Versione classicaVersione mobile

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Quelque part, ça laisse des traces... Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

Annexe 2. Lettre de Martine Niel (reçue en 2001) fille de M. Biouain, directeur de l’usine à gaz 1955-1960

Testo integrale

1Suite à un article de presse, Mme Niel a souhaité apporter son témoignage au projet mémoire. Elle nous a fait parvenir un courrier racontant ses cinq années passées à l'usine à gaz du Havre. Son père a été le directeur de l'usine de 1955 à 1960.

2Avant d'entrer à l’usine à gaz du Havre, mon père, André Biouain, a navigué environ 3 années, comme officier mécanicien. Il n'avait pas l'intention de naviguer très longtemps. Dès le début de la guerre, son bateau fut réquisitionné et c'est ainsi qu'il quitta la Marine Marchande pour entrer au service de Gaz de France. Il se maria en 1941. Pendant les années de guerre, la production étant arrêtée, le personnel de l'usine était appelé à participer au déblaiement des ruines des quartiers Saint-François et Notre-Dame.

3De 1939 à 1954, mon père occupa différents postes pour acquérir les connaissances nécessaires au fonctionnement de l'usine.

4Au début de l'année 1955, mon père fut nommé directeur et c'est ainsi que le1er avril, nous arrivions dans cette maison, située à l'angle de la rue de la Gare et de la rue Philippe-Lebon. J'avais à peine 7 ans. L'arrivée dans ce logement, dans l'usine, me laisse de beaux souvenirs : la maison si vaste avec son grand hall, son bel escalier de bois, la grande salle de jeux, les belles cheminées de marbre. La cour de l'usine était le lieu de tous nos jeux. Après les devoirs, mes sœurs et moi y retrouvions les enfants des contremaîtres. Parties de cache-cache, de patins à roulettes dans les salles des épurateurs. L'hiver, quand il avait neigé, les tas de coke devenaient "nos montagnes". Dans un coin de la cour près de la maison, nous faisions pousser quelques fleurs et même des pommes de terre. Nous ne pensions pas, à nos âges que nous nous amusions sur des terrains terriblement pollués, ni à la dangerosité du site sur lequel nous vivions. Avec les événements d’Algérie, l'usine se trouva sous haute surveillance, il y avait des gardiens dans tous les coins de l'usine et à l'extérieur. Je pense que mes parents n'étaient pas rassurés de se trouver là pendant cette période. Mes sœurs et moi vivions dans l'insouciance de l'âge. Nous étions heureuses lorsque mon père nous emmenait dans les laboratoires, dans son bureau et surtout quand nous montions tout en haut des grosses sphères où le gaz était stocké. Monter en haut de la tour était moins impressionnant. Mon père aimait son travail, le contact avec les gens. Il se sentait bien "sur le terrain". Il a beaucoup donné à cette usine, de son temps, de jour comme de nuit, il y a laissé sa vie.

5A la fin de l'été 59, il est tombé malade et est décédé le 4 janvier 1960 : septicémie. Cinq ans après, ma mère recevait un courrier de Gaz de France, l'informant que son mari avait travaillé sur des terrains insalubres d'où cet empoisonnement du sang qui causa son décès. C'était la fin de mon enfance, très heureuse.

6Un jour où je passais devant l'usine, en 1983, j'ai assisté à la démolition de "ma maison". J'ai éprouvé une grande tristesse, même après 23 années écoulées.

7La Fac occupe depuis tous ces terrains et c'est excellent pour notre ville. Un de mes fils y a fait ses études, aux affaires internationales. Beaucoup de jeunes sont passés au Havre faire leurs études et d'autres viendront, nombreux. Je souhaite longue et belle vie à la Fac !

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search