Version classiqueVersion mobile

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Partie II : Le temps des réformes 1980-1995 191 (J. Barzman, J. Doublet et E. James)

Le temps des réformes 1980-1995

Texte intégral

"Certains avaient de la lumière au fond des yeux."
Louis Aragon

1Les avancées techniques ont continué après 1968. La consommation d’électricité et de gaz a été multipliée par un coefficient de cinquante ou plus. Les progrès techniques ont affecté tous les domaines. Par exemple, un poste de répartition qui occupait un volume de 5000 m2 en 1950 a été réduit, du fait des améliorations techniques à 800 m2 pour une capacité énergétique dix fois supérieure. Les services administratifs, les services comptables et commerciaux ont subi les mêmes transformations dans leurs domaines.

2Pendant plus de vingt ans après 1968, la culture particulière d’EDF-GDF décrite au chapitre précédent s’est globalement renforcée. Après l’élection de François Mitterrand et l’arrivée de la gauche au pouvoir, les électriciens et gaziers du Havre ont eu brièvement l’impression que ces progrès allaient se poursuivre. Ils ont même obtenu l’embauche de quatre-vingts agents en 1982. Certains ont alors pensé qu’EDF-GDF pouvait devenir le prototype de l’entreprise nationalisée combinant efficacité, service public et reconnaissance des droits sociaux du personnel. Elle serait le modèle de la nouvelle entreprise publique dans une société où les tendances du marché seraient contrecarrées par la volonté démocratique.

3Ce n’est pas ce qui s’est produit, ni à EDF-GDF, ni dans la société toute entière. Sans que cela ait été clair au départ, EDF-GDF s’est orienté vers un tout autre avenir. Le tournant a lieu entre 1984 et 1989. Les répercussions dans la région du Havre ont été immédiates.

4Pour évoquer cette nouvelle période, notre récit change de nature. Nous n’essayons plus de présenter une synthèse des principaux événements à travers de nombreux témoignages et quelques résumés. Nous livrons plutôt au lecteur trois types de documents que nous commentons peu ou pas du tout : un journal intime de Jacques Doublet (chapitre 5), une collection de citations de différents agents (chapitre 6), et l’entretien avec Dominique Silvain, directeur de la centrale thermique du Havre, obtenu à la fin de cette période (annexe 1). Pourquoi ce changement de mode d’écriture ? Parce que cette période est à la fois moins consensuelle et plus proche, et les témoins plus nombreux. Nous avons donc préféré livrer la documentation sous une forme moins travaillée. Le lecteur y trouvera matière à réflexion à partir de plusieurs angles de vision.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search