Desktop versionMobile version

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Partie I : Avant les réformes (J. Barzman)

Chapitre 4. Les années soixante et soixante-dix "La grande omelette de la solidarité"

Full text

"On voit des gens qui dans la vie courante ne se singularisent pas du tout,
et là, dans ces circonstances, cela devient des gens remarquables,
par leur action, leur engagement, leur dévouement"
André Gobbé

1Au début des années soixante, après quinze ans de vie commune dans l’entreprise nationale, les agents des différents services d’EDF-GDF de la région du Havre commençaient à partager une nouvelle identité collective. Celle-ci se nourrissait non seulement du sentiment de leur communauté d’intérêt en tant que salariés face à une même direction, mais aussi de la satisfaction d’apporter du bien-être à la population et des moyens indispensables à l’économie. Cette façon de se percevoir était encore fragile. Or, au cours des vingt années suivantes, la cohésion de ce collectif de travail voué à une mission de service public, s’est épanouie et consolidée. Ce cheminement de la conscience n’était pas inévitable. Il a été favorisé par l’expansion de l’économie française et de ses besoins en électricité et en gaz et il a accompagné une évolution des mentalités sensible dans d’autres secteurs d’activité économique et dans la société toute entière. Mais tous les milieux du pays n’ont pas évolué au même rythme ou dans le même sens. La trajectoire de nos électriciens et gaziers cauchois aurait pu se rapprocher de celle de secteurs sociaux plus rétrogrades. Rien ne condamnait cet ensemble d’individus à nourrir une culture de solidarité d’une vigueur exceptionnelle au début des années quatre-vingts. Il faut chercher l’explication de cette évolution dans les circonstances et les choix des hommes et des femmes de l’entreprise publique dans cette région.

2Dans ce chapitre on verra, dans un premier temps, comment les structures de production et de distribution de l’énergie se sont transformées entre environ 1964 et 1980. Dans un deuxième temps, on sollicitera nos témoins pour nous raconter la grève de mai 1968, moment essentiel qui modifia durablement le climat social de l’entreprise. Enfin, une troisième partie nous permettra de constater les conséquences du rapport de force établi dans ces années de forte combativité sur les conditions de travail et le développement des activités syndicales, mutualistes et sociales.

I. Les sites, les services et le personnel

3De grandes transformations des moyens de produire l’énergie et d’organiser le travail ont eu lieu au cours de ces deux décennies dans la région.

Le gaz

4La fabrication du gaz s’est maintenue pendant quelque temps à l’ancienne usine de la rue Jean-Jacques Rousseau (au coin de la rue Philippe-Lebon) à partir du coke de charbon puis du fioul (cracking). A mesure que la fabrication locale baissait, l’usine s’est convertie à la redistribution du gaz en provenance de Grand-Quevilly, puis au traitement du gaz naturel de Lacq transporté par gazoduc, et enfin à celui du méthane algérien importé par la mer. Mais même ces opérations de conditionnement de gaz produit ailleurs ont été transférées vers d’autres sites, plus en amont de la consommation. Une fois le traitement local définitivement arrêté, les interventions d’entretien des conduites ont été progressivement déménagées vers la rue des Chantiers (où se trouve aujourd’hui le siège de la CMCAS). Les vieux ateliers, la tour à coke et les gazomètres de la rue Jean-Jacques-Rousseau ont alors été abandonnés, avant d’être détruits dans les années 1980. Par la suite, Gaz de France a cédé la plus grande partie du terrain, situé en centre ville non loin de la gare, à la nouvelle université du Havre. Les agents ont été déplacés vers d’autres sites.

5Cependant, en 1968, l’usine à gaz, malgré ses effectifs réduits, restait un bastion ouvrier traditionnel. Quelques années plus tard, le syndicalisme gazier, contraint de quitter ce haut lieu des luttes, s’est adapté à son nouvel environnement : le terminal méthanier et les services de la distribution de la rue des Chantiers. Des anciens gaziers racontent le déménagement.

Croquis de l’usine à gaz vue du nord-est vers le sud-ouest en 1980. (Collection CMCAS – DR)

6Georges Belloncle : "[Quand] l’usine à gaz du Havre a été arrêtée, on recevait le gaz de la région rouennaise, de la cokerie du Grand-Quevilly." Bernard Dartinet : "L’arrivée du gaz naturel a changé beaucoup de choses : déjà, la fermeture des usines de production [de gaz de coke]... Les gens qui étaient à la production ont été reclassés pour beaucoup à la distribution avec nous. Il y a eu un contrecoup favorable pour le développement du gaz, mais [aussi] un contrecoup un peu malheureux : ça a facilité la fermeture des houillères en France ; ça a quand même provoqué des drames dans les régions du Nord." Jean Parmentier : "J’ai fait la fermeture de l’usine à gaz rue Lebon et je suis allé au terminal méthanier, et là, je me suis recyclé parce que c’était notre pratique industrielle. On passait du gaz de houille ou de raffinerie, au gaz naturel." Henri Cacaux : [Est-ce qu’on parlait de l’Europe ?] "On en parlait, puisqu’on parlait des réseaux ; on en parlait parce que d’une part le gaz de Lacq, cette source d’énergie, n’allait plus suffire, et que nous étions obligés de faire appel à des nations, l’Algérie, le gaz d’URSS et le gaz de la mer du Nord. On voyait déjà la partie internationale, les réseaux, les feeders qui amenaient les postes de détente en direction de la France, de façon à utiliser des gaz qui provenaient de l’étranger... [Le gaz naturel] est arrivé en 1968 et cela a amené une somme de travail plus importante du fait que les réseaux, en ce qui concerne la pression, de 100 millibars passaient en 200 millibars, et là tout était à revoir. Le taux d’humidité étant différent dans les gaz, nous avons eu un apport de fuites important, ce qui nous a occasionné un portefeuille conséquent de travaux de réparation et d’entretien." Ce regain de l’activité d’entretien des conduites s’est fait dans le nouveau site. Henri Cacaux : "De Jean-Jacques Rousseau nous sommes passés à la rue des Chantiers, j’ai terminé ma carrière rue des Chantiers..., là où il y a la CMCAS maintenant. On a été jusqu’à 114 gaziers là, une très grosse exploitation."

7Une ambiance particulière s’est établie dans le nouveau terminal méthanier, achevé en 1965 à l’extrémité de la digue sud du port, après les bacs à pétrole de la CIM (Compagnie industrielle maritime). Jean Parmentier : "Quand on est arrivé en 65, on était approvisionné par le Jules Verne, le bateau. On avait trois réservoirs de capacité de 12.000 mètres cubes de gaz liquide, parce que, nous, on le transformait en gaz. On le mettait sous pression de 70 bars et on l’envoyait sur le réseau de haute pression. Ensuite il y a les postes de détente sur les circuits... J’ai été un des derniers agents à fermer le terminal méthanier en 91. La capacité du terminal était insuffisante, on ne pouvait pas augmenter notre capacité... Fos avait trois réservoirs de 36.000 mètres cubes, ensuite ils en ont construit un de 80.000 mètres cubes. Montoir-de-Bretagne c’est trois réservoirs de 100.000 mètres cubes. Donc on ne pouvait plus exploiter au niveau rentabilité au Havre."

8Gérard Taverne : "En 65, il y a eu l’ouverture d’un terminal méthanier au bout de la CIM [Compagnie industrielle maritime pour le stockage des pétroles]. Donc j’ai postulé comme agent administratif, pour faire la paye, pour faire la facturation, tout ce qui concernait l’administratif. Je suis resté là dix-sept ans, 65 à 82 avec une très faible évolution de carrière mais une qualité de vie merveilleuse. C’est le seul bon souvenir je crois, que je garde de tous mes passages dans la boîte. Là, il n’y avait pratiquement qu’une femme comme secrétaire, tout le restant, c’était des bonshommes qui travaillaient par quart. Un boulot très éprouvant d’ailleurs, les trois huit."

9"J’ai vécu là-bas, je vous dis, de 65 à 82, avec un chef d’unité qui était merveilleux aussi, Jean-Claude Maubras. C’était un patron formidable quoi. La première fois que je suis allé du centre vers le terminal, il est venu me chercher en voiture. Moi je montais à l’arrière de la voiture parce que, avant, quand c’était le patron du centre, on se mettait toujours à l’arrière et puis c’était les grosses huiles qui étaient devant. Donc il a regardé et puis il a dit : ‘Mais qu'est-ce que vous faites là ?’Et il m’a fait asseoir à côté de lui, et nos rapports étaient totalement différents. On passait, si vous voulez, de la partie franchement administrative à une partie technique, où vraiment les gens étaient beaucoup plus abordables, étaient beaucoup plus pragmatiques, presque plus justes. Ce bonhomme là, c’était un mec vraiment droit, et là, pendant dix-sept ans j’ai vécu avec mes collègues,... Les techniques. Ça faisait peut-être quarante-huit ‘techniques’ ; au début on était vingt-cinq à vingt-huit. On n’a pas dépassé cinquante."

10"Puis en 82, le terminal, ben, il en avait plus pour tellement longtemps quoi... Les patrons qui ont succédé à Maubras m’appelaient l’éminence grise du terminal,... et c’est vrai d’ailleurs, je ne m’en cache pas. On a eu une indemnité géographique. J’étais à l’origine du calcul. Pour essayer de contrer ce qu’avait proposé la direction, bon, moi j’avais proposé un contre-calcul qui les a sacrément gênés, et qui nous a fait passer de un franc, je sais pas, pour indemnité journalière [d’éloignement] à l’époque, à seize francs. Donc c’était formidable, mais ils savaient bien que j’étais derrière ça."

De Charles Laffitte à la centrale thermique du port

11Ce que Jean-Jacques Rousseau était pour les gaziers, Charles Laffitte l’était pour les électriciens. L’ancienne usine électrique a survécu plus longtemps que sa sœur gazière. Ses fonctions ont été transférées ailleurs, les unes après les autres. La première à partir a été la production de courant. Serge Delrive est arrivé au Havre en 1967 : "11 restait une centrale thermique à Charles Laffitte, Le Havre A, qu’on était en train de démanteler. La nouvelle centrale du Havre, Le Havre B, était en train de sortir de terre. J’ai fait mai 68 à la nouvelle centrale. J’y suis resté jusqu’à ma sortie, en novembre 93." La distribution et le fameux tableau que Jacques Doublet nous a décrit au chapitre précédent, ainsi que les services d’entretien du réseau, sont restés à Charles Laffitte jusqu’à l'ouverture du nouveau centre Marcel Paul en 1987. L’ancienne usine a alors été détruite par tranches, changeant complètement la physionomie du Quai Colbert. Celui-ci, de ruche charbonnière bourdonnante de l’activité des marins, dockers, cheminots, électriciens et gaziers, au cœur de la ville, est passé à une sorte de friche industrielle, avant d’accueillir, plus récemment des grands hôtels et immeubles de bureau. Avec cette transformation, un lieu de mémoire ouvrière important a été effacé du paysage urbain.

12La nouvelle centrale thermique (Le Havre B) a été localisée sur le quai nord du bassin René-Coty. Par la suite, la Chambre de Commerce s’est demandée pourquoi l’installation n’avait pas été placée plus loin de la ville, dans la zone industrialo-portuaire. "Situé en plein centre du port, un espace précieux car accessible aux plus gros navires et proche des services urbains, est occupé par une banale centrale à charbon. Ceci obligera à construire deux autres ports à conteneurs, derrière l’écluse, puis sur l’estuaire" (Paris-Normandie, CCI du Havre, cité dans Arnaud Le Marchand et al., Le Havre 1900-2000 : un siècle de vie, Fécamp : 2001, p. 146.) L’argument de la Chambre est rétrospectif (il date de la période des conteneurs, c’est-à-dire d’au moins une dizaine d’années après que les plans de la centrale aient été élaborés) et semble fondé sur l’idée que le commerce vaut mieux que l’industrie. Ses auteurs ne paraissent pas préoccupés par les risques éventuels de pollution. Quoiqu’il en soit, il serait intéressant de connaître les raisons de ce choix, résultat de négociations entre les services nationaux d’EDF, le Port autonome du Havre et les autorités publiques.

13La centrale avait initialement été prévue pour fonctionner indifféremment au charbon ou au fioul, mais après la crise pétrolière, le charbon a pris le dessus. Le combustible est livré par la mer par navire charbonnier. Les dockers s’occupent de le décharger des soutes du navire au quai. Là, il est pris en charge par un convoyeur, qui l’élève, le charrie au-dessus de la route, et le déverse dans le parc de la centrale. Il passe alors sous la responsabilité des agents d’EDF qui l’inspectent et le stockent avant de le livrer aux chaudières. Deux cheminées gigantesques, bien connues des Havrais, évacuent la fumée. La centrale a connu plusieurs aménagements, notamment pour réduire les émanations de soufre, au cours de son existence.

14Jacky Olivier résume l’évolution de la centrale sur vingt ans : "Une tranche, c’est une unité de production. Au Havre il y avait quatre tranches de production. La toute première, c’est une tranche de 250 mégawatts (250.000 kilowatts/heure). Après si on passe à la deuxième, c’est une tranche de 600 mégawatts charbon aussi, enfin mixte fioul et charbon. La troisième était au fioul directement, mais ils l’ont supprimée. La dernière née, la tranche 4, est aussi de 600 mégawatts et mixte, fioul/charbon. A chaque période de révision programmée, on arrête une tranche... En 81 ou 82, l’ingénieur a créé un service séparé pour les automatismes. "Jean-Pierre Christophe souligne le gigantisme des bâtiments : "La centrale du Havre, c’est 250 kilomètres de tuyaux, mais c’est un endroit où vous pourriez loger l’Arc de Triomphe."

15Serge Delrive : "On a eu un pic à 560 personnes à la centrale thermique, dans ces eaux là. Mais c’est plus dû à la mise en route de la quatrième tranche... Le choc pétrolier ? C’était une centrale qui était prévue pour tourner fuel/charbon, charbon essentiellement et soutien fuel. La [tranche] 1 au départ n’a jamais démarré au charbon, elle n’a tourné qu’au fuel, je crois bien. On a marché au pétrole et on a transformé les deux premières tranches en tout pétrole. Choc pétrolier : rebelote ! On retransforme encore une fois les deux tranches en uniquement charbon... La 3 n’a tourné à plein pot qu’une ou deux années, celle là... Le Havre a toujours été une centrale prototype, aucune tranche n’est identique au niveau du matériel ou de la technologie... S’il y a eu une bataille syndicale qui a été permanente, c’est d’essayer de faire reconnaître à la direction ces différentes technologies et, je dirais, la qualification du personnel par rapport à ça... Logiquement, au début, c’était de l’amiante, mais dès que les premiers décrets sont sortis, on est passé à un autre système, de calorifugeage, au moins au niveau des turbines."

Vers la centrale nucléaire de Paluel

16A cette époque également, EDF a implanté une nouvelle centrale à Paluel, près de Saint-Valery-en-Caux, dans la circonscription EDF-GDF du Havre. Le choix du nucléaire a été vécu par certains agents comme une décision qui leur a échappé. Les débats ont eu lieu après coup, une fois la centrale installée et la France dépendante de l’électronucléaire. Interrogés à ce sujet, les témoins se réfèrent à l’indépendance énergétique de la France et à la modernité technique, aux débats avec les écologistes, Un peu moins aux problèmes de pollution et de radioactivité.

17Bernard Dartinet : "Vous savez, on ne nous a pas tellement demandé notre avis. Le choix du nucléaire, c’est quand même quelque chose qui remonte à plus vieux que mai 68. Les décisions ont été prises bien avant. On n’avait à l’époque pas beaucoup de données pour se faire une idée. Maintenant avec le recul, il faut quand même se rendre compte que ça a permis de produire le kilowatt/heure à un prix bas, sans polluer l’atmosphère. Je ne parle pas de la pollution nucléaire, puisque ça, les problèmes de traitement des déchets et autres, ce n’est pas bien parti. Je suis comme tout le monde, je lis les journaux, je vois bien que ça pose des problèmes. Mais enfin, il faut quand même reconnaître que ça a permis à la France d’être pratiquement indépendante plus ou moins pour la production électrique."

18Claude Danet, qui était responsable du réseau EDF local de Saint-Valery-en-Caux et donc de l’approvisionnement du chantier en courant : "Le nucléaire, j’ai été pour dès le départ. Je me rappelle quand il y a eu la première centrale (c’était Chinon) avoir eu des débats là-dessus. Toute la CGT était assez pour à l’époque et elle n’a pas changé d’avis. J’ai vécu à Saint-Valery une période où j’ai eu devant chez moi les manifestations, parce que j’étais le seul panneau EDF dans le coin. Il y avait le corbillard, la manifestation des écolos. Enfin, on les regardait par la barrière. [Rires] Mais quand je vois... j’ai vu une batterie d’éoliennes... Quand je sais tout le mal que j’ai eu des fois pour faire planter un poteau et qu’on va foutre des éoliennes. Pour un poteau, il fallait aller demander l’autorisation au bâtiment de François Machin... Et puis, là, ça pousse. Combien qu’ils vont en foutre ? Deux kilomètres de long sur le Larzac. Oui et puis, l’énergie solaire, au Havre, ça a été un truc pilote, des lotissements entiers... Qu’est-ce qu’on a fait ? Eh bien, on a été obligé de remettre [le conventionnel]..." Robert Lhotellier : "Il y avait des divisions. Certains syndicats étaient contre le nucléaire, qu’on appelle les écolos. La CFDT, la CFTC de l’époque, était contre le nucléaire. Nous la CGT, on était pour. Est-ce qu’on est capable d’arrêter aujourd’hui le frigo, le congélateur ? C’est l’avenir, il faut le reconnaître sans être 100 % nucléaire. On a peut-être été un peu fort. J’ai assisté à la Foire électrique à Rouen en 1975. Je me rappelle, le P.D.G., M. Boiteux, qui était un type très intelligent, s’est adressé à nous en disant : ‘Messieurs du Havre, mes interlocuteurs à moi, c’est la CGT car vous avez tout compris, le nucléaire, c’est un besoin pour demain. Les autres n’ont rien compris. Ils veulent tout casser.’ M. Boiteux, c’était pas un couillon, il écrit encore aujourd’hui dans Le Monde et il dit l’utilité du nucléaire. C’est indispensable. Je ne retire pas l’hydraulique, le pétrole, le charbon. Le nucléaire : pas à la russe, mais à la française."

19Serge Delrive : "À l’origine, j’étais contre le nucléaire, je suis surtout contre le tout nucléaire. Maintenant, le nucléaire je l’ai toujours défendu. C’est une production comme une autre et c’est certainement la production la plus propre entre guillemets à l’instant T qui existe... Le problème du nucléaire, c’est le traitement des déchets et puis le stockage des déchets."

20La construction de la centrale a duré plusieurs années et mobilisé du personnel EDF ainsi que des entreprises de bâtiment et travaux publics sous-traitantes qui ont elles-mêmes embauché des travailleurs intérimaires, notamment immigrés. De son poste de chef de district à Saint-Valery, Claude Danet a observé le chantier : "Je suis resté neuf ans et, en plus, je suis arrivé à un moment où c’était les premiers coups de pioche en 73 de la centrale de Paluel. Alors, ça, ça a été un truc, au niveau professionnel, assez exceptionnel parce qu’on a doublé le personnel du district, on a triplé les activités. On ne savait plus trop. Cinq mille ouvriers sur le chantier : fallait alimenter tout ça en électricité, faire les raccordements. Il y avait des lotissements qui se montaient, des entreprises annexes qui se créaient autour. Mais je n’ai pas arrêté mon activité syndicale, ni politique pour autant. Je suis resté membre des organismes statutaires, de la Commission secondaire, du Comité mixte, de la CHSCT (Commission de l’hygiène, de la sécurité et, après 1982, des conditions de travail), membre du bureau du GNC (Groupement national des cadres, CGT), quoique ce poste-là ne soit pas encore cadre à cette époque..."

21"On s’occupait des branchements des chantiers et des entreprises qui venaient travailler, et de l’alimentation de la centrale. Il a fallu construire des lignes. En 73, on a fait un petit branchement pour un radiateur dans une petite cabane en bois pour que le gars qui s’occupait des forages n’ait pas trop froid. C’était en novembre Quand je suis parti, ils commençaient à charger les réacteurs. On leur distribuait 24 mégawatts. Voyez le boulot ! Moi, j’ai eu des relations avec les gars des entreprises au niveau syndical ou politique. Une fois, j’ai été appelé par des Turcs. C’était au moment où il y avait changement de pouvoir en Turquie. On disait : ‘Les émigrés ! Les émigrés !’Moi j’ai vu des trains arriver à la gare de Saint-Valery, pleins ! Ils partaient sur les chantiers et il y avait une communauté turque de réfugiés qui étaient sans papiers pratiquement, qui étaient venus me trouver car ils avaient vu des affiches. La nuit, j’étais allé à leur casemate sur le chantier. On pouvait leur filer des fringues, mais les aider politiquement, on pouvait rien faire. Ils s’étaient faits embarquer là-dedans, ils avaient la trouille, parce que, au niveau politique, ils avaient été chassés par les colonels... [Ils étaient employés] par des entreprises de travaux publics, des boîtes de soudage. Il y avait beaucoup de Turcs... et puis des Portugais, au début. Mais ils ne sont pas restés. Alors, c’était que des caravanes. Chaque ferme avait trois ou quatre caravanes. Ils se logeaient comme ça. Il y en avait qui avaient dix ou vingt caravanes. Sans sanitaires, sans rien... Il y a eu certainement des accidents sur le chantier, ça tournait... Il y a eu sûrement des statistiques de faites."

22Les témoins décrivent aussi la mise en route de la centrale. Il a fallu recruter tout le personnel : une partie venait d’EDF/GDF par mutation, soit du Havre soit du reste de la France, d’autres encore d’industries en crise. Serge Delrive : "S’il y a des Polonais à Paluel, c’est depuis une dizaine d’années, quand les mines du Nord ont fermé et qu’il y a eu un échange de six mille agents vers les centres de distribution ou les centrales." Jean-Pierre Périer est arrivé à Paluel en 1985, en tant qu’assistant chef de bloc : "Le chef de bloc c’est la personne qui conduit la centrale, c’est-à-dire qui est au bloc, ce qu’on appelle un bloc avec tous les boutons, pour faire de la vapeur, faire tourner la turbine, coupler le réacteur au réseau et tout ça. Donc c’est une grande salle de commandes ; et là, il y avait un chef de bloc et un assistant chef de bloc pour s’occuper de tout ça pour la mise en marche de la centrale voilà." Il a tout de suite perçu que l’atmosphère de travail qui avait été instaurée à Paluel était radicalement plus difficile à vivre : "[A la centrale thermique au charbon de Porcheville,] c’était une ambiance familiale, c’était pas une ambiance de dire : ‘Bon, moi je cherche à grimper, je cherche à m’en sortir tout seul’ ; à ne pas tenir compte de son environnement, c’est-à-dire des autres collègues qui sont autour de vous. Si son voisin avait un avancement, on ne lui en voulait pas parce que ça semblait logique. Au jour d’aujourd’hui on ne trouve pas normal que lui, il en ait eu un, et moi j’en ai pas eu. A l’époque ça ne choquait pas, et puis généralement celui qui avait eu un avancement, il essayait d’aider l’autre pour que le coup d’après, il en ait un, et non pas essayer de continuer, lui, à en prendre, à en prendre... J’ai senti la différence quand je suis venu en centrale nucléaire, quand on a travaillé dix ans dans une centrale au charbon comme Porcheville où on a effectivement eu cette ambiance là... Le jour où je suis arrivé à Paluel, la centrale était encore en construction. On sait pertinemment que dans une centrale en construction, les avancements vont aller plus vite, puisqu’il y a la mise en marche. On démarre une centrale, les gens sont investis. Donc l’évolution de carrière va plus vite que dans une centrale qui tourne depuis 20 ou 30 ans. Donc là, l’ambiance, j’ai trouvé qu’elle était plus indivi-dualiste que de groupe.

Changement dans les bureaux, les services, les réseaux

23Le changement n’a pas concerné que les grands sites, mais aussi les bureaux, les relais et les réseaux. Dans le bâtiment des services centraux, au coin de la rue Thiers, de la rue Gustave Flaubert et de l’avenue René-Coty (appelé aussi Centre Coty), au centre ville, le travail des comptables se modernisait. Jean Deschamps : "J’ai toujours vu tout évoluer : la comptabilité, disons manuelle, jusqu’à la comptabilité mécanique... Il y avait la compta ‘fournisseur’, ‘main-d'œuvre’, ‘magasin’... Après est venue la section mécanographie ; elle transcrivait des cartes perforées. Toutes les informations recueillies chez nous étaient envoyées par un terminal au service régional, ou transmises directement sur un service parisien qui faisait la sauce de tout ça, en nous renvoyant toutes les restitutions... Maintenant c’est plus de la mécano, c’est de l’informatique." Gaston Morel : "A Montivilliers, on montait une nouvelle sous-station, avenue Wilson. C’était 30.000/5.000 comme tension. On recevait du 30.000 et on distribuait du 5.000. Mais on avait déjà prévu : on passait des câbles de 20.000 volts. On y est passé en 1968... En 68, je suis revenu au Havre à l’éclairage public... On liquidait à l’époque l’éclairage public pour le passer directement à la ville. C’est le privé qui l'a pris."

Une galerie conduisant l'électricité de l’usine Charles Laffitte vers des relais en ville. Charles Laffitte restait le centre de la distribution même après le transfert de la production thermique à la centrale du port. (Collection CMCAS – DR)

24Les réseaux se transforment aussi. Henri Malandain (embauché en 1966) : "C’était l’époque où EDF faisait une grande publicité pour le compteur bleu, pas par la télévision, mais surtout par le démarchage commercial... C’était le grand boom au moment où je suis arrivé. [Il a fallu modifier tous les compteurs du Havre !] Ils y sont tous passés, les uns après les autres. Tout Le Havre et la campagne. Le centre ville était en souterrain et moi, étant donné que j’étais sur l’aérien, c’était toute la côte, Aplemont, Bléville, puis une bonne partie de la campagne, Gonfreville-l’Orcher... Une journée type des monteurs électriciens : en général, on commençait le matin à 7 h 30. La prise de travail se faisait. On avait un vestiaire dans la cour, rue Charles Laffitte. Il y avait un contremaître et toute l’équipe branchement était mise à Charles Laffitte. Le matin, le contremaître donnait le bon de travail à un responsable de camion, et il lui donnait le travail pour la journée. On était souvent trois sur un véhicule et on partait avec les feuilles pour faire les branchements. On en avait trois ou quatre à faire chez des particuliers dans la journée. Il y avait un responsable qui avait une petite catégorie supplémentaire par rapport à ceux qui étaient en dessous. On partait souvent le matin à 8 h, ou 8 h 30, le temps de charger le matériel en magasin."

Henri Malandain, embauché à EDF comme monteur électricien en 1966. (Collection CMCAS – DR)

25"On arrivait donc chez le premier client. On faisait son branchement et la journée se déroulait ensuite en allant chez les autres. On arrêtait à 11 h 30 ou 12 h. Si ça se passait bien, des fois on avait de l’avance. Si ça ne se passait pas bien, des fois on dépassait parce qu’on ne pouvait pas dire : ‘On va laisser le client’. Il fallait bien continuer jusqu’au bout et c’était comme ça jusqu’au soir. La pause du midi était d’une heure trente. On finissait à 18 h et à cette époque-là, on travaillait le samedi matin..."

26"[Pour monter aux poteaux], il y a plusieurs solutions. C’est soit avec des grimpettes sur les poteaux de bois. C’est des cercles de ferraille avec des piquets aux pieds. On monte avec ça en piquant. On a une ceinture qu’on passe autour du support pour ne pas tomber en arrière. On est équipé de casques et de gants pour arriver sur le courant et ne pas se faire électrocuter. Mais là encore, ça a été fréquent que dans les tempêtes et puis dans les grosses averses, que même avec les gants en caoutchouc, le courant arrive à passer sur l’eau qu’il y a sur les gants. Il suit l’imperméable et ça vient jusqu’à piquer les oreilles. Il m’est arrivé de monter trois fois et de redescendre parce que je n’arrivais pas parce que le courant nous piquait de trop. Sinon, sur les poteaux en béton, c’était l’échelle à coulisse, une échelle en bois qui a deux pans qui coulissent jusqu’à dix ou douze mètres, jusqu’en haut des supports."

27A la campagne aussi, le réseau se développait et devait être entretenu. Michel Cramoisan : "Pour être contremaître dans une exploitation, il faut connaître un réseau. Il faut d’abord apprendre le réseau. Un réseau, c’est cinq cents kilomètres, il faut bien le connaître ; sur soixante-dix communes, si il y a un défaut au départ, où est l’appareil que je dois ouvrir en premier ? C’était à la main qu’il fallait y aller et en bottes dans les champs... avec les vaches ou les bœufs. On peut remplacer un agent d’études, mais un exploitant de Dieppe, il ne peut pas s’en aller à Elbeuf."

Interventions d’urgence, astreinte, accidents

28Tant le réseau du gaz que celui de l’électricité nécessitaient des réparations, parfois urgentes. Jacky Olivier : "Quand je suis rentré en 69, il y avait des réseaux en fonte qui étaient fuyards, qui cassaient. Ils avaient été refaits à la va-vite après-guerre. On faisait ça du matin jusqu’au soir, la nuit. Je rentrais chez moi, il était minuit, une heure du matin... L’accident à Harfleur, c’était en 74... J’y avais travaillé avant que ça explose. Le gaz basse pression avait suivi un branchement d’eau, un tuyau enterré. Dans la cave, il y avait une chaudière fioul. Quand le mélange a été suffisant, ça a pété. Il y a eu huit morts je crois." Pour les agents, les interventions d’urgence signifiaient une disponibilité de tous les instants. Ceux qui avaient des responsabilités étaient "d’astreinte" ; c’est eux qui devaient ensuite mobiliser le personnel d’exé-cution. Michel Cramoisan : "Il y a l’astreinte du week-end : on la prenait le vendredi et on la rendait le lundi matin. C’est celle que j’ai connue sur Dieppe. On avait le téléphone et quand je partais, mon épouse répondait au téléphone.

29Avant, toutes les deux semaines, on était d’astreinte. Puis, ça a bougé, on a dit qu’on n’avait pas de vie de famille ; donc ils ont libéré des gens le week-end et ont mis une troisième personne pour faire du vendredi soir au lundi matin... Comme le contremaître était parti, on s’est retrouvé qu’à deux. Ce n’est pas le chef qui allait prendre l’astreinte ! Donc je me suis retrouvé avec l’exploitation sur le dos. On habitait juste derrière, avec les alarmes en permanence toutes les nuits. C’est très fatiguant. Un poste 90.000 volt, je connaissais le principe... Le gars m’appelait, il me réveillait. Autrement, on avait les alarmes du poste qui arrivaient à la maison, pour le déclenchement. C’est un système de boîtier qui dit qu’il y a alarme au poste, au gaz. Les alarmes étaient dans l’appartement. Le téléphone des réclamations clients était chez le téléphoniste, les alarmes étaient chez nous. Ça, les week-ends, les Noël... mon épouse, elle les a passés au téléphone. "

30"On va vous expliquer. Il y avait une personne qui prenait les appels, mais après c’était la femme de l’agent qui était là pour prendre les réclamations. Elle a vécu ça 18 ans. Son indemnité était très petite, 120 francs par mois. Des mois, on était d’astreinte deux semaines, des mois, ce n’était qu’une semaine... Elle me passait des messages radio pour me prévenir. On avait un boîtier plus une radio. C’était des téléphones qui pouvaient être utilisés comme radio. Elle me disait par exemple qu’une voiture était entrée dans un poteau et qu’une voiture de pompier attendait à tel endroit... Quand les gens rigolent en parlant d’astreinte, je leur dis qu’ils n’ont pas vécu ça, ils ne savent pas ce que c’est. Il n’y a pas eu d’actions syndicales dans ce domaine car ça touchait peu de gens. Comme ça touchait du personnel maîtrise ou cadre, les agents ne se seraient pas mis en grève."

31"A Bolbec, il y avait une équipe travaux, un encadrement dynamique, des agents dynamiques, râleurs mais bosseurs... On faisait souvent des repas. Mais on bossait. Il y a eu des liens incroyables qui se sont créés... J’étais d’astreinte le soir de Noël, un coup dur ! J’ai réquisitionné tout le monde. Il en fallait 28, j’en ai eu 27. Ils étaient habillés. Ils partaient. Les femmes sont parties et les gars sont restés travailler. Chacun avait ses idées religieuses ou politiques mais ils sont restés. En disant ça, je vous dis l’esprit... Les gens se souviennent et disent que de mon temps, on avait la reconnaissance des hommes. C’est eux qui le disent... "

32Henri Malandain nous donne le point de vue des agents mobilisés : "Je n’étais pas d’astreinte, mais ça n’empêchait pas que dans les coups durs, les cas de tempête ou n’importe, dans la nuit on venait nous chercher pour partir dans la nuit. C’est arrivé maintes et maintes fois... Quand on venait nous chercher la nuit, c’était très dur, très pénible. On est quand même dans une région où il fait beau en été, mais quand il tombe de la neige, qu’il tombe des cordes, quand vous êtes en haut des supports, c’est parfois dur à tenir."

33Parfois, des interventions finissaient mal. Henri Malandain : "Tout ce qui est travaux a toujours été dangereux. Il y a eu des morts. Dans toute la France, jusqu’à sept morts par an. J’ai connu des gens qui ont été sérieusement brûlés. J’étais spécialisé dans le câblage de 20.000 volts, sur le réseau souterrain. Là il y a eu un accident qui a été très sérieux. C’est même le président de la CMCAS actuelle. Il a été sérieusement grillé. Il a été transporté par hélicoptère pour l’envoyer à Paris en urgence. C’est presque un miracle de s’en sortir, parce que depuis il y a eu plusieurs morts sur le 20.000 volts. Ça ne pardonne pas."

Nouveau recrutement, évolution des mœurs

34L’augmentation des besoins énergétiques de la région et l’intégration à EDF-GDF des services nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise, exigeaient le recrutement de nouveaux agents. Ceux-ci venaient de milieux assez divers et amenaient avec eux de nouvelles habitudes. C’est peut-être une des causes de l’évolution de la pratique de la boisson à cette époque. Voici trois témoignages sur des milieux différents : respectivement les interventions en district, l’usine à gaz et la centrale thermique. Michel Cramoisan, à propos de Condé-sur-Noireau (Calvados), où les comportements n’étaient sans doute pas si différents bien que le résultat final soit plus marqué qu’en Pays de Caux : "La question de l’alcoolisme, on la rencontre à des degrés différents. Il y a vingt ans, le gars qui buvait, tout le monde rigolait et plus il buvait, plus on rigolait... Si le gars n’avait pas d’accident en rentrant chez lui, c’est qu’il y a un bon dieu pour nous. On a eu des attitudes irresponsables en faisant ça. Il y a des endroits où il n’y avait pas de problèmes, mais à Condé, un tiers des agents étaient alcooliques, si ce n’est la moitié." Henri Cacaux : "Moi je sais que j’ai eu beaucoup de problèmes au départ au Havre en 1966 où j’avais des alcooliques et ça c’était très dur à gérer, du personnel alcoolique... Avant le gazier était reconnu pour un homme qui boit énormément. C’était une époque où l’alcool... les cafés, les bars étaient très fréquentés par les gaziers, d’où parfois quelques petites réunions, j’appelle ça des réunions presque familiales... J’ai fait preuve de beaucoup de compréhension mais j’ai été intransigeant en ce qui concerne l’alcool et que c’était un fléau au niveau des gaziers... J’ai eu l’aide des syndicats dans ce domaine ; on a essayé de faire passer un message... On a eu jusqu’au régime médical, on a réussi à faire pas mal de détection. Je rentre dans un problème peut être un petit peu privé. Ça s’est très bien passé et ces problèmes là ont régressé à un point presque zéro. C’est vrai que maintenant on ne voit plus le gazier sous la même étiquette que nous avons connu en 1948/1949. Il y a eu les départs en retraite qui ont permis de libérer certains problèmes... L’embauche a permis de détecter et de faire un choix sur le personnel... Quand je suis parti, le personnel mangeait un petit sandwich mais il l’accompagnait souvent d’un verre de lait, d’un petit café noir, il n’y avait rien à dire." Serge Delrive : "On faisait Noël, la saint Eloi, c’était la fête traditionnelle. Tout le monde mettait bas les marteaux, la direction elle-même, les ingénieurs, tout le monde. On s’arrêtait et on participait à la fête. C’était bon enfant. C’était la mise en boîte de la hiérarchie plus ou moins, mais c’était accepté... Le problème c’est qu’il y a eu énormément d’abus... C’est l’exagération qui a fait qu’on a perdu quelque chose. "

35Les nouvelles recrues de l’époque, qui ont aidé à faire évoluer les mœurs, racontent leur origine et leurs premiers contacts avec les anciens. André Gobbé : "En 1962, j’avais 18 ans. [Je me suis fait] des copains... En même temps, il y avait aussi, de la part de beaucoup d’agents EDF, à l'égard des gens qui venaient des écoles comme nous, une crainte que ce que l’on avait appris ne les dépasse eux un peu. Donc il y avait cette contradiction à vivre, mais c’était vivable." Claude Bec avait servi dans la marine et travaillé à la Société métallurgique de Normandie, dans le Calvados : "J’ai commencé le changement de tension à EDF, en 1959. C’était EDF qui recrutait, mais nous, on n’était pas EDF. C’était considéré comme des soustraitants... Notre contrat, c’était trois mois. Puis après, c’était un an si on donnait satisfaction... Il a fallu qu’on se batte tous les ans pour être admis au statut... Au Havre, on a voulu nous intégrer dans d’autres services. C’est à ce moment là qu’on s’est battu pour obtenir le travail de toute la région, parce qu’EDF voulait traiter avec des électriciens de chaque commune pour faire le changement de tension." Pedro Zahonéro : "Pour entrer à EDF, il faut être Français. J’ai été pris [en 67] mais comme temporaire. Je ne pouvais avoir droit au statut avant d’être Français. Ça m’a servi car quand j’ai demandé à être naturalisé français, j’ai fait valoir que je travaillais comme temporaire. Il fallait que des notables attestent qu’on était de bonne moralité. J’ai été naturalisé en 1969." Noël Vauchel : "Je suis rentré à EDF-GDF en 1969 comme terrassier parce qu’avant, j’étais marin pêcheur." Jean-Claude Tanguy : "J’avais fait du shipping pendant trois ans à US Lines ; je suis entré à EDF en 69, au magasin au gaz... En 79, j’ai fait du gardiennage pendant vingt ans, responsable des gardiens à l’entrée du site à la centrale EDF. Il y avait le pointage des agents, les appareils à boisson. Avec du recul, je crois que j’aurais été mieux à l’exploitation. Je n’ai pas évolué malheureusement. Ça aurait pu se présenter, mais je n’ai pas non plus trop cherché." Jean-Louis Harel : "Mon grand-père était propriétaire à Pont-l’Evêque et consul belge. Mon père était terre-neuvas."

36Henri Malandain : " J’ai pris des notes. Je peux dire qu’effectivement quand je suis entré à EDF, j’ai eu un salaire de 570 francs par mois, et je venais de quitter une entreprise où je gagnais 750 francs. J’étais prêt à repartir pour une raison assez simple, c’est que les anciens avec qui j’ai été mis me disaient que pour rattraper ce que j’avais, il fallait que j’attende au moins quatre ou cinq ans." Pourtant, Henri Malandain est resté. Voici quelques unes de ses raisons : "Petite anecdote quand même : quand je suis rentré à EDF [en 1966], j’avais 29 ans et déjà 14 ans d’entreprise privée puisque j’avais commencé à 14 ans. Ça a été pour moi la découverte d’une nouvelle entreprise mais aussi c’est la première fois de ma vie que je suis parti en vacances. Je ne suis jamais parti en vacances avant, et c’est un collègue d’EDF qui m’a dit : ‘Il y a des institutions de vacances’. C’est quand même un point important ; pour les enfants, ils s’en rappellent toujours. Dans le statut EDF, ils nous prennent en compte une partie du service militaire. Une entreprise avec statut, c’est une chose que j’ai découverte. Je ne connaissais pas, je ne savais même pas que ça pouvait exister. Quand on est dans le privé, on est un peu dans un autre monde... Quand on découvre le statut, on se demande comment est-ce que ça se fait que le privé ne l’a pas. Le privé devrait s’orienter vers ce système parce que, quand on rentre chez soi le soir, et puis qu’on se dit qu’on est sûr de retravailler le lendemain, quelque part, c’est quand même important, on est beaucoup plus décontracté. C’est une tranquillité d’esprit, c’est une autre façon de voir les choses."

37Henri Malandain : "J’ai pris le syndicat CGT. Je ne peux pas dire que c’était parce mon père y était aussi, mais l’influence du milieu familial y est quand même pour une bonne part. Mon père était lui-même délégué CGT. Pour lui, c’était un des seuls syndicats qui avaient une opposition envers le patron. Ça n’a jamais changé au cours des siècles : le syndicat CGT a toujours été la bête noire de pas mal d’entreprises. Puis j’étais quand même dans un milieu populaire, à Harfleur. On était avec des copains qui étaient des prêtres ouvriers. Le maire actuel d’Harfleur, Gérard Eudes, était un copain de jeunesse qui a été vers le Parti communiste. Un local de jeunes a démarré sur Harfleur avec le prêtre ouvrier Jean-Marie Huret. C’est une partie de la jeunesse qui reste gravée dans les mémoires."

Croissance de la CGT

38Le personnel assez divers des différents établissements et services d’EDF-GDF de la région est fédéré par les syndicats, dont le plus important est, de loin, la CGT. La bonne implantation de ce syndicat et la victoire d’une liste dirigée par René Cance et le Parti communiste aux élections municipales du Havre de 1965 ont certainement joué dans le choix de la Porte Océane pour la tenue du 23e congrès de la Fédération de l’énergie. Michel Lemonnier : "J’étais chargé avec certains de mes camarades de l’organisation du congrès ; alors ça a duré quatre jours dans les grands salons de l’hôtel de ville qui avait été mis par la municipalité à notre disposition... De plus on était responsable de groupe ; personnellement j’avais été choisi pour m’occuper de la Bretagne et des Bretons, car vous savez que Le Havre est renommé, on dit toujours qu’il y a 50.000 Bretons au Havre... Nous avons eu l’honneur d’organiser le 23e congrès national de la Fédération des industries électrique et gazière au Havre. Huit cent personnes sous la présidence de Marcel Paul et de Roger Pauwels, qui avait été à ce23e congrès élu à la place de Marcel Paul, qui s’était retiré et avait été élu président d’honneur..."

39Le syndicat des électriciens et gaziers CGT de la région du Havre était donc suffisamment fort pour accueillir ses camarades du reste du pays. Robert Bellenger, alors secrétaire général adjoint du syndicat du Havre, en explique la structure : "Il y avait un syndicat de centre avec deux organisations internes bien spécifiques : une branche dite syndicat de base ouvriers employés ; une branche cadres et maîtrise, organisée au sein de la Fédération de l'Energie sous le sigle CGT-GNC (Groupement national des cadres) et membre de 1’UGICT (Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens, groupement transversal de la CGT). Ces deux organisations étaient représentées aux congrès de la Fédération de l’Energie. Elles participaient à l’élection de l’organe de direction de celle-ci : Comité fédéral, Bureau national, Secrétariat général. Ces structures étaient communes aux deux organismes locaux."

40"Les deux branches CGT locales représentent le personnel sur un territoire correspondant aux activités du Centre de distribution mixte du Havre, de la centrale thermique et du terminal méthanier. Le syndicat du centre est divisé en plusieurs sections syndicales en nombre correspondant aux SLV (sections locales de vote CAS). Il y a donc sept sections syndicales :

  • les services centraux du Centre : service administratif, service comptable et financier, service commercial, services techniques électricité et gaz, état-major ;
  • subdivision de Fécamp avec le district de Saint-Valery ;
  • subdivision de Bolbec avec les districts de Lillebonne et Yvetot ;
  • l’exploitation électricité Charles Laffitte ;
  • l’exploitation gaz Jean-Jacques Rousseau ;
  • le terminal méthanier (port) qui dépend de la direction du GGN (Groupe gazier de Normandie) ;
  • la centrale thermique du Havre qui dépend du GRPTN (Groupe régional de production thermique Normandie)."

41"Le syndicat de base et le GNC tenaient un congrès local pour le premier, et une assemblée générale pour le second, tous les deux ans. Ils élisaient le bureau syndical et le secrétariat général. Les secrétaires des sections étaient élus au sein de celles-ci au préalable. En 1968, le secrétariat du syndicat de base était composé de Charles Roulin, secrétaire général, et de Jacques Blondel et Robert Bellenger, adjoints."

42Parallèlement au syndicat, les activités sociales se développent. Michel Lemonnier : "En 1965, le Conseil d’administration de la CCAS a décidé de lancer les centres aérés, et Le Havre en était partie prenante. Nous sommes partis, avec mon camarade Robert [Lhotellier], pendant dix jours nous enfermer dans un château de la région parisienne pour apprendre toute la notion de ce qu’était un centre aéré... Le président du Conseil d’administration, M. Delarue, et le conseil unanime des 24 membres avons décidé d’essayer de trouver quelque chose. En septembre-octobre 1965, on lançait notre centre aéré au château des Hellandes... On a été surpris par l’engouement que ça a pris puisqu'on travaillait sur une moyenne de 180 enfants." Ces activités sociales permettaient de fournir des services à un prix plus intéressant et contribuaient au rayonnement du syndicalisme dans le milieu.

43On arrive alors, au milieu des années soixante, à un moment charnière de la vie de l’entreprise. A travers le travail quotidien et les épreuves, la culture de solidarité et de service public s’est diffusée vers les nouveaux agents et les nouveaux sites. Mais les structures de "la maison" et surtout les rapports hiérarchiques en son sein ne s’étaient pas modifiés dans le même sens. Le sentiment de décalage entre les valeurs des agents et le mode de direction d’EDF-GDF, est alors rentré en résonance avec le sentiment d’une grande majorité de la population française que ses valeurs n’étaient plus respectées par un pouvoir sclérosé. La matière combustible s’était accumulée, l’explosion n’attendait plus qu’une étincelle.

II. "Plus tu refuses, plus t’es opposé, plus tu vis" (Marguerite Duras)

44Claude Bec a proposé cette citation pour accompagner le chapitre sur mai 68. Elle souligne une dimension de l’événement que les souvenirs individuels ne rendent pas entièrement, peut-être par pudeur, mais qui se dégage fortement de la somme des témoignages.

45Dans un récent colloque sur l’histoire de l’électricité, l’ancien directeur général d’EDF-GDF, M. Marcel Boiteux, a rappelé qu’officiellement, d’après la CGT, il n’y avait pas eu de grève en mai 1968, mais une occupation des locaux pour les protéger contre le sabotage éventuel. (Voir la discussion du matin au cours de la journée d’étude sur les conflits sociaux dans les industries électriques et gazières, organisée par le Comité d’histoire de la Fondation EDF et le Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université de Paris I, le vendredi 22 novembre 2002). Un ancien dirigeant de la fédération CGT lui a répondu qu’il s’agissait en vérité d’une simple formule utilisée pour assurer le paiement des journées chômées. L’échange illustre bien la difficulté de reconstituer dans le détail les mécanismes de ce tremblement de terre social. La tâche est encore plus ardue au niveau de la micro-histoire locale.

46L’analyse des témoignages recueillis en 2001 et 2002 montre à quel point le discours dominant de l’époque du recueil colore les souvenirs. Notre questionnaire, d’ailleurs semi directif, n’introduit la question des conflits sociaux qu’après une longue conversation sur la carrière des témoins. Néanmoins, quand les mots "mai 68" sont prononcés par l'intervieweur, le témoin n'évoque généralement pas sa propre expérience. Il ne se considère pas de prime abord comme un acteur de mai 68. Il pense plutôt à la médiatisation de l’événement parisien à l’époque et au cours des trente-quatre années qui ont suivi, notamment par les images de la télévision.

47Seuls quelques agents qui étaient de jeunes militants à l'époque donnent une réponse immédiatement positive sans se référer aux étudiants. Parmi eux Henri Malandain qui se décrit lui-même comme un ouvrier, un manuel, mais jeune et de tradition cégétiste : "Mai 68, ça a été pour moi la plus grande grève que j’ai pu connaître... De vivre une grève, c’est la seule que j’aie vécue d’aussi importante et fatalement ça laisse de bons souvenirs. Quand on essaye de se bagarrer pour des injustices, si on arrive à des résultats, ça laisse de bons souvenirs."

48Mais la majorité des interviewés n'aborde le conflit de mai 68 à EDF-GDF qu'après des préliminaires assez négatifs sur le mouvement étudiant et l'héritage de laxisme qu'il aurait laissé, reprenant le discours sécuritaire dominant des élections présidentielles de 2002. Quelques-uns enveloppent leur appréciation de la grève ouvrière dans le même rejet, tout en précisant que c'est après 68 que les salaires et les conditions de travail se sont nettement améliorés. Ainsi Claude Hébert, qui s'était déclaré pour le syndicat FO au cours des années 50 et avait environ 37 ans en 1968, affirme de manière un peu contradictoire : "L’industrie française, pour s’en remettre, il lui a fallu cinq ou six ans, à l’aise, si ce n’est pas dix... M. Cohn-Bendit, je ne le porte pas dans mon cœur... C’est un flibustier... Les syndicats ont pris le train en marche parce que débordés par les étudiants qui étaient manipulés par Cohn-Bendit et puis deux autres ; ils n’ont pas su canaliser le mouvement... [Mais ils] ont bien fait de démarrer les longues grèves. Je dis qu’au fond ça n’a pas été un mal parce que ça a peut-être évité une révolution."

49Contrairement à ce témoin, la réponse la plus répandue affirme l’autonomie de la grève ouvrière, présentée comme positive, par rapport au mouvement étudiant sur lequel les appréciations varient. A une extrémité de l’éventail, on trouve Claude Flandre, Havrais d'origine et dirigeant de la Fédération de l'Energie, qui sépare radicalement les deux mouvements : "En réalité, la prise de conscience datait de 63, c'est-à-dire après la réquisition des mineurs... Il y avait donc un mécontentement larvé mais extrêmement profond et les étudiants avaient leurs raisons, et les travailleurs avaient leurs raisons qui étaient loin d’être les mêmes. Alors il y en a qui ont fait un amalgame : ‘Les étudiants, c’est eux qui ont remonté les bretelles aux ouvriers, etc.’ Enfin dans mon opinion à moi, je sais que c’est faux. Les travailleurs, ils n’ont pas besoin des étudiants. Ils sont assez grands garçons pour diriger leurs affaires et gérer leur grève, si grève il y a."

50Cependant, la référence aux étudiants apparaît rarement dans des termes aussi marqués par un esprit de concurrence que ceux de Claude Flandre. Les réponses les plus fréquentes ressemblent plutôt à celles-ci. Bernard Rault : "Je crois qu’en définitive, le mouvement de 68, n’est pas l’émanation uniquement du monde du travail. Il y a eu juste avant les révoltes des étudiants qui ont été la préparation. Ils ont permis aux salariés de comprendre que trop, c’est trop. Je pense que ce n’est pas les salariés les premiers, c’est le mouvement étudiant. Je n’ai pas de souvenance de mouvement étudiant au Havre, mais on avait quand même l’information nationale." A l’inverse, André Gobbé répond à la surévaluation de la contestation universitaire : "On a tendance à faire croire que 68 est issu essentiellement du mouvement étudiant. C’est vrai, les étudiants ont joué un rôle non négligeable mais à mon avis, ce serait édulcorer la vérité que de ne pas restituer ce contexte de lutte [ouvrière] qui était déjà existant." Enfin, Pedro Zahonéro pointe l’importance des différences entre les générations : "Il y a eu des périodes de tension avec les anciens, surtout en 68 où je m’y suis heurté de plein fouet... Moi, sortant de l’école depuis peu, j’étais favorable aux étudiants et je me suis heurté de front aux vieux qui voyaient les images qui passaient à la télévision, c’est-à-dire des voitures cassées, des feux, des pavés arrachés. [Pour les plus âgés], c’était des voyous, des salopards, fallait les enfermer. Alors qu’eux criaient : ‘Travailleurs avec nous !’... J’ai pris parti pour les étudiants et je me souviens que j’ai failli prendre [un coup] par un contremaître qui était là..."

51Etant donné cette surdétermination des souvenirs locaux par l'événement national et le mouvement étudiant, il faut creuser pour arriver aux souvenirs de ce que les témoins ont vu et fait eux-mêmes dans la région du Havre. Il faut évoquer des noms de personnes et de lieux à résonance locale. On peut alors reconstituer l’enchaînement des événements, l’ambiance et les expériences vécues qui ont le plus marqué les participants.

L'idée du passage à l’occupation des locaux

52Les souvenirs des témoins restent assez flous sur le jour du démarrage de la grève de "mai 68" (sauf celui de Michel Lemonnier, voir ci-dessous). Tous cependant attribuent au syndicat CGT la décision sur le moment et la forme des actions entreprises à EDF-GDF au Havre. Un front uni de tous les syndicats a appelé à participer à la grève générale nationale de protestation contre la répression des étudiants par la police prévue pour le lundi 13 mai 1968. Cette grève, préparée le samedi 11 et le dimanche 12, a été bien suivie à EDF-GDF au Havre. Ce qui s’est passé localement entre le mardi 14 mai et le samedi 18 mai est moins clair. On sait que dans d’autres branches d’activité et d’autres régions de France, les salariés de certains établissements ont organisé des assemblées générales qui ont parfois décidé de prolonger la grève du 13 mai, avec occupation des locaux. La démarche a commencé à faire tâche d’huile, plaçant les directions syndicales, et surtout la CGT, devant le choix de prendre la tête du mouvement ou d’attendre qu’il se déclare avec éclat sans en avoir donné le signal. Dans le centre du Havre, il semble que les agents aient repris le travail mais qu’ils aient été à l’écoute de la situation. Plusieurs témoignages nous apprennent que le dimanche 19 mai, une kermesse (à l’occasion de la fête des Mères nous dit Claude Danet) avait été organisée par la CMCAS du Havre, alors dirigée par Marcel Delarue, au centre aéré du château d’Angerville-l’Orcher. De nombreux militants syndicaux s’y trouvaient lorsqu’un mot d’ordre d’occupation des locaux est arrivé de Rouen.

53Michel Lemonnier raconte : "Nous, nous sommes entrés dans le mouvement exactement le dimanche 19 mai... Le fameux dimanche, j’ai accompagné une équipe à Rouen, j’ai fait quarante ans de basket et vingt-cinq au GASEG (Groupement Athlétique et Sportif de l’Electricité et du Gaz) en tant que secrétaire général)... [On a mangé] à Rouen à la cantine. Rentrent des délégués syndicaux de Rouen. On les connaissait. Ils nous disent, à M. Garot, président de la CCAS, et moi-même : ‘On ne peut pas joindre Le Havre, on voudrait joindre Le Havre parce que nous, on va occuper les centrales de la région rouennaise.’ On leur dit : ‘Mais les gars, ils sont au château des Hellandes... Je vais leur faire part du message ; si vous ne pouvez pas les avoir, au moins ils sauront à quoi s’en tenir.’ C’est comme ça que l’histoire a pris forme. Les copains de Rouen sont partis sur la centrale... les centrales de la région rouennaise étaient bloquées, elles, dès le dimanche soir."

54"Au château des Hellandes j’ai été voir les copains qui avaient réussi à capter un coup de fil très rapide de Rouen et donc je leur ai expliqué... Les copains qui étaient là-bas ont fait une réunion sur place et nous ont dit : ‘Pas de problème : demain matin rendez-vous à cinq heures du matin aux bureaux du centre avenue René Coty et on bloque toutes les portes.’ Les gars de la centrale électrique rue Charles-Laffitte allaient bloquer toutes les portes, et les gars du gaz, rue Jean-Jacques Rousseau, [pareil], de manière à ce que personne ne puisse rentrer, parce que le personnel n’était pas au courant. Il serait arrivé à 7 h 45 pour travailler comme tout le monde. Donc on a pris la décision d’un commun accord qu’on bloquait tout et voilà comment ça s’est déclenché sur le Havre... C’était pas un coup de force, c’était partout, dans toute la France. Comme ça, on a fait une réunion. Il n’y avait qu’une personne qui avait le droit de rentrer, c’était le chef de centre (ou son adjoint : même avant, ils se répartissaient la tâche). Le chef de centre, de lui-même, a dit : ‘Je reste là.’ Et il a même amené son lit, couché dans son bureau. Quand ce n’était pas lui, c’était le sous-chef de centre mais nous on gardait les locaux 24 h sur 24."

55D’autres témoins se rappellent de la journée du 13 mai comme point de départ du mouvement, sans que cela contredise le récit de Michel Lemonnier. Ainsi Jacqueline Gobbé : "Je me souviens que ça a démarré par la grève des étudiants avant nous. Je me rappelle aussi que ça a commencé à EDF-GDF le 13 mai, parce que le 13 mai c’est ce jour-là que le général de Gaulle est venu nous dire qu’il nous avait compris, et à l’époque il y avait dans la cour des gens qui venaient d’EGA (Electricté et Gaz d’Algérie) qui avaient travaillé en Algérie, et on en avait fait la remarque justement." Bernard Rault : "On savait que ça allait se mettre en route, ça a été un peu une surprise sur la rapidité. Il y a eu un moment, ‘Paf !’et le jour où on l’a appris, c’était un dimanche, on avait la kermesse du centre aéré du château d’Angerville-l’Orcher. Les copains du syndicat sont venus nous prévenir. Il y avait Robert Bellenger ; il nous dit : ‘Demain matin, à 6 heures’. Et puis, tac, on a tout fermé." Claude Danet : "C’était un lundi. Parce que le dimanche, c’était la fête des Mères à la CMCAS." Bernard Dartinet : "Il faut dire ce qui était : au début ça a commencé par une petite grève, et puis d’autres se sont enclenchées dessus, ça s’est mis à bourgeonner. En fin de compte, toutes les entreprises peu à peu se sont mises en grève. A EDF ça a démarré par une grève toute simple pour des augmentations de salaire, très certainement, parce que ce n’est pas d’hier quand même." Pour Robert Bellenger, la participation a été immédiate. Lui-même n’était pas présent à la fête du centre aéré le dimanche. Charles Roulin, secrétaire général du syndicat avait, en sa qualité de responsable, appelé par téléphone les délégués de tous les sites à tenir une assemblée du personnel sur les lieux de prise du travail. Il voulait apprécier le climat général et le sentiment des agents face aux événements. C’est donc bien de la structure syndicale CGT qu’est venue la proposition concrète d’occupation le 20 mai, même si cela s’est fait dans le contexte d’un mouvement national, de l’aspiration manifeste de la base à participer à ce mouvement, et avec l’accord assez rapidement acquis de la CFDT puis des autres syndicats.

La nature du mécontentement

56Quelles étaient les raisons qui ont poussé les salariés à l’action ? Presque tous les témoins associent des revendications particulières à l’entreprise, l’affirmation de la solidarité et une volonté de contestation plus générale, mais dans des proportions différentes variables selon les étapes du mouvement. A la question "quelle était à son avis la revendication principale ?" Robert Bellenger répond sans hésitation : "Les salaires et la réévaluation des fonctions. A EDF/GDF, nous venions de franchir une importante étape de modernisation. Des techniques de pointe dans l’exploitation et la conduite des réseaux se développent. Notamment, les travaux sous tension électrique et l’informatique dans la gestion comptable des deux établissements."

57"A EDF-GDF, le niveau hiérarchique des salaires est défini par un catalogue des fonctions. Lequel n’a pas été mis à jour depuis de très nombreuses années. C’était des points très forts de mobilisation des agents. Et d’ajouter, la permanence de tentatives de privatisation de travaux relevant du personnel statutaire crée un mécontentement quasi unanime."

58"Mai 68 intervenait en période de fortes turbulences internes. Disons que mai 68 fut un détonateur qui amplifia un mécontentement latent."

59"La direction générale, après négociation avec toutes les fédérations syndicales représentatives du personnel, venait de proposer 0,9 % d’augmentation du salaire de base au grand mécontentement général. S’il est vraisemblable que le déroulement du mouvement étudiant ait pu avoir une influence auprès des jeunes agents, il est certain que la grève à EDF-GDF n’aurait jamais atteint une telle unanimité sans le climat qui y régnait, pour les raisons qui viennent d’être évoquées."

60"Depuis 1946, l’histoire sociale d’EDF-GDF s’inscrit avec le mot solidarité. L’ambiance de mai 68 fut exceptionnelle à cet égard : des barbecues étaient animés par nos amis ‘pieds-noirs’, la pétanque et les cartes étaient présentes partout, le temps était splendide."

61"Contrairement aux affirmations parfois entendues depuis, il ne régnait pas un esprit révolutionnaire dans le mauvais sens du terme. Il est ‘interdit d’interdire’ était un slogan qui ne dépassait pas la frontière d’un milieu parisien restreint très turbulent.

62André Gobbé : "Il faut bien se rappeler qu’avant le mois de mai 68, il y avait déjà eu de nombreuses actions de salariés. Il y avait déjà un contexte prérévolutionnaire si vous voulez... dans le milieu interprofessionnel... En mai 68, les choses se sont précipitées... A EDF, on avait pris un retard salarial assez conséquent et les conditions de travail se dégradaient." Claude Flandre : "[Les occupations d’usine, c’était à la demande des syndicats, de la direction du parti ?] Je ne peux pas dire qu’elle l’a conseillé. Si ça s’est fait, c’est que les gars le ressentaient comme une nécessité, un besoin, comme en 36, parce que les gens pensaient qu’on allait vers un nouveau 36, un nouveau front populaire. Mais Mitterrand s’est arrangé pour casser ça..." Bernard Dartinet : "Ça s’est passé pour moi comme pour beaucoup de gens. En fin de compte ça a démarré suite à un mécontentement général dû aux salaires parce qu’on avait des salaires de crève-la-faim." Robert Bellenger : "En ce qui concerne la centrale thermique, un conflit était latent avec l’attribution de logements meublés (aux jeunes agents nommés aux postes de "rondier"), qui étaient pour le moins très "rustiques" tant leur équipement était des plus réduits, voir très "limite" dans l’indispensable courant. Au-delà des revendications de portée générale, déjà évoquées, le personnel des sites de production d’électricité est fortement motivé, au plan national, pour réduire les contraintes familiales liées à l’organisation du travail en service continu (3 x 8 heures). La création d’une cinquième équipe de roulement est fortement réclamée pour humaniser ces conditions de travail.

63Une intervention syndicale CGT près du directeur de la Production à Paris (M. Villemain, je crois) conduisit M. Poitevin, chef du GRPTN (Groupe régional de production thermique Normandie) et M. Lahousse, (sauf erreur) chef de la centrale du Havre, à solutionner la première exigence (la deuxième le fut beaucoup plus tard)."

64Serge Delrive, militant CFDT : "[Comment expliquez-vous que la proposition de grève ait été bien suivie ?] C’est tout le climat de l'époque. Si ça a bien marché aussi, comme je vous l’ai dit tout à l’heure, c’est que c’était aussi le climat dans les autres entreprises. (Il n’y avait que quelques entreprises qui n’étaient pas grévistes, notamment une entreprise de chaudronnerie qui travaillait pour la centrale du Havre.) C’est venu d’une façon spontanée à la suite des événements. Tout le monde avait conscience de faire quelque chose. On n’a pas eu à pousser les gens pour se décider à faire le piquet de grève. C’était l’unanimité immédiate, je dirais. [A quoi réagissaient-ils ?] Je pense à un ras-le-bol peut-être, un ras-le-bol dû aux phénomènes de l’époque. Si mes souvenirs sont bons, il y avait quand même des problèmes de salaire. Il faudrait revoir mai 68. Ce qui a enflammé ? J’ai plus à dire sur les conséquences de mai 68 que sur l’époque même. 68, j’avoue franchement que je resterai toujours étonné du pourquoi les ouvriers ont suivi les étudiants, ce sera toujours une question. Pourquoi 68 qui démarre plus par une révolte, une réaction estudiantine ? J’ai toujours eu du mal à faire le lien entre ce phénomène là et la mise en route du mouvement de grève au niveau des entreprises."

65Jacqueline Gobbé : "[Comment avez-vous vécu les événements de mai 68 ?] Assez bien parce que j’ai vu sur les affiches qu’on réclamait 40 heures. A l’époque, je commençais à 7 h et demie le matin, on devait finir à midi. On reprenait à 1 h et demie, et on finissait à 6 h et demie. Ce qui était le plus lourd, c’était de finir à 6 heures et demie le soir. C’était l’horreur parce qu’à l’époque, on n’avait pas le temps d’aller faire les courses, tout était fermé. Il n’y avait pas les supermarchés comme maintenant qui ferment à 22 heures. Quand je suis rentrée, on ne travaillait déjà plus le samedi matin. Il n’y avait que le service commercial avenue René-Coty où les gens pouvaient aller pour des renseignements ou payer des factures. On s’est dit : ‘Après tout, si on finit plus tôt, il y aura plus de monde embauché.’"

66Henri Malandain : "On en parlait partout dans la presse, dans les radios, la grève qui avait démarré. On savait qu’on allait suivre. Ce n’était pas une surprise. Surtout à Charles Laffitte ! Il faut quand même le reconnaître, c’était le fer de lance CGT sur Le Havre ; s’il y avait un noyau dur, c’était Charles Laffitte ; et le gaz aussi qui était rue Jean-Jacques Rousseau à l’époque. [Pourquoi est-ce que vous parlez de fer de lance ?] Parce que dans la vie, mais sans critiquer rien, c’est toujours les gens qui étaient en bleu de travail et non les cols blancs qui démarraient en premier. C’était toujours le milieu ouvrier proprement dit qui démarrait le premier, ceux qui travaillent le plus dur en fait."

La ratification de la grève avec occupation

67Les militants CGT d’EDF-GDF avaient donc décidé de proposer la grève à des assemblées du personnel le matin du lundi 20 mai. Ils jouissaient alors d’une telle autorité auprès de la majorité des agents que l’issue était presque automatique. Cela est si vrai que certains témoins télescopent la décision de la CGT et son acceptation par l’ensemble des salariés dans leur souvenir. Néanmoins le moment de la ratification par le collectif de travail, même s’il a été bref et sans véritable opposition, était incontournable, et il apparaît bien dans plusieurs récits de la journée. Dans tous les sites, le soutien est massif et immédiat, mais il doit s’affirmer visiblement car une petite minorité laisse percer quelques hésitations, voire une opposition plus nette. Voici quelques souvenirs sur Charles Laffitte. Jacqueline Gobbé : "Ça ne s’est pas fait tout seul à l’exploitation ; il y avait quelques personnes qui n’étaient pas très d’accord pour partir en grève, mais très peu. Je me rappelle le chef de service qui était soi-disant très dur, M. Sarrazin, était même descendu dans la cour pour calmer deux ou trois excités en leur disant : ‘Réfléchissez, c’est national. Tout le monde y va. Calmez-vous !’Mais ça s’est relativement bien passé." André Gobbé : "Je me rappelle d’un cadre qui voulait absolument rentrer dans l’enceinte pour exercer son métier ; il n’était pas en grève. Finalement, il était entouré par un tel contexte d’expression, de discussion, que finalement il est parti. Il est revenu le lendemain avec (dans sa famille, il devait y avoir un fermier, je ne sais pas) tout un panier d’œufs en déclarant qu’il était en grève aussi. J’avais trouvé ça assez cocasse. Ça fait qu’avec lui, on a mangé la grande omelette de la solidarité. Ça m’avait fait rigoler, c’était sympathique"

68A l’usine à gaz. Bernard Dartinet : "C’est parti à peu près en même temps [que les étudiants], quant à dire qu’on a pris la suite, non. On avait déjà des relations assez fortes, vous savez. Le fait de travailler toujours ensemble crée des relations." Pour le centre René Coty, où se concentraient les bureaux et la direction, nous avons deux témoignages. Bernard Rault : "A René Coty, quand on est arrivé, il y avait quand même deux syndicats qui n’étaient pas dans le coup, FO et l’UNCM (qu’on appelle maintenant la CGC). Ces deux syndicats-là voulaient à tout prix rentrer dans la boîte. On les a empêchés. On a tout bouclé. Devant le mouvement qui a pris l’ampleur que vous savez (68 ça a été quelque chose de grand, d’énorme), aussitôt les autres ont suivi le mouvement." Robert Bellenger s’attache aux prises de position des structures : "L’adhésion à la grève fut unanimement engagée le jour même, notamment au siège Coty où trois cent cinquante agents participèrent à cette assemblée. Une réunion intersyndicale CGT-CFDT-FO-UNCM se déroula le matin avec J. Maurin et M. Molton, de la CFDT, L. Brulin de FO, et, je crois, Marie de l’UNCM (CGC), dont quelques adhérents s’abstinrent de participer au mouvement. La grande majorité des cadres y participèrent ou affichèrent une neutralité très bienveillante. Michel Garnier, cadre GNC, eut une influence très importante auprès des cadres qui pouvaient craindre de subir des conséquences sur leur déroulement de carrière. Il faut préciser que l’autoritarisme de la hiérarchie à leur égard était ‘très pesant’."

69Un problème particulier se posait à la nouvelle centrale thermique, la présence de travailleurs non EDF-GDF. Serge Delrive : "[Il y avait] deux militants CFDT plus un militant de la CGT en la personne de M. Sarragoza fils, le plus vieux des fils Sarragoza. Nous avons été obligés tous les trois d’aller faire la tournée des entreprises extérieures pour leur dire gentiment de quitter les lieux, et je me souviens de la difficulté que nous avions puisqu’ils étaient majoritaires sur le site : il y avait mille cinq cents personnes d’entreprises extérieures, et nous, nous étions cent soixante-cinq pleupleus. Et on leur disait : ‘Vous, sortez de la centrale !’La centrale était encore en construction en 68. Il a été heureux qu’une des entreprises majoritaires pour la construction, tout ce qui tourne autour de la construction de la chaudière, c’était Stains et Roubaix, et tous ses représentants étaient tout à fait d’accord avec nous. Sinon, on se voyait mal dire à l’ensemble des entreprises : ‘Ecoutez, les agents d’EDF sont en grève, le personnel a voté le piquet de grève et on vous prie de sortir’. On a été soutenu par Stains et Roubaix qui a fait le piquet de grève aussi. Cette décision là s’est passée à la nouvelle centrale. Les réunions avaient lieu dans le hall des vestiaires."

70A Fécamp, Gérard Leprévots : "Le premier événement, ça a été la fermeture de la porte d’accès... J’ai réellement pris connaissance de ça quand on a mis les chaînes, quand on a chaîné la grille. La décision a dû se prendre collectivement au sein du groupe. On va fermer la porte, on va se barricader... On rejoignait ce qu’on pouvait voir à la télé sur Paris ou autre, parce qu’on y est venu plus tard, nous à EDF. Ça s’est déclenché réellement vers le 13, et nous on y est allé vers le 20, 19, 20... Il y avait des votes, oui, régulièrement." Michel Cramoisan : "A Fécamp, tout le monde était en grève sauf peut-être certains chefs. Même les bureaux d’étude, les dessinateurs. Les gens étaient en grève, il y a eu des manifs." A Bolbec, Henri Coquelet : "[C’était occupé ?] Oui, la nuit aussi, oui, oui. Y avait toujours quelqu’un. Chacun notre tour. Y avait que FO et la CFDT qui faisaient pas ça. Mais la CGT, on a toujours tenu la boîte." A Montivilliers, Claude Hébert : "Je l’ai vécu dans le district de Montivilliers, parce que moi, je veux bien faire grève, mais je ne veux pas me déplacer tous les jours au Havre, parce que les syndicats voulaient que nous soyons dans les locaux. Je ne vais pas venir faire le pitre au 75 rue René-Coty. Je suis resté à Montivilliers tranquillement, puis j’ai attendu que ça se passe, puis ça s’est passé, on a repris le travail. Il y avait le chef de district, l’adjoint du chef de district, deux ou trois gars du district, nous étions cinq ou six."

71Quelques agents ont vécu l’action à distance de par les fonctions qu’ils exerçaient. Ainsi Claude Bec qui travaillait à l’extérieur, au changement de tension : "Je suis arrivé en 1964, mais s’implanter au Havre, se faire connaître et reconnaître, ça a été long, syndicalement surtout. En 68, je suis allé au travail comme tous les jours, et puis là, tout était fermé. A Charles Laffitte, l’entrée était fermée... Du fait qu’au changement de tension on était pris un peu à part de tout le monde, je n’avais pas tellement d’activité syndicale. Comme j’habitais en banlieue, à Caucriauville, il arrive un moment où on ne peut plus se déplacer... Alors j’allais voir ce qui se passait." Le bureau de Micheline Canis était fermé : "[Mai 68], j’ai apprécié. J’étais au courant de tout. Ma fille vivait toujours avec moi et elle était à la fac de Rouen... Tout était fermé, il n’y avait plus d’essence."

Occupations, manifestations

72Après le 20 mai, les électriciens et les gaziers de la région du Havre s’intégraient à une action qui les dépassait largement. L’extension de la grève à toutes les activités et à tout le pays, combinée aux occupations d’usine et aux manifestations quasi quotidiennes ouvrait des perspectives de changement social rapide. Aller vers une remise en cause du pouvoir gaulliste supposait une convergence des différents secteurs en lutte : usines occupées, manifestations, agriculteurs, paysans, groupements de quartier ou de petites villes. Mais cette voie comportait le risque de susciter une réaction forte du gouvernement avant que le mouvement ne soit prêt à y résister. La voie alternative consistait à canaliser le mouvement vers des revendications corporatives, en évitant ou en isolant tout incident qui pouvait être considéré par le gouvernement comme une provocation. Mais ce repli corporatiste ne risquait-il pas de couper les travailleurs grévistes des autres secteurs en lutte et des aspirations portées plus nettement par ces derniers, au risque d’une coupure profonde, et donc d’un affaiblissement du mouvement populaire ?

73Claude Flandre explique ce dilemme : "Au départ du mouvement, il y a eu une très grande interrogation à savoir, est-ce que le gouvernement va tomber ou pas, est-ce que l’on pousse les choses un peu plus loin ou est-ce qu’on se limite seulement aux strictes revendications ?... J’étais un peu dans le flou. Moi ce qui m’a éclairé, c’est la démarche de Mitterrand à Charléty. Là j’ai dit : ‘C’est bon, ce truc là, c’est voué à l’échec.’ Parce que beaucoup de camarades pensaient qu’on était installé dans une grève insurrectionnelle. [Vous le pensiez vous-même ?] Je l’ai pensé au début oui."

74Certains témoignages ont tendance à gommer cette ambiguïté du mouvement et insistent sur son aspect strictement corporatif. Mais l’engagement dans les manifestations au centre ville, la participation à des décisions de gestion de la vie quotidienne de la localité, l’organisation de l’occupation des lieux de travail, la transformation des personnalités apparaissent dans d’autres récits et confirment cette tendance latente à une contestation plus globale. Une des questions posées a été la façon dont l’occupation a été organisée ; le choix de défendre les usines comme des forteresses menacées par la provocation a parfois entraîné l’ennui. Voyons ce que nous disent les témoins.

75Bernard Dartinet au gaz : "Cette grève s’est mise à amplifier, et on a fini par rester dans la cour de l’usine à organiser des piquets de grève qui restaient vingt-quatre heures sur vingt-quatre rue Jean-Jacques-Rousseau. On se relayait pour qu’il y ait toujours du monde. On couchait même sur place. On amenait les sacs de couchage et pendant quinze jours, trois semaines, on se relayait pour qu’il y ait toujours du monde dans la cour de l’usine. Personne ne travaillait d’ailleurs... Le gaz n’était pas coupé. On ne peut pas couper le gaz. On ne travaillait pas ; on assurait la sécurité des fuites, et c’est tout. Il n’y avait plus de relevage des compteurs... Le fait de travailler toujours ensemble crée des relations. Mais c’est vrai que de se retrouver comme ça nuit et jour, enfin, par roulement. On n’était pas vingt-quatre heures sur vingt-quatre à l’usine. Certains y restaient plus que d’autres... Tout le monde était en accord en fin de compte ; je n’ai pas vu en tout cas de gens des syndicats qui disaient ‘non, on n’y était pas’, tout le monde y était... [La grève était revotée tous les jours ?] Oh non, on ne votait pas. On était là et puis il n’était pas question que l’on bouge tant qu’il ne s’était rien passé. Il y avait des discussions certainement au niveau syndical, à Paris, avec les directions." Henri Cacaux : "[Les journées se passaient comment ?] Elles se passaient au bureau, avec l’attente des problèmes d’urgence, les fuites, le téléphone. [Tu retrouvais des gens, à Charles Laffitte pour discuter de la situation ?] Laffitte à été bien occupé mais nous, nous étions surtout à Jean Jacques Rousseau... Les mouvements étaient coordonnés entre l’électricité et le gaz, mais c’était assez distinct, sauf pour les manifestations où nous étions réunis."

76A Charles Laffitte. Jacqueline Gobbé : "A l’époque les femmes n’occupaient pas. On y allait le matin, on restait la journée mais le soir, on ne restait pas. [Parce que vous ne vouliez pas ou parce qu’on vous chassait ?] Non, ils avaient installé des lits dans les ateliers, des duvets et il ne restait que les garçons, que les hommes. A l’époque, étant donné qu’à Charles Laffitte on n’était pas beaucoup [de femmes], je crois qu’on a été seulement deux à venir, au début on venait régulièrement et après, on est venu moins souvent... J’habitais Caucriauville et je rentrais à la maison. Mon mari restait sur place, nous n’avions qu’une seule voiture, je revenais le lendemain. Des fois, il fallait qu’il revienne pour se changer... Par contre, toutes les manifestations qu’il a pu y avoir, on les a faites. [Mais vous participiez au vote de reconduction de grève ?] Tout à fait, quand on arrivait le matin, un peu comme on a fait au mois de décembre 1995... [De quoi parlait-on pendant la grève ?] Surtout de ce qu’on pouvait obtenir, ce qu’on allait faire, mais pas politique. D’ailleurs à l’époque, mon mari n’était pas politisé plus que ça non plus. Il était syndiqué, mais il n’avait pas encore de responsabilité. Il a commencé à avoir des responsabilités syndicales en 1969. [Et les femmes n’avaient pas particulièrement pour rôle de ramener à manger pour la journée aux hommes ?] Non. Dans le film on voit qu’ils ont fait plusieurs trucs : les traditionnelles brochettes merguez, la paëlla. Mais c’était les hommes sur place qui s’en occupaient."

77André Gobbé : "La grève s’est engagée comme une grève presque normale, puis les choses n’avançant pas, les résultats n’étant pas là, il y a eu reconduction, reconduction, puis, à un moment donné, il y a eu grève illimitée. Donc là, on est rentré dans une phase que je ne connaissais pas... C’est-à-dire que tout était bloqué en France. Tout le monde le savait à EDF ; on distribuait un minimum de courant et de gaz et on vivait dans l’entreprise. Moi je me souviens avoir couché dans la subdivision où je travaillais. A partir de là, il se crée un climat entre nous, une solidarité. Le problème financier s’est très vite posé pour les familles, ce n’était pas que la lutte, c’était aussi faire face à tous les problèmes consécutifs, à une absence de revenus. Socialement c’était aussi dur à vivre Il s’est développé dans ces réunions un vent de démocratie. Je ne dis pas que ce n’était pas démocratique avant. Mais là, les gens ne venaient plus écouter un responsable syndical. Les gens venaient apporter leurs suggestions, leurs opinions sur les choses, contester des fois ce qui était dit. Il y avait vraiment un échange, un magma de discussions qui était très productif au niveau des résultats, au niveau de l’expression des gens. D’ailleurs ça s’est ressenti après 68. Après 68, les gens avaient une facilité d’expression qu’ils n’avaient pas auparavant. Les réunions syndicales s’en sont trouvées transformées pendant un temps."

78Henri Malandain : "Ça m’a permis de connaître l’entreprise, puisqu’on occupait... Il y avait plusieurs secteurs dans Charles Laffitte : le laboratoire, l’aérien, le magasin, les bureaux ; finalement on ne se côtoyait pas tellement. Ça m’a permis de connaître des gens que je ne voyais pas. J'ai même vu comme ça qu’il y avait un collègue qui habitait dans ma rue, Jean Clou." Jacky Olivier : "J’étais piquet de grève, on dormait même à la centrale. C’était rudimentaire mais fallait être là quoi. [Pourquoi ?] Parce qu'on craignait des forces de police ou des personnes étrangères à EDF rentrent, s’infiltrent pour faire des mauvais coups."

79Au centre René Coty (centre Thiers). Bernard Rault : "On demandait à ceux du matin, puis à ceux de l’après-midi puis à ceux du soir. Ça s’est toujours bien passé, parce que l’esprit était tel qu’il fallait aller jusqu’au bout. Une fois la semaine on réunissait tout le monde parce qu’il fallait quand même aussi que les responsables donnent un compte-rendu de ce qui se passait au niveau national, parce qu’il y avait de l’information qui arrivait par la télé mais nous on avait la nôtre qui était différente. Il fallait qu’on dise aux gens ce qui se passait réellement... Le vote se faisait à mains levées en général. C’était facile à compter parce que c’était pratiquement l’unanimité à chaque fois. C’était l’époque qui voulait ça."

80Gérard Taverne raconte la grève au terminal méthanier au sud du port. "On était tous mobilisés. Les gens, chez nous, pêchaient au bout de la digue, et puis ils se fournissaient avec leurs machins. On était resté sur place, pratiquement jour et nuit. On se débrouillait. On allait chercher de temps en temps, soit du liquide en argent, soit des casse-croûte, et il y avait la cantine de la CIM aussi, qui nous approvisionnait en partie. La CIM était aussi en grève et occupée. On était en presqu’île. On avait de bons rapports. Dès qu’il y avait un étranger qui venait pour un contrôle ou je sais pas quoi, aussitôt, il y avait sept kilomètres entre le poste de contrôle de la CIM et nos bureaux, les mecs de la CIM nous prévenaient par téléphone qu’on allait avoir une visite... J’allais à la banque et puis je ramenais la paye aux agents du terminal, et comme on était sur une presqu’île en fait, il fallait passer par le barrage CGT. Il fallait que je casque de ma poche, à l’époque j’avais dû casquer cinquante balles, pour passer et pour aller distribuer ma paye. Je leur disais que j’allais pourtant payer des agents qui étaient en grève. Des excès comme ça, j’accepte pas. Je l’ai fait plusieurs fois... J’aurais voulu que ce soit plus contrôlé, moins drapeau rouge ou drapeau noir qui flotte sur la marmite, vous savez."

81Claude Danet : "[Est-ce que pendant les occupations du centre Charles Laffitte, il y avait des assemblées générales ?] Oui, tous les matins, ça discutait. Il y avait Charles Roulin et Robert Bellenger qui passaient pour donner le point sur la situation. Au niveau de Charles Laffitte, il y avait l’ingénieur d’exploitation qui faisait acte de présence. Il n’y avait aucun frein au niveau de la direction. Il y en avait qui dormaient sur les lieux stratégiques. On avait peur des sabotages, qu’il y en ait un qui coupe tout le Havre en disant : ‘C’est les grévistes’. [Il n’y avait pas que Charles Laffitte qui était occupé ?] Il y avait le Gaz, rue Jean-Jacques-Rousseau, le centre René-Coty, les bureaux de la CAS étaient là aussi. Il y avait les gars du transport au Pont 7. [Et dans la région ?] Chaque district était occupé. [Ils se réunissaient où pour les AG le matin ?] C’était au local de prise de travail... Il y avait des délégués syndicaux sur chaque site." A la nouvelle centrale thermique, Serge Delrive : "C’est un mois de grève, de piquet de grève organisé en poste. On faisait les trois/huit quasiment. On jouait au volley au-dessus des barrières ; les grilles étaient fermées."

82A Fécamp. GérardLeprévots : "Il y avait des votes, oui, régulièrement... Du fait que j’étais célibataire à l’époque, j’ai fait ce qu’on appelle les nuits au poste 90.000 à Fécamp où toutes les lignes électriques arrivent, et on était prêt à couper, quoi. On était au minimum quatre, jamais moins... Moi ça m’a apporté parce que j’ai été plus vite à découvrir ces gens-là, les techniciens, que je côtoyais dans la cour. Je pense que c’est là qu’est né le besoin de se syndiquer, de s’unir, de faire quelque chose."

83Robert Bellenger a voulu composer son témoignage : "La mobilisation des agents était telle que tous participaient par roulement à l’occupation des locaux. Conscients qu’il leur appartenait de préserver la sécurité, aucune personne étrangère à EDF-GDF n’était autorisée à franchir les limites territoriales des deux services publics. Les consignes des organisations syndicales locales sur ce point étaient d’une rigueur absolue. John Barzman demande quels étaient les rapports avec la Fédération de l’Energie ? Selon M. Bellenger, le syndicat du Havre était une référence pour la Fédération. Le fonctionnement du syndicat, sa grande audience auprès du personnel et l’absence de tout incident ont fait qu’aucun secrétaire général n’est venu au Havre pendant cet évènement. Les contacts étaient possibles vingt-quatre heures sur vingtquatre en cas de nécessité. Les interlocuteurs habituels étaient Roger Pauwels, secrétaire général, et Pierre Delplanque, secrétaire fédéral (un thermicien) pour les problèmes spécifiques liés à la centrale thermique (qui n’était pas encore couplée au réseau)."

Au-delà de la garde des grilles

84Simplement monter la garde devant les grilles d’un établissement presque vide, apparemment loin des lieux où se déroulait l’action principale, pouvait devenir ennuyeux. L’intérêt venait des assemblées générales, des discussions sur l’avenir du mouvement, des repas conviviaux, des rencontres amicales autour d’un ballon ou d’un jeu de cartes, des activités culturelles, mais aussi des occasions de se manifester en dehors des lieux de travail. Quelques-uns semblent mettre en doute la réalité de la menace de provocations. D’autres au contraire soulignent la réalité des risques.

85Gérard Leprévots : "On gardait, on occupait. Y avait pas à défendre, y avait qu’à attendre. On a attendu en mai 68..." Pedro Zahonéro : "Je l’ai vécu dans un district de fin du monde [Lillebonne]. On a suivi les consignes syndicales, c’est-à-dire se barricader, fermer les barrières et faire des permanences au cas où on serait attaqué par je ne sais pas qui. On a joué aux dominos pendant un bon moment. Moi, je faisais le tour des autres boîtes en grève dans Lillebonne, des grosses boîtes de filature... La mairie était très populaire, elle avait débloquée des bons d’achat pour avoir de quoi manger. Moi, je l’ai très bien vécu, et en plus, ça m’a permis de connaître celle qui allait être ma future épouse." Claude Hébert : "Je suis resté à Montivilliers tranquillement, puis j’ai attendu que ça se passe, puis ça s’est passé, on a repris le travail."

86Pour Robert Lhotellier, le danger était réel : "En 68, j’étais secrétaire de la section des actifs du Havre. J’étais responsable de Charles Laffitte, là où il y avait des coupures de courant. On coupait le port et pas la ville. Moi, j’étais responsable de cent cinquante-sept gars. Ils étaient tous à la CGT... Je couchais là-bas et je venais une heure à la maison pour me nourrir. Batard, de l’Union locale du Havre, me téléphone. Il me dit : ‘Robert, les CRS attaquent la centrale ce soir’. On perd pas de temps et j’explique aux gars ce qui va se passer. Ils décident de barricader. On sort tous les manches de pioche. Il y avait les voitures des RG [renseignements généraux] qui patrouillaient pour voir ce qu'on faisait. Ils ont vu qu’on les attendait. Il ne s’est rien passé parce qu’ils ont vu que les dix camions bloquaient toutes les portes : il y avait deux portes cochères. Ils n’auraient pas pu entrer."

87Bernard Rault : "On avait organisé plein de choses... Parce qu’il fallait maintenir une ambiance à l’intérieur pour que les gens puissent rester sur place. En cas de décision du gouvernement qui dise ‘On envoie les forces de police’. Dès l’instant où on est très nombreux, ils ne viennent pas. On avait aussi le matériel parce que je faisais partie du groupe des responsables du centre aéré, et on avait donc le matériel de cinéma. Alors on allait dans les endroits, on passait le film, et moi, dans la nuit, je connaissais le film par cœur, parce qu’on l’avait passé avenue René-Coty, au gaz, rue Charles Laffitte, puis quelquefois aussi au méthane là-bas. On avait Bolbec, Fécamp, Lillebonne, on faisait des tournées de cinéma la nuit et le jour. On organisait partout où c’était possible des repas. On achetait en gros."

88La gestion des coupures de courant amenait à des réflexions plus générales sur qui étaient les alliés et qui les adversaires du mouvement.

89Henri Malandain : "Il y avait toujours la menace que les CRS allaient venir nous déloger. On tenait quand même les points clés. On tenait les manettes de commande de l’électricité pour toute la ville. Il y avait même des coupures d’organisées. On avait mis des camions devant les portes pour que personne ne puisse rentrer. Ça s’est toujours fait comme ça... Une coupure de courant ? C’est les principaux responsables syndicaux qui s’avisaient puis qui décidaient. On peut couper des départs clés, la moitié de la zone industrielle, ou une autre partie, ou le centre-ville tout seul. On évitait de couper les petits abonnés qui étaient, pour beaucoup, dans les mouvements de grève... Il ne fallait surtout pas couper les hôpitaux, les services spécialisés, les endroits en ville où il y a des gens qui sont sous assistance respiratoire. Ça existe toujours. Il faut qu’ils déclarent à EDF qu’ils ont un problème chez eux."

90"Pour la coupure de courant à Renault-Sandouville, j’étais avec Jacques Doublet. On est parti de Charles Laffitte avec sa 401, et puis on est arrivé sur place. Il y avait un comité d’accueil devant, pour nous empêcher de rentrer. Il fallait rentrer dans le transformateur pour couper des usines comme Renault, Goodyear. C’était des gens qui n’étaient pas d’accord avec nous dans tous les sens. On est reparti, on n’a pas coupé. Mais par contre, on a été en faire d’autres. Il n’y avait que lui qui était habilité à faire des coupures sur la moyenne tension, sur le 5.000 ou le 20.000. Je prenais le volant, il ouvrait la porte du transfo, il coupait, ‘clac’, il remontait et ‘hop’ on partait en vitesse. Ça c’était l’époque des coupures où il ne fallait pas traîner parce que le comité d’accueil n’était pas toujours tendre."

91Gaston Morel (chargé, entre autres, des manœuvres au tableau) : "Une fois, j’vais vous expliquer un truc, c’était pendant la grève de 68, on faisait un p’tit repas le soir, puis tout à coup, y’a le téléphone qui sonne. Y avait un bar du centre ville qu’était sans courant et l’piquet de grève qui m’dit comme ça : ‘Y a le bar et on doit aller faire une manœuvre dans le coin. Est-ce qu’on peut envoyer quelqu’un ?’‘Si vous voulez’. Alors il a été dépanné. Ils sont revenus avec un cageot, quinze litres de Bordeaux, quinze litres de Berger. Là, il y avait du monde, tous ceux qui passaient la nuit, on était soixante... On était un peu responsable du tableau. On était pris plus que les autres."

92Claude Danet était responsable des dépannages chez les petits usagers et faisait donc de nombreuses rencontres : "On mangeait sur place, à Charles Laffitte. On était une centaine. Le soir, j’essayais de trouver du ravitaillement. Le matin, on allait aux halles pour récupérer des trucs. On allait à la halle aux poissons. [Ils faisaient des donations gratuites ? Les pêcheurs et les maraîchers soutenaient la grève ?] Oui. On se débrouillait. C’était Marcel Canel qui faisait le cuisto. Et on faisait pas payer les dépannages et on invitait gentiment les gens à soutenir les grévistes. On a été une fois sur la grande place du Commerce, la brasserie. Ils étaient en panne. On les avait dépannés. Ils avaient donné une caisse de Ricard et 3 caisses de Beaujolais. Un autre jour, on est allé à Piaceski, ils nous ont fait le couscous. On manifestait. On en a fait des parcours. J’ai été désigné pour les bons d’essence. Ça s’est terminé. On les a pas eus. C’était le truc qui n’aurait pas été marrant à gérer, je ne pense pas. C’était un moment formidable."

93A Fécamp, les frontières corporatives ont fondu devant la bonne volonté générale. Michel Cramoisan : "Les gens étaient en grève, il y a eu des manifs. A un moment, on a eu l’impression que ça ne finirait pas. Il n’y avait pas que nous, EDF. Mon épouse était contremaîtresse dans la confection. Il y a eu des actions d’entreprises en grève qui allaient dans des entreprises non grévistes parce qu’elles n’avaient pas de syndicat. On avait droit à des bons à la mairie... On allait garder le poste de 90.000, on occupait les locaux. On était piquets de grève même dans la subdivision, pour être là en permanence, pour garder l’outil de travail... Il y avait des réunions des syndicalistes à la mairie, pour les hôpitaux, le plan Croix-Rouge." Mme Cramoisan : "A l’atelier de confection, nous étions les seules à encore travailler. Quand ils sont venus nous dire d’arrêter le travail, on a eu un peu peur. C’est-à-dire qu’on avait peur pour notre emploi. Quand on a repris le travail, il y a eu des tracts de distribués et le patron a cru que ça venait de moi, en passant par mon mari (parce qu’il était EDF). Et ça n’était pas ça."

94Gérard Eudes voyait dans l’action culturelle sur plusieurs établissements un moyen de nouer des liens et de dépasser le corporatisme : "On découvrait les choses que je n’avais jamais vécues, avec des moments de mobilisation, de réflexion, de développement culturel aussi. Parce qu’on avait un peu plus de temps, on a commencé à créer peut-être aussi, à meubler le temps de grève. A l’époque, on avait des contacts assez serrés avec la Maison de la Culture du Havre, qui a organisé des activités théâtrales au sein de l’entreprise. Je me souviens d’un spectacle qu’on a monté à Charles Laffitte dans les ateliers : "La Guerre pichrocoline". C’était une pièce qui avait été montée par Gilbert Gourné qui tenait La Salamandre. A l’époque c’était très lié au secteur ouvrier. La Maison de la Culture avait une consistance et un appui très fort sur le comité d’entreprise. C’était vraiment une expérience extraordinaire."

95"J’avais poussé à la roue pour que la CAS, où j’avais déjà eu quelques responsabilités, se sorte un petit peu de son corporatisme qui était assez fort, et qu’elle ait des contacts beaucoup plus ouverts avec l’ensemble des comités d’entreprise... On avait des avantages considérables par rapport aux autres Comités d’entreprise dans la législation et ça me paraissait intéressant de conduire des actions avec les autres entreprises de l’industrie. Sans doute que la période de mai 68 avait permis de franchir un pas important, y compris par l’intermédiaire de la Maison de la Culture du Havre, en terme d’organisation, de programme culturel très lié au monde ouvrier."

96Enfin, les manifestations exprimaient la perspective d’une lutte unifiée. Bernard Rault appelle cela "le niveau interprofessionnel" ou "interpro" : "Au niveau de l’interpro on a eu souvent des réunions devant Franklin. Là, il y avait du monde. Ça se faisait dehors. Il y avait les hauts parleurs évidemment. Il y avait des manifs qui se sont faites du côté de l’hôtel de ville aussi. C’était noir de monde. Il y avait dix ou douze mille personnes chaque fois. C’est quelque chose d’impressionnant. Il y avait un ras-le-bol de la population en général. Je n’ai pas loupé une manifestation pendant les trois semaines. En plus, on avait toujours notre coopérative. Il faut reconnaître qu’il y avait beaucoup de gens qui avaient du mal à vivre parce que les fins de mois étaient difficiles." Robert Lhotellier : "Quand il y avait une manif de dix ou quinze mille personnes, on sortait de Charles Laffitte avec les camions, avec le drapeau rouge et le drapeau noir. C’est peut-être là qu’on a fait une erreur. On n’a jamais pris le drapeau bleu, blanc, rouge. " Conscients de vivre un moment historique, des militants électriciens tournaient des prises de vue afin de monter un film.

La fin de la grève

97L’issue de la grève s’est décidée au sommet. Claude Flandre, en tant que dirigeant de la Fédération de l’Energie, a participé aux négociations. "La démarche de Mitterrand au stade Charléty nous a mis dans la tête qu’il fallait se cantonner aux revendications et les pousser le plus loin possible. C’est ce qu’on a fait et bien nous en a pris parce que je ne sais pas si vous avez eu ouï dire ou si vous savez, la démarche de Mitterrand, construire un gouvernement mais sans les communistes, etc. Tout ça c’était de la bouillie pour les chats. D’ailleurs ça s’est vérifié après puisque nous, dans les négociations au mois de mai, on avait affaire, comme ministre de la production industrielle, au maire de La Baule, Olivier Guichard, qui était un féal gaulliste mais un type droit pour qui j’avais beaucoup de respect. En 68, on a poussé les revendications le plus loin qu’on a pu."

98"Ça a été un peu difficile à la reprise puis finalement on a obtenu pour tout le monde le paiement des jours de grève et un point particulier enfin deux points, on a augmenté les salaires de 17,6 % pour les actifs et de près de 20 % pour les inactifs (j’entends par là les retraités) puisqu’on a pu réintroduire dans le salaire une prime qui avait été instaurée en 51, qui s’appelait la prime à la productivité. Evidemment, cela va de soi que dans l’esprit des patrons, les retraités étaient exclus alors que, nous, dans le statut, un actif ou un retraité, c’est pareil. On a tiré ça."

99"On a tiré la révision de la situation de toutes les veuves de guerre, revoir le reclassement des époux et là-dessus, on a découvert que la direction ne faisait pas son boulot. On a découvert par exemple qu’à Béziers, il y avait une veuve qui n’avait pas été enregistrée : elle s’appelle Francette Etève. Son mari a été massacré le jour de son mariage et elle n’a pas été enregistrée ; elle n’avait pas de pension et moi quand j’ai su ça, je les ai engueulés. Je me souviens, j’ai attrapé un des directeurs par le collet et j’ai dit : ‘Si cette affaire là n’est pas réglée dans huit jours, vous allez voir comment je m’appelle’. Ils ont fait une année de pension avec un rappel. Mais pour dire les qualités du syndicat, cette femme ne pensait pas qu’elle avait des droits. On a tiré ça en 68, on a tiré bien d’autres trucs."

100"[Qu’est-ce que vous avez gardé comme souvenir, comme impression ?] J’ai gardé comme souvenir que la division syndicale avait encore une fois fait beaucoup de mal, notamment par le comportement des gens de la CFDT voire de Force Ouvrière. La division, ça ne profite qu’aux patrons... Moi j’ai retiré ça de mai 68. C’est que dans la corporation pratiquement tout le monde était en grève. Mais je redis encore une fois avec force qu’on aurait pu obtenir encore plus s’il n’y avait pas eu la division syndicale, si le front avait été solide, on aurait pu avoir plus." Robert Bellenger énonce les résultats obtenus : "Pendant toute la durée du mouvement, les négociations avec les Directions générales n’ont pratiquement pas cessé. Chaque partie connaissait bien un dossier ouvert depuis longtemps. La très forte et massive détermination des agents n’ayant jamais faibli, même dans l’occupation des locaux, EDF/GDF furent dans les toutes premières entreprises à accorder satisfaction à leurs personnels et ceux-ci, à mettre fin à la grève. Le bilan était en effet parlant :

  • L’augmentation des salaires et retraites (plus de 23 % pour les plus faibles retraites).
  • La révision du catalogue des fonctions (elle fut très importante).
  • La réduction d’horaire à 40 heures (nous étions à 44 heures).
  • La création d’emploi dans certaines fonctions (réclamée depuis longtemps).
  • L’obtention d’une pension extrastatutaire pour les femmes de ménage (cela fut obtenu dans cette période, je crois).
  • La réaffirmation du service public dans les tâches qui lui incombent face au secteur privé.
  • L’extension du droit syndical avec un contingent annuel d’heures d’information du personnel (neuf heures).
  • Un local syndical à la disposition des organisations représentatives du personnel."

101"Devant un tel bilan, la reprise du travail s’imposait à EDF/GDF avec l’espoir que celui-ci serait un catalyseur entraînant sur le plan national les autres corporations."

102"Comme je l’ai souligné précédemment, la solidarité est un point clef de notre culture d’entreprise. Lors de la reprise du travail, il fut voté le versement d’une journée de salaire (hiérarchisé), par chaque agent, à la Caisse de solidarité des grévistes en difficulté du Havre. (Je crois me souvenir qu’elle était gérée par un prêtre ouvrier)."

103Certains signalent les efforts consentis par les grévistes et les difficultés de certains d’entre eux. Claude Hébert : "Au bout de trois semaines, j’avais des garçons qui étaient plus que gênés, ils n’avaient plus un sou. Il fallait pleurer chez les cultivateurs qui ne nous recevaient pas bien, il faut dire les choses comme elles sont." Jacqueline Gobbé : "Il faut dire que pendant toute la grève, on a eu pénurie d’essence, pénurie de nourriture. Quand je faisais l’essence, on n’avait le droit qu’à cinquante francs. Il y en avait certains qui commençaient à se lasser. Je pense que même au niveau national, ça a dû se ressentir." Mais les difficultés pouvaient être l’occasion de découvrir la solidarité. André Gobbé : "Il s’est très vite posé le problème financier pour les familles. Ce n’était pas que la lutte, c’était aussi faire face à tous les problèmes consécutifs, une absence de revenu. Socialement c’était aussi dur à vivre. Mais il s’est développé sur ce fond une solidarité entre les salariés, qui marque quelqu’un franchement, un soutien entre nous que je ne connaissais pas avant... Il y avait des gens qui se dévouaient pour aller récupérer à manger pour tout le monde, on faisait des repas collectifs, on se débrouillait pour avoir des bons pour permettre aux familles les plus nécessiteuses d’aller manger, d’acheter des provisions dans certains commerces. Ce qui est assez remarquable, c’est qu’on voit des gens qui dans la vie courante ne se singularisent pas du tout, et là, dans ces circonstances, cela devient des gens remarquables, par leur action, leur engagement, leur dévouement."

104L’accord proposé par la direction nationale semble avoir été adopté facilement par les grévistes. Jacqueline Gobbé : "[Comment avez-vous repris le travail ?] On a voté. On avait été avenue René Coty, et on a eu les représentants syndicaux qui ont dit : ‘Voilà, on a obtenu ça, ça.’ Vous dire quoi exactement, je ne me rappelle plus très bien. Puis on a voté. Majoritairement, tout le centre a repris le travail. [Les représentants syndicaux encourageaient à la reprise ?] Tout à fait... C’est vrai que certains ont eu des diminutions des horaires ; au lieu de finir à 6 h et demie, on finissait à 6 h. Ça faisait quand même une demi-heure de bon. On avait eu ça, on avait eu une augmentation de salaire... On sort de la grève relativement contents..., mais je me rappelle que parmi les gens qui étaient là, à l’exploitation, il y en avait certains qui n’étaient pas contents, qui n’étaient pas satisfaits de ce qu’on avait obtenu. Mais bon, je pense qu’à l’époque, on avait obtenu quand même pas mal. Mais non, ils n’étaient pas satisfaits... il y avait notamment un chef du suburbain, M. Guillemette, et il n’était pas content : ‘On s’est fait rouler dans la farine, ce n’est pas bon.’ Il y avait très peu, relativement peu de personnes de ce point de vue."

105Serge Delrive : "Les accords de Grenelle qui sont la suite de mai 68 ont été particulièrement favorables. On n’a rien perdu au niveau salarial. Il y a eu des choses qui ont été favorables au niveau EDF, ça c’est sûr. Après on nous a rattrapé, on a disséqué au fur et à mesure." Bernard Rault : "Le seul regret que j’ai par rapport à 68, c’est qu’il y a une organisation syndicale qui, au dernier moment, ait lâché le morceau, c’était FO... Elle trouvait qu’on avait obtenu tout ce qu’il y avait à obtenir, alors que si on avait fait vingt-quatre heures de plus, on aurait obtenu encore beaucoup plus, parce que là, le gouvernement était vraiment arrivé au bout du rouleau."

106Gérard Leprévots : "Les collègues syndicaux du Havre sont venus à Fécamp, il y a eu une assemblée générale le matin, il y a eu un vote pour la reprise. [Quasi unanime ?] Oui. Notamment au niveau salarial, c’était assez conséquent. A l’époque je gagnais six cent soixante francs ; je suis passé à plus de neuf cents francs... Il faut dire que j’étais un des plus bas salaires puisque je venais de rentrer... Et puis la reconnaissance du syndicalisme, ça a été le déclencheur d’acquis sociaux qui sont venus par la suite."

107Claude Danet : "Ça s’est terminé par le discours de De Gaulle, pendant les manif de soutien à de Gaulle... Dans toutes les villes il y a eu des manifs. On a été se mêler, se frotter avec. Il y a eu des incidents légers... Je pense que si, sur le coup, il y a eu des avancées importantes [au niveau général], au niveau de l’entreprise, c’est par la suite. Après, ça a fait évoluer beaucoup les choses... [Claude Flandre, lui, pensait au début que c’était une insurrection ouvrière, mais qu’après, il fallait accepter moins.] Oui, je suis d’accord. Si ça recommençait, pour l’essence, ce serait la même conclusion. Au début, ça gueule un bon coup, bien fort, et après, les gens, ils réfléchissent, ils se calment. Il faut que ça sorte. Oui, il a raison Flandre... Il y avait de l’essoufflement surtout au niveau, comme nous dans notre entreprise. On risquait d’être que nous et les dockers. Au Havre, il y avait beaucoup de dockers. Quand ils arrivaient au défilé, ça se voyait... Ça grossissait tout de suite... Il y avait aussi ceux de la C.E.M. [Compagnie électromécanique], les Tréfimétaux... Pour que la population reste avec nous, les commerçants, tout ça, ça commençait déjà [à poser des problèmes]... Déjà, il n’y avait plus de tabac..."

108Daniel Thuillier : "[Est-ce que 68 était différent des autres grèves ?] Oui, dans ce sens qu’on ne savait pas si ça aurait une fin. Une fin, on savait qu’il y en aurait une, mais quand ? En sachant qu’on ne serait pas payé. A l’époque on ne savait pas qu’en définitive on serait payé. Mais avec tous les événements qu’il y avait, tout le monde était inquiet quand même. Toute la classe ouvrière se demandait ce qui allait se passer. 68, on ne savait pas si on allait avoir l’armée contre nous, ou qu'est-ce qu’ils allaient faire. [Vous ne pensiez pas qu’un véritable changement social était possible ?] Non, pas à ce point-là. On l’espérait sans trop y croire."

109André Gobbé : "A un moment donné, ça a été une question d’appréciation des résultats obtenus pour les salariés. Pour les dirigeants syndicaux, c’était l’appréciation des résultats obtenus mais aussi l’appréciation du contexte dans lequel on se trouvait à ce moment-là, quelles étaient les possibilités, quels étaient les dangers. C’est vrai que tout ça, ça n’a pas été facile à faire admettre. Les décisions finales ont été comme le restant, prises à la majorité, c’est-à-dire démocratiquement. Alors ceci étant dit, c’est vrai qu’on n’était pas à 100 % d’accord. Il y en a beaucoup qui voulaient continuer, peut-être de l’ordre de 30 % ou 40 %... Moi, autant que je m’en rappelle, j’étais un peu partagé, parce que je trouvais que ce que disaient les dirigeants syndicaux et les informations que j’avais par la télé, comme tout le monde, étaient à prendre en compte, mais j’estimais aussi que par rapport à la grève que l’on avait faite, on aurait pu obtenir un peu plus que l’on avait obtenu. Mais j’avais quand même voté pour la reprise... Les forces politiques, ce qu’on appelle aujourd’hui la gauche, je ne me rappelle plus du terme qu’on employait à l’époque, je pensais qu’elles n’avaient pas la force pour assurer le relais politique que nécessitait la situation. [Est-ce que vous pensiez que la situation était révolutionnaire ou pas ?] Au départ, non. A la fin, oui. Je pense qu’il y avait tous les ingrédients d’une révolution. Je ne veux pas nécessairement dire par là une révolution armée, qu’on s’entende bien, mais une révolution sociale.... Ce qui a manqué, je me contredis peut-être un petit peu, pour que ça prenne vraiment un caractère révolutionnaire, c’est le relais politique. Il n’y avait pas assez de partis politiques qui, comme je dirais, avaient cette volonté révolutionnaire."

III. Les conséquences de mai 68

Le rapport de forces après mai 1968

110Une des concessions faites par les directions en mai 1968 concernait le domaine des droits syndicaux. Les agents ont utilisé ces droits pour renforcer considérablement toutes les organisations syndicales. Le rôle des syndicalistes CGT dans la grève semble avoir été particulièrement apprécié puisque celle-ci a augmenté son score. Robert Bellenger se rappelle : "L’organisation syndicale CGT a obtenu plus de 80 % des voix dans le collège ouvrier et employés, et 65 % dans le collège cadres et maîtrise. Le pic est monté à 87 % ! En 1972 ou 1973, je crois, de mémoire." Sûrs de ce soutien, les syndicats portent les revendications avec audace et ne craignent pas d’organiser des assemblées générales, des manifestations ou des grèves d’avertissement.

111Serge Delrive : "A chaque fois qu’il y a eu des mouvements de grève jusqu’à une certaine époque, [c’était] le temps où la CFDT était plus ou moins toujours à la remorque de la CGT (ce que [d’autres] militants de la CFDT nous reprochaient), quand il y avait une manifestation ou une grève, alors l’assemblée générale se faisait rue Gustave-Flaubert, dans la cour. Généralement c’était les agents de la centrale qui se déplaçaient pour assister. Alors là, il y avait les discours de Bellenger et compagnie, et des suivants derrière. Une fois qu'il a été parti, il a été remplacé par Dédé Gobbé qui est resté un bout de temps... Ce qui était intéressant, c’est qu’avant de préparer une assemblée générale du personnel, pour monter, quand il y avait un problème national ou un problème local, il y avait une intersyndicale ; et d’une façon intersyndicale, on se mettait d’accord sur un certain nombre de choses et après on montait au créneau. On rassemblait le personnel, et puis on balançait les idées, on demandait l’avis du personnel et à ce moment-là, on décidait si on faisait un piquet de grève ou si on montait au patron. Il y avait une construction, il y avait une certaine forme d’unité d’action."

112Daniel Thuillier : "Quand il y avait une lutte pour une augmentation de salaires, c’était toute la masse qui était là. C’est plutôt sur le plan local qu’on a eu vraiment des mouvements. On prenait les véhicules même ! Pour aller à Rouen voir le directeur régional. Tous les engins sortaient de l’exploitation, puis en route pour Mont-Saint-Aignan. Le directeur du centre, il n’était pas content. Il y avait la masse. Qu’est ce qu’il pouvait faire ? Quand on tapait sur un, c’est tout le monde qui criait. Ça je vous dis, c’était quand même plus facile de faire du syndicalisme qu’à notre époque."

113Jacky Olivier : "Il y a eu des mouvements de grève où on montait dans le bureau du directeur. J’ai dû monter cinq ou six fois. A chaud, comme ça, il y avait quelque chose qui n’allait pas. D’abord il y avait des réunions syndicales, et ensuite on était une soixantaine de personnes à monter dans le bureau du directeur. Il y en avait même dans les couloirs. Bien sûr, avec les délégués, et on suivait pour faire part de nos revendications au patron... On s’entendait bien. C’était une époque où il y avait beaucoup de solidarité à Gaz de France, à EDF GDF en général. Ça nous est arrivé des fois, nous on avait fini notre chantier, on rentrait. Puis en passant, on voyait un collègue qui était en retard. On s’arrêtait, on lui donnait un coup de main pour finir. Maintenant, c’est plus ça."

114Claude Bec : "Les occupations, les tableaux de distribution, j’ai connu ça qu’après 68, quand j’ai participé à d’autres grèves. La direction qui disait : ‘Les réseaux nous appartiennent’. Les syndicats qui disaient : ‘C’est pas plus à vous qu’à nous !’Pour eux, il fallait couper en priorité les habitations, alors que nous, on voulait couper en priorité les usines pour que ça fasse plus de bruit."

115Ces actions exprimaient le rapport de force qui s’était établi dans l’entreprise et ont débouché sur de nombreuses améliorations pour le personnel. Claude Bec : "Alors est arrivé 1968 où les salaires ont doublé. Après, ça allait mieux." Bernard Dartinet : "Les salaires étaient très bas. J’avais des copains qui étaient plombiers dans le sanitaire... à la fin du mois, leur paye était le double de la mienne à peu de choses près... La différence s’est vraiment créée pour nous au moment des événements de mai 68. Après, on a été très sérieusement augmenté en salaire." André Gobbé : "Après, dans le temps, on a pu mesurer quand même concrètement ce qu’on avait obtenu. Une évolution substantielle des salaires, des améliorations dans beaucoup de choses, la sécurité dans le travail. La France ne s’est pas écroulée. On essaye toujours de nous faire croire que si on demande trop, ça va faire couler le pays. La preuve est faite du contraire."

116Robert Bellenger : "Le Havre avait-il un profil particulier dans la Fédération de l’Energie ?] Un syndicat à l’esprit d’initiative très actif et une totale liberté de penser et d’agir... Le mouvement syndical havrais avait, en général, une réputation d’anarcho-syndicalisme. A EDF-GDF il en était peut-être ainsi pour un très petit nombre. Mais si cela était, je n’ai jamais perçu la moindre influence sur ce point. Globalement, je reste persuadé que seul l’attachement aux deux services publics et au statut du personnel, extrêmement fort au Havre, étaient les uniques motifs à l’origine du dynamisme qui y régnait. La Fédération de l’Energie l’avait bien compris au vu de la participation du personnel aux élections professionnelles, et surtout, au vu des résultats obtenus. "

117"La démocratie syndicale était portée à un très haut niveau : jamais un mouvement revendicatif ne se développait sans qu’une réunion préalable du personnel se tienne, et que son assentiment soit sollicité. C’est certainement là qu’il faut chercher les résultats exceptionnels enregistrés par la CGT aux différentes élections professionnelles."

L’expression plus libre et l’éthique du service public

118De nombreux témoignages nous apprennent qu’une des grandes différences entre avant et après 68 était la liberté d’expression. Cela se vérifie dans les réunions syndicales, les commissions statutaires, les rapports entre dirigeants et dirigés. André Gobbé : "Il s’est développé dans ces réunions un vent de démocratie. Je ne dis pas que ce n’était pas démocratique avant. Mais là, les gens ne venaient plus écouter un responsable syndical. Ils venaient apporter leurs suggestions, leurs opinions sur les choses, contester des fois ce qui était dit. Il y avait vraiment un échange, un magma de discussions qui était très productif au niveau des résultats, au niveau de l’expression des gens. D’ailleurs ça s’est ressenti après 68. Après 68, les gens avaient une facilité d’expression qu’ils n’avaient pas auparavant. Les réunions syndicales s’en sont trouvées transformées pendant un temps... En général les grèves sont des moments forts qui contribuent à faire évoluer le social mais aussi le syndical... Des grèves, il y en a eu beaucoup après 68 pour justement empêcher de perdre ce qu’on avait acquis et le faire progresser. Il faut savoir qu’on a réussi par l’action après 68 à faire progresser des choses engagées en 68. Il y a eu de nombreuses évolutions... dans le quotidien du syndicalisme. Tous ces organismes dans lesquels je siégeais, que ce soit la Commission secondaire pour le personnel, que ce soit les Comités mixtes à la production, ou d’autres, ont connu après 68 une évolution dans leur démarche, dans leur contenu, dans leur participation. J’ai vécu ces années, jusqu’en 80, ou 82, de façon tout à fait positive... On gagnait en influence auprès de la direction, en syndicalisation... On est arrivé à être presque des acteurs du fonctionnement de l'entreprise. On a acquis, je pense, une dimension supplémentaire au fil du temps, on a acquis des compétences en matière de gestion d’entreprise, en matière de connaissance des droits."

119Noël Vauchel : "J’ai commencé à militer en 71, parce que j’ai trouvé ma place avec le tempérament que j’ai. Je me suis jamais servi du syndicat pour moi personnellement, j’ai toujours défendu les autres. Il y avait des gens au-dessus de moi au niveau syndical, moi je faisais ce que je pouvais à mon niveau et je regrette pas... Nos revendications c’était : le statut, les salaires, l’emploi, les conditions de travail, les injustices, des gens qui étaient sanctionnés parce qu’ils avaient milité, fait grève. Je défendais EDF-GDF, l’entreprise au niveau national." Michel Cramoisan : "[Quant à moi], j’ai toujours parlé dans ma vie professionnelle, j’ai toujours favorisé la relation, tant syndicale que professionnelle. Peut-être que certains, qui ne s’exprimaient pas avant, ont osé s’exprimer. Certains ne disent jamais rien en réunion syndicale ; alors, s’ils ne disent rien, on ne peut rien faire pour eux."

120L’atmosphère de liberté et de camaraderie, l’impression que tous travaillaient ensemble au service de la collectivité, facilitaient les relations entre les cadres, souvent issus du rang, et le personnel d’exécution. Henri Cacaux : "[Etre] CGT, ça a été un peu pour moi, une sorte de tactique qui m’a permis de concilier certains problèmes... C’est-à-dire que je pouvais discuter au niveau des responsables syndicaux et avec ma hiérarchie. Je me suis aperçu que n’étant pas syndiqué cela m’apportait parfois des problèmes et je n’ai pas toujours eu de bons résultats du fait que je n’étais pas militant à 100 %. [Tu as eu des pressions du syndicat ou de la hiérarchie ?] De la hiérarchie plus particulièrement, des syndicats moins ; mais le poste était difficile du fait qu’il y avait d’un côté le personnel et de l’autre la direction, c’est très difficile à gérer. Je me trouvais pris un petit peu en sandwich et c’était à moi de mener ma barque et d’être conciliant, essayer de trouver les bons côtés, les meilleurs moments... C’est difficile d’expliquer..."

121Jean-Pierre Christophe se dit "autodidacte" ; il a été contremaître à la gestion du magasin puis lancement du bureau de méthodes : "Je suis passé chef d’atelier. J’avais soixante-dix-neuf personnes sous mes ordres... Il y avait une ambiance telle, on allait faire le casse-croûte. Tout le monde savait que j’étais responsable, mais je ne l’avais pas marqué sur mon front que j’étais le chef. J’avais mangé un hareng saur... C’est pas les chefs qui font l’ambiance. Si vous vous êtes tous bien aimés, si vous êtes tous camarades, c’est pas eux qui mettent l’ambiance."

122Le fait que les cadres partagent l’idéal du service public et respectent les droits des hommes qu’ils commandaient leur permettait parfois d’obtenir des efforts extraordinaires. Michel Cramoisan : "[Un jour, à Bolbec], on était dehors avec le verglas. A 2 h du matin, j’appelais mon épouse, je lui disais : ‘Dans dix minutes, tu fais les casse-croute.’ Là-dedans, en bottes, pleins de boue, les gars voulaient se déchausser. Mon épouse leur disait ‘non’. Avec le café et tout. Ça créait l’ambiance... La hiérarchie ne sait plus faire ça... Les gars qui ont trimé deux jours et deux nuits, c’était moi qui décidais à titre exceptionnel si je devais mettre une heure ou deux heures de plus sur 24 heures de travail et c’était moi que ça regardait. Si quelqu’un avait quelque chose à dire, c’était le chef du dessus et je savais quoi lui répondre. J’estimais que j’avais le pouvoir, c’était MON problème de responsable. Si j’ai donné à titre exceptionnel deux heures à ces agents-là, c’est qu’ils le méritaient, ils en ont bavé."

123"Les gens sérieux, quand ils ont un problème, il faut savoir le régler et trouver des solutions. C’est le management. Je préférais ma manière de faire comme ça dans l’ombre plutôt que de m’afficher. J’avais un rôle de responsable et pour garder ma sérénité avec ceux du dessus et ceux d’en dessous, je préférais agir comme ça... Le directeur de centre vient nous voir, le seul qui soit venu nous voir sur le réseau alors qu’on était dans les problèmes depuis quinze jours. Tout était cassé. Très bien."

124"Réunion de cadres au centre deux mois après. Le chef du SRA se tourne et me dit : ‘Oui, je suis étonné qu’un chef de district gagne plus qu’un directeur de centre !’Ça voulait dire que quelque part, j’avais volé ce que j’avais gagné. Pourtant, j’avais compté mon temps de terrain, pas mon temps de bureau. Je lui ai dit : ‘Monsieur, votre propos est tout à fait désagréable et déplacé, car au moment de la tempête, je pense que vous, vous étiez en famille et je ne vous ai pas vu. Le seul que j’ai vu, c’est le directeur de centre. Mon salaire, celui de mes collaborateurs et agents ne sont pas à remettre en cause.’ A la fin le directeur a voulu me voir. Et puis rien. Il n’avait rien à me reprocher. Les agents savaient que je les défendais."

125"Vous savez, le syndicat peut se faire de trente-six façons. J’ai eu à gérer des gens. Je pense que mon activité n’est pas de brandir des banderoles, je faisais autrement. Quand il fallait défendre quelqu’un, je le faisais. J’ai eu des cas de gens qui avaient des problèmes. On a essayé de tout faire pour régler le problème, et ces gens-là ne voulaient rien entendre. A un moment donné, il ne faut pas défendre ce qui n’est pas défendable. Je me suis battu pour certaines choses, mais il y a des choses où j’ai dit non."

126Jacqueline Gohbé : "C’est une culture des agents EDF... J’ai toujours vu tout au long de ma carrière, quand EDF a besoin, les agents sont prêts à revenir des vacances, de la retraite, à venir filer un coup de main, à faire des nuits. Mon mari, quand il y avait un pépin, quelqu’un qui arrachait un câble par exemple, il fallait faire une boîte, passer des nuits. Ils étaient prêts à servir et tous les agents EDF sont comme ça ou étaient comme ça. Quand je suis rentré à EDF, je ne savais pas ce que c’était EDF, le service public. Au fil des années, on a ça qui s’implique en nous."

Dans les écoles de métiers EDF

127Au chapitre précédent, Jacques Doublet nous a décrit les dures pratiques de bizutage dans les écoles de métier. Tous les témoins ne sont pas aussi sévères que lui, peut-être parce qu’ils craignent que la critique de cet autoritarisme ne nuise à la mémoire de ces institutions qui ont largement contribué au développement de la culture solidaire d’EDF-GDF. Quatre anciens élèves de ces écoles nous ramènent à ce problème que l’esprit de mai 68 a contribué à atténuer.

128Serge Delrive : "Je me suis retrouvé à Gurcy-le-Châtel en 1960. J’ai fait dix-huit mois, un an d’école normale et six mois de perfectionnement, ce qui ne m’a pas valu grand-chose, je dirais... La discipline était très dure mais très correcte. Très dure pour ceux qu’on appelait les sans-spécialisation, c’est-à-dire ceux qui faisaient six mois de préparation au métier d’électricien. Les SP, ils étaient vraiment en butte à beaucoup de discipline. Pour les bleus, ceux qui avaient un certain bagage, il y avait ce qu’on appelait l’autodiscipline, mais je dirais que c’était quand même librement consenti... Je me suis fait remarquer d’entrée de jeu, alors là, ça a été un moment pénible... De toute façon, six mois après, on se venge sur les autres... J’ai fait partie de la création d’un club de jeunes qui intéressait les enfants du village de Gurcy et les enfants des professeurs. Ça m’a attiré pas mal d’avanies, mais il y avait quand même la protection du directeur, M. Alier, qui a été chef de centre ici au CDM du Havre."

129Quelques années plus tard, André Gobbé arrive dans une école, à l’âge de 17 ans : "L’EDF, c’est un peu ma mère... L’école EDF, j’ai trouvé ça formidable. Formidable dans ce qui était proposé, dans le cursus scolaire. Ça apportait un complément, de connaissances générales et spécifiques d’électricien, surprenant. En un an, j’ai appris plus qu’en trois ans au collège technique, encadré par des professeurs, vraiment des gens de qualité. Et puis les discussions internes tant avec les professeurs qu’avec les élèves m’ont ouvert sur l’aspect social du monde, chose que je ne connaissais que par mon père et ce qu’il vivait au syndicat [CGT du Port autonome du Havre]. [Et la discipline ?] Je n’étais pas dans l’école la plus dure. Les écoles fonctionnaient sur l’autodiscipline. Il est vrai que dans certaines écoles EDF, c’était assez dur. J’ai côtoyé des copains qui ont été marqué un peu par cette autodiscipline. J’ai appris l’histoire de l’EDF, la nationalisation, le statut qui en a découlé pour les ouvriers d’EDF, pour tout le personnel. Ce qui fait que quand vous arrivez dans l’entreprise, vous n’arrivez pas dans un monde totalement nouveau, vous arrivez dans un monde que vous connaissez déjà bien. Je suis très malheureux qu’on ait cassé toutes les écoles EDF."

130Jean-Louis Harel est fier d’avoir contribué à mettre fin aux abus disciplinaires, dans la foulée du mouvement de mai 68." "Je suis à l’école de Soissons à 16 ans et je n’en suis pas heureux. J’ai horreur du fascisme, de l’autoritarisme, donc je n’ai pas pu aimer Soissons... Le directeur c’était un ancien colonel d’armée... On fait rêver les enfants et on les fait souffrir... Nous avons été les premiers à nous révolter intellectuellement contre ce fascisme autorisé par la direction de jeunes connards à qui on avait dit : ‘Vous avez tous les droits sur ces plus jeunes que vous, dressez-les !’Une fois que les parents sont partis, la préparation de l’enfer commence. On a fait les kapo en camp de concentration à Soissons, je n’ai pas honte de le dire... On vous vire de votre plumard. On est dans un tunnel noir, bite à cul, excusez-moi l’expression, à poil, tout nu. Ensuite vous rentrez dans une salle avec les spots dans les yeux. Parmi les jeunes, il y avait des membres de la direction, vous vous rendez compte, il y avait des adultes. Si encore ça avait été du bizutage, non c’était du conditionnement. On a eu trois tentatives de suicide, quatre qui se sont barrés avant la date. C’est certainement pour ça que je suis devenu révolutionnaire..."

131"C’était une école de métier gérée par EDF. Quand on laisse l’abus s’instaurer, on en arrive à cet extrême. Sinon la base fondamentale d’une formation culturelle d’une entreprise de service public, Gurcy, La Pérollière, un ensemble d’écoles, je les défends toujours. Il faudrait même qu’on les recrée. Soissons, c’était particulier, on a laissé les dérives... Il est dommage qu’on soit tombé pour une ou deux promotions à un extrémisme condamnable... J’étais très fier récemment quand on a revu nos anciens collègues d’école à Super-Besse : j’ai fait le compte, 25 % étaient devenus militant syndical, secrétaire général à responsabilité."

132"Donc, au bout de six mois, on a fait un collectif, on n’a pas donné de noms, maintenant on en donne... C’était un groupe de copains. Nous, on a fait le choix d’arrêter le bizutage. Nous l’avons décidé entre nous, dans un comité, puisque la garde était élue. On a fait un tri de gens compétents. C’était en 1970-71."

133Jean-Pierre Périer a fréquenté l’école de Gurcy-le-Châtel en 1972, c’est-à-dire quelque temps après la vague contestataire de 1968, ce qui explique probablement en partie pourquoi ses impressions sont si différentes de celles de Jacques Doublet qui y a séjourné en 1950. "Je suis rentré à Gurcy-le-Châtel à 16 ans... C’était une école où il y avait ce qu’on appelait l’autodiscipline. C’est-à-dire qu’il n’y avait pas de pions, il n’y avait que des professeurs, et tout le temps de notre scolarité, eh bien nous nous gérions en dehors du temps de cours... Il y avait de la hiérarchie, il y avait le président des élèves, il y avait un avocat des élèves, il y avait toute une structure, une petite société qui était dans cette école... J’ai été président des élèves. Avant j’étais avocat, je vais même dire depuis le début, dès que je suis rentré j’ai été responsable de ma promotion. Les six mois d’après, je suis passé avocat, donc là je défendais les cas un petit peu litigieux ou les rentrées de permission, parce que l’on avait des permissions tous les quinze jours. Des choses qui se passaient un peu grave, on essayait d’arrondir les angles avec la direction de l’école et puis après les derniers six mois je suis passé président des élèves. [Est-ce qu’il y avait des formes de bizutage ?] Oui. Oui ah oui, oui, terrible. Vous savez quand vous arrivez, vous êtes tout jeune. Déjà on vous appelle les ‘bébés’. Ils nous faisaient faire des choses assez, qui seraient maintenant jugées comme indécentes vis-à-vis du respect de l’être humain... Ça m’a beaucoup gêné puisque dans la foulée, le temps passant, lorsque j’ai été président des élèves, j’ai demandé avec les autres élèves, de ne pas faire de bizutage pour ceux qui allaient rentrer. Alors ça c’est fait plus ou moins, mais il y en eu beaucoup moins."

L'activité syndicale et citoyenne

134Les avancées du droit social et des pratiques humaines à EDF-GDF ont créé un milieu où s’est épanoui l’activisme syndical et citoyen. L’entreprise fournissait un local ou un lieu de réunion aux syndicats, même dans les petites antennes. Ainsi Henri Coquelet : "Quand on faisait les réunions à Bolbec, c’était à l’EDF là-haut, rue Charles Sorieul. On avait une pièce exprès."

135La loi accordait un certain nombre d’heures de décharge aux syndicats, proportionnellement à leurs résultats dans les élections de représentativité, à répartir selon leur convenance pour les activités syndicales ou sociales. C’est ainsi que Robert Lhotellier est passé à mi-temps pour la CGT : "Marcel Paul me disait : ‘Ne sois pas permanent, tu vas perdre le contact !’C’est très important de garder le contact avec les gens. La direction m’appelait M. 50 %. J’ai toujours été à 50 % : 50 % au syndicat, 50 % au boulot. Entre nous, presque à temps complet." André Gobbé : "Est arrivé 68, les événements de 68 comme on les appelle aujourd’hui, moi ce que j’appelle la grève de 68. Et là, effectivement, il y a eu une prise de conscience collective que j’ai partagée et qui a incontestablement contribué qu’en 69 je prenne des responsabilités syndicales... Je trouve que c’est formidable d’être mandaté par ses camarades pour aller défendre tel ou tel aspect de notre vie professionnelle et personnelle, et, des fois, d’obtenir des résultats, de revenir en disant à ses collègues : ‘Voilà, j’ai obtenu une réduction par exemple des charges de travail ou, je ne sais pas, une amélioration de la tenue vestimentaire’... J’aimais beaucoup mon travail, mais j’avoue que j’aimais encore mieux cette activité là, et je me dépensais sans compter. Je ne regardais pas mes heures ; pour moi, le temps de travail était devenu tout à fait annexe. D’ailleurs, familialement, ça pose des fois certains problèmes."

136Jacqueline Gobbé : "La première fois que mon mari est parti en stage syndical, j’étais enceinte. C’est pour ça que je me rappelle qu’il a commencé à faire du syndicat en 1969... Je ne l’encourageais pas, je ne lui disais pas non. Après, au fil du temps, je passais mes dimanches à taper les tracts qu’il écrivait. Je n’ai jamais eu de responsabilités au niveau du syndicat, mais bon, j’ai aidé à faire tout ce que je pouvais faire. Il retournait à la boîte, au syndicat [au local syndical], et il tirait les tracts, et le lendemain matin, c’était prêt."

137Serge Delrive signale que, même avec la protection des droits syndicaux, le militantisme peut ralentir le développement de carrière : "Vraiment, le côté social et le côté syndical, c’est un choix que j’ai fait très rapidement. Je préférais... Il y a six gosses à la maison... A un moment donné, j’ai été jusqu’à décréter : ‘Je ne fais plus d’heures supplémentaires’. Je suis rentré à la centrale comme technicien et j’en suis ressorti vingt-sept ans plus tard comme technicien. Une chose qu’on n’a jamais pu me reprocher, c’est mon intégrité dans le travail. Un ancien m’avait dit : ‘Serge, fais ton travail correctement, le reste après, on ne pourra jamais te reprocher quoi que ce soit dans ce que tu fais socialement.’"

138Gérard Leprévots : "J’ai appris à me structurer dans l’activité syndicale, à constituer des dossiers, à être crédible vis-à-vis de la direction d’en face.... On gagne, on gagne, on perd, on perd. Ça montre les limites des possibilités que l’on a de changer les choses... un reclassement, une revalorisation de fonction ou autre. C’était gratifiant... Je suis resté longtemps puisque quand je suis parti sur Le Havre en 88, je l’exerçais toujours. Entre-temps, il y a eu des mandats dans les organismes paritaires, la Commission secondaire, l’organisme de tutelle où on discute des cas individuels des agents, le C.E., et puis l’hygiène et la sécurité. Ce qui fait qu’à Fécamp, de 76 jusqu’en 88, j’étais à 50 %, 50 % au travail et 50 % consacré à l'activité syndicale."

139Comme tous les citoyens, les agents d’EDF-GDF réfléchissaient à l’ensemble des problèmes sociaux et à l’avenir de la collectivité. Ne craignant pas d’être sanctionnés durement pour leurs opinions, ils ont sans doute pu s’exprimer plus librement et activement. Une majorité votait à gauche, mais pas tous. J’ai eu au téléphone un ancien agent qui m’a expliqué pourquoi il refusait l’entretien : la CMCAS était insuffisamment politisée. Après un moment de surprise, j’ai compris qu’il pensait que la France avait besoin d’une autorité forte à sa tête, que les Français en général étaient des moutons et que la CMCAS était trop molle. Certains cadres m’ont signalé qu’ils avaient été sollicités par des partis de droite pour se présenter aux élections. Néanmoins, la majorité des témoignages recueillis se rattachent à une culture de gauche qui s’est largement développée après 1968.

140Yvette Vasse : "J’ai toujours entendu mon père dire : ‘A gauche, c’est l’ouvrier.’ Pour lui, ouvrier, fallait voter de ce côté-là... Au moment où il y a eu le Front populaire, je crois que c’était en 36, ma mère m’a emmenée à un cinéma dans le quartier où il y avait des orateurs qui venaient. Je me souviens d’avoir été entendre des gens parler, mais de différentes tendances. Ma mère allait écouter tout. Elle avait été écouter un communiste et ça avait choqué les copines de ma mère. Elle, elle avait l’esprit très ouvert."

141Interrogé sur sa philosophie personnelle, Gaston Morel répond : "Pour moi, on est tous égaux. Bon, il y en a qui se débrouillent mieux que les autres, mais pas de surhomme. J’ai toujours été à l’école pratique, je me suis toujours considéré ouvrier. Je me suis toujours débrouillé pour être le meilleur possible, puis donner le meilleur possible à mes enfants. J’aime pas les paons, j’aime pas ça... [Au niveau du gouvernement ?] Je vois les choses d’assez loin. Y a Fabius, il est pas mal, c’est un Normand. Je vais vous dire un truc : il serait là, ce serait la même chose. [Donc vous êtes de gauche ?] Oui ! Franchement. Par contre, je ne suis pas extrémiste."

142Claude Danet raconte plusieurs épisodes où des agents se sont portés candidats dans des élections locales. Ainsi, à Saint-Valery-en-Caux ; tant le candidat communiste que le candidat socialiste, opposés au maire sortant, étaient des agents d’EDF. Les élections cantonales ont eu lieu juste après des inondations que certains attribuaient à une mauvaise gestion par EDF des travaux sur la centrale de Paluel." Jean Razé était candidat. C’était un cadre EDF, PS, CFDT. Il cumulait des fonctions politiques et syndicales. Il venait de Fessenheim où il avait mis en ballottage le maire de Mulhouse... C’était en 78 avant les élections cantonales. Et quand le maire a été mis en ballottage, il a un petit peu perdu son sang-froid. Il s’est senti obligé de faire une réunion. Nous [le Parti communiste], on s’est désisté pour le collègue. Mais je le dis quand même, il a assassiné le mec du PS. Il avait eu des problèmes.... C’était un gars qui s’était occupé de l’immobilier de la centrale. C’était un secrétaire de la CFDT. Alors, le maire était un peu chatouilleux là-dessus... [Est-ce qu’il y avait un groupement qui vous soutenait comme candidat PC. ?] Il y avait une cellule à Saint-Valéry, avec des réunions, le soir chez le secrétaire de cellule. C’était pas hebdomadaire. On faisait des trucs. On faisait les concours de dominos du P.C. dans la salle des fêtes de St Valéry. C’était là qu’il y avait le plus de monde. Les dominos, ça marche. On se faisait sponsoriser par Berger, notamment. Il y avait des beaux prix. Les gens demandaient : ‘Quand est-ce que vous faites votre concours de dominos ?’[Personne ne contestait qu’un même individu ait des fonctions syndicales et politiques ?] Non, mais moi, ça me semblait logique. Effectivement, quand j’étais candidat aux élections, je ne suis pas sûr que ça plaisait à la direction... Au Havre, on a eu le PDG de GDF qui s’est présenté contre Cance, Hirsch. Ils avaient balancé, la veille des élections, des tracts en avion. Il y avait la mairie du Havre avec Cance, la grande tour, et des gens qui tiraient : "Oh Hirsch !" Et là, il s’est ramassé une veste."

143Pour Robert Bellenger, le syndicat a su gérer la diversité des opinions en son sein et maintenir son indépendance : "L’activité syndicale permanente et l’indépendance politique du syndicat du Havre étaient totales... Contrairement à l’idée souvent colportée par certains pour des raisons évidentes, jusqu’en 1974, période que je suis habilité à traiter, chacun des membres du secrétariat syndical (organe central responsable) était totalement indépendant des partis politiques... Cette réalité correspondait à un état d’esprit et une volonté partagée par la direction responsable du fonctionnement du syndicat, soit Charles Roulin, Jacques Blondel et moi-même. Jacques Blondel et votre interviewé n’ont jamais changé de position ainsi que mon très regretté ami Charles Roulin, qui nous a malheureusement quitté. C’était une position indéfectible, connue du personnel."

144Le problème s’est reposé par la suite, et les réponses n’ont pas toujours été aussi évidentes. Michel Barrier était arrivé au Havre, en provenance de Chinon, en 1974 : "L’organisation du Parti était forte, il y avait un certain nombre de sections et j’ai été secrétaire à l’organisation, et puis j’ai été secrétaire. Moins d’un an après, nous avons fondé avec mon copain une cellule à la centrale qui est devenue l’une des plus performantes en matière de recrutement du nombre d’adhérents. Je me souviens qu’à l’époque Georges Marchais, il fallait dans les entreprises, 10 % de membres de la cellule, 10 % du nombre de salariés. A la centrale, on était 250 et on était 32. C’est largement le quota... J’étais vraiment imprégné de cette vie-là et puis, à ma grande stupéfaction, en 1976, j’ai été sollicité pour secrétaire départemental de la production thermique. On était en pleine réorganisation, l’entreprise était en pleine réorganisation, on créait les groupes de production thermiques, les GRPT. Et les organisations syndicales en faisant autant. Il fallait bien se réorganiser selon la réorganisation de l’entreprise, donc j’ai été sollicité pour être secrétaire du syndicat départemental. J’suis donc allé voir mon responsable politique du Havre pour lui faire part de cette sollicitation et en débattre un peu avec lui. Il m’a dit : ‘Tu vas faire un choix parce que tu es aussi sollicité pour être conseiller municipal du Havre.’ Alors, je me suis dit que secrétaire du syndicat, ça allait m’amener à quitter beaucoup Le Havre et à aller beaucoup dans le département ; j’ai donc choisi la fonction élective locale, ce qui me plaisait bien, mais j’y connaissais rien. Ça ne faisait que trois ans que j’étais au Havre et j’ai donc été élu conseiller municipal et en mars 77, on m’a dit que je serais aussi adjoint. Alors, on m’a dit : tu demandes un congé sans solde, ce que j’ai fait, et de 1977 à 1995, j’ai été adjoint au maire du Havre."

145Ce type de choix est finalement assez rare. Plus fréquent est l’action syndicale couplée à un militantisme civique. Voici trois parcours différents d’agents qui ont eu vingt ans dans les années soixante ou soixante-dix ; les deux premiers avaient choisi leur engagement avant même d’entrer à EDF-GDF, le troisième s’est engagé après, à partir de son expérience dans l’entreprise. Serge Delrive : "Mon papa a toujours été un militant CFTC. Pas la CFTC d’aujourd’hui, celle qui est à l’origine de la CFDT de maintenant. Je l’ai toujours connu comme trésorier de sa section au niveau des mines... Je suis resté dans ce qu’on appelle maintenant l’ACE, l’Action catholique de l’enfance. Tout ce drainage à travers le patronage, où j’ai appris à prendre des responsabilités, aboutit à cette forme de militantisme, à quelque chose qui devient inné, quelque chose d’indissociable de la personne, et qui lutte en permanence contre toute forme d’injustice, ce qui fait le fondement syndical, c’est-à-dire qui va défendre le plus petit par rapport au plus fort. [Est-ce que vous connaissez des prêtres ouvriers ?] Oh oui ! Le plus proche de moi maintenant est défroqué, comme on dit. C’est le parrain de mon dernier enfant au Havre, c’est Pierre Nicolas. Au Havre, j’en ai connu trois. Mais j’en ai connu d’autres avant. J’ai participé avec des prêtres ouvriers à bâtir des baraquements dans les années cinquante, où il manquait des logements, pour loger des familles nécessiteuses... J’ai beaucoup travaillé avec des gens de la CGT et beaucoup m’ont toujours harcelé pour me dire : ‘Quand est-ce que tu viens prendre une carte chez nous ?’Je leur ai dit : ‘Non, moi, j’ai mes idées. Elles sont là. Je n’irai pas chez vous. Travailler avec vous, oui, mais aller à la CGT, non.’ C’est ancré chez le personnage, ça."

146La rencontre de Jean-Pierre Périer avec le communisme s’est faite par un chemin très différent : "Mes parents n’ont jamais eu d’investissements politiques. Quand j’ai dit que mon père était gaulliste, RPR, c’est au moment du vote et puis voilà... Il y a eu des grands débats politiques à la maison entre nous deux, car effectivement n’ayant pas du tout les mêmes idées politiques tous les deux, on s’accrochait. Ce qui était très intéressant puisque ça nous permettait de discuter et d’échanger nos points de vue ; même si des fois il y avait des petits éclats de voix, c’était pas méchant. [Comment s’est fait le contact avec le parti communiste ?] Au travers de l’école, de la rencontre de ma première épouse qui avait des parents qui étaient au parti communiste qui m’ont, pas enrôlé, mais expliqué les différences entre tous les partis et qui m’ont donné la possibilité de ce fait là de faire un choix... Vous savez, je me réclame, je dis que je suis communiste, mais je pense qu’on est plus communiste dans les idées que nous avons, c’est pas pour ça que Ton doit être d’accord à 100 % avec le parti communiste... Je ne le suis pas à 100 %, mais j’y suis un peu plus qu’avec les autres partis donc voilà... A l’époque, j’étais plus dans l’écoute, dans ce que pouvait me raconter la personne qui est devenu mon beau-père par la suite, au travers de ses récits puisqu’il a été déporté à Buchenwald, donc au travers de tous ses récits et tout ça il m’a expliqué aussi le rôle du parti dans cette guerre mondiale donc voilà et après, après il y a eu l’Huma le journal, l’Huma Dimanche des tas de choses."

147Pour André Gobbé, ce n’est qu’après son entrée à EDF-GDF qu’il a senti un besoin de perspectives plus larges : "En 71, j’ai adhéré au Parti communiste français. J’ai estimé que l’activité syndicale, toute passionnante qu’elle soit, avait ses limites dans la portée, et que si on n’avait pas un prolongement politique à ce qu’on faisait, on ne pouvait pas aller au bout des choses, finaliser, si je puis dire, ce pour quoi on se battait... En 68 je ne me posais pas trop la question d’un prolongement politique, donc je n’ai pas bien vécu ou perçu ce qui se passait au sein du PC à cette époque-là. Ça n’a pas joué sur ce qui s’est passé en moi dans les années qui ont suivi. [Votre parcours à vous, c’est le syndicalisme qui vous a conduit à l'action politique et pas l’inverse ?] Oui absolument, c’est du fait de faire du syndicalisme que petit à petit j’ai mesuré la nécessité."

148Robert Lhotellier, qui était d’une génération antérieure, avait de multiples engagements : "J’ai été responsable de la CRAM [Caisse régionale d’assurance maladie] de Normandie, responsable du Comité Technique Régional no 3 dans le cadre des accidents du travail. J’y suis encore... J’ai toujours cru dans l’école. Je suis un grand laïque. J’ai été représentant des parents d’élèves à Brossolette, Claude Monet, Joliot-Curie et François Ier. Je me suis présenté sur la liste avec des médecins, des chirurgiens et en fin de liste... R. Lhotellier, monteur-électricien EDF : "Nous étions 25, il en fallait 23 ou 24, j’ai été éliminé... En 76, avec Duroméa, Colliard et les autres. J’ai été élu [au conseil municipal]. C’est de là que Duro [Duroméa] a dit : ‘On va pas le laisser sur la touche, Lhotellier.’Je connaissais beaucoup de monde, étant responsable de l’Union Syndicale des Retraités de Seine-Maritime... Duro a dit à Colliard qu’il y avait une place au Crédit Municipal. Il pensait que je représenterais bien la Mairie. J’y ai été cinq ans... J’ai fait la RDA (République démocratique allemande) avec l’Union départementale, représentée par M. Isaac."

149Les engagements divergents n’empêchaient pas forcément l’amitié. Serge Delrive : "Gérard Eudes a été conseiller municipal, maire, conseiller général, CGT, communiste, mais ça ne m’a jamais empêché d’être en amitié avec lui. A l’époque où nous faisions des convoyages, on se gardait mutuellement les enfants. Ce sont des gens avec qui j’ai toujours bien travaillé, que j’estime. On ne partageait pas toujours les mêmes idées puisqu’il était communiste et moi, je ne l’étais pas. Mais il n’a jamais été me reprocher mon appartenance catholique ou quoi que ce soit. Je ne lui ai jamais reproché son appartenance au communisme. On travaillait ensemble."

L’épanouissement des activités syndicales, mutualistes et sociales

150L’énergie militante libérée par mai 68 s’est diffusée dans plusieurs sens. Pour de nombreux agents, l’engagement syndical ou citoyen était moins satisfaisant que ce qu’ils appellent "le social", c’est-à-dire les activités organisées par la Caisse mutuelle et d’activités sociales, la CMCAS. Leur investissement a fait vivre de nombreuses initiatives qui offraient à la fois la possibilité d’œuvrer avec leurs camarades de travail, indépendamment des directions, et de construire une alternative aux loisirs commerciaux. L’existence de ce milieu est une des particularités de la culture d’EDF-GDF de cette époque.

151Jacky Olivier : "Les vacances qu’offrent la CCAS, pour ceux qui ont les coefficients sociaux les plus bas, ce sont quand même des propositions assez bonnes." Jean-Claude Tanguy : "J’ai commencé à aller en camp de vacances, disons, deux ou trois ans après être entré à EDF. C’était abordable. J’ai fait l’essai et on a continué." Gérard Eudes : "[Après 68, les activités culturelles autour de la Maison de la Culture ont évolué]. Mais ces appuis-là ont été relayés un peu par Tourisme et Travail, qui s’est transformé en tourisme de la culture (TLC) qui s’impliquait beaucoup dans les initiatives intercorporatives, et notamment avec une expérience au parc de Valmont. Vous avez une cinquantaine de comités d’entreprise qui avaient pris la gestion de ce parc de loisirs de Valmont."

152Hélène Moru : "Mon mari faisait partie de la commission jeunesse. Il allait à tous les arbres de Noël. Il a été cuisinier pendant 25 ans. Il était trésorier... Je ne le voyais pas du jeudi jusqu’au mardi de la semaine d’après... [Comme centres aérés], il y a eu : les Héllandes, après Flermeville, après Le Tilleul, le château de Préfossé. On n’a jamais pu acheter car ce n’était pas aux normes. Après, on a acheté Beaurepaire ; les administrateurs ont dépassé la note... Pour Marcel Delarue [un des présidents de la CMCAS], il n’y avait que le club de foot qui comptait. Le meilleur directeur CMCAS que j’ai toujours dans mon cœur, c’est le maire d’Harfleur, M. Eude." Robert Lhotellier : "Le GASEG (Groupement amical sportif de l’électricité et du gaz) a été jumelé vingt ans avec nos amis anglais. Mon ami Ray (le président anglais du jumelage), il est conservateur, et moi je suis communiste. Il y avait des réceptions en Angleterre du GASEG, à Romsey, avec des représentants de la reine."

153Claude Bec : "En 1969, je suis tombé sur un prospectus, un appel à candidatures de la CCAS pour aller encadrer des activités sociales. J’ai réfléchi. Du fait qu’à cette époque-là je n’avais pas trop de prétention pour obtenir des échelons, donc je suis parti aux activités sociales... Une fois que vous êtes admis à la CCAS, votre salaire est payé par la CCAS... C’était un détachement autorisé. [A ma deuxième demande] mon détachement a été accordé, pour faire une saison d’économe centre jeunes... J’y suis resté trente ans, avec des encadrements successifs et non permanents."

154"J’ai jamais voulu être permanent parce que je trouvais qu’on était enfermé dans notre monde de gestion d’une maison, coupé de l’extérieur... Dès ma retraite, j’ai rempilé... De responsable de centre de vacances, je travaillais directement avec le responsable de l’animation culturelle de la direction régionale. J’ai fait "Les années Maupassant", "Les années Paul Eluard"... C’était un nouveau métier, J’ai bénéficié de pas mal de formation... Mes stages, c’était le bonheur. Je remplissais un blocnotes à chaque stage. J’emmagasinais le maximum."

155"Je vous donne un exemple. On m’envoyait à Ceilhes (1971), dans les Cévennes, une maison familiale... Ça durait six mois. Pour ces six mois, j’étais convoqué au chef du service CCAS et j’avais un budget de plusieurs millions d’anciens francs à gérer. Moi, monteur EDF, on me donnait des responsabilités de cette manière-là ! Ça me plaisait. On arrivait à Ceilhes, il fallait tout mettre en route, même embaucher les gens. Il fallait se mettre en bons termes avec le maire, le médecin, le pharmacien, les personnalités de la commune. On était une personnalité parmi les autres... Vous êtes autrement considéré qu’à EDF. Quand je revenais à EDF, je reprenais mon travail établi, dans la hiérarchie. J’arrivais en retard tous les jours. Ça ne me passionnait pas."

Plusieurs équipes sportives existaient parmi les agents. Ici, l'équipe corporative gaz-élec (équipe des plombiers) photographiée lors du championnat du district havrais (1967 ?). La croix indique René Vasset. (Collection CMCAS – DR)

156Serge Delrive : "Une des raisons pour lesquelles je suis rentré à EDF, ce n’est pas par rapport au métier, parce que j’avais suffisamment de travail à l’extérieur, c’est tout simplement parce qu’à EDF il y avait la CCAS... A l'époque, EDF mettait ça dans les critères d’embauche, ils développaient le caractère social de l’entreprise... J’avais été pendant douze ans enfant de chœur. C’est mon père qui m’a envoyé vers l’église pour être enfant de chœur. J’étais l’organisateur d’une troupe de quarante-deux enfants, je les ai eus à gérer pendant cinq ans. Ma première direction comme adjoint d’un centre de vacances, j’avais dix-sept ans : c’était une colonie organisée par les sœurs d’Amiens, à Estouteville. Cinquante-cinq garçons, parce qu’à cette époque-là ce n’était pas mixte."

157"J’ai été élu administrateur de la CMCAS en octobre ou novembre 1968... A cette époque-là, on avait beaucoup d’argent entre guillemets. On était plus des distributeurs d’argent dans différentes activités que des gestionnaires. A l’heure actuelle, on devient beaucoup plus gestionnaires parce que l’enveloppe se réduit. On a des emprunts qui coûtent cher... Au niveau du CA, les minoritaires, on avait du mal à se faire reconnaître. J’ai toujours eu ce que j’appelais un strapontin. J’étais quand même vice-président pendant un bout de temps, mais c’était plutôt honorifique. La CGT ne délègue pas beaucoup les postes de responsabilité aux minoritaires. C’est dommage parce qu’il y aurait beaucoup plus de bien pour l’ensemble des agents si on pouvait utiliser toutes les forces vives."

158"[Et FO ?] Le FO de l’époque, il doit être décédé je crois bien, paix à son âme. Il n’acceptait pas le jeu. Lors des assemblées générales, il se mettait au fond de la salle, il refusait de se mettre sur l’estrade où c’est le rôle d’être quand on est administrateur. Les représentants du personnel, on est tributaire, on se doit de recueillir les vœux du personnel, de les analyser et puis de les accorder ou pas, ou de les transmettre. On ne peut pas être juge et partie ; on ne peut pas vilipender systématiquement une personne, le président en l’occurrence, et puis ne pas assumer son rôle d’administrateur. C’est un petit peu la caricature de FO de l’époque. Celui que j’ai connu, qui faisait le bazar à l’époque, on ne pouvait avoir un conseil d’administration tranquille sans qu’il s’en prenne au président. Il était là simplement pour embêter le président. Ce n’était même pas politique à mon avis, c’était plutôt humain."

Au début des années 1980, la CMCAS du Havre a décidé de se porter acquéreur d’un terrain et d'y construire un centre de loisirs. La première pierre a été posée le 17 février 1984 par MM. Mathieu et Serveau, président et vice-président de la CAS du Havre. (Collection CMCAS-DR)

159"Au centre aéré je faisais de l’animation avec les jeunes, toute forme d’animation. Ça a été jusqu’à remettre en état une DS (Citroën) ; j’avais une DS qui partait à la casse. Je l’ai amenée au centre, on a retapé la voiture. Elle a tourné dans le centre avec les gamins. Les gamins ont conduit cette voiture, ils l’ont mise en pâture. On a fait de la mécanique."

Devoir de mémoire : la CMCAS du Havre a choisi de baptiser son centre "Marcel Paul", en l’honneur du résistant et fondateur de la CCAS et a diffusé ce mot à l’occasion de l’inauguration du centre.

160Gérard Leprévots : "[Quel est le rôle d’une institution comme la CMCAS dans la culture d’entreprise ?] C’est la solidarité entre les salariés, de faire en sorte qu’on ne prenne pas tout cru ce que nous dit la direction, mais qu’il existe un contre-pouvoir. Nous, notre rôle dans les activités sociales, c’est de conduire les gens à la réflexion et qu’eux-mêmes, à travers les éclairages qu’on peut apporter, cherchent des réponses, en trouvent, nous aident à en trouver."

Culture d’entreprise et service public

161Le terme culture d’entreprise peut signifier des choses bien différentes. Certains en font l’encouragement de l’initiative et l’opposent à la culture étatique et à la culture de classe ouvrière. A EDF-GDF, le terme a acquis un sens particulier dans les années soixante-dix et quatre-vingts. André Gobbé le résume ainsi : "C’est tout un enjeu chez nous cette question de culture d’entreprise. La loi de nationalisation a généré un statut qui était porteur d’une culture d’entreprise, qui était porteur d’une solidarité entre les salariés, qui favorisait, sur la base de ce statut, de cette nationalisation, une culture. C’est-à-dire que les agents d’EDF, qui sont des citoyens comme tout le monde, avaient cette vie en commun, cet héritage du passé qui leur donne une approche culturelle dans leurs contextes professionnels différents. Les agents d’EDF sont attachés à cette culture-là, et cet attachement leur a donné dans bien des circonstances, un courage qui a profité non seulement à l’interne, mais aussi à l’externe ; un courage pour défendre ce qu’ils ont à eux, leurs acquis, ça c’est interne, mais aussi un courage à l’externe. Les agents EDF se sont bien souvent singularisés dans des situations difficiles pour assurer la continuité du service public, dans les tempêtes, les choses comme ça, dans des conditions très pénibles. J’ai vécu ça physiquement, professionnellement... Cette culture de service public contenue dans la culture d’entreprise faisait qu’on se faisait un devoir de faire ça jusqu’au bout."

L'usine à gaz du Havre dans les années 1970. Photo prise de l’est (rue Jean-Jacques Rousseau) vers l’ouest. En bas à droite, les deux boules du gazomètre. Au fond au centre, la tour carrée dite "caisse à coke". Entre les deux, les ateliers et chantiers de l’exploitation gaz. L’ensemble fut détruit en 1980. C’est aujourd’hui le site Lebon de l'université du Havre. (Collection CMCAS – DR)

La nouvelle centrale thermique du Havre "les pieds dans l’eau" (sur le quai du bassin Coty) en construction. Elle a fonctionné tour à tour au fioul, en mixte puis au charbon. (Collection CMCAS – DR)

Le chantier de construction de la centrale nucléaire de Paluel a commencé au début des années 1970. (Collection CMCAS – DR)

La cour du centre Charles Laffitte dans les années 1960 : une estafette bleue EDF devant l’atelier, des tourets de câbles. (Collection CMCAS – DR

"Papon" monteur électricien avec des grimpettes pour poteau de bois. (Collection CMCAS-DR)

Intervention sur les fils après une tempête dans la région d’Evreux (années 1970). De gauche à droite : Serge Liot, Gilbert Papon, Pierrot Nardin. (Collection CMCASDR)

Transmission des valeurs de génération à génération. L’équipe de chantier occupée à la manutention d’un transformateur fait une pause. A l’extrême-droite : Henri Malandain ; debout, de gauche à droite : Cruz et Forler ; assis devant Forler : Bernard Prevel (Novembre 1967). (Collection CMCAS – DR)

Quatre agents font une pause auprès de leur camionnette après une intervention dans la neige. (Collection CMCAS – DR)

La cour intérieure du centre EDF-GDF du 75 avenue René-Coty, qui donnait à l'arrière sur la rue Gustave-Flaubert. De nombreuses assemblées générales s'y tinrent en mai 1968 et par la suite. (Collection CMCAS DR)

Une vue partielle du "tableau" de la salle des commandes de Charles Laffitte, à partir duquel les agents habilités contrôlaient la distribution et les coupures. (Collection CMCAS-DR)

Des groupes d’agents et d’ayants droit se constituaient à travers la CMC AS. Ici, l'orchestre en 1965. (Collection CMCAS-DR)

Dans les années 1970, la plupart des agents qui passaient en inactivité de service voulaient garder le contact avec leurs camarades de travail. On organisait un pot. Les liens étaient particulièrement solides à ta centrale thermique : ici, Pierre Peutot, directeur de la centrale, remet un vélo à Emile Lefoulon au moment de son départ (22juin 1979). (Collection CMCAS-DR)

Mémoire : à l'occasion du centième anniversaire de la naissance de Marcel Paul, la CMCAS a invité sa compagne, Suzanne Barrés Paul, à Beaurepaire pour un hommage, mardi 3 octobre 2000, sous le mandat de Jean-Louis Harel, président de la CMCAS du Havre. Ici, Mme Barès Paul lors de son entretien avec Claudine Drame en 2002. (Collection CMCAS – DR)

Le centre EDF-GDF au 75 avenue René-Coty avant son transfert dans le nouveau bâtiment du Centre Le Havre-Océane, rue Marcel-Paul. (Collection CMCAS-DR)

L'ancienne usine électrique vue de la rue Charles-Laffitte, peu avant sa destruction. Pour l'inauguration du nouveau centre, rue Marcel Paul, un film des anciens bâtiments a été tourné. Cette image en est extraite. (Collection CMCAS – DR)

La réorganisation des services est incarnée par leur déménagement vers le nouveau centre EDF-GDF de la rue Marcel-Paul au Havre. (Collection CMC AS – DR)

Bâtiment de l’exploitation de l’ancienne usine à gaz rue Jean-Jacques Rousseau. Ses services furent transférés en partie rue des Chantiers et en partie au nouveau centre rue Marcel-Paul.. (Collection CMCAS – DR)

Deux monteurs travaillent sur des lignes aériennes moyenne tension en 1989 : Gilbert Papon et Alain Lemonnier du Havre. (Collection CMCAS – DR)

Dans les années 1980 et 1990, le fonctionnement du centre nucléaire de production électrique (CNPE) de Paluel a attiré un grand nombre d’agents dans la région. (Collection CMCAS – DR)

Claude Bec explique le projet à une assemblée des jeunes inactifs, au centre de loisirs de la CMCAS du Havre à Beaurepaire, en décembre 2000. A sa gauche John Barzman, Aurélie Panchout, Nathalie Tinel (tournée) et Christelle Lugez. (Collection CMCAS – DR)

Claude Danet répond aux questions de John Barzman (assis) dans sa maison de Courtemer (Orne). Sur la table, l’enregistreur. (Collection CMCAS – DR

Destruction de l’usine à gaz rue Philippe-Lebon en 1980. L’université a été construite sur le site. (Collection CMCAS – DR)

Visite du président d'EDF, M. Roussely, à la centrale thermique du Havre en 1998. (Collection CMCAS – DR)

List of illustrations

Caption Croquis de l’usine à gaz vue du nord-est vers le sud-ouest en 1980. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-1.jpg
File image/jpeg, 285k
Caption Une galerie conduisant l'électricité de l’usine Charles Laffitte vers des relais en ville. Charles Laffitte restait le centre de la distribution même après le transfert de la production thermique à la centrale du port. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-2.jpg
File image/jpeg, 254k
Caption Henri Malandain, embauché à EDF comme monteur électricien en 1966. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-3.jpg
File image/jpeg, 58k
Caption Plusieurs équipes sportives existaient parmi les agents. Ici, l'équipe corporative gaz-élec (équipe des plombiers) photographiée lors du championnat du district havrais (1967 ?). La croix indique René Vasset. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-4.jpg
File image/jpeg, 242k
Caption Au début des années 1980, la CMCAS du Havre a décidé de se porter acquéreur d’un terrain et d'y construire un centre de loisirs. La première pierre a été posée le 17 février 1984 par MM. Mathieu et Serveau, président et vice-président de la CAS du Havre. (Collection CMCAS-DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-5.jpg
File image/jpeg, 225k
Caption Devoir de mémoire : la CMCAS du Havre a choisi de baptiser son centre "Marcel Paul", en l’honneur du résistant et fondateur de la CCAS et a diffusé ce mot à l’occasion de l’inauguration du centre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-6.jpg
File image/jpeg, 438k
Caption L'usine à gaz du Havre dans les années 1970. Photo prise de l’est (rue Jean-Jacques Rousseau) vers l’ouest. En bas à droite, les deux boules du gazomètre. Au fond au centre, la tour carrée dite "caisse à coke". Entre les deux, les ateliers et chantiers de l’exploitation gaz. L’ensemble fut détruit en 1980. C’est aujourd’hui le site Lebon de l'université du Havre. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-7.jpg
File image/jpeg, 364k
Caption La nouvelle centrale thermique du Havre "les pieds dans l’eau" (sur le quai du bassin Coty) en construction. Elle a fonctionné tour à tour au fioul, en mixte puis au charbon. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-8.jpg
File image/jpeg, 302k
Caption Le chantier de construction de la centrale nucléaire de Paluel a commencé au début des années 1970. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-9.jpg
File image/jpeg, 424k
Caption La cour du centre Charles Laffitte dans les années 1960 : une estafette bleue EDF devant l’atelier, des tourets de câbles. (Collection CMCAS – DR
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-10.jpg
File image/jpeg, 175k
Caption "Papon" monteur électricien avec des grimpettes pour poteau de bois. (Collection CMCAS-DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-11.jpg
File image/jpeg, 210k
Caption Intervention sur les fils après une tempête dans la région d’Evreux (années 1970). De gauche à droite : Serge Liot, Gilbert Papon, Pierrot Nardin. (Collection CMCASDR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-12.jpg
File image/jpeg, 156k
Caption Transmission des valeurs de génération à génération. L’équipe de chantier occupée à la manutention d’un transformateur fait une pause. A l’extrême-droite : Henri Malandain ; debout, de gauche à droite : Cruz et Forler ; assis devant Forler : Bernard Prevel (Novembre 1967). (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-13.jpg
File image/jpeg, 149k
Caption Quatre agents font une pause auprès de leur camionnette après une intervention dans la neige. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-14.jpg
File image/jpeg, 158k
Caption La cour intérieure du centre EDF-GDF du 75 avenue René-Coty, qui donnait à l'arrière sur la rue Gustave-Flaubert. De nombreuses assemblées générales s'y tinrent en mai 1968 et par la suite. (Collection CMCAS DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-15.jpg
File image/jpeg, 222k
Caption Une vue partielle du "tableau" de la salle des commandes de Charles Laffitte, à partir duquel les agents habilités contrôlaient la distribution et les coupures. (Collection CMCAS-DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-16.jpg
File image/jpeg, 263k
Caption Des groupes d’agents et d’ayants droit se constituaient à travers la CMC AS. Ici, l'orchestre en 1965. (Collection CMCAS-DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-17.jpg
File image/jpeg, 311k
Caption Dans les années 1970, la plupart des agents qui passaient en inactivité de service voulaient garder le contact avec leurs camarades de travail. On organisait un pot. Les liens étaient particulièrement solides à ta centrale thermique : ici, Pierre Peutot, directeur de la centrale, remet un vélo à Emile Lefoulon au moment de son départ (22juin 1979). (Collection CMCAS-DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-18.jpg
File image/jpeg, 168k
Caption Mémoire : à l'occasion du centième anniversaire de la naissance de Marcel Paul, la CMCAS a invité sa compagne, Suzanne Barrés Paul, à Beaurepaire pour un hommage, mardi 3 octobre 2000, sous le mandat de Jean-Louis Harel, président de la CMCAS du Havre. Ici, Mme Barès Paul lors de son entretien avec Claudine Drame en 2002. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-19.jpg
File image/jpeg, 485k
Caption Le centre EDF-GDF au 75 avenue René-Coty avant son transfert dans le nouveau bâtiment du Centre Le Havre-Océane, rue Marcel-Paul. (Collection CMCAS-DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-20.jpg
File image/jpeg, 251k
Caption L'ancienne usine électrique vue de la rue Charles-Laffitte, peu avant sa destruction. Pour l'inauguration du nouveau centre, rue Marcel Paul, un film des anciens bâtiments a été tourné. Cette image en est extraite. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-21.jpg
File image/jpeg, 202k
Caption La réorganisation des services est incarnée par leur déménagement vers le nouveau centre EDF-GDF de la rue Marcel-Paul au Havre. (Collection CMC AS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-22.jpg
File image/jpeg, 308k
Caption Bâtiment de l’exploitation de l’ancienne usine à gaz rue Jean-Jacques Rousseau. Ses services furent transférés en partie rue des Chantiers et en partie au nouveau centre rue Marcel-Paul.. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-23.jpg
File image/jpeg, 216k
Caption Deux monteurs travaillent sur des lignes aériennes moyenne tension en 1989 : Gilbert Papon et Alain Lemonnier du Havre. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-24.jpg
File image/jpeg, 236k
Caption Dans les années 1980 et 1990, le fonctionnement du centre nucléaire de production électrique (CNPE) de Paluel a attiré un grand nombre d’agents dans la région. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-25.jpg
File image/jpeg, 255k
Caption Claude Bec explique le projet à une assemblée des jeunes inactifs, au centre de loisirs de la CMCAS du Havre à Beaurepaire, en décembre 2000. A sa gauche John Barzman, Aurélie Panchout, Nathalie Tinel (tournée) et Christelle Lugez. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-26.jpg
File image/jpeg, 268k
Caption Claude Danet répond aux questions de John Barzman (assis) dans sa maison de Courtemer (Orne). Sur la table, l’enregistreur. (Collection CMCAS – DR
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-27.jpg
File image/jpeg, 239k
Caption Destruction de l’usine à gaz rue Philippe-Lebon en 1980. L’université a été construite sur le site. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-28.jpg
File image/jpeg, 171k
Caption Visite du président d'EDF, M. Roussely, à la centrale thermique du Havre en 1998. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11088/img-29.jpg
File image/jpeg, 217k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search