Desktop versionMobile Version

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Quelque part, ça laisse des traces... Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

Annexe 3. Entretien avec Claude Flandre. Havrais, gazier, syndicaliste

Volltext

1Réalisé par Claudine Drame, accompagnée de Karen Nathanson à la caméra, le 27 août 2000 à son domicile de Betteville-en-Caux. Transcrit par Christelle Lugez.

2Claudine Drame : Monsieur Flandre, bonjour, merci de nous recevoir aujourd’hui 27 août 2000 chez vous à Betteville-en-Caux. Karen Nathanson et moi-même, Claudine Drame, nous allons recueillir votre témoignage, John Barzman nous accompagne aujourd’hui et comme nous vous l’avons précisé, notre objectif est de recueillir à but d’archivage une partie de la mémoire ouvrière des agents EDF-GDF et, si vous le voulez bien, vous allez commencer par vous présenter.

3Claude Flandre : Comme je vous l’avais dit, je me prénomme Claude, mon nom de famille, c’est Flandre. Je suis rentré dans les industries électriques et gazières en 1946, entré physiquement parce que disons administrativement, je suis rentré dans l’entreprise en 1941, date de mon appartenance à la Résistance.

4CD : Vous aviez quel âge ?

5CF : J’avais 15 ans.

6CD : Donc vous êtes né ?

7CF : En 1926. Je suis né en 1926, ce qui fait que je suis dans ma soixante-quinzième année.

8CD : Pouvez vous nous décrire votre famille ?

9CF : Mon père était Picard, il avait fui avec ses parents, ses frères et soeurs, l’invasion allemande en 1916, si ma mémoire ne me fait pas défaut. Ils étaient d’Amiens et mes grands-parents paternels avaient fui bien sûr l’invasion allemande puisque comme vous devez le savoir l’Allemagne était occupée déjà à cette époque par l’armée prussienne.

10CD : Ils se sont installés au Havre ?

11CF : Mon père a fait son service militaire à Rouen, au 31e régiment d’infanterie à Rouen et il a rencontré ma mère. Ils se sont mariés, je crois que c’était en 1925 si ma mémoire ne me fait pas défaut et moi je suis né en 1926. Mon père cherchait du travail, il a trouvé à s’embaucher tout au début de son mariage comme docker au Havre et peu de temps après il a trouvé un poste de chauffeur de fours dans l’usine à gaz en 1926 ou 27, quelque chose comme ça.

12CD : Chauffeur de fours ?

13CF : Les chauffeurs de fours, ce sont les gens qui enfournent le charbon dans les cornues, qui nettoient les cornues. Ça chauffe à 1800, 2000 degrés. C’était un travail excessivement pénible qui se faisait en 3/8 puisque d’un point de vue technique, une conduite de gaz quand elle est en charge, on ne peut pas la laisser sans pression. Ils travaillaient en 3/8 à l’époque et aujourd’hui bien sûr, cette usine a disparu, elle est remplacée maintenant, je crois, par l’université du Havre. La municipalité, à l’époque, a dû faire poser une plaque pour commémorer ce haut lieu de la mémoire ouvrière. Je précise par exemple que si vous avez entendu parler de l’affaire Jules Durand, le premier appel à la grève de solidarité a été lancé par les gaziers du Havre en 1922.

14CD : Est-ce que vous pouvez nous dire quelques mots sur l’affaire Jules Durand ?

15CF : Jules Durand était un secrétaire du syndicat des dockers du Havre et la bourgeoisie, les dockers étaient et sont toujours une corporation que les bourgeois, la police, qualifie de turbulente. Cette corporation posait bien des soucis à la bourgeoisie havraise et une machination a été montée contre Jules Durand et il a été condamné, l’avocat qui l’a défendu, c’était... René Coty...

16CD : De quoi a-t-il été accusé ?

17CF : Il a été accusé de crime, d’avoir tué un indicateur de police. Naturellement, c’est faux. Ils ont trouvé un bouc émissaire. C’était un ivrogne fini et je crois qu’il s’est tué lui-même, l’homme en question. On a mis ça sur le dos de Jules Durand et luimême a été enfermé, il est mort fou dans sa prison. Il est enterré au cimetière SainteMarie au Havre et à l’occasion de congrès syndicaux, je me souviens de ça, mes camarades pensaient que c’était bien d’aller sur sa tombe et de la fleurir ainsi d’ailleurs qu’on allait sur la tombe de mon père. Je vous l’ai dit tout à l’heure, il a été dans la Résistance, j’allais dire comme moi, je voudrais plutôt dire que je suis fier d’avoir suivi le chemin de mon père.

18En quelques mots pour parler de mon père, il était président de la mutuelle des gaziers du Havre, il était en même temps secrétaire général de syndicat et il était surveillé par la police. Par exemple, lorsqu’il y a eu la grève du 30 novembre 38, la CGT avait appelé à la grève contre la guerre et je me souviens très bien qu’il y avait deux gardes mobiles au bout de la grille de la maison qui nous empêchait de sortir et d’aller si on peut dire galvaniser les salariés, les ouvriers qui normalement devaient se mettre en grève.

19CD : Et qu’est-ce que ça faisait de voir une garde mobile empêcher votre père de sortir ?

20CF : J’étais un peu vacciné de ça, vous savez dans le monde ouvrier, la police, c’est symbole de répression pour les travailleurs.

21CD : Vous aviez 12 ans ?

22CF : Oui, donc bonne école. Qu’est ce que je voulais vous dire encore, oui à propos de mon père, il était, je vous l’ai dit résistant, il a été arrêté le 6 août 1944. Il avait la fonction, dans la Résistance d’un département de l’Eure, de commissaire aux effectifs. Ce n’est pas grand chose, c'est-à-dire que c’est lui qui détenait les effectifs de différentes compagnies de maquisards, de résistants qu’il pouvait y avoir dans le département de l’Eure.

23CD : Vous savez à quel moment il est entré en Résistance ?

24CF : Oui, en 1941. Le motif simple, c’est que mon père connaissait bien par son frère qui habitait Amiens (était retourné à Amiens, il était un peu plus âgé que lui et mon oncle était cheminot), il côtoyait en voisin en face, un cheminot qui était secrétaire du syndicat des cheminots qui s’appelait Jean Catelas, lequel était membre d’une direction nationale du Parti Communiste Français, il était député et Pétain a mis en place en même temps que les affaires juives, une cour dite la section spéciale, il a fallu trouver, comment dirais-je, des magistrats véreux pour condamner à mort tous ceux qui passaient devant cette cour. Jean Catelas a été guillotiné le 21-22 septembre 1941 à la Santé en même temps qu’André Brechet qui lui était un militant communiste, je ne sais plus s’il était gazier ou électricien,... mais ils ont été guillotinés en même temps.

25CD : Accusés de quoi ?

26CF : Accusés d’être communistes, d’être contre la France... C’est donc ce fait absolument criminel et déplorable qui a fait que mon père s’est engagé dans la Résistance et comme je connaissais bien, moi aussi, cet homme-là, je me suis engagé dans la Résistance. J’ai informé mon père, il m’a dit, tu fais ce que tu veux et il s’est trouvé, André Duroméa raconte ça dans le bouquin qu’il a fait sur Le Havre. C’est un gazier qui s’appelait Georges Fliquet qui est venu, comment dirais-je, me trouver pour trouver le chemin de l’organisation locale puisque l’adhésion verbale évidemment, il n’est pas question d’écrire quoi que ce soit, l’adhésion verbale avait été faite à Amiens, maintenant il fallait que ça redescende en Seine-Inférieure.

27CD : Quels ont été les débuts de la Résistance en Seine-Inférieure ? C’est votre père, vous-même, d’autres personnes ; pouvez vous nous décrire ça ?

28CF : Au tout début, je ne peux pas dire puisque moi j’ai commencé à militer si je peux dire, à faire de la Résistance en 1941. Ce qui s’est passé avant, je ne sais pas trop.

29CD : Quand vous êtes entré dans la Résistance, qu’est ce que vous avez fait ?

30CF : J’ai été contacté par deux garçons instituteurs, l’un s’appelait Fernand Chatel, il a été arrêté, déporté, il est revenu et l’autre s’appelait Michel Lusar, il était instituteur, il a été fusillé au Mans. J’ai été contacté par ces garçons-là et l’objectif était de rassembler le maximum de jeunes, des étudiants et j’avais formé un groupe de 7 ou 8 étudiants, toujours des garçons.

31CD : Vous-même quelles étaient vos activités, à cet âge là ?

32CF : La Résistance, c’est assez facile à expliquer. La Résistance avait pour objectif de s’en prendre aux voies de communication des boches ; alors les voies de communication, c’est les trains, les routes et le téléphone. On avait fait dérailler un train une fois, à Harfleur, on a coupé maintes voies de communication, des fils téléphoniques. Les boches avaient des voitures, on en a incendié quelques-unes, une à Graville et également la distribution de tracts, protection des militants qui allaient prendre la parole dans les usines.

33CD : Ça, c’était en 41 ?

34CF : En 41 jusqu’en 43.

35CD : Vous étiez avec des jeunes de votre âge ?

36CF : Oui.

37CD : Vous deviez être encore à l’école ?

38CF : Non, moi je voulais faire officier mécanicien dans la Marine marchande et j’allais au collège qui formait toutes ces personnes, cet encadrement de la Marine, c’était un collège, rue Dumé-d'Aplemont. Et quand les Boches sont arrivés, ils ont fait travailler les gens de l’école sous prétexte d’apprentissage, fabriquer des pièces pour les tanks allemands bien sûr et des caisses à munition. De ce fait, l’école devenant objectif militaire, mon père ne voulait en aucun cas que je travaille pour l’armée allemande, donc il m’a retiré de l’école.

39CD : C’était en quelle année ?

40CF : En 41.

41CD : Quelles étaient les activités de votre père en 1941 ?

42CF : Mon père ne s’occupait plus de l’organisation syndicale légale à l’époque. Il était largement connu. Si vous avez d’ailleurs consulté les archives de la ville du Havre, il y a des écrits qui sont signés de Léon Meyer qui était maire à l’époque et de mon père qui concerne, par exemple, le statut des gaziers du Havre et qui concerne également la mutuelle. Il fallait trouver des personnes qui voulaient bien assumer la responsabilité, Pétain avait mis au point la charte du travail, il fallait que les responsables fassent acte d’allégeance au pouvoir de Vichy. Comme il n’était pas question pour mon père d’avoir une telle démarche, il a cherché des camarades qui veuillent bien s’inscrire dans le syndicat légal de l’époque, tout en travaillant illégalement pour la CGT. Alors le 5 mars 1943, un secrétaire du syndicat des électriciens, Belin, mais je ne me rappelle plus son prénom, est venu dire à mon père, un soir, à 6-7 heures du soir que la Gestapo allait venir l’arrêter.

43CD : Où était-il votre père ?

44CF : Il travaillait, il n’était pas revenu du travail. C’est ma mère qui a appris la nouvelle et le soir-même, il a pris quelques affaires et il est parti et nous-mêmes, on a quitté la maison. Le soir-même, avec un copain résistant, on s’est caché sur le toit d’un garage, à côté, à 25 mètres de la maison et à 6 heures du matin, effectivement la Gestapo est venue à la maison et ils ont fouillé partout. A partir de là, il était hors de question de réintégrer la maison puisqu’elle était surveillée.

45CD : Comment votre mère vivait-elle la Résistance de votre père ?

46CF : Eh bien je dirais comme une femme qui était à la fois fière mais qui subissait. Elle participait aux actions de solidarité mais je dirais, sans un esprit patriotique élevé. Elle le faisait d’abord pour mon père parce qu’elle recevait des résistants, il fallait les nourrir, les habiller... Ce n’était pas quelque chose de si facile que ça, à cette période plus que de disette, de famine. Alors maintenant tout ce qu’elle souhaitait, c’était qu’il n’arrive rien.

47CD : Mais elle acceptait bien sûr ?

48CF : Elle subissait oui, on peut dire ça, elle acceptait.

49CD : Votre soeur était trop petite ?

50CF : Ma soeur est née en 37. Mon père a été mobilisé en 1939, elle avait 2 ans. Il est rentré en 1940 et il est reparti dans l’illégalité en 1943, ma soeur a peu connu mon père, si je peux dire.

51CD : C’était fréquent les résistants que vous avez hébergés chez vous ?

52CF : Oh, on avait hébergé une camarade qui s’appelait Micheline Montserrat et cette fille-là a eu 20 ans quand elle a été hébergée chez mes parents. Elle était responsable départementale de jeunesse communiste. Elle était athée, elle a été déportée et elle est restée à la maison 4 mois. En dehors de ça, il n’y avait pas de mois ou on ne recevait pas quelqu’un, ceux qu’on appelait des illégaux.

53CD : Est-ce que vous avez eu l’occasion de recueillir des juifs ?

54CF : Pas que je sache peut-être mais dans la résistance, on ne faisait pas de différence entre la religion, l’appartenance politique. C’est fort possible mais on n’avait que l’étiquette de résistant, rien d’autre. Juif ou pas juif, c’est une question qui ne se posait pas. Ma mère, quand il a fallu quitter le domicile, ma mère est allée chez deux de ses soeurs. Moi j’étais recherché par la Gestapo. Dans le département de l’Eure, j’ai failli me faire prendre. J’ai changé de département, je suis allé dans la Somme.

55CD : Pourquoi vous étiez recherché, vous avez été dénoncé ?

56CF : Reconnu plutôt. Par exemple, quand on déposait une gerbe, avant à la gare du Havre, il y avait une grande tour et ça arrivait le 11 novembre ou le 1er mai, les occasions de fête, on déposait une gerbe, 30 secondes et on foutait le camp, les gens nous voyaient. Je ne sache pas qu’on m’avait dénoncé, ils n’ont consulté ni les archives de la police ni de la Gestapo à l’époque. Voilà et après tout ça, je suis rentré dans l’entreprise en 1946.

57CD : Mais vous n’avez pas continué l’histoire de votre père ?

581re cassette, 2e face.

59CD : Monsieur Flandre, vous aviez commencé à nous parler des actions de résistance de votre père et vous arriviez à 1943, est-ce que vous pouvez nous dire ce qui lui est arrivé ?

60CF : J’ai évidemment plusieurs anecdotes, je me souviens par exemple une fois, comme j’étais chef de groupe, on peut dire ça, on me dit, il y a un militant qui va parler aux Corderies de la Seine, demain matin, il faudrait que tu y sois pour le protéger. Alors moi, je préviens mon groupe c’est-à-dire deux jeunes et on va aux Corderies de la Seine et c’était mon père qui venait parler, il ne savait pas que je le protégeais et moi je ne savais pas que c’était lui qui venait parler. C’est pour dire que le cloisonnement, la sécurité était bien assurée puisqu’il ne me parlait pas de tout ce qu’il faisait, pas plus que moi, je ne lui parlais de ce que je faisais. Autrement dans le département de l’Eure, j’avais été chargé d’assurer les liaisons entre les différents groupes de résistants dont peu reste debout maintenant encore et comme je vous l’ai dit, mon père a été prévenu par des gendarmes de la brigade de Serquigny que j’avais été reconnu et qu’il valait mieux que je change de rue. Je suis monté donc dans le département de la Somme... Et je suis allé à Chiremont et à Ailly-sur-Noye dans la Somme. De là, j’ai repris des contacts avec les résistants et j’ai eu l’occasion de participer à la Libération, je dirais des communes du canton et j’ai eu le plaisir enfin la surprise plus exactement de me battre aux côtés de deux déserteurs, un déserteur allemand et un déserteur autrichien qui s’étaient engagés dans notre compagnie de résistants.

61CD : En ce qui concerne votre père, vous nous avez dit qu’il a eu une issue tragique ?

62CF : Il a été arrêté à Saint-Etienne-l’Allier, c’est à côté de Beuzeville, Pont-Audemer. Il a été arrêté là, le 6 août 44, je n’ai jamais pu savoir, malgré des recherches entreprises aussitôt après la libération, je n’ai jamais pu savoir s’il avait été dénoncé ou s’il avait été arrêté fortuitement. Il y avait un flic français qui s’appelait Ali qui a été fusillé d’ailleurs depuis, il a eu un procès qui a été bâclé, on n’a jamais bien su, les tenants et les aboutissants de ses activités. Mon père a été donc arrêté, il était logé chez un réparateur et vendeur de cycles à Saint-Etienne-l’Allier et ce fameux flic, Ali, avait les moyens énormes que la Gestapo lui avait donnés, il avait à sa disposition une soixantaine de militaires boches, des Allemands. Ils ont encerclé le village, ils ont fait une rafle, ils ont attrapé plusieurs dont mon père mais mon père a été torturé. Alors s’il a été torturé c’est que les boches voulaient qu’il dise quelque chose. Ce qu’il y a de sûr, c’est qu’il n’y a pas eu d’autres arrestations par la suite, donc j’en ai déduit enfin pas seulement moi, mais les camarades ont déduit que mon père n’avait rien dit. Et le 13 août au soir, ils étaient incarcérés à la prison d’Evreux. Ils ont sorti dix résistants de la prison d’Evreux, ils les ont emmenés dans un camion et ils les ont descendus à la mitraillette, à 10 heures et demi du soir, sur le territoire d’Angervillela-Campagne, c’est à une dizaine de kilomètres d’Evreux.

63Je me suis trouvé, pendant la bataille de la Libération, c’était le 25 août 44 bien sûr et je me suis trouvé en contact avec un gars qui avait été avec moi dans le département de l’Eure, un républicain espagnol qui s’appelait Danielo Magrignat, il était de la province de Tarragone. Et tout à fait fortuitement, on s’est rencontré pendant la bataille de la Libération et il m’a dit, je ne suis pas sûr que tu revoies ton père vivant, il m’a dit ça comme ça, le feu de l’action a fait qu’on ne s’est pas revu. Je ne l’ai jamais revu, je ne sais pas ce qu’il est devenu, s’il est vivant ou mort, je ne sais pas.

64CD : Comment est-ce que vous avez appris la mort de votre père ?

65CF : Bien aussitôt la Libération terminée, ne voyant pas mon père venir, je suis allé à sa recherche puis c’est comme ça que j’ai appris qu’il avait été massacré.

66CD : Vous avez appris ça par d’autres prisonniers ?

67CF : Non je suis allé me renseigner à la préfecture et la préfecture ne connaissait pas M. Flandre. Je connaissais sa dernière identité alors il m’a dit, ah ben oui, à Angerville-la-Campagne, il est mort, il faut peut-être aller voir. Alors je suis allé interroger les gens, les fermiers qui étaient de l’autre côté de la rue, qui eux m’ont dit : "Oui effectivement, il y a eu un massacre là, il y a eu dix résistants qui ont été massacrés". Comme j’avais vu mon père le 14 juillet, donc 3 semaines avant qu’il soit arrêté, il m’avait donné sa nouvelle identité, sinon peut-être que je ne l’aurais jamais retrouvé. J’ai fait ouvrir le cercueil pour m’assurer que c’était bien lui, ce n’est pas agréable.

68CD : Vous aviez quel âge, 18, 19 ans ?

69CF : Oui, en 44, j’avais 18 ans.

70CD : Votre mère était restée chez ses soeurs à Evreux, c’est ça ?

71CF : Oui.

72CD : M. Flandre, est-ce que vous avez des souvenirs de la Libération du Havre ?

73CF : Non aucun, pour une raison simple, c’est que je n’y étais pas. Je suis revenu au Havre autour du 20 ou 25 septembre, la Libération du Havre avait été faite. La bataille de la Libération, moi je l’ai faite dans la Somme et quand j’ai eu confirmation que mon père avait été massacré, je me suis engagé pour la durée de la guerre.

74CD : Avec l’accord de votre mère ?

75CF : Oui, elle trouvait ça normal. Mais justement dans les archives que j’avais confiées aux syndicats dont je suis bien peiné qu'il ne les ait pas retrouvées, il y avait tous les mois, à la Compagnie Européenne du Gaz, une souscription circulait parce que bon, on n’avait pas de salaire et on vivait avec l’argent de la solidarité, et dans les archives que j’avais confiées aux camarades, il y avait la liste des sommes versées tous les mois par les travailleurs. Je les feuilletais comme ça, puis je disais, qu’est-ce que je vais faire de ça ? Est-ce que je les exploiterai un jour ? J’ai pris ça en héritage de ma mère, quand elle est décédée. Le mieux, c’est quand même de donner ça, à la collectivité, j’ai donné ça aux camarades du syndicat mais jusqu’alors ça ne les avait pas passionnés l’histoire ouvrière parce que l’action de tous les jours, leur mange leur temps. Ils ne prennent pas le temps et le recul suffisant pour voir d’où ils viennent et justement travailler un peu sur ce travail de mémoire. C’est bien dommage mais ce n’est pas spécifique aux syndicats du Havre, c’est une constatation que j’ai faite, qui est valable même en dehors de ma corporation.

76CD : C’était des sommes qui étaient destinées à financer la vie des résistants ?

77CF : Oui mais en l’occurrence, c’était pour mon père, ma mère, moi et ma soeur. J’étais bien peiné qu’on n’ait pas retrouvé ces documents.

78CD : Qu’est ce que cette très longue expérience de résistance, ce qui est arrivé à votre père, a représenté pour vous ?

79CF : Avec le recul du temps, j’ai une idée qui n’a pas changé, on ne pouvait pas faire autrement que de lutter ou de vivre à genoux parce que vous l’avez bien compris, j’ai vécu la période d’occupation... c’était le quotidien mais il n’y avait pas de bal. Au cinéma, quand ils passaient un film, quand ils passaient les actualités, par exemple, ils allumaient la lumière parce qu’ils faisaient voir des choses absolument aberrantes et les jeunes qu’on était, même indépendamment des résistants, les gens sifflaient, comment dirais-je, les actualités. On n’avait pas de bal, on ne mangeait pas à sa faim, on ne pouvait pas chanter ce qu’on veut, autrement dit, on ne vivait pas. Ce n’est pas une vie alors en plus Le Havre était dans la zone côtière interdite, c’est-à-dire que jusqu’à Yvetot, à Yvetot, il fallait changer de train quand on voyageait, et on était fouillé, c’était une deuxième ligne de démarcation. Dans la zone côtière interdite, le couvre-feu était à 20 heures alors qu’ailleurs, il était à 22 heures et que dans la zone rouge, la zone interdite c’est-à-dire les mineurs, le couvre-feu était à 18 heures. Donc pas de cinéma le soir, les bals moi je ne sais pas danser, je n’ai jamais trouvé le temps d’apprendre à danser. Il était interdit, il y avait des affiches partout, de se retrouver à plus de trois personnes dans la rue, autrement c’était un attroupement et ils étaient susceptibles d’être réprimés par la police française ou allemande. Alors je veux dire, on n’avait pas le choix, c’était ça ou vivoter et c’était une période tragique, on peut dire, je sais, moi j’étais très jeune quand on se sait rechercher par la Gestapo, on est toujours aux aguets, j’ai eu des réflexes pendant très longtemps, je ne me serais jamais mis le dos à une porte par exemple, je cherchais s’il n’y avait pas une deuxième sortie dans la maison où j’étais, enfin des choses comme ça. Des choses qu’il fallait savoir, mais ça s’apprend sur le tas, ce n’est pas dans les livres et je regrette de ne pas en avoir fait plus. J’ai fait ce que j’ai pu avec les moyens que j’avais. Mais moi ce que je souhaiterais, c’est que cette mémoire vivante soit un peu plus cultivée. Actuellement, on ne sait pas trop où on va, au moins faut-il savoir d’où on vient et le pourquoi des luttes tant que ce sera le grand capital qui dirigera les affaires du monde, les choses n’iront pas mieux.

80CD : Au plan personnel, quel impact pensez-vous que ça a eu sur votre propre personnalité, votre action ultérieure ?

81CF : C’est une question que je me suis quelquefois posée, mon père était bien connu sur la place du Havre, compte tenu de ses activités syndicales et mutualistes et moimême ayant fait de la résistance, j’ai été sans doute combatif, j’ai toujours été combatif, aimé à comprendre le pourquoi des choses. Il est probable que j’ai été remarqué par des militants plus chevronnés que moi qui m’ont aidé, encouragé et c’est finalement pour moi une vie très enrichissante. J’ai connu beaucoup de gens de toute nature, de toute confession. Pour moi, c’est une vie très riche, et comme disait le poète, si c’était à refaire, je recommencerais, je tâcherais même d’en faire plus.

82CD : Est-ce que vous avez une idée de l’opinion havraise au moment et après les bombardements du Havre ?

83CF : Oui, j’ai la cassette des bombardements du Havre. Le bombardement du Havre est comme celui en Allemagne, je crois que c’est Hambourg. Il ne se justifie pas d’un point de vue militaire. Qu’est ce que les Anglo-Américains avaient dans la tête à ce moment là, je suis bien sûr pas foutu de le dire, mais d’un point de vue militaire compte tenu de l’état des forces en présence et des lieux de leur présence, avoir rasé les trois quarts de la ville du Havre, ça ne se justifie pas. Les objectifs militaires intramuros, il n’y en avait pas. Alors je sais que les Havrais, moi je n’étais pas là au bombardement du 6 septembre, je sais qu’il y a eu, je crois 3.000 morts en une nuit dont je ne sais pas combien sous le grand théâtre. Dans le tunnel Jenner, il y en a eu 300 ou 400. Les gens n’ont pas apprécié ça, ils l’ont très mal pris. D’ailleurs quand les Américains, moi j’ai vu dans les tramways, enfin ça me fait mal au coeur de dire ça mais je l’ai constaté, les soldats allemands se tenaient mieux que les soldats américains. Les soldats américains, ils mettaient les pieds sur la banquette d’en face, si on voulait s’asseoir, coucou, que les Allemands restaient debout eux dans la plateforme des tramways. Ça ne leur a pas porté chance parce que j’ai un de mes copains qui en a descendu un, mais c’était ça et au Havre, les gens n’aiment pas trop les Américains, pas plus les boches mais ils n’aiment pas trop.

84CD : Qu’est-ce que le nom de Pierre Courant évoque pour vous ?

85CF : Courant, la francisque.

86CD : Vous pouvez nous dire qui il était ?

87CF : Pierre Courant était décoré de la francisque, il était maire du Havre pendant je ne sais pas combien de temps. Il a été un des mille magistrats décorés par Pétain avec la francisque.

88CD : C’était un maire nommé non élu ?

89CF : Oui, il a été nommé par Vichy. Il a été volontaire pour occuper le poste, il l’a occupé longtemps. Les premières élections municipales ont eu lieu aussitôt après la Libération, je me souviens, j’étais là. Communistes et socialistes s’étaient mis d’accord pour gérer la mairie, c’était René Cance, tête de liste pour les communistes. René Cance, entre parenthèses, m’a fait l’école. Au moment de passer à l’élection du maire, il y avait un avocat qui s’appelait Leclinche qui dirigeait le groupe socialiste, ils se sont abstenus et ce qui a permis que Courant soit officiellement maire élu, et Courant a été élu, je ne veux pas dire de sottises mais je crois jusqu’en 55 ou 56, aux élections municipales. Je me souviens très bien que la fraction communiste avait 37 conseillers et il y avait 18 conseillers, 2 socialistes et le restant, c’était la droite. Et il a été élu parce que les socialistes finalement ne voulaient pas voter le budget et le conseil municipal a été dissout et au Havre, on votait pour les municipales tous les deux ou trois ans. Une fois, à l’élection du maire, la ville a été bouclée par 6.000 CRS et je me souviens René Cance décrochant le téléphone d’une cabine publique, téléphonant au préfet en lui disant qu’il y avait autant de flics que les socialistes avaient de voix aux élections, je m’en souviens de ça.

90CD : Est-ce qu’il y avait un syndicat légal vichyste des gaziers ?

91CF : Non, il y a eu un syndicat légal chez les électriciens mais chez les gaziers, non, ils étaient au syndicat illégal de la CGT.

92CD : Ce syndicat légal des électriciens, est-ce que c’était lui qui recueillait les fonds pour les résistants ?

93CF : Ah non, je ne sache pas qu’il y ait eu d’électricien havrais qui ait été résistant notoire parce que la résistance, c’est multiforme. On n’a pas besoin d’avoir une carte pour avoir fait de la résistance. Je ne sache pas ça et je ne sache pas non plus qu’ils aient organisé des collectes pour la solidarité.

94CD : Vous vous souvenez quel était le secrétaire légal vichyste des électriciens ?

95CF : Oui c’était Voisard.

96CD : Vous pouvez nous en parler un peu ?

97CF : Ce que je peux dire c’est après-coup. Mais ils étaient, ce n’est peut-être pas très bien de dire ça, mais cul et chemise avec un ministre du travail qui s’appelait Belin, qui avait été un des secrétaires de la CGT nationale bien sûr et qui avait trahi. Ce gars-là avait donc pris du galon et il a été nommé par Pétain, ministre du travail, et Voisard écrivait souvent, moi j’ai vu dans les archives que Voisard écrivait à Belin pour des bricoles. Dans les archives, dans ce que j’ai pu consulter mais que j’ai rendues, il y ajuste un petit passage peu de temps après la libération, en 45 ou 46, un petit passage pour l’application du programme du CNR, Conseil National de la Résistance qui prévoyait un certain nombre de nationalisations. Il y avait juste un petit truc, tout le restant, c’était un syndicat très corporatiste. Par exemple, ils organisaient la collecte de denrées pour les prisonniers de guerre, ils faisaient des colis avec ça, je ne veux pas dire qu’il n’y avait rien de fait, ce n’est pas ça, mais il n’y avait rien sur la liberté, sur les choses de grande valeur humaine.

98CD : Est-ce qu’il y avait quand même un syndicat illégal CGT d’électriciens ?

99CF : Non, il était légal, c’était le syndicat de Vichy, c’était le syndicat de la charte du travail. Et dans la corporation, la grande majorité des syndicats que ce soit gaziers ou électriciens, était la charte du travail.

100CD : Que sont devenus les dirigeants ?

101CF : Ils sont restés. Il y a eu quelques cas ; par exemple, moi quand je suis rentré de l’armée, le gars qui dirigeait le syndicat, s’appelait Dubois et ce gars Dubois s’était construit une auréole parce qu’il avait été déporté. Ce qui est vrai mais il avait été déporté comme triangle vert, c’est-à-dire comme droit commun parce qu’il était en bis bille comme on dit communément avec sa femme et sa femme l’avait dénoncé parce qu’il avait caché un fusil de chasse et il a été déporté pour ça.

102CD : Où a t-il été déporté ?

103CF : Il était à Buchenwald.

104CD : Vous dites, ils ont continué, c’est-à-dire qu’un syndicat a remplacé l’autre, comment s’est fait le passage ?

105CF : Il y a eu un décret en 1939 pour dire les syndicats sont dissous.

106John Barzman : Syndicats communistes ?

107CF : Non, tous les syndicats. Il n’y a que (ce n’était pas le CNPF) le syndicat patronal, lui naturellement, il est resté. Pour ce qui était de l’électricité, le patron de la branche syndicale, c’était Mercier.

108Deuxième cassette.

109CF : Il y a eu des bouleversements là où des organisations ont pu collaborer avec l’occupant. Moi, je n’en connais pas dans ma corporation, les gaziers, je n’en connais pas. Alors il est évident que lorsque les déportés sont revenus, lorsque les prisonniers de guerre sont rentrés, ils nous ont demandés des comptes et il y a eu des assemblées de personnel et il y a eu probablement des règlements de compte, pas à la mitraillette, des gens qui ont été, comment dirais-je, plus ou moins éloignés du syndicat et des gens plus compétents, plus dynamiques ont pris la relève et tout ça, ça s’est fait au grand jour, ça ne s’est pas fait en catimini. En réalité, comme beaucoup de choses d’ailleurs, le fait précède le droit et les syndicats qui existaient, se sont tout naturellement transformés, tout en continuant d’exister. Les directions syndicales ont été remplacées, d’autres ont été renforcées. Quelqu’un qui pourrait vous en dire autant que moi sinon plus là-dessus, c’est peut-être Bernard Rault dont le père Maurice a été résistant, il n’avait pas de carte. Maurice Rault travaillait aussi au four, à l’usine à gaz et les Allemands, la Kriegsmarine faisait rouler ses camions avec le gaz de ville, des grosses bouteilles comme des bouteilles de propane. Ils venaient s’approvisionner à l’usine à gaz et je sais que Maurice Rault a saboté des camions de la Kriegsmarine par exemple. Et comme Maurice Rault était militant syndical en même temps que mon père, peut-être que lui, le fils, il sait des choses que moi j’ignore.

110CD : Donc, on est en 1946 ?

111CF : Je voulais faire officier mécanicien dans la Marine marchande, je m’étais cultivé un peu, j’avais appris l’allemand. Ce que j’avais appris, ça ne servait pas à grand chose dans une vie professionnelle, tout au moins, je le pensais à l’époque. Etant donné qu’après la libération, la solidarité s’est éteinte d’une façon normale mais ma mère ne touchait encore pas de pension. Quand j’étais à l’armée, j’envoyais mes primes de combat mais ça n’était pas beaucoup pour vivre avec ma soeur. Je voulais faire officier mécanicien, je voulais reprendre mes études mais ma mère m’a dit : " Non, non, il n’en est pas question !". J’avais une proposition d’embauche à la SNECMA, il y avait André Duroméa qui était revenu de déportation qui y travaillait et il m’avait demandé si je voulais travailler là. Je dis oui bien sur et ma mère a dit non, elle m’a dit : "Ton père travaillait au gaz ; là bas, il a plein de copains et ils feront attention à toi. Tu vas rentrer au gaz." Et c’est comme ça que je suis rentré au gaz.

112CD : Sans difficulté ?

113CF : Ah si, si, le patron ne voulait pas. Le patron ne voulait pas que je rentre, il a fallu que ce soit, je me souviens de ça parce que j’étais présent. Ils ont arrêté la production de gaz et ils sont montés à une vingtaine de chauffeurs de four, la gueule noire, le chapeau un peu comme les cow-boys en galoche, ils sont montés voir le patron qui ne voulait pas les recevoir, ils ont forcé la porte bien sûr. Je me souviens, il y avait un gars, je ne sais plus qui, il a dit : "Tu le vois celui-là et bien tu vas l’embaucher tout de suite". Ils avaient les mains pleines de charbon, toutes noires sur son bureau puis, ils lui parlaient à deux doigts des moustaches. Et finalement, j’ai été embauché quelques jours après.

114CD : La nationalisation avait déjà eu lieu ?

115CF : Non la nationalisation n’était pas encore intervenue et ça, ça devait être autour du 25 février 1946, je crois.

116CD : Comment s’appelait le patron ?

117CF : Guernut.

118CD : Donc vous avez été embauché à quel poste ?

119CF : J’ai été embauché comme manoeuvre de manoeuvre. Autrement dit torche-cul, et je me souviens de ma première paye, elle n’était pas élevée. A l’époque c’était 3.000 francs et quand la nationalisation est intervenue, mon salaire a presque doublé puisque je gagnais 5.600 francs. Le copain du syndicat m’avait dit : "Il faut que tu apprennes, il faut que tu aies un diplôme parce que si tu n’as rien, tu ne vas pas pouvoir évoluer." Je me suis mis à reprendre un peu les études, sommaires, mais enfin, pour passer un diplôme de plombier.

120CD : Au sein ou à l’extérieur de l’entreprise ?

121CF : Non, il n’y avait pas de formation. La formation, c’était le Centre de formation professionnelle accéléré, au fort de Tourneville. J’allais au cours du soir et puis après, j’ai passé un diplôme de soudeur alors quand j’ai eu ces diplômes là, je suis passé ouvrier qualifié.

122CD : Est-ce que vous étiez content d’être dans cette entreprise ?

123CF : Oui, il faut gagner son pain, de toute façon. J’ai eu un peu d’amertume parce que c’est sûr quand on voit aujourd’hui, ce qu’est devenu la Marine marchande, on peut s’interroger mais à l’époque, on ne se posait pas ces questions-là. J’aurais bien aimé faire officier de la Marine marchande, ça ne s’est pas fait.

124CD : Par rapport à une autre entreprise, est-ce que vous aviez le sentiment d’avoir une place meilleure, sécurité de l’emploi ?

125CF : Sécurité de l’emploi, c’est une question qui ne se posait pas parce que compte tenu de la saignée des prisonniers de guerre, les gens décédés,... le chômage, c’était quelque chose qu’on ne connaissait pas. Sécurité de l’emploi, ça allait de soi à l’époque. Non ce qui m’a enthousiasmé moi, c’était cette notion de service public. Comme vous le savez, Le Havre a profondément souffert des bombardements d’abord allemands puis après anglo-américains-canadiens et donc il fallait reconstruire. On n’avait pas de matériel, les Américains avaient monté des barrages à Bléville où les Allemands avaient installé des batteries de DCA et les Américains avaient construit des baraquements. Ils ne sont pas restés très longtemps, les baraques, ils les ont démontées et ont foutu ça à la poubelle, à la décharge publique entre le pont V et le pont VI. On allait le soir, après la journée, avec les outils, démonter des tubes, des raccords... Pour pouvoir travailler le lendemain parce qu’on n’avait rien, on faisait ça et puis il n’y avait pas d’heures supplémentaires.

126CD : Vous aviez le sentiment ?

127CF : Oui, de faire quelque chose d’utile, enfin ça me paraissait le prolongement de la bataille de la Résistance. Ce n’était pas aussi clair que ça mais on se sentait utile. CD : Et donc les luttes syndicales au sein de cette entreprise pour vous cela représentait quoi ?

128CF : J’ai été élevé par mes parents, singulièrement par mon père dans la lutte sociale et politique. Moi je ne conçois pas le travail salarié sans lutte, il n’y a pas de progrès sans lutte, c’est un peu faire de la philosophie mais c’est le choc des contraires qui permet d’avancer. Améliorer la condition humaine, c’est le rôle fondamental du syndicat, du syndicalisme.

129CD : Vous en aviez conscience dès le plus jeune âge ?

130CF : Ah oui, tout à fait !

131CD : Est-ce que vous pouvez nous parler des principales luttes auxquelles vous avez participé ?

132CF : Les luttes, je ne veux pas me pousser du col mais disons que même en inactivité de service on participait encore à des manifestations mais toutes les grandes luttes de 51, 53, 56, 58, 60, la convention de janvier 60, 63 ; en 63 quand de Gaulle a réquisitionné les mineurs, ça a été comme un coup de fouet dans le monde du travail parce que les gens n’aiment pas être réquisitionnés et ça a été, je dirais, une sorte de prise de conscience chez les salariés. Et en 63, de Gaulle, il a bien fallu devant les grèves qui se développaient y compris chez nous, dans les industries électriques et gazières, il a bien fallu que de Gaulle rengaine sa réquisition ; ça a été le redémarrage d’une action revendicative parce que bon quand de Gaulle a pris le pouvoir en 58 avec la nouvelle constitution, il y a eu un flottement chez les gens. De Gaulle, c’est vrai que c’est un résistant, c’est loin d'être n’importe qui, j’ai beaucoup de respect pour cet homme-là et il y a eu un grand flottement, y compris dans les organisations syndicales en tout cas dans la CGT comme dans les autres sans doute, et il a fallu 63 quand les gens ont compris que De Gaulle se tournait plutôt vers les gens du capital que vers le monde du travail ; ça a été un sursaut et il y a eu des actions en 66, après les grandes grèves ont duré un mois en 68.

133CD : Et pourquoi est-ce qu’il réquisitionnait les mineurs en 63 ?

134CF : Parce que pas de charbon, plus d’activité, pas de train, plus d’électricité.

135CD : Non ! En 63 ?

136CF : À l’époque, c’était encore la carbochimie qui était le nerf de l’industrie, la force motrice si je peux dire ça.

137CD : Les grandes grèves que vous avez citées jusque-là, vous avez cité 51, vous pouvez rapidement évoquer si vous vous en souvenez ?

138CF : 51, il y a eu une grève parce que le gouvernement a voulu modifier la grille des salaires et il voulait faire par exemple qu’un cadre qui avançait, il avançait de tant de points. Alors il coupait les points en deux et donnait deux avancements ; autrement dit, c’était un étalement pas de la misère mais enfin c’est une carotte. Mais celui qui y avait droit, c’était son droit d’avoir son avancement, il était amputé de moitié. J’ai cité les cadres mais c’était valable du point 100 au point 900. Ça, ça a déclenché une grande grève.

139CD : Ça a duré longtemps ?

140CF : Oui il y a eu des réquisitions, ça a duré une huitaine de jours.

141CD : Et elle a été victorieuse finalement ?

142CF : Une lutte ça ne l’est jamais, les patrons ne perdent pas la face comme ça, jamais ; et par contre c’est à la mesure du temps qu’on s’aperçoit qu’on a semé du bon grain, et la réforme, ils n’ont pas pu l’appliquer comme ils auraient voulu et nous les revendications qu’on a avancées, on a pu en faire avancer quelques-unes, une notamment sur la réduction du temps de travail, les conditions de travail.

143CD : Après, il y a eu 53 ?

144CF : 53, c’était le décret Laniel qui voulait porter l’âge de la retraite à 65 ans pour tout le monde y compris-nous. Alors la grève a duré 12 ou 15 jours, 18 jours, je ne sais plus. Je crois bien que c’est 18 jours. Finalement il a rengainé son compliment.

145CD : Après vous nous avez parlé de 56, mais la guerre d’Algérie ?

146CF : Oui, Robert Lhotellier vous en parlera. Il a des photos où on s’est couché devant un train pour empêcher les soldats de partir en gare du Havre. Une fois il m’a fait voir les photos, il m’a dit : "Tiens, tu te rappelles de ça." Oh je dis merde.

147CD : Qui était là ?

148CF : Lhotellier y était, enfin le syndicat avait appelé.

149CD : La CGT ?

150CF : Oui.

151CD : Et ça avait empêché le train de partir ?

152CF : Le train est parti quand même parce qu’ils ont amené, je ne sais pas combien, peut-être mille flics pour dégager le train, enfin bon cela avait secoué la population quand même.

153CD : En quelle année ?

154CF : 56 ou 57, quelque chose comme ça. 56 peut-être bien.

155CD : Après si on continue le jalon des grandes grèves ? Il y avait une grève en 56 pour la guerre d’Algérie, vous dites ?

156CF : Ah oui et nous en 56, il y a eu une grande grève ou toutes les organisations syndicales ont appelé à la grève avec coupures, c’était la première fois qu’on a fait des coupures d’électricité et de gaz. C’était toujours à propos des salaires, un salaire minimum on réclamait, je ne sais plus. On réclamait le salaire minimum à l’époque, c’était 30.000 francs. D’ailleurs vous ne le croyeriez pas mais le salaire de base chez nous, il est moins que le SMIC.

157CD : Actuellement ?

158CF : Ah oui. Tenez j’ai la grille des salaires alors elle n’est pas neuve, parce que bon maintenant je suis quand même un peu moins au fait des questions parce que je commence à me fatiguer. Nouveau système de rémunération alors ça date enfin ce n’est pas si vieux que ça, ah il n’y a pas les barèmes.

159CD : Non ce n’est pas grave ; ça a toujours été le cas à EDF-GDF que les salaires de base soient inférieurs aux salaires de base ailleurs ?

160CF : Oui mais personne ne touche le salaire de base.

161CD : Donc ça n’a pas beaucoup de sens ?

162CF : C’est pour le gouvernement parce que disons pour le grand public...

163CD : Mais sinon vous dites que les luttes ont apporté, c’est tout au long que l’on voit les acquis, quel est votre point de vue concernant les acquis des agents EDF-GDF et leur situation salariale et en conditions de travail pendant toute cette période ?

164CF : Evidemment c’est du 1/09/89, ce n’est pas d’hier.

165CD : Non mais dites-moi, est-ce que pour vous les conditions salariales et les conditions de travail des agents EDF-GDF depuis les années 50-60, d’après vous, estce que ce sont des conditions de travail supérieures à la moyenne ?

166CF : Notre Statut dispose de toute une série de moyens de communication entre les directions et les personnels, il y a des comités d’hygiène et de sécurité, il y a un comité mixte à la production, il y a des commissions paritaires dites commissions secondaires ; et ces organismes, les directions tentent, ils peuvent toujours tenter de les vider de leur contenu. Les conditions de travail et les conditions salariales, enfin le salaire est lié aux conditions économiques et sociales. Les conditions économiques, ce sont les prix et les conditions sociales, c’est les salaires payés ailleurs dans les professions similaires. Naturellement dans une corporation comme l’électricité ou le gaz qui sont aujourd’hui des moyens déterminants dans la vie économique du pays, on fait penser que les électriciens et les gaziers étaient des nantis et un journaliste qui s’appelle François de Closet a fait beaucoup pour accréditer cette idée, il a même publié un bouquin qui s’appelle "L’Etat EDF" en faisant beaucoup de mal par exemple, en s’en prenant aux avantages en nature qui sont tout simplement une réduction sur le tarif du gaz et de l’électricité. Ce n’est pas parce qu’on paye moins cher son gaz et son électricité que ça fait pour autant bouillir la marmite. Le boulanger, il ne paye pas son pain, il le fabrique. Le facteur, il a des unités gratuites pour téléphoner, des choses comme ça, mais non c’était nous qui étions dans le collimateur, pour une raison qui est facile à comprendre. C’est que notre système social est tel que chez nous, la loi de nationalisation dispose que 1 % des recettes brutes sont affectées aux activités sociales. Alors pourquoi 1 %, pourquoi aux activités sociales ? Tout simplement parce qu’au moment de la nationalisation, un député, je ne sais plus lequel, avait demandé à ce que les actionnaires soient remboursés de leurs actions pendant 50 ans. C’est ce qui a été décidé mais Marcel Paul a dit : "Si les actionnaires, il faut les indemniser avec ce fond de 1 %, il n’y a pas de raison que le personnel n’en ait pas autant" ; ce qui a été accepté, c’est dans la loi de la nationalisation. Il y a donc 1 % des recettes brutes qui y vont (aujourd’hui ça a baissé un peu mais ça reprend de l’ampleur, une centaine de milliards).

167CD : Sur l’initiative de Marcel Paul ?

168CF : Oui et ces cent milliards là, c’est géré par le personnel et par des gens qui sont élus. Alors il y a la Caisse Centrale des Activités Sociales et il y a le comité de coordination qui lui a un rôle politique, c’est lui qui répartit les sommes entre ce qui est national et ce qui est local, les patrons n’ont pas à y mettre le nez, c’est nous qui gérons ça, selon les désirs et la volonté du personnel. Il y a des consultations permanentes sur les besoins : "Qu’est ce qu’il faut ? Est-ce qu’il faut faire des camps de toile ? Est-ce qu’il faut faire des piscines ? Est-ce qu’il faut développer le sport ?"... Toutes les choses comme ça, des bibliothèques partout, tout ce que l’on peut imaginer de la vie socioculturelle. Alors ça évidemment les patrons, ça les gêne, ça fait plus que les gêner, ils voudraient bien mettre la main sur cette gestion. Voilà, alors c’est sûr, quand on mesure ça par rapport au privé, on est très jalousé avec l’ensemble des institutions qu’on a sur le plan national, voire local, ils voudraient bien avoir comme nous. Moi ceux qui disent ça, je sors ma feuille de paye, tel mois, il y a eu telles heures de grève qu’on a faites. En ce sens, ça répond un peu à la question que vous posiez, à savoir que jusqu’alors, la lutte a payé et a empêché que ces acquis qui sont d’ailleurs le fruit du Conseil National de la Résistance, ces acquis nous soient démolis.

169CD : Vous nous avez parlé de Marcel Paul, est-ce que vous avez eu des contacts particuliers avec lui, est-ce que vous pouvez nous parler de lui ?

170CF : Ah oui bien sûr, j’ai connu Marcel Paul en 1935 ou 36 quelque chose comme ça. J’étais tout gamin, ça peut paraître drôle mais je suis un prématuré non viable et je suis né donc à moins de 6 mois et j’ai eu une faiblesse pulmonaire, étant très jeune, j’avais des ganglions aux poumons et mes parents n’avaient pas de sous pour me faire passer des radios, à l’époque, c’était le début où on commençait à avoir des radiographies et mon père était dirigeant de la fédération CGTU et il s’en est ouvert au cours d’une réunion sans doute à Marcel Paul et Marcel Paul avait créé une coopérative des oeuvres sociales qui regroupait tous les services publics de la région parisienne alors il y avait l’eau, la RATP, l’électricité, le gaz et je ne sais plus quoi encore. Il m’a fait venir et j’ai accompagné mon père pour aller passer une radiographie dans ce centre de santé et c’était en 35 ou 36. J’ai connu Marcel Paul à cette occasion-là. Je me souviens d’un énorme bureau qui m’a paru très long parce que je voyais ce bonhomme en plus c’était une montagne, très affable d’ailleurs, non, je me souviens bien de la rencontre et après mon père m’a accompagné à la radio.

171CD : Votre père était juste allé saluer Marcel Paul alors ?

172CF : Oui enfin il m’a présenté à Marcel Paul et par la suite, quand mon père a été massacré et que j’ai commencé à gérer les activités sociales, Marcel Paul avec le Conseil central des oeuvres sociales, le CCOS a donné le nom de mon père à une coupe nationale sportive, une coupe nationale de tennis de table. Ce qui fait que ma mère allait à la remise des prix, évidemment c’est elle qui donnait les récompenses et moi, j’y suis allé plusieurs fois, j’ai eu l’occasion bien sûr de le rencontrer et puis on l’a invité plusieurs fois à venir à nos congrès de syndicat. Naturellement, il est venu et sans doute, il a apprécié le travail qui se faisait au syndicat du Havre, peut être qu’il a été impressionné, non mais enfin trouvé intéressant le travail que personnellement je réalisais, ce qui fait qu’il a proposé aux camarades du syndicat que je devienne secrétaire de la Fédération. Et ça s’est fait au congrès de 1959.

1732e cassette, 2e face

174CD : Donc on parlait de vos relations de travail avec Marcel Paul ?

175CF : Oui enfin mes relations de travail, c’était des relations de militant à militant mais c’était un homme extrêmement cultivé, extrêmement attentif aux hommes sous des dehors bougons, bourrus, il était extrêmement sensible et si quelqu’un était dans le besoin, il trouvait toujours le moyen, toujours grâce à nos activités sociales, d’aider ces personnes qui étaient en difficulté momentanée. Mais il avait des conceptions de travail que, pour ma part, je ne partageais pas. Lui, il arrivait au travail à 10 heures avec une assiette de patates à l’huile dans son sac qu’il mangeait comme ça, sur le tas, puis il travaillait jusqu’à 11 heures du soir. Moi ça dépassait mes horaires, il était très demandé dans les congrès et plusieurs organismes auxquels il participait. Il m’est arrivé : deux ou trois fois, il me prévenait, il m’envoyait un chauffeur, il me disait : "Tiens demain, il y a un congrès à Montpellier, tu vas à Montpellier". Quand ma femme a vu ça, elle m’a dit : "Ce n’est pas marrant, on ne peut rien prévoir !". Et puis finalement on s’est séparé parce que c’est une vraie vie de chien qu’il faisait mener pas seulement à moi, mais aussi aux autres camarades de l’équipe.

176CD : Vous vous êtes marié en quelle année ?

177CF : Je me suis marié en 46.

178CD : A 20 ans, vous avez eu des enfants ?

179CF : Non.

180CD : Et vous vous êtes séparés quand ?

181CF : En 65, je crois.

182CD : Vous aviez déjà vos responsabilités ?

183CF : Oui, puis c’est vrai qu’avec Marcel Paul, c’était intenable. Moi je me souviens partir du bureau à 9 heures le soir et il trouvait que c’était de bonne heure, ce qu’il ne voyait pas, c’est que moi j’y étais depuis le matin de bonne heure, lui il arrivait plus tard, il n’avait pas de dimanche, pour lui ça n’existait pas, les jours de repos, il ne connaissait pas. Quand il prenait des vacances, il prenait 3 jours, il allait avec sa compagne à Palavas-les-Flots pas loin de Béziers, Montpellier, dans le coin, et puis il revenait puis la machine repartait.

184CD : Vous pouvez nous rappeler le parcours de Marcel Paul ?

185CF : Bon d’abord c’est un enfant trouvé, on vient de fêter le centième anniversaire de sa naissance. Marcel Paul, il a été trouvé le 12 juillet 1900 sur les escaliers de l’église Sainte-Marthe, je crois à Paris et il a été enfant d’assistance publique d’ailleurs, un journaliste lui a consacré un livre "la vie d’un piteau" où il raconte sa vie et bon il a servi dans la Marine, il a été démobilisé et quand il a été démobilisé, il est rentré à la Compagnie Parisienne de Distribution d’Electricité où il a été releveur-encaisseur, quelque chose comme ça, et il a été vite remarqué par ses copains. Il s’est engagé politiquement, syndicalement et il est devenu secrétaire de syndicat, secrétaire de région et puis ensuite secrétaire à la Fédération CGT. Il était parmi les premiers résistants, il a écrit quelques notes, dès sa démobilisation en 1940, il commençait à ramasser les armes et à faire des caches pour la libération à venir et il a été militant illégal du Parti Communiste Français et il a été arrêté et déporté à Buchenwald et quand il est revenu en France, deux ou trois jours après, il est reparti à Buchenwald avec un avion plein de médicaments pour les déportés et quand il est rentré définitivement, c’est une façon de parler, il a repris la direction de la Fédération CGT de l’énergie et après il a été nommé ministre de la Production industrielle en remplacement de Lacoste que de Gaulle trouvait trop mou. Il a été l’objet de menace de la part de l’OAS au moment de la guerre d’Algérie parce que nos camarades gaziers et électriciens algériens payaient un tribut lourd à la libération de l’Algérie. On a eu un camarade notamment, Fernand Yveton, qui a été guillotiné, je crois en 1957 et nombre de gaziers et électriciens qui étaient emprisonnés en Algérie et on avait à parrainer des familles d’enfants de camarades algériens qui étaient emprisonnés et au Havre, on a eu deux enfants d’Algérie qu’on a parrainé par des souscriptions...

186CD : Qui étaient logés dans des familles ?

187CF : Aussi mais bon, il y avait plusieurs formules, la solidarité n’a pas de frontière.

188CD : Donc Marcel Paul a été ministre jusqu’en 47, il a quitté quand on a chassé les ministres communistes et après ?

189CF : Après il a été désigné pour mettre en place le CSOS, le Conseil Supérieur des OEuvres Sociales de l'EDF et il a mis ça en place, tout en dirigeant la Fédération jusqu’en 1951. 1951, c’était la guerre d’Indochine, des calomniateurs disaient que les institutions que nous avions, servaient d’école militaire pour les cadres de l’armée du Viêt-minh, ce qui était évidemment une aberration.

190CD : Quelles institutions ?

191CF : Les maisons de retraite, de famille évidemment, ça ne tient pas debout mais quand le CCOS a été dissout, il s’est donc consacré essentiellement à la Fédération syndicale et également à la Fédération des déportés. En 1963, il a quitté ses fonctions à la Fédération de l’énergie parce qu’il avait 63 ans à l’époque, ça commençait à peser pour faire face tous les jours aux besoins de la lutte, il faut être disponible, être en bonne santé, plein de choses. Moi je suis resté en contact avec lui. Peu de temps avant son décès, j’allais le voir à la Fédération des déportés et il me demandait toujours des nouvelles de ma famille.

192CD : Donc il a continué à militer à la Fédération des déportés ?

193CF : Oui.

194CD : Jusqu’à la fin ?

195CF : Oui il est mort le 11 novembre, il était à la manifestation à l’Arc de Triomphe, il est rentré à Saint-Denis avec les anciens combattants pour manger ensemble et en s’asseyant pouf, il est mort. Jusqu’au dernier moment, il a été sur la brèche alors Mitterrand l’avait décoré de la légion d’honneur, il y en a tellement d’autres qui l’ont, on la donne bien aux joueurs de football alors.

196CD : Qu’est-ce qu’il représente pour vous, Marcel Paul ?

197CF : Si je peux dire ça, un père spirituel. De l’équipe qui a travaillé avec lui, on n’est plus que deux mais je suis celui qui l’a connu le premier puisqu’il m’a connu, j’avais 8 ans quelque chose comme ça. Et par contre, c’est avec moi qu’il était le plus sévère, on dit qui aime bien châtie bien, ça ne me faisait pas rire.

198CD : Et pourtant vous le considérez comme votre père spirituel ?

199CF : Ah oui.

200CD : Par son action, par ses écrits ?

201CF : Non la valeur intellectuelle, une façon d’analyser les choses, son dynamisme, ses compétences, tout ça, ça ne vient pas tout seul bien sûr, mais j’ai toujours eu beaucoup de respect, on peut même dire d’amour, un peu pour cet homme-là.

202CD : Est-ce qu’il y a eu d’autres personnages qui vous ont influencés ?

203CF : Oh oui, je pense à mon instituteur, René Cance. C’était un personnage, je me souviens avant la guerre, il était déjà candidat comme conseiller général et comme ça la première fois que mon père m’avait emmené avec lui pour voter et il m’avait dit : "Votons pour cet homme-là, toujours voter pour lui, il faut voter communiste". Enfin il ne m’avait pas dit ça comme ça. Mais, c’est ça que ça voulait dire. René Cance avait un fils qui devait avoir à peu près mon âge puisqu’on était au service militaire pas dans la même unité mais en même temps et je l’ai retrouvé après la guerre, il était commandant des Francs-Tireurs et Partisans Français en Corrèze, il était en liaison avec le colonel Gingouin, haut responsable de la Résistance dans le Limousin. Il était toujours comme tête de liste aux élections municipales, il a été député également. Que dire de lui que c’était un homme charmant qui a été traîné dans la boue par je ne sais plus quel journaliste qui avait fait un bouquin bourré de mensonges, ça avait été en justice et on avait été témoigner. C’était René Cance qui avait été poursuivi, finalement il a eu la relaxe alors que ce qu’il aurait fallu, c’est condamner le journaliste, je ne me rappelle plus de son nom.

204CD : Quelles fonctions politiques a eu René Cance ?

205CF : Il a été député, il a été maire, il a été membre du comité central du Parti Communiste français.

206CD : Il a été maire du Havre de quand à quand ?

207CF : Je crois que c’est de 1956, je crois qu’il a du faire 2 mandats un en 56 et un en... on ne peut pas se fier au calendrier électoral national parce que comme j’ai dit tout à l’heure, on votait tous les 2-3 ans pour les municipales.

208CD : Est-ce que vous avez eu des contacts avec Duroméa et qu’est-ce qu’il représente pour vous ?

209CF : C’était un de mes chefs dans la Résistance, André. Sa mère à André et la mienne étaient très liées, son père à André, je le connaissais bien, il fabriquait des poêles, des tuyaux de poêles, des trucs comme ça, il était installé au 200 rue Aristide Briand et il habitait rue Angamarre, à Sanvic, ce n’était pas bien loin d’où mes parents habitaient. La rue Angamarre est devenue la rue Eugène-Duroméa. Sa mère est morte, il y a une vingtaine d’années.

210CD : Eugène Duroméa a été déporté ?

211CF : Oui, disparu en déportation.

212CD : Déporté pour avoir fait de la Résistance ?

213CF : Oui en plus comme le fils était comme moi recherché par la déportation, comme ils n’ont pas eu le fils, ils ont pris le père. Ce n’était pas facile quand on a un commerce de foutre le camp, il était obligé de rester, ils sont venus le prendre, je ne sais plus où il a été déporté, j’ai dû le savoir mais je ne m’en souviens pas.

214CD : Et André Duroméa, quel a été son parcours après la Résistance et après la guerre, il a été maire du Havre ?

215CF : Il a fait la traversée du désert parce qu’il ne trouvait pas de travail quand il disait son nom, il n’avait pas de travail le premier, j’en connais d’autres.

216CD : Parce qu’il était résistant ?

217CF : Parce qu’il était communiste, d’abord ; résistant, ils s’en foutent. Je me souviens, on faisait des souscriptions pour l’aider à vivre, il a été secrétaire de la Fédération en Seine-Maritime quelque temps avec Roland Leroy et étant donné qu’il ne trouvait pas de travail, il bricolait, il fabriquait des objets qu’il essayait de brader, un peu comme ça et il avait été décidé dans le parti depuis fort longtemps quand René Cance serait atteint par la limite d’âge, ce serait André Duroméa qui prendrait la suite.

218CD : Il faisait vivre une famille ?

219CF : Il a une fille Monique qui est professeur à Caen qui doit être retraitée maintenant, oui parce qu’elle a l’âge de ma soeur, elle doit être retraitée.

220CD : Donc il n’a pas eu vraiment de travail et il a simplement fait une carrière politique ?

221CF : Oui sa femme travaillait dans les industries électriques et elle a été déportée aussi sa femme par représailles, elle a été massacrée,... on lui a fait les soi-disant expériences que faisaient les bourreaux fascistes.

222CD : Vous ne savez pas dans quel camp ?

223CF : A côté de Buchenwald qui était réservé aux femmes. A Buchenwald, il y avait beaucoup d’hommes, il y avait aussi quelques femmes mais peu.

224CD : Un dernier nom que l’on peut évoquer, Roger Le Marec ?

225CF : Qui est un charbonnier, Roger Le Marec, c’était un garçon extrêmement dynamique, il était, si ma mémoire ne fait pas défaut, il était secrétaire du syndicat des dockers charbonniers. Quand il parlait du charbon, une fois, j’avais joué aux dominos avec lui à l’occasion d’un piquet de grève, et il me balance le double six, il me dit, tiens voilà le quai Colbert ! Alors moi je ne savais pas ce que c’était que le quai Colbert, c’est le quai au charbon, une anecdote comme ça. Autrement Roger Le Marec, il a fait partie d’une équipe de militants très attachés syndicalement, politiquement. Un garçon dynamique, dévoué, il était quelquefois en bagarre avec les autres dockers qui eux étaient de la tendance un peu plus anarchisante.

226CD : Quels étaient vos rapports entre militants, qu’est-ce que vous avez gardé comme amitié ?

227CF : C’est quelque chose d’indéfectible : la terre pourrait s’écrouler, ce qui est rentré dans la tête, ça n’en ressort pas. Par exemple je vois André Duroméa : on ne se fréquente pas parce que la vie nous a séparés, mais je sais qu’il a beaucoup d’estime pour moi, c’est largement partagé. On n’a pas été..., les gens de ma génération, compte tenu de la résistance, aussi un peu aussi victimes du stalinisme, on n’avait pas de liens fraternels, on ne copinait pas, comme on disait dans le temps, c’était interdit. Autrement, on faisait du travail fractionnel, on ne pouvait pas aller les uns chez les autres, si ça se savait, on était emmerdé.

228CD : Et ça ne vous a pas frustré ça ?

229CF : Ça m’a déplu plus que largement.

230CD : Mais vous vous y soumettiez quand même ?

231CF : Oui on n’y pensait pas, aujourd’hui moi quand je vois les jeunes comment ils travaillent politiquement ou syndicalement, leurs horaires, leur discipline enfin et cetera. Je suis effrayé de voir ça ; si on avait travaillé comme ça, d’abord on n’aurait pas pu, parce qu’on aurait été viré tout de suite, enfin dans ma génération, on était prêt à donner sa peau. Aujourd’hui, un gars qui donne un quart d’heure dans sa semaine, on dit que c’est un brave militant, alors.

232CD : Est-ce que vous avez eu l’occasion d’aller en Union soviétique ?

233CF : Oh oui, je ne sais pas, dix fois peut-être.

234CD : A quelle occasion, travail militant, syndical ?

235CF : Oui les délégations syndicales. Mais l’accueil des camarades soviétiques était très chaleureux même quelquefois trop tatillon, ça frisait un peu enfin j’ai compris ça après J’ai une anecdote comme ça,. Ils ont des ressources de gaz extrêmement importantes en Ouzbékistan et comme je suis de la partie professionnellement, ils m’avaient emmené voir ça, on avait fait un séjour là-bas. Dans la délégation où j’étais, ils avaient beaucoup de respect, de gentillesse, si l’on peut dire ça comme ça, qu’ils n’avaient pas avec d’autres, et ça me gênait moi. Moi j’ai demandé de voir un truc, j’ai visité par exemple le mur de Berlin, j’ai été dans les blockhaus enfin, etc. Dans le blockhaus où Hitler s’est tué que personne d’autre que moi n’a vu. J’ai une anecdote comme ça en Ouzbékistan, un matin je me lève de bonne heure et je me dis : "Tiens, je vais acheter des disques !" Et je vais dans une espèce de grand marché et j’étais à la porte et je faisais la queue et ce grand interprète qui me cherchait partout : "On m’a dit que tu étais parti, que tu avais déjeuné ?" Je dis : "Oui et alors il n’y a pas le feu au lac, je suis là, je vais acheter des disques." Il me dit : "Tu n’as qu'à me dire ce que tu veux." Je dis : "Je veux les acheter avec mes sous, je n’ai pas besoin que tu me les offres." Alors il me dit : "Viens." Il m’emmène à une autre porte et on est rentré tout de suite alors je lui dis : "Comment ça se fait qu’on est rentré tout de suite ?" Il me dit : "Parce que là, c’est réservé aux anciens combattants qui sont prioritaires." Moi je dis : "Mais je ne suis pas ancien combattant !" Il me dit : "C’est pareil." Il m’a fait rentrer là puis j’ai acheté mes disques. Ça m’a semblé un peu vicieux leurs trucs parce que finalement ils nous faisaient voir ce qu’ils avaient envie. Les contacts profonds dans les usines et tout ça, ce n’était pas chaleureux, on sentait bien que le syndicat, c’était une institution finalement le syndicat, c’était le patron de la boîte.

2363e cassette.

237CF : Pour montrer la rigidité qu’il pouvait y avoir à l’intérieur du parti, par exemple, André il a divorcé, il s’est remarié avec une femme qui s’appelle Marthe Cousin qui était l’ex-femme d’un officier de la Marine marchande, et à une conférence fédérale des militants de haut niveau on l’avait accroché en disant qu’il fallait qu’il régularise sa situation parce que ce n’était pas bien, enfin et caetera. J’ai trouvé que c’était un peu malvenu parce que les conseilleurs, ce n’est pas les payeurs.

238CD : Est-ce que vous-même, vous avez eu des interventions dans votre vie privée de cet ordre-là ?

239CF : Non, je n’en ai pas eu, je ne sais pas si j’en avais eu quelle aurait été ma réaction, je ne sais pas.

240CD : Vous vous êtes donc remarié, vous nous avez dit, et est-ce que vous avez eu des enfants, vous pouvez nous parler un peu de votre vie, c’est la période où vous étiez déjà à la Fédération ?

241CF : Oui.

242CD : En quelle année vous êtes-vous remarié ?

243CF : Je me suis remarié en 68, je crois. A l’époque, la vie de famille, ça ne comptait pas, s’occuper de sa femme, de ses enfants, ce n’était pas de mise. Aujourd’hui on a un pet de travers, ou comme je disais de façon triviale tout à l’heure, on était prêt à donner notre peau. Aujourd’hui un militant qui bosse un quart d’heure dans la semaine, on dit c’est un bon militant. Compte tenu il fallait que les femmes, moi je connais peu de copains qui sont restés toute leur vie avec leur femme, je n’en connais pas beaucoup, il fallait que la femme ait beaucoup de compréhension pour supporter une vie pareille surtout quand on a des mandats, je dirais nationaux, quand on reste sur le plan de la localité, ça va, mais quand on voyage dans tout le pays puis qu’on vous prévient un quart d’heure avant et que vous êtes en train de dîner, tiens hop tu t’en vas là où là. Il fallait vraiment être discipliné pour supporter ce genre d’activité, cette façon de faire mais on supportait, je ne peux pas dire que ça plaisait mais on supportait. Quand je vois comment nos camarades beaucoup plus jeunes militent aujourd’hui, ça me fout des frissons, pour moi, ce qui compte c’est les résultats du travail qu’on mène.

244CD : Mais vous avez quand même eu une vie de famille puisque vous avez eu deux garçons ?

245CF : J’ai un garçon et une fille. J’ai pu avoir une vie de famille après que Marcel Paul ait quitté la Fédération parce que je prenais sur moi de dire non, ce week-end là, je le garde pour moi, mais autrement "tant qu’on n’a pas", Marcel Paul m’avait dit une fois, il ne l’a pas dit qu’à moi, il m’a dit : "Mon vieux tant qu’on n’a pas tout donné, on n’a rien donné." Je n’ai pas très bien apprécié ça, pas très bien du tout même parce qu’il y a des degrés naturellement dans le militantisme qui dépendent d’un tas de facteurs, disponibilité, compétence, dynamisme enfin et cetera. On est tous pareils mais il n’y en a pas un qui fait la même chose.

246CD : Votre deuxième femme a mieux supporté que la première ?

247CF : Oui parce qu’elle était ma secrétaire, alors elle connaissait un peu la vie. Je lui ai dit : "Tu sais à quoi tu t’exposes." Cela ne l’a pas empêché au bout de 15 ans de dire : "Bon c’est quand même une vie qui n’est pas marrante, je m’en vais." Alors je me suis retrouvé comme ça encore une fois tout seul.

248CD : Et si vous deviez décrire en général votre vie à partir du moment où vous étiez à la Fédération et jusqu’à votre retraite ?

249CF : Je ne conçois pas moi ma vie encore aujourd’hui, je ne la conçois pas sans avoir de responsabilités, je ne la conçois pas sans combat alors mon combat, il est multiforme, quand on a envie d’être utile, on est toujours utile moi j’ai créé et animé pendant une dizaine d’années une amicale de locataires, raison de plus d’être emmerdé parce que ça, c’est pire que conseiller municipal.

250CD : C’était où, au Havre ?

251CF : Non c’était à Pantin, ça fait 20 et quelques années que j’habite à Pantin depuis que la Fédération syndicale s’est déplacée parce qu’avant on était au 213 rue Lafayette et maintenant c’est rue de Candale à Pantin. Comme je connaissais pas mal de copains, j’ai pu avoir un logement potable à Pantin, j’y suis resté.

252CD : Comment est-ce que vous avez vécu les événements de mai 68 ?

253CF : Au départ du mouvement, il y a eu une très grande interrogation à savoir, estce que le gouvernement va tomber ou pas, est-ce que l’on pousse les choses un peu plus loin ou est-ce qu’on se limite seulement aux strictes revendications ? La démarche de Mitterrand au stade Charléty nous a mis dans la tête qu’il fallait se contenter aux revendications et les pousser le plus loin possible et c’est ce qu’on a fait et bien nous en a pris parce que je ne sais pas si vous avez eu oui dire ou si vous savez la démarche de Mitterrand, construire un gouvernement mais sans les communistes et cetera. Tout ça c’était de la bouillie pour les chats, d’ailleurs ça s’est vérifié après puisque nous dans les négociations au mois de mai, on avait à faire comme ministre de la Production industrielle à l’époque qui était maire de La Baule, c’est Olivier Guichard qui était un féal gaulliste mais un type droit pour qui j’avais beaucoup de respect et en 68. On a poussé les revendications le plus loin qu’on a pu. C’était difficile en ce sens, qu’on était en grève enfin les travailleurs des industries étaient en grève mais il fallait qu’ils travaillent pour assurer la production de l’électricité. Il fallait qu’ils travaillent, ils n’étaient pas payés puisqu'ils étaient en grève, c’était un peu difficile à la reprise puis finalement on a obtenu pour tout le monde le paiement des jours de grève et un point particulier enfin deux points, on a augmenté les salaires de 17,6 % pour les actifs et de près de 20 % pour les inactifs, j’entends parler des retraités, puisqu’on a pu réintroduire dans le salaire, une prime qui avait été instaurée en 51 qui s’appelait la prime à la productivité.

254Evidemment cela va de soit que dans l’esprit des patrons, les retraités étaient exclus alors que nous dans le statut, un actif ou un retraité, c’est pareil. On a tiré ça, on a tiré la révision de la situation de toutes les veuves de guerre, revoir le reclassement des époux et là-dessus, on a découvert que la direction ne faisait pas son boulot. On a découvert par exemple qu’à Béziers, il y avait une veuve qui n’avait pas été enregistrée, elle s’appelle Francette Etève et son mari a été massacré le jour de son mariage et elle n’a pas été enregistrée, elle n’avait pas de pension et moi quand j’ai su ça, je les ai engueulés, je me souviens, j’ai attrapé un des directeurs par le collier et j’ai dit si cette affaire-là n’est pas réglée dans huit jours, vous allez voir comment je m’appelle. Ils ont fait une année de pension avec un rappel mais pour dire les qualités du syndicat. Cette femme ne pensait pas qu’elle avait des droits. On a tiré ça en 68, on a tiré bien d’autres trucs.

255CD : Mais sur les questions que vous évoquiez au début de mai 68, vous disiez on s’est assez vite demandé si on aurait pu aller plus loin ou s’il fallait rester à des revendications, sur cette question-là, vous qu’est ce que vous pensiez ?

256CF : J’étais un peu dans le flou ; moi ce qui m’a éclairé, c’est la démarche de Mitterrand à Charléty, ça j’ai dit c’est bon, ce truc-là, c’est voué à l’échec parce que beaucoup de camarades pensaient qu’on était installé dans une grève insurrectionnelle.

257CD : Vous le pensiez vous-même ?

258CF : Je l’ai pensé au début oui. La grève, elle a démarré ici en Seine-Maritime. Elle a démarré dans les usines, je crois bien que c’est à la SAFT à Caudebec, avec occupation d’usine parce qu’il y’avait longtemps qu’on n’occupait plus les usines en France. On faisait grève et puis on coupait ou on ne coupait pas mais on n’occupait pas les boîtes.

259CD : Mais après les manifestations étudiantes ou avant ?

260CF : Avant les manifestations étudiantes, oui quand on dit que c’est parce qu’il y a eu les étudiants enfin, etc. Non tout ça, c’est du cinéma, en réalité, j’ai dit tout à l’heure que la prise de conscience datait de 63, c’est-à-dire après la réquisition des mineurs où les mouvements de grève s’étendaient, ça me fait penser à Chirac, il n’y a pas bien longtemps, le 14 juillet, il dit on est en pleine croissance mais les salaires n’augmentent pas. Il me fait marrer, il a raison de dire ça mais en attendant qu’estce qu’ils ont fait pour les augmenter ? Rien de plus, au contraire peser sur les salaires. Il y avait donc un mécontentement larvé mais extrêmement profond et les étudiants avaient leurs raisons et les travailleurs avaient leurs raisons qui étaient loin d’être les mêmes alors il y en a qui ont fait un amalgame : "Les étudiants c’est eux qui ont remonté les bretelles aux ouvriers !" et caetera. Enfin mon opinion à moi : je sais que c’est faux. Les travailleurs, ils n’ont pas besoin des étudiants, ils sont assez grands garçons pour diriger leurs affaires et gérer leur grève, si grève il y a.

261CD : Et donc qu’est-ce qui s’est passé en Seine-Maritime ?

262CF : En Seine-Maritime, il s’est passé ça et je crois que c’est le parti qui a décidé qu’il fallait occuper enfin que ça serait bien de pouvoir occuper les boîtes et ça a commencé comme ça dans la vallée de la Seine.

263CD : Les occupations d’usine, vous dites que c’était des demandes du syndicat ? La direction du parti l’a demandée ?

264CF : Je ne peux pas dire qu’elle l’a conseillé. Si ça s’est fait, c’est que les gars le ressentaient comme une nécessité, un besoin comme en 36, parce que les gens pensaient qu’on allait vers un nouveau 36, un nouveau front populaire mais Mitterrand s’est arrangé pour casser ça.

265JB : Dans les autres entretiens que nous avons eus, beaucoup de gens ont utilisé le terme débrayage, grève votée, grève sur le tas, grève avec occupation d’usine, est-ce qu’il y a une vraie différence ?

266CF : Oui il y en a, un débrayage, c’est forcément limité dans le temps, un débrayage, c’est un débrayage, ça va de la minute de silence, si je peux dire jusqu’à la demijournée, voire la journée mais pas plus ; tandis que grève c’est autre chose, c’est en principe au moins 24 heures. Alors après, "reconductible" parce quand les inexpérimentés, pour peser plus lourd disent grève illimitée, il ne faut jamais dire une grève illimitée parce qu’on ne sait pas ce que les gens ont dans la tête, s’il y en a qui reprennent le boulot sans le dire enfin, etc. Puis la grève finit en queue de poisson après on se retrouve à dix à être en grève, c’est perdu d’avance de faire comme ça. Il faut tous les jours consulter les gens et puis dire : "Voilà : qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui, voilà ce qui s’est passé hier, voilà ce qui peut se passer aujourd’hui, voilà ce qui peut se passer demain." C’est les gens qui décident, le syndicat, il est là pour analyser, orienter mais donner des ordres jamais. La grève sur le tas, c’est la grève d’occupation, je suis là, je me suis occupé de ma machine mais je ne travaille pas.

267CD : Et donc c’est ce qui s’était passé vous dites, au début des événements de mai 68 en Seine-Maritime ?

268CF : Oui.

269CD : Vous vous rappelez comment ça s’est étendu, vous pouvez nous en parler un petit peu ?

270CF : Non parce que je ne le sais pas, j’ai su ça par des camarades avec qui je suis toujours en contact dans le département mais comment ça s’est passé après non.

271CD : Vous étiez où ?

272CF : En 68, j’étais secrétaire de ma fédération.

273CD : Et qu’est-ce que vous avez gardé comme souvenir, comme impression ?

274CF : J’ai gardé comme souvenir que la division syndicale avait encore une fois fait beaucoup de mal notamment par le comportement des gens de la CFDT, voire de Force Ouvrière. La division, ça ne nuit qu’aux patrons. Il faut d’ailleurs savoir qu’en France, la bourgeoisie a choisi la division syndicale et ce depuis qu’un pape dont le nom m’échappe a balancé une bulle qui indiquait qu’il fallait permettre le droit au travail ; alors quand on lit bien ce que ça veut dire, permettre le droit au travail, ça veut dire que c’est briser la grève, c’est ça que ça veut dire. Ce qu’il faut savoir c’est que jusqu’en 1920 la CFTC sur cette base-là, a été portée à Mulhouse, sur les fonts baptismaux avec l’argent des entreprises du textile. Et les fonts baptismaux de la CFTC moi j’y suis allé voir. C’est à Mulhouse, on y’a fait un congrès, je m’y suis échappé, je suis allé voir à la chambre de commerce l’acte de naissance de la CFTC. Alors je disais que ça a fait beaucoup de mal, ce que je voulais dire, c’est que jusqu’en 1920, date de la première scission de la CGT, ne bénéficiaient des avantages de la grève que ceux qui l’avaient faite, c’était une loi ouvrière alors il est évident que les grèves étaient à 100 %. Aujourd'hui : "Tu fais la grève ? Oh ça ne fait rien, s’il y a quelque chose, je l’aurai quand même !" C’est un peu putassier comme raisonnement, c’est même pas moral du tout mais c’est comme ça que ça se passe aujourd’hui.

275Alors moi j’ai retiré ça de mai 68, c’est que dans la corporation pratiquement tout le monde était en grève mais je redis encore une fois avec force qu’on n’aurait pu obtenir encore plus s’il n’y avait pas eu la division syndicale, si le front avait été solide, on aurait pu avoir plus.

276JB : Dans l’action syndicale, est-ce que vous pouvez dire si les députés ou les élus des partis proches du mouvement ouvrier jouent un rôle important ?

277CF : Ça dépend des questions posées, ils peuvent jouer un rôle important par exemple, il y a des directives européennes aujourd’hui pour faire qu’on va utiliser les réseaux de transport de fluide, des énergies pour des boîtes privées. Il y a une majorité de députés qui a voté ça, moi j’ai fait des délégations auprès de plusieurs députés socialistes dans ma circonscription, c’était évasif leur réponse. On va voir mais ils peuvent jouer un rôle alors je répète, ça dépend de la nature de la question posée, il peut y avoir des questions internes ou anodines par exemple une démarche d’un député, quel qu’il soit, pour faire embaucher quelqu’un, c’est voué à l’échec par exemple, ça n’a aucune chance d’aboutir. C’est l’assemblée nationale qui a fait la loi, qui a adopté les décrets, sur l’application de la loi, sur le statut national alors sur des grandes questions comme ça, le député a un rôle à jouer mais je dirais sur les choses internes aux entreprises, je ne pense pas que ça ait un impact important.

278CD : Et donc vous avez continué à avoir cette fonction jusqu’à votre retraite ?

279CF : Oui même après.

280CD : Vous avez pris votre retraite en quelle année.

281CF : En 1981 et en 1979, on a fait un congrès, il y avait 20 ans que j’étais secrétaire de la Fédération, ça commençait à me fatiguer et puis on a besoin de sang neuf, plus jeune peut-être pas plus dynamique mais enfin qui voit les choses peut-être d’une autre manière, peut-être mieux, et en 79 j’ai donc été déchargé de mes fonctions de secrétaire de la Fédération et on m’a demandé de m’occuper de l’organisation des retraités, ce que j’ai accepté jusqu’en 1999, jusqu’à l’année dernière.

282CD : Et depuis ?

283CF : Et depuis je me repose, je fais du jardin, ça me fait mal aux reins, je bouquine, j’apprends.

284CD : Qu’est-ce que vous lisez ?

285CF : Qu’est-ce que je lis, je suis très éclectique dans mes lectures, j’aime bien lire les ouvrages relatifs aux combats de la résistance, ça m’intéresse énormément parce qu’il y a tellement de faussetés qui ont été écrites à des fins négationnistes quand je vois par exemple, il vient de sortir deux bouquins...

286CD : Vous m’avez dit que vous avez essayé de faire rentrer vos deux enfants à l’EDF ?

287CF : Oui.

288CD : Vous pouvez nous en parler avec ou sans succès ?

289CF : Sans succès, j’ai eu des fonctions importantes comme secrétaire des comités mixtes à la production. C’est un organisme qui n’émet que des avis mais c’est important pour la connaissance du fonctionnement de l’entreprise et des besoins des travailleurs et j’avais connu un directeur qui était, ma foi, bien sympathique. Je lui ai demandé s’il pouvait faire embaucher mon fils, alors parce que des gens, j’en ai fait embaucher une vingtaine, une trentaine peut-être, mais les miens, non. C’était le directeur de la centrale de Saint-Ouen et il cherchait des mécaniciens, je dis à mon fils, tu n’as qu’à y aller, tu vas passer un concours, oh il me dit moi je suis bien comme ça, je lui dis vas-y. Il y va ; alors on lui donne un truc à faire qu’il a fait. Mais ils étaient deux à passer l’examen et il m’a raconté après. Il m’a dit : "Je n’ai pas été pris." Mais il m’a dit : "Je sais pourquoi, parce que le gars avec qui j’ai passé le concours, lui on l’a convoqué, on l’a prévenu huit jours avant, on lui a envoyé les épreuves qu’il allait avoir à faire." Mon gars il est arrivé la bouche sous le nez, puis voilà on lui a mis ça sous le nez puis démerde-toi. Ma fille, elle j’ai essayé de la faire rentrer au centre de Cergy-Pontoise, ils lui ont fait passer la visite médicale, ils lui ont fait mettre son gosse en garderie pour faire toute une série de démarches, examens puis à la dernière minute, ils lui ont dit non, on n’a pas besoin de vous ; par contre mon gendre, j’ai pu le faire rentrer comme il ne s’appelle pas comme moi, j’ai pu le faire rentrer.

290CD : Monsieur Flandre, si on vous demandait aujourd’hui de porter un regard rétrospectif sur toute votre carrière, votre vie militante, qu’est-ce que vous pourriez en dire ?

291CF : Je dirais que ceux qui vivent sont ceux qui luttent, évidemment la formule n’est pas de moi, je crois qu’elle est de Victor Hugo mais elle a été reprise à juste raison par le colonel Fabien. Je pense que dans la vie il faut des objectifs, il faut essayer de s’y tenir, il faut beaucoup de rigueur avec soi-même. Si on arrive à conjuguer cet ensemble de problèmes qui se posent périodiquement, je pense qu’on peut réussir une vie d’homme propre, sain, que les gens aiment rencontrer. Enfin moi je ne me pousse pas du col, on n’est pas du genre comme ça. Je suis plutôt même du genre modeste mais je sais que nombre de camarades, militants politiques, sociaux, syndicaux, ils aiment bien ma compagnie pas seulement pour leur raconter ma vie parce que ça, ils s’en contrefichent mais plutôt pour voir dans telle situation, tu aurais fait quoi, comment tu te débrouilles pour ça. Pour moi, c’est une richesse, je ne me sens pas du tout isolé, je ne suis pas aigri, non je ne crois pas, j’aime bien vivre, j'aime bien manger, j’aime bien boire, j’aime bien tout.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search