Desktop versionMobile Version

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Quelque part, ça laisse des traces... Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

Annexe 4. Micheline Sence parle de son père Robert Savey, premier président de la CMCAS du Havre

Volltext

1Entretien réalisé par Christelle Lugez, accompagnée de Nathalie Tinel, le 13 février 2000, à Graville ; transcrit par Christelle Lugez

2Christelle Lugez : Alors, je vais d’abord vous demander de vous présenter.

3Micheline Sence : Je m’appelle Micheline Sence, née Savey. Je suis née le 26 juillet 1932 au Havre, fille unique.

4CL : Donc vous êtes la fille de M. Savey, est-ce que vous pouvez me parler de votre père ?

5MS : Oui, mon père est né en 1904, au Havre, il était d’une famille de 4 enfants. Il était le deuxième, je crois. Il a fait divers métiers dans sa jeunesse, je ne les connais pas tous, je sais qu’il a travaillé un peu sur le port, il a été garçon de café, c’est le cousin Marcelin qui l’a fait rentrer, qui était lui-même déjà à l’énergie électrique à l’époque, il a dû rentrer avant la crise de 29, je pense quelque chose comme ça.

6CL : Que faisaient vos grands-parents ?

7MS : Mon grand-père Savey, j’ai très peu de chose sur lui. J’ai une photo de lui en militaire, il avait une croix, il a dû être colonial quelque chose comme ça. Ma grand-mère était femme au foyer. Je n’ai pas connu mon grand-père, il est mort très jeune. Ma grand-mère, on m’en a beaucoup parlé, j’ai l’impression de la connaître parce que j’avais quatre ans quand elle est décédée. Donc il est rentré à l’énergie, il a été chauffeur de chaudière, je pense. Son travail consistait certainement à mettre le coke dans les fours et puis vérifier les températures, je suppose.

8CL : Est-ce que vous savez s’il a suivi une formation ?

9MS : Pas beaucoup, c’était un autodidacte et puis il avait beaucoup de vocabulaire. Il écrivait très bien, il avait beaucoup d’idées aussi. C’est des gens qui sont nés à une époque où il fallait vite travailler pour se nourrir, et parallèlement il a été syndicaliste aussi et donc il a été responsable, amené à faire certainement des demandes auprès des directions pour une amélioration dans le travail, une amélioration dans le salaire.

10CL : Il était dans quel syndicat ?

11MS : La CGT.

12CL : Il l’a été dès le début ?

13MS : Je pense. Je ne peux pas l’affirmer malheureusement, il est mort à 58 ans, il a très peu profité de sa retraite mais c’était quelqu’un de posé, de réfléchi, qui ne parlait pas pour ne rien dire, qui modérait ses paroles. Je pense qu’il était assez estimé, il avait une allure un petit peu sévère, je lui disais toujours, mais c’était un homme exceptionnel.

14CL : Qu’est ce qu’il a fait après avoir été chauffeur de fours ?

15MS : Je crois qu’il a été chef de quart après. Il y a eu un accident à la centrale, c'est-à-dire qu’il y a eu de la vapeur qui s’est échappée, il a eu quelque chose aux poumons à la suite, il avait dû aller à Briançon au sanatorium, c’était un jet de vapeur, je crois qui s’était produit, il devait y avoir quelque chose qui avait explosé ou je ne sais pas.

16CL : C’était à quelle période ?

17MS : On se connaissait (parlant à son mari), c’était vers les années 50, c’était avant ton service militaire, en 50, 51, peut-être en 49.

18CL : Et donc à cette période que faisait-il dans la centrale ?

19MS : Il a dû être chef de quart, c'est-à-dire qu’il a monté un peu en grade après, mais étant donné qu’il était délégué syndical, les avancements qu’il a eus, ça a été par son ancienneté, jamais, comment dire, par bienveillance des supérieurs. Je me souviens qu’il expliquait toujours qu’il discutait avec l’ingénieur Denis et il faisait la centrale de long en large et puis il discutait toujours pour essayer de grappiller quelque chose de mieux dans le confort du travail et dans le salaire et puis je sais qu’un jour, il a dit à son supérieur qu’il ne lui devait rien, que ce qu’il avait obtenu, ça n’avait jamais été par bienveillance, ça a toujours été par son travail. Mais enfin c’était un homme droit et puis il faisait son travail, il s’occupait de syndicat mais il n’a jamais fait partie d’aucun parti, ça se bornait au syndicalisme.

20CL : Est-ce qu’il a participé aux grèves de 36 ?

21MS : Oh il y a des chances ! Les grèves, il les a toutes faites.

22CL : Il était déjà à la tête du mouvement ?

23MS : Oh oui, avec M. Belin, son grand copain, pendant la guerre, étant donné que les Allemands n’aimaient pas tous ces gens-là, les syndicalistes, ils avaient un échappatoire de prévu dans la centrale au cas où on viendrait les chercher parce que bon c’était comme ça. Ils ne se cachaient pas mais si les Allemands étaient arrivés, vous savez les dénonciations, ça a existé, il y avait des gens malveillants. Ce n’est jamais arrivé mais ça aurait pu.

24CL : Est-ce qu’il a continué à travailler pendant la guerre ?

25MS : Oui, on était réfugié à 15 kilomètres, il faisait la route en vélo, tous les jours. Il a eu des tas de péripéties sur sa route avec les Allemands, les alertes à la bombe.

26CL : Est-ce que vous pouvez me parler des derniers bombardements de 1944 ?

27MS : Mon père était à son poste et c’est arrivé comme ça, il a eu la chance que ce ne soit pas l’endroit où il était, mais il a pas mal de copains qui y sont restés mais il parlait peu de tout ça.

28CL : Donc les bombes n’ont pas touché toute la centrale ?

29MS : Oui je pense. Je sais que mon père n’est revenu que quand ils avaient réussi à dégager ceux qui étaient dessous, les morts, ça l’avait marqué ça.

30CL : Et donc après la guerre, il a repris son travail ?

31MS : Oui, il n’était pas vieux à l’époque, il a continué son travail comme chef de quart, il faisait les 3/8.

32CL : Que faisait-il pendant la nationalisation ?

33MS : Alors il est allé à Paris pour discuter de tout ça avec les responsables, pour élaborer tout ça, pour la mise en place de la CAS puisqu’il a été le premier au Havre, je me souviens qu’il avait une machine à écrire et qu'il tapait d’un doigt parce qu’il n’était pas du tout... Il faisait beaucoup de choses à la maison, y compris quand ça s’est mis en place et qu’il y avait les arbres de Noël. C’était maman, moi et puis lui : on faisait les paquets de bonbons pour Noël, avant qu’il y ait un bureau et qu’il y ait du personnel.

34CL : Il était le responsable syndical du Havre, celui qui allait à Paris ?

35MS : Oui il était avec René Belin, il y a des photos à la CMCAS, on les voit à des tables au congrès.

36CL : Et votre mari me disait qu’il a bien connu Marcel Paul ?

37MS : Oui il est même venu à la maison. Il est venu une fois, je n’étais pas extérieure à ça, mais bon, j’étais jeune à l’époque. C’est lui qui a eu l’idée de ça, de la nationalisation, il était intéressant pour ça, qu’il y ait quand même des gens de poids qui aient des bonnes idées parce que c’était quand même une bonne idée quoi qu’on en dise.

38CL : Et donc comment votre père est devenu le premier président de la CMCAS du Havre ?

39MS : Il était syndicaliste et il défendait les copains même il y en avait qui n’étaient pas toujours défendables mais moi j’en ai vu défiler à la maison des gens qui venaient voir mon père. Donc ça s’est fait pratiquement naturellement, il a été élu et puis il avait quand même des idées pour organiser des tas de choses.

40CL : Il était jeune à cette époque ?

41MS : Il avait 42 ans. Il a dû être certainement, je ne dirais même pas plébiscité. Après, quand il y a eu un bureau où il y a eu Yvette et tout ça. E après il a été malade, il y a eu une autre élection, ça a été M. Delarue qui a été élu. Mais mon père s’occupait toujours de la commission jeunesse c'est-à-dire de l’arbre de Noël, il faisait des convoyages aussi pour conduire les enfants en train dans les colonies.

42CL : Qu’est ce qu’il a développé quand il a été premier président de la CMCAS ?

43MS : Ils ont mis tout en place, enfin tout peut-être pas tout mais enfin une ébauche de tout ce qui allait exister par la suite, il n’était pas tout seul, il y en avait d’autres, il y avait MM. Simon, Delarue, Belin, c’était un grand copain à mon père c’est tous des gens qui venaient de la base, qui savaient ce qu’il fallait améliorer puis ce qu’il fallait faire pour les gens.

44CL : Est-ce qu’il était détaché de son travail ?

45MS : Il devait avoir, je ne sais pas comment ça se passait, c’était en dehors du travail au départ, les syndicats aussi. C’était toujours en dehors de leur travail, les patrons ne donnaient pas. Après, ça s’est établi ; mais il a fallu du temps quand même.

46CL : Est-ce qu’il vous parlait de toutes ses idées ?

47MS : Oui on en parlait mais il ne m’a jamais influencée, il me parlait disons. On parlait toujours de l’amélioration dans le travail et puis qu’on pouvait peut-être gagner un peu plus et puis il y avait des choses qu’on devait demander et pas demander, des attributions parce que vous savez, quand vous travaillez que vous commencez quelque part, vous êtes embauché pour telle chose, vous n’allez pas forcément refuser une chose qu’on vous demande mais il ne faut pas non plus que ça dévie sur complètement autre chose. Alors il y a des gens qui sont là pour vous dire, on peut te demander ça, mais il ne faut pas non plus parce qu’eux à l’époque où ils ont commencé, ils défrichaient. Même je dis toujours s’il voyait ce qui se passe, il se retournerait dans sa tombe parce que c’est vrai, ils ont réussi par la force des mouvements et de leur persuasion (ça allait bien aussi, le travail allait bien) à obtenir des tas de choses qui sont regrignotés au fur et à mesure ; et c’était toujours pour une amélioration des gens.

48CL : Qu’est ce que toutes ses idées vous ont apporté ?

49MS : Moi ça m’a quand même marquée et puis je n’étais quand même pas naïve quand je me suis mise à travailler si vous voulez.

50CL : Combien de temps a duré sa présidence ?

51MS : Je ne sais pas, 4 ans peut-être. Par la force des choses, il a dû s’arrêter parce c’était quand même des responsabilités, du travail, des préparations parce qu’on ne peut pas dire n’importe quoi, n’importe ou, il faut quand même préparer les choses comme c’était quelqu’un d’assez méthodique, qui pesait ses mots avant de les dire, puis quelqu’un qui n’avait pas été vraiment été à l’école mais qui avait de la classe. Il savait écrire, il avait une certaine autorité mais pas autoritaire.

52CL : Quelle maladie a eu votre père ?

53MS : Il a eu une tache aux poumons, il est allé à Briançon pour se soigner, il y est resté quand même quelques mois.

54CL : Est-ce que vous pensez que c’est à cause de son métier de chauffeur de fours qu’il a eu cette maladie ?

55MS : Oui certainement, il fumait mais pas un paquet par jour, c’est des gens qui ont été privés de beaucoup de choses aussi. On ne soignait pas comme on soigne maintenant. Il a fait un infarctus, il est mort le neuvième jour, il paraît que c’était, en ce temps-là on dit qu’au bout de 9 jours, on est sauvé. Il y avait beaucoup de monde à son enterrement, même des ouvriers, des gens avec qui il avait travaillé, des amis.
[Commentaire de Claude Bec : La vie du premier président de la CMCAS du Havre, très bien décrite par sa fille. Une vie faite de lucidité, de réflexion, de travail. Une vie de pionnier et de défricheur. Tout est très bien dit et très simplement.]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search