Desktop versionMobile Version

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Partie I : Avant les réformes (J. Barzman)

Chapitre 3. Naissance d’une culture d’entreprise dans la structure EDF-GDF (années cinquante)

Volltext

"Il n’y a de vraie richesse que dans les hommes
et notre pays en est très riche. "
Pierre Wyart dans Voyage avec les cadres de René Leguen
(Citation proposée par Claude Bec)

1A la veille de la nationalisation, dans la seule région du Havre, le personnel qui allait devenir celui d’EDF-GDF était éparpillé dans deux industries, celle de l’électricité et celle du gaz, et plusieurs sociétés, chacune possédant parfois deux ou trois établissements, eux-mêmes dirigés par des équipes particulières et soumis à des règlements, des grilles de salaires et des systèmes de retraite différents. Ceux de ses membres qui étaient syndiqués, appartenaient soit à un syndicat de gaziers, soit à un syndicat d’électriciens. Une dispersion semblable existait dans toute la France à des degrés divers. Certes, les mouvements de 1936 avaient fait naître un germe d’identification plus large, mais ce n’était encore qu’un germe. Vingt-cinq ans plus tard, les agents d’EDF-GDF, non seulement de la région mais de tout le pays, ont acquis une cohésion, un sens du service public et un rayonnement qui en font une corporation phare dans le paysage social français. Les mouvements qui suivent la grève de mai 1968 révéleront cette nouvelle identité collective au grand public.

2La transition entre ces deux situations n’a pas été brutale. A l’amont, l’éclatement originel se prolongea quelques années ; à l’aval, la nouvelle culture d’entreprise s’esquissait dès le début des années 1960. Entre ces deux repères, la décennie des années cinquante est donc celle de la découverte du gigantesque potentiel de cette entreprise nationale et de l’acquisition par ses agents d’une culture commune du service public.

3Dans ce chapitre, j’ai cherché à rassembler et organiser les témoignages qui montrent comment cette nouvelle culture d’entreprise s’est enracinée dans la région du Havre. Nous verrons d’abord comment l’industrie énergétique a évolué pour accompagner l’essor de l’économie française et les transformations techniques que cela a induit dans la région du Havre (I). Mais sachant que la technique seule n’explique pas tout et que ses effets dépendent du contexte social et politique auquel elle répond, nous interrogerons les entretiens, dans un second temps, sur la manière dont les agents d’EDF-GDF ressentaient les guerres coloniales et la guerre froide, les progrès de la civilisation matérielle et l’évolution des mentalités (II). Dans une troisième partie, nous écouterons des descriptions des gestes du métier et des changements de méthode de direction, tels qu’ils ont été perçus par les personnes interviewées (III). Enfin, nous verrons comment les agents se sont organisés pour l’action collective, par le syndicat, la mutuelle et les activités sociales, culturelles et politiques (IV).

I. Les sites, les équipements, les services EDF-GDF du Havre s’adaptent aux premiers pas de l’essor économique

4Après la réorganisation de l’après-guerre, l’économie s’est mise à tourner dans les années cinquante d’abord en réparant et en étendant les anciens équipements, puis en lançant des transformations plus profondes. Pour l’énergie, cela signifiait commencer par réanimer les petites usines au charbon, puis construire des centrales thermiques plus grandes, alimentées par le charbon importé de pays lointains ou par le fioul, puis étendre et renforcer les réseaux de distribution du gaz et de l’électricité. Jacques Doublet nous explique le processus pour l’électricité : "La tâche de tous ces agents : répondre aux défis du temps, reconstruire et adapter le réseau de distribution électrique à l’évolution de la société. L’électroménager entre dans les foyers, la mécanisation de l’industrie appelle l’utilisation de l’électricité. Déjà la loi du doublement de la consommation d’électricité tous les dix ans est en vigueur."

5"Il faut donc, tout en reconstruisant, mettre en place les nouveaux circuits d’énergie électrique, entretenir dans les cités provisoires les réseaux montés de bric et de broc, réaménager, renforcer les réseaux en place car nous héritons d’un espèce de ‘patchwork’ datant de l’épopée de l’apparition de l’électricité : 2500 volts monophasé, 5000 volts monophasé, 500 volt continu ; tensions de distribution multiples : 90/110 volts monophasé, 110/220 volts triphasé, 220/380 volts triphasé. Les techniques et les câbles utilisés datent du début du siècle : câble M6 monophasé caoutchouc, neutre au plomb, boîte sans boîte, fusibles dans l’huile, coupure unipolaire."

6"De surcroît, la zone urbaine s’étend. Les Champs Barets (dans la ville basse, non loin du port) commencent en 1953. La reconstruction avance année après année. Les baraquements provisoires disparaissent au profit d’immeubles HLM ou privés modernisés avec sanitaires, douches, chauffage ; les premiers transferts d’usine vers la zone industrielle gagnée sur le marais apparaissent ; le port accueille de plus en plus de pétroliers aux postes à quai de la Compagnie industrielle maritime (CIM). Les quartiers du plateau (Aplemont, Graville, La Mare aux Clercs, le quartier Jenner) accueillent les Havrais sans logis et le flux du monde rural attiré par la ville. On parle d’une expansion vers la Mare Rouge et vers Caucriauville (ville haute également) à la fin des années 1950."

7Tous les services hérités des anciennes sociétés ont été profondément remaniés pour faire face à ces nouveaux besoins. D’autres ont été créés de toute pièce par EDF-GDF. Voyons tour à tour comment nos agents présentent ces changements : dans les usines à gaz, dans le service chargé des conduites de gaz, au service commercial et au service des abonnés, à la centrale électrique (Charles Laffitte), dans les bureaux et dans ce qui est la grande nouveauté, les chantiers de changement de tension.

Le gaz : "le parc"

8Commençons par l’ancêtre, le gaz. Le premier changement est le regroupement de la production dans les centres principaux. Bernard Dartinet : "[Quand je suis entré à GDF en 1958], les grosses usines produisaient du gaz ; les petites entreprises, comme la Franco-Belge (d’Flarfleur), ne fabriquaient plus de gaz depuis fort longtemps. Ils achetaient du gaz qui était produit au Havre." Mais les jours sont comptés même pour l’usine du Havre.

9Claude Flandre : " 1954 : le Plan Monnet prévoit la construction d’une grande cokerie à Grand Quevilly, entraînant la fermeture de l’usine du Havre. Nous comprenons très vite qu’il serait vain de s’y opposer. Située en plein centre ville, ses deux énormes gazomètres constituaient des bombes potentielles. Les charges des fours émettaient des poussières et des fumées toxiques qui étouffaient les riverains. Il fallait en conséquence s’appuyer sur le statut pour limiter les dégâts au minimum pour le personnel. Je crois que nous y avons réussi : mises à la retraite avec jouissance immédiate, nouvelles affectations au centre, mutations à la nouvelle cokerie. Personne n’est resté sur le carreau grâce au statut... L’usine arrête son activité coke en décembre 1955. La production de gaz est provisoirement assurée par deux tours de cracking de distillats de pétrole, en attendant la fin de la construction du feeder Rouen-Le Havre. L’industrie gazière, la carbochimie, sont en pleine mutation, gaz de Lacq et produits pétroliers obligent. Fini le charbon."

10Georges Belloncle décrit la suite, qui s’est prolongée jusqu’en 1968 : "Quand je suis rentré à l’usine en 1954, il y avait environ trois cents personnes qui y travaillaient... [Je suis parti à l’armée.] Quand je suis revenu en 1957, la production avait complètement changé, puisque là, on faisait du gaz avec des boules de craquage. C’était des installations qui étaient chauffées à presque 2 000 degrés, et les gaz résiduaires qu’on recevait des raffineries avaient un pouvoir calorifique très élevé, autour de 12.000 à 15.000 calories. Auparavant on n’utilisait pas ces gaz ; nous on les récupérait, et il fallait réduire leur force. Il fallait les descendre puisque le gaz comme on le distribuait au Havre était de 4.500 calories. On le passait dans ces installations-là pour embrouiller une partie de sa puissance, et on le ressortait environ à 4.000 ou 4.200. On le réajustait avec un petit peu de gaz de raffinerie. On distribuait le gaz comme ça et ça a marché dix ans. On alimentait Le Havre et sa région."

11La relève a été prise d’abord par des gazoducs arrivant de Rouen, puis directement d’Algérie, par navire, au terminal méthanier. Georges Belloncle : "Disons dans les années 1964, il y a eu le gaz naturel qui a commencé à arriver au Havre. Il était fait par le Groupe de Normandie sur le port du Havre, de la réception du gaz qui venait d’Algérie. Ce gaz-là était redistribué. On a commencé par éliminer les zones que nous, à l’usine à gaz, on alimentait, par quartiers, pour les passer au gaz naturel ; jusqu’au dernier quartier autour de l’usine à gaz, disons là où est l’université actuellement. Cela s’est terminé en mai 68." La diminution puis la cessation de la production de gaz au Havre n’a pas signifié une baisse de la consommation. Au contraire. De gros efforts ont été faits pour approvisionner plus d’abonnés, puis pour les équiper en outils électroménagers au gaz. L’entretien et la pose de nouvelles conduites de gaz se sont donc poursuivis de plus belle. Bernard Dartinet : "[En 1958] j’étais plombier à la section branchement. On était une équipe de quatre, de terrassiers et de plombiers, et on faisait un branchement par jour. Quand ils étaient courts, ça allait bien ; quand ils étaient longs, il fallait quand même qu’on le fasse dans la journée... C’était toujours l’époque des canalisations en fonte et le branchement était en plomb ou cuivre."

Le navire méthanier Jules-Verne a été construit aux ateliers du Trait (Seine-Maritime) pour la filiale de GDF, Gaz Marine. De 1965 à 1989, il chargeait le gaz naturel liquéfié (GNL) à Arzew (Algérie) et le déchargeait au terminal méthanier du Havre, où travaillait notamment Gérard Taverne. Une grande partie du gaz était acheminé vers la région parisienne. (Collection CMCAS – DR)

Les services mixtes

12Le service commercial avait pour mission de populariser les multiples usages possibles du gaz. Bernard Rault : "Le service commercial, c’était pour la vente de nos énergies, électricité et gaz, j’étais un peu mixte. Une journée de commercial, c’était la visite des abonnés, on n’allait pas forcément voir des gens qui avaient le gaz. L’électricité, tout le monde l’a en général. Le gaz, il y a le gaz domestique, mais il y a aussi le chauffage, il y a l’eau chaude. Notre but c’était de vendre du gaz. Au début, on vendait nous-mêmes le matériel."

Le service du personnel en février 1959 : quatre femmes en blouse, quatre hommes en veste dont trois avec cravates ou nœud papillon, un téléphone noir, des classeurs sur le bureau. On travaillait sans séparation autour d’une grande table. Assise à gauche : Evelyne Lemoine, debout à droite : Jean Lemoine. (Collection CMCAS-DR)

13Le service des abonnés a fusionné les comptabilités du gaz et de l’électricité. Les bureaux et le centre administratif se trouvaient d’abord 2 rue Léon Gautier, derrière la sous-préfecture. C’est là que des centaines de Havraises et de Havrais ont rencontré Michel Lemonnier au bureau d’accueil de la clientèle. Au milieu des années 50, ces bureaux ont déménagé vers un bâtiment situé avenue René-Coty, au 75 rue Gustave Flaubert. Gérard Eudes : "[Dans les années cinquante], ce n’était pratiquement pas informatisé. On était une cinquantaine de comptables répartis dans tous les différents services, soit de comptabilité pure, soit de comptabilité à donner au service commercial. C’était quand même un gros service comptable."

L'électricité : Charles Laffitte

14Pour la centrale électrique aussi, les années cinquante ont été des années de transition. L’usine avait trois fonctions à l’origine : chaudières, turbines, surveillance de la distribution. La production par le charbon s’est avérée insuffisante. Du courant a donc été transporté en plus grande quantité de la centrale de Yainville (près de Rouen) et du réseau national vers Charles Laffitte pour compléter la production locale. Puis le charbon a été remplacé par le fioul, et à mesure que la nouvelle centrale thermique du port entrait en fonction, la production à Charles Laffitte a été réduite puis définitivement interrompue. Pendant un temps, la fonction de coordination des réseaux est restée à Charles Laffitte, autour du célèbre "tableau" dont Jacques Doublet nous révèle le pouvoir évocateur mystérieux (ci-dessous). L’établissement avait également des bureaux, des laboratoires, des ateliers, et un parc d’engins. Il associait sous une même direction (l’exploitation électricité) les personnels de la distribution (ancienne SHEE), de la canalisation, de la suburbaine (subur) ainsi que le service de l’éclairage public (mixte électricité et gaz) du Havre concédé à EDF. Ces particularités de structure et de langage, héritées des anciennes sociétés, ne disparaîtront que dans les années soixante-dix.

15Marcel Canel a noté ce changement : "Quand je suis arrivé à la centrale de Charles Laffitte en 1962, c’était l’agonie de la centrale. Elle tournait encore mais la centrale était d’un côté, et il y avait de l’autre la subdivision de l’Electricité (la subdivision du gaz était rue Jean-Jacques-Rousseau et rue Philippe-Lebon). Charles Laffitte était partagé en deux. La subdivision de l’électricité avait tous les métiers de réseaux, le réseau urbain (c’était l’intérieur du Havre) et le réseau suburbain (qui faisait l’extérieur de la ville)." Quand Charles Laffitte a été occupé, en mai 68, on n’y produisait déjà plus de courant.

"Charles Laffitte !" lieu de mémoire

16Certains lieux ont un pouvoir symbolique produit par leur histoire. Pour Jacques Doublet, Charles Laffitte restait l’âme de l’entreprise malgré le déclin de sa fonction productrice : "Plusieurs générations d’électriciens ont travaillé entre la gare SNCF et le quai Colbert, dans un décor plus proche d’un roman de Zola que des immeubles de verre véhiculés par l’image d’EDF. C’est là que la transformation proposée par la nationalisation de l’électricité a mûri, s’est vinifiée, pour le bien tant du personnel que de l’entreprise et de l’ensemble de la population havraise."

17"Dire Charles Laffitte, c’est en conter les différentes facettes ; mais cela emplirait un grand nombre de pages. J’ai choisi pour en montrer l’esprit de vous décrire un seul lieu. S’il est un endroit central, mythique, ce ne peut être que le ‘tableau’. C’est la référence obligée de ceux qui y ont travaillé. Les souvenirs que j’en garde sont liés au travail, à l’activité de l’entreprise, à l’action syndicale."

18"‘Aller au tableau’ faisait partie d’une espèce de rite initiatique. Le ‘tableau’, c’est l’âme, le ciel, le lieu du pouvoir et du savoir. Pour y accéder, l’agent devait subir des transformations : d’abord être adoubé comme agent EDF, pour être ensuite informé du chemin qui le conduirait à la guérite du chef de quart. Partir de la cour des services d’exploitation, s’engager dans le défilé qui mène à l’escalier qui conduit aux bureaux de la hiérarchie, traverser la courette ressemblant à un puits sans lumière ; et là, au fond de l’impasse, une porte anonyme : on pénètre dans l’antre.

19Deux portes séparées par un sas : côté cour, la température est à zéro degré, côté sas, on frôle les trente degrés.

20La seconde porte s’ouvrait dans les caves de la centrale thermique, un lieu ‘chtonien’, un mini-enfer peuplé de chauffeurs de fours. L’air était cendré et sentait l’escarbille chaude ; à gauche des dizaines de câbles plongeaient sous terre. Quelques marches encore vous amenaient à la salle des machines : un univers coloré, ronflant, brillant, ronronnant, sifflant, où s’affairaient de rares ouvriers en bleus de chauffe.

21Puis c’était l’escalier en colimaçon, entouré de vitres derrière lesquelles se laissaient deviner les arabesques des jeux de barres et des isolateurs électriques. Un palier, un mur de fileries et d’appareils de mesure et, au dos, le saint des saints, le tableau de commande de la centrale et les différents départs desservant l’énergie de la ville : l’ancienne et bientôt la nouvelle en pleine reconstruction."

Le changement de tension

22La grande nouveauté est le changement de tension de 110 volts à 220 volts. Jean Delahaye nous explique les raisons de ce vaste chantier qui va durer de 1955 à 1992 : "Les besoins en électricité se sont fait ressentir surtout à cette époque-là, et les réseaux étaient trop faibles. Soit on multipliait les transformateurs, soit on augmentait les lignes, enfin, la grosseur des fils, ce qui aurait été presque impossible et il aurait fallu mettre les poteaux en conséquence. Donc ils ont choisi de passer la France en 220. De ce fait là, il n’y avait pas besoin de modifier les supports... D’abord il y a une enquête préliminaire où on envoie des dossiers aux gens pour voir ce qu’ils possèdent chez eux, comme matériel électrique. Après il y a un enquêteur qui vient pour les clients importants, parce que, si vous avez juste un moulin à café... Il enquête sur place pour voir comment l’installation est faite au niveau de la sécurité, etc., et ce qu’il faut effectuer comme travaux. Les feuilles étaient notées en nombre d’heures pour faire un client ordinaire. On avait deux ou trois heures suivant le cas. On nous donnait en début de semaine, à cette époque-là, quarante-quatre heures de travail effectif, avec un certain nombre de pochettes de ‘clients’, qui étaient des abonnés plus exactement (rires). Et donc on commençait le lundi, et le mercredi ou le jeudi, on passait en 220. Il fallait tout prévoir pour que chez le client, le jour du changement de tension, tout soit fait chez eux. On débranchait pour qu’on puisse le faire le lendemain. Sinon, ça grillait, quoi... J’aime mieux vous dire qu’il y a des jours où ça n’était pas triste... On envoyait le 220 dans tout un quartier, pas chez un seul client... Je vais vous citer une anecdote. C’était à Harfleur. On avait passé un abonné parce qu’il était à la limite d’une zone, donc il avait été répertorié sur une autre zone et puis, manque de pot, son courant, le soir, il a eu du 220. Quand il est rentré, tout sautait. Alors il s’est pointé au véhicule ; il a dit : ‘J’ai branché ma télé, elle a explosé. J’ai branché mon poste, il a explosé. Est-ce que je peux brancher ma machine à laver ?’Alors vous voyez le genre... Nous, on a fini sur Le Havre en 87, mais ça a duré plus tard sur Caen et Rouen. Ils ont dû finir vers 90-92... Quand j’ai commencé à travailler en 1947, on équipait la campagne en 220, mais la ville était en 110. Enfin, certaines campagnes, parce qu’il y avait des châtelains qui avaient électrifié leur bourgade parce qu’ils électrifiaient le château ; eux, ils étaient 110 ; mais les autres, c’était du 220."

23Pendant plus de trente ans, les équipes de changement de tension ont ainsi prospecté zone après zone de consommation et fait les modifications nécessaires, jusqu’à ce que toute la France soit en 220/380 volts. Le passage aux appareils de 220 volt chez les abonnés n’empêchait pas qu’EDF multiplie les transformateurs. Ceux-ci étaient en effet nécessaires pour livrer le courant transporté des régions de production excédentaire vers les régions déficitaires par les lignes de haute tension. Gaston Morel : "En 1961, j’ai été nommé à Montivilliers : on montait une nouvelle sous-station, avenue Wilson, 30.000/5.000 comme tension. On recevait du 30.000 et on distribuait du 5.000."

24Dans le gaz et dans l’électricité, les changements techniques engagés étaient donc considérables, à la mesure de l’expansion économique qui démarrait. Mais cette expansion ne s’est pas faite sans à-coups, et le climat social et politique a beaucoup pesé sur l’évolution de l’entreprise. C’est ce que la partie suivante cherche à mesurer dans la parole des agents EDF-GDF.

II. La guerre d’Algérie, les HLM, Georges Brassens

25Tous ceux qui avaient entre soixante et soixante-dix ans en Fan 2000 avaient entre dix et vingt ans de 1950 à 1960. Or beaucoup des personnes que nous avons interviewées sont des sexagénaires et des hommes. Les années cinquante sont leurs années de jeunesse. C’est donc ce point de vue que nous adoptons dans cette partie, pour évoquer la vie politique, sociale et culturelle des électriciens et gaziers du Havre dans cette décennie. Il met l’accent sur deux phénomènes : la guerre d’Algérie et la culture des jeunes travailleurs. Pour le premier nous avons des témoignages divers, pour le second nous avons principalement les impressions personnelles de Jacques Doublet que nous suppléons par celles de quelques autres personnes. Il me semble que ces sources permettent de reconstruire le climat politique et la conscience ouvrière de l’époque, réalités qui ont laissé une forte empreinte sur EDF-GDF.

26Le consensus national qui avait marqué la Libération et l’effort de reconstruction, s’est dissipé assez rapidement. Les luttes sociales ont repris avec force, doublées de l’antagonisme planétaire entre le camp pro-soviétique et le camp pro-américain. La guerre froide s’est installée pour longtemps. Les gouvernements successifs de la IVe et de la Ve République choisirent de maintenir un empire colonial français aussi longtemps que possible : il s’ensuivit une série de conflits coloniaux. Claude Flandre rappelle comment pouvaient se mêler, dans un même imbroglio, ces expéditions coloniales, la guerre froide et les organismes sociaux d’EDF-GDF : "1951, c’était la guerre d’Indochine. Des calomniateurs disaient que les institutions que nous avions (les maisons de la CCAS), servaient d’école militaire pour les cadres de l’armée du Viet-minh, ce qui était évidemment une aberration." La guerre d’Algérie commence en 1954. Elle affecte profondément le pays tout entier, et naturellement les électriciens et gaziers du Havre. Ils sont touchés parce qu’ils sont contraints de prendre position sur "les événements", parce qu’ils sont appelés à servir dans l’armée française, parce que certains agents deviennent algériens en 1962, et que d’autres qui étaient Français d’Algérie deviennent Havrais, et même parce que leurs installations vont importer le gaz de ce pays.

La guerre d'Algérie et les Havrais

27Les positions sont rapidement très marquées sur la scène politique. Claude Flandre : "La répression en Algérie. Après que Guy Mollet eut obtenu les pleins pouvoirs, il remobilise les appelés. L’Union locale [CGT] appelle à manifester devant les trains. Le syndicat répond présent à l’appel. De puissantes manifestations ont lieu à la gare où de très durs affrontements ont lieu avec les hommes de la 32e compagnie de CRS... Il y a des photos où on s’est couché devant un train pour empêcher les soldats de partir en gare du Havre... Le train est parti quand même, parce qu’ils ont amené je ne sais pas combien, peut-être mille flics pour dégager le train. Enfin, bon, cela avait secoué la population quand même." Le Syndicat des gaziers et électriciens du Havre appuyait Faction de l’Union locale ; parmi les manifestants se trouvaient des agents EDF-GDF. Robert Lhotellier : "J’étais couché sur les rails devant le train avec des copains pour pas qu’ils partent en Algérie. C’était le 7 juin 1956. J’ai même lancé le mouvement avec l’Union locale."

Trois documents sur l’action contre la guerre de juin 1956 au Havre :

Trois documents sur l’action contre la guerre de juin 1956 au Havre :

Appel à la manifestation du 7 juin 1956 (Archives de l’UL CGT du Havre)
Tract d'appel (Archives de l’UL CGT) Le mouvement d'opposition à la guerre en Algérie a continué après cette action.

Les manifestants sur la voie devant le train des rappelés en gare du Havre. (Photos CLX, Arch. Mun. du Havre – DR)

La police charge les manifestants. (Photos CLX, Arch. Mun. du Havre – DR)

28Claude Flandre : "Marcel Paul a été l’objet de menaces de la part de l’OAS au moment de la guerre d’Algérie parce que nos camarades gaziers et électriciens algériens payaient aussi un lourd tribut à la libération de l’Algérie. On a eu un camarade notamment qui a été guillotiné, Fernand Yveton. Il a été guillotiné en 1957." L’avocat de Fernand Yveton, accompagné de Marcel Paul, est allé voir le Président de la République d’alors, René Coty, pour lui demander la grâce. Coty l’a refusée. Claude Flandre : "Nombre de gaziers étaient emprisonnés en Algérie. On avait fait parrainer des familles d’enfants de camarades algériens qui étaient emprisonnés. Au Havre, on a eu deux enfants d’Algérie qu’on a parrainés par des souscriptions."

29Tous les syndiqués n’étaient pas aussi enthousiastes pour ce genre d’action. Gaston Morel : "À partir du moment que c’est un syndicat qui essaye de prendre un peu de pied sur la politique, je suis plus tout à fait d’accord. Une fois, j'ai eu des petits problèmes. [Un agent] a été me voir. Il me dit comme ça : ‘On s’en va à quatre heures pour manifester’. Alors je lui dis que j’avais pas lieu de manifester. C’était pas pour les salaires, c’était pendant la guerre d’Algérie. Il dit : ‘Tout le monde est arrêté au gaz’, tout ça. J’avais mon vélo, je vais voir au gaz. Tout le monde était là. Je reviens. Je lui dis : ‘ça marche pas, ils travaillent’. Je dis : ‘Moi, je reste’."

30Voici quelques réactions recueillies auprès de ceux qui ont été envoyés comme soldats en Algérie. Georges Belloncle : "Un an après mon embauche à l’usine à gaz, je suis parti à l’armée pour seize mois, et j’y suis resté vingt-six : on a été maintenu le temps des événements d’Algérie (56-57). On s’inquiétait de partir, on avait peur de partir. On avait des informations par les médias sur ce qui pouvait se passer là-bas, alors exactes ou amplifiées, parce que jamais contrôlées, cela ne nous donnait pas envie de partir en Algérie... Mon unité faisait le maintien de la protection de la population qu’il y avait dans les petites villes, des choses comme cela, la recherche des gens qui combattaient contre la France aussi. Moi, mon activité, j’avais réussi à me caser un petit peu : j’étais dans la transmission... Disons qu’il y a des souvenirs qui ne sont pas agréables. Il y avait des gens avec qui on ne pouvait pas se côtoyer amicalement, c’était des adversaires ; j’ai eu des collègues aussi qui se sont fait tuer." Gérard Taverne : " 1957, ça a été une date importante, ça a été le départ pour l’Algérie pour deux ans et demi... C’est de très mauvais souvenirs. De tout : d’esprit, même de camaraderie."

31Jean-Pierre Christophe : "Je suis le dernier contingent à avoir fait 28 mois, dont une partie en Algérie, 16 mois. Alors là aussi, je veux pas empiéter, je vais être apolitique, tout ce que vous voulez, mais quand vous avez vingt ans, c’est quand même dommage d’être appelé pour représenter la France. Et pour qui ? Pour quoi ? Quand on a vingt ans, on ne se pose pas la question, et avec du recul on se dit : ‘J’ai quand même perdu du temps. J'ai perdu mon temps, une partie de ma jeunesse, parce que c’est l’âge aujourd’hui où on s’amuse le mieux, vingt ans. Et pourquoi ?... J’étais dans les transmissions et je portais le courrier opérationnel en Kabylie." Gérard Eudes : "J’ai fait neuf mois en Algérie [en 59] et dix-huit mois en France. [Est-ce que c’était une expérience particulièrement dure pour vous l’Algérie ?] Oui, difficile, parce que j’avais déjà mes convictions politiques. J’ai adhéré au Parti communiste en Algérie d’ailleurs... Je n’allais pas crapahuter dans les bleds comme certains, mais j’étais quand même amené quelquefois à participer à des opérations avec la légion sans vraiment me poser beaucoup de questions. En vérité, on ne m’a pas envoyé ma carte du Parti communiste en Algérie, mais ma décision était prise... Au moment du putsch d’Alger, il y avait quand même des prises de position assez nettes. J’étais contre les troupes du général Salan, qui commençaient à faire route vers notre unité. Il y avait une activité ; on écoutait fortement la radio ; on avait des contacts les uns avec les autres, et on était prêt à réagir positivement au cas où les acteurs du putsch auraient voulu nous embarquer dans des aventures qu’on ne souhaitait pas... J’étais d’ailleurs mis un petit peu à l’index, parce que j’avais refusé de participer aux opérations de répression contre les manifestations à l’époque de Ben Bella. J’étais mis aux arrêts de rigueur : interdiction de quitter ma chambre, avec un soldat armé à ma porte... Quand je suis rentré, j’ai repris mes activités syndicales et politiques. Un peu plus, parce que, bon, quand je suis revenu, j’ai pris des responsabilités politiques au Parti communiste. Je suis rentré dans les organismes de direction assez rapidement. J’ai pris des responsabilités politiques sur les quartiers."

32Claude Danet est un peu plus positif : "Je suis parti en Algérie en janvier 1958, avec le 54e bataillon du génie dont la mission était de poser des mines sur la frontière entre le Maroc et l’Algérie. C’est une période dont on a gardé des bons souvenirs au niveau de la camaraderie ; au niveau de l’action, des faits, c’est à oublier."

33Parmi les agents EDF-GDF du Havre, nous avons déjà vu qu’un certain nombre était d’origine algérienne et avait donc la nationalité française avant 1962. Je n’ai pas pu reconstituer leur trajectoire pendant la guerre et après l’indépendance. Robert Lhotellier a bien voulu me résumer les choix de l’un deux, Saki Areski. Marié à une Française et père d’enfants français, il a milité pour la paix en Algérie. En 1962, il a choisi la nationalité algérienne tout en maintenant sa résidence au Havre. Il a donc poursuivi sa carrière à EDF-GDF au Havre.

34Plus facile à rétablir est l’itinéraire des agents "français d’Afrique du Nord", les "pieds-noirs". Parce qu’EDF-GDF était une société publique nationale, le gouvernement l’a aisément convaincu de pratiquer une politique de mutations et d’embauche qui aiderait à résorber l’afflux des Français rapatriés après l’indépendance de l’Algérie. Plusieurs d’entre eux se sont retrouvés au Havre. Marcel Canel avait eu une longue expérience à Electricité et Gaz d’Algérie (EGA) comme chauffeur de car puis comme chaudronnier, entre autres : "On est arrivé ici en 62... Pour moi, la France s’arrêtait à Montpellier. Quand on nous a demandé en Algérie où on voulait être muté, j’avais fait une ligne de Bordeaux à Nice. On n’a pas tenu compte de nos attentes. On a été tiré au petit bonheur la chance. On nous a imposé de venir, c’était ça ou rien... Au Havre, je n’ai pas retrouvé le poste que j’avais en Algérie parce qu’il n’existait pas. Donc on m’a affecté dans un atelier d’entretien de matériel à Charles Laffitte." Bien qu’il veuille atténuer l’expression de ses sentiments, il est clair que Jean-Paul Cegarra, plus jeune, a ressenti le coup durement, une fois la surprise passée : "J’ai fait une école de métiers d’Electricité et Gaz d’Algérie en 61. En 62, l’indépendance a eu lieu et on a été obligé de partir, et même de s’échapper de l’Afrique du Nord, parce qu’on risquait notre vie. Donc j’ai été intégré à mon retour d’Oran, heureusement d’ailleurs, à Electricité et Gaz de France, le 1er août 1962. Je suis rentré avec ma valise après avoir atterri à Paris, pris le métro. Vous vous rendez compte ce que ça peut représenter pour un rapatrié d’Afrique du Nord qui vient de son bled, prendre le métro, chercher l’endroit, c’était à Saint-Mandé le siège, et ensuite je suis reparti à Villemand-le-Raincy en banlieue ouest, et puis là j’ai été rechercher un logement, et puis j’ai commencé à naviguer en France... Mon père a été muté à la préfecture de Rouen, et c’est là que j’ai travaillé en 65, après mon service militaire... J’ai été bien accueilli. Je pense qu’ils devaient être préparés quand même à accueillir beaucoup de gens d’Afrique du Nord. Après les accords d’Evian, je pense qu’ils avaient comme mot d’ordre d’absorber tous ces gens qui sont arrivés aussi bien dans les Postes, dans les administrations et puis dans les services. On a eu de la chance qu’en 1962 c’était encore les trente glorieuses, où il y avait du travail pour tout le monde, et donc ça s’est bien passé."

35Jacqueline Gobbé, embauchée à EDF-GDF au Havre en 1966, à l’âge de dix-huit ans, se rappelle de son enfance : "J’étais à vingt kilomètres d’Alger. Pas très loin, il y avait l’aéroport de Maison Blanche qui existe toujours mais qui ne s’appelle plus comme ça. C’était un petit village où il y avait beaucoup de cultivateurs... Mon père travaillait à la Chambre de commerce à Alger. J’ai donc vécu dans ce village pratiquement jusqu’au départ, puisqu’on est parti trois mois avant de prendre le bateau. On est arrivé à Marseille le 10 juin 1962... Les dernières années de l’école primaire, on était mélangé. Mes copines habitaient près de chez moi. J’avais des copines arabes qui venaient régulièrement à la maison... Ce qui a été traumatisant, c’est de partir, c’est le jour où on est parti vivre à Alger. Ce jour-là c’est pénible, on se retrouve dans un appartement alors qu’on a vécu depuis sa naissance dans une maison à l’air libre, dans un petit village où on allait à droite, à gauche. [C’était l’arrachement aux amis peut-être ?] Oui, aussi, toutes mes copines, que ce soit françaises ou algériennes. C’est beaucoup de choses. [Vous ne les avez jamais revues ?] Jamais... On a habité à Marseille jusqu’en juin 65, après on est parti puisque mon père a été muté au Port autonome du Havre."

36Gaston Morel a son propre point de vue : "Une chose que j’ai ressentie, et puis y’en a certainement d’autres qui l’ont ressentie, c’est que beaucoup de gars qu’étaient à l’Electricité d’Algérie, qui sont arrivés au Havre, avaient certainement pas les capacités de certains qu’étaient au Havre, et ils ont bridé leur carrière. Bien sûr, ils arrivaient en échelle 7 ici. Y avait des gars ici qu’attendaient, qu’essayaient de monter, mais qu’étaient toujours en 6, difficilement en 6. Ils se sont retrouvés avec des chefs qu’étaient directement arrivés de là-bas. C’était normal qu’ils venaient, c’était des Français, mais là où j’étais pas d’accord, c’est qu’ils ont bridé des carrières à certains."

L’état d’esprit des jeunes travailleurs

37L’Algérie était donc bien présente dans la vie des jeunes qui entraient à EDF-GDF à la fin des années cinquante et au début des années soixante. Ils étaient également façonnés par les changements sociaux et culturels en cours. La jeunesse, l’âge entre l’enfance chez les parents et l’établissement de son propre foyer, s’allongeait. Pour certains cela menait à des études prolongées, pour d’autres, ceux que nous rencontrons à EDF-GDF, à une période de vie de célibataire, souvent en groupes de jeunes. Il est significatif qu’EDF-GDF ait établi à cette époque des foyers de jeunes travailleurs qu’elle appelait des "célibatorium". Jacques Doublet nous raconte par écrit ses souvenirs : "J’ai vécu, je préfère dire, nous avons vécu la décennie 1950 en groupe. Un petit groupe d’exilés, de horsains, qui avaient élu domicile dans un hôtel meublé à l’angle du boulevard de Graville et de la rue de Mexico : chez Mme Lejeune.

38Il y avait Claude, Michel, François, moi, tous les quatre agents EDF, et puis Gigi qui travaillait à l’électromécanique, Roland, jeune apprenti boulanger, Moïse, peintre en bâtiment, "Fleur de tabac", apprenti coiffeur. Nous avons tous eu nos vingt ans dans cette période et pourtant, pas un seul instant nous n’avons été des adolescents ; nous étions de jeunes travailleurs.

"La Canaille" se réunit chez Mme Lejeune, l'hôtel meublé rue de Mexico. De gauche à droite : Bertrand dit "Tonio", Coeffec dit "la grande gouloute", Louvet dit "Marius", Tellier, de dos "Tatave" (voir les explications de Jacques Doublet dans le texte). (Collection CMCAS – DR)

39C’est au cours du repas du soir que nous commentions chaque jour la vie qui nous entourait : celle du monde, de la France, celle d’EDF, la vie locale. C’est de cet observatoire que nous avons vu ce premier lustre des années 1950 au Havre.

40Le Havre sentait le café. Un peu partout dans la ville, les Havrais torréfiaient les grains de café verts sur de petits braseros ; un café en provenance directe du port, passé au nez et à la barbe de la police et des douaniers qui en gardaient les entrées.

41La télévision n’en était qu’à ses premiers balbutiements, mais la radio, on disait encore la TSF, déployait largement ses ailes. Paris-Inter, Radio-Luxembourg émettent dans toute la France ; vient s’ajouter à ce duo Europe no 1. Europe no 1 programme essentiellement de la musique et des chansons. A côté d’Edith Piaf, des Compagnons de la chanson, des Frères Jacques, de Ray Ventura, Jacques Hélian, apparaît une nouvelle vague : Boris Vian, Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, et surtout Jacques Brel et Georges Brassens. Ces chanteurs bousculent la pudeur des mots, la quiétude de la bourgeoisie et des pouvoirs publics. Bien que censuré par l’Etat, Europe no 1 émet ‘Le Gorille’ à la satisfaction du public jeune dont nous faisons partie. Claude possède un tourne-disque ; nous avons acheté Brassens et Sydney Béchet en 78 tours. La chambre est enfumée et nous écoutons ‘Bancs publics’ et ‘Les oignons’.

42C’est aussi l’époque des émissions populaires : ‘Sur le banc’ de Jeanne Sourza et Raymond Souplex, ‘La famille Duraton’. Les déjeuners et les dîners sont rythmés par ces représentations de la vie urbaine.

43Mme Lejeune, notre logeuse, aime les livres. En prévision de sa retraite, elle se prépare une bibliothèque avec des volumes qu’elle n’a pas le temps de lire. Mais voyant notre soif de connaissance, elle nous prête aimablement ses bouquins.

44François a une sœur qui fait ses études aux Etats-Unis. Sa correspondance avec son frère nous ouvre d’autres horizons.

45Le monde du livre explose : Prévert réédite Paroles, Camus La Peste. C’est le temps des romans fleuve avec Robert Gaillard, Marie des Iles, etc. Roger Vercel écrit sa trilogie à la gloire de la marine à voiles, Le pot au noir, Ceux de la Galatée, L’Atalante. Pauwels et Berger font un tabac avec Le matin des magiciens, un sujet polémique que nous commentons parfois violemment. Aragon publie La Semaine sainte ; Sartre fait les beaux jours de la critique ; le mensuel Planète trouble les esprits cartésiens ; Braudel et les Annales renouvellent l’histoire et font paraître La Méditerranée.

46Nous économisons sur nos maigres ressources et nous nous permettons quelques extras pour le cinéma, la scène ou le théâtre. C’est ainsi que les salles de cinéma havrais (Normandie, Rex, Gaumont, Le Marny à Sanvic, Le Vox dans l’Eure, le nouveau Kursaal à l’extrémité de la rue de Paris) ne sont pas en reste. On peut y voir : Mademoiselle s’amuse, Et Dieu créa la femme, Si Versailles m’était conté. C’est l’âge d’or des westerns américains.

47Les scènes havraises accueillent les tournées parisiennes et les groupes à la mode : les Compagnons de la chanson, les Frères Jacques, Edith, et, en américaine, les premiers pas de Roger Pierre et Jean-Marc Thibault. Le petit théâtre reçoit Sydney Béchet, Claude Luter, Mezz Mezrow, Jimmy Archet, Claude Bolling ; le Rex reçoit Lionel Hampton. Les amateurs de jazz et surtout nous, les jeunes, nous nous défoulons sur l’ameublement du Rex. La salle Franklin propose la pièce d’Armand Salacrou : ‘Jules Durand’, un hymne au syndicalisme.

Le Havre en reconstruction

48Et puis il y a la ville et dans cette ville, les usines. A l’ouest, les chantiers Augustin Normand animent le front de mer. Au centre c’est un énorme chantier de construction : les premières pierres de l’Hôtel de Ville, les Nouvelles Galeries, la rue de Paris en fin de reconstruction n’est qu’un désert, de jour comme de nuit ; les premiers immeubles des îlots S et V ; rue Georges Braque, la brasserie Paillette émet ses odeurs de houblon en plein centre ville ; dans la zone comprise entre l’hôtel de ville et le cours de la République, la ville héberge de nombreuses entreprises artisanales et la gare des transports publics. Dans la rue Casimir Delavigne, un gros marchand de fer et tubes perturbe la circulation. Au nord du boulevard d’Harfleur, concentrés autour de l’usine à gaz : les Etablissements Caillard, le fournisseur de fers et tubes Mabille, à l’angle des rues Jean-Jacques-Rousseau et Demidoff, des industries rue Boïeldieu, le centre de réparation des chemins de fer entre le pont Denis-Papin et le boulevard de Graville.

49Au sud du boulevard d’Harfleur, la centrale thermique et les quais au charbon (quai Colbert), les Forges et Chantiers de la Méditerranée et sa fonderie d’hélices de navire ; l’usine Le Nickel ; les établissements Westphalen, les bois Charles, les Magasins généraux, les établissements Caillard, les cales de l’Eure, le raffinage de pétrole Desmarais, l’Electromécanique, les verreries Tourres, Tréfimétaux, les Corderies de la Seine. Vers le sud, c’est le port, un port dans la ville : les paquebots, les navires de charge et tous les services d’un port s’étalent le long des bassins.

50Aux Neiges, autour des cales et des chantiers navals, les abattoirs municipaux, les frigorifiques, l’équarissage, l’usine élévatoire. Au sud des bassins, les grands travaux d’installation de la Compagnie industrielle maritime (CIM) et de ses bacs géants.

51Au nord, sur la côte, après le bourg de Sainte Adresse, c’est Sanvic et son dédale de rues, puis Bléville, presque un village. Le tunnel Jenner est en cours de percement. La forêt de Montgeon abrite une petite ville provisoire avec ses commerces, ses cafés, ses salles municipales, ses écoles.

52Vers l’est ce sont les chantiers de reconstruction d’Aplemont et de Graville : un mélange de baraquements et d’HLM.

53Voilà un aperçu du Havre ; le monde du travail, celui des usines, fait partie intégrale de la ville. Le Rond-Point est devenu le centre urbain ainsi que les rues qui, partant de la cité commerciale (chaussée Thiers) conduisent à la Barrière d’or, boulevard de Graville. La mairie restera dans ses quartiers provisoires rue Flore jusqu’au-delà de l’année 1958 (j’en suis sûr, je m’y suis marié) ; les rues Hélène, Jean-Jacques-Rousseau, Aristide-Briand, le haut du cours de la République accueillent la fine fleur du commerce local.

54Le boulevard François Ier, le quai George V, le sud du boulevard de Strasbourg, la place des Expositions, la rue Henri-Génestal, les Neiges, la cité Chauvin ne sont que des assemblages de baraquements provisoires où s’entasse la population havraise. Comme ce nombre de logements est insuffisant, beaucoup de Havrais se sont installés dans des camps provisoires à Gonfreville-l’Orcher.

55Dans ce monde là, le moyen de transport roi, c’est le vélo. Comme l’ère des cantines et du bref repas méridien n’a pas encore droit de cité, tout ce peuple se déplace entre midi et 14 h du nord au sud, d’est en ouest, et vice versa, et les rues Hélène, Massillon et Ernest Renan sont envahies par un flot continu de bicyclettes.

56La police n’est pas absente du fonctionnement de la ville. Le commissariat central est situé près de l’église Sainte Marie. Pas de carrefour important sans son gardien de la paix en tenue, gants blancs, manchettes blanches, qui règle la circulation. Le piéton se doit de passer dans les clous, sinon il est rappelé à l’ordre ; les rues sont parcourues par les ‘hirondelles’ : représentants de l’ordre à vélo, recouverts d’une pèlerine ; le port est gardé à toutes ses issues par les ‘flics du Port autonome’ et un corps important de douaniers. L’ordre règne.

57Les transports urbains viennent de se moderniser : les tramways ont laissé la chaussée aux trolleybus, libérant les boulevards du traquenard des rails, fatals aux conducteurs de bicyclettes.

58Pour terminer son tableau, Jacques Doublet rappelle pêle-mêle les événements qui l’ont marqué : "La guerre d’Indochine, puis les événements d’Algérie – service militaire oblige, nombre d’entre nous participeront à cette guerre – la bataille du canal de Suez, le drame de la Hongrie, inquiètent électriciens, gaziers, syndicalistes, élus. Mais la tâche de reconstruction, le développement des trente glorieuses étouffent les bruits de botte. On construit... On se bat pour toutes les causes : contre le trafic des piastres, pour le mouvement de la paix, pour l’ouverture d’une coopérative ouvrière, contre le coup de force du gouvernement contre le CCOS, pour l’utilisation du nucléaire à des fins pacifiques, pour les époux Rosenberg, contre le Maccarthysme, pour les augmentations salariales, pour l’échelle mobile..."

59Telle était la ville industrielle et industrieuse dans laquelle les jeunes agents EDF-GDF arrivés d’ailleurs ont fait leurs premières armes. Quelques autres touches compléteront le tableau. Gaston Morel nous rappelle que, même dans ces années, le chômage existait : "J’étais à la SCAN (Société des constructions aéronautiques et navales) pendant 4 ans, au pont VII. On était mille quatre cents, on travaillait sur les avions puis les hydravions. En 1954, ça a fermé : on s’est retrouvé à huit cents et quelques sur Le Havre, au chômage."

60Contrairement à Jacques Doublet, Gérard Taverne et Gérard Eudes n’étaient pas des ‘horsains’ mais des Havrais de naissance, ce qui n’empêchait pas qu’ils partagent la même curiosité intellectuelle ; ils décrivent le milieu et la mentalité des jeunes travailleurs dans un quartier de la banlieue havraise, Mayville à Harfleur. Gérard Taverne nous décrit sa soif d’indépendance d’esprit et de liberté : "C’était un groupe de jeunes travailleurs. On avait formé un foyer, et ça avait été pris en charge par un prêtre ouvrier qui s’appelait Jean-Marie Huret, qui est connu comme le loup blanc sur la place. Il a mis en place un réseau de gens à lui. J’ai adhéré à ses idées, mais toujours avec cette volonté de dire : ‘Non, je ne veux pas rentrer dans le système.’ Je ne voulais pas être enfermé. Et Jean-Marie il a placé dans divers comités d’entreprise sur Le Havre un tas de gens du foyer de jeunes. On réfléchissait beaucoup à tous ces problèmes, c’est sûr... On avait ce qu’on appelait les cars camping à l’époque. On prenait notre sac à dos et puis quelques fringues, et on partait. On faisait l’Espagne, on faisait l’Italie, l’Autriche. Le foyer n’avait que des activités comme ça. Il y avait un baby foot. Il y avait des jeux de cartes ; il y avait de la musique quoi. Et après le boulot, les gens se retrouvaient là et puis on discutait. Il y avait aussi un ciné-club qui était fait par un ancien instit, un ancien prof, je crois, qui avait beaucoup d’influence sur les jeunes... Mais c’était vraiment des personnages. Et puis, il y a eu aussi d’autres prêtres ouvriers qui nous ont entourés pendant les voyages à l’étranger. [Qu’est-ce qui était plus important : le fait qu’ils soient prêtres ou ouvriers ?] Moi ? Pour moi ? Le fait que c’était des ouvriers, des gens plus ouverts, moins sectaires si vous voulez... Le maire [actuel] d’Harfleur, c’était mon copain, là, Gérard Eudes. Il nous a invités plusieurs fois à prendre la carte [de la jeunesse communiste] et j’ai toujours refusé. Parce que ce mec-là, il a des valeurs exceptionnelles, surtout la valeur du travail... Le parti socialiste, je pense qu’il a de bonnes choses, mais il en a de mauvaises aussi." Mme Taverne : "Il [Jean-Marie Huret] n’intervenait jamais sur le plan religieux. C’était toujours sur le plan social, sur le plan politique, sur le plan de la corporation, mais jamais, jamais sur le plan religieux. Et c’est ça qui nous changeait. Parce que nous, on a vécu une époque où la religion tenait une très très grande place, pour nos parents, et après la guerre, nous on a voulu s’en sortir de cette emprise religieuse. Lui, justement, il représentait le prêtre ouvrier, une ouverture sur le monde qu’on ne connaissait pas à travers l’église." De l’extérieur, Gérard Eudes confirme cette recherche d’un cadre collectif où chacun garde sa liberté de penser : "Le foyer de jeunes en question s’occupait à la fois de loisirs quotidiens, les tournois de foot, les choses comme ça, mais aussi avec une réflexion culturelle, développement de la culture, des activités théâtrales, chorales. On a été quand même assez sensibilisé à ce type d’activités ouvertes sur l’extérieur... C’était encadré par un curé défroqué, Jean-Marie Huret, qui est une figure importante et sans doute un maître à penser... J’ai gardé des contacts très forts avec des gens qui se sont investis dans les milieux associatifs, syndicaux, politiques, culturels."

61L’Algérie et la soif de réflexion et de culture nouvelle chez les jeunes travailleurs : voilà bien deux caractéristiques du climat social de la décennie : forte politisation et précipitation des changements matériels et culturels. Sans ce contexte, on comprendrait moins bien l’apparition d’une nouvelle culture d’entreprise chez les travailleurs d’EDF-GDF, et encore moins les grands élans de la fin des années soixante aux années quatre-vingts. Voyons maintenant comment les missions, les gestes professionnels et les aspirations des agents ont évolué.

III. ‘Pieds-de-poule’, câbles, véhicules, sous-traitance : les gestes quotidiens

62Certains métiers qui avaient existé dans les années trente et quarante se maintiennent. D’autres occupent de moins en moins d’agents dans le Centre du Havre. Enfin, certains se démultiplient dans les services en expansion : changement de tension, bureaux d’étude, comptabilité. Des passerelles se créent du manœuvre à l’ouvrier qualifié, de l’ouvrier qualifié au contremaître et au chef de service, de la maîtrise à l’encadrement. La promotion ouvrière, les écoles de métiers, les ingénieurs ‘maison’ contribuent à brouiller les cartes. Dans la nouvelle structure on est moins plombier et plus agent EDG-GDF. La vocation de service public d’EDF-GDF commence à être partagée largement, et on ne craint pas de réclamer de meilleurs équipements et de meilleures conditions de travail en son nom.

Plus grande diversité du personnel

63Le personnel est plus divers qu’avant. D’abord par ses origines. Jacques Doublet : "Les agents sont un mélange de Havrais du cru, de ruraux en quête de salariat, de jeunes hommes libérés de la guerre 1939-1945, de fils d’émigrés italiens ou polonais, de maghrébins de cette époque, d’élèves des écoles de métiers EDF-GDF, de jeunes ingénieurs diplômés, d’anciens rescapés des camps allemands. Ils ont pour noms : Lacheray, Alexandre, Niel, Roulin, Laquerrière, Carrolo, Abbasi, Dubuc, Tellier, Gatti, Kerné, Bassanomi, Getz, etc." Mais aussi par ses fonctions : les différenciations hiérarchiques et de service se complexifient. A l’ancienne hiérarchie manoeuvre-ouvrier-chef s’en ajoutent de nouvelles, comme au Service urbain de l’exploitation électrique. Jacques Doublet : "Suivant le locuteur et son état d’esprit, on disait ‘La Canal’ ou ‘La Canaille’ pour le service canalisation. La deuxième version prenait le service sous son aspect revendicatif, assimilé au non-respect des lois du travail. Pourtant le service n’était pas fait des mêmes bois. On pouvait le partager en trois groupes. Un de nos collègues qui aimait parodier le définissait ainsi :

64Les sédentaires, ceux qui restaient à l’atelier. Il y avait M. Belin, ancien syndicaliste, respecté de tous, un sage. Le chef d’atelier, Alexandre, le frère de l’abbé du même nom, grand amateur de polo-vélo, de la ‘dive bouteille’, qui se définissait lui-même comme le canard boiteux, l’avatar de la famille Alexandre : un communiste... Niel, pour tous ‘Le beau Dab’, l’homme à tout faire de l’atelier.

65Les ‘pieds-de-poule’, un groupe de quelques agents généralement utilisés sur les travaux moyenne tension (postes et câbles), plus intellectuels, moins syndicalistes, donc plus prisés par la hiérarchie. On disait aussi ‘Les Chouchous’. Particularité : changeaient de vêtements pour se déplacer d’un lieu de travail à un autre, d’où leur surnom ‘Pieds-de-poule’. Jacquot, Gaston, Bertrand, Serge et Mimile, leur terrassier attitré.

66Et puis les autres, les cols roulés, la canaille, la pègre, ceux qui se mettaient facilement en grève, ceux qui, dit-on, buvaient, ceux qu’on employait à tous les travaux, un mélange de monteurs en canalisations souterraines, de maçons et de terrassiers d’entreprises ou de régie.

67Malgré les objectifs de travail et les revendications communes, cette stratification de l’Urbain a perduré dans la mémoire des anciens. Certains disaient qu’il faut diviser pour régner."

68L’arrivée de jeunes sortis de l’école des métiers d’EDF introduisait dans la structure un élément unificateur. En effet, ces agents connaissaient au moins un peu les rouages de la maison tout entière, avaient appris plusieurs qualifications spécifiques, et se vouaient à une carrière longue dans l’entreprise. Les souvenirs sur ces écoles sont assez contradictoires.

Trois photos des écoles de métiers EDF

Trois photos des écoles de métiers EDF

La première dépeint une institution propre, lumineuse et hautement technique. (Ecole nationale des métiers de la Pérollière (années 1960) à Saint-Pierre-la-Palud (Rhône) (Collection CMCAS – DR)

Les deux autres illustrent le côté sombre : les rituels autoritaires archaïques (" la procession ") et le bizutage ("le baptême"). (Gurcy-le-Châtel dans les années 1950). (Collection CMCAS – DR)

69Certains insistent sur la brutalité de la discipline, d’autres sur les avantages d’une formation en prise sur le travail réel. Ces écoles ont été supprimées dans les années 1990 malgré de nombreuses protestations qui craignaient que leur disparition ne laisse comme seuls candidats aux postes qualifiées d’EDF des diplômés des universités. Il est possible que les souvenirs soient biaisés par ce débat. Il est possible aussi que les expériences aient varié selon les époques et les sites. Jacques Doublet n’est pas le seul à dénoncer la violence et l’absurdité des bizutages. Voici un extrait de ce qu’il a voulu nous dire : "Je suis rentré à Gurcy-le-Châtel en octobre 1950... Il y avait un concours : on prenait 90 agents sur les 2.000 candidats... Le cycle de l’école était d’un an... La discipline était située entre les milices à Pétain et la nouvelle EDF qui se créait. On était habillé comme les jeunesses à Pétain, avec galons, sauf le béret. Vous les voyez, ces costumes bleus avec un petit blouson ? Le premier soir, on nous mettait dans une chambre et arrivait la milice, la garde, des gens habillés en Ku Klux Klan. Ils vous tiraient les pieds, ils vous faisaient tomber par terre, et si vous vous rebelliez, vous aviez une gifle. Ils nous faisaient subir toutes les humiliations possibles et imaginables... Quelques jours après, il y avait le baptême du service électrique... Tout le monde était là, en rang d’oignons, habillés, au garde à vous, et chacun passait à la gégène, comme en Algérie... Ensuite il y avait un baptême du cimetière... On passait à genoux et les types vous martelaient le derrière jusqu’au sang. A travers le pantalon, ça saignait... Quelques jours après, c’était le baptême du service intérieur : on faisait toutes les corvées possibles, nourrir les cochons, creuser la piscine. Et puis on retournait des tables, on les mettait sur les bancs, on laissait un espace entre les deux et il y avait un parcours qui faisait cent à cent vingt mètres. Et là, tout nu, on jetait du poivre, on jetait de la cire et fallait passer sous les tables et les anciens étaient là, ils nous barbouillaient de tout ce que vous voulez... C’était la formation.... Comme j’étais rebelle, c’était peut-être plus dur pour moi... C’est avec du recul que l’on se rend compte qu’il y a de telles violences qui apparaissent. Quand on a été violenté comme ça, on fait la même chose après... Le but c’était d’abaisser le type jusqu’à ce qu’il soit en mesure d’obéir... C’était un peu une formation militaire. [Mais est-ce que vous avez eu le sentiment d’apprendre votre futur métier ?] Oui. Il y avait la camaraderie, la découverte des autres. On était de toutes les régions de France, quasiment tous les départements étaient représentés, y compris les départements d’outre-mer, la Tunisie, l’Algérie. Derrière tout ça, il y avait des problèmes de racisme. Y avait des Antillais, mais y avait surtout des Gabonais, des Tchadiens."

70Côté gaz, les choses étaient un peu différentes. Bernard Dartinet : "[J’ai fait l’école de formation de Versailles.] C’était un peu bizarre : cette école faisait partie de l’enseignement public, mais elle était subventionnée par Gaz de France les trois premières années. Ils préparaient à plusieurs métiers. Moi, personnellement, j’ai choisi la plomberie. Mais ils préparaient aussi à ajusteur, chaudronnier, et menuisier même. Trois ans d’enseignement de plomberie, le passage du CAP et la quatrième année, c’était une année spécifiquement de gaz. On allait en stage dans les usines à gaz de France, on travaillait sur des réseaux posés dans la cour."

71Ceux qui n’avaient pas fait ces écoles de métier éprouvaient parfois un certain sentiment d’injustice. Jean Delahaye : "Il y avait les écoles de métiers à EDF et moi, je suis rentré en dehors du circuit EDF. Pour arriver à s’élever dans la hiérarchie du travail, il a fallu que je fasse valoir mon savoir, ce que j’avais appris quoi. C’est dingue. J’étais ouvrier hautement qualifié (OHQ) dans le privé, mais à EDF, je suis rentré à aide électricien."

La faiblesse des moyens

72Voyons maintenant les conditions de travail. Pour Jacques Doublet, un des grands problèmes de cette période est l’inadéquation entre les moyens mis à la disposition du personnel et leur mission. La contestation se fait donc au nom de la réalisation du service public, et débouche sur une meilleure performance de l’entreprise. Jacques Doublet : "L’encadrement et l’utilisation de la main-d'œuvre est encore semblable à l’avant 1936 ; les individus doivent obéir et sont corvéables à merci. La multiplication des incidents de réseau, fruit de la vétusté, bouscule les horaires journaliers et il n’est pas rare de travailler plusieurs jours et plusieurs nuits de suite, avec un temps de récupération de quelques heures. Dans ce contexte, l’activité syndicale est constamment sollicitée pour l’amélioration des conditions de travail : habillement, vêtement de pluie, outillage, sacoches de vélo, protection électrique, moyens de transport, primes en tout genre (de vélo, de salissure, de décalage de repas), demande de temps pour le casse-croûte du matin, augmentation de salaire, etc. Ces différentes revendications partagées par tous, le travail en équipe, la solidarité nécessaire à la vie de groupe, forgent un esprit, une culture d’entreprise, un lien d’appartenance au groupe, une unité qu’on appellera plus tard, aussi bien chez les syndicalistes que chez les représentants des directions, l’esprit exploitation électricité Charles Laffitte. Les gaziers, dans un parcours semblable, créeront l’esprit Jean-Jacques Rousseau."

73La pénurie de moyens de travail modernes se retrouve dans plusieurs témoignages. Elle concerne surtout les véhicules et les engins pour creuser les tranchées et tirer les câbles. Cette description de Jacques Doublet évoque l’usage des charrettes, alors que la voiture est déjà très présente : "En 1952, à l’embauche à 7 heures du matin, on peut voir dans la rue Charles Laffitte le défilé de dizaines de chevaux attelés chacun à un chariot plat, muni à son extrémité d’un cabestan destiné à l’arrimage des marchandises transportées des navires aux entrepôts ; les sabots des chevaux résonnent sur le pavé ; sortant du 55 rue Laffitte, des électriciens attelés dans les brancards de leurs charrettes à bras croisent leurs compagnons d’infortune. EDF ne dispose, pour assurer le fonctionnement de la distribution, que de trois véhicules utilitaires, de trois voitures de tourisme et de cent agents avec des voitures à bras." Cette notation de Marcel Canel, de l’atelier d’entretien de Charles Laffitte, montre que la pénurie durait encore en 1962 : "Quand on est arrivé (en 1962), les véhicules, il n’y en avait pas beaucoup. Les chefs d’équipe avaient des mobylettes. Il n’y avait que l’ingénieur d’exploitation qui en avait." Bernard Rault : "Au service commercial,... Quand on a commencé, on n’avait pas de véhicule, donc on avait notre petite valise sur le cadre du vélo. Après, des mobylettes. On était rue Léon Gautier ; après on est venu avenue René-Coty... On ne prenait pas de rendez-vous, on faisait du porte à porte." Les souvenirs d’Henri Coquelet, de Bolbec, sont moins précis ; mais il exprime une grande satisfaction qu’EDF-GDF ait finalement équipé les agents de voitures de service et leur ait payé une école de conduite.

74Jacques Doublet raconte cette anecdote montrant le manque d’échelles : "Moi, on m’avait donné une ceinture, le premier truc que l’on m’a donné, et une pince universelle, deux tournevis, et puis : ‘Tu travailles’. On n’avait pas de matériel adéquat. Dans cette équipe-là (Le Havre suburbaine, 1953), on avait un vieux camion et une échelle qui faisait deux fois quatre mètres. On pouvait aller jusqu’à huit mètres. Mais souvent les réseaux sont à plus de huit mètres sur les façades. Parmi les gars avec qui je travaillais, il y avait un type. Il était énorme, il faisait au moins 110 kilos. C’était un électricien chevronné. Il me disait : ‘Toi, le jeune, tu vas monter là-haut.’ Je disais : ‘Mais on n’y arrive pas avec l’échelle.’ ‘T’inquiète pas, tu montes là haut !’Il prenait l’échelle en-bas. On gagnait deux mètres et il fallait travailler comme ça avec l’échelle qui se baladait, sans gants, sans rien du tout. C’était épique."

75Pas ou peu de machines pour poser les câbles. Jacques Doublet : "Le travail d’ouverture de tranchées et le tirage des câbles s’effectuent à la main et à la force des bras. Il n’est pas rare de grouper jusqu’à deux cents hommes pour ce genre d’activité." Un autre témoin qui a conservé l’anonymat confirme : " Un jour, on tirait des câbles, on travaillait du côté d’Auchan, y faisait mauvais, un temps de canard. A cette époque-là, on tirait encore les câbles à la main, c’est-à-dire que tous les bonshommes étaient dans la tranchée, puis ils avaient des roules. Les roules, c’est l’équivalent d’une bobine de fil, le câble posé dessus. Les gars tiraient au sifflet... Ce jour-là, il pleuvait, les gars, ils étaient dans la boue, dans la gadoue, avec les noroîts et tout. Y avait un arabe qui était là, il était bien c’t’arabe là. Je me rappelle qu’il m’avait dit : ‘Un boulot comme ça, c’est pour nous ; les blancs y veulent pas 1’faire !’"

Les horaires, l'astreinte, les urgences

76Les horaires étaient affectés par les défauts du réseau. Les interventions d’urgence étaient fréquentes. Jacques Doublet : "Compte tenu de l’état précaire du réseau, les incidents étaient légion et constituaient l’activité principale des monteurs. La structure du réseau moyenne tension ‘en arêtes de poisson’ ne disposait que de peu de moyens de coupure en ligne, et à peine quelques capacités de réalimentation. La majeure partie des installations moyenne tension n’étaient pas grillagées et les appareils de sectionnement étaient unipolaires. C’est pourquoi la survenue d’un défaut d’alimentation mobilisait presque l’ensemble du service, de jour comme de nuit. Il nous arrivait souvent de travailler quatre à cinq jours de suite, avec seulement quelques heures pour la toilette et le repas.

77Dès que le chef de réseau avait limité la zone possible du défaut, s’engageait une espèce de course poursuite. Pour un câble souterrain, les techniciens ne disposaient que d’outils rudimentaires : pont de wheatstone, de sauter et équivalents. Ces matériels ne permettent pas de définir précisément l’endroit de l’incident. Le plus souvent, le ‘pifomètre’ et l’huile de bras’ des terrassiers étaient mis à contribution. Donc on ouvrait un, deux, trois trous dans la chaussée.

78Mais c’est une loi de la distribution d’énergie : les coupures de courant se produisent généralement le soir ou la nuit. Ouvrir une chaussée pavée dans l’obscurité n’est pas aisé ; il faut :

  • des terrassiers et des monteurs en canalisations souterraines,
  • des outils (pelles, pioches, masses, barres à mine, etc.),
  • des sources lumineuses,
  • un moyen ou des moyens de transport.

79En 1950, la lumière était fournie par des lampes à carbure (eau + carbure > acétylène + oxygène = lumière). Chiche lumière, lanterne capricieuse qui délivrait beaucoup plus de noir de fumée que d’éclairage. Les ennuis s’accumulaient alors : faire un tas de pavés et de terre en pleine chaussée nécessite de le baliser (donc des lanternes à pétrole) ; ouvrir une fouille au Havre et sur le port, c’est aller à la rencontre de l’eau. Il faut donc une ou des pompes à eau. Celles de 1950 fonctionnaient à bras d’hommes et pesaient soixante-dix kilos. Le chantier prenait de l’ampleur. Il fallait des tentes pour abriter les hommes, des outils pour les monteurs, des braseros, des fondoirs pour liquéfier la résine et le brai, des boîtes de fonte pour reconstituer les jonctions et dérivations de câbles, des briques, du sable, des poteries. Encore des hommes pour assurer la relève des ouvriers afin qu’ils se restaurent. De l’essence pour les lampes à souder, du pétrole pour les lampes de signalisation. Lorsqu’il pleut ou qu’il neige, tous ces besoins sont plus difficiles à satisfaire.

80Derrière ces activités qu’on peut dire contingentes, il y avait à gérer les hommes. Ces hommes-là viennent de la campagne cauchoise pour la majorité des terrassiers, ou de la cité pour les monteurs en canalisation souterraine. Les détenteurs du commandement ne pensent qu’à l’exécution du travail et à la réalimentation des abonnés. Il leur importe peu que l’heure du repas du soir soit passée, que ces ouvriers aient des enfants, un foyer, que d’autres soient célibataires, et que ceux-là ne pourront se restaurer que le matin suivant.

81Les habits de pluie n’existent pas : trop cher. Pour ne pas user leurs chaussettes dans des bottes non toilées, les hommes se fabriquent des ‘chaussettes russes’ avec des vieux chiffons. Les gants de travail sont inconnus pour manier le brai ou la résine bouillante, ou bien pour manipuler la barre à mine gelée.

82Alors, devant toutes ces difficultés, les individus se débrouillent et trichent avec la hiérarchie. Dès que celle-ci s’absente, on fait une ‘épice’ et un agent, d’un rapide tour de vélo, va chercher des casse-croûte et du vin, un autre ajoutera quelques sacs de charbon de bois supplémentaires au magasin pour alimenter les braseros qui réchauffent les pieds et les mains engourdis. Les coups de gueule avec les contremaîtres ne sont pas rares : pour obtenir des temps de repos, pour élargir les fouilles et travailler dans de bonnes conditions, pour obtenir son remplacement, etc.

83Le travail s’avançant, il va falloir prendre des risques (on les disait calculés). Pour fonctionner, un réseau électrique doit être en ‘phase’ et avoir un champ tournant défini. Alors, contre toutes les règles du métier, en accord avec la haute hiérarchie et celui tacite des monteurs, on va écarter de quelques centimètres le câble 5.000 ou 15.000 volts, et avec des perches de deux mètres, au plus près de la circulation hippomobile et automobile, les électriciens, sous l’œil intéressé des terrassiers, vont effectuer dans la nuit, à la lueur de l’acétylène, les manœuvres acrobatiques d’essai du réseau.

84A 7, 8, 9 heures le lendemain matin, tout ce monde, à tour de rôle, ira se toiletter avant de reprendre son poste de travail de la journée, en espérant que ce soir, un nouvel incident ne viendra pas briser le rêve d’un repas pris en famille suivi d’un sommeil réparateur."

85Dans les usines, ce n'est pas les dépannages d’urgence mais le service des machines à feu continu qui imposait de dures contraintes d’horaires. Georges Belloncle, de l’usine à gaz : "En 1954, je faisais les services replis, c’est-à-dire les quarts. On travaillait sept jours, une journée de repos, on recommençait sept jours, une journée de repos. Ce qui nous donnait un dimanche toutes les sept semaines. C’était quand même des journées de huit heures et un dimanche seulement toutes les sept semaines. Maintenant, c’est complètement différent. En plus il y avait les roulements de quart. Une semaine, c’était l’après midi pendant huit heures, de 14 heures à 22 heures, puis une semaine de nuit de 22 heures à 6 heures du matin, enfin une semaine du matin de 6 heures à 14 heures." A l’usine électrique, Jacques Doublet : "L’embauche s’effectue par la petite porte du 55. Il faut passer devant "Bras de fer", le concierge, qui fait office de pointeuse... Gare aux retardataires ! Son rapport est transmis chaque jour à la hiérarchie."

La sécurité

86La sécurité fait partie des conditions quotidiennes du travail. EDF-GDF dans les années 1950 avait son profil particulier d’accidents, certains terribles, d’autres moins dramatiques. Nous n’avons que quelques entrées dans ce domaine où le silence est souvent de mise. Gaston Morel : "Je vais vous expliquer les accidents. Les plus nombreux, c’était les coups de couteau serpette. (Rires.) Les couteaux serpettes, ils étaient (gestes). On a demandé des couteaux sans la serpette. Ça servait à rien parce qu’ils s’en servaient pour découper les plombs sur les câbles. Et quand ils dérapaient, tac, ils se coupaient tout ça (gestes). En supprimant la serpette, ça a diminué de 90 % les accidents de couteau. C’est moi qui l’ai demandé, vers 65, à Montivilliers. Il faut l’autorisation de l’ingénieur sécurité, et puis ça y est... Les accidents, c’était surtout des accidents de trajet, avec des véhicules de l’EDF [quand les agents ont eu des véhicules]... Des accidents électriques, y en a pas eu tellement. Des coups de courant, ça, ça... Moi-même, ça m’est arrivé d’en prendre, du temps que c’était en basse tension. C’est pas grave... ça peut être grave. Je vais vous expliquer un exemple. C’était rue Du Guesclin, là, cours de la République. Y a un poste au cinéma le Rio. Y avait un agent qu’était en train de faire une fourche basse tension avec un câble. Alors comme c’est quatre conducteurs, y a le neutre, phase 1, 2, 3. Comme il était en train de dénuder son câble comme ça, à un moment donné, il a touché son front, il a touché le courant, le dessus. Mais ça a été, moi je sais pas, un 1/10e de seconde. Il est resté comme ça. J’suis rentré dans le poste. J’lui dis : ‘Alors ?’Y m’répond pas. J’avais des gants. J’lui ai tapé sur la tête aussitôt. Il a pas eu le temps d’être étourdi, si vous voulez. Ça m’est arrivé d’en prendre des coups de courant, vous avez le bras engourdi pendant un p’tit bout de temps."

87Jacques Doublet est plus sévère : "A l’école on nous avait appris des règles de sécurité : ne pas travailler sous tension, etc. et on était au lendemain de la nationalisation. Le Havre avait une manière de travailler : on ne coupait jamais le courant, donc on travaillait toujours sous courant basse tension. Maintenant, il y a des grillages devant les lignes électriques. A cette époque-là, il y avait le fil qui descendait, derrière une fenêtre comme ça ; à quinze centimètres derrière la porte, vous aviez les fils électriques, tension 20.000/5.000. Pour vérifier s’il y avait du jus ou s’il n’y en avait pas, il n’y avait que le patron qui disait : ‘Y a pas de jus !’Fallait y aller. Quand on lui disait qu’on avait la trouille, qu’on voulait pas y aller, il prenait son chapeau, il le passait sur les fils à toute vitesse et il disait : ‘Tu vois bien que ça fait pas d’étincelles.’ Et quand il y avait du jus... Il y avait cent à cent cinquante câbles à la sortie de Charles Laffitte, et pour vérifier qu’il n’y avait pas de jus dedans, le patron disait : ‘Tu prends ta scie à métaux et tu coupes ce câble là’. Tu disais : ‘Non !’Et bien on prenait un clou long, on le posait sur le câble, on se tournait et paf ! On donnait un coup dessus. S’il rentrait bien, il n’y avait pas de jus ; sinon il y avait une explosion qui pétait dans le coin. C’était ça la sécurité."

La sous-traitance/externalisation

88Les activités très diversifiées d’EDF-GDF ont fait naître parfois une tendance de la direction à sous-traiter certaines opérations à des entreprises extérieures, le plus souvent privées. Cette politique s’est manifestée à quelques reprises dans les années 1950 et a suscité une résistance au nom de la défense de l’emploi des agents EDF-GDF, au nom de l’amélioration des conditions de tous les travailleurs de la branche énergie, et au nom de l’efficacité et de la sécurité. En effet, certains agents argumentent que lorsque tout l’ouvrage est fait par les mêmes équipes sous la même direction, il est accompli de manière plus efficace et, surtout, avec moins de risques d’erreur et d’incident. Ce fut le cas dans les chantiers de changement de tension. Jean Delahaye : "Il y a eu de la part de nos gouvernants une volonté de mettre le privé dans la transformation du courant. Comme il y avait pas mal de profits en vue, il y a pas mal de gens comme les anciennes entreprises d’électricité qui voulaient reprendre ce travail à leur compte. Ils ont voulu nous débaucher, parce que nous, on était embauché mensuellement. Donc il a fallu se bagarrer au changement de tension et, croyez-moi, on était presque 100 % à la CGT, donc on représentait une force considérable. On est monté sur Paris, on a envahi le siège général pour qu'ils nous gardent, pour que les travaux restent propriété EDF... En tant que syndicalistes, on veut que l’abonné paie le moins possible, que le prix de revient soit le moins cher possible, que ce ne soit pas les grosses entreprises qui bénéficient du tarif dégressif, que ça soit réparti. Donc, on s’est toujours battu pour conserver des prix de main-d'œuvre les moins chers. Il fallait, quand j’allais en comité mixte [de production] qu’on justifie que nous, employés EDF, on ne coûtait pas plus cher que le privé. Comme j’habitais à Fécamp, j’ai eu vent de certaines magouilles qu’ont été faites et qui profitaient aux patrons, et j’ai dénoncé tout ça. Leur prix de revient était plus que ce que nous on avait sur Le Havre. Donc on a repris Fécamp. C’était une bagarre de toute notre carrière. Faut être organisé, faut que les gens s’instruisent."

Les salaires

89Enfin, les salaires payés à EDF-GDF continuent d’apparaître aux agents nettement inférieurs à ceux que leurs camarades du même métier reçoivent dans le privé. Ils ne perçoivent un vrai rattrapage qu’après 1968. Bernard Dartinet : "Il faut dire qu’on n’était pas beaucoup payé au début [dans les années 1940]. La différence s’est vraiment créée pour nous au moment des événements de mai 68. Après les événements de mai 68 on a très sérieusement augmenté en salaire... La sécurité de l’emploi, quand il y a du travail partout comme il y avait au moment de la reconstruction, c’est autre chose, mais ce n’est pas ça qui met du beurre dans les épinards." Claude Flandre, qui est devenu secrétaire national de la Fédération de l’Energie en 1959 et a traité de nombreux dossiers de demande d’augmentation des salaires, définit ainsi le cadre dans lequel il faut examiner la rémunération du travail : "Le salaire est lié aux conditions économiques et sociales. Les conditions économiques, ce sont les prix, et les conditions sociales, c’est les salaires payés ailleurs dans les professions similaires. Naturellement, dans une corporation comme l’électricité ou le gaz, qui sont des moyens déterminants dans la vie économique du pays, on fait penser que les électriciens et les gaziers sont des nantis... François de Closets, un journaliste, par exemple, s’en est pris aux avantages en nature qui sont tout simplement une réduction sur le tarif du gaz et de l’électricité. Ce n’est pas parce que l’on paye moins cher son gaz et son électricité que ça fait pour autant bouillir la marmite." On verra plus loin, lorsqu’on suivra le mouvement des grèves, que la cherté des prix a été une préoccupation constante des années cinquante, et que les revendications d’augmentation de salaire sont restées très centrales pendant toute la période.

90Il ne faudrait pas clore ce tour d’horizon sur les conditions de travail sans parler de la cohésion qui s’est formée entre ceux qui travaillaient au même objectif dans cette situation. En fait, le travail commun a fait naître un respect mutuel et des aspirations communes. La camaraderie se développe au sein des équipes. Jacques Doublet : "Un an après [1954], j’ai été versé au souterrain. On appelait ça la canaille. C’était un diminutif de canalisation, mais en même temps, c’était la canaille, des vrais. Le premier jour on m’a dit : ‘Si on te met là, c’est parce que le collègue avec qui t’es arrivé, il refuse de boire du vin, parce que son père était alcoolique, et il veut pas s’intégrer à l’équipe, donc...’Le premier truc qu’ils m’ont fait faire — on était sur le chantier, le matin : ils ont fait une épice, chacun son éco. Ça fait une petite somme et ils ont dit : ‘Toi, tu prends la brouette et tu vas me chercher douze litres de vin’. Et vous imaginez : dix-huit ans, une brouette, une caisse de vin et ramener ça à travers les rues. J’étais honteux. Et puis on s’y fait." Claude Hébert : "Ce sont tous des amis d’ailleurs. Je peux en citer deux ou trois comme ça. Marcelin Poupril, on s’est rencontré dernièrement à Beaurepaire (le centre de loisirs de la CMCAS) ; je ne l’avais pas vu depuis trente ans. On s’est embrassé tellement on était content de se revoir. On était tous une bande d’amis parce que tous tributaires les uns des autres. Il fallait faire attention à ce qu’on faisait, et aussi, un esprit d’équipe important. Quand on passait la nuit à deux ou trois, ce n’était pas pour chômer, c’était pour y aller franchement. Bien se tenir. Il fallait que ça soit prêt. On passait la nuit, on savait fort bien que le lendemain, ça démarre, il n’était pas question de traîner."

91On devine à travers ces témoignages sur le travail au quotidien que les agents étaient en train de devenir plus exigeants que leurs prédécesseurs. Investis de leur mission de servir la collectivité, plus sûrs de leurs droits, réalisant des travaux de grande envergure et de longue haleine, ils contribuent à faire d’EDF-GDF une grande entreprise nationale prête à relever les défis de la modernité.

L’amorce d’une évolution des relations direction-personnel

92Cette évolution du personnel ne s’est pas faite indépendamment de la direction. Celle-ci, en tout ou en partie, l’a voulue et suscitée, ou, ne l’ayant pas désirée, a fini par l’accepter comme incontournable. La trajectoire d’EDF est le produit de l’interaction de son personnel et de sa direction.

93Nous avons trouvé quelques indications dans les témoignages sur le mode de gestion du personnel à cette époque. La direction devait évidemment remplir ses obligations statutaires, élément nouveau depuis la nationalisation. Elle devait convoquer les divers organismes paritaires, s’y faire représenter, prendre en compte les avis. Mais, a-t-elle fait plus ?

94Rappelons l’impression de Jacques Doublet en arrivant en 1952 : "L’encadrement et l’utilisation de la main-d'œuvre est encore semblable à l’avant 1936 ; les individus doivent obéir et sont corvéables à merci." Sans reprendre les mêmes termes, de nombreux autres témoignages soulignent la continuité des cadres dirigeants depuis le temps des sociétés privées jusqu’aux premières années d’EDF-GDF. Une personne qui désire rester anonyme nous signale qu’avant comme après la nationalisation, les agents avaient un mot pour désigner les dirigeants : c’était les "trois D", M. Delerue, le directeur, M. Druard, et M. Denis, le chef de la centrale. Jacques Doublet nous fournit un document illustratif de l’état de la transition en 1953, avec son commentaire.

Le repas de Noël 1953-54, commenté par Jacques Doublet. (Collection CMCAS – DR)

95Ce qu’on peut voir sur cette photo, expliqué par Jacques Doublet :

96"C’était en novembre de l’année 1953, peut-être 1954 ; l’idée avait germé dans la tête de quelques uns d’entre nous, de réunir un dimanche avant la Noël, les agents de toutes les conditions autour d’un repas amélioré.

97L’idée avait fait son chemin, et le jour dit s’était réalisée dans un restaurant champêtre, ‘A la Cour Marie’, propriété surplombant Factuelle entrée nord du tunnel Jenner. Il y avait là les agents de l’exploitation électricité de Charles Laffitte et quelques autres du centre, 75 rue Thiers. L’orchestre de la CAS était chargé d’animer la soirée.

98La composition sociologique des convives était assez représentative de l’EDF d’après la nationalisation. Les anciens de la SHEE étaient les plus nombreux : monteurs et terrassiers de la ‘canalisation urbaine’, accompagnés de leurs épouses, et quelques dessinateurs s’étaient regroupés autour de leur leader syndical, Charles Roulin, et donnaient le Ta’.

99Il y avait aussi quelques agents administratifs de Thiers et de Charles Laffitte.

100La maîtrise de l’Exploitation regroupait le chef du Service canalisation, la maîtrise du Service éclairage public, le chef du bureau de dessin.

101Toutes ces personnes représentaient l’esprit SFIEE ; issus du rang, mais choisis pour leurs qualités de ‘meneurs d’hommes’.

102Les réalisateurs du projet avaient réussi à faire participer à ce repas l’ingénieur-chef d’exploitation électricité, M. Peudepièce et sa jeune épouse. M. Peudepièce était un jeune ingénieur, nommé par les directions nationales, horsain, natif de la région lilloise, je crois, prônant son engagement syndical à la CFTC. On le disait ‘mal en cour’ avec l’ex-direction de la SHEE. Il y avait aussi quelques trois individualités marquantes : Henri Kerné, déporté en camp de concentration, ex-chauffeur d’ambassade durant la période 1946-47 ; un ancien prisonnier de guerre mal remis de son séjour en stalag, M. Berenguier ; un ou deux jeunes agents issus des écoles de métiers EDE

103La soirée qui avait débuté sous d’heureux auspices, s’est gâtée lorsqu’est venue l’heure des discours. M. Peudepièce a tenu des propos qui n’ont pas plu à M. Berenguier. Celui-ci s’est mis à invectiver le représentant de la direction, lui reprochant de n’avoir pas subi les humiliations des prisonniers de guerre, etc.

104Comme dans des cas semblables, certains ont soutenu les propos de Berenguier. La direction a reçu l’aval de la maîtrise de la SHEE. L’animateur du CCOS a tenté de détourner le sujet brûlant en lançant l’orchestre. La musique n’a pas adouci les mœurs, l’alcool non plus probablement, et un début d’accrochage Berenguier/Peudepièce s’est produit sur la scène de la salle du restaurant. M. Peudepièce a repris son manteau et a décidé de quitter la réunion. Sa femme, avec l'aide d’autres participants à la soirée, l’en a empêché. Pendant ce temps, Charles Roulin et d’autres agents ont isolé notre ex-prisonnier de guerre.

105La soirée s’est terminée en palabres et discussions sur la politique française, la nationalisation, la liberté, etc. Le travail de métissage souhaité par les bâtisseurs du projet n’a pas eu lieu et, à ma connaissance, jusqu’à ce jour, ce type d’expérience ne s’est jamais reproduit."

106On peut voir dans cet incident une volonté de créer une ambiance humaine entre l’ensemble des personnels d’EDF, ambiance qui trancherait avec le régime précédent. Mais on voit aussi la difficulté à mettre en œuvre une telle démarche. La situation évoluait donc, mais lentement.

107Quand Doublet revient au Havre après son service militaire en 1957, il constate que de nouvelles directions se sont mises en place. "Il y a un nouveau Chef de Centre, M. Calvet je crois ; de jeunes ingénieurs non havrais (Furon, Massicot, Durieux) sont arrivés ; à Charles Laffitte, l’ingénieur d’exploitation, M. Peudepièce, est remplacé par M. Sarrazin. Les chefs de services d’exploitation ont changé... La manière de diriger, d’ordonner a complètement changé. Il est possible de proposer des idées et le rapport de force n’est plus l’unique moyen d’obtenir satisfaction."

108L’exemple de Bolbec est intéressant, puisque d’après Henri Coquelet, les rapports avec l’ancienne direction étaient assez coupants ; or avec l’arrivée de nouveaux cadres envoyés par EDF, la situation change : "A EDF, même les chefs étaient bien. C’était des bons : ils étaient sincères quoi. Y’en avait qu’un, un gars du Midi, Vergniot. Tous les jours il allait voir le père Ribes chez lui pour y dire : ‘J’ai encore vu les gars au bistrot.’ Alors le lendemain matin, Faut’y s’amenait, il nous faisait la gueule. Ribes il était chef de réseau, chef de subdivision ; mais c’était pas le mauvais cheval. On avait ce qu’on voulait avec lui. Fallait savoir le prendre quoi." Coquelet ne décrit pas là une relation de commandement autoritaire.

109Un autre facteur qui a graduellement rendu les rapports hiérarchiques plus civilisés est la promotion ouvrière, qui permettait à des agents issus du rang de devenir contremaîtres ou cadres. Ces hommes pouvaient se faire les interprètes auprès des dirigeants, des attentes des agents de groupes fonctionnels inférieurs qu’ils connaissaient bien pour les avoir partagées peu de temps auparavant. On verra au chapitre suivant que cette position d’intermédiaire n’a pas toujours été facile pour ceux qui l’ont vécue, surtout lorsqu’en plus de leurs origines, ils étaient attachés à leurs anciens collègues par la culture syndicale. Ici, il nous suffit de noter qu’une nouvelle génération de cadres est montée pendant les années 1950. Bien qu’il n’ait pas lui-même suivi la filière jusqu’au bout, Gérard Eudes nous décrit le système : "La promotion ouvrière, c’était vraiment un dispositif intéressant dans la mesure où ça permettait un déroulement de carrière à partir de la base, quel que soit – non, je ne peux pas dire quel que soit le niveau d’enseignement que l’on avait – mais on avait la possibilité, une fois sélectionné. Le concours était assez difficile parce qu’on était six cents au niveau national, et ils en prenaient trente-six. Une fois sélectionnés, on avait des conditions d’études intéressantes. Dès la réussite du premier concours, on était reclassé en agent de maîtrise. Il y avait un deuxième concours au terme de la première année. Et là je n’ai pas pu y résister, j’ai été éliminé. Sinon, c’était l’évolution vers la branche cadre. J’ai donc été orienté vers la branche maîtrise."

IV. L’action collective des agents

110Cherchons à décrire l’état d’esprit qui régnait dans le personnel. Chaque agent avait évidemment sa propre expérience, ses idées, ses activités préférées. Mais il est clair que certaines activités avaient plus de poids pour plus de personnes que d’autres. Le paiement de la cotisation et le sacrifice d’une fraction de salaire à l’occasion d’un arrêt de travail collectif, nous paraissent être des gestes significatifs, qui n’étaient pas pris à la légère. Le syndicat, les activités mutualistes et sociales, la grève, la participation aux organismes paritaires, et un sentiment d’appartenance au mouvement de progrès social formaient un tout qui était au coeur de la culture des salariés d’EDF-GDE Les témoignages nous éclairent sur ce que ces gestes représentaient pour plusieurs individus.

Syndicalisme

111Commençons par l’adhésion au syndicat. Quand on pose cette question aujourd’hui, les gens ne comprennent pas ‘Pourquoi vous êtes-vous syndiqué ?’mais ‘Pourquoi à la CGT plutôt qu’à un autre syndicat ?’ou ‘Pourquoi à FO plutôt qu’ailleurs ?’Malgré ce glissement de sens, on devine qu’une raison fondamentale est tellement évidente qu’elle est à peine articulée. Ces agents sentent qu’ils font partie d’une classe ouvrière qui a besoin de se défendre et qu’il est donc naturel pour eux de se regrouper dans un syndicat. Au-delà de ce fond commun, les réponses sont diverses. Gaston Morel : "J’étais à la CGT à EDF, parce que j’y étais avant, depuis 36 à l’Electro-mécanique. [Pourquoi avez-vous adhéré ?] Si j’vous le dis, je vais critiquer les autres syndicats. On va commencer par la CGT-FO. J’ai jamais admis la scission. En quelle année, j’me rappelle plus. Avec des fonds américains. A l’UNCM, y en a pas beaucoup. La CFTC-CFDT, disons que c’est quasiment ceux qui se mariaient le mieux avec nous, qui étaient le plus proches. FO ils ont changé un peu aussi. Pour moi, la CGT, c’est ceux qui défendaient le mieux ce qu’on demandait. Moi je partais d’un principe. Un syndicat c’est pour vous défendre dans une entreprise. Il est là pour vous défendre, vous conseiller. Vous devez respecter les consignes. Par contre, à partir du moment qu’un syndicat essaye de prendre un peu de pied sur la politique, je suis plus tout à fait d’accord." Claude Sence : "[Vous vous êtes syndiqué dès que vous êtes rentré à EDF ?] Non, six mois après. Je ne me suis pas syndiqué vite. Je me suis mis à la CGT. Pour moi, ça ne posait pas de problème parce que je ne connaissais pas forcément les autres. Ce n’est pas là le problème. Je me suis mis du côté du manche. Je crois que c’est ça en réalité qui m’a fait venir de ce côté-là. Sans but politique surtout, alors là, ce n’est même pas le problème. D’abord mon père me disait, ce qui est important pour un syndicaliste, c’est d’être irréprochable, surtout pour un dirigeant. Il faut montrer l’exemple à tout point de vue. Dans son travail, c’est pareil. Il faut avoir une certaine éthique, si l’on peut dire, pour que les gens vous fassent confiance." Cécile Lartisien répond à la question "A quel syndicat étiez-vous ?" : "CGT toujours. J’ai eu ma grosse médaille de 50 ans." Daniel Foret est un terrassier qui a accepté de participer à des délégations ; il s’exprime par des réponses brèves et nettes : "Les réunions avaient lieu à Franklin ou quelquefois dans la cour ou dans le parc de l’usine, et puis des fois à Thiers dans le grand bureau. C’est là qu’il y avait le grand directeur. Il ne nous recevait pas bien."

112Quelques agents ne se syndiquaient pas et une minorité adhérait aux autres syndicats. Claude Hébert : "Oui j’étais CGT au départ, comme mon père. Mais au bout de quatre ans, j’ai décidé de changer de syndicat. [Après un litige où j’ai été traité incorrectement), j’ai dit... : ‘N’empêche que l’année prochaine, ce n’est pas la peine de présenter ta carte, je ne la prendrai pas.’ Alors comme ça, je suis allé à Force Ouvrière et j’y suis resté." Odette Dragon, de Bolbec : "J’ai été à la CGT la première année. Après j’ai été à FO. On était plusieurs. On a dit : ‘C’est mieux que la CGT, ils sont moins durs.’ FO nous paraissait mieux. C’était plutôt des femmes, parce que les monteurs électriciens, ils étaient plutôt à la CGT. Il y en avait un qui était spécial : il faisait partie de deux syndicats pour ne contrarier personne. C’était M. Liory ; il était au gaz. Après, on m’a laissé tomber. On m’a dit de m’adresser à Rouen. Nous, on était deux ou trois. On aimait bien assister aux réunions. Mais comme on ne voulait pas nous garder, on allait aux réunions du Havre. Puis, ils [FO] ont fait dépendre Bolbec de Rouen. Ça ne nous intéressait pas." Claude Flandre cite Bernard Massé, comme dirigeant de la CFTC dans les années cinquante. Quelques personnes mentionnent en passant l’existence de gens de la CFTC, notamment dans les bureaux. Mais les agents CFDT que nous avons interviewés ne nous ont pas renseigné sur cette période.

113L’activité syndicale était prenante. Voyons comment ceux qui ont milité activement décrivent l’engrenage, les problèmes et les sacrifices qu’elle impliquait. Bernard Rault : "Je suis rentré en 1954. J’ai commencé par être un petit militant, à collecter des timbres, puis après progressivement, on prend des responsabilités... J’ai dû commencer à faire du militantisme syndical, vraiment commencé à militer un peu, trois ans après, en 1957. [Qu’est-ce que vous avez eu comme première fonction ?] C’est récolter les timbres syndicaux, puis être délégué syndical de son service. Puis, petit à petit, j’ai pris plus de responsabilité dans le syndicat. J’ai fait partie de la commission exécutive du syndicat avec tout ce que ça englobe, un peu plus de responsabilité. Après, quand il y a eu les élections de représentativité pour les organismes paritaires, à un moment donné, le syndicat m’a demandé de participer. J’ai commencé par le sous-comité mixte ; c’est le premier organisme paritaire, quand on est militant syndical, par lequel on commence. Ce comité mixte, ça traite de ce qui se passe dans chaque service. Je suis resté au service commercial jusqu’au bout." Gérard Eudes pose les problèmes de l’engagement militant quelques années plus tard : "J’étais au service des abonnés, avec toutes les équipes de releveurs. C’était un milieu qui me convenait assez bien, avec assez rapidement, quand même, un lien syndical dans les tous premiers mois. C’était aussi les suites des expériences avec le foyer de jeunes travailleurs. Je n’ai pas eu besoin d’être contacté personnellement. C’était une démarche personnelle vers la CGT. [Est-ce qu’il y avait une tradition syndicale dans votre famille ?] Mon père n’était pas engagé, il n’avait pas de responsabilité syndicale. Il n’a pas été un élément moteur dans mes options syndicales. Mais bon, quand même, il laissait entendre quelques petites choses qui laissaient à penser qu’il avait sans doute, malgré son peu d’engagement militant, ses convictions, qui allaient dans le même sens à peu près que les miennes... [Vers 1962,] on a eu les enfants. S’est posé le problème d’assurer à la fois le travail militant, et puis d’assurer un temps d’étude et de préparation à la promotion ouvrière. C’était quand même assez lourd."

114Les procès-verbaux de la Commission secondaire du personnel d’EDF-GDF de la région du Havre commencent en 1948. Pour s’y faire représenter, le syndicat du gaz et celui de l’électricité ont dû s’entendre sur une liste commune. Un nouveau syndicat unifié a donc été créé et s’est présenté aux suffrages des agents. Il a alors désigné en son sein des délégués qui siégeraient dans une série de comités paritaires. En même temps, la Fédération nationale jouait un rôle bien plus important dans la nouvelle structure EDF-GDF, et les rapports des syndicalistes locaux avec les dirigeants nationaux devinrent plus fréquents. Les animateurs du syndicat havrais devaient expliquer les choix et préparer les épreuves de force tout en aidant à résoudre les problèmes quotidiens de leurs camarades de travail.

115Pour saisir la réalité de cette activité syndicale, voici quelques itinéraires de militants. Ce ne sont pas forcément les plus significatifs : ceux qui ont survécu racontent leur propre vie. Les enfants ou des proches de ceux qui sont morts en parlent à la troisième personne. Au gaz par exemple, Claude Flandre évoque les noms de certains militants : Maurice Rault, Roger Dubois, Eugène Calard, Auguste Foubert et Maurice Barbey, plombier, André de Saint-Léger. Mais nous ne les connaissons que par des autres. On connaît Maurice Rault par son fils, qui a raconté son action pendant la guerre à l’usine à gaz. Marceau Flandre ayant été fusillé, Rault prit des responsabilités à la Libération, notamment dans la mise sur pied d’une coopérative (voir ci-dessous). Le personnage d’André de Saint-Léger est attachant. Bernard Rault : "Dans les anciens de l’âge de mon père, il y en a un autre qui était un sacré bonhomme, c’est André de Saint-Léger. Dédé de Saint-Léger, ce n’était pas le militant responsable, le haut niveau, mais c’était une nature et qui, jusqu’à ses derniers moments, a toujours été dans l’activité syndicale. Il avait une joie de vivre, il était déjà d’un certain âge ; il était adoré des jeunes, il a convoyé les gosses en colonies de vacances, il avait quatre-vingts piges et les gosses l’adoraient parce qu’il savait les prendre. Il était militant dans la section syndicale des gaziers, mais il n’a jamais été responsable."

116Une nouvelle génération commence à militer syndicalement au début des années cinquante et prend la relève. Nous avons le récit de Claude Flandre et Robert Lhotellier. Claude Flandre : "En 1949, je fus élu délégué chargé de la collecte mensuelle des timbres et de la diffusion de la Vie ouvrière. En 1951, je fus élu au SCMP [Sous-Comité Mixte à la Production]. Je siégeais au conseil syndical mais il m’apparaissait indispensable de doter l’organisation de structures et de définir et préciser les responsabilités de chacun. Cette proposition ne fut pas acceptée d’emblée, elle fut même vigoureusement combattue. La démocratie ne coulait pas à flots ! Pas de Conseil d’administration, de Commission secondaire, encore moins de Conseil de la CAS. Sans cesse sur le métier je remettais mon ouvrage avec pugnacité ! Le fer de lance du syndicat pas encore officiellement constitué, c’était l’usine à gaz,'le Parc’. Je participais régulièrement aux congrès fédéraux : 1953 – La Grange aux Belles ; 1956 – Jean-Pierre Timbaud ; 1959 – Jean-Pierre Timbaud, et là, je suis élu secrétaire fédéral... On avait invité Marcel Paul plusieurs fois à venir à nos congrès de syndicat. Naturellement il est venu, et sans doute, il a apprécié le travail qui se faisait au syndicat du Havre. Peut-être qu’il a été impressionné, non mais enfin qu’il a trouvé intéressant le travail que personnellement je réalisais, ce qui fait qu’il a proposé aux camarades du syndicat que je devienne secrétaire de la Fédération, et ça s’est fait au Congrès de 1959. Après, j’ai eu l’occasion de travailler quotidiennement avec Marcel Paul jusqu’en 1963."

117Robert Lhotellier : "J’étais dans tous les organismes statutaires EDF-GDF : Comité mixte à la production, commission secondaire, CLMT (Comité local de la Médecine du travail), CHS puis CHSCT (Commission d’hygiène, de sécurité et, après 1982, des conditions de travail), c’est-à-dire la sécurité du travail. Je faisais partie de tout. Dans la commission secondaire, j’étais avocat... J’ai défendu des cas terribles. D’ailleurs, j’ai une lettre ici. J’ai gagné. Ce gars-là avait eu un blâme au Havre. Maintenant, on règle ça avec le tribunal d’instance. Le statut national est clair. A cette époque-là, c’était la direction générale. Je suis monté à Paris avec mon directeur du Havre, et le gars, Bucaille, et l’ingénieur d’exploitation. On a défendu ça. Il y avait Gaspard qui était le directeur général de la commission supérieure nationale de toutes les disciplines de France. Il y avait Marcel Paul qui était secrétaire fédéral avec moi. Dans l’après-midi, Marcel Paul me demande à quelle heure est mon train. Il était vers cinq heures. Il me dit : ‘Tu peux y aller. C’est gagné.’ Il connaissait tout. Il connaissait Gaspard. On avait mis le paquet. Marcel Paul avait des arguments comme ça. C’était un type très, très droit. On est rentré. Deux jours après, on avait la certitude qu’il était réintégré. Il est mort après. Sa femme était une petite-fille Coty." Robert Lhotellier ne craint pas d’afficher son respect pour celui qui réapparaît souvent dans les entretiens : " Je voudrais aussi vous parler de mon admiration pour Marcel Paul parce que je suis très mordu de lui. Il a été à la maison, manger. Il venait souvent au Havre. J’allais à la Fédération de l’Energie, rue Lafayette, et lui, comme il avait des réunions de déportés, il venait souvent au Havre. Une anecdote en passant. Il écrivait beaucoup, il prenait des notes dans le train. Quand on arrivait au Havre, j’allais à la réunion avec lui à l’hôtel de ville. Il prenait la parole. Il ne regardait pas ses notes. Il parlait pendant une heure et demie."

118Voyons maintenant les syndicalistes les plus actifs côté électricité. Quelques noms se détachent dans les témoignages : Roger Belin, Robert Savey, Voisard, Tiercelin, Poupel militaient déjà avant guerre et sont restés présents après-guerre. Savey a été le premier président de la Caisse d’action sociale (CAS) du Havre en 1948. Henri Coquelet était secrétaire du syndicat à Bolbec. Mais un nouveau personnage émerge : Charles Roulin.

119Jacques Doublet : "Toute ma carrière, j’ai voulu améliorer les conditions de travail. C’est là [au service canalisation] que j’ai rencontré un monsieur qui s’appelait Roulin. Charles Roulin était comme moi, monteur et il était plus âgé que moi, il était représentant syndical. Il m’a appris ce que c’est que le syndicat, comment se battre." Plusieurs des agents que nous avons interrogés en ont parlé longuement. Jacques Doublet a voulu lui faire une place particulière et a écrit ces lignes.

Au centre assis sur le marchepied, Charles Roulin, qui fut secrétaire du syndicat dans les années cinquante. Une salle du centre de loisirs de la CMCAS de Beaurepaire porte son nom. (Collection CMCAS – DR)

120Charles Roulin
par Jacques Doublet

121Autant que je me souvienne, il était natif des marches de la Bretagne et il en était fier. Ce que je sais aussi c’est que sa mère était institutrice ; il nous en parlait souvent, jamais de son père.

122Pour d’obscures raisons, il avait été mis à l’école des mousses et il nous en parlait avec amertume et fierté à la fois. Les aléas de la guerre 1939/1945 l’avaient transformé en marin pompier à bord des dragueurs de mines en baie de Seine. De ces circonstances particulières et des souffrances qu’il y avait rencontrées, il avait gardé une douleur intime qui le rendait absent pendant de brefs instants. Nous avions coutume de dire qu’il ‘planait’.

123Dès les années cinquante, ‘Chariot’, c’est ainsi que nous l’appelions, avait repris le flambeau syndical et œuvrait avec foi au service des hommes de l’énergie, l'EDF.

124C’est à cette période que je l’ai rencontré. Il faisait partie des agents de la ‘Canalisation urbaine’(Ta canaille’) et intervenait dans l’équipe de travaux lourds souterrains (‘les cols roulés’). C’est lui qui m’a appris le monde ouvrier, la collectivité syndicale, les combats syndicaux, l’utopie des buts à atteindre, le devoir de désobéir à la hiérarchie lorsque celle-ci n’intégrait pas l’humanité et la fatigue dans l’acte de travail.

125Très rapidement, en deux ou trois années, il a fait respecter par les directions les valeurs humaines de l’individu au travail ; de même, il expliquait aux travailleurs l’intérêt et le devoir qu’il y avait à se respecter eux-mêmes. Puis, reconnu par les adhérents, par les militants, par ses pairs, il a accepté des fonctions nationales.

126Dans la dynamique d’amélioration de nos conditions de travail, je me souviens clairement, précisément, de ces directives qu’il nous assénait pendant les pauses de la journée : pendant le casse-croûte du matin ou en absorbant la gamelle du midi. Chariot répétait et mettait toute sa conviction à nous dire : "Les gars, maintenant nous sommes un syndicat phare. Le syndicat CGT du Havre est un phare pour les autres unités. Il nous faut poursuivre nos actions et rester propre. Les autres et la direction nous regardent."

127Un jour, pas si lointain, il s’en est allé, nous laissant tous désemparés. Mais aujourd’hui, demain... Les autres et la direction nous regardent.

128Plougrescant le 2/8/2000

Les grèves

129C’est au moment des épreuves de force périodiques que les agents montraient que leur sentiment d’appartenir à une classe et leur adhésion au syndicat n’étaient pas que des paroles. La grève est une sorte de moment de vérité. La pression se maintient avec des hauts et des bas tout au long des années cinquante. De grands conflits nationaux auxquels les électriciens et gaziers participent secouent la société française en 1951, 1953 et 1956, et rebondissent, après cinq ans de recul en 1963. Le souvenir de l’élan de juin 1936 paraît être un élément de cohésion pour le mouvement ouvrier. Beaucoup participent parce que c’est une obligation collective qu’ils ont acceptée librement, malgré les sacrifices qu’elle entraîne. Bernard Dartinet : "A chaque fois qu’il y avait des grèves pour différentes raisons, généralement c’était pour les augmentations de salaire, mais ça peut être aussi pour des conditions de travail, pour des aménagements, j’ai toujours fait grève." Jean Piedfort : "On vous disait : ‘Tel jour, on va faire la grève.’Il n’y avait pas de notes de préavis comme on en fait maintenant, qui sont d’ailleurs pas forcément tellement respectées, mais on n’était pas tenu de le faire... On faisait souvent une réunion, bien sûr, mais après le travail, parce que maintenant, les réunions, elles sont sur le temps de travail. C’était généralement dans le hall du magasin puisqu’il y avait un grand magasin là à l’usine... Si on faisait grève, on allait avoir des sanctions : passer devant un tribunal et tout ça. La réquisition, c’est un acte important, hein." Cécile Lartisien : "Alors en 51, encore une grande grève de trois semaines. Alors c’était dur ça. On avait un local rue Michelet. Au début c’était bien, mais après ça a été dur. Alors nos copains allaient à la campagne chercher des pommes de terre, des carottes, des choux, enfin tous les légumes pour distribuer à ceux qui n’en avaient pas."

130Claude Flandre a résumé cette succession de conflits. Il commence la série en 1950, lorsque le gouvernement refuse d’arbitrer le désaccord entre les directions et les confédérations syndicales en matière de salaire. Des manifestations ont lieu à Rouen et au Havre. Les usines sont occupées par des marins et des cadres grévistes sont réquisitionnés. "Le jour du procès, le Palais de Justice était plein et les marches d’accès noires de monde. De nombreux travailleurs havrais avaient répondu présents à l’appel de l’Union locale. Nos camarades furent condamnés à huit jours de prison avec sursis, et de ce fait, conservaient leur emploi. Pour nous, c’était une grande victoire montrant de façon éclatante l’illégalité de la réquisition. Nous reprîmes le travail. Une nouvelle grille de salaires était mise en place. Le Statut subissait ses premières amputations."

131"1951 : il y a eu une grève parce que le gouvernement a voulu modifier la grille des salaires ; il voulait faire, par exemple, qu’un cadre qui avançait, avançait de tant de points. Mais il coupait les points en deux et donnait deux avancements. Autrement dit, c’était un étalement pas de la misère, mais enfin c’était une carotte. Celui qui y avait droit, c’était son droit d’avoir son avancement ; or, il était amputé de moitié. J’ai cité les cadres, mais c’était valable du point 100 au point 9000. Ça a déclenché une grande grève... Le gouvernement décide la réquisition en fonction d’une loi sur l’organisation de la nation en temps de guerre. Les ‘colonnistes’ et les chauffeurs de fours sont réquisitionnés. Nous brûlons les réquisitions dans la cour et nous nous enfuyons dans la forêt de Montgeon. Il fallait prévenir les autres gens des quarts suivants. Disposant d’une moto, je m’y efforçai. Deux travailleurs furent arrêtés et emprisonnés rue Lesueur [au Havre]. Alertée, la Fédération nous envoie l’avocat Jean Amblard. Le préfet avait tenté de nous intimider en convoquant à 22 heures deux responsables syndicaux. Evidemment sans succès... La grève a duré une huitaine de jours. [A-t-elle été victorieuse ?] Une lutte ça ne l’est jamais. Les patrons ne perdent pas la face comme ça, jamais. Par contre, c’est à mesure du temps qu’on s’aperçoit qu’on a semé du bon grain."

132"1953 : Le décret Laniel veut porter l’âge de la retraite à 65 ans, c’est-à-dire l’allonger de cinq ans, pour tout le monde, y compris nous, et bloquer les salaires. La réaction est immédiate, c’est la grève. Je suis en vacances depuis 3 jours. Je décide de rentrer au Havre. Bien m’en prend. Il fallait organiser la grève, l’information, les réunions, la solidarité. Je fus chargé par l’Union locale d’organiser la solidarité. Nous établissons une carte de grève qu’il fallait faire pointer tous les jours à l’usine. Je propose de demander aux directions la mise à disposition de camions pour la collecte de vivres. Refusé. Je demande à la mairie qui met à disposition deux camions Sovelélectrique, autonomie : environ cinquante kilomètres. Inutilisables. De SaintLaurent-de-Brèvedent, de Saint-Jouin, de Turretot, des cultivateurs amènent des pommes de terre et volailles. Le Palais des Expositions, face à l’usine, est réquisitionné. Nous y entreposons ‘nos richesses’ qu’il fallait répartir. Les dockers furent d’une grande aide. Un bateau de la solidarité venant de Pologne, du sucre, des pâtes, de la farine, est déchargé par les dockers. Un autre venant de Martinique l’est également."

Grève de 1953 durant laquelle des électriciens et agents grévistes arrêtés sont jugés à Rouen

Grève de 1953 durant laquelle des électriciens et agents grévistes arrêtés sont jugés à Rouen

Les accusés et leurs partisans dans la salle (Collection CMCAS - DR)
Rassemblement devant le Palais de Justice de Rouen

133"Octobre 1956 : après neuf années de divisions syndicales, un accord est trouvé entre les fédérations sur les revendications, principalement salariales. Un mot d’ordre de grève avec coupures d’énergie est lancé. 90 % de grévistes, maîtrise et cadres compris. Ce sont les accords Ribeyre... Toutes les organisations syndicales ont appelé à la grève avec coupures. C’était la première fois qu’on a fait des coupures d’électricité et de gaz. C’était toujours à propos des salaires, on réclamait un salaire minimum. A l’époque, c’était 3.000 francs."

134Après 1956, l’intervention soviétique en Hongrie, l’envoi du contingent en Algérie, la prise du pouvoir par de Gaulle ne favorisent pas l’action ouvrière. Claude Flandre : "En 63 quand de Gaulle a réquisitionné les mineurs, ça a été un coup de fouet dans le monde du travail, parce que les gens n’aiment pas être réquisitionnés et ça a été, je dirais, une sorte de prise de conscience chez les salariés. Et en 63, devant les grèves qui se développaient y compris chez nous, dans les industries électriques et gazières, il a bien fallu que de Gaulle rengaine sa réquisition. Ça a été le redémarrage d’une action revendicative parce que, bon, quand de Gaulle a pris le pouvoir en 58 avec la nouvelle constitution, il y a eu un flottement chez les gens. De Gaulle, c’est vrai que c’est un résistant, c’est loin d’être n’importe qui. J’ai beaucoup de respect pour cet homme là, et il y a eu un grand flottement y compris dans les organisations syndicales, en tout cas dans la CGT comme dans les autres sans doute. Il a fallu 1963 quand les gens ont compris que de Gaulle se tournait plutôt vers les gens du capital que vers le monde du travail. Ça a été un sursaut et il y a eu des actions en 66 et après, jusqu’aux grandes grèves qui ont duré un mois en 68."

Devant le centre du Havre au 75 avenue René-Coty, les manifestants en défense du statut national s'abritent (années soixante). Au centre, devant l'affiche sur le pilier : Robert Bellenger. A sa gauche, Charles Roulin ; quatrième à sa gauche : Robert Lhotellier. A l'extrême droite de la photo, au deuxième rang, Blondel. (Collection personnelle de Robert Lhotellier, DR)

135L’action des agents EDF-GDF se coule dans le nouveau moule des relations du travail qui s’instaure en France, et contribue à le façonner. On s’habitue à faire des grèves nationales de toute la branche, parfois même de tout le pays. On recherche l’unité des trois confédérations syndicales. La pratique des coupures de courant s’instaure. Les concessions obtenues sont souvent des promesses imprécises, sources de nouveaux litiges. Une sorte d’accord tacite se réalise dans la pratique quotidienne et les organismes paritaires. Ce mode de fonctionnement n’est pas particulier aux électriciens et gaziers ; il devient typique des relations professionnelles dans le pays pendant près d’un demi-siècle.

Les coupures et le tableau

136Arrêtons-nous un moment sur les coupures de courant : cette pratique nous révèle la complexité du système. Elle montre à la fois la haute technicité et la centralisation de la branche, la force syndicale, le poids de l’opinion publique, la négociation de règles du jeu au-delà desquelles la direction pourrait prendre des sanctions plus graves. Déjà dans les années trente, on a vu que les gaziers s’arrangeaient pour maintenir les fours en activité réduite pendant les arrêts de travail. L'idée de moduler soigneusement les effets de la grève sur l’outil de travail et sur le public faisait donc partie de la tradition. Dans les années cinquante, les grévistes veulent rendre leur action plus sensible par ceux qui, à leurs yeux, sont écoutés par la direction, c’est-à-dire par les clients industriels et commerciaux, et plus visible par toute la population, sans toutefois créer des situations dramatiques (hôpitaux, boulangerie). Pour la direction, par contre, il s’agit d’améliorer la fiabilité de l’entreprise sans se laisser entraîner dans des violations flagrantes du droit du travail et briser le dialogue avec ceux qui assumaient l’exécution des ordres.

137Le lieu stratégique de l’élaboration du modus vivendi était "le tableau" dont Jacques Doublet nous a déjà parlé dans son passage sur Charles Laffitte. Normalement deux équipes de trois personnes (l’une du service urbain, l’autre du suburbain) géraient le tableau. Pendant une grève, les centrales produisaient moins de courant et le tableau devait attribuer ce mince filet aux abonnés prioritaires. Qui déciderait ? Les agents préposés au tableau et grévistes ou les agents préposés au tableau mais non grévistes ? Les premiers se mettaient à la disposition du piquet de grève au rez-de-chaussée, les seconds du directeur qui se trouvait sur place. On perçoit combien délicate était la situation dans le récit suivant de Gaston Morel où son voisin, Charles Roulin, est le dirigeant syndical : "Charles Roulin, il habitait en dessous de chez moi, rue André-Messager. Quand il y avait une grève, on partait à cinq heures du matin. On était là-bas, pis on rentrait à onze heures du soir. Parce que fallait... Y avait le piquet de grève. Et l’ingénieur d’exploitation qu’était pas de notre syndicat. Y en avait trois [agents], c’est eux qui manœuvraient habituellement sur le réseau ; sauf François, qui faisait pas grève et qui avait pas lieu d’être là. Les trois autres ils étaient CGT. Là, on reçoit pas beaucoup de courant, vous pouvez pas en distribuer beaucoup. Alors y avait les prioritaires. La veille on faisait une manœuvre de manière à alimenter l’hôpital, la clinique. Charles Roulin était là comme délégué syndical, il était au piquet de grève. Moi, j’étais là comme tampon entre l’EDF et puis eux [les agents sur le tableau]. C’est-à-dire que quand y avait quelque chose, si y avait un client qui réclamait, par exemple un boulanger, qu’est-ce qu’on fait ? Alors y disait : ‘Bon, bah, si tu veux, envoie quelqu’un.’ J’envoyais une équipe, enfin y avait une équipe qu’était là en dépannage, en cas de gros pépin. Quand on fait grève, faut quand même la sécurité."

138Jacques Doublet pense que la fonction symbolique du tableau et de Charles Laffitte a continué après l’arrêt de la production d’électricité dans l’établissement : "Et un beau jour, cette centrale s’est arrêtée, et le tableau, il a fallu qu’il continue. C’est là que la plupart des grèves ont eu lieu au Havre. C’est là que les dirigeants syndicaux, les dirigeants de l’entreprise, les chefs des services techniques, etc., se rencontraient pour mettre en œuvre tout ce qui a pu avoir lieu à propos des grèves. On coupait le courant de là, en accord avec les syndicalistes, avec la direction. Il y a eu de violents échanges de mots. C’était un lieu central. Ce qui est formidable, c’est qu’en même temps que c’était un vivier syndical, très rapidement, à partir de 57, ce n’est plus un lieu vital pour le fonctionnement de l’électricité. Jusqu’aux dernières années avant le déménagement, 84-85, toutes les grèves, toutes les discussions, tous les ordres, toutes les batailles syndicales avaient lieu dans cet endroit là. Il y a un autre lieu qui est vital pour le fonctionnement, le Pont VII, où arrive l’énergie pour Le Havre. Là, il suffisait d’appuyer sur un bouton, on mettait Le Havre dans le noir. Eh bien jamais les hommes de la direction ou du niveau syndical ne se sont rencontrés à ce Pont VII. Ils se rencontraient à Charles Laffitte, et là toutes les décisions étaient prises pour faire fonctionner ou ne pas faire fonctionner le réseau."

Un syndicalisme à bases multiples

139Les grèves n’étaient qu’un moment particulier de la vie du syndicat. Elles auraient été impossibles en dehors de la volonté d’une grande partie du personnel, forgée dans la pratique quotidienne du travail, mais aussi dans les organismes paritaires et dans une multiplicité d’activités dites mutualistes et sociales. Une des particularités du syndicalisme EDF-GDF qui s’est épanouie à cette époque, est d’asseoir la pratique syndicale sur de nombreux réseaux irrigant tous les aspects de la vie des agents, du berceau (la layette) à la tombe (l’hommage au défunt). Ce type de structuration s’appelle le "syndicalisme à bases multiples". L’historien Michel Dreyfus a relevé que les électriciens et gaziers avaient produit un des mouvements de ce type les plus complets qu’on connaisse en France. Le Havre n’était pas en reste sur ce plan.

140Le syndicalisme à bases multiples prend des formes diverses selon les branches industrielles et les pays. En Allemagne, il regroupe les syndicats, les coopératives, les mutuelles, les associations de jeunes, de femmes et de personnes âgées sous l’égide du parti, en l’occurrence le parti social-démocrate. Il est intéressant de voir comment les électriciens et gaziers de France ont associé ce syndicalisme à bases multiples à une action pour un changement global de la société. Il est clair que la plupart des personnes que nous avons interviewées se comportaient dans leur quartier, dans la rue et dans les urnes d’une façon qui correspondait à leur comportement collectif au travail. Ce sont des gens qui se situaient dans la mouvance sociale, laïque et démocratique. Néanmoins, beaucoup expriment le désir que ceux qui ont en charge les affaires syndicales s’y consacrent prioritairement, en laissant de côté leurs préférences pour un parti. On verra que certains militants qui ont été tentés de mener en même temps une action syndicale et politique soutenue ont dû renoncer assez rapidement.

Les activités mutualistes/La coopérative

141Avant que la Caisse des activités sociales du Havre (CAS, l’ancêtre de la CMCAS) ne soit fondée, il existait deux mutuelles, l'une des électriciens, l’autre des gaziers et une vigoureuse coopérative. Il a fallu du temps pour que la CAS s’organise régulièrement et se fasse connaître. Jacques Doublet, par exemple, arrivé en 1952, n’a guère eu de contact avec elle pendant sept ans : "A vingt ans ou dix-huit ans, on n’est pas malade. Donc, pas de rapport avec la CAS au niveau du remboursement, et puis, parallèlement, les activités qui avaient lieu dans la maison, y avait un groupe de théâtre, etc., on nous a jamais demandé de participer à une activité où que ce soit. Donc, on a eu aucun rapport avec la CAS jusque très tard. Les premières fois où j’ai eu des contacts, c’est au moment où l’on s’est marié. On avait le droit à une prime, après on a eu une petite fille, donc prime layette." Le premier président de la CAS est Robert Savey qui avait été le président de la mutuelle des électriciens avant la nationalisation. Dès 1958, la couverture de la mutuelle apparaît avantageuse. Bernard Dartinet : "Il y a aussi la mutuelle. Il faut resituer ça à l’époque. En 1958, quand je suis rentré, très peu de gens avaient des mutuelles ou des choses qui les remboursaient. Elles existaient dans le privé, mais étaient fort chères, peu de gens y étaient. Nous, on était remboursé pratiquement ; ça c'était appréciable, c’est sûr."

142Mais en plus des activités de remboursement santé, la coopérative d’achats continuait. Bernard Rault : "Après la guerre, on manquait de tout. On a eu, à l’intérieur de notre CMCAS, la mise en place d’une coopérative. Le premier responsable, c’était Aubry. Puis il y a eu Jacques Blondel, et puis mon papa [Maurice Rault] en a fait partie aussi... On allait chez les grossistes chercher la marchandise et on la revendait pratiquement à prix coûtant. On faisait aussi des livraisons au personnel, une fois par mois. Il y avait deux samedis et puis un jeudi. C’est-à-dire qu’il y avait trois livraisons par mois au personnel. C’était plus souvent des retraités ou des gens qui n’avaient pas de voiture qu’on livrait à domicile. Il fallait préparer ces livraisons. On avait le droit à des détachements pour préparer tout ça. On n’était que trois ou quatre au niveau de la responsabilité de la coopérative, mais on avait des bénévoles qui venaient nous aider pour aller faire des livraisons... En fin d’année, c’était plus lourd, parce qu’on faisait aussi les vins, les chocolats. On a fait les huîtres. On avait beau avoir des détachements, le soir, tous les soirs, bien souvent, après notre journée de travail, on allait travailler jusqu’à sept heures trente, huit heures à la coopérative. On a même fait les jouets à un moment, mais là, on a été obligé d’abandonner parce que c’était énorme. La coopérative se trouvait rue Philippe-Lebon, là où était l’usine à gaz qui a été remplacé par la faculté. C’était des locaux qui appartenaient à l’entreprise, mais qui nous avaient été prêtés pour faire des coopératives. On y a été une trentaine d’années. Les coopératives se sont mises en place au niveau du Havre, de la CMCAS. On a été la dernière, nous, à exister. On a été obligé d’arrêter parce que sont venues après les grandes surfaces, vers le début des années 80."

L’action no 1090 de la Coopérative des électriciens et gaziers du Havre. (Collection CMCASDR)

Les activités sociales

143Jean Hazo : "Pendant plusieurs années, on a fait la fête des Mères avec un spectacle. On faisait ça au Havre, à Fécamp et à Bolbec. Et on faisait Noël. On faisait un spectacle assez important ma foi, qui a eu du succès. Sur les photos, vous avez pu le voir. Mon père faisait les décors parce que c’était un amateur, en dilettante. On louait une salle de spectacle au Havre. J’ai participé aux activités de l’orchestre." Odette Dragon : "La première année, on a fait un arbre de Noël à Bolbec. Alors, avec la secrétaire, on avait fait chanter un groupe de petites filles. Il y avait un jeune homme qui jouait du violon et la fille d’un agent EDF, Monique Legendre, qui chantait très bien. Je l’accompagnais au piano... Ça a commencé comme ça... C’est la télévision qui a tué tout ça. Le chef a dit : ‘C’est pas la peine de continuer.’ Quand il y avait un match à la télé, c’était zéro. Personne ne venait." Claude Sence : "Comme j’étais musicien – je faisais partie de l’harmonie municipale, j’avais fait de la musique à l’armée – je dis : ‘Ce serait quand même bien qu’on monte un orchestre’. C’était le bénévolat à l’époque. On a commencé avec Hazo, Parmentier, Mme Larkin. Moi je jouais de la clarinette, Hazo du violon, et Mme Larkin du piano. Après on s’est agrandi. On est arrivé à huit ou dix musiciens. On participait à toutes les fêtes, les fêtes des Mères, les Noëls. Pour les départs en retraite, il y avait du théâtre, de la musique. On a dû commencer l’orchestre en 55 puis je me suis arrêté en 65."

La CMCAS organise une séance de photo à l’occasion de la fête des mères 1956. (Collection CMCAS – DR)

144Robert Lhotellier : "J’ai monté l’équipe de basket du GASEG (Groupement athlétique et sportif de l’électricité et du gaz) en 1957. Regardez, c’est la première licence signée par Lhotellier et le responsable, M. Follian, du Havre. On l’a montée à trois : il y avait Gibeaux, Mme Lebertier et moi-même. C’est là que je suis devenu administrateur de la CMCAS. Je le suis encore (2000)." Un des responsables de l’équipe de football du GASEG, Marcel Delarue, devient président de la CMCAS à la fin des années cinquante.

145Les camps de toile et les camps de vacances ont beaucoup plu aux agents à une certaine phase de leur vie. Gérard Taverne : "On a continué quelques fois à faire des camps de vacances, avec les enfants entre autres. Les enfants ils n’ont pas trop apprécié." Mme Taverne : "Les camps de toile ils ont apprécié, ils ont énormément apprécié, ils étaient beaucoup de temps avec nous. Mais David a fait deux colonies de vacances, et déjà ce n’était plus ce que c’était." Henri Cacaux : "J’allais dans les camps de toile EDF. Par la suite, au niveau hiérarchique, il y avait des problèmes, ce qui m’obligeait à ne plus aller dans ces camps, parce que mon coefficient hiérarchique était trop important... Je me suis dirigé plutôt vers les croisières... [Qu’est-ce que ça te faisait de te retrouver avec des gens de l’entreprise ?] Ça me posait parfois des problèmes, parce que je ne tenais pas à parler du travail. Or on m’y obligeait parfois. C’est le côté désagréable du camp de toile CCAS.

Le camp de toile du CCOS à Sassenage (Isère) en 1950 : toute la famille prend l'air de la campagne. (Collection CMCAS – DR)

Réflexions sur le militantisme et les divergences entre organisations

146Une des réalités de l’activité syndicale était l’existence de militants gaullistes, centristes (MRP), socialistes, communistes, et de divisions entre organisations. Nous avons surtout obtenu des réponses sur ce sujet de la part des communistes ; leur franchise mérite d’être relevée. Bernard Rault : "Quand je suis rentré (en 54), nous considérions que FO était plus un syndicat de collaboration de classe avec les directions qu’autre chose. A l’époque, la CFDT était différente de ce qu’elle est actuellement, c’est-à-dire qu’elle avait un esprit plus combatif, à mon avis. On arrivait quand même à trouver des solutions acceptables ensemble dans l’intérêt du personnel. Alors ça a duré quand même pas mal d’années." Claude Flandre : "Novembre 1956 : intervention soviétique en Flongrie. Des responsables du Parti ouvrier unifié hongrois sont, avec des militants syndicaux, pendus aux lampadaires du pont qui relie Buda à Pest, comme à Tulle. L’émotion est grande. Les gaziers sont plutôt favorables à l’intervention militaire, les électriciens contre. Entraînés par Brulin, secrétaire de FO, une poignée de gars veut déposer une gerbe au pied de la plaque des militaires ‘Morts pour la France’. Je me rends à la centrale. Brulin menace de m’embrocher si j’approche. Je me retire, très inquiet de l’unité du syndicat. Je rencontre le père de D. Mathieu, président du GNC, qui me dit être confronté aux mêmes problèmes et que nous ne devons pas prendre parti et préserver à tout prix l’unité de la CGT. Ce qui fut fait sans séquelles, la Fédération ayant approuvé notre décision et ayant entre-temps pris la même." Bernard Rault : "Je suis communiste, mais je n’ai pas d’activité politique, pratiquement pas ; parce que j’avoue que quand on s’implique dans quelque chose, il faut le faire comme il faut... Même quand j’ai été actif, j’ai toujours été communiste, j’ai ma carte du Parti communiste, je paye tous les ans mes timbres. C’est par coup de feu, au moment des élections, je vais essayer d’aider un peu... Mon père a été résistant communiste, mais il n’a pas milité politiquement. Et puis moi, je ne me sentais pas capable, en définitive, de tout faire, d’accumuler plein de choses. Moi, dans mes responsabilités syndicales, j’essaye de faire travailler tous les copains, que tous les collègues qui sont autour de moi dans la section syndicale s’impliquent de façon à faire avancer les choses. Moi ça ne me gêne pas d’être mis en minorité, même dans ma section syndicale. Si les collègues ne sont pas d’accord avec moi, c’est qu’il y a un truc. Il faut qu’on ait le plus possible une réflexion collective."

147Claude Flandre : "[Quels étaient vos rapports entre militants ? Qu’est-ce que vous avez gardé comme amitié ?] C’est quelque chose d’indéfectible. La terre pourrait s’écrouler, ce qui est rentré dans la tête, ça n’en ressort pas. Par exemple, je vois André Duroméa [l’ancien maire du Havre, ancien déporté] ; on ne se fréquente pas parce que la vie nous a séparés, mais je sais qu’il a beaucoup d’estime pour moi. C’est largement partagé. On a été, les gens de ma génération, compte tenu de la résistance, un peu aussi victime du stalinisme. On n’avait pas de lien fraternel. On ne copinait pas comme on disait dans le temps. C’était interdit. Autrement, on faisait du travail fractionnel, on ne pouvait pas aller les uns chez les autres, faire une partie de cartes par exemple. Si ça se savait, on était emmerdé. [Et ça vous a frustré ?] Ça m’a déplu plus que largement. [Mais vous vous y soumettiez quand même ?] Oui, on n’y pensait pas. Aujourd’hui, moi, quand je vois les jeunes comment ils travaillent politiquement ou syndicalement, leurs horaires, leur discipline, enfin et cetera, je suis effrayé de voir ça. Si on avait travaillé comme ça, d’abord on n’aurait pas pu, parce qu’on aurait été viré tout de suite. Enfin, dans ma génération, on était prêt à donner sa peau. Aujourd’hui, un gars qui donne un quart d’heure dans sa semaine, on dit que c’est un brave militant, alors."

Conclusion : naissance de la culture d’entreprise

148Toutes ces activités, dans le travail aussi bien qu’en dehors, avaient créé une sorte d’univers du personnel EDF-GDF au centre duquel se trouvait le syndicat, interlocuteur de la direction. Revenons à la description du tableau par Jacques Doublet : "Les hommes de la direction et du niveau syndical... se rencontraient à Charles Laffitte, et là toutes les décisions étaient prises pour faire fonctionner ou ne pas faire fonctionner le réseau. " Il me semble qu’on est là en présence du noyau dur de la nouvelle culture d’entreprise qui était née dans la structure EDF-GDF. L’entreprise était alors dans son enfance et a pris le pli.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Le navire méthanier Jules-Verne a été construit aux ateliers du Trait (Seine-Maritime) pour la filiale de GDF, Gaz Marine. De 1965 à 1989, il chargeait le gaz naturel liquéfié (GNL) à Arzew (Algérie) et le déchargeait au terminal méthanier du Havre, où travaillait notamment Gérard Taverne. Une grande partie du gaz était acheminé vers la région parisienne. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 211k
Bildunterschrift Le service du personnel en février 1959 : quatre femmes en blouse, quatre hommes en veste dont trois avec cravates ou nœud papillon, un téléphone noir, des classeurs sur le bureau. On travaillait sans séparation autour d’une grande table. Assise à gauche : Evelyne Lemoine, debout à droite : Jean Lemoine. (Collection CMCAS-DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 121k
Titel Trois documents sur l’action contre la guerre de juin 1956 au Havre :
Bildunterschrift Appel à la manifestation du 7 juin 1956 (Archives de l’UL CGT du Havre)Tract d'appel (Archives de l’UL CGT) Le mouvement d'opposition à la guerre en Algérie a continué après cette action.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 57k
Bildunterschrift Les manifestants sur la voie devant le train des rappelés en gare du Havre. (Photos CLX, Arch. Mun. du Havre – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 296k
Bildunterschrift La police charge les manifestants. (Photos CLX, Arch. Mun. du Havre – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 284k
Bildunterschrift "La Canaille" se réunit chez Mme Lejeune, l'hôtel meublé rue de Mexico. De gauche à droite : Bertrand dit "Tonio", Coeffec dit "la grande gouloute", Louvet dit "Marius", Tellier, de dos "Tatave" (voir les explications de Jacques Doublet dans le texte). (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 235k
Titel Trois photos des écoles de métiers EDF
Bildunterschrift La première dépeint une institution propre, lumineuse et hautement technique. (Ecole nationale des métiers de la Pérollière (années 1960) à Saint-Pierre-la-Palud (Rhône) (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 284k
Bildunterschrift Les deux autres illustrent le côté sombre : les rituels autoritaires archaïques (" la procession ") et le bizutage ("le baptême"). (Gurcy-le-Châtel dans les années 1950). (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 297k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 319k
Bildunterschrift Le repas de Noël 1953-54, commenté par Jacques Doublet. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 200k
Bildunterschrift Au centre assis sur le marchepied, Charles Roulin, qui fut secrétaire du syndicat dans les années cinquante. Une salle du centre de loisirs de la CMCAS de Beaurepaire porte son nom. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 198k
Titel Grève de 1953 durant laquelle des électriciens et agents grévistes arrêtés sont jugés à Rouen
Bildunterschrift Les accusés et leurs partisans dans la salle (Collection CMCAS - DR)Rassemblement devant le Palais de Justice de Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 619k
Bildunterschrift Devant le centre du Havre au 75 avenue René-Coty, les manifestants en défense du statut national s'abritent (années soixante). Au centre, devant l'affiche sur le pilier : Robert Bellenger. A sa gauche, Charles Roulin ; quatrième à sa gauche : Robert Lhotellier. A l'extrême droite de la photo, au deuxième rang, Blondel. (Collection personnelle de Robert Lhotellier, DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 265k
Bildunterschrift L’action no 1090 de la Coopérative des électriciens et gaziers du Havre. (Collection CMCASDR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 296k
Bildunterschrift La CMCAS organise une séance de photo à l’occasion de la fête des mères 1956. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 268k
Bildunterschrift Le camp de toile du CCOS à Sassenage (Isère) en 1950 : toute la famille prend l'air de la campagne. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11085/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 269k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search