Desktop versionMobile Version

Quelque part, ça laisse des traces. Mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre

 | 
John Barzman

Préface

François Duteil

Volltext

1Utile et riche, tel est le sentiment qui se dégage de cette recherche sur la mémoire des électriciens et gaziers du Havre.

2Il convient de féliciter celles et ceux qui ont pris l’initiative d’un tel travail, parmi lesquels Claude Bec, administrateur de la CMCAS du Havre, mais surtout il faut remercier John Barzman qui a été le maître d’œuvre de cette recherche.

3Il a su, avec la rigueur de l’historien, capter le sens des propos de toutes celles et ceux qui, dans leur diversité, ont accepté de témoigner. Cette diversité est en elle-même une richesse reflétant celle des deux entreprises nationales.

4Il ne s’agit pas d’idéaliser les rapports sociaux dans des entreprises comme EDF et GDF. Ces témoignages reflètent des contradictions dont la résolution a permis d’aller de l’avant à partir de l’existence du statut national élément de régulation sociale.

5Cette recherche s’inscrit dans une volonté de promouvoir une histoire sociale vivante qui, tout en analysant les expériences du passé, éclaire celles du présent et peut aider à envisager celles de l’avenir.

6Les dirigeants, militants syndicalistes, de la CMCAS du Havre ont eu raison de rechercher cette coopération avec l’université. La confrontation et le partage des approches entre chercheurs et syndicalistes constituent des richesses majeures de l’histoire sociale de nos professions.

7Je voudrais aussi souligner la richesse du recours à la source orale. Elle est indispensable parce que "brut de fonderie" par opposition à l’écrit qui par nature a besoin d’être travaillé. En fait, la recherche sur l'histoire sociale a besoin des deux.

8L’intérêt de cette recherche, qui a donné naissance à ce livre, c’est une sorte de conversation à plusieurs voix.

9Cette recherche s’inscrit dans une démarche de démocratie. En effet, prendre la parole c’est accepter d’être écouté et d’écouter la parole des autres. La parole se situe dans le rapport entre dire et écouter.

10Que cet apport original à l’histoire sociale des électriciens et gaziers initié par une caisse d’activités sociales soit encouragé. Que la lecture de ce livre donne envie de multiplier de telles initiatives.

11Au moment où ce travail trouve sa concrétisation, les électriciens et gaziers réfléchissent, débattent, proposent pour s’opposer à la remise en cause des fondements des deux entreprises nationales. Aucune période ne ressemble à une autre, mais chacune d’elles permet de dégager des enseignements pour l’avenir. En effet, comment savoir où l’on va quand on ne sait pas d’où l’on vient ?

12Tous ces témoignages des électriciens et gaziers du Havre constituent autant de points de repère.

13Ils constituent également un message d’espoir. En effet, rien n’est prédéterminé, écrit à l’avance. En dernière instance tout dépend de l’intervention humaine. A chaque fois qu’ils ont su se rassembler, les électriciens et gaziers ont permis d’aller de l’avant pour s’opposer et construire.

14Ces témoignages confirment, si besoin était, la place fondamentale de l’être humain dans l’évolution de toute société. EDF-GDF, c’est une grande collectivité, une grande famille, même si ces dernières années certains ont voulu la faire éclater. Une famille qui ne pense pas et n’agit pas que pour elle, mais pour être au service de ceux qu’elle a mission de servir : les usagers dans leur diversité.

15Montesquieu avait raison d’écrire que "pour faire de grandes choses, il faut être avec les hommes et non au-dessus d’eux".

16Tous ces hommes là sont d’infatigables bâtisseurs, c’est tout le sens de leurs témoignages.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search