leur Nord mythique.

21Octeville le 09/04/2001

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search