Versione classicaVersione mobile

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Partie II : Le temps des réformes 1980-1995 191 (J. Barzman, J. Doublet et E. James)

Chapitre 6. Le temps des réformes. Des témoins prennent la parole...

Testo integrale

"Car vous marchez sans but sans savoir que les hommes ont besoin d'être unis, d’espérer, de lutter, pour expliquer le monde et pour le transformer"
Paul Eluard
(Citation proposée par Claude Bec)

I. Quels changements ?

  • 1 Le chapitre 6 a été rédigé pour l’essentiel par Elisabeth James

1Dans les années 1980-1995, le tournant décrit au chapitre précédent par Jacques Doublet de son point de vue personnel, s’accentue1 Il correspond à une nouvelle volonté gouvernementale d’accroître les ressources dont disposent les grands groupes d’investisseurs industriels et financiers et d’élargir le champ où ceux-ci peuvent opérer. Dans cette vision, l’unification de l’Europe doit mettre toutes les entreprises présentes sur le marché en concurrence les unes avec les autres, sans entrave. Même les services publics nationalisés doivent se plier à cette exigence, parce que tous les Etats de l’Union européenne doivent offrir les mêmes conditions aux investisseurs et aux opérateurs.

2La direction d’EDF-GDF entreprend, par petites touches, des manœuvres pour s’adapter. Elle voudrait avancer sans perdre l’atout que constitue son personnel qualifié et motivé, sa réputation d’entreprise sociale. Mais la notion de rentabilité semble parfois difficile à concilier avec un service public qui, par définition, demeure utile et accessible à tous les citoyens.

3C’est également dans les années quatre-vingts que s’ouvre la centrale nucléaire de Paluel. Cette unité de production attire un personnel nouveau venu dans la région.

La notion de nouveau profil de l’entreprise

4Michel Masdebrieu : "Dans les années 80-84, on a commencé à parler des questions de management. Le chef est là pour nous faire comprendre que l’orientation politique de l’entreprise c’est la bonne. Le management, ça répond à des questions d’orientation politique, de stratégie d’entreprise qui pourrait être la même que la nôtre mais là ce n’est pas le cas. Au contraire. La preuve c’est que ça s’oriente vers une privatisation et nous, la CGT, nous sommes basés sur une question de réponse aux besoins des salariés.

5La direction a donné une définition du management telle qu’il fallait tout concevoir pour mettre toujours en avant l’intérêt de l’entreprise, en disant que ce qu’ils faisaient c’était pour le bien de l’entreprise, donc pour le bien des agents, donc pour le bien de la population, donc pour le bien de l’Etat. Sauf qu’il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour s’apercevoir que ce n’était que pour l’intérêt de l’entreprise, pour faire grossir les bénéfices de l’entreprise, pour qu’ils commencent à nous adapter à la stratégie de privatisation d’EDF. Il y avait déjà des cours... des orientations sérieuses, bien prononcées sur la question européenne de changement de statut d’EDF pour aller vers sa privatisation. A l’époque, ils nous disaient : "Ça n’a rien à voir avec une privatisation, le management c’est pas fait pour ça, c’est fait pour vous dire comment on peut s’adapter tous ensemble, direction, agents EDF, comment on peut s’orienter pour être encore plus performants demain pour pouvoir répondre à la concurrence."

Des réformes de structure et d’embauche dès 1985

6Les centres d’accueil au public se multiplient et les agents travaillent désormais dans des structures plus petites, indépendantes les unes des autres.

7Beaucoup d’agents sentent qu’une ère de réformes commence, mais ils ne parviennent pas à saisir l’ampleur des changements entamés.

8Michel Masdebrieu : "Ils ont éclaté les structures internes au niveau de ce que l’on appelait la distribution. Mais dans la même période ils ont éclaté les structures au sein de la production, également. On avait des structures pyramidales, ils ont créé des structures verticales. Ils ont fait en sorte que l’une ne dépende pas de l’autre, sauf que c’était remettre en cause la structure d’EDF parce que quand il y a la péréquation nationale au niveau du paiement par chacun du prix du kWh... Ils veulent que les comptes soient équilibrés, sauf que ça a modifié l’orientation de l’entreprise où chacun veut valoriser son secteur mais au détriment de l’autre."

9Patrice Fauchier : "En 1989, il y a eu une explosion de tous les services qui fait que là, d’un ensemble de 200 personnes, on en a fait des petits cloisonnements."

10Bernard Rault : "En 1985, il fallait des discussions, alors que maintenant, ils nous mettent devant le fait accompli. On remet en cause le statut national, on remet en cause les organismes paritaires. Toutes les orientations que nous subissons, on les subit par rapport au traité de Maastricht et l’application de ce traité, pour nous, c’est l’abnégation, c’est la remise en cause totale du statut national."

11Alain Dubois, médecin du travail : "On ne percevait pas très bien cette réforme en 1986... On sentait que l’entreprise allait changer, c’était une transformation des méthodes de travail qui déstabilisait un peu les gens. Je percevais que les gens étaient inquiets quant à ces changements... Je pense que les agents de l’époque voyaient des choses changer mais ils ne saisissaient pas très bien l’ampleur des réformes qui allaient se mettre en place."

12Nombre d’agents sont donc plus ou moins angoissés face à l’avenir incertain de leur entreprise. Françoise Herpe, infirmière du travail, constate ce fait tous les jours, même si, comme elle le dit elle-même, les gens qui viennent la voir à l’infirmerie sont ceux qui se portent le moins bien. Beaucoup se disent stressés.

13Françoise Herpe : "A peu près dans les années 90, c’est là qu’on a commencé à voir des gens qui allaient mal, il y en a qui ont pris de l’alcool, il y en a qui ont pris des médicaments, ils y en a qui se sont réfugiés dans la maladie...

14Il n’y a pas que la dépression qui est caractéristique d’un mal-être, le mal de dos est un mal être, les problèmes d’estomac, c’est un mal-être aussi. Ça dépend des gens, ils somatisent comme ils peuvent. Est-ce qu’il y a une augmentation ? Moi je pense que oui, je pense qu’il y a une consommation incroyable d’antidépresseurs. Ça, c’est clair, on bouffe du Prozac dans l’entreprise et autres drogues... Je suis peut-être un petit peu amère par rapport à ça, mais c’est vrai que l’on est à une époque où on est condamné à aller bien. Quand on ne va pas bien, on est vraiment un canard boiteux et on est rejeté d’un peu tout. C’est pas rigolo. Je pense que dans les autres entreprises, c’est la même chose. Mais bon, les gens ont eu du mal parce que c’est vrai qu’on était un peu protégé. Quand je suis arrivée dans l’entreprise, c’est vrai que les gens avaient le temps de faire bien leur boulot, il y avait le personnel suffisant, c’est vrai... Et puis tout d’un coup, il y a eu une accélération, on a supprimé du personnel, toutes les nouvelles techniques ont débarqué, ils ont dû se former, se reformer, c’est pas évident."

15Anonyme : "Que l’on adapte l’entreprise en permanence ne me choque pas. Par contre, que l’on essaie de détruire les individus pour étayer une réforme, je ne peux l’admettre. L’entreprise ne développe pas forcément un projet mais justifie les modifications par un soi-disant professionnalisme faible des employés. Quelle pauvreté du management !"

Ouverture du capital = privatisation ?

16De nombreux employés EDF-GDF prennent conscience que l’entreprise risque d’être privatisée, ce qui entraînerait des modifications dans leur contrat de travail pour les actifs mais aussi des changements dans le régime des retraites.

17Gérard Leprévots : "Je me dis que si l’énergie électrique est privatisée, on n’a plus la qualité de service qu’on constate actuellement, avec des balbutiements, je le conçois, mais depuis quelques années, quand même, il y a une qualité de service assez importante. Je ne vois pas la dénationalisation claire parce que... Moi, si j’achète des actions dans les entreprises d’énergie, c’est pour toucher un petit peu, quoi ! Moi, je ne vous donne pas ma force de travail, mais je vous donne de l’argent. Vous me le faites fructifier, vous m’en rapportez un peu. Si vous ne m’en rapportez pas, je m’en vais ailleurs. C’est les fonds de pension, par exemple, qu’on voit actuellement. Tous ces mouvements d’argent qui s’en vont du jour au lendemain parce qu’il y a 0,25 % en plus dans un endroit ou un autre. Donc, moi, je me battrai autant que faire se peut pour qu’il n’y ait pas de dénationalisation."

18Gilbert Fégar : "Comme on rentre dans une ère cahotique au niveau de la météo... On continue à se démunir. On a de moins en moins de monteurs, dans les embauches qui ont été faites, quasiment rien en technique. Tout a été fait quasiment en clientèle et en commercial. Ce qui fait que les retraités foutent le camp, les jeunes sont pas assez nombreux et on va se retrouver dans une situation où on n’aura plus les moyens, on sera obligé de sous-traiter ces activités là, et la sous-traitance, ils ne sont pas plus avancés que nous. A notre avis il y a les conditions pour qu’EDF ne puisse plus répondre au service public et accréditer l’idée que le service public, ce n’est pas bon."

19Jacqueline Gobbé : "Moi, personnellement j’ai peur de toute cette privatisation "ouverture du capital ", parce que quand on voit ceux qui sont intéressés par EDF, les entreprises privées, ce n’est pas pareil, ils n’ont pas la même conception ! Le service public, c’est du service public, le service privé c’est le service privé. Service public c’est pour tout le monde, tout le monde a le droit à l’électricité au gaz, à l’eau. EDF est une bonne vache à lait pour le gouvernement quand même, il rapporte beaucoup d’argent parce qu’on fait beaucoup de bénéfices. On ne s’en aperçoit pas dans les tarifs ou dans les payes, mais c’est vrai que régulièrement tous les ans quand EDF finalise ses comptes, le gouvernement s’attribue une bonne partie de ces revenus."

20Dominique Loubet : "Les choses évoluent vite dans la déréglementation, dans l’ouverture à la concurrence, les investissements à l’étranger, le désengagement par rapport à la nation. Dans toutes les réunions qu’on peut avoir, on est tous à se dire : ‘On travaille à un an à peu près en perspective !’C’est-à-dire qu’on ne prévoit pas plus loin. Dans un an qu’est-ce qu’on sera ? On ne sait pas. Dans un an, qu’est-ce que sera l’entreprise EDF-GDF en terme d’entreprise nationalisée ? Je suis incapable de le dire... Mon sentiment est qu’on va aller au crash très rapidement."

21Jacqueline Gobbé : "J’ai peur aussi qu’on nous supprime les retraites, est-ce qu’on va tomber au régime général ?... Quelqu’un qui est au régime général, il a sa retraite régime général et sa retraite, caisse de retraite complémentaire. A EDF ça n’existe pas. On n’a cotisé qu’à la caisse de retraite d’EDF. Comment est-ce que ça va se passer ? Je ne sais pas comment est-ce qu’à la CMCAS ça va se passer ?... Je me suis battue comme j’ai pu pendant toute ma carrière à EDF GDF, ce n’est pas pour voir en une fraction de seconde que tout va s’en aller..."

22Certains pays ont déjà tenté l’expérience de la privatisation. Ces exemples laissent nos agents songeurs...

23Gilbert Fégar : "Les actionnaires de l’énergie, ce qu’ils vont regarder uniquement c’est les dividendes qui vont tomber, ils s’en foutent du reste. En Californie, c’est ce qui vient de se passer, la Californie, c’était étatisé. En 96 c’est tombé dans le domaine du privé avec Clinton. C’est parti et les Américains de Californie ils veulent que ça revienne dans le giron du secteur public. Ils ont laissé le réseau tel qu’il était et ils ont simplement ramassé la monnaie. Tous ces éléments là nous font dire qu’on a raison de ne pas accepter, de lutter contre cette marchandisation de l’énergie."

24André Gobbé perçoit dans la politique même de l’entreprise EDF-GDF une démarche visant à préparer le public à la privatisation en la rendant évidente : "Il faut faire admettre que la nationalisation, c’est une structure dépassée et que rien n’est mieux que la privatisation... On commence par dénigrer le personnel EDF, le but étant de l’écarter de la population, d’empêcher cette solidarité populaire autour de la sauvegarde d’un service public... Il s’agit de faire admettre à la population que de toute façon, il n’y a pas d’autre possibilité aujourd’hui que de faire fonctionner quelqu’entreprise que ce soit autrement que sur les bases du capitalisme, que ce n’est plus à l’Etat d’avoir à gérer des entreprises comme EDF."

25Dominique Silvain, directeur de la centrale thermique : "L’éventuelle privatisation d’EDF ne représente qu’une partie de l’inquiétude du personnel. Il me semble que l’inquiétude profonde, c’est la conviction qu’on ne peut concilier les valeurs traditionnelles, les valeurs fondatrices d’EDF, de solidarité, de service public, d’intérêt national, avec la rentabilité financière qui doit satisfaire un actionnaire. Le personnel craint que, s’il y a des actionnaires privés qui rentrent dans le capital d’EDF, ça ne renforce la pression à la rentabilité financière."

26Cette éventuelle privatisation est envisagée aussi dans un souci de sécurité qui pourrait manquer si, par exemple, une centrale nucléaire était gérée par une société privée. Jean-Pierre Périer : "Comme ce n’est pas privatisé aujourd’hui, ça permet de faire des choses et de travailler en meilleure sécurité. On prône la sécurité dans une centrale nucléaire, ce qui est très bien d’ailleurs, et moi je pense que si demain chaque centrale était privatisée c’est quelque chose qui serait mis un peu à l’écart. Travailler en sécurité à EDF, ça coûte aussi de l’argent. Préparer un chantier plutôt que d’y aller directement, dévisser un boulon quand vous avez 3 ou 4 heures de préparation avant d’aller dévisser un boulon pour protéger les personnes : tout ça, ça coûte de l’argent. Alors que je suis persuadé que si on privatisait une centrale nucléaire, on irait défaire le boulon ou on enverrait des gens entre guillemets "au casse-pipe" défaire le boulon ce qui prendrait 10 minutes, alors voilà c’est à cela qu’il faut faire attention dans la privatisation des centrales nucléaires, c’est de ne pas jouer avec la sécurité, entre autres, du personnel."

27Pour Jean-Pierre Périer, la privatisation est un phénomène déjà engagé : "Vous savez qu’à EDF on parle de privatisation, mais il faut savoir quand même qu’actuellement, vous prenez la distribution vous n’avez plus d’agents EDF qui montent un poteau et qui mettent une ligne. Avant c’était EDF qui faisait ça, donc ça a été donné aux entreprises privées. Il y a plein de métiers qui à EDF ne se font plus, qui sont faits aujourd’hui par les entreprises privées. Donc dire EDF privatisé, oui on se bagarrera pour qu’on n’y soit pas, c’est vrai, mais au jour d’aujourd’hui à EDF, il y a beaucoup de corps de métiers qui ont été privatisés à EDF."

28Pour Jean-Pierre Christophe aussi : "Ce n’était pas une assurance vie d’être syndiqué mais c’était une garantie d’être défendu si jamais il y avait un écart. Les gens, est-ce qu’ils croient fortement en leur intelligence, est-ce qu’ils croient être protégés de tout parce qu’ils ont fait des études. Je crois qu’ils ont pris un caractère égoïste et si on arrive à être privatisés à EDF, il y a beaucoup de ça. C’est inadmissible, à la centrale de Paluel que du travail soit confié à des sociétés privées, alors que les agents EDF l’ont fait avant. On a soustrait ce travail aux agents EDF qui ne sont là que pour contrôler le boulot".

Un climat d’entreprise différent

29Françoise Herpe : "Ce que je sens en ce moment un peu plus, c’est que les gens prennent leur parti ou font de l’activisme, ou travaillent plein, plein, plein, parce que c’est ce qu’on leur demande, ils ne savent pas pourquoi mais ils ne se posent plus de questions. Ou alors c’est le retrait. Il y en a pas mal qui sont mis dans des placards, ils ne savent plus trop pourquoi ils sont là. On leur fait faire pas grand chose, ou des choses complètement inutiles, ils ne comprennent pas et ils comptent les jours qui leur restent avant l’âge de la retraite.

30Quand on voit des gens qui partent à 50 ans quand même c’est l’horreur. Tous ceux à qui on le propose, ils partent. C’est pas normal. C’est des gens qui ont des compétences et qu’on empêche de tourner en rond là-haut. On leur propose le départ à la retraite et puis ils partent très contents, sans faire de ‘pot’, ce qui était incroyable il y a 10 ans ou 15 ans. C’était la grande fête quand quelqu’un partait à la retraite, on faisait un gâteau, on buvait un bon coup. C’est fini. Il n’y a plus de ‘pot’ de départ en retraite, les gens partent, on sait : ‘Ah Untel est parti’, personne n’est au courant, c’est affreux. C’est significatif d’un climat complètement dégradé, pas rigolo et nous on assiste à ça et on n’y peut pas grand chose.

31Et puis il n’y a plus de ‘pots’, avant on buvait un coup pour la naissance du dernier, pour le mariage, pour beaucoup d’occasions, c’était convivial. Maintenant c’est plus permis. D’abord, ils ont plus le temps, les gens. Ils ont plus envie, je crois. C’est vrai qu’il n’y a plus de convivialité comme il y en avait avant. C’est vraiment perdu, à part quelques endroits où les gens ne sont pas nombreux et ont encore gardé cet esprit-là. Il y a eu tous les anciens qui sont partis, qui participaient sûrement à cet état de convivialité, le renouvellement, les jeunes qui n’ont pas les mêmes pratiques, sûrement et puis aussi la vie dans l’entreprise qui a complètement changé."

32Nous l’avons évoqué dans les premières lignes de ce chapitre, l’ouverture de la centrale de Paluel a fait venir en Normandie un certain nombre d’agents, qui n’étaient pas obligatoirement prêts à vivre dans un environnement nouveau pour eux. Jean-Pierre Périer : "Paluel, malheureusement, est une centrale où il y a beaucoup de suicides et en septembre de l’année dernière nous avons eu deux camarades qui se sont suicidés dans la même équipe, donc c’est un phénomène qui aujourd’hui perturbe beaucoup les directions parce que nous avons le CHSCT qui a demandé de faire une enquête sur les conditions de travail et les conditions de harcèlement et toutes ces choses-là au niveau du CNPE de Paluel.

33"Fort heureusement, les autorités locales et EDF ont essayé de remédier à cet état de choses. Jean-Pierre Périer : "Il y a des choses qui se sont faites. Il y a un lycée qui s’est construit par exemple, il y a une maison de la culture, il y a ce qu’on appelle nous le rayon vert, il y a une médiathèque, une bibliothèque, il y a des choses qui se sont faites. Oui en dix ans ça a drôlement évolué et je pense qu’EDF est parti prenante de ces réalisations. Elle a bien dû s’apercevoir qu’à un moment donné, on ne peut pas déplacer une population sans lui déplacer ses structures autour, de vie quotidienne. Donc effectivement on a beaucoup plus de lieux culturels, pour pouvoir vivre, vivre un peu mieux... On a beaucoup de mal puisque le personnel a vécu assez longtemps avec un vide socioculturel autour de lui. Il y a eu aussi, je dirais, le temps de la mise en place, parce que vous avez une CMCAS du Havre qui du jour au lendemain double sa population à gérer. Donc, la CMCAS du Havre ? Elle avait une culture havraise, de la région havraise et du jour au lendemain on leur a greffé 1.300 personnes. 1.300 familles ça fait que bon 4430 personnes à gérer à Paluel avec les ouvrants et les ayants droit et cet apport de personnes qui sont, en plus ces personnes ne sont pas de la région. Ils ont une autre approche des activités, ils ont d’autres besoins que ceux qui existaient avant à la CMCAS du Havre. Donc, c’est aussi quelque chose qu’il a fallu amener, faire comprendre à nos collègues qui siégeaient en conseil d’administration de la CMCAS du Havre, pour dire que la population que nous avons à Paluel n’est pas la même que celle qu’il y a au Havre."

La fin des "cadres maison"

34Le recrutement des personnels d’encadrement a aussi changé. Les "écoles EDFGDF" ont disparu.

35Michel Masdebrieu : "Les cadres maison il n’y en a pratiquement plus à EDF parce que c’est quelqu’un qui est passé par le tas, qui a évolué par ses connaissances professionnelles, individuelles, intellectuelles et qui s’est investi à l’école. Celui-là, c’est difficile de lui faire adopter une politique de management, d’orientation parce qu’il est passé par le boulot, il sait ce que c’est. La direction ça ne l’intéresse pas. Ils préfèrent avoir des cadres tout frais émoulus où on leur dit : ‘Voilà, vous avez un contrat de management, est-ce que vous êtes d’accord sur la politique de résultat que je vous demande ? Oui, vous mettez ça en application’. Maintenant c’est comme ça, les cadres maison ne correspondent pas à la politique de l’entreprise. Mais à un moment ils vont s’en mordre les doigts parce qu’ils n’auront pas de gens qui connaissent le boulot, qui ne se sont penchés que sur une politique d’entreprise et non plus sur le boulot, sur les conditions de sécurité. Il y a un décalage entre celui qui manage au plus haut niveau, plus on descend plus le manager a des problèmes, il vit les choses. Un manager, on lui demande pas de réfléchir, ce qu’on lui demande c’est : ‘Comment vous allez mettre en application ce que je vous ai demandé sans réfléchir aux conséquences ?’. Ils auront des problèmes. Beaucoup de cadres sont loin d’adhérer."

Des mutations pas toujours souhaitées

36Jacqueline Gobbé : "Avant je sais que les gens, on ne les déplaçait pas n’importe comment, les gens qui étaient déplacés, c’est parce qu’ils postulaient sur quelque chose. Maintenant, on va voir les gens, on leur force un peu la main. On les fait changer de filière complètement. Il y en a à qui ça ne déplaît pas de changer de filière mais bon la mentalité change aussi."

II. Le laminage syndical

Les obstacles à l’adhésion et à la prise de responsabilités syndicales

37Michel Masdebrieu : "Un jeune qui rentre, ils le prennent avec un bac + 1, + 2, ils l’embauchent au niveau exécution comme moi j’ai été embauché avec mon CAP. Il se dit : ‘J’ai fait des études, c’est pour avoir une évolution de carrière. Si je me syndique, ça va se savoir.’ Et en plus on leur a imprégné cette culture... Même s’il a compris qu’il fallait se syndiquer, il se dit que c’est pas la peine parce qu’il a peur de subir son engagement, même si c’est pour prendre simplement une carte."

38Patrice Fauchier : "Quand on est embauché à EDF, on a un an de stage probatoire. Tous les trois mois, la direction peut vous pénaliser ou vous virer. C’est après que je me suis dit : ‘Maintenant, je suis titulaire !’Le lendemain, j’ai pris ma carte... Aujourd’hui, les pressions de la direction sont beaucoup plus fortes. On va jusqu’à dire aux gens [aux nouveaux] quand on les connaît et qu’ils veulent se faire embaucher à EDF : ‘Vous ne nous connaissez pas !’Une fois qu’on a passé ce cap, on est tranquille."

39Les "anciens" aussi ont compris que s’engager sur le plan syndical en devenant militant pouvait être préjudiciable à l’avancement dans la carrière. Françoise Herpe : "Tous les copains, copines engagés, bah oui, ça déplaît, ils ont des bâtons dans les roues. C’est connu que l’engagement syndical, politique, il est mal vu. C’est-à-dire que les représentants syndicaux n’ont plus aucun poids donc ils ne peuvent plus se faire respecter. Ce n’est pas facile, ils ont réussi à casser le syndicat le plus fort de l’entreprise. Ils ont bien manœuvré. La CGT n’existe plus."

40Jean-Pierre Périer, délégué syndical confirme : "Je suis persuadé qu’effectivement ma carrière aurait été complètement différente si j’avais continué ma carrière professionnelle, mais ça on le sait, à l’époque quand j’ai pris cette décision, il n’y avait pas que ça il y avait quand même la perte financière, puisque je ne faisais plus les trois huit, je me retrouvais à faire des horaires normaux. Il n’y avait plus les heures supplémentaires il n’y avait plus rien du tout, alors qu’avant je travaillais en horaires décalés, je savais que j’allais perdre 3.000 à 5.000 francs par mois et les directions effectivement ne voient pas d’un bon œil quelqu’un qui est détaché et qui s’investit dans le syndicat. Ça, on en est conscient et on le sait bien et c’est d’ailleurs pour ça que nous sommes, entre guillemets, ‘un peu protégés’ par le fait que nous avons en compensation quelque chose qui s’appelle les dossiers d’homologues, c’est-à-dire que l’on choisit dix agents EDF sur le territoire français qui ont fait les mêmes études que vous et qui sont rentrés à EDF en même temps que vous, et ces personnes là, quand elles ont de l’évolution, quand vous en avez cinq qui ont pris un avancement ou quelque chose, on suit leur avancement, c’est-à-dire qu’on a en référence dix agents EDF sur le territoire justement pour éviter de nous pénaliser, c’est ce qui est dans le statut."

La fin de la syndicalisation systématique

41Michel Masdebrieu : "Quand je regarde le résultat national des adhésions, on voit bien que ça ne va pas à une allure souhaitable. Mais on ne fait pas partie d’une corporation qui perd des centaines d’adhérents, on en perd quand même, ça veut dire qu’on a des difficultés, on a des générations de jeunesse qui rentrent, qui ont une formation différente de ce que nous avons pu avoir. La formation de dire : Tl faut se battre pour gagner !’. On est passé par une période où on avait des ‘Tapie’, ‘On est des gagneurs !’. Ils se sont aperçus qu’ils n’avaient pas gagné grand-chose. Les choses sont plus difficiles mais elles sont plus intéressantes puisqu’il faut s’expliquer. On se bat moins aujourd’hui contre quelque chose mais plus pour quelque chose, c’est plus profond parce qu’il faut l’expliquer plus profondément, il faut acheminer les choses."

42Malgré cette absence de zèle syndical chez les jeunes recrutés, le taux de participation aux dernières élections de représentativité a été plutôt surprenant.

43Gilbert Fégar : "Aux élections, pour arriver à être majoritaires avec un tel mouvement de population, c’est que les jeunes ont voté, ils ont tous voté en plus. Ils arrivent dans une boutique, ils ne connaissent pas, ils ont une culture particulière, hyper individualiste. C’est un peu en contradiction avec nos revendications collectives et on se demandait, la direction aussi, comment ils allaient se comporter devant le vote parce que les jeunes et le syndicat, vous savez ce qu’on dit : ‘Ils s’en foutent’. C’est une caricature. En fin de compte ils ont tous voté, et nationalement, à 90 %, même ceux qui venaient de rentrer. Donc ça a été une bonne surprise pour nous, une très mauvaise pour la direction, ils se sont dit : ‘Merde ! On n’y arrive pas encore avec tout ce qu’on met comme moyens !’La Fédération a dû perdre 0,8 %, on reste majoritaire nationalement. Ce qui démontre que les jeunes, il ne faut pas les prendre pour des billes."

44Alain Dubois : "On a beaucoup de problèmes liés à la désorganisation des corps sociaux à Paluel... Même ce qui existait auparavant : la CMCAS, c’était très fort. Maintenant, je ne sais pas si ça intéresse encore beaucoup de monde. Les syndicats, c’est pareil : dès qu’ils essaient de mobiliser le personnel, il n’y a personne derrière eux. Le corps social est complètement délité.

Problèmes d'adaptation des délégués permanents

45Comme dans beaucoup de branches professionnelles où certains délégués permanents sont complètement déchargés de leurs tâches de travail, un décalage s’installe entre les délégués syndicaux et ceux qu’ils sont censés représenter. C’est là peut-être une des causes de la désaffection syndicale qui existe maintenant. Françoise Herpe : "On a des représentants syndicaux qui sont là depuis 20 ans, 15 ans, c’est pas possible, ils ne connaissent rien au quotidien du salarié. Ils sont à des années lumières. Ils devraient revenir tout le temps dans l’entreprise, travailler, parce que ça a tellement évolué. Il y a un dialogue de sourd, je pense, entre les salariés et les représentants, on connaît bien une situation quand on l’a vécue. C’est pas de leur faute. C’est vrai que moi j’ai un père qui a milité, d’abord, une. C’était des gens qui à l’époque, le choix d’un délégué, ça s’imposait. C’était toujours le meilleur salarié, celui qui bossait le plus et le choix s’imposait, on n’avait pas besoin d’élection, c’était comme ça et c’était des salariés qui travaillaient sur leur temps... Pour moi un responsable syndical n’est rien, il n’est que ce qu’on lui demande d’être, il n’existe que par les salariés. Les salariés ont une revendication, ils vont la porter au syndicat et le syndicat il rapporte [ce qu’il a obtenu]. Mais ça se passait à EDF dans le sens contraire, donc forcément à un moment ça peut plus fonctionner. Moi j’ai participé un tout petit peu, j’ai voulu essayer de changer ça un petit peu, avec d’autres et puis c’est une machine tellement lourde, il y a des pratiques de tellement longtemps que c’est impossible. Donc, je suis toujours syndiquée CGT mais je n’avais pas envie de fonctionner comme ils fonctionnent. Faut être beaucoup plus humble."

46Concernant la rotation des permanents syndicaux, Gérard Leprévots nous a donné son point de vue : "Le syndicalisme a changé. Il est plus ancré dans la politique, notamment au travers de l’économie. La politique libérale détermine la stratégie des entreprises et par conséquent, réclame des cadres syndicaux en capacité d’analyser les conséquences de ces choix politiques. Cette maîtrise s’acquiert au fil des temps. C’est un des phénomènes qui peut expliquer la longévité des mandats.

47D’autres éléments tels que le vieillissement de la population des entreprises, conséquence du déficit des embauches, allant jusqu’à fragiliser la pyramide des âges, les pressions managériales de proximité culpabilisant, harcelant les bonnes volontés militantes naissantes, la non-reconnaissance de cette activité militante dans l’évolution de carrière, sont autant de freins au renouvellement des militants syndicaux.

48La dureté du combat contre le libéralisme, voire l’ultra libéralisme, pour la mise en oeuvre d’une économie plus solidaire, décourage plus d’une jeune vocation, appauvrissant ainsi le mouvement syndical."

III. La grève de 1995

49La fin de l’année 1995 voit un conflit quasi général éclater d’abord dans l’enseignement, puis à la Sécurité Sociale, dans les transports (SNCF, RATP et transports en commun d’autres villes) et à EDF-GDF. (Voir Le Havre-Libre des 23/11/95 au 29/12/95).

La presse quotidienne locale rend compte d'un des mouvements d'agents EDFGDF contre la restructuration. (Collection CMCAS-DR)

50Jean-MarieToullec : "Ce mouvement chez nous, a démarré avec quelques journées d’action nationale au mois de novembre et puis, dans la foulée, les cheminots se sont mis en grève début novembre et de manière parallèle, au niveau de nos établissements. Enfin les cheminots se sont mis en grève dans un mouvement national. Plus aucun train ne roulait et en même temps le mouvement a commencé à se dessiner au niveau d’EDF-GDF, c'est-à-dire que je suis plus apte à en parler au niveau de la distribution. Au niveau de la distribution, on a arrêté de travailler et puis on est entré en lutte. C’est-à-dire que le mouvement particulièrement au Havre a duré quand même 3 jours de grève en novembre et pour moi j’ai eu une paye négative en décembre puisque je devais de l’argent. Il faudrait que je reprenne mes bulletins de salaire parce qu’avec les indemnités complément familial du fait qu’on était en grève, c’était nous qui devions de l’argent, paye négative enfin paye zéro à la fin du mois."

51Gilbert Fégar : "Le 28 novembre, on débraye la journée, alors il y avait la CGT, la CFDT, FO, et le lendemain on reprend pas le gratin, et partout c’était pareil comme si on avait tous eu une illumination. Ça a duré un mois, tous les matins réunion de personnel, assemblée générale : "On vote la grève. On continue la grève". On se tenait informé des différentes unités et c’est parti comme ça. Personne n’aurait imaginé, pas plus la direction, le gouvernement, les syndicats, qu’on partait sur un truc comme ça. Ça témoignait bien d’un ras-le-bol, d’une succession de mouvements qui avaient mûri."

Les raisons du mécontentement

52Jacqueline Gobbé se souvient et s’exprime dans des termes semblables à ceux de Jean-Marie Toullec : "Les revendications du mouvement, au départ, bon bien sûr, c’était un peu le plan Juppé. C’était une revendication qui, même chez nous où elle avait moins d’impact, était quand même omniprésente, parce que c’était aussi par rapport à notre régime mutualiste. C’était toutes les attaques, tous nos acquis mutualistes qui étaient remis en cause, la durée de nos années de cotisations et la remise en cause de notre mutuelle où tout le monde sait qu’il y en a 50 % de payé par la direction. Donc tous ces acquis là étaient fortement menacés et la grève que nous avons menée était plutôt une grève défensive pour préserver les acquis qu’une grève qui allait de l’avant pour demander une augmentation de salaire ou demander l’amélioration du pouvoir d’achat. Sur Le Havre, la grève s’est traduite par un noyau dur extrêmement puissant mais le mouvement n’a pas touché et loin s’en faut 100 % des agents. Il y avait des journées d’action où la CFDT sporadiquement rejoignait la CGT dans le mouvement par rapport à des mots d’ordre nationaux. Mais la CFDT n’était pas en grève générale illimitée comme la CGT car nous, nous reconduisions le mouvement tous les jours en assemblée générale, et les temps forts de ce mouvement étant bien évidemment les journées d’action nationale. Au niveau du Havre, quand même, il y a eu des manifestations, les temps forts se sont traduits par des manifs de 35.000 personnes, je ne sais plus si c’est le 12 décembre ou il y a eu des manifs jusqu'à 35.000 personnes. Dans une ville de 180.000 habitants, c’est quand même quelque chose qui n’est pas fréquent et que ne connaissant pas l’histoire du Havre en 68, je ne sais pas s’il y a eu des manifs de cette ampleur-là."

Le déroulement du conflit

53Cette grève est suivie par tous les syndicats comme le confirme José Ludena : "Sur l’ensemble de la grève qu’il y a eu en 1995, la CGT a été tout le temps en grève, certains syndicats ont été une journée en grève, après ils ont fait d’autres actions entre-deux... Les autres syndicats ont démarré un petit peu sur la pointe des pieds. Donc ils se sont associés au mouvement deux, trois jours ; ensuite ils se sont désolidarisés du mouvement parce que leur fédération leur a dit qu’il fallait arrêter."

54Jean-Marie Toullec explique : "Le mouvement a duré pour la distribution, un mois plus deux ou trois journées d’action de grève en novembre et on a dû reprendre le 27 décembre et refaire grève deux jours après en janvier, on a eu une petite reprise en fin décembre pour refaire grève une ou deux journées début janvier."

55Jacqueline Gobbé : "Il y a eu un mouvement de grève puis après tous les jours, on allait à la cantine, rue Marcel-Paul, c’est là où tous les gens étaient regroupés. Tous les jours, on avait le représentant syndical qui nous apprenait tout ce qui se passait ou tout ce qui ne se passait pas et c’est à ce moment-là qu’on renouvelait la grève. Je crois avoir le souvenir de gens de Bolbec qui venaient, ils venaient peut-être après les assemblées générales, pour dire, il y en a quelques-uns qui ont repris le boulot."

56Comme toujours dans les cas de grève importante, la centrale du Havre est occupée mais le maximum est fait pour que la sécurité soit maintenue et que le matériel ne soit pas abîmé. José Ludena : " Donc il y avait quand même des camions qui rentraient pour vider certains silos, pour laisser en état le matériel pour qu’il puisse redémarrer quand il fallait redémarrer. On a même été félicité par les directions locales de F après-conflit d’abord parce que bien souvent quand un conflit, il dure comme ça et quand on occupe les locaux, il y a des conflits internes. Des fois on ne peut pas maîtriser tout le monde. Déjà donc il n’y a pas eu de heurts, de casse, de dégradations. L’outil de travail a été conservé dans son intégralité. Donc on a eu les félicitations de la direction de l’après 95 sur ce côté-là, pas au niveau de la grève mais de ce côté-là. "

57La presse restant muette sur cette grève, les agents EDF-GDF envahissent les bureaux du journal local. Gilbert Fégar : "Les cheminots étaient en grève, pas de trains, les feux, les manifs. On était avec eux ; mais à part ça, les médias ne parlaient pas d’EDF alors qu’on était en grève depuis une semaine totale. Alors on s’est invité au journal avec les gars. On a vu le rédacteur en chef, ils n’ont pas apprécié la blague. Tous les jours on a été marqué, on a même eu la page de la meilleure action pendant les grèves de 95 par la presse havraise parce qu’on a été envahir Ruffenacht aussi [la mairie du Havre]. On est arrivé dans le bureau à Ruffenacht. Il ne nous a pas vu venir. On s’était mis "en cheville" avec les copains de la mairie qui nous avait facilité l’accès et on est arrivé dans son bureau."

58José Ludena : "Il y a eu des manifestations au niveau des médias, il y a eu des journaux, FR3 qui venaient nous filmer de temps en temps, des conférences de presse, tout ce qui se fait quand on est en conflit d’une telle envergure parce que bon c’était quand même un gros conflit national".

59Même la centrale de Paluel connaît un mouvement. Jean-Pierre Périer témoigne : "1995, c’est un mouvement assez fort puisqu’une majorité du personnel de Paluel était en grève, cela a été même jusqu’à occuper ce qu’on appelle chez nous une excitatrice, c’est-à-dire bloquer le démarrage d’une centrale, d’un alternateur, par le personnel. Donc ça été très, très suivi et on a passé, j’ai passé deux ou trois jours sur place directement. Donc un grand mouvement qui a marqué à mon avis Paluel... On a ouvert les portes et les gens sont entrés dedans ; comme ça, le chef de bloc ne pouvait pas démarrer, enfin l’opérateur ne pouvait pas démarrer tant qu’il avait du monde dedans... Comme il y a trois équipes qui tournent sur 24 heures, donc vous avez forcément des personnes qui sont grévistes et d’autres pas. Donc du fait qu’il y avait quelqu’un qui était dans cette excitatrice, qui que ce soit qui était au bloc ne pouvait pas démarrer.

60Là il y avait tout le monde, tout le monde avait pris conscience qu’il fallait qu’on soit en grève... C’était la première fois que je voyais une grève d’occupation à Paluel.

61A un moment donné la tranche tournait, elle s’est arrêtée. Elle a été arrêtée pour des raisons que je ne connais pas, soit techniques ou tout simplement pour l’arrêter. Du fait qu’elle soit arrêtée naturellement, il y a des gens qui ont dit : ‘On prend l’excitatrice.’ Ils ont ouvert les portes et ils sont venus dedans. C’est venu naturellement, ça n’a pas été poussé par un syndicat quel qu’il soit ou n’importe quoi. C’est le personnel qui a dit : ‘On va dedans, il faut qu’on nous entende.’"

Des aspects positifs et négatifs

62Jean-Marie Toullec : "[A Montivilliers] l’électricité a été coupée sur des postes de travail et les portes soudées, ce qui fait que les agences commerciales EDF étaient dans le noir. Donc je ne peux pas dire qui a fait ça parce que c’est un acte répréhensible. Les portes de l’exploitation électrique du Havre et du gaz à Montivilliers ont été bloquées ; les "poteaux", un matin, ils ont retrouvé, je crois, les pneus dégonflés des véhicules. On ne sait pas qui a fait ça, tout le monde était bloqué et des brasiers de dizaines de pneus ont été brûlés aussi devant toutes les agences. Des coupures, j’ai entendu dire qu’un certain nombre de coupures sauvages ont été réalisées. Par qui ? On ne sait pas : des éléments incontrôlés."

63Un autre agent raconte une mesure prise vraisemblablement afin de rendre la grève plus populaire : "On estime à six mille ou sept mille le nombre de familles qui en ont bénéficié : c’est que les horloges double tarif se sont trouvées bloquées en position heure creuse. Ça veut dire que dans ces quartiers-là, Bois de Bléville et Caucriauville, toutes ces familles-là se sont retrouvées avec l’électricité en tarif réduit, je pense que c’était fait pour populariser le mouvement et cela a duré même six mois..." Ces dires sont confirmés par Le Havre Libre du 9/12/95.

64Patrice Fauchier : "On a été bien perçu par la population parce qu’au-delà d’EDF ou de la SNCF, c’était l’ensemble de la Sécu qui était attaqué."

65José Ludena : "[Bien que grévistes, les] agents qui sont à la journée, tous ceux qui sont en quart, même s’ils sont en grève, ils sont obligés d’être sur le site, c’est-à-dire qu’ils sont d’astreinte, ils sont payés à 10 % parce qu’ils sont obligés d’être sur le site c’est-à-dire qu’ils continuent leur quart normal, ils ne font pas tourner l’usine mais ils assurent la sécurité, ils font leur quart comme s’ils travaillaient".

66Cette grève de 1995 laisse aussi à certains le souvenir d’un moment de redécouverte des relations entre les membres du personnel. C’est du moins ce qu’évoque Jean-Pierre Périer pour la centrale de Paluel. Il se rappelle de : "Cette convivialité et les gens qui en voulaient. Il n’y a pas longtemps, on a fait grève le 24, bon à Paluel on a eu 11 % de grévistes. En 95 c’était 60 % 50 %."

Bilan

67Jean-Marie Toullec : "Le seul accord qui est tombé avec la direction en fin de mouvement, ça a été de répartir. On n’a eu aucune journée de grève de payée à la distribution, on a eu 6 heures de grève de payées sur un mois, le seul accord que nous avons eu, c’est de répartir les jours de grève sur 3 mois janvier-février paye de février-mars et avril c’est-à-dire que la grève a été répartie sur 3 mois."

68Le bilan de la grève est mince comme le constate José Ludena : "Les agents espéraient avoir obtenu plus. On avait plus obtenu des promesses de discussion que des accords. Donc ça ne s’est pas fini toujours forcément bien sur tous les sites. Nous on a repris le travail dès qu’on a appris que les directions générales étaient prêtes à nous rencontrer... Suite à la consistance et à la dureté du mouvement, ce qu’on a obtenu, ce n’était rien. En clair, on a juste fait un mouvement pour pas qu’on nous enlève ce qu’on a maintenant.

69Jean-Marie Toullec : "On a préservé notre régime de retraite, le gouvernement Juppé a sauté derrière, mais depuis, eh bien, nos acquis sociaux de toute façon avec les directives européennes sont toujours fortement menacés puisqu’à terme il est évident qu’une privatisation d’EDF-GDF commençant par une ouverture du capital à Gaz de France et la transformation de Gaz de France en société anonyme en 2002, tel que c’est prévu à l’heure actuelle, ne peut qu’aller à terme si c’est la privatisation de l’entreprise qui est prononcée que vers une suppression du statut particulier des électriciens et gaziers ainsi que de leurs avantages mutualistes. C’est clair donc ce serait une remise en cause de notre Statut, quel que soit le gouvernement que nous ayons."

70Jean-Pierre Périer confirme : "Je ne pense pas qu’il y ait eu une grande évolution suite à ce mouvement... Quand vous faites une grève comme celle-ci, qui dure trois semaines avec beaucoup de personnes investies dans ce mouvement et quand on arrive à la fin de la grève, où il n’y a pratiquement rien d’obtenu, pour remobiliser les gens derrière c’est très dur, parce que le personnel dit : ‘Mais ça sert à rien, tu te souviens ! En 95, on a fait ça, on n’a rien eu ! Là ça sert à quoi ?’C’est très dur, c’est une de nos charges de travail qui est très, très dure en tant que militant syndical."

En guise de conclusion

Les changements de mentalité

71Jacqueline Gobbé : "Je vous dis ce n’était pas pareil, ce n’était pas la même mentalité [autrefois]. Maintenant, si vous faites "un pot" à 16 heures, ça va les gens viennent, si vous faites "un pot" à 17 h 30, ils ne viennent pas parce qu’il est 17 h 30, il faut qu’ils rentrent chez eux. Il y a ça aussi, c’est toute une mentalité qui a changé ! Quand on finissait à 18 h 30, on faisait le "pot" à 18 h 30 et les gens, ils restaient jusqu’à 20 h ou 20 h 30. Maintenant, si vous ne faites pas le "pot" à 16 h ou à 16 h 30, il n’y aura personne et là pour la grève, c’était pareil, à 17 h, tchao ! Je rentre chez moi."

La fierté d'appartenir à un service public

72Jean-Marie Toullec : "Si à titre collectif, je suis fier de l’intervention des agents EDF, de ce qu’ils ont été capables de réaliser malgré les difficultés sur le terrain à l’occasion de la tempête de décembre 99, je crois que, plus que jamais, la tempête de décembre 99 a montré à quel point, seul un service public de qualité et de taille, est capable de faire lorsque les circonstances l’exigent, rétablir 90 % des millions d’usagers qui ont été privés d’électricité en 48 heures ou en une semaine et puis en un mois maximum pour les derniers au fin fond de la campagne. C’est un exploit que seule EDF pouvait réaliser même si des aides ont été nécessaires d’un point de vue européen. Mais si le démantèlement de nos équipes n’avait pas été entrepris déjà en terme de blocage d’effectifs et de transfert de charge de travail au privé, il est clair que ces tâches qui consistaient à rétablir des millions d’usagers, auraient pu être faites beaucoup plus rapidement. Mais les choix stratégiques d’EDF par rapport à un choix d’investissement financier font que les enfouissements du réseau ne sont pas des priorités."

73Avoir vécu les premiers jours de la mise en chantier de la centrale nucléaire de Paluel ne peut laisser indifférent. Claude Danet : "En 73, on a fait un petit branchement pour un radiateur dans une petite cabane en bois pour que le gars qui s’occupait des forages n’ait pas trop froid. C’était en novembre. Quand je suis parti, ils commençaient à charger les réacteurs. On leur distribuait 24 Mégawatts. Voyez le boulot !" Mise en service entre 1982-1984, cette centrale continue à produire 7 % de la production nationale d’électricité.

74Dominique Silvain : "Ce que l’observation de l’intérieur de cette maison EDF m’a confirmé, ce que je savais avant, c’est le grand professionnalisme, la grande compétence technique, la grande rigueur, la force de l’entreprise."

Le plaisir d'aider

75Ne regrettant rien du temps passé auprès de ses collègues, Jean-Pierre Périer s’exprime ainsi : "Je crois beaucoup en l’être humain, déjà je pense qu’il y a toujours chez l’être humain quelque chose de bon, ensuite je suis quelqu’un qui veut aider les autres, c’est-à-dire que je ne peux pas supporter que quelqu’un ait un manque d’argent, ou soit en déprime. Donc je me sens entre guillemets pas ‘obligé’, mais c’est plus fort que moi, il faut que j’aille vers ces personnes pour leur donner un coup de main, et au travers des activités sociales, au travers de la SLV, de la CMCAS, et c’est beaucoup développé dans nos structures, puisque déjà à la base dans nos structures c’est la solidarité, donc je m’y retrouve beaucoup."

***

76L’ensemble des deux derniers chapitres de ce livre ne peut être compris qu’en gardant à l’esprit le travail quotidien des agents de l’entreprise. Chaque individu a été confronté en même temps aux évolutions techniques des trente dernières années, à la complexité croissante de l’ensemble des disciplines et métiers d’EDF-GDF, et au changement de stratégies de la direction. Les témoignages des personnes interviewées expriment, en filigrane, la pression du quotidien, en perpétuelle transformation.

77Pour beaucoup, la loi de nationalisation d’EDF/GDF reste le seul point d’ancrage, le seul point fixe de référence si l’on veut continuer d’associer les notions d’Economie et de Social.

Note

1 Le chapitre 6 a été rédigé pour l’essentiel par Elisabeth James

Indice delle illustrazioni

Legenda La presse quotidienne locale rend compte d'un des mouvements d'agents EDFGDF contre la restructuration. (Collection CMCAS-DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11103/img-1.jpg
File image/jpeg, 192k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search