Desktop versionMobile version

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Quelque part, ça laisse des traces... Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

Introduction

John Barzman

Full text

1Un jour de février 2000, Claude Bec et Jacques Doublet sont apparus dans mon bureau de l’université du Havre pour me proposer de collaborer à l’écriture d’une histoire des électriciens-gaziers de la région du Havre. Ils sentaient que la collectivité dont ils avaient fait partie pendant une quarantaine d’années était en pleine transformation et qu’elle risquait même de disparaître. Connaissant l’engouement actuel pour tout ce qui traite de la mémoire des anciens, ils pensaient qu’il serait dommage que l’expérience dont ils avaient été acteurs ne soit pas sauvée de l’oubli. Ils avaient donc fait des démarches autour d’eux. J’ai compris plus tard qu’ils s’étaient même essayés à quelques expériences d’écriture. Mais ils voulaient quelque chose d’assez élaboré, qui comprendrait des témoignages d’autres agents et pourrait toucher un public plus large que les seuls anciens d’EDF-GDF, d’où l’idée d’un livre et d’un CD-ROM basé sur les témoignages. La CMCAS du Havre (Caisse mutuelle complémentaire et d'activités sociales), l’équivalent d’un comité d’entreprise, leur avait donné un accord de principe.

2Ils me connaissaient par mon livre sur le mouvement ouvrier au Havre de 1912 à 1923 et par ma participation à une sorte de table ronde sur l’histoire de cette ville, au cours de laquelle j’avais parlé de Jules Durand, le docker-charbonnier injustement condamné à mort en 1910 pour fait de grève. Ce livre portait sur une période où la lutte entre les classes sociales avait été particulièrement âpre et lourde de conséquences politiques. De plus, il gardait la marque de son origine dans une thèse universitaire et n’hésitait pas à entrer dans des considérations théoriques. C’est pourquoi nos deux compères devaient s’assurer de mes intentions : il ne fallait pas que l’ouvrage que nous envisagions de produire ensemble soit trop marqué politiquement, ou criblé de digressions ésotériques et de notes de bas de page indigestes. Cela tombait bien parce que je me disais justement qu’après ce premier livre très universitaire, je devrais écrire de l’histoire plus accessible au public des non-initiés. Quelle meilleure façon de le faire qu’en collaborant avec des militants qui avaient passé leur vie au contact des problèmes quotidiens des salariés ?

3Nous sommes donc rapidement parvenus à nous entendre. Le projet commencerait par la collecte de témoignages d’électriciens-gaziers et déboucherait sur la rédaction d’un livre dont je serais l’auteur principal. Comme j’avais pu constater l’efficacité de films soigneusement construits à partir d’entretiens vidéo, j’ai proposé qu’une partie des entretiens soit filmée en vue du montage éventuel d’un film, ce qui a été accepté. Un CD-ROM devait suivre. La CMCAS du Havre financerait le démarrage des opérations et des subventions seraient demandées à d’autres organismes. Des étudiants et des bénévoles seraient sollicités pour aider l’entreprise.

4En bon citoyen défenseur de l’intégrité de la science, j’ai annoncé que je voulais tenir les financeurs informés des choix que je ferai, mais que si un conflit d’interprétation insoluble se présentait, je me réservais le droit de me retirer du projet. Par la suite, des collègues historiens, un témoin, des directeurs ont exprimé la crainte que nous subissions les dictats des donneurs d’ordre, c’est-à-dire de la CMCAS au sein de laquelle la CGT avait une majorité, et se sont interrogés sur l’objectivité du travail que nous réalisions. Leur inquiétude n’était pas fondée. J’ai moi-même été surpris par la liberté de réflexion et d’expression qui nous a été accordée par la CMCAS. Un comité de pilotage a été mis en place avec des professeurs de l’Université du Havre, et des membres de la CMCAS et de la CCAS (l’organisme national). Depuis lors, nous avons eu les coudées franches. Davantage, certainement, que dans d’autres projets de recherche historique financée par des ministères ou des grandes sociétés privées dont j’ai eu vent. Je pense qu’on peut attribuer cette exceptionnelle liberté à plusieurs causes.

5D’abord, l’essence même du projet ne consistait pas à faire passer une ligne doctrinale adaptée à la conjoncture et bien définie, mais à transmettre l’expérience vécue d’une communauté qui, je l’ai découvert graduellement et avec force, est d’une étonnante diversité. Ensuite, la CMCAS n’a ni la prétention ni la capacité de suivre dans le détail un projet d’histoire comme celui-ci. La difficulté a plutôt consisté à la convaincre de suivre l’entreprise avec une certaine régularité. Les syndiqués de la CGT, comme ceux des autres confédérations syndicales, se trouvent en ce moment en pleine phase de réflexivité sur le passé et l’avenir de leurs organisations. Dans la mesure où nous les avons rencontrés, ils ont manifesté de la curiosité plutôt qu’une volonté de contrôler les résultats de notre enquête. Nous avons aussi fait le choix de laisser s’exprimer les porteurs des expériences les plus diverses : tous les syndicats, tous les sites, tous les métiers, agents et épouses d’agents, plusieurs générations. Leur parole est diverse et constitue déjà un gage de pluralisme. Enfin, les différentes sensibilités de Claude Bec, Jacques Doublet et moi-même ont permis d’examiner les sujets abordés sous des angles différents.

6Au cours du "projet mémoire", comme nous l’appelons, nous avons recueilli une masse de documents et d’entretiens. Ils concernaient de nombreuses années et des sujets divers allant des gestes du métier aux origines familiales, des grèves aux grilles de salaire des groupes fonctionnels. Comment les présenter ? Nous avons opté pour une formule qu’on pourrait appeler "conversation entre les témoins et les auteurs" portant sur cinq périodes :

71. au temps de sociétés privées

82. de la guerre aux premières années de la nationalisation

93. la naissance d’une culture d’entreprise, environ 1950 à 1963

104. les années soixante et soixante-dix (de 1962 à environ 1980)

115 et 6. le temps des réformes, environ 1980 à 1995

12Pour les quatre premières périodes, une petite introduction donne le cadre général et choisit quelques problèmes typiques de l’époque. Nous proposons ensuite des extraits de témoignages sur ces problèmes et quelques commentaires. La formule conserve le réalisme de la parole et permet l’expression fidèle de plusieurs points de vue. Pour la dernière période, plus proche, nous avons adopté une autre approche. D'une part, Jacques Doublet nous transmet son point de vue très personnel à travers un journal de bord qu’il tenait à l’époque (le chapitre 5) ; d’autre part, nous complétons sa vision avec celles d’autres témoins (le chapitre 6), et celle d’un directeur de la centrale thermique, M. Silvain, avec qui nous avons conduit un entretien que nous reproduisons presque entièrement en annexe 1.

13Tous ceux qui ont oeuvré au "projet mémoire" n’ont pas les mêmes questions et préoccupations que moi. Certains témoins paraissent contents de pouvoir transmettre leur expérience à leurs petits enfants ; d'autres veulent aider la CMCAS à préserver un élément du patrimoine humain régional. Claude Bec et Jacques Doublet espèrent que ce travail de mémoire contribuera à poser des repères qui serviront à orienter les nouvelles générations. Je partage leur espoir et je suis heureux de contribuer à perpétuer le souvenir de cette collectivité humaine. Mais mon principal objectif a été de reconstituer, aussi fidèlement que possible, ce que les témoignages et les sources ont révélé.

14Ce livre est une contribution à l’histoire d’une collectivité remarquable. Ces hommes et ces femmes n’ont pas seulement reconstruit Le Havre et apporté la révolution énergétique dans les foyers et les usines de la région. Ils ont aussi fait vivre des valeurs humaines et de solidarité à travers leurs pratiques et leurs organisations. Ils ont montré qu’on pouvait travailler et construire sans renoncer à ses idéaux.

Author

Professeur d’histoire à l’université du Havre, membre du CIRTAI (Centre interdisciplinaire de recherche sur les transports et les affaires internationales-UMR Idées no 6063 CNRS), auteur principal du livre, direction du projet (trois ans)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search