Version classiqueVersion mobile

Flaubert et une gouvernante anglaise

 | 
Hermia Oliver

Dossier

Suppléments à l’édition originale en anglais

Texte intégral

Flaubert et Juliet Herbert : post-scriptum1

  • 1 Nineteenth Century French Studies, vol. 12, no 1-2, hiver 1983-1984, p. 116-123.

1Quand j’ai écrit Flaubert and an English Governess (Clarendon Press, 1980), j’espérais surtout que sa publication mènerait à la découverte de lettres que Gustave écrivit à Juliet, même si ce dénouement me semblait peu probable. Malgré le témoignage de Maupassant, selon lequel Gustave brûla les lettres les plus intimes de sa correspondance (et celles de Juliet devaient assurément appartenir à cette catégorie), certains critiques ont considéré que l’absence de toute trace épistolaire montre que les relations entre Gustave et Juliet étaient insignifiantes. Pour ceux qui ne sont pas convaincus par la preuve des trois voyages à Londres que Gustave entreprit pour voir Juliet et des séjours qu’elle fit à Paris en 1872 et 1874 (et peut-être en 1876, ainsi qu’à deux occasions ultérieures), un objet faisant partie de l’exposition consacrée au « centenaire de Flaubert » en 1980, à Paris, pourra dissiper les doutes qui subsistent concernant la durée de leur relation. Compte tenu de l’absence des lettres, rien ne pourrait mieux montrer l’estime qu’il avait pour elle. Il s’agit d’un exemplaire de l’édition de 1874 de La Tentation de saint Antoine (en 1980, le livre appartenait à la collection du colonel Sickles). Il est dédicacé : « À Juliet Herbert son vieux Gustave, ce 1er exemplaire de La Tentation de saint Antoine. Samedi soir, 28 avril 74, 9 h. ». Cet envoi est également relevé par le Dr A. W. Raitt dans le Times Literary Supplement, le 30 janvier 1981. Celui qui a établi le catalogue de l’exposition n’avait pas déchiffré le « 1er », indication essentielle ; il a transcrit par « cet exemplaire ».

2J’ai écrit en 1979, avant l’exposition, et j’ai maintenu depuis que l’affirmation d’Edmond Ledoux, disant avoir vu un exemplaire de cette édition de la Tentation « envoyé » à Juliet et dédicacé « À ma fiancée », devait inspirer le scepticisme. Il est difficile d’associer Flaubert à une telle formule, même avant 1874. Toute sa relation avec Louise Colet ne montre-t-elle pas son refus de permettre à quiconque de le distraire de l’Art ? Parmi les nombreux avertissements qu’il adressa à Louise, il lui écrit le 21 octobre 1846, sans équivoque : « J’espère certainement jamais de la vie me marier et, si tu veux, je le jure ». Il ajoute qu’il avait pensé autrefois se marier pour des raisons financières, mais qu’il « n’épouserai [t] plus qui que ce soit pour un million ». En 1872, ses problèmes d’argent avaient commencé : il dit à George Sand le 28 octobre de cette année-là que ses revenus ne suffisaient pas à faire entrer une femme dans sa vie. Maintenant que l’exemplaire dédicacé de l’exposition Flaubert a été découvert, la seule explication possible semble être que la formule rapportée par Edmond Ledoux était une version confuse de la dédicace réelle, qu’il tenait probablement de seconde main. Voilà encore un exemple des inexactitudes qui tendent à s’insinuer dans les témoignages de seconde main ou dans les récits faits de mémoire, parfois à cause de ce que l’on voudrait croire. Car il est impensable que Flaubert ait dédicacé deux exemplaires de la même édition de La Tentation à Juliet, avec un envoi plus chaleureux dans le second que dans le premier.

  • 2 Bart, B. J., Flaubert, New York, Syracuse University Press, 1967, p. 594.
  • 3 Caroline Commanville, Souvenirs de Gustave Flaubert, Paris, 1895, p. 6.

3Mais la dédicace va plus loin que la simple réfutation de l’affirmation selon laquelle Flaubert aurait écrit un mot laissant à penser qu’il s’engageait à épouser Juliet. Tout d’abord, il faut supposer qu’il la croyait douée de capacités intellectuelles suffisantes pour appréhender un côté important de La Tentation que le professeur Bart appelle à juste titre « une quantité de détails archéologiques […] ni palpitants ni faciles à comprendre »2. En considérant la traduction de Madame Bovary entreprise par Juliet, et le fait (à moins que l’on puisse montrer le contraire) que ce fut elle qui envoya à Flaubert le dossier sur le Calves’ Head Club pour L’Éducation sentimentale, on ne peut douter qu’elle ait beaucoup entendu parler des trois versions de ce livre, à Croisset et au cours des années qui suivirent son séjour chez les Flaubert. Et pourtant, il est important de remarquer que Flaubert lui réserva le « 1er exemplaire », lorsque l’on considère les autres destinataires apparemment beaucoup plus probables pour cet exemplaire de la version définitive. Au moins à ses propres yeux, sa nièce Caroline devait figurer très haut sur la liste. Selon elle, à la suite de la guerre franco-prussienne et de la chute de l’Empire, son oncle était incapable d’écrire jusqu’à ce que, « cédant à [s] es supplications », il se rendît à Neuville. Il reprit et « cette fois » (notons la réprimande implicite) acheva La Tentation3. Après Caroline, ne pourrait-on pas s’attendre à ce que George Sand ou Tourgueniev reçoive le premier exemplaire ? Flaubert le dit bien à Mme Brainne en janvier 1873 : c’étaient ses deux seuls amis littéraires (Mme Brainne, elle aussi, déjà une amie intime, reçut un exemplaire, sinon le premier). Mais en laissant de côté Juliet, car naturellement Flaubert ne l’aurait pas évoquée, Sand et Tourgueniev n’étaient pas ses seuls amis littéraires. Il y avait Edmond de Goncourt, mais aussi Mme Roger des Genettes. Flaubert l’avait rencontrée à l’époque où elle fréquentait le salon de Louise Colet. Après la rupture avec Louise, ils se perdirent de vue jusqu’en 1856, quand les relations furent rétablies autour d’une pièce de Bouilhet. Déjà, en janvier 1857, il lui avait parlé de La Tentation de 1856. En mai 1872, quand il avait presque achevé la version définitive (terminée le 1er juillet 1872), il dit à Mme Roger à quel point il voulait lui lire « ce livre-là », en ajoutant la raison : « il est fait pour vous. » Le 24 avril 1873, quand Flaubert projetait une visite chez elle et son mari à Villenauxe, il lui demanda si elle pouvait supporter une lecture à haute voix (faite à partir de son manuscrit plus ou moins définitif) qui durerait à peu près six heures ; à la fin avril, il l’assurait qu’elle l’écouterait puisque personne d’autre ne le voulait. Après cette visite, le 10 mai, il la remercia des « conseils littéraires [qu’elle lui] envoy[ait] ». Mme Roger semblerait donc être l’amie qui aurait mérité, plus que tous les autres, de recevoir le premier exemplaire imprimé de La Tentation définitive. Mais c’est un autre exemplaire qui lui fut envoyé. En mars 1874, il lui dit que le livre arriverait comme « un poisson d’avril » (il ne devait pas paraître avant le mois d’avril). Faire don du « 1er exemplaire » à Juliet semble indiquer en fait non seulement la place première qu’elle occupait dans ses affections, mais un lien étroit entre elle et le livre, lien qui serait peut-être né au fil de leurs discussions au sujet des versions antérieures. Il est possible également qu’elle lui ait envoyé des commentaires ou des renseignements dans les lettres qui ont disparu.

  • 4 BAF, décembre 1968, p. 46. Le Bottin le plus tardif dans lequel j’ai pu trouver sa trace date de 1 (...)

4Mais comment expliquer la présence de cet exemplaire dans la collection du colonel Sickles, et comment expliquer qu’on l’ait retrouvé à Paris ? J’ai écrit au Colonel, en lui demandant s’il pouvait me renseigner sur la provenance du livre, mais malheureusement, je n’ai pas reçu de réponse. Peut-être ne connaissait-il pas l’explication lui-même. Deux aspects sont particulièrement curieux. D’abord, la date de la dédicace, étant donné que La Tentation parut au début d’avril 1874. Ainsi, l’exemplaire fut envoyé à Juliet après la distribution des exemplaires témoins. Si Gustave avait l’intention de le lui offrir comme cadeau d’anniversaire, il se trompa d’un jour (Juliet est née le 27 avril ; en prenant en compte le temps de l’acheminement par la poste, il aurait dû l’envoyer le 26, au plus tard). Mais de toute manière, il faut bien qu’il l’ait posté, car la date inscrite semble exclure la possibilité qu’il ait gardé le livre afin de le donner à Juliet en personne quand elle vint à Paris l’automne suivant. Ce qui étonne encore davantage, c’est que ce livre seul, de tous ceux dédicacés à Juliet par Flaubert et Bouilhet, ait fini par être retrouvé. On aurait pu s’attendre à ce qu’il figure parmi tout un lot d’hommages de l’auteur, mais à ce jour il n’a pas été possible de trouver trace d’une vente. Il vaudrait peut-être la peine de parcourir de façon systématique et complète les catalogues de l’Hôtel Drouot ainsi que les journaux contemporains : il est possible que soit livré en même temps le secret concernant le sort des « Renseignements pour l’éducation sentimentale » (quelle récompense !) après la mort de Mme Armand Dorville, qui les acheta à la vente Drouot de novembre 19314. Pour le moment, l’énigme de la vente de cet exemplaire dédicacé demeure. Il serait d’un grand intérêt pour les flaubertistes de connaître la date et les circonstances de l’acquisition par le colonel Sickles.

5Le fait qu’aucune des lettres de Gustave à Juliet n’ait été retrouvée, aussi tragique et frustrant que cela puisse être, semble confirmer l’hypothèse selon laquelle c’est Juliet qui les aurait détruites elle-même (elle fit peut-être de même avec les autres livres). Gustave lui conseilla probablement de prendre ce parti et il l’aurait sans doute avertie de l’holocauste qu’il perpétra vis-à-vis de sa correspondance intime, événement décrit de façon si frappante par Maupassant. Qu’il ait influencé ou non Juliet, je regrette profondément ne pas avoir mentionné la contrainte principale qui l’aurait poussée à détruire les lettres, à savoir la certitude de l’effet catastrophique sur sa propre réputation et sur celle de ses sœurs si ses élèves et ses employeurs avaient appris l’existence d’une relation jugée scandaleuse aux yeux des Victoriens. Même si ce n’étaient pas des lettres d’amour, la correspondance devait témoigner d’une intimité considérée comme inadmissible à l’époque pour une femme célibataire. La sévérité de l’opinion victorienne en Angleterre au sujet de femmes seules qui dépassaient les bornes de la décence ou du code moral était telle que les très respectables George Eliot et Miss Braddon étaient poussées à l’isolement parce qu’elles vivaient en concubinage avec des hommes qui voulaient bien les épouser mais n’avaient pas la liberté de le faire. L’on considérait Mme Gaskell comme étant très hardie à cause du portrait compatissant d’une jeune fille abandonnée par son séducteur qu’elle dresse dans Ruth, une de ses fictions. La situation était beaucoup plus grave pour les gouvernantes, car leur métier les contraignait à donner un bon exemple moral aux enfants dont elles s’occupaient. Ce sont là les raisons, et non parce que Gustave ne fait aucune mention de Juliet dans ses notes de voyage, qui me rendait difficile d’accréditer la théorie selon laquelle elle aurait passé la nuit avec Gustave à l’hôtel Mitre à Hampton Court. Mme Herbert, que Caroline décrit faisant de la couture et lisant des livres édifiants, serait assurément la dernière à admettre une telle escapade. Malgré tout, on ne peut pas exclure la possibilité, compte tenu des circonstances impossibles à connaître, que le professeur Bart ait raison au sujet de la nuit passée ensemble. La preuve peut tout simplement avoir disparu. J’ai écrit au directeur de la chaîne d’hôtels qui est maintenant propriétaire du Mitre, mais il a confirmé que les registres ont été détruits. Il est au moins probable qu’à Croisset, les longues discussions entre Gustave et Juliet le soir, autour de la traduction de Madame Bovary, devinrent progressivement plus intimes. Puisqu’il manque la preuve de la nuit passée ou non au Mitre, la réponse reste à l’appréciation de chacun. J’ai montré dans mon ouvrage que personne à Londres d’autre que Juliet n’aurait pu envoyer à Gustave le dossier sur le Calves’ Head Club (il s’agit de renseignements qu’il désirait avoir en février 1869 pour la troisième partie de L’Éducation sentimentale). J’ai signalé également la pleine signification du tutoiement observé dans la lettre qui accompagnait les notes. René Dumesnil, qui a examiné le dossier avant qu’il soit vendu en 1931, cite une seule phrase de la lettre : « les détails des dîners sont à peu près les mêmes que ceux que je t’ai déjà envoyés. » Cette phrase montre qu’en février 1869 et même avant, comme l’indique le « déjà », Juliet et Gustave entretenaient des relations de grande intimité. Hélas, nous ne pouvons pas savoir de quand elles dataient. Si l’on pouvait récupérer le dossier, le mot « déjà » s’éclaircirait (en fournissant en même temps la preuve de l’identité de l’expéditeur). Nous ne saurions cependant toujours pas de combien le tutoiement entre Juliet et Gustave était antérieur à, disons, 1867-1868. Ce tutoiement est d’autant plus parlant que George Sand (seule parmi ses amies, car Louise était plus qu’une amie) tutoyait Gustave quand ils furent devenues amis intimes, mais il disait invariablement « vous » à sa « chère maître ». À l’origine, la relation entre Juliet et Gustave ressemblait à bien des égards à celle entre une jeune admiratrice et un « maître », un contraste rendu encore plus net à cause des positions d’employée et employeur.

6Au moins il ne fait aucun doute qu’en 1894, moment où Juliet semble avoir quitté Milman’s Row à Chelsea après la mort de ses sœurs, et en 1909, l’année de sa propre mort, beaucoup de ses anciens élèves et employeurs vivaient encore, ainsi que des membres de la famille Grosvenor (qui restaient en contact avec sa sœur Marianne après que celle-ci avait cessé de remplir le poste de gouvernante chez eux). La pensée que les personnes appartenant à ce cercle, sans parler d’autres élèves et employeurs, puissent apprendre la vérité au sujet de ses relations avec l’auteur d’un célèbre roman français et de ses séjours sans chaperon à Paris où elle le rencontrait, devait certainement horrifier Juliet. En effet, n’importe quel visiteur de la région qui s’appelait autrefois le Rutland (de nos jours une partie du Leicester) ne peut manquer de remarquer la survivance d’un point de vue éminemment correct et bien-pensant, et de mœurs familiales telles qu’elles sont dépeintes dans les romans de Jane Austen. Lorsque Katharine Duff et moi nous sommes rendues à Lyndon Hall en 1978, il semblait parfaitement impensable qu’une gouvernante au service des Conant ait pu être la maîtresse de Flaubert. Et de fait, quand Sir John Conant nous a très aimablement permis de parcourir les papiers et les photo graphies de la famille conservés dans le grenier, il nous a semblé possible que Gertrude, la fille aînée des Conant (c’est elle qui fut la châtelaine de Lyndon Hall) ait renvoyé Juliet. Cela nous paraissait singulier que la gouvernante ne fût pas présente sur une seule photographie, bien que certaines montrent des membres du personnel domestique ; elle n’est pas évoquée non plus dans les lettres qui ont survécu. Il est impossible d’ignorer l’éventualité que, malgré tout, trop de lettres adressées à Juliet soient arrivées de France ou qu’une lettre compromettante soit tombée par erreur sous les yeux d’un membre de la famille Conant. Malheureusement, nous avons entrepris notre recherche un peu trop tard ; le dernier membre de la famille d’Edward Nathaniel Conant était mort seulement quelques années auparavant. Comme je le dis dans mon livre, il n’y a rien qui prouve que Juliet ait encore exercé la fonction de gouvernante chez les Conant en 1871. La lettre qu’elle écrivit à Gustave en août 1876, où elle dit ne pas savoir où elle serait, indique peut-être un changement de poste cette année-là, mais il peut s’agir également d’un deuxième changement.

7Il n’est peut-être pas déplacé d’ajouter quelques mots concernant les visites parisiennes de Juliet. Les avis convergent quant aux deux voyages qu’elle fit en 1872 et en 1874. Le professeur Bart estime qu’une troisième visite en 1876 « est envisageable », mais il n’aime pas mes « spéculations » sur la possibilité qu’elle fût à Paris avec Flaubert en 1877 et 1878. Je ne faisais pas des spéculations, pourtant ; je cherchais simplement à présenter les rares indices qui existent. Un critique me fait le compliment de dire que je présente ces preuves indirectes « très prudemment et avec beaucoup de soin ». Parmi les données essentielles et pertinentes figure le fait qu’en 1876, 1877 et 1878, quand Flaubert passait une partie de l’automne à Paris, il s’efforçait de cacher à ses correspondants ce qu’il faisait là, alors que ses lettres à Edmond Laporte ne permettent pas de douter qu’il dissimulait une liaison. Tout ce que l’on sait se résume de la façon suivante : en 1872, avant de rencontrer Juliet à Paris, Flaubert informe tout le monde qu’il s’en va à Saint-Gratien (pour rendre visite à la princesse Mathilde). En 1874, quand il dit explicitement (dans sa lettre du 21 août à Caroline) qu’il verra la « chère Juliet » à Paris, il se vante encore de ses exploits sexuels à Laporte. En août 1876, il envoie à Caroline une lettre de la part de Juliet, mais, une fois de plus, il fait semblant d’être à Saint-Gratien quand il est en fait à Paris ; il écrit en même temps des lettres explicites à Laporte. 1877 le voit recourir à la même tromperie lors d’un séjour parisien, afin d’« être libre » dans ses « activités secrètes », dit-il à Edmond de Goncourt. Il est dit dans mon texte de façon très claire qu’il n’existe aucune preuve que le « veneris causa » de son séjour prolongé est lié à Juliet, ou à quiconque, d’ailleurs. Les raisons principales qui m’incitaient à suggérer un lien possible avec Juliet étaient, d’abord, la mention d’un nouveau collier pour le chien Julio, détail qui rappelle que le premier collier fut donné à Gustave par Juliet (la ressemblance entre son prénom et le nom du chien est loin d’être fortuite). Ensuite, l’alibi de Saint-Gratien revient. Au lieu de dire qu’il y avait « toutes les raisons de croire » que Juliet était présente, j’aurais dû dire simplement que ces faits constituaient « des raisons de croire » que Gustave cachait encore des vacances en compagnie de Juliet. Qui, sinon, fut l’objet du « veneris causa » annoncé clairement à Tourgueniev comme la motivation de son long séjour dans la capitale ? Quant à 1878, au sujet de la lettre à Laporte dans laquelle Flaubert, qui arrive à Paris cet l’automne-là, avoue ce qu’il fait, j’ai dit (à juste titre, je crois) : « rien, en dehors de ce qui semble être devenu une tradition établie, n’indique la présence de Juliet en 1878 ». À chacun ses opinions, bien entendu ; un critique exploite à fond l’histoire du collier pour le chien, mais, manifestement, si Flaubert se payait du bon temps avec des actrices ou des filles, il n’aurait jamais senti le besoin de faire croire qu’il n’était pas à Paris. Il incombe donc à ceux qui refusent de croire qu’il cachait des rendez-vous avec Juliet de suggérer une autre raison pour ce comportement peu ordinaire.

8Un dernier mot, à propos de la datation des notes de voyage (qui se trouvent dans le Carnet 13) prises lors de la première visite que Gustave fit à Londres, et pour élucider un petit mystère.

9Aucun critique n’a contesté les arguments à partir desquels je conclus que cette visite eut lieu en 1865, même si, de prime abord, l’année notée en tête du document ressemble à 1866. Toutefois, même la photographie de ce folio, reproduite dans mon livre, révèle, après un examen attentif, que Flaubert changea le troisième chiffre (de sorte qu’il est écrit 1866), mais négligea manifestement le dernier (1856 constitue un renversement de 1865). Les preuves que j’avance reposent principalement sur une étude détaillée des deux visites londoniennes de 1865 et 1866, sur les déplacements de Flaubert ces deux années-là (qu’on peut retracer d’après sa correspondance avec Bouilhet et Du Camp), et sur une analyse de toutes les notes du carnet pour voir celles qui furent écrites en 1865 et celles, au contraire, qui datent de 1866 (époque où, selon ses habitudes, il prenait des notes en préparation de L’Éducation sentimentale peu de temps avant d’écrire les chapitres en question). Plusieurs détails confirment ma théorie. L’un est la date des notes : « 1866, lundi 26 juin », puisqu’en 1866, le 26 juin ne tomba pas un lundi. Il y a en plus l’indication que dès son arrivée à Victoria, Flaubert télégraphia à sa mère. Il faut bien que cela se soit produit en 1865, car en 1866, il ne pouvait pas lui télégraphier : dans la première des deux lettres qu’il écrit de 311 King’s Road cette année-là, il explique qu’il écrit au lieu de télégraphier parce qu’il ne sait pas au juste où se trouve sa mère (c’est-à-dire, à Croisset ou à Dieppe). Troisièmement, les notes rendent compte d’un voyage de dix-sept jours. Comme, en 1866, Flaubert n’arriva pas à Londres avant le 16 juillet, une visite de dix-sept jours l’aurait vu revenir au mois d’août ; or, la dernière date enregistrée dans le Carnet de voyage no 13 est le 12 juillet. Je considère enfin les endroits où Flaubert fait référence au beau ou au mauvais temps. Le deuxième lundi de juin, par exemple, il note : « temps magnifique, le soleil brille » et le jeudi où il se rend à Sydenham, il parle d’un orage. Ces notations cadrent parfaitement avec les données météorologiques enregistrées en 1865 mais diffèrent sensiblement des données pour 1866.

10Le petit mystère que je crois maintenant avoir résolu, entièrement grâce au hasard, est celui qui entourait le mot « Fontanelle » qui apparaît vers le début des notes de voyage (juste avant « Chemin de fer »). Lorsque, pour des raisons sans rapport avec cette énigme, je consultais le Phare de la Loire pour les années 1890, j’ai été frappée par les annonces très visibles qui faisaient la publicité d’un médicament pour les rhumatismes, des cachets qui s’appelaient des « Fontanelles ». Étant donné le peu de soin que Flaubert mettait à orthographier correctement les noms propres et le fait qu’il souffrait de rhumatisme, il semble fort plausible qu’il ait noté ce mot pour se souvenir d’acheter des Fontanelles à Dieppe, ou bien pour prendre la dose dont il avait besoin.

11L’amitié entre Flaubert et Juliet commença vers la fin des années 1850 et dura jusqu’à la mort de l’écrivain, car il lui envoya à cette époque un exemplaire de son dernier ouvrage publié. Selon un notaire français qui m’a écrit une lettre non sollicitée, d’un point de vue juridique, leurs rencontres, ainsi que la référence que fait Flaubert à sa « chère compagne » le 14 septembre 1872 et l’exemplaire dédicacé de La Tentation de 1874 constituent « des preuves » d’un « long attachement partagé ». La connaissance de cet attachement ne doit-elle pas modifier le portrait plus généralement connu du Flaubert misanthrope ?

Les notes sur le Calves’ Head Club envoyées à Flaubert5

  • 5 French Studies Bulletin, no 29, hiver 1988-1989, p. 5-7.
  • 6 Albert Cento (Il realismo documentario nell’ Education sentimentale, Naples, 1967) est le premier (...)
  • 7 Groupe puritain qui, sous Charles Ier, réclamait la liberté religieuse et, dans les cas plus extrê (...)
  • 8 N.D.T. : Les Stuart étaient la famille royale écossaise depuis 1371 et ils occupaient le trône ang (...)

12Au Club de l’Intelligence de 1848, décrit dans la troisième partie de L’Éducation sentimentale, un personnage secondaire dit « qu’il faudrait donner une plus large extension à la tête de veau »6. La tête de veau revient plus loin (iii, 3) mais il faut attendre le dernier chapitre pour que l’allusion soit explicitée. Alors, Deslauriers explique qu’afin de tourner en ridicule la cérémonie du 30 janvier des royalistes britanniques, les Indépendants7 organisaient un dîner annuel où ils mangeaient de la tête de veau et trinquaient à l’extermination des Stuart8. Après Thermidor, les révolutionnaires ont fondé une confrérie comparable. Le lien entre tous ces détails et un club de 1848 est loin d’être clair (iii, 7).

  • 9 Cette lettre nous a été communiquée par le professeur Jean Bruneau.
  • 10 Membres du parti parlementaire pendant et après la Guerre civile anglaise (1642-1651). Ils s’appel (...)

13Flaubert s’est donné beaucoup de mal pour obtenir l’information sur la tête de veau. En novembre 1868, il demande l’aide de son ami philologue, Frédéric Baudry. La réponse très juste de Baudry9, selon lequel il s’agit d’un club de « Roundheads »10 se rassemblant pour fêter la mort de Charles Ier, ne satisfait pas Flaubert, qui écrit à un ami anglais pour se renseigner davantage. On lui envoie quatre pages de notes dont la dernière phrase est : « les détails des dîners sont à peu près les mêmes que ceux que je t’ai déjà envoyés. » Le tutoiement fait qu’il est important de découvrir qui fut l’expéditeur de ces notes, notes qui faisaient partie du dossier « Renseignements pour l’éducation sentimentale » acquis par la Bibliothèque nationale en 1975, avec la grande collection de brouillons, scénarios, etc. ayant appartenu précédemment à Sacha Guitry (NAF 17599-17611).

  • 11 Voir l’illustration no 9.
  • 12 Périodique anglais, fondé en 1849 par l’antiquaire William John Thoms [N.D.T.].
  • 13 Hart’s Army List, 1868 et 1869.
  • 14 Correspondance, ii, p. 729, n. 1, p. 1383.

14Il existe deux ensembles de notes, chacun occupant deux folios. Endessous du premier, il est écrit « Traduit [« Copié » a été biffé] du Book of Days »11. Quant au second, il ne contient aucune indication de provenance. Le dossier renfermait également une coupure extraite de Notes and Queries12, où l’on renvoyait « G. F. » à huit articles sur le club parus dans des numéros antérieurs, et une transcription manuscrite de la page de titre du Book of Days (décrite comme étant une « note manuscrite en anglais » dans le catalogue de la BN). René Dumesnil a examiné ces notes en 1937 quand elles appartenaient à un particulier, et il en a reproduit des photographies dans son anthologie iconographique, Flaubert et L’Éducation sentimentale (1943). Il croyait que toutes les notes étaient tirées du Book of Days et écrites par un membre de la famille Collier (« sans doute Herbert », le fils cadet), famille que Flaubert rencontra pour la première fois à Trouville en 1842. Le catalogue de la BN suit cet avis, quoiqu’on ait ajouté un point d’interrogation après les mots « par Herbert Collier ». Or, Herbert était en Inde en 1868 et 1869, remplissant la fonction d’Officier adjoint dans l’Infanterie indigène de Bombay (the Bombay Native Infantry)13. De ses deux sœurs amies de Flaubert, Harriet était en Écosse ; Gertrude était à Londres, mais en 1857, quand elle écrivit à Flaubert en s’étonnant qu’il ait écrit un texte « [aus]si hideux » que Madame Bovary, elle le vouvoyait14. On doit donc écarter l’hypothèse selon laquelle un des Collier aurait pris les notes.

  • 15 Voir illustrations no 6a et 6b.

15Flaubert avait une autre amie à Londres : Juliet Herbert, l’ancienne gouvernante de sa nièce Caroline, à qui il avait rendu visite à Londres à deux reprises, en 1865 et 1866. Il s’ensuit qu’elle a dû connaître ses travaux, car il composait L’Éducation depuis 1863. Puisque la graphologie constitue la seule façon de prouver l’origine des notes, il semblait naturel de soumettre la reproduction de ces notes, en même temps que des échantillons confirmés de l’écriture de Juliet15, à un graphologue, Mme Philippa Lavell, qui est spécialiste de documents suspects et d’écritures anonymes. L’analyse détaillée qu’elle a faite dans des conditions de grossissement sous éclairage a permis de comparer les caractères un par un, leur taille et leur position relatives, les liaisons entre eux, l’inclinaison de l’écriture, le degré de pression, la régularité, le mouvement, la ponctuation et l’étude des marges.

16Elle conclut :

La coïncidence, ainsi que la fréquence d’un certain style d’écriture modèle à la mode à une époque donnée, peut expliquer des similitudes entre deux échantillons. Dans ce cas particulier, cependant, malgré la très mauvaise qualité des photocopies, je crois que le document et l’écriture de Juliet Herbert sont probablement de la même main.

  • 16 Flaubert the Master, Londres, Weidenfeld, 1971, p. 52.
  • 17 Pour tous les détails, voir le chapitre viii.

17Puisqu’il n’y avait personne d’autre en Angleterre susceptible d’envoyer ces notes, nous avons la preuve que l’expéditeur fut Juliet et qu’elle était la maîtresse de Flaubert à l’époque. Voici qui réfute la déclaration très remarquée du Dr Enid Starkie, affirmant que ceux qui considèrent Juliet comme la maîtresse de Flaubert « ne peuvent fournir aucune preuve qui appuie cette hypothèse »16. Le document corrobore de façon probante la conclusion que la relation avec Juliet est la raison des précautions extraordinaires dont Flaubert s’entourait pour protéger sa vie privée chaque fois qu’elle venait à Paris, en 1872 et dans les années qui suivirent17.

18Une dernière correction s’impose : Dumesnil et le catalogue de la BN décrivent le document comme étant une traduction de notes prises sur le Book of Days, mais le premier groupe de notes constitue en fait un résumé intelligent que Juliet fit à partir de l’article décousu du Book of Days. Il manque à cet article l’exposé très clair de l’objet du club par lequel s’ouvrent les notes. Personne ne semble avoir soulevé la question de savoir pourquoi la coupure de Notes and Queries fait partie du dossier. En fait, le deuxième ensemble de notes puise de façon sélective dans les articles auxquels on renvoie dans la coupure. Il est peu probable que Flaubert eût connaissance de ce périodique ; de toute façon, il n’avait pas une maîtrise de l’anglais suffisante pour comprendre les instructions imprimées sur le formulaire dont il fallait se servir pour soumettre sa question. Vraisemblablement, Juliet a envoyé la demande de renseignements et, en attendant la réponse, préparé les premières pages de notes basées sur le Book of Days, une compilation de vulgarisation rédigée par Robert Chambers et parue en 1862-1864 – c’est précisément le genre de livre que l’on pouvait trouver dans l’école de jeunes filles dirigée par les Herbert.

Notes

1 Nineteenth Century French Studies, vol. 12, no 1-2, hiver 1983-1984, p. 116-123.

2 Bart, B. J., Flaubert, New York, Syracuse University Press, 1967, p. 594.

3 Caroline Commanville, Souvenirs de Gustave Flaubert, Paris, 1895, p. 6.

4 BAF, décembre 1968, p. 46. Le Bottin le plus tardif dans lequel j’ai pu trouver sa trace date de 1933. Arnaud Dorville est avocat à la cour d’Appel.

5 French Studies Bulletin, no 29, hiver 1988-1989, p. 5-7.

6 Albert Cento (Il realismo documentario nell’ Education sentimentale, Naples, 1967) est le premier à avoir montré (p. 245) que cette société consiste en un amalgame du Club des Instituteurs, Institutrices et Professeurs socialistes et du Club des Hommes de lettres, qui sont décrits tous deux dans Les Clubs et les clubistes d’A. Lucas, Paris, 1851.

7 Groupe puritain qui, sous Charles Ier, réclamait la liberté religieuse et, dans les cas plus extrêmes, voulait que l’Église anglicane soit abolie. C’est principalement sous l’influence des Indépendants que Charles fut accusé de traîtrise, condamné et exécuté [N.D.T.].

8 N.D.T. : Les Stuart étaient la famille royale écossaise depuis 1371 et ils occupaient le trône anglais depuis 1603. Leur règne fut interrompu en 1649 avec la mise en place du Commonwealth, mais rétabli en 1660. Il ne prit fin qu’en 1714, lorsque la couronne passa à la maison des Hanovre [N.D.T.].

9 Cette lettre nous a été communiquée par le professeur Jean Bruneau.

10 Membres du parti parlementaire pendant et après la Guerre civile anglaise (1642-1651). Ils s’appelaient ainsi à cause de leurs cheveux coupés très courts qui contrastaient avec les longues boucles à la mode à la cour de Charles Ier [N.D.T.].

11 Voir l’illustration no 9.

12 Périodique anglais, fondé en 1849 par l’antiquaire William John Thoms [N.D.T.].

13 Hart’s Army List, 1868 et 1869.

14 Correspondance, ii, p. 729, n. 1, p. 1383.

15 Voir illustrations no 6a et 6b.

16 Flaubert the Master, Londres, Weidenfeld, 1971, p. 52.

17 Pour tous les détails, voir le chapitre viii.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search