Versione classicaVersione mobile

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Partie I : Avant les réformes (J. Barzman)

Chapitre 1. Au temps des sociétés privées

Testo integrale

1Les premiers souvenirs des témoins que nous avons interrogés remontent environ aux années trente. EDF-GDF n’existait pas, mais ceux qui constitueraient plus tard le personnel de l’entreprise formaient déjà une collectivité de travail. Pour comprendre son histoire, il faut d'abord présenter la fonction qu’elle remplissait dans la région qui deviendrait en 1947 le Centre EDF-GDF du Havre. Ce territoire englobe tout l’ouest de la Seine-Maritime, de Saint-Valery-en-Caux au nord, à Caudebec-en-Caux au sud et Sainte-Adresse à l'ouest. En 1930, ses principales villes étaient Le Havre, Bolbec, Lillebonne, Yvetot et Fécamp.

Les limites du centre du Havre dans les années 1990. (Collection CMCAS – DR)

Les besoins énergétiques des villes et de l’industrie

2D'importantes industries s’étaient développées dans la frange sud de ce territoire, c'est-à-dire dans la Basse-Seine : manutention portuaire et stockage des marchandises, chimie, constructions navale et mécanique au Havre, textile à Bolbec et Lillebonne, raffineries de pétrole le long de l'estuaire, pêcheries à Fécamp.

3Ces industries consommaient de l'énergie pour actionner leurs machines et employaient de nombreux salariés qui devaient, à leur tour, s'éclairer, cuire leurs aliments, laver leurs vêtements et chauffer leur foyer. Dans les années trente, dans les villes, on cuisait au gaz et on commençait à s’éclairer à l’électricité. Mais, dans la majorité des cas, c’est encore avec le charbon qu’on faisait l’eau chaude et qu’on chauffait la maison. Pour répondre à ces besoins présents et anticipés, des entreprises s’étaient établies dans la région et avaient engagé environ mille cinq cent salariés qui produisaient, transportaient et distribuaient l'énergie dans la région. Par contre, en dehors des villes, l'activité agricole et domestique de la population rurale mobilisait une quantité d'énergie moindre sur une superficie bien plus grande. En 1932, le gaz était rare à la campagne et l'électrification très récente dans la plupart des villages et hameaux de la Seine-Inférieure.

4Le département ne recèle ni gisements de houille, de pétrole ou de gaz naturel, ni cours d'eau propice à la construction de barrages et de centrales hydroélectriques. Les oléoducs et gazoducs étant peu répandus à l’époque, le gaz et l'électricité devaient y être produits à partir de matières premières importées. Ce combustible était le charbon qui arrivait soit d'Angleterre et du Pays de Galles par la mer et la Seine, soit des mines du Nord de la France par chemin de fer.

L'industrie du gaz

5Dans le Pays de Caux, comme dans de nombreuses autres régions industrialisées au dix-neuvième siècle, le gaz a été produit commercialement avant l'électricité. Plusieurs usines à gaz ont été construites dans les agglomérations où sa distribution était rentable. La plus ancienne a été édifiée en 1835 au Havre dans le quartier du Perrey (rue Neuve-Corneille, devenue rue Frédérick-Lemaître puis boulevard du Perrey). Elle fut abandonnée au vingtième siècle et transformée en gazomètre avant de disparaître sans laisser de traces ailleurs que dans les musées. La deuxième usine, également au Havre, est plus connue des Havrais. Située près de la gare ferroviaire, elle date de 1838 et a survécu jusqu'en 1980.

6Elle s'est graduellement agrandie pour occuper tout le terrain entre la rue Demidoff au nord, la rue Jean-Jacques-Rousseau à l'est et la rue Philippe-Lebon au sud, c'est-à-dire l'espace occupé aujourd'hui par l'université du Havre. Elle recevait son charbon par une petite voie ferrée la reliant d’une part à la gare et au réseau ferroviaire, d’autre part au Quai Colbert, et par le bassin Vauban à la mer. On voit encore (en 2003) des traces de ces rails entre les pavés du parking de la SERNAM, au sud de la rue Philippe-Lebon. En 1930, elle comprenait le parc à coke, la tour à coke, l’atelier de criblage, des chaudières et cornues géantes, deux grandes cuves rondes de taille inégale, l’atelier d'entretien, les garages, les bureaux d'analyse et les bureaux de comptabilité.

7Plusieurs témoins décrivent le site. "La caisse à coke, une immense tour... Quand elle marchait, on était plein de poussière. J’avais ma combinaison, rien que de m’asseoir, elle était toute noire", se rappelle Hélène Moru. Jean Piedfort : "On envoyait deux ou trois wagons de coke à peu près, tous les soirs. Tout le coke était produit par des chaudières, par des batteries. Le coke montait avec une énorme benne en stockage, dans un bâtiment qui faisait trente six mètres de haut. Dans cette sorte d’entonnoir, le coke après redescendait, tombait dans l’étage au-dessous sur des tables, qui triaient les morceaux de coke par calibre (le 0, le 1, le 2 et le 3). Quand ils étaient triés, ils tombaient dans des silos correspondant à leur calibre, et en dessous de ces silos, il y avait des appareils qui permettaient de faire des sacs de cinquante kilos automatiquement, avec perfectionnement. Parce que, dans le temps, ça se faisait dans la cour, à la main. Quand il y avait des wagons à charger, là où il y avait le truc pour les sacs, il y avait une autre goulette qui s’en allait vers l’extérieur du bâtiment, et ça tombait dans le wagon qui était au pied du bâtiment. Là c’était grand confort ; il y avait plus qu’à faire marcher tout ça. Avant la guerre, tous les bâtiments avaient été refaits à neuf ; il ne restait plus que des batteries à refaire... [Dans les cuves de l’usine], il y avait des anneaux qui montaient et qui descendaient. C’était absolument sans danger. Ils ont été bombardés, ça a percé la ferraille. Le gaz s’est allumé. La flamme est partie dans le ciel, mais elle n’explosait pas, elle se consumait. Quand il n’y avait plus de gaz dans la machine, les anneaux descendaient." Martine Niel, dont le père était cadre, se rappelle de "la belle maison du directeur de l’usine à gaz", située dans l’enceinte de l’établissement. (Voir la photo de Mme Niel enfant devant les boules du gazomètre sur la couverture arrière du livre.)

8Les habitants des autres villes du Pays de Caux étaient desservis par des usines plus petites. Dans les années 1990, les autorités, inquiètes de la présence éventuelle de produits toxiques dans les sols avoisinants, ont cherché à recenser les anciens sites dont on avait perdu la mémoire, pour une inspection éventuelle. Comme certaines installations avaient été rasées longtemps auparavant, on a fait appel aux méthodes de l'archéologie industrielle (voir Le Havre libre du 20 mai 1994) pour les retrouver. D'autres, encore actives récemment, étaient restées dans le souvenir des habitants. Dans les années 1930, Bolbec disposait d'une installation relativement importante, et Harfleur, Montivilliers, Lillebonne, Fécamp, Criquetot-l'Esneval, Yvetot, Caudebec et Etretat en avaient des plus modestes. Les travailleurs de ces établissements produisaient un gaz adapté aux besoins des usagers, c'est-à-dire un gaz qui avait des qualités constantes de densité, de pression et de valeur calorifique. Il était stocké dans de grandes cuves et distribué par des canalisations souterraines en métal jusqu'au domicile des consommateurs où un compteur était installé. Il fallait alors relever la consommation de chaque usager et encaisser son paiement. La distillation de la houille pour en dégager le gaz de ville laissait un déchet solide combustible, le coke (décrit plus haut par Jean Piedfort), qui pouvait être exporté vers des hauts-fourneaux pour la fabrication de l’acier.

9Dès le dix-neuvième siècle, l'idée s'était imposée que les grandes municipalités devaient assurer à leurs résidents l'accès au gaz comme elles s’étaient chargées de la distribution de l'eau, des aqueducs et des fontaines. Graduellement, le nouveau procédé permettrait aux foyers modestes de cuisiner, d’avoir de l’eau chaude et de se chauffer à moindre frais qu’avec les combustibles plus anciens (bois, charbon), et donc de baisser le coût de la main-d’œuvre pour les industriels. Les villes avaient le choix d'organiser la production et la distribution du gaz elles-mêmes, par une régie municipale, ou en concédant le service à des sociétés privées. Dans ce cas, en échange de la concession, ces sociétés devaient respecter certaines contraintes qui composaient le cahier des charges rédigé par la municipalité. Le coût de ces réseaux d’approvisionnement en énergie étant élevé, les autorités se rendirent compte assez vite qu'il fallait éviter de multiplier les canalisations, les usines et les services de relevage des compteurs dans une seule localité, et chercher à concentrer les moyens dans les mains d'une seule société, concessionnaire exclusif parfois qualifié de façon péjorative de "monopole". Plus tard, quand l'électricité est devenue commercialisable, les municipalités ont envisagé de confier sa production et sa distribution aux sociétés déjà concessionnaires du gaz, dans l'espoir que des services communs aboutiraient à une plus grande efficacité et à des économies.

10Au Havre, deux compagnies gazières avaient obtenu une concession d'abord pour la distribution aux particuliers (1834 et 1835) puis pour l'éclairage public (1857). Mais l'une d'elles avait absorbé l'autre en 1860. Le vainqueur était la Compagnie européenne du gaz, une société anglaise qui possédait également des concessions à Caen et ailleurs sur le continent européen. En 1887, la Ville du Havre lui avait proposée d'entrer dans le domaine de l'électricité en prenant la concession de l'éclairage électrique pour les rues où les becs de gaz devaient être remplacés par des réverbères électriques, mais la société anglaise avait refusé, laissant le marché à d'autres.

11Par la suite, la Compagnie européenne du gaz avait vendu des parts de la société à d’autres intérêts, notamment à la Lyonnaise des eaux et de l’éclairage. Jean Piedfort se rappelle des soupçons que cela avait créés : "Il y avait des contrôles par les Anglais à ce moment-là (fin des années 30). Ils avaient encore un petit intérêt dans la boîte, et ne voulaient pas être roulés par des gens qui auraient piqué de l’argent dans les caisses. C’est presque un hold-up qu’ils venaient faire. Des contrôleurs arrivaient. Ils n’avaient même pas prévenu la direction. Ils arrivaient à la caisse : ‘Ne touchez plus à rien ! Dégagez !’et prenaient tout l’argent qu’était là. Ils comptaient tout et prenaient les livres pour voir si ça correspondait. Après, ils s’en allaient dans tous les services faire des contrôles ; ce n’était pas de la rigolade." On verra plus loin que les syndicalistes gaziers ne s’étaient pas privés de jouer sur le fait que les propriétaires de l’usine étaient étrangers et peu soucieux du bien-être des Havrais.

12En 1930, l'usine du Havre desservait également les communes adjacentes de Graville-Sainte Honorine, Sainte-Adresse, Sanvic et Bléville. Elle était alors dirigée par Raphaël Coudelou. M. Guernut prit sa succession au cours des années trente et conserva le poste jusqu’à la nationalisation et au-delà. Il commandait environ trois cents ouvriers et employés de l'usine et des services extérieurs. En 1954, André Biouain (le père de Mme Martine Niel, qui nous transmet ce renseignement : voir les annexes) fut nommé directeur de l’usine à gaz.

13Les autres villes avaient concédé la distribution du gaz soit à la même société, mais à partir d'usines locales, comme Bolbec, soit à d'autres sociétés comme la Franco-Belge à Harfleur, ou la Société du Gaz Lebon et Cie à Fécamp, qui se chargeait à la fois du gaz et de l'électricité. D’après Bernard Darlinet, "la Franco-Belge, c’était une entreprise qui n’avait que des petites concessions, des villes qui ont moins de dix mille habitants. Il y avait, en partant du nord : Etretat, Montivilliers, Lillebonne ; Pont-Audemer de l’autre côté de la Seine." La modestie de ces installations ne doit pas faire illusion : ce n’était pas des ‘produits du terroir’ cauchois mais de grandes sociétés par actions avec de nombreuses succursales en France, dans les colonies françaises ou à l’étranger. Cela se vérifiait dans le recrutement d’une partie des agents de la région havraise : ainsi Bernard Dartinet avait connu la Franco-Belge à Coulommiers, Evelyne Lemoine la grande usine de la Compagnie européenne du gaz à Caen, Marcel Canel la Société Lebon à Oran, en Algérie. Ces sociétés avaient leur siège social à Paris ou dans une autre capitale, d’où elles dirigeaient leurs établissements provinciaux. Elles les contrôlaient parfois par des visites sur place. Fernand Dartinet : "Je faisais ce qu’il y avait à faire, et de Paris, ils venaient voir de temps en temps comment ça allait, voir si ça marchait... Eux, ce qu’ils voulaient c’est que je leur mette beaucoup d’abonnés, parce que plus ils avaient d’abonnés, plus ils encaissaient d’argent."

L’industrie de l'électricité

14Après le gaz, l'électricité. Celle-ci vint très tôt dans la région. Véronique Bourienne a retracé l’histoire économique de ses premiers pas ("Le développement de l’électricité au Havre et dans le sud-ouest de la Seine-Inférieure de 1863 à 1930", Bulletin d'histoire de l’électricité, n° 3, 1984) que je résume ici. L’électricité fut d’abord appliquée à des usages industriels : illumination des phares du cap de la Hève (1863 et 1865), éclairage des quais (1881), force motrice pour la Compagnie des tramways du Flavre (1894) puis pour les grues du port (1895) et desserte des machines des usines textiles et métallurgiques (après 1913). Parallèlement, les habitants des villes, notamment les commerçants, comprirent l’avantage d’éclairer leur boutique et leur foyer par des ampoules électriques. C’est pour livrer du courant à ces usagers que furent mobilisés plusieurs centaines de travailleurs de l’électricité.

Une des premières utilisations de l’électricité au Havre : le phare de la Hève. (Collection CMCAS – DR

15Ils actionnaient des générateurs alimentés en eau et en charbon. L’usine électrique, comme sa jumelle du gaz, devait donc être proche des arrivages de charbon par wagons et par navires ; elle avait de surcroît besoin de grandes quantités d’eau pour fabriquer la vapeur qui faisait tourner les turbines. C’est pourquoi elle fut construite en 1866 entre la gare, la voie ferrée et le quai Colbert, dans la rue dont elle adopta le nom, "Charles Laffitte". Au début les machines ne fonctionnaient que quelques heures par jour. Mais à mesure que des terrassiers et monteurs creusèrent des tranchées, érigèrent des poteaux et posèrent ou suspendirent des câbles, les installations prirent de l’ampleur. Le service devint ininterrompu en 1889. Jusqu’en 1912, l’établissement généra du courant continu pour les usages industriels, et du courant alternatif monophasé pour les abonnés. Le monophasé, à haute tension pour l’époque, devait être transformé en courant de 65 volt ou 105 volt avant d’être livré dans les demeures. Puis, à partir de 1912, la capacité de la centrale fut augmentée et le courant monophasé remplacé par du triphasé.

Quatre vues de "Charles Laffitte " (Collection CMCAS – DR)

Quatre vues de "Charles Laffitte " (Collection CMCAS – DR)

Vue aérienne de "Charles Laffitte", ta centrale électrique du Havre (prise vers 1958). On distingue en haut de la photo le bassin Vauban, au centre les bâtiments de l'usine, en bas les rails du chemin de fer

La salle des machines : les turbines. Photo originale prise en 1950 par Pierre Jourdan, un ancien de la centrale. Robert Savey y a travaillé jusqu'en 1960

La salle des machines : les courroies

La console de la salle des commandes

16Face à ce développement technique, la ville du Havre choisit de ne pas diriger les travailleurs de l’électricité elle-même, dans le cadre d’une régie municipale. Elle opta pour le régime de la concession qu’elle offrit d’abord à la Compagnie européenne du gaz, qui, on l’a vu, la refusa en 1887. La municipalité l’accorda alors, en 1889, à un organisme qui devint la Société havraise d’énergie électrique (SHEE) dont les principaux actionnaires étaient la famille Berthier, banquiers à Paris. La SHEE jouit d’un monopole jusqu’en 1909. D’après Véronique Bourienne, son capital passa de 200.000 francs en 1891 à 75 millions de francs en 1930.

17A quoi ressemblait "Charles Laffitte" pendant les années qui nous occupent ici (1930 à 1950) ? Plusieurs témoignages nous disent qu’il y eut peu de grandes évolutions techniques, malgré les dommages causés par les bombardements. Jean-Claude Dubosq explique : "L’usine électrique avait trois parties : le sous-sol où il y avait les chaudières, les escarbilles, toutes ces choses là, avec des wagonnets ; au-dessus, il y avait les turbines ; et puis tout en dessus, en surplomb, il y avait le tableau qui dominait toute la centrale." Michel Lemonnier, embauché comme coursier à 14 ans en 1945, nous raconte sa fascination pour ce monde étrange : "Je traversais l’usine de fond en comble parce qu’il fallait voir tous les chefs de service... Mon premier point de ralliement était le magasin central où il y avait tout le matériel, l’outillage... Je traversais l’atelier des ajusteurs, je voyais tous les ajusteurs travailler ; pour moi c’était une découverte, à quatorze ans. J’allais ensuite voir le chef de la chaufferie,... puis M. Denis, le chef de la centrale. Après je partais dans la grande usine qui était la salle des machines qui produisaient de l’énergie pour tout Le Havre. C’était quelque chose de monstrueux. Il y avait trois grosses machines là dedans. Je passais au tableau des services des machines ; je recevais journellement deux bobines, celle de la rue Charles-Laffitte, et celle de la production reçue de Yainville. Je ressortais et je me retrouvais parmi les tas de charbon, en ne manquant pas tous les jours de saluer un monsieur que j’aimais bien, le menuisier de l’usine, M. Corvier."

18L’activité de l’entreprise se prolongeait hors les murs de l’établissement, notamment sur les quais, et sur tout le parcours des lignes. Claude Sence nous la décrit : "Vous connaissez le bassin Vauban ? Maintenant, c’est le quai Colbert qui est bien beau avec ses arbres... A l’époque ce n’était pas de la tarte non plus, parce qu’il y avait la centrale thermique qui était là et la route du quai qui était étroite. Et tout le long, ce n’était que des tas de charbon avec des grues ; et le charbon arrivait pour alimenter la centrale thermique du Havre ; et puis également les charbonniers, les gros marchands de charbon venaient prendre leur charbon ici, et après les artisans charbonniers allaient chez le grossiste, et après ils venaient se faire livrer là avec leur charrette, leur voiture à chevaux pour livrer les habitants... Lorsque moi, j’allais relever les câbles [après 1954], on retrouvait d’anciens câbles qui avaient servi au début ; on a retrouvé des câbles en caoutchouc qui alimentaient en 500 volts tous les réseaux des grues du port autonome, qui alimentaient les réseaux des tramways... Si quelquefois vous regardez par terre, peut-être que vous verrez des grandes plaques SHEE où, sous le terrain, c’était des postes de coupure. C’était même extrêmement dangereux. On descendait en 110 volts pour alimenter les habitants, et tous ces réseaux étaient souterrains, sous tubes de grès, c’était des poteries... Un petit peu avant la guerre, on est passé à 5000 volts parce que 2500 volts ça ne suffisait plus. Il a fallu repasser des câbles, et moi quand je suis arrivé au bureau de dessin des réseaux du cadastre, on a repassé tous les câbles basse tension, on les a mis en 220 volts... Avant la guerre, ils ne faisaient pas de boîte [de raccordement], c’était un raccord souterrain, un branchement. On mettait une bride et on mettait là-dedans du goudron pour noyer tout dans un matériel isolant... Après on a inventé des boîtes, c’est-à-dire des coquilles comme ça, faites en deux, ça c’est le bas, ça c’est le haut. Là il y avait des brides et on mettait des boulons. Il y avait un trou pour, une fois les câbles raccordés, envoyer pas du goudron, mais du brai... Comme la demande a augmenté, on est passé aux 15 000 volts, et après aux 20 000 volts. Maintenant tous les réseaux sont à 20 000 volts moyenne tension." Claude Hébert rappelle l’échelle modeste des opérations, en comparaison avec la situation actuelle : "On ne faisait que 40 000 kilowatt.... Ça veut dire que la centrale du Havre était petite... Avant la guerre, on n’avait pas besoin de plus de 40 000 kilowatts quand on faisait que de l’éclairage, et on ne faisait pratiquement que de l’éclairage."

19D’autres villes du Pays de Caux avaient concédé leur service électrique à des entreprises privées : Bolbec, Saint-Romain-de-Colbosc, trois communes de la banlieue havraise (formant le réseau de la Compagnie havraise suburbaine d’éclairage et de force motrice par l’électricité, dite "la Suburbaine") et quatre communes autour de Montivilliers. Plus loin, à Fécamp et au nord du département, la Société du Gaz Lebon avait pris la concession de l’électricité. A l’est, une compagnie centrée sur Rouen, la Compagnie centrale d’énergie électrique, tenait le haut du pavé. Entre 1909 et 1920, la SHEE absorba d’abord "la Suburbaine", puis les sociétés de Bolbec et de Saint-Romain-de-Colbosc. Elle ferma l’usine électrique de Bolbec et construisit une grande centrale thermique sur la Seine, non loin de Rouen, à Yainville, qu’elle relia à son usine du Havre par une ligne à haute tension, d’où partaient des lignes secondaires vers les sous-stations. Un établissement comme celui de la SHEE à Bolbec occupait une trentaine de personnes. "Quand j’ai été engagée (en 1933), il y avait une dizaine d'employés dans les bureaux, et une vingtaine sur le district", nous précise Odette Dragon. C’est à la SHEE que le préfet et le Conseil général de Seine-Inférieure confièrent l’électrification de 156 communes rurales dans les années 1920. Le réseau de la SHEE formait donc un ensemble cohérent en 1930 (voir ci-dessous).

18. Zone desservie par la SHEE en 1930. Carte simplifiée tirée de Véronique Bourienne, Le développement de l'électricité au Havre et dans le Sud-Ouest de la Seine-Inférieure de 1863 à 1930 (DR)

20D’après le Registre du Syndicat du personnel, la SHEE du Havre était dirigée en 1936 par M. Delerue, qui y est décrit comme ingénieur-directeur. La même source le mentionne au même poste en février 1945. Il n’y eut de changement que plusieurs années après la nationalisation, dans les années 1950. Nous avons donc affaire au même directeur pendant la vingtaine d’années de ces deux premiers chapitres. D’ailleurs, plusieurs témoins confirment cette continuité de la hiérarchie, et nous parlent d’autres personnes qui occupèrent aussi des fonctions dirigeantes à un moment ou à un autre, à la tête de l’usine ou de la distribution, notamment M. Bernard pendant et après la guerre, MM. Denis, Druard et Loos après la guerre. A Bolbec, "le directeur que connaissait mon père, c'était Monsieur Ligny. Il y a eu M. Lecomte. Le dernier directeur, c'était M. Ribes", nous disent Odette Dragon et Henri Coquelet.

21A la veille de la nationalisation, les établissements producteurs et distributeurs d’énergie de la région du Havre étaient donc des entreprises rentables. Mais déjà se posait la question de la coordination des multiples sociétés et réseaux : l’Etat, par l’entremise des préfets, les avaient encouragés à se grouper pour mener à bien l’électrification rurale du département de la Seine-Inférieure. Le transport de l’électricité des régions excédentaires (comme le Nord de la France) vers les régions déficitaires (comme Le Havre) avait débuté avec la construction du centre d’interconnexion de La Vaupalière, près de Rouen, entre 1936 et 1942, et les lignes haute tension Dieppe-Fécamp et Yainville-Le Havre. Les ingénieurs et le personnel qualifié commençaient à circuler d’une région à l’autre, ou d’une entreprise à l’autre. En 1936, les salariés avaient réclamé l’unification des conditions de travail dans les différents établissements de la même société (comme ceux du Havre, Bolbec et Yainville pour la SHEE), voire dans toute l’industrie. Deux facteurs accélérèrent la marche vers un système national : la croissance régulière de la demande d’énergie, qui exigeait des installations de plus grandes dimensions, et le vieillissement et l’insuffisance des équipements après les années de faible investissement lié à la crise économique qui furent suivies par les destructions de la guerre. Ces impératifs d’ordre technique et économique se conjuguèrent à des raisons d’ordre social et politique pour suggérer en 1945 la création d’un réseau national combinant le gaz et l’électricité. Mais le profil particulier de l’entreprise n’était pas prédéterminé ; la configuration originale d’EDF-GDF, mariant coordination nationale, avancée sociale et modernité technique, fut le produit de l’action des hommes, et notamment du personnel.

Le personnel

22Dans la région du Havre, la production et la distribution d’énergie avaient rassemblé des hommes et des femmes d’origines très diverses dans deux collectivités de travail, celles des gaziers et celles des électriciens. Les personnes que nous avons interrogées entre 2000 et 2002 ne sont pas exactement représentatives des origines et des catégories du personnel employé entre 1930 et 1950. Mais elles permettent de dégager des itinéraires typiques. La population française était alors encore en majorité rurale et nous trouvons donc des agents dont les grands-parents ou les parents étaient cultivateurs, ou qui avaient eux-mêmes travaillé aux champs avant de rentrer dans l’industrie. Ils sont souvent entrés comme manœuvres ou terrassiers. D’autres viennent du monde des petits commerces, alors en pleine crise. Parmi ceux qui viennent de familles ouvrières, on discerne une tendance à rechercher la qualification professionnelle : on connaît le terrain, et on sait ce qu’il faut faire pour avancer, même quand on a peu de moyens. Plusieurs témoins mettent en valeur leurs ascendants déjà actifs dans la branche comme plombiers, chauffeurs, électriciens, ou leur expérience dans des activités semblables, comme la marine.

23Du monde des paysans pauvres nous vient Fernand Dartinet, dont les parents, cultivateurs en Seine et Marne, avaient sept enfants. "[Pendant la guerre 14-18,] ma petite sœur est morte parce que ma mère n’avait pas l’argent pour payer le docteur. Il connaissait ma mère, il l’appelait par son nom : ‘Eugénie, as-tu de l’argent pour me payer ?’Elle a dit : ‘Ben non, je n’ai pas d’argent’. Et ben il a dit : ‘Je regrette mais je ne peux pas rentrer chez toi, moi je travaille, j’ai besoin d’argent.’ Et ma sœur est morte le lendemain ou le surlendemain. Ça serait aujourd’hui, ça ne serait pas pareil." Et Cécile Lartisien : "Je viens d’un milieu agricole. Mes parents étaient cultivateurs... à Cleden Poher dans le Finistère... Au Flavre, ma mère était femme de ménage... J’ai commencé l’école à 8 ans au Havre, à l’école Brindeau... Je ne savais pas un mot de français. [Que parliez-vous à la maison ?] Breton." Et René Vasset, entré comme gazier en 1935 à la Lebon : "Je viens d’un village de campagne du Pays de Caux. Mon père travaillait dans les fermes et ma mère aussi. Ils étaient charretiers et travaillaient la terre." Ou Daniel Poret, issu d’une famille nombreuse du Pays de Caux, qui a commencé à travailler "dans les fermes" et qui était content de simplement manger : "C’était la guerre. Vous savez, on était nourri". Parfois, un seul parent vient de la campagne. Ainsi pour Jacques Doublet : sa mère était bretonne et avait commencé comme bonne à tout faire chez un notaire, tandis que son père était picard et manœuvre.

24Certains viennent de milieux modestes ni strictement ouvriers ni paysans. Ainsi, le père de Jean Delahaye est mort quand il avait sept ans. Sa "mère s’est retrouvée toute seule comme garde-barrière" aux environs de Fécamp. Le père d'Henri Cacaux "était chef cantonnier aux Ponts et chaussées et sa mère effectuait des travaux de lavage, de repassage et de ménage." Le père de Claude Sence paraît avoir hésité entre deux activités liées au port : "Ma mère restait au foyer, et mon père a été docker. Avant la guerre, il était marchand de charbon, marchand de glaces." Malgré son ascendance, Micheline Canis n’a pas eu une enfance facile. Son grand-père avait une brûlerie de café, et son père était courtier en cafés au Havre. Mais ce dernier étant mort jeune, sa mère a tenu une petite épicerie. La petite Micheline était douée pour l’école mais a été bloquée par "manque d'argent" : "J'aurais aimé continuer, mais à ce moment-là (1926), on ne pouvait pas entrer dans un lycée. Le lycée était payant, c'était réservé aux gens qui pouvaient. J'avais une bourse, je suis restée trois ans dans l'Ecole supérieure de filles. J'ai eu mon brevet élémentaire (c'est bien l'équivalent du bac maintenant)".

25Enfin, un groupe important revendique des origines ouvrières, et même une ancienneté dans l’industrie gazière ou électrique. Parmi eux, certains ont commencé à réfléchir à l’injustice sociale en observant la condition de leurs parents ; quelques-uns ont même reçu une éducation aux valeurs du syndicalisme et de l’égalité dans leur famille. Plusieurs, comme Robert Lhotellier et Michel Lemonnier avaient un père docker et une mère au foyer. Dans les années trente, le milieu des dockers havrais était fortement syndiqué. Le père de Jean-Pierre Christophe était "ouvrier d’usine dans une raffinerie. Il s’est trouvé embrigadé dans cette Deuxième Guerre mondiale où il a été cinq ans prisonnier. Pour subvenir aux besoins, sa mère s’était investie comme laveuse dans les fermes." Le grand-père de Dominique Loubet était orphelin, puis compagnon chaudronnier du Tour de France avant d’être embauché à l’usine à gaz de Caen. Gérard Taverne explique l’impression qu’il a ressentie comme enfant : " Mon père était ouvrier, quoi. C’est ce qui m’a fait un peu engagé. Il a subi un premier licenciement... Il n’était engagé ni politiquement ni syndicalement, il avait des convictions mais jamais un engagement... J’ai adhéré très jeune [au syndicat]. Parce que je vous dis, il y avait eu l’expérience de mon père. Je trouvais que mon père était exploité. Je ne voulais pas rentrer dans cette filière infernale où le patron exploite. Oui, c’est de l’exploitation."

26Huit de nos témoins ont pu observer les rouages des industries électriques et gazières dès leur enfance. Hélène Moru : "Je suis la fille de Pierrot (Prévôts) qui était maçon-fumiste à l’usine à gaz. J’appartiens à l’industrie gazière. Mon grand-père était chauffeur de four à Fauville-en-Caux. J’avais un oncle qui était nettoyeur de chaudière et ma mère avait un oncle qui était allumeur de réverbères. Mon père a dû rentrer en 1930 environ comme maçon-fumiste à l’usine à gaz rue Lebon... Ma mère était mère au foyer ; elle était fleuriste de métier mais elle ne travaillait pas." René Vasset : "J’avais deux oncles qui étaient chauffeurs de four. Ensuite j’avais Robert Aurillac qui était cousin germain et plombier. Je suis rentré dans une filière, comme aide-plombier à l’éclairage public." Henri Richard : "Mon père était ouvrier à la Compagnie centrale d’énergie électrique à Rouen, en qualité d’électricien, monteur de ligne. Ma mère était sans profession quand je suis né, parce qu’avant, elle était en filature." Claude Hébert : "Mon père était ouvrier à la centrale de la SHEE, d’abord manœuvre puis chaudronnier, maître ouvrier enfin ; et ma mère travaillait chez des gens dans la journée." Jacques Doublet : "Dans la période 1927-1929, où il y a eu la crise, [mon père] a perdu son travail. [Il a finalement été embauché comme journalier par la Compagnie électrique du Nord] ; il est arrivé monteur électricien, à poser des poteaux en ciment pour les lignes de l’électrification rurale... J’habitais dans un poste électrique... C’était un poste 45.000volts/15.000volts. Nous vivions, mes frères et mes cousins qui habitaient à quelques mètres, complètement intégrés à la vie électrique. Quand mon père partait faire des dépannages, on montait dans la camionnette avec lui."

27Jacques Doublet décrit comment se sont transmises les valeurs de solidarité dans sa famille : "Mes parents ont adopté mon cousin parce que mon oncle est mort. Le curé du coin a refusé que mes parents prennent ce petit garçon avec nous... au titre que mon père était communiste. Si ma mère s’enflammait pour le monde ouvrier, mon père c’était très loin... Ma mère, quand elle disait ‘tous les autres’, elle parlait des bourgeois, des riches. Elle avait souffert de la pauvreté. Elle n’aimait pas la richesse et même la religion, elle était contre les curés... Ils avaient des convictions, ils savaient à quel monde ils appartenaient, des ouvriers et rien d’autre." Certains de nos témoins n’ont pas découvert le syndicalisme gazier et électricien au moment de leur embauche, mais bien avant. Evelyne Lemoine avait vu le dirigeant syndical Marcel Paul chez son père, syndicaliste à Caen à la Compagnie européenne du gaz. Micheline Sence est la fille de Robert Savey, un pilier du syndicat des électriciens du Havre, et le voyait recevoir ses collègues chez lui ou rédiger des textes. Daniel Thuillier aussi a des antécédents : "Mon père travaillait dans une entreprise de couverture plomberie (l’entreprise Binay qui avait une centaine de personnes) ; ma mère ne travaillait plus quand je l’ai connue. Tous de la région. Thuillier, c’est vraiment normand. Mon père a été président d’une caisse des couvreurs-plombiers, une sorte de mutuelle assurance en cas de maladie."

28La transmission des valeurs ressort particulièrement dans le cas de Claude Flandre : "Mon père était picard. Il s’est d’abord embauché au Havre comme docker, puis chauffeur de fours à l’usine à gaz." Enfant, Claude a aidé son père, Marceau Flandre, dans ses activités d’animateur du syndicat et de la mutuelle des gaziers. " En novembre 1938, la CGT lance un mot d'ordre de grève générale contre la guerre. Nous habitions 135 rue Louis Brindeau à Sanvic. Ce jour du 30 novembre deux gardes mobiles étaient en faction devant la grille de la maison et nous empêchaient de sortir et d'aller, si on peut dire, galvaniser les salariés... Mon père m'a demandé de me rendre à l'usine à gaz, puis à la gare, pour voir ce qui se passait." Marceau a également introduit Claude à des personnalités du monde du syndicalisme et de la politique : "Marcel Paul représente, si je peux dire ça, un père spirituel. De l'équipe qui a travaillé avec lui, on n'est plus que deux, mais je suis celui qui l'a connu le premier puisqu'il m'a connu, j'avais huit ans, quelque chose comme ça... Parmi les personnages qui m'ont influencé, je pense à mon instituteur, René Cance. C'était un personnage. Je me souviens, avant la guerre, il était déjà candidat comme conseiller général, et comme ça, la première fois que mon père m'a emmené avec lui pour voter, il m'avait dit :'Votons pour cet homme-là, toujours voter pour lui, il faut voter communiste’. Enfin il ne m'avait pas dit ça comme ça, mais c'est ce que ça voulait dire."

29A partir des entretiens que nous avons eus, on ne peut pas affirmer que les individus qui ont eu ce parcours familial ou social, marqué par un éveil précoce à la conscience ouvrière, soient typiques ou représentatifs de l’ensemble des personnels à cette époque. Mais, d’une part, ces souvenirs nous montrent les chaînons d’un des parcours moraux qui pouvait les tenter, et nous fournissent des exemples de la façon dont germait et se développait l’idée d’un monde ouvrier distinct, avec ses propres valeurs. D’autre part, ils suggèrent qu’il existait dans l’industrie du gaz et celle de l’électricité de la région du Havre, un nombre non négligeable d’individus déjà éveillés ou acclimatés au syndicalisme et à la lutte ouvrière. C’est certainement un des facteurs qui explique la suite.

Les gestes du métier

30Voyons maintenant en quoi consistait le travail de ces gens, une fois embauchés dans les industries électriques. Les principaux métiers autour desquels s’organisait l’activité étaient les chauffeurs dans la production ; les monteurs-électriciens, les plombiers et les releveurs-encaisseurs dans la distribution ; et les comptables dans les bureaux. Mais bien d’autres spécialités contribuaient au fonctionnement des entreprises.

31Claude Flandre : "Les chauffeurs de fours [gaz], ce sont les gens qui enfournent le charbon dans les cornues, qui nettoient les cornues. Ça chauffe à 1800, 2000 degrés. C’était un travail excessivement pénible qui se faisait en trois huit, puisque, d’un point de vue technique, une conduite de gaz, quand elle est en charge, on ne peut pas la laisser sans pression... Les ‘colonnistes’ étaient chargés de nettoyer des tubes de 150 mm collectant le gaz issu des cornues." Henri Richard : "Les gaziers avaient une sale réputation à l’époque. C’était des gens qui buvaient... On voyait les chauffeurs de four qui fabriquaient du gaz à partir des cokeries. C’était des gens qui travaillaient à la chaleur et qui, pour se désaltérer, buvaient beaucoup. Donc ils avaient mauvaise réputation. En plus, on disait des gaziers qui étaient chauffeurs de four que c’était des chasseurs de femmes, des coureurs de femmes, donc c’était ça qui faisait que je ne voulais pas devenir gazier."

32Georges Belloncle, dont le père était chauffeur à l’usine à gaz : "Le four, il fallait le vider toutes les huit heures. Il était chauffé en plus par un deuxième four qui était en dessous pour obtenir toujours la même température, c’était à 1400 degrés. Le charbon était mis dans ces fours, il se consumait sans brûler, en rayonnant, pendant huit heures. Au bout de huit heures il fallait le sortir, vider le four pour remettre du charbon, de façon à faire la continuité. Il en sort du gaz manufacturé. Le résidu qui sort des fours, c’est du coke qui est réutilisé pour chauffer... Le travail était très épuisant surtout parce que les conditions et les durées de travail n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui, puisque j’ai connu mon père travailler 59 heures par semaine devant le four. Il faisait des journées de douze heures au début, après c’est passé à dix heures. C’était dur, la température surtout, les poussières et les fumées qui s’en dégageaient..." Bernard Dartinet : "J’ai assisté dans les vieilles usines de la Franco-Belge, parce que mon père avait un ami à Lillebonne à l’époque. Ils fabriquaient encore du gaz par distillation de la houille. C’était un travail de forçat. Je ne sais pas si vous imaginez des cornues chauffées au rouge. Quand ils ouvraient la porte de la cornue pour sortir le coke, il était incandescent. Les gars étaient torse nu. Ils étaient brûlés par le coke et ils allaient chercher ça avec un ringard. Il le sortait dans des brouettes en fer sur le tas qui était dans la cour. Même l’hiver ils étaient torse nu, ils étaient cuits..."

33A l’usine électrique aussi, il y avait des chauffeurs pour produire la vapeur envoyée vers les turbines. Micheline Sence : "[Mon père, Robert Savey] est rentré à l’Energie. Il a été chauffeur de chaudière, je pense. Son travail consistait à mettre le coke dans les fours et vérifier les températures... Après le bombardement, il a continué son travail comme chef de quart, il faisait les trois huit, 18h-2h, 2h-10h, et 10h-6h. "Les chauffeurs étaient organisés en petits groupes cohésifs, qui avaient l’habitude de travailler ensemble sous la conduite de l’ouvrier chef. Claude Hébert : "Mon père a commencé comme manœuvre à l’usine électrique ; puis chaudronnier ; il a appris sur le terrain le dessin, est devenu ouvrier professionnel, maître ouvrier même à la fin. C’était le maximum, maître ouvrier, dans la catégorie du personnel manuel, si vous voulez."

34Une fois le gaz distillé, il fallait le livrer au consommateur par un réseau de conduites et en mesurer le débit au moyen de compteurs. La pose et l’entretien de ce réseau étaient effectués par des terrassiers, des plombiers et leurs assistants. Fernand Dartinet : "Le directeur de l’usine à gaz [d’Harfleur] est venu demander [au charretier qui m’avait embauché] qu’il lui donne les quatre ou cinq meilleurs plombiers qu’il avait pour installer les compteurs dans les maisons qui allaient être données aux gens... [A la cité Schneider à Harfleur], les maisons existaient, les conduites de gaz existaient, mais le gaz n’avait jamais été posé chez les gens. Alors pour chaque maison, on traversait la rue avec un machin en bois pour protéger le plomb, et puis on mettait le plomb soit dans la cave soit dans la montée pour que les gens puissent avoir du gaz... J’étais venu là comme chef d’équipe, 4 francs 50 de l’heure pour moi et 4 francs pour les ouvriers en ce temps-là." Henri Cacaux : "En tant que plombier [en 1949], nous avions une charrette à bras et puis de l’aide. C’est-à-dire qu’on appelait un aide-plombier qui était à mon service. Il tirait la charrette à bras, je la poussais. On allait faire notre journée, c’est-à-dire effectuer des branchements de gaz dans la ville... Quand on avait des branchements de gros calibre, nous étions trois et j’avais aussi sous ma responsabilité deux à trois terrassiers." En 1950, les choses ont changé : "Tous les jeunes qui étaient embauchés, c’était des gars formés en école, donc qui avaient le métier en main... cette nouvelle génération effaçait les mauvais souvenirs... ce passé assez lourd de gens qui avaient bu, de gens qui n’étaient pas forcément de bons plombiers... Je suis rentré au Gaz en qualité de manœuvre en janvier [1949]... J’ai poussé la voiture à bras (rires) parce qu’on n’avait pas les moyens que l’on peut avoir maintenant. Il y avait une camionnette à l’exploitation gaz pour les gars du service branchement. Elle était faite pour livrer les chantiers les plus loin, mais pour les autres, plus près de l’exploitation, on partait avec la voiture à bras." De tout temps, le travail d’entretien imposait des contraintes. Bien qu’il fût seul dans la petite usine d’Harfleur, Fernand Dartinet, en tant que responsable de la Franco-Belge, devait répondre à toutes les demandes : "Le pire, c’est les fuites la nuit. Je ne vais pas aller réveiller les gars pour venir travailler la nuit. Ce n’est pas facile. Qu’est-ce qu’on pouvait être embêté. Et les gendarmes venaient taper à la porte là-bas : ‘Il y a une fuite à telle place.’ Je me levais en pyjama voir ce qu’il y avait. Il fallait réveiller les gars."

35La livraison du courant électrique se faisait par des lignes aériennes ou souterraines. Henri Richard : "Mon père était monteur de ligne, donc en équipe où ils étaient cinq ou six. A l’époque il n’y avait pas d’autres voitures que la voiture à bras avec des échelles dessus. Il montait les lignes en ville sur les toits. Il montait des consoles sur les toits, et d’un toit à l’autre, les fils se trimbalaient. C’était un travail assez dangereux en fait, puisque c’était un peu de la voltige." Henri Coquelet : "... ça se faisait en vélo, puis en voiture à bras."

36Une fois le gaz ou l’électricité livrés, des releveurs passaient chez les usagers et vérifiaient les indications des compteurs. Ils ramenaient leurs cahiers remplis de chiffres aux bureaux où les comptables calculaient ce qui était dû. Les releveurs étaient souvent également chargés de recevoir les paiements, d’où l’expression releveurs-encaisseurs. Une multiplicité de tâches nécessaires au bon fonctionnement de l’ensemble était effectuée dans les bureaux et les ateliers de l’usine. Jean Deschamps parle pour les comptables : "Les carnets rentraient remplis des relevés. Nous, on vérifiait les différences pour savoir les consommations des clients, qu’on multipliait par un prix, deux prix, trois prix, suivant le tarif du client". A Bolbec, Marcel Garet a durablement marqué le service : "J’ai commencé à la Compagnie européenne du gaz [à Bolbec]... J’étais dans les bureaux, aux encaissements... L’intégration de l’usine à gaz s’est faite à l’électricité, et après, ça n’a fait qu’un. Après la guerre, j’avais le bureau en charge, j’étais chef de bureau." Henri Coquelet complète l’information : "Je faisais les impayés, les gens qui payaient pas le courant... C'était Garet qui commandait... Y en avait qui devaient des millions, pis on laissait tomber. Mais un pauv' bonhomme qui devait quatre mille francs, fallait y couper. Ah oui ! pour ça, il était vache le Garet !" Souvent, les calculs étaient faits par des femmes. Odette Dragon, employée aux écritures, entrée en 1933 à Bolbec, témoigne : "J'ai fait des écritures. On comptait toute la journée. On faisait des bordereaux, des factures. Fallait refaire toutes les additions."

37Citons deux autres métiers pratiqués dans l’établissement : horloger et dessinateur. Jean Hazo : "[En mai 1945,] la Société havraise d’énergie électrique cherchait un horloger, pour réparer les quantités d’appareils qui étaient détruits, des pendules, des volts-mètres, ampère-mètres, watt-mètres. A l’époque, tous les lampadaires, la plus grande partie, avait une pendule au pied du lampadaire." Claude Sence : "Je suis rentré au bureau de dessin, rue Charles-Laffitte, au cadastre. Ça consistait à remettre sur le plan les réseaux de canalisation qui étaient posés... On allait sur tous les chantiers, basse-tension, moyenne-tension et haute-tension et on relevait tous les câbles qui étaient en souterrain pour les remettre sur le plan."

38Outre ces métiers pour lesquels un personnel permanent existait, les entreprises avaient l’habitude d’embaucher des terrassiers et des manœuvres à la journée, selon les besoins de leur chantier. Une grande partie du travail était donc faite par des ouvriers au statut précaire. Fernand Dartinet : "[A Coulommiers] quand on a eu fini les compteurs, [le directeur de la Franco-Belge] a renvoyé tous les hommes qu’il n’avait pas besoin, et moi il m’a gardé... Quand j’en ai eu fini au bout de trois ou quatre jours, il m’a dit : ‘Ben, je ne peux pas vous garder mon vieux Fernand,’tout le monde m’appelait Fernand, ‘je ne peux pas vous garder à moins que vous alliez en déplacement, il faut que vous soyez le1er juillet à Harfleur.’" Là, après quelques mois, Fernand devient permanent et embauche à son tour des journaliers : " Un beau jour, je suis convoqué au bureau. Je vais voir ce qu’il voulait. Le directeur me dit :

19. Compagnie européenne du gaz : nomination au poste d'agent stagiaire en juin 1939 signée Guernut. René Vasset était entré en 1935 comme aide-plombier. (Collection CMCAS - DR).

39‘Voilà, le monsieur qui occupait l’usine ici a mis l’argent dans sa poche et ne peut pas le rembourser. Voulez-vous prendre sa place, logé, chauffé, éclairé ?’Ben, je lui dis : ‘Oui, mais il faut que je voie ma femme’... ‘Si on n’y va pas, il va en mettre un autre. Puis quand il n’y aura plus assez de boulot, on te foutra dehors.... Allez, tu le prends, on y va.’... J’y suis toujours resté et j’embauchais si on avait besoin de personnel. On embauchait des terrassiers."

40Plus tard, la précarité a pris d’autres formes. Henri Richard : "[En 1949,] à Déville-lès-Rouen, il y a eu une sélection de faite. Si on avait besoin de cinq ou six gars, on en embauchait facilement quatorze ou quinze et on faisait la sélection après. Les autres étaient renvoyés dans leur foyer puisqu’on n’est pas titularisé de suite en rentrant à Gaz de France, bien sûr ; c’est au bout d’un an qu’on est titulaire."

41Peu de femmes travaillaient dans les entreprises du gaz et de l’électricité. L’idéal pour beaucoup de salariés était de gagner suffisamment pour que leur femme reste au foyer. Robert Lhotellier le regrette aujourd’hui mais le reconnaît franchement : "Je faisais partie des hommes comme mon père, qui pensent que la femme doit rester à la maison, élever ses gosses et faire la bouffe. C’était une vraie connerie." Dans certains cas, l’entreprise trouvait commode d’engager à temps partiel l’épouse de son agent. Ainsi pour M Dartinet témoigne : "C’est après (que je sois devenu responsable de l’usine) qu’ils ont embauché mon épouse... Ils l’ont prise pour encaisser les gens qui ne sont pas là quand l’encaisseur passe. Alors elle avait soit l’après-midi, ou le matin. Comme elle voulait. Mais elle n’était pas titulaire, elle était intérimaire quoi." La plupart des femmes étaient employées dans les bureaux. Cécile Lartisien : "J’étais aux impayés, au premier étage, rue Charles-Laffitte. On met de côté les impayés, et on les met par ordre alphabétique, on l’écrit sur un livre, et quand [l’usager] revenait payer, quelques jours plus tard, on notait la quittance. On était huit jeunes femmes à faire tout ce travail là... Je gagnais 216 francs par mois en entrant, et 700 francs en juin 36." Micheline Canis : "J’étais obligée de prendre le téléphone et en même temps de faire le courrier, pour le patron. C’est pas toujours facile." Paulette Piedfort : "Il y avait presque que des femmes dans les bureaux. A l’usine c’était des hommes. Dans le service comptabilité, c’était des femmes. Si vous voulez, le poste de chef de service était toujours un homme, mais le reste c’était toujours des femmes, sauf les encaisseurs... On me disait que les femmes étaient payées moins cher, c’est pour ça qu’il y avait tant de femmes, et on n’avait pas les mêmes avantages. Moi, je touchais mon salaire, j’étais bien contente d’avoir récupéré du travail après deux ans de chômage à la charge de mes parents, de juin 40 à 42." Hélène Moru, rentrée en 1947, aide-comptable : "Je me suis mariée en 51, j’ai eu un enfant le 31 décembre 52, une en août 54, une autre en juin 57 et puis les jumelles sont nées en août 62. Je travaillais avec trois enfants. Certains me prenaient pour une ‘fada’. J’étais une des premières femmes à travailler avec des enfants... Après, c’est devenu plus courant."

42La coutume de ces entreprises comportait des pratiques que les agents n’appréciaient guère. Ainsi le mode de paiement. Claude Flandre : "À la paye, en liquide, il fallait faire la queue pour aller chercher son argent. Chacun empochait son dû en ruminant et sans demander son reste tout en cherchant s'il y avait quelques primes, de vélo, de corde à nœuds, de déplacement, qui amélioraient l'ordinaire." René Vasset, embauché à 14 ans, se rappelle de la lourdeur des fardeaux : "J’étais jeune, c’était dur pour moi de porter les charges, des échelles sur les épaules et les lanternes. Une lanterne, en gros, ça faisait trente kilos. Nous n’avions pas de camions à l’époque pour nous transporter tout ça. Ça se faisait à l’épaule." Dans le registre syndical, apparaissent des griefs à propos des outils et du matériel, du droit aux vêtements de travail (les bleus), des frais de déplacement et du calcul des heures supplémentaires".

43Enfin, il faut parler de la dangerosité de la profession. On trouve des références aux accidents dans le registre syndical. En août 1936, un certain Panel explique qu’il a dû se battre pour obtenir la paye entière "pendant son arrêt de travail occasionné par accident du travail, malgré l’opposition du contremaître Revenu." Par contre, il est difficile de savoir si les problèmes de santé à long terme, d’origine professionnelle, étaient présents dans les esprits à l’époque. J’en ai trouvé trois indices dans les témoignages mais, il s’agit peut-être d’une prise de conscience plus tardive, longtemps après le début de la maladie ou la mort prématurée de l’agent. Martine Niel, fille d’André Biouain, qui fut cadre puis directeur à l’usine à gaz, logé sur place, nous a écrit cette lettre : "Nous ne pensions pas à nos âges [quand nous jouions entre les épurateurs et les tas de coke] que nous nous amusions sur des terrains terriblement pollués, ni à la dangerosité du site sur lequel nous vivions. Il y a laissé sa vie. A la fin de l’été 1959, il est tombé malade et est décédé le 4 janvier 1960 : septicémie. Cinq ans après, ma mère recevait un courrier de Gaz de France l’informant que son mari avait travaillé sur des terrains insalubres, d’où cet empoisonnement du sang qui causa son décès." Micheline Sence sur son père Robert Savey, qui travaillait aux chaudières : "Il est mort à 58 ans ; il a eu une tache aux poumons. Il est allé à Briançon pour se soigner. [Est-ce que vous pensez que c’est à cause de son métier de chauffeur de fours qu’il a eu cette maladie ?] Oui, certainement."

44René Vasset : "[Mon travail] a été physiquement difficile et j’en ressors avec un cancer de la glande thyroïde. Est-ce qu’il vient du travail ? Je ne sais pas. Mais ça m’a fatigué. Parce que ça m’est arrivé au Havre en 1958, j’ai été arrêté un an et demi pour ce cancer... [Et on ne sait pas si c’est des interférences avec votre travail ?] Je ne sais pas. Je sais que j’ai travaillé sur le gaz beaucoup. On parle de l’amiante, les gants étaient en amiante, et les plaques d’amiante, par exemple, pour empêcher un incendie... Quand on coulait des joints sur des canalisations en fonte, nous avions des mèches d’amiante et nous coulions le plomb dedans." Bernard Dartinet, qui a connu les fours à coke à travers son père et les amis de son père, généralise le propos : "Ces gens-là (les chauffeurs) ne vivaient pas vieux. Il y en a très peu qui sont à la retraite, très peu. Il y avait tout un tas de maladies. Et puis il y avait le fait que ces gens-là avaient besoin de beaucoup d’énergie et buvaient beaucoup." Georges Belloncle : "Les maladies de l’époque n’ont pas été reconnues parce que la recherche médicale n’était pas comme maintenant, mais je me souviens d’un ami de mon père qui travaillait spécialement à déboucher les conduites qui se chargeaient trop vite de suie. Disons, ces gens-là, on ne pouvait pas leur faire des radios des poumons parce que cela était tout noir. Ils décédaient assez jeunes." Bernard Rault : "Mon père est parti à la retraite à 55 ans, en 1964. Il a été très vite malade parce que les années qu’il avait passées au four [de l’usine à gaz] ne lui ont pas arrangé la santé. Malheureusement il a été pendant plusieurs années à ne plus pouvoir rien faire du tout, et son activité syndicale, parmi les inactifs, a été arrêtée parce que physiquement, il ne pouvait plus. Je ne l’ai jamais entendu se plaindre, mais il a eu une fin de vie difficile."

45Les travailleurs du gaz et de l’électricité constituaient donc un ensemble assez divers, allant du terrassier au technicien, mais dont le centre de gravité se situait dans les villes et les métiers de chauffeurs, plombiers et monteurs-élecriciens. C’était un milieu déjà ancien, au sein duquel s’étaient constituées une coutume et, du moins en ce qui concerne les gaziers, une tradition revendicative. Voyons maintenant comment ce collectif de travail a évolué du début des années trente aux lendemains de la nationalisation.

Les années 1930

46Le moment de vérité de ces années est celui de la grève générale de juin 1936. C’est le grand moment où les travailleurs des diverses catégories, sites et sociétés prennent la parole, trouvent un langage commun et se constituent comme un acteur à part entière de l’industrie. Le phénomène est bref mais il laisse un souvenir et des habitudes durables. Il a été précédé par la crise économique et les menaces contre la démocratie auxquelles les salariés des entreprises que nous étudions n’ont pas été insensibles. Fernand Dartinet raconte : "Après, la situation s’est détériorée pour les fabricants de gaz. Les gens trouvaient que c’était trop cher. On ne gagnait pas assez. On a fichu tout le monde dehors sauf moi puis mon épouse. On faisait une drôle de grimace de voir tout le monde balayé. Il y en avait qui méritaient d’être balayés. La direction m’a demandé si je voulais prendre le poste de faire ce que je faisais et en même temps, être responsable de l’usine à gaz. Je dis : ‘Oui, moi je veux bien, le principal c’est que je ne perde pas ma place’... Ce n’était pas fameux ça." Micheline Canis a connu les licenciements à la Poste avant d’entrer à la Havraise d’électricité : "En 1931 ou 32, Laval est arrivé au pouvoir et a supprimé tous les emplois d'auxiliaires, même celles qui avaient quinze ans de service. [Quand vous dites les auxiliaires, c'était surtout des femmes ?] Oui, c'était des femmes. Je me rappelle : une très ancienne, elle avait déjà quinze ans de service." Jean Piedfort se rappelle qu’il avait observé l’agitation anti-démocratique des ligues : "De la Rocque [le chef des Croix de Feu] est venu au Havre. Il devait faire une conférence dans la salle Lancashire. Il était arrivé de bonne heure par des chemins détournés et tout. Il s'était mis à l'abri dans la salle au moins trois quarts d'heure avant parce qu'il y avait des manifestations pour De la Rocque, et contre bien sûr. Les Croix de feu étaient quand même assez nombreux là-bas, le 6 février 34." C’est dans cette ambiance de licenciements, de réduction de salaires, et de pressions contre le mouvement social, qu’a germé une volonté d’aflfirmer la force des travailleurs. Elle devait conduire à l’élection d’une majorité de Front populaire et à la grève de juin 1936.

Les gaziers

47La situation n’était pas la même chez les gaziers et les électriciens. Les gaziers avaient maintenu en vie un syndicat au Havre depuis le début du siècle. Celui-ci avait participé aux mouvements comme la campagne en défense de Jules Durand, le dirigeant des dockers-charbonniers injustement condamné à mort en 1910. Pendant la grève générale de mai 1920, les gaziers avaient réclamé une augmentation de salaire. La direction de l’usine l’avait refusée, et avait demandé à la ville du personnel de remplacement des grévistes, et révoqué plusieurs agents jugés trop remuants. On trouve dans les archives municipales une lettre du secrétaire du syndicat, V Viel, datée de décembre 1920, dans laquelle celui-ci demande au maire, Léon Meyer, un radical considéré proche des milieux syndicaux, d’intervenir pour obtenir la réintégration des révoqués dans l’entreprise. Une partie d’entre eux fut reprise en 1924. Entre-temps, la CGT avait connu une scission et le syndicat des gaziers du Havre avait choisi l’aile plus combative, qui avait pris le titre de CGT unitaire (CGTU). Claude Flandre : "Les travailleurs des trois usines de la Compagnie européenne du gaz étaient syndiqués à la CGTU." Au sein de celle-ci, le syndicat havrais appartenait à la Fédération unitaire de l’Eclairage et des Forces motrices, qui regroupait déjà les gaziers et les électriciens, notamment de la région parisienne (à ce sujet voir l’essai de Michel Dreyfus, "Mouvements sociaux et politiques sociales", dans le tome II de l'Histoire générale de l’électricité en France, de Maurice Lévy-Leboyer et Henri Morsel).

48Pendant les années vingt, l’action syndicale s’applique à obtenir l’application des lois sur la journée de huit heures (23 avril 1919) et sur les retraites ouvrières (5 avril 1910) dans l’industrie gazière. En vue du renouvellement de la concession à la Compagnie européenne du gaz, les représentants syndicaux ont demandé au maire du Havre de réclamer l’insertion d’un avenant sur les retraites dans le cahier des charges. Léon Meyer écrit à Raphaël Coudelou, le directeur, à cet effet en 1923. Des négociations s’engagent. Pour éviter des sanctions éventuelles et bénéficier des connaissances en droit du travail de syndicalistes plus expérimentés et du rapport de force national, les gaziers du Havre se font représenter par un secrétaire de la Fédération unitaire (en l’occurrence, G. Lautrade). Mais Coudelou voudrait éviter ce contact et demande qu’une délégation composée strictement d’employés de l’entreprise soit désignée. Il provoque des élections dans l’entreprise le 11 septembre 1925 ; les résultats nous permettent de distinguer l’organigramme de l’entreprise, qui est resté assez stable pendant la vingtaine d’années qui nous occupe. On y voit à la fois une classification hiérarchique (les chefs), cols blancs/cols bleus (bureaux/manuels) et fonctionnelles (chaudières/extérieurs/etc.). On perçoit aussi, à l’intérieur des catégories, quelles étaient les professions plus respectées et à même de parler pour leur service. Je les ai présentés sous forme de tableau :

Catégories

Nom du représentant

Métier du représentant

Ingénieurs, chefs de bureau, chefs et sous-chefs de service, contremaîtres et surveillants

Merop

Chef du service canalisation

Comptables, employés de bureau, encaisseurs, courtiers, concierge

Vallet

Comptable

Chauffeurs et agents de service continu

Ferdinand Legros

Charbonnier

Manœuvres de la cour et épurateurs

François Brument

Préposé aux barillets de la cour

Ouvriers et manœuvres des ateliers

Piquet

Ouvrier menuisier

Niveleurs

Soudey

Ouvrier plombier

Plombiers et manœuvres, paveurs, maçons, siphonniers, six allumeurs

David

Brigadier allumeur

Catégories de l’usine à gaz en 1925 (AMH FC O1 104 9)

49A ces représentants des services, pourrait être adjoint M. Hosdienne, chauffeur, représentant du Syndicat du Personnel de l’Usine à gaz.

50La Fédération unitaire de l’éclairage réplique avec la menace d’un grand meeting public pour lequel elle a écrit un brouillon d’appel qu’elle envoie au directeur et au maire de la ville, le 15 février 1926. C’est ainsi que les Archives municipales (AMH FC Ol 104 9) ont conservé une copie de ce tract, qui ne semble pas avoir été distribué. Je le reproduis ici parce qu’il montre le langage et le ton qui étaient de mise à l’époque :

Aux usagers de la Ville du Havre
Les mercantis anglais, concessionnaires du monopole du Gaz de cette ville,... se moquent des usagers.
Et exploitent cyniquement leur personnel... !!!!
Quelques exemples en donneront de faibles aperçus :
En ce qui concerne les intérêts des contribuables.
PUBLIC ON TE GRUGE ! ! !
A Bordeaux, le mètre cube de gaz coûte 0 fr 60
Au Havre, le même mètre cube vaut 0 fr 86
Ces deux villes étant choisies intentionnellement parce qu’également éloignées des centres miniers.
Ce qui n’empêche pas l’une – Le Havre – de payer une majoration de 0 fr 26 par mètre cube.
A Nancy, le mètre cube de gaz coûte 0 fr 46
Il est vrai qu’en 1925, la Compagnie européenne a réalisé un bénéfice de 3.840.000 francs.
Sur lequel la Ville a touché 960.000 francs. Drôle de façon de percevoir les impôts.
En ce qui concerne les intérêts des travailleurs
Les Gaziers du Havre attendent vainement le respect de la journée de huit heures, ainsi qu’une solution favorable à leur statut de retraites. Le récent renouvellement de la concession gazière devait - d’après M. Meyer, maire du Havre - leur assurer un régime de retraites leur permettant de ne pas crever de faim, après toute une vie de travail donnée à la mercante anglaise ! !
Depuis deux ans cette affaire est savamment traînée en longueur. Ceux à qui les promesses ne coûtent rien, espéraient fatiguer l’esprit revendicatif des intéressés... Violer le droit, lasser la justice !!!
Il n’en sera rien !
Nous ouvrirons nos dossiers à tous les honnêtes gens ;
Nous exposerons la longanimité dont firent preuve des hommes ayant ajouté foi en la parole des PARLEMENTEURS ;
Nous étalerons les lenteurs voulues, les atermoiments calculés, les engagements jamais tenus ;
Nous prouverons que la "European Gas Company" (société à responsabilité limitée) est plus que française, puisque, grâce à ses banknotes, à ses livres sterling, elle peut, à son gré, faire la pluie et le beau temps – la neutralité bienveillante du premier magistrat de la Ville du Havre aidant.
Le public havrais sera à même de juger où se trouvent
La raison, L’équité ! !
En assistant au Grand Meeting qui aura lieu à :
Signature

51Une réunion du personnel a lieu à l’hôtel de ville au cours de laquelle celui-ci refuse qu’une retenue de 5 % soit prélevée sur les salaires, en vue de la retraite. Un premier accord se réalise le 20 septembre 1929 dans "l’avenant portant annexion au cahier des charges d’un statut et du règlement de retraites applicables au personnel permanent employé à l’exploitation de ladite concession". Les mêmes revendications étant portées au niveau national, des lois sur les Assurances sociales (1928 et 1930) et des décrets d’application aux concessionnaires de l’éclairage (30 juin 1931) permettent de consolider cette conquête sociale. Le Règlement de la Caisse de secours mutuel des exploitations de gaz du Havre est approuvé par le préfet le 8 septembre 1935. Chaque agent en recevait un exemplaire.

Evolution de la caisse mutuelle des gaziers du Havre

Evolution de la caisse mutuelle des gaziers du Havre

110. Couverture du règlement de la caisse, imprimée en 1941. Elle rappelle qu’elle a été fondée en 1890 et approuvée en 1922. (Collection CMCAS – DR).

111. Couverture du livret imprimé par la Compagnie européenne du gaz en 1929, rappelant le statut du personnel de l'usine et reconnaissant la société de secours mutuels au Havre et à Bolbec. (Collection CMCAS –DR).

112. Décret du 18 septembre 1935, signé par le Président de la République A Ibert Lebrun et Ludovic-Oscar Frossard, Ministre du travail et de la prévoyance sociale, approuvant le régime de retraites de la Compagnie européenne du gaz. (Archives municipales du Havre FC O1 104-9 – DR)

52Le Syndicat des gaziers jouissant d’une sorte de reconnaissance officielle, il s’attache à étendre ses conquêtes aux travailleurs d’autres services publics et à les imbriquer dans un statut. Claude Flandre : "Avant 1936, s'étaient créés des cartels des services publics qui regroupaient les tramways et autobus, le service des eaux, les services hospitaliers, le gaz et l'électricité, tous services concédés par la ville. Objectifs : salaires, conditions de travail, essai de coordination des actions, participation financière du patronat aux mutuelles." Henri Richard évoque l’ambiance à Rouen avant la grève de juin 36 : "Je m’en rappelle, les premiers défilés. J’avais cinq ans à l’époque, j’ai défilé les jours du 1er Mai, en l’occurrence sur les épaules de mon père dans les rues de Rouen où l’on prenait, rue Jeanne-d’Arc ou rue de la République (des quartiers assez riches), des canettes et des œufs ou des choses comme ça, par des gens qui habitaient dans ces étages et qui voyaient d’un mauvais œil que les ouvriers puissent avoir enfin le droit de parole." Les dirigeants les plus en vue du syndicat havrais étaient Marceau Flandre, par ailleurs président de la mutuelle, Robert Martin et Roger Dubois. Dans les premiers mois de 1936, les gaziers avaient donc une organisation solide et une tradition de combativité qui leur avaient permis d’acquérir certains résultats.

Les électriciens

53Chez les électriciens, l’organisation avait été plus sporadique. Le premier syndicat durable fut fondé précisément en 1936, dans la foulée de la grève générale. Mais il y a sans doute des antécédents, notamment à l’occasion des grands mouvements ouvriers de mai 1920 et août 1922. (Voir J. Barzman, Dockers, métallos, ménagères : mouvements sociaux et cultures militantes au Havre 1912-1923). Les photographies ci-dessous semblent avoir été prises à l’occasion de ces mouvements.

Scènes de l’usine électrique pendant la grève générale d'août 1922 (Collection CMCAS – DR)

Scènes de l’usine électrique pendant la grève générale d'août 1922 (Collection CMCAS – DR)

113. Ouvriers munis de perches et d’un chariot pausant devant les fourneaux de la salle inférieure du bâtiment. Casquettes et bleus majoritaires, un jeune en chemise blanche, manches retroussées

114. Personnel divers posant dans la cour devant la passerelle de transfert du charbon. On distingue différents types de bâtiments. Au centre des uniformes de type militaire (casquettes blanches, galons), puis des costumes de ville, des casquettes et bleus, une blouse claire, une femme. Cette photo porte l’indication : "août 1922" : la photo a-t-elle été prise parce que la direction voulait commémorer la non-participation de ses agents à la grève générale du Havre ?

115. Ouvriers dans la cour avec du matériel divers. On distingue l'arrière d’un cheval, quelques personnes en casque militaire.

54Ces mouvements ont obtenu des résultats. J’ai trouvé une lettre de 1923 adressée par le maire du Havre, Léon Meyer, au Président du Conseil d’Administration de la Société havraise d’énergie électrique, le financier parisien, Jules Berthier, lui signalant que la Compagnie européenne du gaz élaborait un règlement de Caisse de retraite, et l’encourageant à faire de même. Berthier répondit qu’un projet était déjà à l’étude. Ce projet a dû déboucher sur la création d’une Société mutuelle des électriciens à peu près en même temps que celle du gaz mais la documentation fait défaut pour l’instant. On peut supposer que d'autres actions ont été menées dans les années 1920 et que des hommes ont été reconnus comme porte-parole puisque, lorsque le voile est levé en 1936, et que nous disposons enfin de traces écrites (le registre des délibérations du syndicat), une organisation se révèle à nos yeux, avec ses représentants par catégories, et une division du travail entre plusieurs dirigeants :

Première réunion
Extrait de la première réunion
syndicale du Personnel de la Société havraise d'énergie électrique
Le personnel réuni en assemblée générale Cercle Franklin, salle C, le 9 juin à 18 heures après exposé de la situation décide à l'unanimité de se constituer en syndicat d'après les lois et règlements en vigueur et donne mandat au Secrétaire et au Trésorier de faire toutes démarches utiles pour la déclaration de ce groupement.
Havre 10 juin 1936
Président de séance Berthelot, Trésorier Belin, Secrétaire Tiercelin
Seconde réunion
La reconnaissance du Syndicat du Personnel de la SHEE du Havre a été enregistrée par l'Union des Syndicats le jeudi 11 juin 1936.
Lettre adressée au Secrétaire de la Fédération de l'Eclairage et des Forces motrices. Sommaire : Liens de rapprochement avec le Syndicat de Paris et de sa banlieue. Bases de revendications identiques, statuts syndicaux à établir. Statuts du Personnel. Nomination des délégués et délégués suppléants. Les dits délégués élus ont été reçus et reconnus par Monsieur le Directeur, le samedi 13 juin à 9 heures.

Répartition des délégués

Délégués suppléants

Formation dubureau

Vote à l’unanimité : sont élus

MM.

MM.

Chaufferie : Savey

Chaufferie : Couprie

Secrétaire : Tiercelin

Machine : Parisse

Machine : Frédérique

Trésorier : Belin

Entretien : Dutot

Secrétaire adj't :

Atelier : Belin

Atelier : RequierBernard

Poupel

Canalisation Ville :Lacheray

Canalisation Ville : Niel

Trésorier adj't :

Canalisation Suburbaine :

Canaliation Suburbaine :

Dutot

Tiercelin

Panel

Compteurs : Cantrel

Compteurs :

Eclairage public : Leroy

Eclairage public :

Bureau masculin :

Bureau masculin :

Poupel

Grenier Roger

Bureau féminin :

Bureau féminin :

Mademoiselle De Bay

Mademoiselle Cousin

55La grève de juin 1936 au cours de laquelle s’est formé ce syndicat fait partie d’un mouvement national qui a été marqué par un grossissement soudain des syndicats ouvriers, l’élection d’une majorité parlementaire en faveur du Front populaire, la désignation pour la première fois dans l’histoire de France d’un Président du Conseil socialiste, Léon Blum, et le déclenchement, quelques semaines plus tard, d’une vague de conflits caractérisés par les occupations d’usine ou "grèves sur le tas". Les images de cet élan populaire font désormais partie du patrimoine culturel de la France : ouvriers juchés sur les murs des usines, accordéons dans la cour, drapeaux rouges sur l’usine, manifestations du1er mai et du 14 juillet, Léon Blum, Maurice Thorez et Edouard Daladier à la tribune d’un grand rassemblement en plein air, les congés payés débarquant sur les plages. Ces représentations audiovisuelles et imprimées ont peut-être coloré les souvenirs de nos témoins, mais l’accumulation et la précision de leurs descriptions permettent d’établir les grandes lignes et l’ambiance de l’événement au Flavre. L’usine électrique et l’usine à gaz du Havre ont toutes les deux été occupées.

Juin 1936

56Cécile Lartisien : "En juin 36, il y a les grandes grèves. Trois semaines. J’ai participé trois semaines. Nous occupions la cour de l’usine. Il y avait la production qui était en haut, et la distribution en bas, et tout le monde était la main dans la main pour la grève parce que trois semaines, ça commençait à bien faire. Il n’y avait plus beaucoup d’argent dans la poche. C’était en juin, il faisait beau. [Comment était l’atmosphère ?] Très bien. Nos dirigeants allaient à Paris tous les jours et alors, rien de bien, parce que les directeurs ne voulaient rien savoir, et nous étions tous les jours sur place, rue Charles Laffitte, à la SHEE. Et puis un jour, l’accord a été donné par la direction de Paris pour les 40 heures et pour 15 jours de congés payés et 700 francs par mois... J’ai été syndiquée après 36, dès que nous avons eu les 40 heures, les congés payés." A Bolbec aussi, nous dit Odette Dragon : "Il y a eu la grève en 1936. On ne travaillait pas à la Société havraise." Poupel, le délégué des "bureaux masculins" a consigné dans le registre syndical une description du mouvement ; le ton est parfois un peu grandiloquent, mais il traduit le sentiment qu’un événement majeur s’était produit, qu’il fallait traiter avec solennité :

Réponse de Monsieur le Directeur
Grève
Vendredi 19 juin l936
Les propositions patronales remises dans la matinée aux délégués des bureaux donnant une augmentation se chiffrant en moyenne à 120 F par employé et par mois sans tenir compte des réajustements nécessaires aux petits traitements d'après les barèmes proposés ne donnaient pas satisfaction aux intéressés.
Dans l'après-midi, les taux horaires établis pour le personnel ouvrier étaient communiqués à celui-ci sans avoir passé par les délégués.
Jugés très insuffisants en comparaison de ceux demandés, l'effervescence régna aussitôt et la grève fut envisagée pour le soir même sans attendre la réunion générale qui devait avoir lieu à Franklin. Ayant alerté le Personnel des Bureaux, les ouvriers déclarèrent que la grève générale aurait lieu à 18 heures. Ce fut fait avec une discipline telle qu'à l'heure dite tout travail cessa immédiatement dans l'usine comme dans les bureaux.
Le Conseil syndical eut aussitôt une entrevue avec la Direction pour l'informer de l'arrêt de travail, n'ayant pu obtenir aucune satisfaction sur les revendications présentées. Entre-temps, un vote à bulletins secrets eut lieu, et par 247 voix contre 11 l’occupation de l'usine était décidée. Les portes consignées et l'usine prise en charge par le personnel sous la responsabilité des délégués étaient un fait acquis notifié à la direction.
Celle-ci, en accord avec les délégués syndicaux, décida de demander l'arbitrage de M. le Maire du Havre et une entrevue fut décidée le soir même à l'Hôtel de Ville à 21 heures.
Une délégation composée des Camarades Tiercelin, secrétaire, Poupel, secrétaire adjoint, Belin, trésorier, et Paris, délégué des Machines, représentait le syndicat du personnel. M. Delerue, Ingénieur Directeur représentait la Sté Havraise d'Energie Electrique.
A 22 heures, l'entrevue de M. Léon Meyer, Maire, eut lieu en présence de M. Arnaud Tizon, Conseiller général et Adjoint au Maire, Gas, secrétaire général de la Mairie et Le Gall, secrétaire général de l'Union des Syndicats du Havre.
Après avoir exposé les faits et comparé les prix payés dans les sociétés similaires, les délégués eurent surtout à discuter sur les qualificatifs de manœuvre spécialisé et ouvriers de catégories qui étaient contestés par le patronat.
A la suite de ces discussions qui durèrent jusqu'à plus de minuit, le Maire après accord avec le camarade Le Gall proposa une augmentation générale de 0 Fr. 50 de l'heure sur les chiffres remis dans l'après midi aux ouvriers avec maintien des gratifications distribuées en fin d'année suivant l'usage.
Les questions concernant les autres revendications ainsi que les barèmes des bureaux et encaisseurs furent remises au lendemain à 11 heures en raison de l'heure tardive.
Ayant déjà obtenu une amélioration notable, les camarades délégués rapportèrent à 1 heure du matin le résultat des négociations qui venaient d'avoir lieu. Les camarades syndiqués réunis faisant confiance à leurs délégués décidèrent qu'il y avait lieu d'essayer d'obtenir encore 0 FR 25 d'augmentation de l'heure pour avoir une victoire plus complète.
Entre-temps, soit dans l'usine soit dans les bureaux, le calme et la discipline régnèrent et dès le matin, l'ordre et la propreté des lieux étaient un modèle du genre dans l'usine et dans les bureaux.
Des jeux et danses étaient organisés dans la cour de l'usine avec pick-up et c'était avec une joie réconfortante que l'on pouvait voir fraterniser sans arrière-pensée les travailleurs de l'usine avec ceux du bureau dont l'élément féminin n'était pas le moins enthousiaste.
Un lien indissoluble venait de se former entre camarades d'atelier et de bureaux qui ne se connaissaient pas assez et vivaient dans l'ignorance des uns et des autres en l'absence de tout syndicat. Ce dernier aura donc servi une cause d'un ordre moral autant que substantiel.
Le samedi 20 juin à 11 heures, la délégation était à nouveau à l'Hôtel de Ville avec le Directeur Ingénieur et comparaissait devant M. le Maire.
La première question de celui-ci fut pour demander si l'arbitrage donné la veille était accepté. Tiercelin répondant par la négative, M. Léon Meyer dit alors qu'il était impossible d'aboutir à un accord, un coup de téléphone reçu du Ministère des Travaux Publics indiquant que l'arbitrage donné à une même catégorie d'ouvriers était inférieur de 0 FR 25 de l'heure à celui rendu la veille par ses soins. Dans ces conditions, si un accord était impossible sur ces bases, il faudrait passer devant une commission tripartite qui désavantagerait certainement le personnel.
En présence de ces faits, la délégation ouvrière prit sous sa responsabilité au nom de ce personnel, l'acceptation de l'arbitrage rendu par M. le Maire de la Ville du Havre.
En ce qui concerne les bureaux, les barèmes présentés ont été acceptés par les deux parties suivant le tableau présenté d'autre part et adoptés définitivement après retouche sur la question du double mois concernant le personnel féminin à la suite d'un malentendu à son désavantage.
Le personnel encaisseur revendiquant les tarifs appliqués aux gaziers ne put se mettre d'accord sur les chiffres. Un aménagement dont le Maire se portait garant en cas de désaccord persistant devait intervenir par la suite.
En résumé, l'accord étant fait en principe, la délégation à son retour indiqua au Conseil des délégués le résultat des négociations. Les barèmes et taux figurant d'autre part furent acceptés à l'unanimité de tous les délégués syndiqués réunis.
A 15 heures, tout le personnel syndiqué, assemblé dans la cour ratifia par de chaleureux applaudissements l'accord accepté et décida la reprise du travail à mains levées. Le Secrétaire adjoint : Poupel

57On peut noter que les conditions obtenues par les gaziers servent de modèle aux électriciens, par exemple dans ce texte, dans le cas des encaisseurs. D’ailleurs, à la réunion générale suivante des électriciens, le 2 juillet 1936, des cadeaux sont offerts aux camarades Flandre et Martin, des gaziers, avec remerciements, sans doute pour leur appui et leurs conseils pendant la grève. La grève des électriciens se termine donc sur une convention signée en présence du député maire de la ville, Léon Meyer. Le 27 août, les délégués syndicaux amendent et approuvent ce nouveau "statut du personnel en forme de contrat collectif".

116. Syndicalistes posant dans la cour de l'usine électrique devant les tourets de câbles en 1936. Le secrétaire du syndicat nouvellement formé. Tiercelin, est au centre de la photo. Le climat n'est plus celui de 1922 ! (Collection CMCAS DR)

58En effet, au gaz aussi la contestation avait pris une grande ampleur. René Vasset : "En 36, il y a eu les grèves et je me suis syndiqué vraiment. J’ai fait la grève de 36 et j’ai été enfermé dans l’usine à gaz pendant deux jours... Les patrons n’avaient pas voulu répondre à nos demandes et c’était la force, c’était la grève totale... Je ne l’ai faite que deux jours parce que justement il y avait un monsieur qui s’appelait Marceau Flandre, qui était trésorier du syndicat, il m’a trouvé trop jeune. Il m’a renvoyé voir ma mère et il m’a dit : ‘Tu ne reviendras que dans la journée’... Les familles amenaient à manger et il y avait des commerçants qui apportaient à manger, même des paysans. Ils apportaient des légumes, des pommes de terre, du beurre. Il y avait un soutien tout autour... C’était assez dur quand même parce que ça a duré assez longtemps. Les salaires n’étaient pas tellement forts." Micheline Canis : "En 36, j’étais en congé. L’usine avait été occupée... On avait des copains là-dedans. Il y avait Martin et puis Flandre. Ils étaient tous les deux. C’était en 36. Martin était dans le service commercial et Flandre Marceau, il était chauffeur. C’est eux qui ont fait le point avec les directeurs." Hélène Moru : "J’ai un souvenir précis de 1936. Je revois mon père en haut d’un mur et ma mère qui lui tend un panier avec une corde pour pouvoir faire la grève sur le tas." Cependant, certains sites n’ont pas été emportés par la vague revendicative, ainsi à Harfleur, Fernand Dartinet nous dit : "Non, dans des petites boîtes comme ça, il n’y avait pas de grève. Vous savez, on était quatre ou cinq là. On savait que si on faisait grève, on nous fichait dehors."

59Le mouvement étant national, ceux qui n’avaient pas connu la grève au gaz ou à l’électricité l’avait rencontrée ailleurs. Gaston Morel : "J’ai commencé à travailler en 1936, au mois de juin, c’était la grève de 1936. Quand je suis arrivé à l’Electromécanique, on m’a dit : ‘Les agents, enfin les employés, rires, sont en grève. On vous rappellera quand tout sera terminé".

60Les avancées obtenues par la grève devenaient un argument pour adhérer au syndicat. D’après Marcel Garet de Bolbec : "Ça marchait les syndicats à cette époque-là. Nous, on était au syndicat calmement, on était dans le bain." L’anecdote suivante vient de l’industrie mécanique, mais elle illustre le climat ; Jean Hazo : "Le jour où je suis rentré [à la Société française d’instruments d’optique], je suis rentré à sept heures, et à sept heures cinq, j’ai été syndiqué. Vous savez c’était la fin du Front populaire... A sept heures cinq, j’étais syndiqué à la CGT et à sept heures dix, il y a le représentant de la CFTC qui s’est présenté. Et je verrai toujours ce pauvre type arriver en me disant : ‘Oh la vache’. Ça a été son mot. Je lui dis : ‘Oui, je suis syndiqué depuis cinq minutes’. " Pendant deux ans, un rapport de forces favorable au côté ouvrier s’est instauré ; de nombreux petits conflits, résolus parfois à l’avantage des salariés, parfois à l’avantage des patrons, entretenaient l’élan syndical. Jean Piedfort en donne des exemples : "Les syndicats viennent demander au patron :'La demi-journée de congé a été donnée seulement dans les bureaux, où il n'y avait pas d'ouvriers.' Alors le patron dit :'Non, non.' Alors le syndicat insiste et dit :'C'est tout le monde ou personne'. Alors le patron a répondu :'Ce sera personne'. La négociation avait tourné court. On ne l'avait pas gagnée pour ceux qui l'avaient pas, et puis ceux qui l'avaient eu, ne l'avaient plus." Pendant ces années, des contacts fréquents ont eu lieu entre les différents sites (Le Havre, Bolbec, Yainville), avec Rouen, en vue de créer une intersyndicale départementale par "groupage", et surtout avec la Fédération à Paris, notamment son secrétaire, Barthes, et par elle, avec les ministères.

Reflux

61Le vent a tourné en novembre 1938 lorsque la CGT, alors unifiée, a appelé une grève générale pour débloquer les nombreux conflits sur les salaires et les heures de travail, et contre la guerre. Claude Flandre est catégorique : "En novembre 1938, la CGT lance un mot d'ordre de grève générale contre la guerre... Ce jour du 30 novembre deux gardes mobiles étaient en faction devant la grille de la maison et nous empêchaient de sortir... Le personnel de l’usine avait décidé de 'sauter' une charge sur deux, ce qui conduisait à réduire la pression du gaz. Je n'ai pas pu entrer à l'usine, des marins en armes en interdisaient l'accès. A la gare, des policiers en armes étaient montés sur les machines. La grève fut un échec." Le registre des électriciens du 24 novembre 1938, donc six jours avant l’action, nous laisse entrevoir les hésitations des ouvriers, surtout dans les services continus : "Puis la discussion s’engage sur la grève de 24 heures. Lemon demande l’arrêt des chaudières. Tiercelin dit qu’il ne faut pas couper le courant et propose que les camarades qui travaillent laissent 10 frs pour les Espagnols. Belin, Savey disent qu’il est impossible d’arrêter les chaudières pour si peu de temps. Lacheray propose de verser à une œuvre pour l’enfance. Tiercelin demande l’attitude [à l’égard des] non-syndiqués. Voisard fait part de la démarche auprès des syndiqués chrétiens. Tiercelin répond que l’on est toujours à pleurer derrière eux. Grenier lit un passage du procès-verbal où il avait été convenu d’une réunion mixte des Services Bureaux qui est la seule où [ces derniers sont présents ? JB] et où Tiercelin avait fait la proposition. Puis il est décidé de réunir tous les syndiqués pour le meeting du 26, au bas du pont rue Philippe-Lebon, face à l’usine à gaz. Pour la grève générale, Voisard demande d’attendre les ordres de la Fédé." La réunion suivante a lieu le 9 décembre, donc après la grève, et ouvre avec vingt minutes de retard, la salle étant prise par "les suites de la grève du 30 novembre". Dans la discussion des inquiétudes s’expriment, on blâme la direction nationale de la CGT pour le retard de l’appel, on fait le compte des délégués démissionnaires, on parle d’aider ceux qui ont été révoqués pour faits de grève. L’élan de 1936 est clairement brisé. Tiercelin, le combatif délégué du service de la Suburbaine et le premier secrétaire du syndicat, est remplacé par Roger Belin, moins dynamique. Dès lors, le syndicat ne s’occupe plus des menaces de guerre et de régime anti-ouvrier, mais d’affaires plus corporatives. Le bureau entreprend de recenser le personnel afin de proposer un classement à la Fédération, en vue d’une négociation nationale à laquelle participerait le Ministère ; mais les négociations, qui exigent de comparer les hiérarchies existantes dans plusieurs sites, traînent en longueur.

Indice delle illustrazioni

Legenda Les limites du centre du Havre dans les années 1990. (Collection CMCAS – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-1.jpg
File image/jpeg, 248k
Legenda Une des premières utilisations de l’électricité au Havre : le phare de la Hève. (Collection CMCAS – DR
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-2.jpg
File image/jpeg, 246k
Titolo Quatre vues de "Charles Laffitte " (Collection CMCAS – DR)
Legenda Vue aérienne de "Charles Laffitte", ta centrale électrique du Havre (prise vers 1958). On distingue en haut de la photo le bassin Vauban, au centre les bâtiments de l'usine, en bas les rails du chemin de fer
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-3.jpg
File image/jpeg, 288k
Legenda La salle des machines : les turbines. Photo originale prise en 1950 par Pierre Jourdan, un ancien de la centrale. Robert Savey y a travaillé jusqu'en 1960
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-4.jpg
File image/jpeg, 120k
Legenda La salle des machines : les courroies
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-5.jpg
File image/jpeg, 309k
Legenda La console de la salle des commandes
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-6.jpg
File image/jpeg, 241k
Legenda 18. Zone desservie par la SHEE en 1930. Carte simplifiée tirée de Véronique Bourienne, Le développement de l'électricité au Havre et dans le Sud-Ouest de la Seine-Inférieure de 1863 à 1930 (DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-7.jpg
File image/jpeg, 164k
Legenda 19. Compagnie européenne du gaz : nomination au poste d'agent stagiaire en juin 1939 signée Guernut. René Vasset était entré en 1935 comme aide-plombier. (Collection CMCAS - DR).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-8.jpg
File image/jpeg, 303k
Titolo Evolution de la caisse mutuelle des gaziers du Havre
Legenda 110. Couverture du règlement de la caisse, imprimée en 1941. Elle rappelle qu’elle a été fondée en 1890 et approuvée en 1922. (Collection CMCAS – DR).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-9.jpg
File image/jpeg, 408k
Legenda 111. Couverture du livret imprimé par la Compagnie européenne du gaz en 1929, rappelant le statut du personnel de l'usine et reconnaissant la société de secours mutuels au Havre et à Bolbec. (Collection CMCAS –DR).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-10.jpg
File image/jpeg, 200k
Legenda 112. Décret du 18 septembre 1935, signé par le Président de la République A Ibert Lebrun et Ludovic-Oscar Frossard, Ministre du travail et de la prévoyance sociale, approuvant le régime de retraites de la Compagnie européenne du gaz. (Archives municipales du Havre FC O1 104-9 – DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-11.jpg
File image/jpeg, 429k
Titolo Scènes de l’usine électrique pendant la grève générale d'août 1922 (Collection CMCAS – DR)
Legenda 113. Ouvriers munis de perches et d’un chariot pausant devant les fourneaux de la salle inférieure du bâtiment. Casquettes et bleus majoritaires, un jeune en chemise blanche, manches retroussées
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-12.jpg
File image/jpeg, 275k
Legenda 114. Personnel divers posant dans la cour devant la passerelle de transfert du charbon. On distingue différents types de bâtiments. Au centre des uniformes de type militaire (casquettes blanches, galons), puis des costumes de ville, des casquettes et bleus, une blouse claire, une femme. Cette photo porte l’indication : "août 1922" : la photo a-t-elle été prise parce que la direction voulait commémorer la non-participation de ses agents à la grève générale du Havre ?
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-13.jpg
File image/jpeg, 280k
Legenda 115. Ouvriers dans la cour avec du matériel divers. On distingue l'arrière d’un cheval, quelques personnes en casque militaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-14.jpg
File image/jpeg, 264k
Legenda 116. Syndicalistes posant dans la cour de l'usine électrique devant les tourets de câbles en 1936. Le secrétaire du syndicat nouvellement formé. Tiercelin, est au centre de la photo. Le climat n'est plus celui de 1922 ! (Collection CMCAS DR)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11079/img-15.jpg
File image/jpeg, 223k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search