Versione classicaVersione mobile

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Partie II : Le temps des réformes 1980-1995 191 (J. Barzman, J. Doublet et E. James)

Chapitre 5. Réflexions d’un acteur

Jacques Doublet

Testo integrale

"Le passé n'éclairant plus l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres"
Alexis Tocqueville
(citation proposée par Claude Bec)

1Ce chapitre est le "journal intime" de Jacques Doublet. Le lecteur a déjà rencontré ce personnage au fil des pages de ce livre. Sa vie coïncide avec celle d’EDF. Doublet a commencé sa carrière d’électricien tout jeune à l’école des métiers d’EDF en 1950, quand l’entreprise nationale venait de naître. Il a gravi les échelons jusqu’à devenir ingénieur par promotion interne. Lorsque s’ouvrent les années 1980, il revient au Havre où il occupe un poste de responsabilité qui lui permet d’observer ce qui se passe dans de nombreux secteurs de l’entreprise. Il décide alors de consigner ses impressions et ses sentiments par écrit, pour mémoire. Il s’intéresse aussi bien aux évènements nationaux et internationaux qu’à la vie quotidienne de 1980 à 1995. C’est donc une sorte de journal de bord que Jacques Doublet a mis en forme pour les besoins de ce livre, dont il est par ailleurs un des principaux artisans.

2Ce document de Jacques Doublet nous livre les réflexions d’un de ces "cadres-maison" qui ont fait la force de l’entreprise. En tant qu’ingénieur, il participe à la transformation d’EDF, mais il veut le faire les yeux ouverts. C’est pourquoi il prend des notes. Ce n’est pas un dogmatique. Il est prêt, au départ, à tenter l’expérience proposée par la direction. Il décrit ensuite sa désillusion et son sentiment d’avoir été trompé. On lui avait promis une réforme à effectifs constants : ceux-ci tombent d’environ huit cents en 1985 à environ quatre cents en 1989. Jacques Doublet a demandé de s’exprimer librement sous sa propre responsabilité. Nous l’avons accepté. Il s’agit donc d’une réflexion purement personnelle sur ces faits, notamment sur la place du directeur, M. Lion. Elle nous permet cependant de comprendre le raisonnement de certains agents.

3Voici le texte. Doublet l’a composé à partir de trois carnets rédigés année par année : l’un consacré à sa famille et à ses propres sentiments, l’autre au travail et au processus de transformation de l’entreprise, le troisième aux réunions syndicales et à ses réactions à la situation sociale et politique. Il a ajouté une brève présentation et quelques phrases explicatives.

4Bien d’autres corps de métiers ont été confrontés à des changements profonds, mais pour les électriciens et gaziers de la distribution du centre du Havre, la décennie 1980/1990 reste une période cruciale.

5Des ces quatre centres normands, Rouen, Caen, Cherbourg, Le Havre, le dernier est alors la cible des modifications demandées par les directions générales et relayées par la direction régionale de Rouen. Il va servir de terrain d’essai et de témoin. Non seulement, il lui faudra renouveler son patrimoine immobilier mais aussi supprimer des structures qui n’ont jamais été coulées dans le moule national. Ceci doit être fait alors que le personnel est syndiqué à près de 100 %, avec une prépondérance de la CGT.

6Pour cela, la direction choisit deux voies : l’une consiste à intéresser le personnel en lui promettant de renouveler les immeubles et équipements anciens. Ainsi, le centre Marcel-Paul est inauguré et des lieux d’accueil du public sont ouverts à Montivilliers, "Océane", la Mare Rouge ("Falaises") et Saint-Léon. L’autre vise à casser le groupe soudé qui transmet l’esprit havrais, à faire disparaître les traditions syndicales et les repères, y compris les lieux de mémoire, sur lesquels il s’appuie. Le personnel doit devenir l’objet d’un essai de déculturation.

7Cette double méthode, même si les décideurs n’ont jamais manifesté clairement leur choix, est à la base de bouleversements. Les hommes et les femmes ont subi profondément et lourdement le stress de ces réformes.

8A travers les pages qui vont suivre, les prises de positions individuelles et collectives sont des réactions à un monde déstabilisé, des tentatives de comprendre les raisons et les buts des actions de la direction.

9Bien des agents admettaient la nécessité du changement mais refusaient d’y sacrifier l’esprit de la nationalisation et sa traduction dans l’esprit havrais. En effet, les Havrais tenaient à leur liberté et à leur capacité d’agir sur les directives locales et nationales.

10Les accidents graves qui ont marqué le personnel sont assurément le reflet de cette période d’incertitudes sociales et de doute sur l’avenir.

1980

11Nous sommes sous la présidence de Giscard d’Estaing.

12Le Commissariat général au Plan présente les propositions de la commission "Energies et Matières premières" pour la préparation du VIIIe plan (1980/1985) ; le sous-titre du document s’appelle : la relève du pétrole ; nous sommes sous le coup du deuxième choc pétrolier.

13Le Groupement national des cadres de l’énergie (GNC) réunit son congrès à Caen le 25 avril 1980.

14Jean-Paul Sartre décède ce même mois.

15La construction des centrales nucléaires est en cours mais la contestation antinucléaire atteint son apogée :

16Paluel (près de Saint-Valery-en-Caux) est déjà bien avancé,

17Flamanville (près de Cherbourg) : le chantier de construction s’ouvre cette année, Plogoff (en Bretagne) est très contesté.

18L’endettement d’EDF augmente et atteindra 90 milliards de francs (14 milliards d’euros) à la fin de 1980.

19Pour apaiser la grogne des populations proches de ces chantiers, l’état publie un arrêté de baisse du prix du Kwh de 3 à 5 centimes au voisinage des centrales, au grand "dam" des directeurs généraux d’EDF.

20Le 4e groupe de 600 MW de la centrale thermique du Havre est en cours de construction.

21Le centre de distribution du Havre est alors dirigé par M. Fauvel, assisté de son adjoint, M. Fourtaux, et de chefs de services : MM. Louis, Gire, Caillaux, etc.

22Le 7 mars 1980, je reviens sur les lieux de ma première embauche après 10 années passées hors de l’agglomération havraise (j’ai été muté ailleurs en 1970).

23Les bâtiments de l’exploitation électricité (Charles Laffitte) et ceux de JeanJacques Rousseau n’ont pas changé mais la structure des organisations a été transformée ; l’activité commerciale est séparée de l’activité technique.

24Celle-ci a été scindée en trois groupes. La maintenance (SCD), le groupe technique abonnés (GTA), le groupe travaux réseaux (STR).

25Une partie du personnel a changé : l’ensemble des exploitations gaz et électricité me paraît avoir rajeuni.

26Les travaux de mise à niveau 20 Kv du réseau havrais sont en plein essor.

27Au poste de livraison CRT (Centre régional de transport) au Pont VII, on installe un transformateur 220 000 volts/20 000 volts, image d’un nouveau palier technique au Havre ; au nord, la mise en service du poste 90/20 kv est prévue pour septembre.

28En octobre, c’est l’attentat antisémite de la rue Copernic à Paris qui se traduira au Havre par des consignes de vigilance sur nos installations.

291981 frappe déjà à la porte...

1981

30Ce qui reste présent à la mémoire, c’est un fol espoir : mai 1981.

31Depuis 1960 et même avant, le monde dans lequel je vis est dirigé par ce que l’on nomme "la droite" ; et voilà que les espoirs, les rêves de trente ans d’une société conduite par la gauche deviennent réalité.

32J’écris le 12 mai 1981 : "Ça y est Mitterrand est élu président de la République... La France s’est réveillée mais elle a tout de même mis 23 ans à le faire... J’ai téléphoné aux amis qui, comme moi, gardaient l’espoir dans une société plus humaine... Moi je suis heureux... C’était une sorte de but ; je me suis engagé dans cette élection en refusant d’adhérer à l’avis de la CGT qui prônait le vote communiste au premier tour... Ce que j’avais envisagé a bien marché et François Mitterrand est élu. Je suis heureux, c’est un fait, mais j’ai perdu l’enthousiasme de mai 1968... Il ne reste plus qu’à concrétiser cet avantage aux prochaines élections législatives."

33Le 23 mai, j’écris : "Raz de marée socialiste, 280 élus socialistes, 44 communistes... nomination du gouvernement le 23 mai à 22 heures comprenant 4 ministres communistes dont un, Fiterman, au 3e rang de l’Etat... Voilà une nouvelle porteuse d’espoir et de réconciliation des tendances de la gauche... Ce n’est pas mai 1968 mais l’avenir est rose et l’on voit le bout du tunnel."

34De la vie locale je n’ai rien gardé ; j’ai noté la mort de Georges Brassens le 30 octobre, le contestataire de nos vingt ans.

35Dès le mois de décembre, nous nous déchirons déjà syndicalement à propos de Varsovie et de Lech Walesa, la CFDT est pro Walesa, la CGT prend une position ambiguë.

36Le 12 décembre, réunion annuelle de bilan pour les cadres :

37- 1re information, augmentation de salaire de 1,35 % au1er janvier 1980 pour l’ensemble du personnel.

38- 2e information de M. Chevrier, directeur général d’EDF à propos du social : "Le mois de juin a été dur et grave, nous sommes les responsables de ce genre de choses (les coupures), il ne faut pas aller au suicide."

39- 3e information, le budget général sera aussi serré en 1982 qu’en 1981.

40Je note aussi de profondes divergences au sein de la CGT sur la manière d’accompagner le gouvernement Mauroy : faut-il lui laisser du temps pour travailler ou le harceler ?

41Dès le mois de novembre, à Charles Laffitte et sur le territoire du centre, nous passons aux 39 heures, avec, en perspective, la vision du passage aux 35 heures (c’est ça le rêve ou l’utopie) qui ne s’est réalisée que vingt ans plus tard en 2001.

42Syndicalement, nous nous battons depuis juin pour l’augmentation des effectifs et en particulier la mise en place d’équipes lourdes de travaux réseaux.

43Le centre embauchera près de 80 agents en 1982.

1982

44Bruits de bottes, la guerre des Malouines.

45Septembre 1982 : mini krach du FMI et de la banque mondiale.

46Décès de Mendès-France en octobre.

47Le 1er octobre, compte tenu de la mise en place des "lois Auroux", le service administratif accepte de déroger à l’horaire collectif.

48Et c’est déjà le tournant des espoirs de la gauche qui va devoir corriger sa copie gouvernementale.

49Pour le mois de novembre 1982, j’ai noté cette conversation, peut-être révélatrice de la méconnaissance par la gauche de son histoire : "cette semaine, au cours de mon travail, j’ai entendu sur le poste radio interne, à bord de mon véhicule EDF le dialogue suivant, j’en ai ri...

50(Les sièges de maires du Havre et d’Harfleur sont occupés depuis plusieurs années par des représentants du parti communiste, la corporation EDF/GDF est syndicalisée à 90 % à la CGT. Nombre de rues havraises et harfleuraises portent les noms de militants ou héros de la gauche française et de philosophes marxistes.)

51Le poste central interroge un agent de dépannage gaz.

52- Tu prends une fuite ?

53- Oui.

54- Il s’agit d’une fuite au collège Picasso, 3 rue N’gol.

55- D’accord, tu répètes l’adresse.

56- 3 rue N’gol.

57- Je connais pas cette rue...

58Le poste central :

59- Moi non plus, mais la dame qui m’a téléphoné avait l’air sérieuse, je n’ai pas voulu la faire répéter plusieurs fois.

60Il se passe quelques secondes de silence, puis la voix du poste central reprend :

61- Je répète Engels (prononcé en français) ou N’gel...

62- Connais pas...

63- Prénom Friedrich.

64- Ah ! !".

65Comme quoi, philosophe ou pas, la renommée est quelque chose de difficile.

6627 novembre 1982, bal de la CMCAS à la gare maritime.

1983

67Une année faite de hauts et de bas.

68Le chef de service nous réunit pour les vœux de nouvel an et nous annonce une baisse des crédits d’investissements et de travaux, ces crédits seront de 90 % seulement de ceux obtenus en 1982. Parallèlement, l’orientation sera de rigueur et d’austérité.

69Il n’y a donc pas de quoi pavoiser.

70En mars, gouvernement et directions annoncent le ralentissement du programme nucléaire ; la dette de l’entreprise se monte à 140 milliards de francs (22 milliards d’euros). Joli cadeau que nous laisse Giscard d’Estaing, le programme nucléaire a été financé par des capitaux américains.

71Le séjour au Havre du chef de centre M. Fauvel est terminé ; son remplaçant, M. Sabie (un Marseillais pure souche) nous laisse entendre, à l’occasion de sa prise de contact, que son cœur penche en faveur des socialistes.

72En mai, c’est la grève des étudiants contre la réforme de l’enseignement supérieur.

73Arrivent deux coups durs.

74Un peu de Charles Laffitte disparaît.

75Le 14 juillet, un copain des vertes années décède à son arrivée en camp de vacances ; nous le surnommions "Chez nous à Yvetot", il a 53 ans. Nous nous étions connus à l’équipe souterraine en 1954, le calme était sa qualité première ; quoiqu’il puisse arriver, engueulade, inondation, petites catastrophes du métier, il disait toujours : " Jacques, je roule une petite pipe et je suis à toi."

76Il faisait partie de la galerie des portraits.

7725 juillet, autre mauvaise nouvelle, l’information fait le tour de Charles Laffitte, de Thiers et des subdivisions.

78Chariot est mort ! !

79Nous savions que l’événement se produirait, nous étions dans l’attente.

80En avril, nous avions eu de ses nouvelles, il se portait bien et partait pour une croisière en Méditerranée.

81Fin mai, première alerte, Charles est hospitalisé à Marseille et l’on craignait la tuberculose.

82J’avais été désigné par le syndicat pour lui adresser des vœux de prompt rétablissement.

8315 juin, il s’agit d’un cancer généralisé et il nous reste à attendre l’inéluctable.

84L’exploitation de Charles Laffitte est en deuil, un premier pan de mur s’effondre.

85La vie reprend son cours, en septembre, je suis muté au centre, 75 rue Thiers, à d’autres fonctions.

86Je vais sans le savoir rencontrer un ami en la personne de l’adjoint de centre, M. Pierrard, nouvellement promu.

87Nos rapports à EDF-GDF se complètent ou se supplémentent.

88Bien qu’issus de milieux différents, nous pourrons mieux gérer les conflits (les nôtres et ceux des autres).

89Sabie, qui me reçoit pour un entretien sur mon nouveau travail, me dit : "Ne cassez pas la baraque pour la reconstruire ensuite".

1984

90J’ai endossé la casquette de cadre à part entière [ingénieur sécurité et communication], l’entreprise bouge et les éléments de formation dispensés par la direction nationale ne laissent pas de m’étonner. Voici ce qu’on m’a dit en guise d’instructions :

91"M. Guilhamon, directeur général, s’intéresse actuellement à la sécurité, profitez de l’effet tournesol."

92"L’initiative est une désobéissance qui tourne bien," a dit M. Ailleret, "un autre directeur."

93Enfin toute une série de paroles sibyllines du même genre.

94J’en tire la conclusion suivante pour l’avenir.

95Vous prenez un individu qui a une bonne expérience du métier avec les pouvoirs inhérents à sa tâche (moi) ; vous lui retirez ceux-là (pouvoirs, connaissances), vous lui confiez des "missions" et vous l’envoyez, en missionnaire, parler aux marchands du temple (le personnel). Il risque de gravir le Golgotha ou de réussir un miracle, ou l’ascension le quatrième dimanche après la Pentecôte.

96Voilà maintenant le rôle qui m’est dévolu...

97Et c’est l’essai de mise en œuvre des lois "Auroux" – comité d’hygiène, sécurité et conditions de travail (CHSCT), les conseils d’ateliers, le flou quoi !

1985

98Froid, la région havraise est frigorifiée en ce début de janvier : moins 20° pendant plusieurs jours.

99Le 7 février, la salle de réunion du 75 avenue René Coty est décorée de fleurs, sur la table petits fours et champagne, autour 60 à 80 personnes ; nous fêtons le départ à la retraite d’un collègue.

100Discours, nous levons la coupe de champagne ; François s’écroule devant nous : mort. Consternation ! ! ! !

101Le 14 février, j’atteins 50 ans.

102Je crois pouvoir situer le tournant structurel et culturel de l’entreprise centre du Havre EDF/GDF à la fin mars 1985.

103Il se peut que je me trompe, que ma perception de ce fait ne soit qu’une intuition, mais le 23 mars, le centre reçoit deux personnes en "mission" : Mmes Renaude et Larcher-Boulanger, mandatées par les directions générales.

104Sociologues, elles vont vivre quelques jours avec les hommes de base du terrain EDF et GDF, remettre un rapport et disparaître de la vue du centre. Est-ce que ce rapport avait pour but de connaître la malléabilité du personnel du centre ?

105En réunion de comité mixte à la production, M. Sabie a lancé le thème des réformes de structures. Devant l’assemblée CGT réunie, avec sa bonhomie marseillaise, il nous a assuré que ces réformes se feraient à effectifs constants.

106Mai 1985, est prévue ce jour une réunion proposée par la DPRS (ressources humaines), c’est M. Leverre qui traite le sujet : évolution culturelle, prospective sociale, projet d’entreprise, horizon 2000.

107Une cinquantaine de questions du style : pourquoi faire vivre le désir de l’individu ? Pourquoi y-a t-il déclin de la hiérarchie ? Pourquoi la mutation est-elle portée par les jeunes ?

108Et il conclut : celui qui détient l’information détient le pouvoir, il faut s’adapter à la société que les jeunes veulent, c’est le seul moyen de modifier l’entreprise...

109On ne parlera plus de cette conférence jusqu’en 1986.

110Nationalement la gauche a affiché sa désunion ; les ministres communistes ont abandonné le gouvernement et se sont réinstallés dans l’opposition.

111A la Fédération de l’énergie, mais surtout dans la commission exécutive de la CGT des électriciens et gaziers du Havre, un mauvais vent souffle.

112La CE (commission exécutive) locale a exclu des membres permanents et nommé un nouveau secrétaire général au GNC.

113Cette élection s’est faite difficilement après deux ou trois rebondissements.

114Bref, ça tangue et les élections de représentativité doivent avoir lieu durant le dernier trimestre de l’année.

115Depuis deux ou trois semaines, on me courtise, on s’intéresse à mon travail, à ma santé et, un jour, coup de téléphone d’André Gobbé, secrétaire du syndicat exécution (groupes fonctionnels 1 à 5) :

  • De quoi s’agit-il ? Pourquoi ?

  • Oh ! ! Un entretien informel, pour prendre la température...

116Dans la même période, d’autres manoeuvres sont en cours ; peut-être pas initiées par Sabie (le CDC, chef de centre) mais soutenues par lui.

117D’anciens militants et militantes concoctent un plan de réaction aux inconditionnels syndicaux.

118Et le premier entretien est arrivé : Pourquoi n’es-tu pas d’accord avec notre organisation ?

119Longue discussion sur le sujet.

120- Tu sais, ce sont bientôt les élections de représentativité en novembre prochain ; nous souhaitons que tu fasses partie de la liste présentée... tu es cadre. Tu as un impact sur le personnel du centre... Bref on voudrait que tu sois sur la liste ; réfléchisy et si tu ne te présentes pas, on en trouvera un autre.

121- J’y réfléchirai donc, mais pour l’instant, je me sens mal dans ma peau de cégétiste.

122Quinze jours se passent durant lesquels Nono (Noël Philippe) et Jo (Georges Belloncle) préparent une liste concurrente à présenter au conseil syndical. Il y aurait : -Belloncle, ex-membre permanent du GNC. Il a oeuvré plusieurs années pour le bien de tous ; il est gazier et son fief de l’exploitation gaz compte environ 100 personnes.

123- Philippe, membre du conseil syndical, troublé par la partition de la gauche.

124- Legoy, ex no 2 du syndicat CGT ouvriers/employés, reconverti brillamment dans l’exploitation elec/gaz ; mais il a eu des différends avec la CGT et le GNC.

125- D’autres moins connus : Danièle Joaus, Grandière, Lebourg, Delamare.

126Ils m’ont même proposé de faire partie de cette contre-liste.

127Le 27 juin, à la veille des départs en vacances, réunion du conseil syndical pour tenter de dénouer la crise.

128Il semble que la réunion se soit poursuivie tard dans la soirée puisque chacun me dit qu’ils se sont séparés sur un constat d’échec.

129Joaus m’informe qu’un groupe de travail est créé sur les réformes de structures (on les appelle les "réformistes").

130Nouveau coup de téléphone ce matin 2 juillet.

131"Peux-tu nous recevoir ?" Dédé (André), Gobbé et JP (Jean-Pierre) Dajon, respectivement secrétaire général CGT et secrétaire du GNC, sont assis dans mon bureau : Dédé me fait l’historique des derniers jours. Le conseil syndical accepte les idées des réformistes, mais ceux ci refusent la mise sur la liste de Dajon....

132"Nous répétons la question ; accepterais-tu d’y participer et d’intervenir auprès de Philippe et Belloncle pour obtenir un compromis : Dajon sur la liste ?"

133Dajon sur la liste ? J’ai renouvelé à Gobbé mes réticences sur l’esprit actuel de la CGT. et pris rendez-vous pour le 30 juillet.

134Epilogue. Le 14 novembre 1985 la liste dissidente ne s’est pas présentée. Par contre, je me suis présenté sous les couleurs de la CGT et de la commission exécutive.

135Résultat : je suis élu avec Gobbé et même Dajon ?... 80 % des voix, 10 suffrages non exprimés, 2 nuis.

136Que s’est-il passé ? Ce qui a compté, c’est l’identification avec la CGT plus que les hommes. Je m’interroge. Ou bien il s’agit du temps... L’oubli... Ou bien il s’agit de la réflexion des agents... l’assurance d’être bien défendu par la CGT.

1986

137Sabie annonce sa décision de verrouiller les problèmes de structures avant son départ ; un peu le "Je vous ai compris" de De Gaulle ; lui (Sabie), c’est : "réformes à effectifs constants." Le centre emploie 800 agents en 1985/1986.

138Pierrard me propose d’assurer l’animation du projet d’entreprise.

139En avril, le chef de centre demande aux chefs de service de mettre en place les conseils d’ateliers lois "Auroux". Un feu de paille ! ! !

140En mai, j’ai un premier entretien avec M. Lion, nommé en remplacement de M. Sabie.

141Presque vingt ans après, au moment où j’écris ces lignes, je le considère comme le fossoyeur des valeurs que l’institution EDF-GDF véhiculait dans la région havraise. Même si, à son corps non défendant, il a obéi aux ordres de ses supérieurs, son changement de stratégie du passage en douceur au passage en force entre 1986 et 1995 a perturbé la confiance dans l’entreprise et la conscience des agents.

142Certains d’entre nous pensions que ces réformes vers le libéralisme étaient nécessaires, que M. Lion n’a fait que les accélérer à sa manière. D’ailleurs, Lion disait à propos de ses réformes : "C’est comme au Far West. Je veux bien ralentir le train pour que les individus coopératifs puissent monter dans les wagons en s’agrippant aux marchepieds, mais si les rebelles se couchent sur les rails, la locomotive est munie d’un chasse-bœufs."

143Il n’empêche qu’une résistance active, à la manière de la grève d’EDF d’avril/mai 2002, nous aurait peut-être permis de conserver l’essentiel de la culture havraise.

144En juin, la machine nationale et régionale est lancée pour construire le projet d’entreprise ; on donne, nous donnons le maximum de matériaux pour concevoir une opinion.

145Des journées de sensibilisation se multiplient avec l’aide de cabinets d’audits ; défilent sur la scène du château de Caen : Thierry Gaudin, chef de prospective au ministère de l’industrie ; Mike Burke, consultant en "management" ; Albouy, sous-directeur aux études et recherches ; Paitra de la COFREMCA ; Ducrocq, chroniqueur et journaliste ; Gaudemar, de la DATAR ; Guilhamon ; Le Gorrec que M. Driot directeur régional présente comme le père du projet d’entreprise.

146Toute cette débauche d’informations pour finalement ne pas demander aux gens sensibilisés leurs sentiments ou leur opinion.

147Dans la même période ont lieu les élections législatives et Chirac devient premier ministre ; la mise en œuvre des idées des VIIIe et IXe plans devient effective.

148M. Lion demande le lancement d’un journal interne, toujours plus de communication à sens unique.

149Le 16 octobre, le centre organise la cérémonie de remise des médailles du travail dans une salle du Centre du commerce international ; presque toute l’entreprise EDFGDF est présente pour applaudir quelques 100 récipiendaires. Gros applaudissements lorsque mon tour vient d’être nommé : je représente peut-être ce qu’il faut faire pour construire une carrière tout en restant fidèle à ses valeurs (amitiés, idées socioprofessionnelles ou politico-syndicales), mais que c’est lourd à porter, toutes déviations, tout faux pas, sont regardés comme un acte de refus ou d’adhésion.

150Fin d’année houleuse avec la grève des étudiants et l’affaire Malik Oussékine.

1987

151Début janvier, grève nationale des électriciens et gaziers avec alerte à la bombe dans les locaux du centre 75 avenue René-Coty.

1529 janvier, contre-manifestation emmenée par le député Antoine Ruffenacht (grâce à Toubon, l’apprenti sorcier, j’ai vu pour la première fois la haine dans les yeux de certains manifestants. Cette plaie n’est pas prête de s’éteindre d’autant qu’elle est contagieuse. Il y a de la revanche dans l’air).

153Demain, le mouvement de grève sera terminé ou prendra fin dans les jours prochains. La peur a été semée ; les syndicats se sont désunis, CFDT et FO demandent la reprise du travail.

154Devait-on couper ou non les réseaux électriques ? C’est la dernière fois qu’une grève utilisera ce moyen d’action.

155Sur le plan politique, le franc sera dévalué ou bien le Mark allemand réévalué, ce qui revient au même.

156Les avantages obtenus par le mouvement de grève (4 % de réévaluation, 1,35 % d’augmentation de salaire) déjà rognés.

157Amertume. Déception...

158Février, M. Lion créait un groupe pour inaugurer le nouveau centre Marcel Paul.

159Le 17, un accident grave se produit ; deux agents sont brûlés par un arc électrique de 20.000 volts à l’occasion de travaux sur le port ; ils s’en sortent de justesse grâce à la qualité des soins qu’ils reçoivent, mais avec des séquelles terribles. La communauté des électriciens et gaziers éprouve le stress et exprime sa solidarité dans la douleur.

Le quotidien Le Havre Presse du 10 au 11 janvier 1987 publie un article avec photo reprenant les thèmes anti-grévistes. A noter, la politisation et la haine des slogans : "Mitterrand, fous le camp et "Krasucki en Pologne". (Collection CMCAS – DR)

160Pierrard, l’adjoint de centre, est nommé à Avignon. A nouveau je me retrouve un peu seul...

161Son remplaçant, Baillargeat, arrive en avril.

162Fin avril, résultats d’un audit du centre, commandé à l’INSEP.

163Lion met en place une double information, pour la hiérarchie d’une part, pour les organisations syndicales d’autre part.

164Les chefs de service subissent l’ouragan Lion et parallèlement les rapports se durcissent entre la CGT et la direction du centre. Au-delà de la confrontation des idéologies politiques, les rapports d’homme à homme entre le secrétaire général du syndicat CGT, Christian Gravier, et Lion sont plus que tendus ; les deux belligérants ne se font pas de "quartier."

165Sur ces entrefaites, M. Michel est nommé DRH (direction ressources humaines) au centre en remplacement du chef du personnel ; nouveau nom et nouveau durcissement.

166En novembre Lion annonce : "l’institutionnalisation du changement et des réformes de structures début 1989, quels que soient les avatars et la baisse des effectifs."

167Un chef de groupe "réforme de structures" est nommé en la personne de M. Buis (service spécialisé dans le management), une éminence grise.

168Le 8 décembre, Reagan et Gorbatchev signent le traité de destruction des fusées à portée intermédiaire.

169Ce même jour, M. Lion ou M. Buis commandent la destruction de l’îlot "Charles Laffitte".

170Les bulldozers disloquent le lieu de ma connaissance du travail, de la camaraderie syndicale, le lieu où nous avons fait mai 1968.

171C’est dans cet environnement où j’ai imaginé qu’un jour les électriciens et les gaziers vivraient dans des locaux neufs, aérés, modernes et dans une relative paix sociale. Aussi cet accord mondial me fait penser à cette possibilité que pourrait avoir les gens d’EGF de taire, eux aussi, ce qui les séparent pour construire un cadre neuf pour leurs vies et leurs rapports futurs.

172Le "Charles Laffitte" des batailles syndicales ne sera plus demain ; mes vingt ans sont déjà loin, mais je crois qu’après demain, je peux, nous pouvons, nous pourrons imiter un tant soit peu les deux présidents mondiaux.

1988

173En mars, les 4 et 5, le congrès local du GNC est convoqué.

174Après le rapport d’activités du secrétaire général, l’état des luttes, le rapport financier et le rapport d’orientation ; un fait domine ces réunions.

175Notre secrétaire, André Gobbé est nommé à d’autres fonctions à la Fédération de l’énergie. Se pose donc la question de sa succession.

176Après plusieurs mois de recherches, le nouveau candidat s’appelle Jean Brun.

177C’est dans cette ambiance de changement que le congrès travaille ! ! !

178On pouvait s’attendre à des difficultés comparables à celles de 1985, pourtant tout s’est passé dans un climat de confiance réciproque entre anciens et nouveaux, entre délégations cadres et maîtrises et représentants des agents d’exécution.

179Le repas du dernier jour s’est tenu dans une ambiance de chaude camaraderie que l’on désigne faute d’un mot mieux adapté par fraternité.

180Le discours de clôture du nouveau secrétaire était émouvant ; avant de prouver ses qualités de représentant d’un groupe, il a déjà obtenu l’aval de ses partenaires...

181Le 14 avril, Lion adresse à tout l’encadrement une lettre concernant l’évolution des modes d’organisation.

182Quelques jours plus tard, au cours d’une réunion informelle avec lui ; le sujet est venu sur la communication dans le centre. Je lui faisais remarquer que sa cote de popularité avait chuté un an après son arrivée et que cela n’était pas dû totalement à la CGT mais surtout à une mauvaise transparence de ses activités.

183A sa question : "Y a-t-il un non respect de la parole donnée ?", je lui ai répondu : "Oui et je peux établir une liste de ces promesses non tenues."

184Il m’a proposé de réunir un groupe de cinq personnes cadres qui lui dirait ses "quatre vérités."

185Je lui ai répondu qu’il était déjà trop tard, impossible de répondre à sa demande, la peur d’être dans le train des réformes avait fait son chemin.

18614 avril, nouvel accident d’origine électrique sur la commune de Cany, subdivision de Fécamp. Un agent est très grièvement brûlé.

187Le 8 mai, Mitterrand est réélu président de la république.

188Le 19 mai, c’est le déménagement de tous les services du 75 avenue René-Coty vers le 1 rue Marcel Paul.

189Le 30 mai, dans un groupe réuni pour réfléchir à l’accident de Cany ; M. Lion s’exprime ainsi : "un chef doit animer... mais aussi sévir"

190En juin, c’est l’inauguration du centre Marcel-Paul.

191L’inauguration correspond à un temps fort du projet d’entreprise en ce sens que, pour la première fois, il était demandé à tous, femmes et hommes, de montrer leur savoir-faire et le passé d’EGF.

192Les différents syndicats étaient conviés à monter un stand expliquant leurs rôles et leurs activités.

193Il est vraisemblable que chacun, ou tout au moins nombre d’entre nous, avaient mis dans ce nouveau bâtiment ainsi que dans le concept de projet d’entreprise, l’image d’une possible évolution d’EDF-GDF associée à un développement du social et du culturel.

194Ces idées allaient dans le prolongement de Faction de Marcel Paul et des hommes de 1947.

195Le 29 juin, le chef de centre, dans une lettre de remerciements rappelait les buts à viser : la gestion...

196Fin août, l’ambiance s’était tellement détériorée qu’une échauffourée avait lieu pendant une rencontre entre le personnel et la direction du centre.

197Une porte doit-elle être ouverte ou fermée ? Christian Gravier et des chefs de service sont victimes d’ecchymoses. Cet incident fait l’objet d’un accident du travail.

198Un mois plus tard, Lion externalise le nettoyage des locaux, privant ainsi entre vingt et trente "femmes de ménage" de leur travail. Longue grève avec occupation des locaux directoriaux de jour comme de nuit. Malgré cela, ces femmes sont mises en dehors de la communauté EDF-GDF.

199Pendant ce temps, le groupe Buis, impose un nouvel organigramme et de nouvelles structures.

200Les conflits et le climat social du centre deviennent difficiles, la communication impossible.

201Fin septembre, un nouveau cabinet d’audit vient rendre son rapport sur l’état de la communication.

202En octobre, Lion expédie à son encadrement une lettre confirmant ce qu’il nomme "le changement".

[Document]
Chef de centre Octobre 1988
LETTRE A L'ENCADREMENT
La Stratégie de Changement
Madame, Monsieur,
Je vous ai rencontré, le 4 octobre dernier, parmi une centaine de membres de l'encadrement pour une journée d'échanges et d'information.
Je tenais à vous retransmettre, par cette lettre, l'essentiel à retenir de nos travaux, centrés sur notre STRATÉGIE DE CHANGEMENT qui traduit la philosophie de notre PROJET.
La SECURITE
été, bien sûr, le premier sujet évoqué, nouvelle prise de conscience de nos difficultés, confirmation du lancement d'un Plan d'Action immédiat qui ne sera rien sans votre volonté quotidienne de le faire vivre.
Jean-Claude BAILLARGEAT incarne notre volonté d'échapper à la fatalité : il rencontrera à cet effet dans les prochaines semaines, toutes les communautés de travail du Centre.
Cette journée a été aussi l'occasion de vous informer de l'état d'avancement des STRUCTURES du HAVRE et de la mise en chantier d'une réflexion indispensable sur notre organisation générale, sur nos politiques, sur le partage des responsabilités FONCTIONNEL-OPÉRATIONNEL. Je n'y reviens pas davantage ici.
Très intéressante a été, de votre propre avis, la présentation de l'opération régionale de développement de la qualité, dite "QUALIPLUS". Les responsables des Zones Clientèle du HAVRE vont, bien sûr, se préparer à la mettre en œuvre. Mais, dès maintenant je recherche, dans les autres Services et Subdivisions, les initiatives allant dans ce sens.
Enfin, notre situation de GESTION a été brossée par Jean-Claude BAILLARGEAT, rappelant nos points de comparaison, notre objectif 1988 qui n'admet aucun dérapage et même une vigilance accrue en électricité et nos obligations des prochaines années.
Le projet de l'Unité est clair :
améliorer nos performances de gestion de l'ordre de 20 %.
Un vaste espace de construction et de concertation est ainsi offert à tous les acteurs de l'Entreprise qui sont décidés à m'accompagner :
comment et quand atteindre nos objectifs dans le cadre de ce projet ?
Une conséquence incontournable en sera une baisse sensible des effectifs du Centre : j’ai réaffirmé que les réaffectations, les redéploiements et reconversions indispensables seraient menés avec la plus grande compréhension, mais aussi avec fermeté.
L'information la plus complète, l'adhésion du plus grand nombre, la participation des divers acteurs, sont nécessaires à la réussite du projet : la création prochaine d'une FONCTION COMMUNICATION au service du projet répondra à cet objectif.
Le CHANGEMENT, malédiction ou opportunité ? OPPORTUNITÉ bien sûr, tant est grande l'évidence que le passage attendu d'un Centre aux performances médiocres à une Entreprise compétitive et moderne a des effets positifs sur la clientèle et les acteurs internes eux-mêmes.
II s'agit bien là de la meilleure défense du Service Public et du Personnel.
Certes, la CONDUITE DU CHANGEMENT n'est pas chose facile : c'est pourtant bien votre mission à vous encadrement qui, outre votre rôle technique, devez prendre en charge un rôle social, un rôle de manager pour m'accompagner sur le chemin tracé.
Lors de notre rencontre du 4 octobre, vous m'avez convaincu que vous y étiez déjà engagés.
Demandez moi l’assistance nécessaire pour vous aider dans votre tâche.
Ne me demandez pas d'être moins exigeant.
Jacques LION

203Tout est dit et quelles qu’aient été les conversations et les engagements pris par le chef de centre auprès de ses collègues de direction, de s’appuyer sur la culture d’entreprise existante, la machine à décerveler est en cours.

1989

2041989 sera le règne des missions, de la mise en place des nouveaux services.

205En mai, encore une discussion avec M. Lion ; il me dit que M. Francony (le directeur régional) s’exprime de la manière suivante : "Pour gérer la reprise du pouvoir on peut le faire seul ou avec quelques séides ; pour gérer l’entreprise il faut tout le monde".

206En septembre, au cours d’une réunion, il annonce sa décision de réforme des structures rurales : "140 postes suffiront, baisse de l’effectif à 600 emplois pleins et utiles".

207M. Michel, DRH ajoute : "On ne parle plus d’effectifs, ça fait conservateur".

208Le stress des réformes fait que le nombre d’accidents augmente et qu’il faut demander un audit au service "prévention et sécurité" du niveau national. La réforme rurale qui débute fin 1989 se fera d’une autre manière, après le bâton on utilisera la carotte et, sans soubresauts majeurs, les grandes transformations s’accompliront.

209Fin 1989, il ne restera plus que 400 agents, l’effectif a fondu de moitié.

210En novembre, déçu, révolté de cette activité de déculturation, je pars en inactivité ; mes rêves de pérenniser une entreprise associant l’économie et la "liberté d’être" se sont brisés.

211Il me faudra dire un jour ce que nous avons vécu pour qu’en d’autres temps, notre utopie devienne réalité.

212La déception est grande, mais il faut continuer à vivre et s’assurer une retraite la plus active possible.

213Au cours d’un stage de préparation à la retraite à Ty Boulouarn en 1989, j’ai noté à la fois les projets ambitieux des uns (traverser l’Afrique en vélo) et surtout, le désarroi des autres devant cet avenir incertain qu’était pour eux l’inactivité.

214Toutes les catégories sont touchées, tel ce cadre du service combustible à qui il était impossible d’imaginer l’arrêt de son travail ; tel cet autre agent d’exécution de la région parisienne qui n’a que dix années de titularisation, a la charge de deux enfants, n’a plus de domicile (il était logé par GDF en sujétion de service) ; et ne bénéficiera d’une pleine retraite de la sécurité sociale qu’en atteignant l’âge de 65 ans.

215Dès 1990, je m’inscris comme bénévole dans les activités sociales de la CMCAS : centre aéré, commission culturelle.

216Parallèlement, pour ne pas perdre contact avec l’entreprise, mon entreprise, j’entre dans l’activité syndicale des retraités ainsi que dans une structure fédérale nationale : l’Institut du Développement.

217Le bénévolat est un acte simple qui prend rapidement possession de votre temps libre. Avec ma femme, nous disparaissons du foyer familial le mardi, le mercredi et le jeudi ; il ne me reste pour animer la bibliothèque et assister aux réunions syndicales que les lundi et vendredi. Ce "loisir d’inactivité" va m’attacher encore un peu plus à la vie de l’entreprise EDF-GDF.

218Je la vois d’un autre angle par organismes interposés : le syndicat et la CMCAS. Je reviens, à la base, comme aide-moniteur dans le cadre du centre aéré de Beaurepaire. J’y rencontre d’anciens et d’anciennes collègues et les personnels détachés des centrales thermique du Havre et nucléaire de Paluel ; mais aussi les enfants des agents de l’entreprise et, surprise, le courant passe à tel point qu’en 1992, je crois, je vais m’essayer aux épreuves du BAFA. Au cours de cette formation, je batifole, avec quelques autres candidats moniteurs, dans les jardins et parcs de la ville d’Evreux.

219Je garde de ce stage un sentiment de rajeunissement mental et une nouvelle capacité à aborder les problèmes de l’enfance et de la préadolescence. J’essaie aussi de faire profiter la commission "pensionnés" de mes compétences techniques. Je tente de transmettre à mes prédécesseurs en retraite, quelques rudiments de vidéo : utilisation de caméra, travail sur banc de montage, sonorisation...

220Et, pour compléter et aider les générations au travail, nous réorganisons la bibliothèque de la CMCAS pour intéresser les agents à la lecture.

221Pour l’activité syndicale au sein de la section "inactifs", j’y mets le doigt et rapidement, l’avant-bras est avalé, mais j’y trouve forcément quelques plaisirs...

222Les aiguilles du temps vont s’accélérer et les cahiers de prise de notes sont émaillés de dates, de conflits, de réflexions sur cette vie sociale d’hommes et de femmes libres, mus seulement par leurs opinions sur le monde en transformation qui les entoure.

1990

223C’est le centre aéré, la commission "retraités" et le culturel qui vont absorber une bonne partie de mes heures libres.

224La bibliothèque, des centaines de livres à répertorier, couvrir, classer puis parler avec les uns et les autres pour promotionner la lecture, trouver des subventions pour acheter d’autres ouvrages.

225A la commission "retraités", tenter de pénétrer ce petit monde fermé et proposer de nouvelles activités : la vidéo et la mise à disposition d’un kiosque à journaux au centre de Beaurepaire.

226Pour réussir, il faut se faire entendre, ce qui n’est pas le moins difficile ; et comme toujours, partir en quête d’un lieu, des lieux, surtout trouver le budget d’investissement. Il faut pour cela passer sous les fourches caudines des responsables de commissions, puis après bien des palabres, présenter un projet bien ficelé au conseil d’administration, enfin, attendre avec impatience l’accord de la CMCAS. La vidéo est passée, "le kiosque" a disparu dans la tourmente. Reste à mettre en œuvre...

1991

227L’année commence par la "guerre du Golfe", c’est le début de l’information "non-stop", la saturation des cerveaux, le tri de l’essentiel en réunion syndicale, comprendre...

228Mars 1991, avec Yvette, Claudine, Jean-Claude nous rencontrons deux présidents de la CMCAS et leur faisons part de notre désir d’obtenir des fonds pour la bibliothèque et de quelques considérations sur la vie de la CMCAS.

229L’un d’eux nous dit que l’organisme CMCAS dispose de suffisamment d’argent pour l’activité et qu’à la limite, nous avons (la CMCAS) une position de thésauriseur.

230L’autre nous écoute, nous lui disons qu’il faut d’urgence rajeunir l’encadrement sinon, les mêmes causes auront les mêmes effets (conservatisme, sclérose...). Il va en parler. L’année s’écoule...

2311991, c’est aussi l’année des délégations syndicales à Paris. Nous envahissons l’immeuble EDF-GDF Murat. On se bat contre l’amendement Derozier/La Gorce.

232A l’agence de Graville, la modification du statut des réceptionnistes engendre un conflit qui va durer dix mois.

233En août, c’est l’incertitude, coup d’état en URSS, Gorbatchev est démis de ses fonctions. Débute alors le processus de démantèlement du communisme soviétique.

2346 octobre. Ce sont les élections de représentativité, la direction est mise en échec et M. Delaporte, le PDG d’EDF commente : "Avoir fait tant d’efforts (pour abaisser la CGT), pour si peu de résultats."

1992

235Maastricht et son cortège de débats syndicaux, les réformes internes continues, la transformation du PCRP (poste de conduite de regroupement de postes) en BCC (Bureau central de conduite) plus centralisé incite le comité mixte à faire appel à l’Institut du Développement pour fournir une expertise de cette transformation.

236J’entre comme représentant des inactifs à la Commission Exécutive du Syndicat.

237En juin, le 31e congrès de la Fédération de l’énergie se tient à Lanester, j’y participe. Les débats sont animés et tournent autour de deux sujets : Maastricht bien entendu et la reconstruction du syndicalisme face à la mondialisation de l’économie. Cohen, secrétaire général, l’exprime de la façon suivante : "Besoin de démocratie interne, changer pour être mieux nous-mêmes."

238Novembre. Encore une réforme de structure "Les mailles" se profile pour 1993.

239La tension s’exacerbe entre les trois syndicats CGT qui représentent les personnels de la production thermique (GRPT : groupe régional de production thermique), le nucléaire de Paluel et la distribution. Le GRPT et Paluel accusent d’hégémonie syndicale "la distrib".

1993

240EGS Le Havre traduit en justice deux agents havrais.

241Manifestations nationales à Paris, à Lyon en mars

242Fin mars : recul des directions. Un des agents accusés est rétabli dans ses droits et nous obtenons 600 heures de quota syndical supplémentaire.

243Août : Nouvelle répression qui touche quatre agents.

244Octobre : liquidation d’une vieille entreprise havraise GEC/Alsthom.

245En fin d’année, le climat de la CMCAS se détériore et une figure sociale démissionne.

1994

246Le climat social se détériore de plus en plus ; toute l’année, on manifeste contre les lois "Pasqua", contre les décisions de la CSP (Commission secondaire du personnel), pour l’abrogation de la CSG (Cotisation sociale généralisée), pour la défense de nos collègues inculpés.

1995

247Comme en 1994, l’année sera plus qu’émaillée par des grèves, des actions, des manifs. Dans des conditions plus difficiles qu’en 1968, l’ensemble du monde du travail va faire entendre sa voix... La bataille n’est jamais terminée...

1996

248Toujours l’espoir. J’imagine EGF en 2015. Une vision fiction...

"Services centraux EDF/GDF Télécom A tous les services Mercredi 5 janvier 2015,
A transmettre pour les brèves du journal Internet/France
Le directeur général d’EGF/Télécom, à l’occasion du nouvel an 2015 transmis en télévisio-conférence sur Internet http:Avww.elec corn, exprime sa satisfaction d’avoir préservé au cours des dix dernières années, les éléments primordiaux du statut de l’institution EDF/GDF, bâti au siècle dernier en 1947.
Dans un discours d’environ une heure, il a rappelé l’histoire de l’entreprise issue des débats du Conseil National de la Résistance, suivi de son expansion au cours des Trente Glorieuses :
- la construction des barrages et usines hydrauliques,
- la construction et le perfectionnement des centrales au charbon français, puis au fioul d’importation et les gains de productivité dans la course à l’augmentation de puissance des alternateurs,
- le lancement du "tout électrique",
- devant l’impact de la crise pétrolière de 1973 ; le tournant de l’entreprise avec le développement des centrales nucléaires.
Le directeur général s’est ensuite appesanti sur les difficultés de la construction européenne avec la tentative avortée de libéraliser l’importation et l’exportation de l’énergie électrique. Il se souvient que le 23 octobre 1973 la Cour de Justice des Communautés européennes avait rejeté les recours de ladite commission.
Puis, le directeur a retracé la synergie d’EGF/Telecom pour la transmission des communications et des services d’Internet par l’intermédiaire du réseau électrique. En effet, en 1997, Northern Telecom (compagnie canadienne) a effectué des essais de mise au point de cette technique. EGF en commun avec Telecom a perfectionné ce "process".
Dès 1999, un accord de groupe a permis à EGF/Telecom de couvrir l’ensemble du domaine des communications et de l’énergie sur une grande partie de la planète, grâce aux filiales d’EDF en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique du Sud. Cette synergie de deux entreprises nationales a ouvert d’énormes possibilités commerciales, industrielles, financières et surtout sociales.
Pour ce qui concerne le volet social, l’entreprise s’est appuyée sur la mémoire de l’institution en privilégiant l’ensemble des personnels actifs et inactifs. C’est avec cette culture d’entreprise, portée par le personnel qu’EGF/Telecom a bouleversé l’économie sociale des pays en voie de développement ouvrant par là une voie royale à la présence française dans le monde.
Notre diplomatie, soutenue par le gouvernement européen peut maintenant s’exprimer dans des instances internationales et être mieux écoutée.
Monsieur Piedbot junior, directeur international, a rendu un vibrant hommage aux personnels "inactifs" pour leur contribution à la naissance de l’entreprise et à l’ensemble des perfectionnements de tous ordres qu’ils y ont apportés. Pour terminer, il a décidé de mettre en exergue dans l’ensemble de ses centres (après avoir débaptisé les EGS/Telecom services) l’article 1 du statut national qui s’applique à l’ensemble du personnel en situation d’activité ou d’inactivité de service, et traite d’une grille de salaire unique pour ce même personnel."

249J’ai dans ces quelques pages essayé de rendre compte au quotidien de l’ambiance du centre du Havre, à travers mes notes prises à l’époque. J’ai évité d’expliquer les faits, les actes des uns et des autres pour que le lecteur ressente, ou, en se ressouvenant, situe l’esprit de cette quinzaine d’années de 1980 à 1995.

Indice delle illustrazioni

Legenda Le quotidien Le Havre Presse du 10 au 11 janvier 1987 publie un article avec photo reprenant les thèmes anti-grévistes. A noter, la politisation et la haine des slogans : "Mitterrand, fous le camp et "Krasucki en Pologne". (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11097/img-1.jpg
File image/jpeg, 478k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search