Version classiqueVersion mobile

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Partie II : Le temps des réformes 1980-1995 191 (J. Barzman, J. Doublet et E. James)

Conclusion

Texte intégral

1Les extraits de témoignages et les documents que nous avons présentés dessinent un parcours. Résumons-le. En 1930, la place de l’électricité et du gaz dans l’économie de la région havraise était encore modeste. Ces énergies étaient produites et distribuées par un millier d’hommes et de femmes. Monteurs, plombiers, chauffeurs de four, contrôleurs-encaisseurs, employés de bureau et ouvriers de bien d’autres métiers étaient dispersés dans une vingtaine d’établissements. La grève générale de juin 1936 leur a permis de mieux connaître les qualifications et rémunérations des camarades qu’ils côtoyaient et de les comparer à celles qui se pratiquaient dans d’autres entreprises et dans l’ensemble de l’économie française. Ils ont alors adhéré massivement aux syndicats et renforcé les coopératives et les mutuelles. Ils ont élu des dirigeants comme Marceau Flandre chez les gaziers et Tiercelin chez les électriciens, et se sont intégrés à la Fédération de l’éclairage de la CGT. A la fin des années trente, le mouvement qu’ils avaient créé réclamait la garantie du droit syndical, une grille de salaire commune, des horaires plus courts et l’amélioration des équipements dans toute la branche.

2Cette aspiration du personnel aurait pu se conjuguer d’une part avec l’aspiration de la population à un service public fiable et bon marché, et d’autre part, avec le désir de modernisation des grands groupes industriels français, pour aboutir à une grande entreprise nationale dès 1938. Mais la guerre a repoussé cette issue. Le gouvernement de Vichy a tenté une coordination industrielle sans consultation démocratique nationale et sans syndicalisme indépendant. En même temps, le personnel électricien et gazier était frappé par la mobilisation, les privations, la suspension des libertés et les bombardements. Une minorité d’agents s’est engagée activement dans la résistance en gardant des liens avec son milieu de travail, tant que cela a été possible. Marceau Flandre et d’autres ont payé ce courage de leur vie.

3A la libération, le mouvement syndical indépendant a resurgi avec force dans la région du Havre. Il a été un des points d’appui de ceux qui prônaient la nationalisation des industries électrique et gazière et leur fusion dans une seule entreprise de service public dont les salariés seraient protégés par un statut. Son rôle dans la reconstruction, notamment celle du Havre bombardé, a contribué à convaincre la population qu’elle avait intérêt à la création d’un tel organisme. Avec la création d’EDF-GDF, les syndicats et mutuelles de la région du Havre ont fusionné et donné naissance à la CMCAS.

4La nouvelle structure publique a commencé à déployer son potentiel de créativité dans les années cinquante et soixante : réparation et extension des conduites et des lignes, augmentation de la production, raccordements des nouveaux quartiers, liaison au réseau national, conversion au fioul et au gaz naturel, équipement de la zone industrielle portuaire de la Basse Seine, arrivée d’une nouvelle génération d’agents. C’est alors qu’a germé la "culture d’entreprise EDF-GDF", qui combinait l’héritage des années 1930 et l’expérience de l’élargissement du champ d’action de la nouvelle société. Cependant, les conditions de travail restaient dures : salaires en retard sur le privé, horaires prolongés, charrettes à bras, difficultés de communication avec la direction. A cela s’ajoutait le sentiment que la guerre d'Algérie était un gaspillage de ressources. Ce décalage entre l’impression de faire un travail qualifié et de satisfaire les vrais besoins de la collectivité et le peu de reconnaissance qu’on leur accordait a produit un profond malaise chez les agents.

5Il explique pourquoi le personnel EDF-GDF du Havre a largement participé à la grève et aux occupations d’usine de mai 1968 ainsi qu’aux multiples actions revendicatives qui ont suivi dans les années soixante-dix. Ces mouvements ont obtenu de nombreux avantages qui ont transformé les conditions du travail et de la vie sociale des agents. En même temps, EDF-GDF était en pleine expansion dans la région : augmentation rapide de la consommation domestique (électroménager, chauffage) et industrielle (machines, chauffage), changement de tension (du 110 volts au 220 volts), mise en route de la nouvelle centrale thermique et du terminal méthanier dans le port du Havre, construction de la centrale nucléaire de Paluel. C’est alors qu’a pleinement fleuri la "culture d’entreprise" auxquels les témoins interviewés nous renvoient. Les agents avaient le sentiment de travailler efficacement, dans la dignité, la camaraderie et la modernité, au service de la population. EDF-GDF est devenu un modèle d’entreprise publique performante, respectueuse des droits de ses salariés et contribuant au bien commun. Elle a certainement contribué à la popularité des mots d’ordre de nationalisation de nouvelles industries en 1981.

6Dans la deuxième moitié des années 1980, les choses ont changé. Trois facteurs avaient fait la force d’EDF-GDF des années quarante aux années quatre-vingts : l’organisation avancée de ses salariés, la demande de la population d’un service public, et l’approvisionnement en énergie des groupes industriels français. Ce ne sont pas les progrès technologiques tels que l’informatisation qui ont remis en cause cet équilibre. Le système paritaire d’EDF-GDF permettait de les introduire sans délais. La nouvelle donne est venue du sentiment des grands groupes financiers qu’ils devaient désormais investir dans le domaine de l’énergie électrique et gazière, et qu’ils pourraient en tirer profit si la collectivité leur remettait des pans performants et rentables d’EDF-GDF.

7La plupart des témoignages que nous avons recueillis présentent le changement proposé comme une atteinte à la culture d’EDF-GDF. Quelques témoins, parmi lesquels des directeurs, ont affirmé que le service public et le respect des droits des travailleurs se maintiendraient au même niveau malgré les transformations envisagées. Le débat continue et son issue est loin d’être claire. C’est pourquoi nous avons préféré garder un caractère ouvert aux deux chapitres (5 et 6) et à l’annexe 1 (entretien avec Dominique Silvain, directeur de la centrale thermique) qui traitent des années quatre-vingts et quatre-vingt-dix.

Que nous montrent ces témoignages en termes plus généraux ?

8Ils nous permettent d’abord de mieux apprécier l’activité productive de ce groupe de salariés. Ils nous montrent l’immense effort d’adaptation aux techniques et aux horaires que les agents ont dû consentir. Qu’il s’agisse des chauffeurs des fours à coke, des monteurs accrochés aux poteaux dans la pluie, des employées de bureau qui additionnent les chiffres colonne après colonne, la parole du témoin concrétise les gestes accomplis jour après jour pendant des années.

9Ce travail se fait dans un système collectif où chaque individu dépend du bon fonctionnement de tous. Cela est visible non seulement au niveau global de l’entreprise, qui accumule au fil des années une somme de savoirs spécifiques et difficilement codifiables, mais aussi au niveau des équipes. Ces petits groupes d’hommes et de femmes se comprennent bien, partagent des moments de convivialité et se pardonnent des écarts occasionnels en échange de coups de collier dans les urgences. Comme on est loin du travail modulable sous-traité aux intervenants extérieurs et intérimaires en tout genre !

10Enfin, nous découvrons, à travers les entretiens, la qualification de ces travailleurs. La plupart d’entre nous qui avons conduit ces conversations, connaissions bien peu de choses aux industries électrique et gazière. Il a fallu demander aux personnes que nous interrogions de décomposer leurs gestes et de nous en expliquer la finalité. Nous avons compris que l’apprentissage se fait en partie sur le tas, au sein de l’équipe, en partie dans un cadre plus formel. Dans le premier cas surtout, il faut faire reconnaître la qualification, et c’est la lutte autour du classement des tâches accomplies dans le groupe fonctionnel approprié. Au temps des sociétés privées, la hiérarchie au sein de l’entreprise était assez rigide : d’un côté, trois classes d’ouvriers (les manoeuvres ou aides ou stagiaires, les ouvriers et les chefs d’équipe), de l’autre les directeurs et chefs d’atelier. Avec EDF-GDF, les écoles de métiers et la promotion ouvrière, le groupe des cadres s’ouvre largement à ceux qui ont été embauchés dans des tâches d’exécution. La fermeture des écoles de métiers et le recrutement sur la base de diplômes universitaires ont-ils définitivement remis en cause cette démocratisation des fonctions d’encadrement ? Ont-ils introduit la coexistence de deux cultures dans la même entreprise pour une période indéterminée ? Quelle que soit la réponse à ces questions, il est clair que de 1955 à 1985 environ, les salariés d’EDF-GDF avaient un système de formation très ouvert qui a contribué à l’esprit maison et à l’efificacité de l’entreprise.

11Les témoignages brossent également un tableau de l’économie de la région du Havre entre 1930 et 2000. Comme l’électricité et le gaz irriguent presque tous les secteurs, le récit des journées de travail nous amène dans le port et les usines, à la campagne et dans les cités de banlieue. Nous voyons défiler le temps des usines au coeur de la ville et celui de leur migration vers la zone de l’estuaire. Les électriciens et gaziers se comparent à leurs amis d’enfance, et par ces comparaisons, nous découvrons des détails sur les autres professions.

12Enfin, nous percevons par allusions, puisque ces entretiens se sont le plus souvent abstenus de toute question directement politique, quelles sont les grandes questions gouvernementales et sociales qui ont le plus marqué ce milieu : comment la crise économique du début des années trente et le Front populaire ont été vécus ; comment la guerre de 1939-1945 a touché les différentes générations ; la mémoire des bombardements et de la reconstruction ; la guerre d’Algérie et mai 1968 ; la progression de la société de consommation ; le nucléaire ; la période de ralentissement économique et l’offensive idéologique du libéralisme.

13Pour terminer, un mot sur ce qui nous a paru le plus important dans ce travail de recueil et de mise en forme de la mémoire. Les agents interrogés, sans que ce soit forcément leur intention, témoignent de la possibilité de combiner travail dans la dignité, service public et efficacité économique. Ceux de cette génération l’ont vécu pendant leurs années actives. Ils veulent transmettre la bonne nouvelle aux générations futures. Leur expérience n’est pas banale dans l’histoire. Les hommes et les femmes ont connu l’esclavage, la semaine de soixante heures, la condition de domestique, l’angoisse de la maladie et de la vieillesse. Aujourd’hui le travail précaire non choisi s’étend, le filet de protection sociale s’étiole, chacun cherche une voie individuelle. On en vient à s’habituer à ce mode de vie, à se demander s’il n’est pas inévitable, si ce n’est pas la seule forme d’organisation compatible avec la société moderne. La mémoire et l’histoire des électriciens et gaziers du Havre nous montrent que non.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search