Desktop versionMobile Version

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Partie I : Avant les réformes (J. Barzman)

Chapitre 2. De la guerre aux premières années de la nationalisation

Volltext

La première année de guerre et ses répercussions au Havre

1Le gouvernement français décrète une mobilisation générale le 1er septembre 1939, et déclare la guerre à l’Allemagne le 3. De nombreaux gaziers et électriciens sont appelés sous les drapeaux, d’autres, trop jeunes ou dispensés, attendent leur tour. Cécile Lartisien : "Mon époux est parti un dimanche 3 septembre, et moi j’ai continué à travailler, et en 40, on nous a évacués. Le directeur nous a dit : ‘Surtout allez-vous en parce que certainement que Le Havre va être bombardé.’... Mon mari était prisonnier à Neuf-Brisach. Après, il était en stalag en Allemagne." Claude Hébert : "Je savais donc bien que le jour où le tocsin sonnerait, mon père partirait. Et c’est ce qui s’est passé d’ailleurs. Il a été fait prisonnier à Dunkerque et a été prisonnier en Allemagne pendant deux ans." Claude Flandre : "Mobilisé en septembre 39 au 607e Régiment de pionniers en Alsace, mon père correspondait régulièrement avec les camarades du syndicat et de la mutuelle dont il était le président." Hélène Moru : "Donc en 1939, mon père [Pierre Prévots] part à la guerre." Bernard Rault : "En 1939, mon père a été mobilisé. II n’était pas loin, il était dans la région, à Rouelles, qui est à 10 kilomètres du Havre. A un moment donné il a été obligé d’aller ailleurs. Il est revenu rapidement en définitif parce qu’on lui a donné un fusil mitrailleur tout neuf par exemple, et le fusil mitrailleur ne fonctionnait pas. Il a tout quitté. C’était la débâcle. Il est donc rentré de Cherbourg au Havre par ses propres moyens." Jean Piedfort : "J’ai été pris en service armé. La guerre a commencé par la drôle de guerre. J’attendais ma feuille de route au Havre." Jacques Doublet : "[Mon père] était à la défense passive, pour assurer le service de l’électricité. Il n’est pas parti." D’après le registre syndical, "certains services [de la SHEE] organisent des collectes pour envoyer des mandats aux camarades soldats."

2Mais, entre-temps, le 26 septembre 1939, le gouvernement a interdit le Parti communiste français en raison de son acceptation du pacte entre l’Allemagne et l’Union soviétique. La majorité de la direction de la CGT, alors autour de Léon Jouhaux, soutient Faction gouvernementale et demande à tous ses cadres de désavouer le pacte. Dans la Fédération de l’éclairage et des forces motrices, Clément Delsol, partisan de Jouhaux, estime "urgent de soustraire la Fédération des influences communistes" et fait exclure Marcel Paul et Lucien Barthes du bureau. Au Havre, d’après le registre du 18 décembre 1939, "Voisard expose la position qu’a prise la CGT sur le pacte germano-soviétique, et dit que le bureau syndical [la] fait sienne ; à l’unanimité des présents la position du bureau syndical est adoptée." Pour remplacer les camarades mobilisés, et peut-être aussi les élus syndicaux qui sont tombés sous le coup des décrets gouvernementaux anticommunistes, de nouveaux délégués sont désignés. Le registre ne comporte plus d’entrée datée après celle de décembre 1939. Une entrée non datée, signée par Henri Voisard, secrétaire adjoint, semble remonter, d’après les circonstances, au début de l’année 1940. Le procès-verbal reprend le 25 février 1945, toujours sous la plume de Henri Voisard. Néanmoins, plusieurs indices montrent que le syndicat des électriciens a continué à fonctionner après l’entrée des troupes allemandes au Havre, le 13 juin 1940.

3Plusieurs électriciens et gaziers havrais mobilisés ont été faits prisonniers par les Allemands dans la bataille de France en mai et juin 1940. Ils reviendront à la fin de la guerre sauf pour quelques uns, libérés à un titre ou à un autre avant 1945. Les autres, démobilisés lors de l’armistice, rejoignent graduellement Le Havre où ils découvrent une ville occupée, placée dans la zone côtière strictement contrôlée par l’armée et la marine allemandes. Le gouvernement de Vichy a dissout le parlement et annulé les élections. Au Havre, il a révoqué le maire élu, Léon Meyer, et l’a remplacé par un "maire" désigné par le Ministère, d’abord Pierre Risson, doyen des conseillers municipaux, puis Pierre Courant, qui ne faisait pas partie du conseil municipal auparavant. La nouvelle mairie, la sous-préfecture et la préfecture exécutent avec application les directives du gouvernement de l’Etat français, organisant la collaboration avec l’occupant. Le 9 novembre 1940, le gouvernement de Vichy dissout les confédérations CGT et CFTC qui prétendent unifier tous les ouvriers en toute indépendance du patronat. Il veut susciter un nouveau régime de collaboration des classes dans le cadre de la Charte du Travail édictée le 4 octobre 1941, et définit pour cela un espace social restreint dans les limites duquel les syndicats locaux peuvent continuer à fonctionner. Par exemple, au Havre, le Syndicat des électriciens maintenu siégeait au conseil de l’Union des syndicats du Havre.

4L’activité économique française pendant l’Occupation est tournée vers les besoins de l’Allemagne ; les matières premières, les équipements, la main-d’œuvre et les entreprises, notamment électriques et gazières, sont mises à contribution dans ce sens. Au niveau national, Vichy, secondé par les autorités locales, autorise l’occupant à effectuer des réquisitions de travailleurs qui se traduisent par des rafles ; puis il encourage l’envoi de travailleurs français en Allemagne, qui prendront la "relève" des prisonniers français ; enfin il institue le service du travail obligatoire (STO) pour les jeunes gens qui, en temps normal, auraient été appelés au service militaire. Le Havre et le Pays de Caux sont une zone stratégique pour les Allemands : en 1940 et au début de 1941, ceux-ci y préparent un débarquement en Angleterre ; puis ils y construisent une base sous-marine ; enfin ils en font la "forteresse du Havre", pivot d’un vaste système de fortifications, le mur de l’Atlantique, conçu par l’ingénieur Todt. La plupart des entreprises de la région, notamment celles de travaux publics et dans une moindre mesure les entreprises électriques, sont sollicitées pour les chantiers de Todt. Après le débarquement en Normandie, en juin 1944, la garnison allemande décide de tenir le grand port aussi longtemps que possible pour ralentir l’avancée des armées alliées. Toutes ces activités militaires ont eu pour conséquences d’attirer le feu allié sur la région, notamment sur la centrale électrique du Havre (avril 1942). Le bombardement le plus massif est celui du port et du centre ville du Havre du 4 au 8 septembre 1944. Après la Libération, des jeunes de la région s’engagent dans les forces françaises pour continuer la guerre jusqu’à la victoire.

Les témoignages des électriciens et gaziers de la région du Havre sur la guerre

5Outre l’élimination de l’indépendance et de la démocratie françaises, l’occupation allemande a amené un cortège d’actes répressifs et de privations que nos témoins décrivent en partie. La situation était complexe : après de très mauvais passages, les choses pouvaient s’améliorer provisoirement pour quelques-uns ; tous n’ont pas ressenti ou appris les injustices commises en même temps. On perçoit une palette de réactions qui vont de l’engagement actif dans la Résistance à l’acceptation de la force allemande, en passant par la recherche d’une position individuelle digne, dans l’isolement. Mais la vie routinière n’était guère possible : le couvre-feu, le rationnement, les rafles, l’absence des êtres chers, rappelaient à tout instant la réalité de l’occupation. Les extraits suivants mettent en évidence la diversité des sentiments.

Sur les soldats français prisonniers de guerre

6Micheline Canis, à propos de son mari : "Tout son régiment avait été encerclé dans la Meuse [en 1940]... [J’ai reçu] un mot de la Croix-Rouge me disant qu’il était prisonnier. Et je ne l’ai revu qu’en 1945... Il avait maigri de 35 kilos. Les premières années, il est tombé sur des nazis. Il a été sérieusement touché nerveusement. D'abord, il parlait allemand toute la nuit, il avait des étouffements toutes les nuits, il se débattait." Cécile Larlisien : "Mon mari était en stalag en Allemagne. J’ai fait tout mon possible pour le rapatrier. Parce qu’il était monteur-électricien, alors j’ai réussi.... J’ai été voir le directeur de la SHEE pour lui dire qu’il fallait des monteurs-électriciens parce que la ville était détruite à 80 %. Il est arrivé en octobre 1941... Il est resté à la distribution rue Charles-Laffitte." Le père de Claude Hébert est revenu à la SHEE en 1942. Le père d’Hélène Moru, Pierre Prévots, est fait prisonnier, mais s’évade en 1941, et retrouve une place à la Lyonnaise des Eaux, grâce à l’intervention de M. Guernut, le patron de l’usine à gaz. Le père de Bernard Rault est réembauché : "Il a été repris à l’usine à gaz puisqu’il était déjà titulaire avant de partir en guerre."

Sur les difficultés de la vie quotidienne

7Jean Deschamps, qui travaillait pour la centrale de Fécamp : "Fallait faire un jardin si on voulait manger un peu. Il y avait cinéma de temps en temps. Pas souvent, parce que les Allemands avaient bouclé tout pour leur compte. Les avantages en nature ? Il me semble qu’on avait droit à un sac de coke et un tarif réduit de consommation qui existait déjà dans les ex sociétés... Vous savez comme c’était à l’époque, il y avait les cols blancs et les cols bleus parce qu’ils étaient en bleus de travail. Mais ça changeait rien. Si les électriciens qui allaient bosser dans la campagne environnante pour entretenir les lignes, avaient l’occasion de ramener de la viande, c’était partagé... Il y en a qui ramenaient des pommes de terre. Quand c’était possible, ils emmenaient du matériel qu’ils revendaient à prix coûtant à chacun des gens qui étaient intéressés... C’était pas trop dur. C’était dur parce qu’il y avait la présence des Allemands qu’il fallait supporter, puis il y avait toutes les privations. Et les responsables des privations, c’était les Allemands, parce qu’ils nous laissaient ce qu’ils ne pouvaient pas embarquer en gros. Et puis fallait quand même pas faire de bêtises, parce qu’ils étaient toujours prêts à envoyer du monde en prison ou en Allemagne." Jean Hazo : "Pendant la guerre, les gens avaient droit à un nombre de kilowatts... je pense que c’est 30 kilowatts par mois, et ils n’avaient pas le droit de dépasser le compte. Alors qu’est-ce que faisaient les gens ? Ils perçaient les compteurs au-dessus de la plaque... et ils enfilaient une aiguille pour bloquer le disque... Il y avait beaucoup de commerçants qui le faisaient." Jean Piedfort : "Pendant la guerre, les gens de l’usine à gaz recevait du charbon (cinq sacs de coke par mois). On a pu se chauffer à la maison. On avait le gaz et du coke gratuits pour tout le monde. Alors que les gens de la SHEE, et pas tous, n’avaient que l’électricité gratuite, c’était tout ce qu’ils avaient."

8Claude Flandre : "J’ai vécu la période de l’Occupation... Il n’y avait pas de bal. Au cinéma, quand on passait un film, quand ils passaient les actualités par exemple, ils allumaient la lumière parce qu’ils faisaient voir des choses absolument aberrantes. Et les jeunes qu’on était, même indépendamment des résistants, les gens sifflaient les actualités. On n’avait pas de bal, on ne mangeait pas à sa faim, on ne pouvait pas chanter ce qu’on veut, autrement dit, on ne vivait pas... Le Havre était une zone côtière interdite, c’est-à-dire jusqu’à Yvetot. A Yvetot, il fallait changer de train. Quand on voyageait, on était fouillé. C’était une deuxième ligne de démarcation. Le couvre-feu était à 20 heures, alors qu’ailleurs il était à 22 heures... Pour les mineurs, le couvre-feu était à 18 heures. Donc pas de cinéma le soir. Il y avait des affiches partout : se retrouver à plus de trois personnes dans la rue, c’était un attroupement susceptible d’être réprimé par la police française ou allemande." Daniel Thuillier : "A treize ans, les Allemands ont évacué les enfants du Havre. Il n’y avait plus de carte d’alimentation pour les enfants. Il a fallu qu’on aille dans des familles d’accueil. Moi je me suis retrouvé dans l’Oise, chez une tante, jusqu’à mes quatorze ans." Michel Lemonnier : "Il n’était pas question d’aller dans une école supérieure. La moitié de mon temps je l’ai passé à aller à l’école une demi-journée par jour, parce que la moitié des écoles du Havre étaient réquisitionnées par la troupe, les Allemands en l’occurrence, avant qu’ils ne partent." Henri Richard : "J’avais onze ans. On a eu des instituteurs dans cette année-là surtout, des instituteurs qui venaient d’un peu n’importe où et ça perturbait un peu les études."

Sur les bombardements et autres dommages de guerre

9Jean Piedfort : "On a eu les premiers bombardements du Havre [en 1940] et les Allemands, ils visaient mieux que les Anglais. Le jour où ils ont fait leur premier bombardement, ils ont arrosé le bassin Vauban, toute la centrale électrique, l’usine à gaz, le cours de la République, tout ça. Ils ont brûlé la caserne. Plus encore dans le quartier de l’Eure, où il y avait la machine à blé, des silos... Donc on a quitté Le Havre. On y voyait presque plus parce que tous les pétroles brûlaient..." Dans sa lettre, Martine Niel semble faire référence à la décision des Allemands d’expulser la population des quartiers portuaires, de raser certains bâtiments et de murer les accès : "Pendant les années de guerre, [quand] la production était arrêtée, le personnel de l’Usine [à gaz] était appelé à participer au déblaiement des ruines des quartiers Saint-François et Notre-Dame.

10Jean Hazo : "J’ai assisté accidentellement à un bombardement qui a eu lieu... en avril 1942... Les trois dernières bombes ont été sur la centrale électrique. La première est tombée, et ça j’ai été témoin, je l’ai vu de mes propres yeux : les tableaux de distribution de l’électricité qui pendaient dans la rue, qui tenaient par les fils. La deuxième bombe, ça a été pour le laboratoire, où le chef de laboratoire a été tué (c’est pour ça que j’ai connu par la suite son remplaçant). Et la troisième bombe est tombée sur les bureaux d’EDF, tuant environ une dizaine de personnes dedans, des jeunes filles qui ont été tuées et puis, je crois, même des directeurs." Cécile Lartisien : "Il y a eu le grand bombardement de 1942. Ah là c’était un massacre. A l’énergie électrique il y a eu une bonne vingtaine de morts. Le chauffeur de M. Delerue a été déchiqueté en morceaux, projeté sur les toits. Quelques bonnes volontés ont réussi à ramasser les morceaux et à les mettre dans un cercueil. Il y avait deux jeunes femmes trépanées, puis elles sont restées paralysées, elles sont mortes... Mlle Lucas, elle avait un oeil qui pendait. On l’a mise sur le trottoir, on ne s’occupait pas d’elle. Ça a été très dur... En 42, j’ai été à Montivilliers parce que Charles Laffitte, c’était bombardé".

11J’ai trouvé deux avis opposés sur l’importance stratégique de "Charles Laffitte". Pour Jean Hazo : "Les Allemands se moquaient complètement des installations électriques du privé. Eux, ils avaient des groupes électrogènes. Quand il y avait des bombardements, ils se servaient de gros projecteurs, mais ils avaient tout, des appareils pour faire le courant." Par contre, pour Claude Hébert : "Mon père était réquisitionné par l’armée allemande pour faire tourner la centrale. La centrale du Havre était vitale pour l’armée allemande puisque ça desservait le port, les blockhaus allemands, ça desservait tout. Elle devait tourner le plus possible, ce qui s’est fait d’ailleurs, puisqu’elle a dû tourner jusqu'à la libération pratiquement, et alors elle a redémarré aussitôt derrière avec les moyens qu’elle disposait, c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de gros dégâts si vous voulez. Il y a eu des bâtiments qui ont été touchés, mais enfin, en gros, ça n’a pas été destructif au point de vue des éléments essentiels."

Bombardement de "Charles Laffitte" en 1942 (Collection CMCAS – DR)

Bombardement de "Charles Laffitte" en 1942 (Collection CMCAS – DR)

12Les bombardements se sont intensifiés en 1943 et 1944, et de nombreux Havrais ont cherché à habiter en dehors de la ville. Micheline Canis : "Tous les jours on se demandait s'il allait faire beau ou mauvais. Les bombardements... c’était ça notre vie. Ce qui se passait ailleurs, on n'était pas au courant.... [Pour échapper aux bombardements,] j'allais tous les jours à Yvetot parce que ma mère et ma soeur y étaient." Paulette Piedfort : "Nous nous étions réfugiés à Mirville... On prenait le train tous les jours... j’ai dû me lever à peu près à cinq heures et demie pour être à la halte de Mirville à sept heures et demie." Odette Dragon se rappelle les alertes à l’usine de Bolbec : "Pendant la guerre, on avait un abri dans les sous-sols, les garages. Comme il y avait souvent des mitraillages d'avions sur le viaduc de Mirville,... le directeur [M. Ligny] avait dit :'Ceux qui ont perdu du temps dans les abris récupéreront le soir !’Alors on n'allait plus dans les abris."

Sur les ponctions de main-d’œuvre organisées pour l’économie allemande

13Plusieurs des hommes interviewés avaient entre 17 ans et 30 ans au moment de la guerre et étaient donc susceptibles d’être pris soit dans des rafles, soit pour la relève, soit pour le service du travail obligatoire. Etre envoyé sur les chantiers du mur de l’Atlantique comme "requis" était moins grave que d’être envoyé en Allemagne. Ces ponctions ont entraîné les premiers grands mouvements de mécontentement. Beaucoup de jeunes ont cherché à en être dispensés, ont "déserté" lors de permissions, ou ne se sont pas présentés à l’appel, devenant ainsi "réfractaires".

14Jean Deschamps : "Du bureau [de l’usine à gaz], je suis passé à la centrale électrique de [la Lebon à Fécamp]... C’était un peu camouflé, pour ne pas partir au service du travail obligatoire... on camouflait quelques agents... On nous avait transféré dans des postes pour éviter le déportement vers l’Allemagne... Le service électrique était un peu protégé dans le sens où c’était un service dont les Allemands avaient besoin, si bien que les patrons pouvaient faire des affectations spéciales pour éviter justement le départ vers l’Allemagne. "On retrouve la même exemption de certains services électriques au niveau national. Lorsqu’il a fait l’école des métiers d’EDF quelques années plus tard, Jacques Doublet a appris les origines de l’institution au temps des sociétés privées : "Gurcy-le-Châtel, c’est une école qui a été créée par la Compagnie d’électricité de Paris. Le but était de former des électriciens, d’éviter que les jeunes gens qui devaient aller au STO, n’aillent au STO. Très rapidement se sont installées des traditions de bizutage. C’était d’une violence qu’on a peine à imaginer. La discipline était assurée par les anciens, ceux qui avaient six mois dans l’école. Y avait pas de surveillant général. C’était les copains qui avaient dix-sept, dix-huit, dix-neuf ans, qui avaient d’énormes matraques. On appelait ça la milice, on était habillé comme les jeunesses à Pétain, avec galons, sauf le béret."

15Claude Sence : "[Aux Loges, près d’Etretat,] il y avait une agitation énorme, allemande, parce qu’ils faisaient le mur de l’Atlantique à l’époque. Il y avait beaucoup de gens qui ont été réquisitionnés pour travailler." Robert Lhotellier : "[Après 1940,] je travaille avec les Todt, deux ans, les Allemands. Je fais partie de la Croix-Rouge française. Il n’y avait plus un sou à la maison, fallait que je rapporte quelque chose à ma mère. Faut que je vous dise, j’ai fait de la boxe avec un Autrichien. Il me donnait une gamelle de rata tous les jours et une boule de pain. Il me dit : ‘Toi, boxe, le midi. Tous les deux ? Moi boxeur professionnel.’ Moi, j’ai dit : ‘D’accord’... J’en ai presque fait un ami ; ça a duré deux ans." Gaston Morel : "Un petit collègue qui était dans les bureaux à l’usine 1, sur le boulevard JulesDurand, y passe et y me dit : ‘Tiens, il y a une première liste pour partir en Allemagne. T’es dessus.’ Ça m’a pas dit du tout (Rires). Alors j’avais entendu dire qu’ils embauchaient du monde aux chemins de fer... Dis donc, c’est une grosse histoire pour rentrer aux chemins de fer, mais je suis rentré aux chemins de fer quand même, en 1942, jusqu’en 1946.

16Claude Hébert : "J’ai failli être pris deux fois pour ma part, dans des rafles organisées par l’armée allemande pour fournir du personnel. Une fois, en 1943, j’étais au cinéma Rex, il s’en est fallu d’un rien pour que je sois pris, j’avais dix-sept ans. J’ai eu beaucoup de chance, j’étais sur le bord. J’aurais été au milieu de la salle, je n’aurais pas pu m'en sortir. Il y avait la police française. Le policier français qui était au bout du rang masquait ce que pouvait voir l’Allemand. Il m’a dit dès que je passe : ‘Tu files devant’. Dans les jours qui ont suivi le débarquement (juin 44), l’armée allemande a cerné complètement les locaux de la Compagnie électromécanique et tous les ouvriers professionnels, tous ont été envoyés en Allemagne..." Jean Piedfort : "On avait téléphoné au chef du service du personnel pour lui dire qu’il fallait qu’il envoie six gars. Un jour, vers 1941, avec six de mes collègues de l’usine à gaz, on nous a convoqués à l’office de placement allemand qui était à Rouen, rue Jeanne-d’Arc. Celui qui faisait la visite c’était pas un commis, c’était un guignol, il faisait un semblant de visite médicale, c’est tout. Il me donne un papier : ‘Est autorisé à sortir’. J’ai échappé au travail en Allemagne. D’autres ont été pris.

17René Vasset était parmi ceux-là : "J’ai eu le STO, j’ai été déporté, en 1943. Nous étions plusieurs de la même compagnie du Havre (l’Européenne du Gaz). Nous sommes partis avec les accords Pétain-Laval, pour faire revenir des prisonniers français qui étaient en Allemagne. De ce fait, j’ai un oncle qui est revenu d’Allemagne... Je ne sais pas si c’est de ma grâce, mais il est revenu. Nous avons été convoqués par la direction [de l’usine à] gaz pour passer une visite à la préfecture de Rouen.... On n’y est pas allé de bon cœur, mais de toute façon, il fallait y aller. Sans ça, on se serait caché. On pouvait enlever soit mon père, soit mon frère, peut-être ma mère. Pourquoi pas ? J’ai passé quatorze mois à Lübeck... On faisait douze heures par jour. On ne mangeait pas beaucoup... " [Il sort la photo des cinq Havrais à Lübeck].

Jeunes Havrais posant pour le photographe avant leur départ pour le Service du travail obligatoire en mars 1943. Le degré de contrainte variait d'un individu à Vautre. René Vasset explique les circonstances qui l’ont conduit à travailler en Allemagne. Sur les douze partants de la photo, cinq sont des électriciens havrais (à partir de la gauche, deuxième rang : Jacques Echelard, du bureau rue Thiers (3ème), André Loriot, menuisier de l'usine à gaz (6ème), premier rang : Emile Galier, de l'atelier de l'usine à gaz (2ème), Claude Vandick, du bureau rue Thiers (4ème) et René Vasset, plombier du 42 rue Jean-Jacques-Rousseau (6ème). Le groupe est parti à Lübeck. (Collection CMCAS-DR).

18Pour Jean Hazo, les choses se sont mal passées : "Est-ce qu’on va partir pour l’Allemagne ? On avait toujours la peur au ventre... J’ai été pris dans une rafle... J’ai d’abord été requis pour aller travailler à Dieppe parce que la maison où j’étais en 42 (la Société française d’instruments d’optique) devait fournir deux ou trois ouvriers pour aller travailler sur les côtes parce qu’il y a eu le débarquement de Dieppe, en août 42, et Rommel s’est aperçu, au cours d’une inspection, qu’il manquait des fortifications... Qu’est-ce qu’ils ont fait ? Ils ont fait une première rafle parmi les jeunes... Puis alors moi, je n’ai pas eu de chance. On était trois de mon usine à partir. On nous envoyait à Dieppe, à la caserne Duquesne, pour travailler sur la plage, pour ramasser des cailloux, des galets, pour construire des blockhaus. Je me souviens parce qu’ils sont venus un soir ici, c’est la police qui est venu à 11 heures du soir, c’était un jeudi soir... Ils m’ont présenté un papier, ils m’ont dit : ‘Samedi, il faut que vous soyez à Rouen’. [La police française ou allemande ?] La police française est venue et j’ai été requis. Ils ont commencé par me prendre ma carte d’identité... Il y a eu des quantités de malheureux comme moi qu’attendaient là... Ils nous ont transporté à Dieppe... On y est resté deux mois, c’était absolument lamentable comme nourriture, comme travail et tout…"

19"Un soir on a entendu des camions arriver... Il y avait des camions de soldats qui entouraient la caserne. Ils ont fait passer une visite médicale rapide... Ils nous ont conduits pas dans la gare de Dieppe, mais dans l’annexe, dans la gare de triage où il y avait tout un cercle de soldats qui nous attendaient... Je suis arrivé dans un camp directement [en Allemagne]... ils nous ont mis dans les tentes. Je suis resté dans ce camp un an... pour reconstruire le barrage de l’Eder, en Westphalie, on l’appelle le barrage de Cassel aussi, [qui avait sauté dans un bombardement]. J’ai fait un petit peu de tout, j’ai cassé du caillou, j’ai percé au pistolet longtemps... On travaillait tous les jours douze heures et en plus le dimanche... On avait une soupe par jour, le soir, et un morceau de pain qui était un tiers de boule, et puis, dessus, il y avait un petit carré de margarine et une rondelle de pâté... Des coups, des coups de fouet. C’était courant parce que nous étions dirigés par des repris de justice allemands... Il y a eu des morts, mais accidentelles..."

20"Celui qui ne travaillait pas, sur un simple mot, on l’envoyait au camp de concentration. Alors lui, il restait environ un mois... C’était des gens comme nous qui avaient rouspété après un chef.... Les gens avaient tellement peur si bien qu’on acceptait tout... J’ai toujours été considéré comme STO, ce qui était faux. Après ce camp, j’ai été libéré... du camp et j’ai travaillé un an aux usines Krupp... J’ai été libéré le 16 avril 1945. La première année, mes parents ont reçu, disons, une indemnité plutôt qu’un salaire des Allemands. Ça a duré jusqu’au débarquement... On n’était pas loin de Buchenwald. Nous on était malheureux, mais ils étaient encore pires que nous, c’est sûr. J’avais perdu quand même treize kilos entre le poids de départ et le poids d’arrivée."

Sur le marquage et le massacre de Juifs

21Il y avait environ trois cents personnes d’origine juive au début de la guerre au Havre, notamment le maire de la ville, Léon Meyer. Derrière l’usine à gaz, au coin de la rue Demidoff et du cours de la République, M. Zylberstein avait une échoppe de tailleur ; en 1941 les Allemands ont placé dans la vitrine une affiche proclamant "magasin juif'(en allemand). Puis les biens des personnes juives sont saisis. On trouve quelques références aux mesures discriminatoires et à la déportation des juifs dans les témoignages. Claude Flandre : "Il n’y avait pas de mois où on ne recueillait pas quelqu’un, ceux qu’on appelait les illégaux. [Est-ce que vous avez eu l’occasion de recueillir des juifs ?] Pas que je sache, mais dans la Résistance, on ne faisait pas la différence entre la religion, l’appartenance politique. C’est fort possible mais on n’avait que l’étiquette de résistant patriote, rien d’autre. Juif ou pas juif, c’est une question qui ne se posait pas dans nos rangs."

22Le gouvernement de Vichy, par contre, cherche à identifier les personnes d’origine juive et leurs biens. Il s’adresse à tous les chefs d’établissement et leur demande des informations sur les actionnaires et le personnel, afin de préparer de nouvelles mesures discriminatoires. La SHEE se plie à cette demande, comme en atteste la note suivante : "11 octobre 1941 - Je, soussigné René Leconte, agissant en qualité de secrétaire général de la Société havraise d’énergie électrique, dont le siège est à Paris(8e), 4 rue du Général-Foy, déclare, sous la foi du serment, que la société susnommée n’est pas juive aux termes des décrets des 27 septembre, 18 octobre et 26 avril 1941, et des lois françaises en vigueur. " (Document tiré de Archives centrales d’EDF, boîte 748.859, transmis par Valentin Porte). A propos de la même époque, Jacques Doublet se souvient : "En faisant l’effort sur la mémoire, il m’est revenu quelque chose. Dans ce fameux district [en Picardie], il y avait un monsieur qui gardait le poste, et puis moi j’avais un petit copain dont le père travaillait là. Et puis, un beau matin, dans les années 41/42, on apprend que le monsieur est fichu à la porte de l’entreprise d’électricité. Et le matin, je vais à l’école, je ne retrouve plus mon petit copain et j’apprends que son père a été viré. J’ai pas compris sur le coup. Et puis on ne le revoit plus... La vie se déroule et moi j’avais bien remarqué que ma mère allait de temps à autre, le soir quand il faisait noir. Elle partait avec des pommes de terre, des carottes, et elle allait porter ça chez cette dame qu’avait été virée. Et puis, tout dernièrement, ça m’est revenu. Le fils s’appelait David... Je vous dis la connotation, et l’autre s’appelait Vervisch, le père de mon petit copain. Et ça s’est passé au moment où on a retiré aux juifs le droit de travailler dans les entreprises publiques, ou les services publics. Je ne l’ai jamais revu. J’ai su après [ce qui s’était passé]... Compiègne était tout près, et les trains des camps d’extermination passaient dans la gare. Et j’ai vu ma mère, ma tante, d’autres personnes qui allaient le long de ces trains-là et qui jetaient du pain aux gens qui criaient. Elles se faisaient chasser par les SS. Je me souviens qu’ils partaient et que ma mère disaient : ‘Ces pauvres malheureux.’"

23Par ailleurs, des syndicalistes électriciens et gaziers participent aux actions de la CGT clandestine au Havre. Le 30 avril 1942, celle-ci distribue un numéro de la Vie ouvrière (havraise) daté du 1er mai 1942, avec l’article suivant :

24"Les Voleurs !

25Le soi-disant ‘Comité ouvrier de secours immédiats’ fondé par les boches, avec les Mesnard, Roger Paul Toulade et autres prostitués distribue aux sinistrés des secours provenant de l’argent remis par les boches sur l’amende imposée aux juifs français. Il distribue aussi du mobilier volé aux juifs.

26‘Le Petit Havre’ nous annonce qu’un Comité Local vient de se constituer au Havre avec les Vaillant, Hauguel, Gréaume, Salien et Cie. Quand il s’agit de s’emplir les poches, ces tristes individus, toute honte bue, sont toujours prêts pour les plus tristes besognes.

27Sinistrés, refusez l’argent et les meubles volés aux juifs. Exigez des pouvoirs publics des secours et du mobilier."

28(Cet exemplaire est conservé aux Archives départementales de la Seine-Maritime sous la cote 2 Z 85).

Sur la résistance

29Officiellement, le terme de résistance est réservé aux actions militaires contre l’ennemi, c’est-à-dire contre l’armée allemande. S’opposer au gouvernement français de Vichy, héberger un clandestin, distribuer un tract, contester le service du travail obligatoire, saboter la production, exprimer de la sympathie pour les juifs et les autres victimes de la répression, se réunir pour discuter de la situation, sont des gestes qui ont contribué à la défaite du fascisme mais qui ne sont pas homologués comme actes de résistance. Nos questions ne visaient pas à classer les gens selon cette définition officielle. Nous les avons plutôt laissés libres de dire ce qu’ils avaient envie de dire sur le sujet. On a donc des silences, des évocations rapides, quelques opinions marquées, des souvenirs tragiques. La réponse la plus complète est celle de Claude Flandre ; il nous l’a livrée en plusieurs morceaux. Je les ai réorganisés, en conservant ses paroles et sa pensée (voir encadré ci-dessous).

30La question de la responsabilité des chefs d’entreprise est assez peu évoquée. Ont-ils fait du zèle au service des Allemands, simplement défendu les intérêts économiques de leur établissement, ou fermé les yeux sur les actes de résistance qui s’y préparaient ? Il faudra attendre une nouvelle enquête pour le savoir. Hélène Moru soulève la question, mais à propos d’une autre entreprise : "Je suis rentré [à EDFGDF] en 1947, mais j’avais déjà travaillé pendant un an dans une entreprise de bâtiment qui a été obligée de débaucher car le patron avait trop collaboré et l’entreprise a eu une amende. On a été débauché : il y avait une sténo-dactylo et un garçon qui était dessinateur que j’ai retrouvé au gaz." Odette Dragon essaye de se souvenir de cette période à Bolbec : "Le directeur était M. Ligny. A un moment, les directeurs se sont trouvés déplacés et on en a mis d'autres. M. Ligny dirigeait tout. Il y a peut-être quelque chose. M. Garet le sait peut-être, car ils ont été déplacés dans une autre région." On a vu plus haut que les directeurs pouvaient affecter des travailleurs à des postes considérés essentiels, ce qui les protégeait contre les réquisitions et le travail en Allemagne. Ceux qui ont bénéficié de ces affectations, s’en réjouissent. Ceux dont les noms ont été donnés à la préfecture pour convocation sont moins satisfaits. D’autre part, les dirigeants ont continué à verser à leurs employés des avantages en nature (du coke ou des kilowatts), ce qui était naturellement très apprécié en temps de pénurie générale. Micheline Canis raconte comment son directeur a continué la pratique des dons mensuels au personnel tout en montrant une certaine froideur à l’égard des Allemands : "Avec Bernard, quand il était là ? Eh bien, il leur a tenu tête. C'était un type bien... Il leur a tenu tête parce qu'il n'a pas voulu lâcher quelques avantages en nature [aux Allemands]. A ce moment-là, on avait du coke, on était bien content, et c'est vrai que ça nous a servi."

31Voici quelques commentaires d’agents sur la Résistance. Jean Hazo, qui a quitté la ville en 1942 : "Je n’ai jamais entendu parler de la résistance au Havre quand j’étais au Havre. Il y a eu des choses absolument stupides pour moi... Ils avaient lancé dans la vitrine de la librairie allemande qui se trouvait place Gambetta à l’encadrure d’une rue, une bombe un soir. Si bien que le quartier était bouclé. Je suis descendu du tramway parce qu’ils prenaient des otages déjà." Jean Deschamps (à Fécamp) : "Des actes de résistance, on en a connu par les ‘on dit’ ; on les a connus surtout après, parce que c’était très discret bien sûr... Couper un fil téléphonique, des choses comme ça ? Oui ça s’est fait, moi je ne connaissais pas les gens qui participaient à ça. Mais il y a eu des coupures de câbles téléphoniques." Henri Coquelet dit avoir participé à de petits sabotages dans la région de Bolbec. Odette Dragon, également de Bolbec, dit modestement : "La Résistance ? Oui, il y en avait. On tapait à la machine des petites fiches pour la Résistance." Gaston Morel connaissait, sans en faire partie, "l’équipe de la Résistance" des cheminots du Havre et a fermé les yeux sur un acte de sabotage qu’elle a réalisée. Un futur directeur de la centrale thermique du Havre, Pierre Peutot, alors lycéen en Bourgogne, se rappelle qu’en 1943, lui et ses camarades ont "assisté à l’inhumation d’un aviateur anglais tombé, et on a chanté ‘God Save the Queen’."

32Plusieurs futurs agents d’EDF-GDF participaient ou avaient des proches qui participaient à des structures militantes clandestines. Henri Richard : "Mon père en ce qui me concerne était de gauche bien marquée, puisqu’il était communiste pendant la guerre, a eu des frayeurs par les prises d’otages qu’il a pu y avoir, et puis les inquiétudes qu’il a pu lui-même avoir aussi, compte tenu qu’étant du parti communiste. Il l’était. Il a toujours craint que sa vie soit en danger... [Est-ce qu’il a eu des activités de résistance ?] Non, il n’a pas été résistant... Il a seulement caché le drapeau du parti de la section où il était, dans le matelas [rires] où ma mère l’avait cousu, de manière à ce qu’il ne soit à la vue de personne." Robert Lhotellier : "J’ai été embauché aux chemins de fer en 1942. C’est là que j’ai pris ma première carte syndicale, dans la clandestinité car la CGT était interdite et le PC avec." Jean-Pierre Christophe : "Grand-père était un agent de liaison avec les Britanniques."

33Claude Hébert nous explique son cheminement à Montivilliers : "[Vous n’avez jamais été sollicité ou tenté par la Résistance ?] Je n’ai jamais été tenté, comment expliquer ça, par la résistance active, si vous voulez, passive, oui. Le mouvement auquel j’appartenais faisait que l’on se regroupait, mais il n’était pas reconnu. Nous avons caché des prêtres résistants, pas ‘des’, un prêtre résistant. Il était recherché et avait été obligé de partir de sa paroisse. Deux de mes camarades du même mouvement, Bernard Lemaire et Maurice Brandée, ont été pris pour des choses identiques. Ils ont été déportés tous les deux ; ils étaient deux militants JOC et je sais non déclarés... J’étais entré à la Jeunesse ouvrière chrétienne par camaraderie. J’allais toutes les semaines au patronage bien qu’étant dans une école laïque. Il y avait un prêtre qui s’occupait de nous. Montivilliers, il n’y avait que sept mille habitants, entre les deux écoles, que l’on soit à l’école laïque ou à l’école libre, on se connaissait tous. Le maire de Montivilliers, qui s’appelle Michel Malrive pour ne pas le nommer, et qui a milité plus tard dans le parti socialiste, était un de mes amis d’enfance, il était JOC comme moi. ‘Viens-tu avec nous ? Tiens, on se réunit de temps à autre. On fait ceci, on fait cela.’ On discute un peu, on refait le monde, c’est le cas de le dire. Quand la vie de garçon s’est passée, aussitôt on s’est groupé avec les cartes de militants comme dans tous les partis politiques, bien qu’on se défendait, et qu’on se défend encore d’avoir fait de la politique ; mais, enfin, bon, sans le vouloir, on en faisait quand même par la force des choses... Nous étions un groupe de garçons, et il y avait aussi un groupe de filles. Il y avait une Jeunesse ouvrière chrétienne féminine."

34L’armée allemande et le gouvernement de Vichy réprimaient impitoyablement ces gestes. Cécile Lartisien : "Mon frère aîné, Joseph Madec, a été dans la Résistance... Il est venu au Havre travailler sur le port... il était docker. En 1941, il travaillait comme terrassier sur les hauteurs du Havre, à Sainte-Adresse. La Kommandantur était au casino, mais alors avec leurs jumelles puissantes ils ont pu viser les ouvriers. Ils étaient donc quatre ; il y en a deux qui ont été pris, mon frère et un autre copain. On l’a arrêté. Il a été huit jours en prison au Havre. Ensuite il a été transporté à Rouen et alors le 18 mai 41, il a été fusillé sans qu’on le sache. Il n’y a pas eu de jugement par les Allemands. C’est après que ma belle-sœur a reçu la lettre de la Kommandantur. Et puis, un dimanche, on se promenait à vélo, tout à coup à Fontaine-la-Mallet, je vois une grande affiche placardée : Joseph Louis Madec, né à CledenPoher. Je dis : ‘Mais c’est mon frère !’Voilà comment j’ai su que mon frère a été fusillé." A Harfleur, un militant communiste qui avait été électricien, gazier et conseiller municipal, Arthur Fleury, est arrêté le 22 octobre 1941 et livré à la Gestapo. Il est déporté à Auschwitz le 6 juillet 1942, avec dix-sept camarades havrais, et y trouve la mort (Havre Libre, 24 octobre 1994).

Arthur Fleury, ouvrier électricien. Né en 1901, il vivait à Harfleur. Militant syndical et communiste, il fut arrêté par la gendarmerie de Vichy en octobre 1941, livré à la Gestapo et déporté à Auschwitz le 6 juillet 1942 où il mourut en octobre 1942. Une rue de Gonfreville-l’Orcherporte son nom. (Renseignements tirés de la brochure de Jacques Eberhard, "Le martyre d’Arthur Fleury", déposée aux Archives municipales du Havre C1875)

35La répression s’abattait non seulement sur les suspects, mais sur leurs proches. Ainsi André Duroméa, participant actif, était recherché par la police, tandis que sa femme, moins impliquée, travaillait à Charles Laffitte. Paulette Piedfort : "J’ai vu partir Mme Duroméa. On est venu la chercher sur son lieu de travail. Elle travaillait, puis son mari était parti, il était communiste, il avait pris le maquis. Malheureusement, on a fait des perquisitions chez eux pour trouver la trace du mari. Cela nous a été raconté par Mme Duroméa, quand elle est revenue. La mère de M. Duroméa avait gardé une lettre de son fils. Ils s’agenouillaient, mais ils ne l’ont pas trouvé comme ça non plus. Ils sont venus la chercher, la pauvre jeune femme ; des Français, des civils, des policiers français. Ils l’ont emmenée à Rouen, puis elle a été déportée. C’est en 43, je crois. Elle a été déportée à Buchenwald. C’était une femme qui était très fragile. Elle est quand même revenue de captivité, mais elle en a toujours porté des séquelles."

36Dans le milieu électricien et gazier, l’effort de résistance le plus organisé et le plus conscient s’appuyait sur le personnel de l’usine à gaz. Le syndicat, dirigé par des militants comme Marceau Flandre, Pierre (Roger ?) Dubois, Robert Martin, Maurice Rault (le père de Bernard), avait un long passé de lutte et d’intégration à des structures nationales combatives comme la CGTU. Après la déclaration de guerre, la mobilisation de ses dirigeants et l’interdiction du Parti communiste, il se réorganisa. Puis vint l’armistice de juin 1940, le retour des soldats démobilisés et la mise en place de structures acceptées par le régime de Vichy et qui devaient servir de couverture à une action revendicative et libératrice souterraine. Pendant un temps, les militants influents restent à leur poste de travail jusqu’à ce qu’ils soient découverts. Ils passent alors dans la clandestinité puis le maquis. Le moment de transition est dangereux.

37Bernard Rault : "Pendant cette période 40-44, il y avait la Résistance qui s’était organisée. Mon père s’occupait déjà de l’activité syndicale ; il était secrétaire adjoint du syndicat des actifs. C’était une époque très difficile parce que les militants, il fallait qu’ils fassent attention compte tenu des Allemands qui nous occupaient. Le secrétaire de syndicat de l’époque, c’était Marceau Flandre, qui est un camarade qui a été obligé, à un moment donné, de quitter Le Havre parce qu’il était pris au niveau de la Résistance. Mon père était aussi à la Résistance, résistance communiste tous les deux, c’est lui qui l’a remplacé au niveau du syndicat. C’était une période de guerre où même faire des réactions syndicales, c’était quelque chose de pas facile. Je dirais que j’ai connu l’époque où les réunions syndicales se faisaient chez mes parents, le soir après le travail, et ma mère et moi, on était quelquefois obligés d’attendre jusqu’à neuf ou dix heures du soir que les copains qui étaient avec mon père s’en aillent, pour qu’on puisse manger. Marceau Flandre a été trahi, arrêté et fusillé. Je l’ai bien connu parce qu’il venait chez mes parents ; ils faisaient des tracts par exemple. On avait une machine à écrire du syndicat à l’époque, et c’était les tracts qui étaient faits au stencil. C’était très dangereux. [Il y avait deux syndicats, un légal et un illégal ?] Le syndicat restait légal, mais il fallait faire attention parce que, bon, les Allemands étaient toujours à l’affût de ce qui pouvait se passer. Je dirais même qu’à l’époque, les renseignements généraux n’hésitaient pas à venir à domicile, chez mes parents, pour s’inquiéter de l’activité des syndicalistes parce qu’ils savaient que, sous couvert du syndicat, il y avait aussi la résistance qui se faisait, et ils cherchaient tous les moyens à détruire la résistance en particulier."

38"Quand Marceau Flandre a été obligé de quitter Le Havre, c’est son fils, Claude Flandre, qui était venu prévenir mon père qu’il fallait faire attention, brûler tout ce qu’on avait comme tracts. On se chauffait au coke, mon père avait plein de documents à la maison qu’on a immédiatement brulés. Mais il n’avait pas que des documents là. Il avait aussi des documents qui étaient à l’usine à gaz rue Philippe Lebon, dans ce qu’on appelle la tour à coke. En haut de cette tour, mon père avait des documents qu’il a brûlés aussi, et il était temps : une demi-heure après, les Allemands arrivaient dans l’usine et fouillaient partout parce qu’ils avaient certainement dû avoir des renseignements par rapport à ça. Mon père avait eu la chance de brûler tout avant, ce qui fait qu’il n’a pas été inquiété. Tous les militants syndicaux étaient le point de repère de l’occupant, parce qu’il savait que sous le syndicat, il y avait la Résistance."

39Voici comment Claude Flandre, fils de Marceau, se rappelle les événements.

Le récit de Claude Flandre
De son régiment, mon père correspondait régulièrement avec les camarades du syndicat et de la mutuelle dont il était le président. Georges Merle, Lucien Poincaré m'ont indiqué que deux réunions avaient eu lieu, l’une à Franklin, l'autre dans la cour de l'usine avec Auguste Loubet, secrétaire du syndicat de l'usine à gaz de Caen, appartenant à la Compagnie européenne du gaz.
Démobilisé [après l'armistice du 22 juin 1940], la direction refuse de le réintégrer dans un poste de surveillant de quart et l'affecte comme courtier. La charte du travail de Pétain se mettant en place, il organise le transfert du syndicat dans la charte tout en maintenant les structures du syndicat devenu illégal. C'est Maxime Dulondel qui fut chargé de la mise en place. Il était employé aux écritures et joueur de ballon. La mutuelle continuait de fonctionner tant bien que mal avec le concours de Joseph Houdon et de M. Simon qui habitait Montivilliers (à ne pas confondre avec Roger). Mon père s'occupait plus de l'organisation syndicale légale à l'époque. Il était largement connu... et dans la charte de Pétain, il fallait que les responsables fassent acte d'allégeance au pouvoir de Vichy. Comme il n'était pas question que mon père fasse une telle démarche, il a cherché des camarades qui veuillent bien s'inscrire dans le syndicat légal de l'époque tout en travaillant illégalement pour la CGT.
Il y a eu un syndicat légal chez les électriciens. Le secrétaire était Voisard. Ce que je peux dire (c'est après coup), mais ils étaient (ce n'est peut-être pas très bien de dire ça) cul et chemise avec un ministre du travail nommé par Pétain qui s'appelait Belin [René]... Voisard écrivait souvent. J'ai vu dans les archives que Voisard écrivait à Belin pour des bricoles. Dans les archives de ce syndicat, il y a juste un petit passage, peu de temps après la Libération, en 45 ou 46, pour l'application du programme du Conseil national de la Résistance qui prévoyait un certain nombre de nationalisations. Il y avait juste un petit truc, tout le restant, c'était un syndicat très corporatiste. Par exemple, ils organisaient la collecte pour les prisonniers de guerre ; ils faisaient des colis avec ça. Je ne veux pas dire qu'il n'y avait rien de fait, ce n'est pas ça. Mais il n'y avait rien sur la liberté, sur les choses de grande valeur humaine. Dans la corporation, la grande majorité des syndicats, que ce soit gaziers ou électriciens, était charte du travail.
Entre-temps, mon père était retourné à Amiens voir son frère qui était cheminot et connaissait bien le voisin d'en face, qui était secrétaire du syndicat des cheminots et s'appelait Jean Catelas, lequel était membre de la direction nationale du Parti communiste français. Il était député. Pétain a mis en place, en même temps que les affaires juives, une cour dite la section spéciale. Il a fallu trouver des magistrats véreux pour condamner à mort tous ceux qui passaient devant cette cour. Le 22 septembre 1941, Jean Catelas a été guillotiné à la Santé sur ordre de Pétain-Pucheu, en même temps que André Bréchet, un travailleur de la corporation des électriciens.
Bouleversés, mon père et moi décidons d'entrer dans la Résistance. Mon père au PCF et moi dans les bataillons de la jeunesse (voir les livres André Duroméa raconte Le Havre et Les bataillons de la jeunesse d'Albert Ouzoulias). C'est ce fait absolument criminel et déplorable qui a fait que mon père s'est engagé dans la Résistance. Comme je connaissais bien, moi aussi, cet homme-là, je me suis engagé dans la Résistance. J'ai informé mon père. Il m'a dit : 'Tu fais ce que tu veux.' C'est un gazier qui s'appelait Georges Fiquet qui est venu, comment dirais-je, me trouver pour trouver le chemin de l'organisation locale, puisque l'adhésion est verbale, il n'est pas question d'écrire quoi que ce soit, avait été faite à Amiens.
J'ai été contacté par deux garçons instituteurs, l'un s'appelait Fernand Chatel, il a été arrêté, déporté. Il est revenu. L'autre s'appelait Michel Musar, il était instituteur ; il a été fusillé au Mans. J'ai été contacté par ces garçons-là et l'objectif était de rassembler le maximum de jeunes, des étudiants, et j'avais formé un groupe de sept ou huit étudiants, toujours des garçons... La Résistance avait pour objectif de s'en prendre aux voies de communication des boches. Alors les voies de communication c'est les trains, les routes, le téléphone. On avait déraillé un train une fois, à Harfleur. On a coupé maintes voies de communication, des fils téléphoniques. Les boches avaient des voitures, on en a incendié quelques-unes, une à Graville. Et également la distribution des tracts, la protection des militants qui allaient prendre la parole dans les usines, de 1941 à 1943. Une fois, comme j'étais chef de groupe, on peut dire ça, on me dit : Tl y a un militant qui va parler aux Corderies de la Seine, demain matin. Il faudrait que tu y sois pour le protéger.’ Alors moi, je préviens mon groupe, c'est-à-dire deux jeunes et on va aux Corderies de la Seine, et c'était mon père qui venait parler. Il ne savait pas que je le protégeais, et moi je ne savais pas que c'était lui qui venait parler. C'est pour dire le cloisonnement.
[Pendant cette période,] le gars qui dirigeait le syndicat s’appelait Roger Dubois. Il était chauffeur de four, déporté pour détention illégale d'un fusil de chasse. Ce gars Dubois s'est construit une auréole parce qu'il a été déporté. Ce qui est vrai. Mais il a été déporté comme triangle vert, c'est-à-dire comme droit commun, parce qu'il était en bisbille, comme on dit communément, avec sa femme, et sa femme l'a dénoncé parce qu'il avait caché un fusil de chasse. Il a été déporté pour ça. [Où a-t-il été déporté ?] Il était à Buchenwald.
Le 13 mars 1943, vers 18 heures, Roger Belin, secrétaire du syndicat de la Société havraise d'énergie électrique vient informer ma mère que la Gestapo a décidé d'une rafle de militants connus. Mon père est sur la liste. Il travaillait et n'était pas revenu du travail. Informés, nous décidons de quitter la maison sise au 5 impasse Barois-d'Orgeval. Nous avions déménagé, le pavillon que nous occupions rue Louis-Brindeau ayant, par bombardement anglais, été sinistré. Mon père se rendit chez M. Simon à Montivilliers. Ma mère, ma sœur et moi chez Mme Toussaint, une ancienne voisine dont le mari était releveur-encaisseur à la SHEE et prisonnier de guerre. Le soir même, je suis allé me poster avec un camarade sur le toit d'un garage qui jouxtait le jardin. A six heures trente du matin, la Gestapo est arrivée. J'ai vu trois hommes vociférant jeter du matériel de maison par les fenêtres. Leur perquisition n'avait rien donné et pour cause. A partir de là, il était hors de question de réintégrer la maison puisqu’elle était surveillée. Ma mère est allée chez deux de ses sœurs.
[Comment votre mère vivait-elle la résistance de votre père ?] Et bien je dirais comme une femme qui est à la fois fière mais qui subissait. Elle participait aux actions de solidarité mais, je dirais, sans un esprit patriotique élevé. Elle le faisait d'abord pour mon père, parce qu'elle recevait des résistants ; il fallait les nourrir, les habiller. Ce n'était pas quelque chose de si facile que ça, à cette période de disette, de famine. Alors maintenant, ce qu'elle souhaitait, c'est qu'il n'arrive rien... On avait hébergé une camarade qui s'appelait Micheline Montserrat, et cette fille a eu vingt ans quand elle a été hébergée chez mes parents. Elle est restée à la maison quatre mois. Elle était responsable départementale de la jeunesse communiste. Elle était athée, elle a été déportée. En dehors de ça, il n'y avait pas de mois où on ne recevait pas quelqu'un, ceux qu'on appelait des illégaux.
André Duroméa, c'était un de mes chefs dans la Résistance, André. Sa mère à André et la mienne étaient très liées. Son père à André, je le connaissais bien... Comme le fils était comme moi, recherché pour la déportation, comme ils n'ont pas eu le fils, ils ont pris le père. Ce n'était pas facile quand on a un commerce de foutre le camp. Il était obligé de rester. Ils sont venus le prendre. Il a disparu en déportation. La rue Angamarre est devenue la rue Eugène-Duroméa... La femme d'André Duroméa travaillait dans les industries électriques et elle a été déportée aussi sa femme, par représailles. Elle a été torturée, on l’a mutilée..., les soi-disant expériences que faisaient les bourreaux fascistes, dans le camp à côté de Buchenwald qui était réservé aux femmes...
[Repérés au Havre,] nous nous réfugions dans le département de l'Eure où nous avons de la famille et des appuis. Dans le même temps, la solidarité s'organise. Les camarades du syndicat illégal collectent des fonds à l'usine et dans les bureaux à Thiers. Les archives que j'avais imprudemment confiées au syndicat ont mystérieusement disparu. Dans ces archives, il y avait la liste des sommes versées tous les mois par les travailleurs. Il y avait tous les mois, à la Compagnie européenne du gaz, une souscription qui circulait parce que, bon, on n'avait pas de salaire et on vivait avec l'argent de la solidarité.
Dans l’Eure, j’avais été chargé d’assurer les liaisons entre les différents groupes de résistants, dont peu restent debout maintenant. J'ai failli me faire prendre dans l'Eure, j'ai changé de département, je suis allé dans la Somme. [Pourquoi étiez-vous recherché ? Vous avez été dénoncé ?] Reconnu plutôt, par exemple, quand on déposait une gerbe à la gare du Havre (avant il y avait une grande tour). Ça arrivait le 11 novembre ou le1er mai. Trente secondes et on foutait le camp, les gens nous voyaient. Comme je vous 1 ai dit, mon père a été prévenu par des gendarmes de la brigade de Serquigny que j’avais été reconnu et qu’il valait mieux que je change de rue.
Je suis monté dans le département de la Somme. Je suis allé à Chiremont et à Ailly-sur-Noye. De là, j’ai repris contact avec les résistants et j’ai eu l’occasion de participer à la libération, je dirais, des communes du canton, et j’ai eu le plaisir, enfin la surprise plus exactement, de me battre aux côtés de deux déserteurs, un déserteur allemand et un déserteur autrichien qui s’étaient engagés dans notre compagnie de résistants.

Article sur les funérailles de Marceau Flandre (quotidien non identifié). La dernière phrase pourrait faire référence au fait qu'à l'automne 1944. de nombreux résistants déportés n'avaient pas encore été libérés des camps. (Collection CMCAS– DR)

Mon père, recherché, arrêté, torturé puis massacré était capitaine FTPF, commissaire aux effec-tifs. Ce n'est pas une petite chose, c'est lui qui détenait les effectifs des différentes compagnies de maquisards, de résistants qu'il pouvait y avoir dans le département de l'Eure. Il a été arrêté le 6 août 1944 à Saint-Etienne-1’Allier, c’est à côté de Beuzeville, Pont-Audemer. Il était logé chez un réparateur et vendeur de cycles. Je n’ai jamais pu savoir s’il avait été dénoncé ou
s’il avait été arrêté fortuitement. Il y avait un flic français qui s’appelait Ali. Il avait les moyens énormes que la Gestapo lui avait donnés, une soixantaine de militaires boches, des Allemands. Ils ont encerclé le village, ils ont fait une rafle. Mon père a été torturé. Ce qu’il y a de sûr, c’est qu’il n’y a pas eu d’arrestations par la suite. Donc j’en ai déduit, enfin pas seulement moi, les camarades ont déduit que mon père n’avait rien dit. Et le 13 août au soir, il était incarcéré à la prison d’Evreux. Ils ont sorti dix résistants de la prison d’Evreux, ils les ont emmenés dans un camion et ils les ont descendu à la mitraillette, à dix heures et demi du soir, sur le territoire d’Angerville-la-Campagne, c’est à une dizaine de kilomètres d’Evreux.
Je me suis trouvé pendant la bataille de la libération, c’était le 25 août 1944 bien sûr, en contact avec un gars qui avait été avec moi dans le département de l’Eure, un républicain espagnol qui s’appelait Danielo Magrigna ; il était de la province de Tarragone. Tout à fait fortuitement, on s’est rencontré pendant la bataille de la libération et il m’a dit : ‘Je ne suis pas sûr que tu revoies ton père vivant.’ Il m’a dit ça comme ça. Le feu de l’action a fait qu’on ne s’est pas revu. Je ne l’ai jamais revu ; je ne sais pas ce qu’il est devenu, s’il est vivant ou mort, je ne sais pas.
Je suis allé me renseigner à la préfecture et la préfecture ne connaissait pas M. Flandre. J’ai dit que je connaissais sa dernière identité. Alors il m’a répondu : ‘Ah ben oui, à Angerville-la-Campagne, il est mort. Il faut peut-être aller voir.’ Je suis allé interroger les gens, les fermiers qui étaient de l’autre côté de la rue, qui eux m’ont dit : ‘Effectivement, il y a eu un massacre là. Il y a eu dix résistants qui ont été massacrés.’ Comme j’avais vu mon père le 14 juillet, donc trois semaines avant qu’il soit arrêté, il m’avait donné sa nouvelle identité. Sinon, peut-être que je ne l’aurais jamais retrouvé. J’ai fait ouvrir le cercueil pour m’assurer que c’était bien lui. Ce n’est pas agréable. J’avais dix-huit ans.
Le Ali a été fusillé depuis. Il a eu un procès qui a été bâclé. On n’a jamais bien su les tenants et les aboutissants de ses activités...
Avec le recul du temps, j’ai une idée qui n’a pas changé : on ne pouvait pas faire autrement que de lutter ou de vivre à genoux...

Le témoignage de Madeleine Flandre sur la mort de son mari. Au fil des années, de nombreuses activités ont préservé la mémoire de Marceau Flandre, dirigeant syndical et héros de la Résistance ; l’article ci-dessus fait partie de cet effort de commémoration. (Collection CMCAS – DR)

La libération, la défaite de l’Allemagne, la nationalisation et la reconstruction

40Ces événements se sont suivis en rapide succession : libération du Havre le 11 septembre 1944, fin de la guerre le 8 mai 1945, loi de nationalisation le 8 avril 1946, première année de fonctionnement sous le nouveau système : 1947, et reconstruction tout au long, en fait à partir de la libération en 1944, avec plus de vigueur une fois la guerre terminée en 1945, et surtout à partir de la fin des années 1940. Par ailleurs, à partir du milieu de l’année 1947 des grandes grèves se développent. Il n’est donc pas surprenant que la mémoire de nos témoins ait tendance à télescoper cet enchaînement de faits. Par ailleurs, même après la nationalisation, de nombreux directeurs et cadres restent en place au Havre, et les structures des anciennes entreprises du gaz et de l’électricité perdurent. C’est pourquoi ce chapitre se prolonge jusqu’au début des années 1950, jusqu’au moment où le nouveau régime fait vraiment ressentir ses effets localement.

41Les villes du Pays de Caux sont libérées avant Le Havre où les Allemands tiennent jusqu’au 11 septembre 1944. Dans les premières, c’est la joie ; dans la ville port, les sentiments sont mitigés devant le grand nombre de morts et la disparition du cœur historique de la ville. Partout "l’autorité de fait" de Vichy est remplacée par des comités de libération issus de la résistance. Pierre Courant, qui avait été nommé par Vichy pour remplacer le maire élu, est déchu et frappé "d’indignité nationale" par le gouvernement du général de Gaulle. Les Alliés, parmi lesquels les soldats américains sont les plus nombreux, transforment Le Havre en base arrière du front. Plusieurs anciens et futurs électriciens et gaziers s’engagent dans les forces françaises pour continuer le combat contre Hitler. La production du gaz et de l’électricité, brièvement interrompue, reprend.

42Après la victoire en mai 1945, les habitants du Pays de Caux accueillent les prisonniers de guerre et déportés de retour d’Allemagne. Puis c’est le tour des soldats français démobilisés. Les destructions d’équipements, la production pour les forces armées et la mauvaise circulation des produits entraînent des pénuries de toute sorte et l’inflation des prix. Pour la plupart des salariés, les conditions de travail se sont détériorées régulièrement depuis 1938. Dans les usines à gaz et électrique, les agents s’impatientent du peu d’empressement que leurs directions mettent à compenser cette régression qui dure depuis six ans. Cependant, pour beaucoup d’entre eux, la perspective de participer à la lutte contre l’Allemagne nazie et à la reconstruction de leur pays, et de bénéficier des réformes promises dans le programme du Conseil national de la résistance, notamment la nationalisation des ressources et de la production énergétiques, justifie une certaine patience.

43La nationalisation est votée en 1946, sur proposition, entre autres, du ministre de l’Industrie, Marcel Paul, ancien dirigeant de la Fédération de l’éclairage et des forces motrices. La réorganisation qui en découle commence le Ier janvier 1947. Elle suppose la confluence des hiérarchies de plusieurs entreprises, l’harmonisation des grilles d’échelons et de salaires, la fusion des mutuelles et des syndicats. Pendant que la nouvelle entreprise EDF-GDF se met en place, le climat social et politique dans le pays change : l’impatience ouvrière éclate dans la deuxième moitié de 1947, les ministres communistes sont exclus du gouvernement, le climat de guerre froide s’installe. On retrouve des traces de tout cela dans les entretiens.

La libération, la place des résistants, le retour des prisonniers de guerre, des requis du travail et des déportés

44Claude Hébert : "La libération, [à Montivilliers], c’était une liesse générale. Tout le monde dansait, dans les rues partout... Les Allemands se sont retirés de Montivilliers. Des Belges de l’armée anglaise sont arrivés. C’était la joie." Odette Dragon : "Le jour de la libération [à Bolbec], notre chef nous a dit : ‘Vous pouvez sortir pour aller voir les Canadiens’. Ils étaient arrivés en bas du jardin public. C’était un beau geste, il nous a donné congé. Il nous avait aussi invité à aller à un bal avec des Américains. On avait dansé avec des Américains ! Puis les soldats français sont revenus, alors, on allait danser aussi." Mais même dans le Pays de Caux, la population a parfois subi des pertes. Ainsi Jean Parmentier : "Mon père était chauffeur-livreur mécanicien, dans une entreprise de charbon de bois, à Goderville, il venait livrer les boulangeries et il rentrait de sa livraison. Il y avait une voiture allemande qui le précédait. Lui, il conduisait et était avec son suiveur, son collègue. Les Anglais étaient déjà arrivés, ils chassaient la voiture allemande. Mon père a arrêté son camion, il avait pourtant mis son drapeau blanc sur le camion. Mon père est descendu, côté gauche et son suiveur du côté droit de la route. Mon père a été mitraillé par un avion anglais ; il a reçu une balle en plein cœur et il est mort sur le coup. Son suiveur n’a pas été touché. Donc mon père est mort en juin 44 et ma mère était enceinte."

45Au Havre, par contre, les dégâts sont généralisés et l’enthousiasme est tempéré. Claude Flandre : "Le Havre a profondément souffert des bombardements d'abord allemands, puis, après, anglo-américains-canadiens.". De nombreux livres et quelques films décrivent l’épisode tragique. Les photos ci-dessous en donnent une idée.

117. Le sol de la place de l'Hôtel-de-Ville du Havre après le bombardement de septembre 1944. De nombreuses conduites souterraines et des raccordements tant du gaz que de l’électricité ont été endommagés. (Collection CMCAS DR)

46La vie reprit, d’abord en l’absence de nombreux résistants, des militants politiques déportés, des requis du travail, des prisonniers de guerre, et des victimes des mesures vichystes et nazies encore détenus ou morts. Ce n’est que graduellement que ceux qui avaient survécu réapparurent. Plusieurs jeunes résistants s’engagèrent dans l’armée française et suivirent la progression du front vers le Rhin. C’est le cas, par exemple d’Henri Coquelet à Bolbec, et de Claude Flandre au Havre, qui nous dit : "[Après la libération, je me suis] engagé pour la durée de la guerre, j’ai été démobilisé le 6 février 1946." Auparavant, Hélène Moru nous dit que le cercueil de Marceau Flandre, fusillé en juillet 1944, avait été exposé devant la Bourse du travail du Havre, à "Franklin", non loin de l’usine à gaz à laquelle il avait dévoué tant d’énergie. La place devant le Palais des Expositions, immédiatement au sud de l’usine à gaz, servit de point de ralliement pour les familles à la recherche de proches disparus, prisonniers ou déportés. La parole des survivants jouissait d’une grande autorité auprès de beaucoup de Havrais : c’était ceux qui avaient payé de leur chair et qui étaient le plus à même de parler au nom des martyrs qui n’étaient pas revenus. Mais tous n’étaient pas en état de raconter ce qu’ils avaient vécu.

47Jean Hazo, qui avait été pris dans une rafle de travailleurs, décrit son retour d’Allemagne : "A Valenciennes, on a fait les papiers nécessaires pour rentrer et le monsieur qui s’occupait de moi, il m’a demandé : ‘Où vous voulez aller ?’Parce qu’il nous faisait un bon de train, gratuit bien sûr, pour rentrer. Je lui dis : ‘Au Havre.’ Mais il m’a dit : ‘Le Havre, j’en reviens. Il est haut de ça Le Havre...’" Paulette Piedfort décrit le retour de Mme Duroméa, déportée non loin de Buchenwald : "Elle a repris le travail quand elle est revenue à la Société havraise. Je crois qu’elle s’occupait de l’accueil des clients, je crois qu’elle était au guichet. Elle n’a jamais parlé de politique, ça jamais. Elle était revenue tellement traumatisée par ces années de captivité dans un camp de concentration, elle a été tellement affaiblie à un moment donné, qu’elle nous avait dit : ‘Je ne me souviens plus des traits de ma fille.’ Elle est revenue puis elle a repris. On croit rêver, vous savez, alors qu’elle était minuscule, fragile, quand elle est partie. A cause du traitement qu’on leur fait aux femmes, elle était gonflée, mais vraiment gonflée, si bien que quand elle est allée voir M. Delerue, qui était directeur de l’usine, il lui a dit quand elle est entrée : ‘Mais alors on n’a pas l’air si mal que ça en camp de concentration.’ Incroyable. Par moments, elle parlait de son Buchenwald. Elle disait qu’elle avait failli... Elle pense qu’elle était à deux doigts d’être exécutée parce qu’elle s’affaiblissait beaucoup. Quand elle avait été enfant, elle avait fait de la moelle osseuse... Elle arrive dans le camp de concentration : elle a dû soulever des rails. Tout le temps après, elle a souffert de cette colonne vertébrale."

48Les entreprises privées du gaz et de l’électricité étaient alors sur la défensive, désireuses de prouver leur volonté de participer à l’effort de reconstruction nationale. Elles prirent les premières mesures en faveur des résistants et déportés sous la pression des associations ; EDF-GDF reprit et développa cette politique, ce qui occasionna un certain nombre de reclassements et de rappels de salaire. L’embauche de Claude Flandre à l’usine à gaz, après son retour de l’armée, nous laisse entrevoir l’ambiance qui régnait alors : "Ma mère a dit : ‘Non (tu ne travailleras pas à la SNECMA).’Elle m’a dit : ‘Ton père travaillait au gaz ; là-bas il a plein de copains et ils feront attention à toi. Tu vas rentrer au gaz.’ Et c’est comme ça que je suis rentré au gaz. Le patron ne voulait pas que je rentre. Il a fallu que ce soit [les travailleurs], je me souviens de ça parce que j’étais présent. Ils ont arrêté la production de gaz et ils sont montés une vingtaine de chauffeurs de four, la gueule noire, le chapeau un peu comme les cow-boys, en galoche. Ils sont montés voir le patron qui ne voulait pas les recevoir. Ils ont forcé la porte bien sûr. Je me souviens. Il y a un gars, je ne sais plus qui, qui a dit : ‘Tu le vois celui-là ; et bien, tu vas l’embaucher tout de suite’ Il avait les mains pleines de charbon, toutes noires sur son bureau. Puis il parlait à deux doigts des moustaches. Et finalement j’ai été embauché quelques jours après. Le patron s’appelait Guernut. Le copain du syndicat m’avait dit : ‘Il faut que tu apprennes ; il faut que tu aies un diplôme parce que, si tu n’as rien, tu ne vas pas pouvoir évoluer’... Je rentre donc à la Compagnie européenne du gaz grâce à la pression syndicale. Les patrons ne voulaient pas de moi. Je suis 'pris en mains' par André de Saint-Léger, Hervé Guyader. Cent six travailleurs au parc, quatre-vingt-quinze syndiqués. Je suis embauché comme manœuvre de manœuvre, Compagnie 3. Y avait pas dessous !... Ma première paye : 3 090 francs alors que le moins payé avait 5 000 francs... Je suis rentré dans les industries électriques et gazières en 1946, entré physiquement parce que, disons administrativement [par reclassement], je suis rentré dans l'entreprise en 1941, date de mon appartenance à la résistance."

49Dans le syndicat local, la transition se fait en douceur. Claude Flandre : "[Que sont devenus les dirigeants du syndicat légal à la libération ?] Ils sont restés. Il y a eu quelques exceptions... Un exemple : moi quand je suis rentré de l'armée, le gars qui dirigeait le syndicat, il s'appelait Dubois et avait été déporté... Il y a eu des bouleversements là où les organisations ont pu collaborer avec l'occupant. Moi, je n'en connais pas dans ma corporation, les gaziers."

50Le registre syndical reprend ses procès-verbaux le 6 février 1945 et montre qu’on s’occupe des séquelles de la guerre. Le syndicat assure un secours à Mme Fleury, veuve d’Arthur Fleury, militant de la CGT et du Parti communiste d’Harfleur, mort en déportation. "Belin dit que la prime aux mobilisés a été payée la semaine dernière ; les déportés toucheront les mêmes indemnités." (25 février 1945). On demande aussi la réintégration des révoqués, notamment Henri Voisard, et qu’on paye les résistants qui ont subi un manque à gagner du fait de leur activité : " 10° Absence des résistants : la Direction doit payer le reliquat de ce que le résistant a gagné ailleurs." (15 mai 1945). La première grande réunion générale le 24 mai 1945, au Cercle Franklin, est placée "sous la Présidence d’honneur des Victimes des Bombardements, des Fusillés, des Déportés, des Prisonniers et Requis de notre Fédération" (15 mai 1945). Le classement des victimes des bombardements en première place, devant les fusillés et les autres, est une particularité havraise. Voisard y souhaite la bienvenue aux prisonniers qui ont repris part à la vie havraise, et surtout à Mme Duroméa.

La reconstruction

51Claude Flandre : "Il fallait reconstruire. On n'avait pas de matériel, les Américains avaient monté des barrages à bille, où les Allemands avaient installé des batteries de DCA, et les Américains avaient construit des baraquements. Ils ne sont pas restés très longtemps. Les baraques, ils les ont démontées et ont foutu ça à la poubelle, à la décharge publique entre le pont V et le pont VI. On allait le soir, après la journée, avec les outils, démonter des tubes, des raccords... pour pouvoir travailler le lendemain, parce qu'on n'avait rien. On faisait ça, et puis il n'y avait pas d'heures supplémentaires... Ça me paraissait quelque chose d'utile, le prolongement de la bataille de la résistance." Michel Lemonnier explique les demandes de raccordement au réseau : "Les gens automatiquement trouvaient des habitations dans les baraquements, et il leur fallait une police d’abonnement d’électricité." Georges Belloncle : "Tout le monde était content de pouvoir faire quelque chose, de sortir, d’aider à la reconstruction." Daniel Poret : "Le matin, on partait avec une petite charrette à bras avec des roues. Et puis c’était la Libération, tout était coupé au Havre. Alors on refaisait des jonctions avec des câbles souterrains, des branchements aussi... Les repas, c’était à la gamelle sur le chantier même. On avait des petites tentes qu’on mettait pour travailler et on mangeait dessous. On chauffait au charbon de bois.

Le funiculaire du Havre était alimenté en 500 volts à partir de la centrale thermique "Charles Laffitte". La photo prise en 1946 suggère le redémarrage de l’économie locale. (Collection CMCAS – DR)

52"Le syndicat s’est mobilisé pour aider au ravitaillement. Bernard Rault : "On manquait de tout. Mon père qui était chauffeur de fours et faisait les quarts, avait des contacts avec des fermiers. Il avait réussi à commander pour le personnel des pommes de terre par exemple. Après son quart du matin, il prenait le camion, chargé de 85 sacs, pour livrer le coke au personnel. Après on allait à la campagne, on allait ‘au tas’, on prenait les pommes de terre, on les pesait, on les mettait en sac et puis le soir en revenant, il fallait faire les livraisons au personnel. C’était donc un travail énorme qui permettait au personnel de pouvoir vivre. Quelquefois, on arrivait aussi à avoir de la viande." Ce travail d’entraide est devenu la coopérative d’achat par la suite.

53Il y avait à cette époque une pénurie de main-d'œuvre et de machines. Pour y pallier, plusieurs entreprises françaises ont engagé des travailleurs originaires des colonies françaises. D’après Robert Lhotellier, c’est le cas de Saki Areski, né en Algérie en 1920, et venu en France en 1942 comme convoyeur libre. A la libération, l’entreprise Levos, pour laquelle il travaillait à Dijon, l’envoie au Havre. Là, il adhère à la CGT et au Parti communiste. L’usine à gaz l’embauche en 1948 comme chauffeur de four. Il reste à Gaz de France jusqu’à sa retraite. Robert Lhotellier se rappelle d’autres travailleurs des colonies françaises d’Afrique du nord et d’Afrique occidentale, qui avaient été engagés au gaz et à l’électricité à cette époque, notamment Abassi, qui était le terrassier de Lhotellier en 1947. Hélène Mont, aide-comptable, se rappelle : "On avait avec nous 35 ou 37 Algériens, et à chaque fois qu’ils allaient chez eux, ils nous ramenaient un cousin. Il fallait faire attention pour la paie, parce que c’était des pochettes et ils avaient presque tous le même nom." Comme beaucoup de travailleurs immigrés dans d’autres secteurs, ceux du gaz et de l’électricité ont contribué à la reconstruction du Havre.

La loi de nationalisation

54Fernand Dartinet : "[Quand vous étiez résistant, est-ce que vous attendiez des changements sociaux ?] On espérait que ça allait aller mieux. Ce n’est pas si facile que ça. Vous savez, le général de Gaulle, il prenait un gros risque là, parce que ça gênait des gens de tout nationaliser comme ça. Il y en a qui n’étaient pas pour lui, beaucoup même. Enfin, ils avaient touché le pognon, ils ont été payés correctement, il paraît." Bernard Dartinet, son fils : "C’est le général de Gaulle qui a lancé l’histoire, mais le général de Gaulle avec les ministres communistes de l’époque... Ils ont décidé de nationaliser toutes les entreprises privées en indemnisant les propriétaires, les actionnaires de l’époque. C’est-à-dire en leur remettant des obligations qui représentaient 1 % du chiffre d’affaires de l’entreprise, au même titre que les œuvres sociales recevaient 1 % du chiffre d’affaires pour leur fonctionnement."

55La réunion générale du syndicat des électriciens, le 24 mai 1945, adopte à l’unanimité "un ordre du jour sur le programme de la Résistance et en particulier sur la nationalisation, qui sera envoyé au ministre du Travail et au ministre de la Production industrielle." Pendant un temps, en 1945, le syndicat craint que la nationalisation ne s’appliquera qu’à la production et non à la distribution, que seuls Yainville et Le Havre auraient droit à un comité d’entreprise, et non Bolbec. Il se hâte de recenser tous les avantages existants afin d’en inclure une version écrite dans les accords nationaux. Le syndicat du Havre est en contact étroit avec Lucien Barthes, qui vient même au Havre arbitrer une réunion avec M. Delerue, le directeur de Charles Laffitte, en avril 1945. Micheline Sence, parlant de son père, Robert Savey, met en évidence le fonctionnement coordonné à l’échelle nationale : "[Pendant les nationalisations,] il est allé à Paris pour discuter de tout ça avec les responsables, pour élaborer tout ça, pour la mise en place de la CCAS... Il avait une machine à écrire et il tapait d’un doigt... Il faisait beaucoup de choses à la maison : y compris quand ça [la CAS] s’est mis en place, et qu’il y avait les Arbres de Noël. C’était maman et moi et puis lui, on faisait les paquets de bonbons pour [la fête]. C’était avant qu’il y ait un bureau et qu’il y ait du personnel... Marcel Paul est même venu à la maison, une fois... C’est lui qui a eu l’idée de ça, de la nationalisation. Il était intéressant pour ça, qu’il y ait quand même des gens de poids qui aient des bonnes idées, parce que c’était quand même une bonne idée, quoiqu’on en dise." La nationalisation est également soutenue par les syndicalistes chrétiens de la CFTC. Bernard Rault : "Mon père, ayant la responsabilité du syndicat à cette époque [la Libération], a participé à la mise en place de la loi de nationalisation. Ça a été l’époque où il a été très absent du Havre, parce que la mise en place de la loi se faisait évidemment à Paris, et en tant que représentant du syndicat, il avait été appelé par la fédération pour l’élaboration du statut national électricien et gazier... Je me souviens du trésorier du syndicat, parce que ça a été en même temps un ami de mes parents, Eugène Cahard. Il y a eu Georges Fiquet, un collègue qui a travaillé après moi au service commercial. Il y avait Jean Talbot, qui était gazier ; le chauffeur qui transportait le coke, il s’appelait Lelièvre, on le surnommait lapin."

56Michel Lemonnier : "La nationalisation est entrée en vigueur en juin 46. Alors le personnel l’a très bien pris. Le Journal Officiel du mois d’avril 1946 a été distribué aux agents... Il y a déjà eu dès juin 46 des mouvements sociaux dans les bureaux. Pourquoi ? Parce que ça tardait à mettre en application ce décret... Les Conseils d’administration n’étaient pas encore en place, et les directions en fait étaient restées ce qu’elles étaient avant la nationalisation. Ça a été un peu comme un gouvernement provisoire puisque les premiers chefs de centre des entreprises sont restés les anciens directeurs. Vous comprenez que ce n’est pas de bon cœur qu’ils allaient mettre ça en application. Il a fallu que les personnes déjà commencent des mouvements pour accélérer la mise en route... Nous avions à l’électricité, les électriciens, des releveurs et des encaisseurs ; c’était totalement différent ; et côté gaz, puisque à l’époque c’était la Compagnie européenne du gaz, ils avaient eux aussi leurs releveurs pour le gaz et leurs encaisseurs. Il a fallu les ‘mixer’ ; les deux se sont réunis et, en fait, lorsqu’on relevait l’électricité, on relevait en même temps le gaz. Et les encaisseurs, c’était pareil. Il a bien fallu deux ou trois ans pour mettre tout ça en route. Les bureaux de l’électricité et du gaz s’étaient réunis. On s’est retrouvé avec des agents gaziers qui venaient travailler à l’électricité."

Les conditions de travail avant et après la nationalisation

57Aujourd’hui, pour le grand public, EDF-GDF est synonyme de salaires décents, emploi garanti et nombreux avantages. Ce n’était pas le cas en 1945. Les salaires étaient relativement bas, les horaires prolongés et les tâches souvent pénibles quand on comparait ces éléments à ceux des métiers semblables des industries privées en dehors du service public. Avec la nationalisation, les garanties syndicales sont immédiatement améliorées, mais les salaires ont continué à traîner derrière ceux du privé. Beaucoup de ceux qui sont entrés alors, acceptaient les salaires de départ médiocres parce qu’on leur promettait la garantie de l’emploi dans une grande société publique et le respect des libertés. Michel Lemonnier : "Le lundi 16 juillet 1945, je me suis présenté accompagné de ma mère, puisque j’avais quatorze ans, à la Société havraise d’énergie électrique, qui était installée dans les bureaux, disons, provisoires suite aux bombardements... J’ai été embauché comme coursier... J’avais beau avoir quatorze ans, je travaillais du lundi matin au samedi soir, de huit heures du matin jusqu’à six heures du soir, c’est-à-dire pendant quarante-huit heures, et ce pendant six jours, sans interruption. J’avais le droit à des congés, comme les adultes, mais à un moindre degré, du fait que j’étais ce que l’on appelait temporaire."

58Plusieurs témoins font ressortir des aspects du travail qui étaient durs ou défavorables pour les salariés sous le régime privé, et se sont améliorés sous EDFGDF. Fernand Dartinet rappelle les inquiétudes avant la nationalisation puis signale les différences de salaires entre localités, les outils de travail défectueux, la fréquence du travail le dimanche : "On ne savait pas trop ce qui allait se passer... peut-être qu’ils vont supprimer l’usine ou nous fiche dehors. On ne savait pas. Après, quand on a commencé à s’occuper de nous, on nous a dit : ‘Bon, ben vous restez là, vous restez sur votre poste, et puis les ouvriers qui sont avec vous, vous allez les embaucher. On les prend avec vous. Ils restent avec vous... [Avant la nationalisation], on était moins payé (à Harfleur) que les ouvriers du Havre. Quand j’allais à Paris, moi, les augmentations, on me les fichait au nez. ‘On n’est pas une compagnie du Havre ; si vous aviez travaillé au Havre, vous seriez beaucoup plus payés que chez nous ; mais on ne peut pas vous donner plus. Vous choisissez : ou vous restez avec nous, ou vous vous en allez. C’est comme ça.’ Alors là, quand on a été nationalisé, on était payé au même prix que les gens du Havre... Un monsieur est venu, on ne sait pas d’où, il m’a dit : ‘Monsieur Dartinet, vous n’avez pas à vous plaindre... vous êtes rattaché au Havre.’ Il est venu leur dire la même chose à Montivilliers et puis à Etretat... Mon épouse est restée, pareil. Eux ils avaient des voitures, des camions, nous on n’avait rien, une voiture à bras. On montait à Gonfreville (sur la falaise) faire des branchements avec une voiture à bras. On était drôlement mieux équipé [avec EDF-GDF], pas le premier jour, mais au bout de six, sept mois, qu’on était équipé avec la Franco-Belge.... Des fois j’allais à Paris pour rouspéter parce qu’il n’y avait pas assez de matériel pour faire les travaux. J’étais toujours bien reçu parce que, moi, je voulais toujours travailler. Il y en a un qui m’a dit : ‘On n’a jamais vu un homme comme vous, vous voulez toujours travailler !’Ben oui, moi je suis payé pour travailler, je veux travailler, mais je veux du matériel... Avant qu’on passe avec Le Havre, moi je n’avais jamais de dimanche. Dimanche il fallait rester là. J’avais le lundi à la place. Ce n’est pas la même chose, vous savez, quand vous avez votre jour de repos le lundi puisque tous les autres l’ont le dimanche. Ben vous pouvez toujours aller vous balader, vous ne voyez personne, vous êtes tout seul sur la route. Tandis que quand on a été nationalisé, ça a changé complètement ; ça n’a plus existé ce système-là."

59Cécile Lartisien : "En mai 1946, nous avons été nationalisés... Nous nous sommes ‘mixés’... [Est-ce que vous l’avez ressenti dans les conditions de travail ou pas tout de suite ?] Si, quand même, parce qu’il y avait plus de liberté premièrement. En passant les concours, on pouvait aller plus haut." Pour Micheline Canis, la nationalisation a plutôt bloqué, pour un temps, ses perspectives d’évolution de carrière : "C'est à ce moment-là, en 47, que j'ai dû apprendre qu'il y avait eu la fusion et que, malheureusement, mon chef, M. Bernard, est parti. Il devait s'occuper de toute une région. Je l'ai beaucoup regretté. C'est M. Delerue qui est venu, qui a pris sa place. Il avait sa secrétaire avec lui. [Et vous alors ?] Il avait sa secrétaire avec lui... J'avais été secrétaire du chef avec trois ou quatre filles sous mes ordres. Pour faire valoir mes droits, ça a été difficile, il a fallu des années. L'électricité, le mélange, ça n'a pas toujours été facile. Je n'ai pas gagné au change." Odette Dragon : "La nationalisation ? On continuait à travailler. Il y avait des fêtes, on avait fait un arbre de Noël une année. Mais on ne pouvait pas faire aussi bien qu'au Havre. Alors on a pris un car pour conduire les enfants." Marcel Garet (Bureaux, Bolbec) : "[La nationalisation ?] Pour nous, ça n’a pas changé. C’est le patron qui a changé. Il n’y a pas eu d’avantages sociaux. On nous a pas demandé si on voulait être nationalisé ou pas." Jean Deschamps : "On faisait partie à ce moment-là de la compagnie Lebon (à Fécamp)... Du jour au lendemain je me suis donc retrouvé agent EDF-GDF. On a continué à travailler comme si de rien n’était. Ça changeait rien en fait. C’est le social de l’entreprise qui changeait.... Par suite de la nationalisation, je me suis trouvé muté au Havre, parce que à l’époque, c’était de petites unités qui dépendaient d’une direction de la Seine Inférieure, et tout ça s’est trouvé groupé sous le sigle d’EDF-GDF... On a donc débuté la comptabilité EDF qui était une comptabilité tout à fait différente de celle des vieilles entreprises."

60Jean Hazo : "La nationalisation, je l’ai sentie après deux ans, quand on a commencé à avoir des rappels et puis tout ça. Sur le coup, tout le monde était content, mais moi, je n’étais pas tellement au courant... [Vous vous êtes senti un peu mieux loti que d’autres travailleurs après deux ans ?] Non, au contraire, j’avais des collègues que j’avais connu quand je travaillais à la Société française des instruments d’optique, qui eux travaillaient ailleurs. Quand je leur disais mon salaire, ils riaient ; ils trouvaient qu’eux, ils gagnaient beaucoup plus. La première chose qu’on a appréciée, c’était qu’on avait eu un mois de vacances, alors qu’avant on avait quinze jours... J’ai touché un très bon rappel à l’époque : ils ont considéré que j’étais entré en 42 (requis du travail)."

61Henri Richard : "[En 1949] c’est moi qui cherchais. La nationalisation venait de se produire. Les avantages des électriciens et gaziers étaient intéressants par rapport à ce qu’on pouvait trouver ailleurs, dans le bâtiment en l’occurrence : les journées de congé, la CAS, les avantages sociaux qu’on pouvait avoir à EDF et qu’on n’avait nulle part ailleurs à ce moment-là. Nous avions un statut mirobolant par rapport à ce qu’avaient les autres, depuis la nationalisation, en 46... Mais, il faut voir les réseaux que Gaz de France a pu hériter des entreprises privées. C’était lamentable, une catastrophe. C’était vraiment des bouts de ficelle. A l’époque le gaz servait uniquement ou presque de gaz d’éclairage. L’essor a été de faire que les gens l’utilisent autrement que pour l’éclairage : pour la cuisine, pour le chauffage." Claude Sence : "Quand je suis rentré à EDF [vers 1954], je ne gagnais pas deux fois moins, mais presque [que chez Tinel, dans le bâtiment]." Henri Cacaux, embauché en 1949 avec un CAP de plombier : "Je savais qu’il y avait un statut national, que l’âge terme de ma retraite serait de 55 ans. A cette époque-là, c’était quand même une sérieuse référence... Je n’ai pas eu les avantages au départ. J’ai été presque trois ans à rester temporaire dans l’établissement... Les salaires au départ n’étaient pas très importants ; je dirais que je gagnais moitié moins que dans l’entreprise Lefèvre, moitié moins. Je faisais 21.000 francs dans l’entreprise Lefèvre, et je suis redescendu à 8.200 francs au Gaz de France, sans avantages." Daniel Thuillier : "[En 1952,] ils cherchaient des plombiers à Gaz de France. C’était sous-payé en comparaison du bâtiment, puisque je gagnais, en rentrant au Gaz, 22.500 en anciens francs évidemment, et je gagnais presque 30.000 francs dans le bâtiment."

62Bernard Rault : "[Par rapport à une autre entreprise, est-ce que vous aviez le sentiment d’avoir une place meilleure, la sécurité de l’emploi ?] La sécurité de l’emploi, c’est une question qui ne se posait pas parce que compte tenu de la saignée des prisonniers de guerre, des gens décédés, le chômage, c’était quelque chose qu’on ne connaissait pas. Sécurité de l’emploi, ça allait de soi à l’époque, non, ce qui m’a enthousiasmé, moi, c’était la notion de service public."

Les grèves de 1947

63A peine la loi de nationalisation et le statut ont-ils été adoptés, que le climat social s’est fortement dégradé. Le registre syndical des électriciens rapporte des interventions qui confirment que les agents se sentaient injustement payés : "Tiercelin sur la question des salaires demande une grève générale dans tout le pays de façon à ce que la Fédération pousse la CGT à agir rapidement. Savey admet que l’augmentation que l’on vient de toucher ne correspond plus à l’augmentation incessante du coût de la vie." (27 juin 1947). Ce qui est significatif ici, c’est que cette plainte ait été exprimée après l’appel à la grève de la Fédération CGT de l’éclairage le 23 mai, et après que le gouvernement ait proposé un compromis avec 10 % d’augmentation le 11 juin, et que, de surcroît, elle soit approuvée par deux dirigeants syndicaux en vue, l’un plutôt combatif, l’autre plutôt prudent.

64Plusieurs électriciens et gaziers du Havre se rappellent de ces mouvements, de la réquisition des travailleurs par le gouvernement et du recours à la force militaire. Claude Hébert : "La centrale du Flavre étant arrêtée, on a fait appel à la Marine nationale. Entre la Marine et les centrales thermiques, il n’y a pas de grosses différences, vous savez. Une chaudière, ça reste une chaudière, que ce soit sur un bateau ou à terre. On a fait venir des marins pour suppléer ou même remplacer les grévistes de la centrale." Jean Hazo : "En 46 ou 47, j’ai vu des CRS arriver à la centrale du Havre. Alors ça, je ne sais pas exactement ce qu’ils ont fait. Je crois qu’ils avaient pris les commandes, parce qu’il y avait la marine qui était venue à la centrale parce qu’ils avaient coupé le courant. Puis dans la Marine, il y avait des spécialistes probablement électriciens, qui sont venus pour rétablir le courant et il y avait les CRS qui étaient là pour empêcher les grévistes d’intervenir. C’était probablement une question de salaire. Ça a duré une quinzaine de jours et alors là, on m’a envoyé ; la classe de 43, à laquelle j’appartenais, a été réquisitionnée. On a été trois jours à Rouen... Ça s’est arrêté là, le travail a repris. Ça a été une grande défaite, en 47, parce que ça a été l’année de la scission."

65Au moment où il est embauché à la centrale du Havre, Robert Lhotellier est appelé par l’armée pour une intervention contre des grévistes. "Je reçois le dimanche une lettre de l’armée pour être mobilisé pour me battre contre les mineurs dans le Nord (1947). J’arrive à Pont-à-Mousson. Le général avait donné ses ordres ; il a dit aux sous-off : ‘Il y a des communistes chez les mineurs. Il y a des grèves. Il faut absolument arrêter ce massacre’... J’explique à mes gars qu’on allait partir dans le Nord se battre contre les communistes. Je leur demande : ‘Vous n’avez rien à dire ?’Et là, il y en a un qui se lève. Il dit : ‘Sergent-chef, je ne suis pas d’accord.’ Je suis resté comme un con. Je le recherche encore. Il s’appelait Paul Kerrigan. Il dit : ‘Mon père est communiste, mais j’ai pas envie de le tuer !’... Je rencontre Kerrigan et on a pris un pot ensemble... Le lendemain, on se lève à 6 heures : tous les pneus étaient crevés. On est resté deux mois là-bas sans bouger... Voilà pourquoi je suis devenu un militant. J’aime les hommes. Ça m’a beaucoup marqué... Je rentre à l’EDF au Havre. De ce jour-là, je milite. Je suis rentré dans tous les organismes statutaires pour défendre, conserver notre Statut national."

Le syndicalisme

66Les années de la libération prolongent l’élan syndicaliste qui avait explosé en 1936 et s’était interrompu prématurément en 1938. Les témoignages sont presque unanimes à ce sujet. Il existait une culture ouvrière qui débordait largement le collège électoral ouvrier et touchait les employés, la maîtrise et les cadres, les femmes et les enfants. Elle nourrissait des valeurs de solidarité dans la masse et le dévouement à la cause chez les militants. La CGT a été le principal bénéficiaire de cet élan. Au niveau national, elle a recueilli 84 % des voix, contre 16 % à la CFTC, lors des premières élections à la Caisse centrale des œuvres sociales (CCOS) le 14 janvier 1947. Le Havre ne fut pas une exception. Les passages suivants contiennent des affirmations qu’il est difficile de vérifier ; je les reproduis ici pour évoquer le climat de l’époque.

67George Belloncle : "Dès l’instant où j’ai travaillé, c’est-à-dire en 1949, j’ai été syndiqué à la CGT." Jean Hazo, embauché comme horloger en 1945 : "Aussitôt le premier jour, à la CGT. Je faisais partie des gens qui suivaient. Quand on me disait de faire la grève, je faisais la grève. Je n’ai jamais loupé une grève. Ça, je ne peux pas dire, même une heure. Quelquefois, ça me plaisait plus ou moins, mais je n’ai jamais loupé une grève." Daniel Poret : "J’ai adhéré à la CGT en 1947, et je suis resté. Parce que c’était la meilleure ; c’était là qu’on était le mieux défendu... J’allais aux réunions, parce qu’il y en avait souvent, à Franklin, ou quelquefois dans la cour ou le parc de l’usine, et puis des fois, à Thiers, dans le grand bureau. C’est là qu’il y avait le grand directeur. Il nous recevait pas bien." Cécile Lartisien : "A toutes les grèves, je participais ; et c’était parfois long. [A quel syndicat étiez-vous ?] CGT toujours. J’ai eu ma grosse médaille de 50 ans... On nous promettait beaucoup de choses ; ça montait petit à petit, c’était pas mal. Nous étions près de 90 % à la CGT, les autres à la CFDT, la CFTC d’abord, à FO."

68Fernand Dartinet : "[Dans les années 40,] je me souviens, j’avais embauché dix-neuf bonhommes (comme terrassiers) pour remplacer une conduite à Harfleur. C’était un moment révolutionnaire, alors il y avait des gars qu’étaient vraiment des révolutionnaires. ‘Oui, tu vois Fernand, quand on va être au pouvoir nous, et ben nous, on ira habiter dans la maison, le grand machin du comte d’Harcourt.’ Je ne sais pas comment, c’est le comte qu’a le machin là haut. ‘Et puis toi, tu viendras nous servir la soupe.’ Enfin, ce n’était pas pour demain. Ils ne l’ont jamais eu. Il y en avait comme ça." Jean Piedfort : "[Donc vous avez adhéré à la CGT ?] Oui, parce que je lisais les journaux et puis que ça m’a semblé... Il y avait une ambiance particulière à cette époque-là quand même, qu’on ne connaîtra plus, sans doute, jamais. Alors maintenant c’est le bordel, mais dans ces années-là, on y croyait. On pensait que si les PC ou autre chose gagnaient, il y aurait une amélioration. Par la suite les gens sont revenus... [Les sensibilités syndicales ?] Chez nous, ça ne se manifestait pas [dans les années 1930], non. Un seul syndicat, la CGT ou alors pas du tout syndiqué. Malheureusement, les gars qui n'étaient pas syndiqués étaient un petit peu brutalisés. Il y en a qui ont voulu parler comme ça, pis... Non, c'est pas [Marceau] Flandre qui faisait ça. Au contraire, il y avait un gars qui avait voulu taper un peu sur le nez de celui qui avait parlé... Effectivement un homme comme Flandre n'était pas, ne pouvait pas tolérer des trucs comme ça. Vous savez, il y a des gens qui sont trop sectaires quand ils sont lancés."

69Robert Lhotellier : "Je suis devenu militant il y a cinquante ans (c’est-à-dire depuis 1942). J’ai voulu rendre service à la société, à la collectivité, aux travailleurs. M’investir dans l’action syndicale et sociale. Et je n’ai pas peur de le dire, je suis même devenu communiste. Je ne renie pas mes origines." Claude Flandre : "A l'occasion des congrès syndicaux, je me souviens de ça, mes camarades pensaient que c'était bien d'aller sur la tombe [de Jules Durand] et de la fleurir, ainsi d'ailleurs qu'on allait sur la tombe de mon père. J'ai été élevé par mes parents, singulièrement par mon père dans la lutte sociale et politique. Moi je ne conçois pas le travail salarié sans lutte ; il n'y a pas de progrès sans lutte. C'est un peu faire de la philosophie, mais c'est le choc des contraires qui permet d'avancer. Améliorer la condition humaine, c'est le rôle fondamental du syndicat, du syndicalisme." Hélène Moru : "Quant à Marcel Paul, c’est un homme que je respecte beaucoup. J’ai lu des livres sur lui, Le Piteau, c’est un saint laïque... Marcel Paul voulait le bien des ouvriers."

70Micheline Sence, à propos de son père Robert Savey, pilier du syndicat des électriciens : "Il était syndicaliste et il défendait les copains, même quand il y en avait qui n’étaient pas toujours défendables. Mais moi, j’en ai vu défiler à la maison des gens qui venaient voir mon père. Donc ça c’est fait pratiquement naturellement : il a été élu, et puis il avait quand même des idées pour organiser des tas de choses... Ils ont mis tout en place, enfin peut-être pas tout, mais enfin une ébauche de tout ce qui allait exister par la suite. Il n’était pas seul... Il y avait M. Simon, M. Delarue. Belin c’était un grand copain à mon père. C’est tous ces gens qui venaient de la base, qui savaient ce qu’il fallait améliorer, puis ce qu’il fallait faire. [Est-ce qu’ils étaient détachés ?] C’était toujours en dehors de leur travail. Les patrons ne donnaient pas. Après, ça s’est établi, mais il a fallu du temps quand même... Il défrichait même. Je dis toujours : ‘S’il voyait ce qui se passe, il se retournerait dans sa tombe’. Parce que c’est vrai, ils ont réussi par la force des mouvements et de leur persuasion. Ça allait bien aussi, le travail allait bien, à obtenir des tas de choses qui sont regrignotées au fur et à mesure, et c’était toujours pour une amélioration des gens." Bernard Rault : "Mon père [Maurice Rault] a fait un travail, je dirais, très lourd,... un travail qui était fait sur son propre temps personnel, et je dirais même que, à cette époque, faire du syndicalisme, ce n’était pas facile. Tout le militantisme se faisait, disons, après les heures de travail et c’était quelquefois très tard. Alors c’est vrai que c’était une période où il fallait avoir un cœur gros comme ça pour pouvoir faire tout ce qu’il y avait à faire. J’avoue que tous les militants de l’époque nous ont donné des leçons. Je ne parle pas spécialement de mon père, il n’était pas le seul, il y en avait beaucoup d’autres. Ça nous a donné des leçons pour comprendre que pour défendre effectivement les gens, il fallait avoir une activité intense."

Le premier Conseil d’administration de la CMCAS élu le 8 janvier 1948 désigne un bureau provisoire dont le président est Robert Savey. Les anciennes mutuelles du gaz et de l’électricité y sont représentées. (Collection CMCAS– DR)

71Claude Flandre : "En 1947 eurent lieu les premières élections pour désigner les administrateurs des CAS. C'est Robert Savey militant syndical à la SHEE, qui fut chargé de cette lourde tâche. Réunir deux mutuelles en une, harmoniser les règles de fonctionnement, redéfinir les droits des ouvrants et ayants droit, ne fut pas une chose facile. La mise en place du Statut national et de toutes ses structures facilitait l'intégration progressive de tout le personnel, mais de vieilles habitudes subsistent. Chacun son syndicat : les gaziers d'un côté, les électriciens de l'autre."

Le Conseil d’administration de la Caisse d’action sociale se réunit au siège d’EDF le 8 mars 1948. //étudie les statuts et la dissolution des anciennes mutuelles du gaz et de l’électricité. (Collection CMCAS-DR)

72On se rappelle qu’à la fin des années 1930, le registre syndical mentionnait la présence de "syndiqués chrétiens" surtout dans les bureaux. L’implantation de cette sensibilité s’est probablement maintenue dans les mêmes secteurs dans les années 1940. Mais à partir de 1947, une nouvelle confédération nationale se forme, Force ouvrière. Elle n’a pas réussi de percée importante chez les électriciens et gaziers du Havre.

73Jean Piedfort : "Une fois la nationalisation passée, vous avez vu éclore des syndicats : FO en premier, puis CFTC, CFDT. Alors ça finit aussi qu'il n'y a plus d'unité. Quand ils veulent aller en représentation au patron, ils ne parlent pas le même langage. Ils signent des trucs que les autres ne veulent pas signer, et puis on applique à ceux qui ont signé comme à ceux qui n'ont pas signé, les mêmes dispositions, alors que ce n'est pas tout à fait normal, hein." Jean Hazo : "Ça a été une grande défaite en 47, parce que ça a été l’année de la scission. C’est là que Force ouvrière a pris position. Je me souviens très bien qu’il y avait, entre autres, le directeur de la centrale qui était un fervent Force ouvrière. C’est lui qui a monté le syndicat, lui et d’autres bien sûr. Il était venu me voir personnellement pour m’inciter à adhérer à Force ouvrière... Ça a été une pagaille générale parce qu’il y en a qui ont été à Force ouvrière, puis d’autres qui ont continué. Ça a été une très mauvaise période pour nous. Nous, les employés, les ouvriers, quoi. C’est à ce moment-là que le délégué qui s’occupait de mon service a abandonné, écœuré. On a fait des élections, et puis j’ai été élu délégué du service pour quatre ans. Mais j’ai abandonné parce que j’avais un local tout seul, je n’avais plus de contact avec les autres." Micheline Canis : "J'ai été au GNC [le groupement national des cadres de la Fédération de l’éclairage de la CGT] pendant longtemps. Mon mari était CFDT. Il a été président de la mutuelle des Postes. Il a été conseiller municipal. [Sous quel maire ? Sous quelle étiquette ?] Sous Duroméa. Il était socialiste, puisque vous voulez tout savoir." Odette Dragon : "Les syndicats ? A un moment j'ai été à FO. J'en ai fait plusieurs. Ce qui nous embêtait avec les autres filles, c'est qu'à la CGT, quand il y avait une grève, il y avait un gars qui disait :'Ben alors, qu'est-ce qu'on va réclamer ?'. Non, ça ne va pas !"

La carte de titulaire du Conseil central des œuvres sociales des industries électrique et gazière de Robert Savey, premier président de la CMC AS du Havre, 1948 (Collection CMCÀSDR)

74Claude Flandre : "En 1947, en fin d'année, une assemblée extraordinaire du personnel se tient dans la cour de l'usine à gaz. Elle a été convoquée par Marcel Delarue, un des responsables du syndicat, président de la CAS après Robert Savey. Motif : la création d'un nouveau syndicat, FO pour le nommer. Effrayé, je cours à l'Union Locale chercher Louis Eudier qui vient de suite. Secrétaire du syndicat des métaux, ancien député, il est respecté et connu. Il intervient et parvient à limiter les dégâts. Une vingtaine de travailleurs rejoignent le nouveau syndicat... Au Havre, le comportement du Parti socialiste est très inquiétant. Avec deux élus, Monguillon et Osmont, ils dirigent la mairie avec le concours des dix-sept conseillers de droite. L'amertume, la rancœur sont grandes dans le syndicat. Comment remonter le courant. A l'occasion des élections CAS, je propose que nous fassions liste commune avec FO. Décision difficile à prendre mais finalement adoptée. Aux résultats, nous retrouvions respectivement le même nombre de voix qu'aux précédentes élections. C'était un coup d'épée dans l'eau." Robert Lhotellier : "En 1948, il y a eu une délégation chez le directeur Delerue, qui y était avant la nationalisation et qui est resté directeur après... Delerue introduit FO par le biais de M. Brulin, l’embauche comme escarbilleur, et lui demande de monter le syndicat FO. Et pour l’anecdote, d’escarbilleur, il est devenu cadre."

75D’après le registre syndical, la scission est mentionnée à l’assemblée générale du 16 janvier 1948 : "Tiercelin donne les résultats des élections des délégués qui ont eu lieu dans les services de la ‘Distribution’ ainsi qu’aux bureaux. Ensuite il demande à tous les camarades de rester affiliés à la Fédération de l’Eclairage qui est toujours fidèle à la CGT. Voisard tient à fournir des explications au sujet de la tentative de scission qui se fait au sein de notre syndicat, et il remet au président, pour être lue, la lettre qui circulait parmi le personnel des bureaux. Cette lettre était plutôt un appel pour la formation d’un syndicat dissident. Bichot prend la parole. D’après lui, c’est plutôt par lassitude, et non pour s’affilier à un autre syndicat que quelques camarades nous quittent."

76Au terme de ces années mouvementées, le personnel des entreprises de gaz et d’électricité de l’Ouest du Pays de Caux se retrouve donc réuni dans la nouvelle structure d’EDF-GDF. Celle-ci fait appel à toutes leurs énergies et compétences pour reconstruire Le Havre et relancer l’économie. Mais pour l’instant, il ne s’agit que d’une structure sans âme, et de projets à l’état d’ébauches.

Participation de délégués havrais au congrès national de la CGT de 1947 (au tout premier plan : André Saint Léger, derrière lui : Henri Coquelet, de Bolbec, à droite derrière le personnage à lunettes, Jacques Blondel. (Collection CMCAS – DR)

Abbildungsverzeichnis

Titel Bombardement de "Charles Laffitte" en 1942 (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 554k
Bildunterschrift Jeunes Havrais posant pour le photographe avant leur départ pour le Service du travail obligatoire en mars 1943. Le degré de contrainte variait d'un individu à Vautre. René Vasset explique les circonstances qui l’ont conduit à travailler en Allemagne. Sur les douze partants de la photo, cinq sont des électriciens havrais (à partir de la gauche, deuxième rang : Jacques Echelard, du bureau rue Thiers (3ème), André Loriot, menuisier de l'usine à gaz (6ème), premier rang : Emile Galier, de l'atelier de l'usine à gaz (2ème), Claude Vandick, du bureau rue Thiers (4ème) et René Vasset, plombier du 42 rue Jean-Jacques-Rousseau (6ème). Le groupe est parti à Lübeck. (Collection CMCAS-DR).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 232k
Bildunterschrift Arthur Fleury, ouvrier électricien. Né en 1901, il vivait à Harfleur. Militant syndical et communiste, il fut arrêté par la gendarmerie de Vichy en octobre 1941, livré à la Gestapo et déporté à Auschwitz le 6 juillet 1942 où il mourut en octobre 1942. Une rue de Gonfreville-l’Orcherporte son nom. (Renseignements tirés de la brochure de Jacques Eberhard, "Le martyre d’Arthur Fleury", déposée aux Archives municipales du Havre C1875)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 335k
Bildunterschrift Article sur les funérailles de Marceau Flandre (quotidien non identifié). La dernière phrase pourrait faire référence au fait qu'à l'automne 1944. de nombreux résistants déportés n'avaient pas encore été libérés des camps. (Collection CMCAS– DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 239k
Bildunterschrift Le témoignage de Madeleine Flandre sur la mort de son mari. Au fil des années, de nombreuses activités ont préservé la mémoire de Marceau Flandre, dirigeant syndical et héros de la Résistance ; l’article ci-dessus fait partie de cet effort de commémoration. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 285k
Bildunterschrift 117. Le sol de la place de l'Hôtel-de-Ville du Havre après le bombardement de septembre 1944. De nombreuses conduites souterraines et des raccordements tant du gaz que de l’électricité ont été endommagés. (Collection CMCAS DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 225k
Bildunterschrift Le funiculaire du Havre était alimenté en 500 volts à partir de la centrale thermique "Charles Laffitte". La photo prise en 1946 suggère le redémarrage de l’économie locale. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 284k
Bildunterschrift Le premier Conseil d’administration de la CMCAS élu le 8 janvier 1948 désigne un bureau provisoire dont le président est Robert Savey. Les anciennes mutuelles du gaz et de l’électricité y sont représentées. (Collection CMCAS– DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 585k
Bildunterschrift Le Conseil d’administration de la Caisse d’action sociale se réunit au siège d’EDF le 8 mars 1948. //étudie les statuts et la dissolution des anciennes mutuelles du gaz et de l’électricité. (Collection CMCAS-DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 400k
Bildunterschrift La carte de titulaire du Conseil central des œuvres sociales des industries électrique et gazière de Robert Savey, premier président de la CMC AS du Havre, 1948 (Collection CMCÀSDR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 141k
Bildunterschrift Participation de délégués havrais au congrès national de la CGT de 1947 (au tout premier plan : André Saint Léger, derrière lui : Henri Coquelet, de Bolbec, à droite derrière le personnage à lunettes, Jacques Blondel. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11082/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 315k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search