Version classiqueVersion mobile

Flaubert et une gouvernante anglaise

 | 
Hermia Oliver

Flaubert et une gouvernante anglaise

La deuxième visite chez Juliet

Texte intégral

  • 1 Lettres à Gustave Flaubert, le 9 juin 1866, no 428, p. 608-609.
  • 2 Paris, Charpentier, 1874. Le poème lyrique « Amour double » (« Il ne se peut pas qu’on aime/Deux m (...)
  • 3 L. Letellier, Louis Bouilhet, 1821-69 ; sa vie et ses œuvres, Paris, Hachette, 1919.
  • 4 Du Camp, Souvenirs littéraires, i, p. 52 [N.D.T. : Nous n’avons pas pu trouver cette phrase dans l (...)
  • 5 Lettres à Gustave Flaubert, le 16 juin 1866, no 429, p. 610.

1« J’ai fait une pièce de vers, Pro Amoribus, ou mieux De Amoribus, vel elegantius : Ob amoribus, à moins que je ne dise : Amorum causâ. Ce qui m’est parfaitement égal. »1 Suivant de près les visites de Flaubert à Londres et à Baden en 1865, Bouilhet a écrit ce poème d’un intérêt exceptionnel, qui malheureusement n’a pas survécu. Aucun poème correspondant à ces titres, même sous un titre différent, n’apparaît dans ses Dernières chansons2, le volume posthume que Flaubert se chargea de publier en 1872. Il n’apparaît pas non plus dans les poèmes inédits inclus dans le livre de Letellier sur Bouilhet3. Au moins est-il possible de dater assez précisément la lettre de Bouilhet qui informe Flaubert de la composition de ce poème. Faisant écho à la phrase tant répétée dans les journaux quotidiens, « l’horizon politique s’assombrit »4, Bouilhet ajoute : « la guerre est de plus en plus imminente ». Il s’agit de la guerre austro-prussienne et, comme l’Autriche déclara la guerre le 17 juin 1866, la lettre doit dater de mai ou du début de juin. Même si Bismarck s’était assuré de la neutralité de la France en se rendant à Biarritz pour voir Napoléon en octobre 1865, Bouilhet craignait que la France ne se laissât entraîner. Il dira à Flaubert par la suite qu’il ne lui envoyait pas De Amoribus parce qu’il voulait le retoucher quelque peu5.

  • 6 CHH, OC, xiv, p. 271, no 1313, à Caroline, le 22 mars 1866.
  • 7 Goncourt, Journal, le 21 février, 1862.
  • 8 Ibid., le 18 janvier 1864.

2Flaubert devait avoir raconté au moins sommairement à Bouilhet ses voyages à Londres et à Baden avant mai ou au début de juin 1866. S’ils ne s’étaient pas vus à Croisset après le retour de Flaubert de Baden, les deux amis se virent certainement à Paris en mars 18666 et il est inconcevable que Bouilhet ne se soit pas montré curieux à propos des deux visites. Selon ce que Flaubert aurait dit de Juliet, Bouilhet devina peut-être que la relation avait dépassé la simple amitié, ou encore, il est possible que Gustave ait surmonté sa réticence habituelle et qu’il ait parlé ouvertement (il n’avait rien cherché à cacher de sa liaison avec Louise Colet aux Goncourt en février 18627 et, en 1864, il leur avait dit que toutes les femmes qu’il avait possédées n’avaient été que les remplaçantes d’une autre8). Nous le montrerons, Bouilhet savait également que Flaubert avait l’intention de rendre visite à Juliet à nouveau cet été-là, ce qui signifie qu’elle avait pris une très grande importance pour lui. Il n’y avait certainement rien dans la vie privée de Bouilhet qui aurait pu lui inspirer un poème sur l’amour (que ce soit au singulier ou au pluriel). Il avait quitté Paris en 1857 et vivait à Mantes avec son humble concubine, Léonie Leparfait. Philippe, le fils illégitime de Léonie, abandonné par son père, vivait également avec eux. Nous pouvons donc penser que l’inspiration du poème venait des amours de Flaubert (tout comme la description que fit Flaubert de la danseuse avec laquelle il avait passé la nuit à Esneh en 1850 avait inspiré le poème de Bouilhet, « Kuchiuk-Hanem, Souvenir »). Il est possible que Bouilhet pensait alors à la liaison de Flaubert avec Juliet, ou peut-être encore avait-il remarqué que la « recherche du temps perdu » entreprise par Gustave pour L’Éducation soufflait sur les braises de son premier amour, pas pour la grisonnante Mme Schlésinger de 1865 (en supposant qu’il la vît cette année-là), mais pour la Mme Schlésinger de Trouville, dont la réapparition à Rome quatorze ans plus tard, portant un costume presque identique (voir p. 56), avait momentanément éveillé toute l’intensité de sa passion. Tout ceci n’est que conjectures, mais si la supposition que Bouilhet croyait Gustave amoureux de Juliet a la moindre légitimité, alors ce poème serait un des morceaux clés de l’image que nous avons comparée aux vestiges d’une mosaïque.

La visite de 1866

  • 9 Voir la lettre à Caroline du 7 juillet 1866, CHH, OC, xiv, p. 281-282, no 1335.
  • 10 Ibid., p. 282, no 1336, à Caroline, le 11 juillet 1866.

3Nous savons que Bouilhet était au courant de la décision prise par Gustave de retourner en Angleterre en 1866 grâce à une lettre écrite avant son départ. La date du départ fut en fait retardée par rapport au projet initial, car Gustave était très contrarié par la visite du Dr Cloquet et de sa femme à Croisset, visite qui, de son point de vue, ne se passa pas comme prévu. Les Cloquet étaient de vieux amis ; le Dr Jules Cloquet avait étudié sous le Dr Flaubert et, en 1840, Gustave avait fait un voyage dans les Pyrénées avec lui, sa sœur et un prêtre italien qui était leur ami. On attendait les Cloquet le mardi 10 juillet, mais le mercredi, le Dr Cloquet arriva tout seul, annonçant que sa femme ne viendrait que le jeudi ; or, ce jeudi, Gustave avait projeté de les quitter pour prendre le bateau de Newhaven. Ce changement de programme tracassait beaucoup Mme Flaubert (âgée alors de 73 ans) comme il bouleversait les projets de Gustave, d’autant plus qu’ils comptaient sur Caroline pour venir à Croisset embellir la réception9. Comme elle ne venait pas, dit Gustave à sa nièce le 11 juillet, Mme Flaubert et lui ne savaient comment occuper leurs invités : que ceux-ci restassent jusqu’au samedi avait dérangé tous ses petits projets : « Je suis obligé de contre-commander mes rendez-vous. »10 L’un de ces rendez-vous était assurément avec Juliet, qui devait venir le chercher à la gare de Victoria. Le prolongement de la visite des Cloquet signifiait aussi que Mme Flaubert ne pouvait pas aller à Dieppe avec Gustave, comme ils l’avaient d’abord prévu, parce qu’il lui faudrait alors encore quelque temps pour faire ses bagages après le départ des Cloquet.

  • 11 Lettres à Gustave Flaubert, n ° 433, p. 615. [N. D. T. : Le texte cité par Hermia Oliver : « Je te (...)
  • 12 CHH, OC, xiv, p. 264, no 1300, à Mlle Leroyer de Chantepie, le 23 janvier 1866.
  • 13 CHH, OC, xiv, p. 266, no 1304, à Caroline, le 3 février 1866.
  • 14 Lettres à Gustave Flaubert, n ° 431, p. 612 [N.D.T. : L’extrait cité ici par l’auteur date, selon (...)
  • 15 F. Quintavalle, Storia dell’unità italiana, 1814-1924, Milan, Hoepli, 1926.
  • 16 « C’est par la plus sage économie que je me prive de ce bon voyage comme de toute distraction » (O (...)

4Les lettres de Bouilhet ne sont pas datées, comme d’habitude, mais puisqu’il croyait d’abord que Gustave partait le 12 et comme une lettre de la série évoque un événement historique, il est possible de proposer une datation un peu plus précise que celle établie par la bibliothèque Lovenjoul. On remarque ainsi qu’une des lettres de la séquence est mal située. La première lettre de Bouilhet fut écrite un samedi qui devait être le 30 juin. Il demande à Gustave de le rappeler au bon souvenir d’une charmante personne à Londres et il n’exprime pas de surprise devant le voyage anglais de son ami. Il lui conseille cependant d’arrêter fortement son « plan » avant de se mettre en route11. Le « plan », c’est le résumé de la seconde partie de L’Éducation, car Gustave avait fini la première partie le 23 janvier de la même année12. Au début de février, passant l’hiver à Paris, il visitait les fabriques de porcelaine et lisait des traités sur la céramique – les « pots » primèrent sur le bal des Tuileries13 – parce que dans la seconde partie du roman, Jacques Arnoux, le mari de Mme Arnoux, établit une fabrique de faïences à Creil, près de Paris. De façon significative, Bouilhet ajoute que Flaubert voyagerait avec plus de joie s’il complétait son plan. Puis il écrivit, encore un samedi (cela devait être le 7 juillet), pour dire : « Tu as bien raison de ne pas te mettre en route, avant de préparer fortement ton chapitre iii. Tu n’en voyageras qu’avec plus de plaisir. »14 C’est un mardi que Bouilhet écrivit la dernière lettre appartenant à cette série, probablement le 10 juillet, car il mentionne la traversée de la rivière Pô de Cialdini. Cet événement se produisit le 8 juillet : après la bataille de Sadowa qui eut lieu le 3, le général Enrico Cialdini, qui commandait plusieurs divisions de l’armée italienne, entra en Vénétie par le Pô15. D’après cette lettre, il semble que Gustave ait proposé à Bouilhet de l’accompagner en Angleterre, car celui-ci disait se priver de ce voyage, comme de toute distraction, pour des raisons d’économie16.

  • 17 Voir Pakenham et la lettre à Caroline du 25 mars 1871 (citée ci-dessus, p. 163), CHH, OC, xiv, p.  (...)
  • 18 CHH, OC, xiv, p. 282-283, no 1337, à sa mère, le 16 juillet 1866.

5Si Gustave partit au même moment que les Cloquet, le samedi 14 juillet, ils durent quitter Croisset trop tard pour prendre le bateau. Comme le paquebot ne faisait pas le voyage le dimanche17 (il s’agissait toujours d’une entreprise anglaise qui ne devint anglo-française qu’en 1872), il ne pouvait arriver à Londres avant le lundi 16 juillet. Il écrivit tout de suite à sa mère. C’est la première des deux lettres écrites au 311 King’s Road où, manifestement, Gustave logea en 1866. Dans cette lettre, il explique qu’il aurait envoyé un mot par le télégraphe « si je savais au juste où tu es », ne sachant pas si elle était encore à Croisset ou à Dieppe. Il ajoutait qu’il avait fait une traversée magnifique, mais qu’il avait été éreinté par la chaleur ; il serait de retour à Paris une quinzaine de jours plus tard et il espérait se retrouver à Croisset le 19 août18. Deux jours plus tard, il écrivit à Caroline, disant que Mme Flaubert devait être près d’elle et qu’elle pouvait dire à sa grand-mère qu’il allait très bien, mais que c’était à grand peine qu’il s’était remis de l’épouvantable chaleur de samedi et de dimanche (la température maximale à Londres ce dimanche-là était de 29,4o C).

  • 19 Ibid., p. 283, no 1338, à Caroline, le 18 juillet 1866.

Il faisait si chaud encore hier que nous n’avons pu sortir. Nous commencerons nos promenades ce soir. Je serai revenu à Paris de dimanche en huit, car le temps me presse. Je voudrais être revenu à Croisset le 19 et d’ici là j’ai bien des choses à faire. […] Juliet me charge de t’embrasser, elle me charge aussi de te dire que tu lui dois une lettre. Nous causons beaucoup de toi et du vieux temps19.

6Les promenades du soir avec Juliet ne peuvent manquer de rappeler celles sur le Battersea Bridge ainsi que le « retour délicieux » de 1865. Du 16 au 30 juillet de cette année, la température se situait invariablement entre 21 et 31o C, sauf le 19 juillet, où elle tomba à 20,9o C.

  • 20 Thomas Stothard, 1755-1834, peintre et illustrateur, fut nommé au poste de bibliothécaire à la Roy (...)

7Ces deux lettres sont apparemment les seules datant de cette visite qui aient survécu. Il est possible, toutefois, d’en savoir un peu plus en revenant au Carnet de voyage 13, car nous avons déjà noté que la visite faite à Kensington, décrite dans les notes à la fin du carnet, dut se passer en 1866. Il était à prévoir, étant donné l’intérêt de Flaubert pour la céramique cette année-là, que cette fois-ci au South Kensington Museum, il prendrait des notes sur des « tuiles en couleur de Minton » provenant de « Strokeupon-Trend [Stoke-on-Trent] », tuiles qu’il trouvait semblables à celles faites par « Jean (Paris) ». Il remarqua d’autres produits de Minton, des vases en terre cuite faits par Boni à Milan et il décrivit en quelques traits un grand plat italien, issu de la fabrique de Caffagiolo, près de Florence, sur lequel étaient peints en procession Léon X sur une litière, un homme monté sur un éléphant, des Cardinaux à cheval et des soldats à pied, avec la bannière des Médicis à l’arrière-plan. Il s’intéressa également à un tableau de Thomas Stothard (il écrivit « Strothard »), représentant l’« Intempérance de Marc Antoine et de Cléopâtre », ressemblant à s’y méprendre à un Delacroix, selon lui20.

  • 21 CHH, OC, xiv, p. 592, no 1892, à Caroline, le 27 septembre 1870.

8Il semble que ce fut l’année où Gustave alla à Greenwich (avec Juliet ?), puisqu’aucun déplacement à Greenwich ne fut noté en 1865. Écrivant à Caroline pendant son séjour à Londres en 1870 (voir p. 159), il lui dit que « [l]’endroit qu [’il] aime le mieux de Londres, c’est la pelouse de Greenwich »21.

  • 22 Ibid., p. 284, no 1341, à Caroline, le 6 août 1866.
  • 23 Ibid., p. 286, no 1346, à Edmond et Jules de Goncourt, le 16 août 1866.
  • 24 Ibid., p. 287, no 1347, à Amélie Bosquet, le 20 août 1866.

9Flaubert était de retour à Paris dans les premiers jours du mois d’août. Le 6, il dit à Caroline qu’elle lui avait écrit une bien gentille lettre quand il était à Londres22 et le 16, dans une lettre écrite à Caude-Côte, près de Dieppe, il informe les Goncourt qu’il était allé en Angleterre voir des amis, qu’il était revenu à Paris et avait visité Chartres23 (les notes prises lors de cette visite se trouvent aussi dans le Carnet 13). Le 20 août, il apprend à Amélie Bosquet qu’il a passé quinze jours en Angleterre et quinze jours à Paris et dans les environs24. Le 15, à la demande de la princesse Mathilde, on l’avait nommé Chevalier de la Légion d’Honneur.

Une visite projetée

10Il est très intéressant de constater qu’ayant vu Juliet trois ans de suite (elle était allée à Croisset en 1864), et plongé comme il l’était dans la composition de L’Éducation, Flaubert avait l’intention de lui rendre visite encore une fois en 1867.

  • 25 Dans une lettre à George Sand, le 13 avril 1867, ibid., p. 344, no 1433.
  • 26 Ibid., p. 340, no 1428, à Bouilhet, le 1er avril 1867.
  • 27 Ibid., p. 350, no 1445, à George Sand, le 6 mai 1867 (la datation précise a été établie par Gérard (...)
  • 28 Ibid., p. 355, no 1456, à Caroline, le 7 juin 1867.
  • 29 Adam, Mes sentiments, p. 137.
  • 30 CHH, OC, xiv, p. 365, no 1473, à la princesse Mathilde, le 19 juillet 1867.
  • 31 Ibid., p. 365, no 1473, à la princesse Mathilde, le 19 juillet 1867.
  • 32 Lettre bien datée par Jean Bruneau, Corr., iii, p. 671 [N.D.T.].
  • 33 CHH, OC, xiv, p. 513, no 1732. Cette édition perpétue l’erreur de datation (1869) faite dans l’édi (...)
  • 34 Ibid., p. 370, no 1482, à Caroline, le 19 août 1867.
  • 35 Ibid., p. 372, no 1485, à la princesse Mathilde, le 24 août 1867.
  • 36 Ibid., p. 377, no 3688. La date donnée est celle de septembre 1869 ? Voir Gérard-Gailly au sujet d (...)
  • 37 Ibid., p. 382, no 1505, à George Sand, le 30 octobre 1867.

11Au début de l’année – celle de la grande Exposition universelle à Paris – il lisait de nouveau les journaux de 184825. À la mi-avril, il dit à Bouilhet qu’il devait se rendre à Sèvres et à Creil (à propos de la faïencerie d’Arnoux) et qu’il avait annoté vingt-sept volumes en six semaines26. Le 6 mai, il décida de hâter son retour à Croisset parce que sa mère avait subi une « petite attaque » huit jours plus tôt et elle voulait qu’il soit là27. Le 7 juin, il informa sa nièce qu’il était invité à une soirée aux Tuileries, les souverains désirant le voir « comme une des plus splendides curiosités de la France »28 (les souverains invités à assister à l’ouverture de l’Exposition étaient le tsar Alexandre II, le roi Léopold des Belges, le roi Guillaume Ier de Prusse, le roi de Suède, l’empereur François-Joseph et le Sultan29. La reine Victoria était encore en deuil du Prince Consort). Le 10 juin, Flaubert fut l’un des 600 invités au bal des Tuileries. Il assura la princesse Mathilde que ce bal restait dans son souvenir comme une « chose féerique », comme un rêve30. Le lendemain, il revint à Croisset, mais le 19 juillet, il dit, encore à la Princesse, qu’il emmenait sa mère à Paris au début d’août afin de lui montrer l’Exposition31. Le 12 août (on s’est trompé d’année en classant cette lettre dans toutes les éditions de la correspondance parues à ce jour32), Gustave avertit Caroline qu’il allait passer douze jours à Londres, d’où il irait à Nogent et peut-être à Saint-Gratien33. Le 19, cependant, il lui apprit qu’en fait il n’était pas parti parce qu’il avait eu des coliques trop sévères pour lui permettre de voyager, il ajoutait : « mais n’en dis rien à ta grand-mère, je t’en prie […] c’est, je crois, l’effet de la chaleur »34. Il s’agissait d’une rechute de la dysenterie qu’il avait eue au Proche Orient ; le 4 août il dit à la Princesse qu’il était toujours tourmenté par cette « indisposition grotesque »35. Dans le courant du mois de septembre, nous l’avons déjà mentionné (p. 90), la famille Farmer se rendit à Croisset, très probablement après avoir vu l’Exposition, que Flaubert avait lui-même revisitée, vraisemblablement le 4, après quoi il avait dû rentrer à Croisset à cause de sa dysenterie36. Après cela, il travaillait tellement qu’il confia à George Sand son espoir de terminer la seconde partie au mois de février 1868, bien que cela signifiât qu’il ne pourrait pas lui rendre visite à Nohant37.

  • 38 Ibid., p. 350, no 1446, à Ernest Commanville, le 9 mai 1867.

12L’année 1867 fut cruciale pour Gustave sur le plan financier. Il s’était encore endetté et, en mai, il commit une erreur désastreuse et typique. Comme il détestait tout ce qui avait trait à l’argent, il remit à Ernest Commanville son modeste capital après avoir convenu que son neveu lui prêterait 5 000 francs pour payer ses dettes et lui verserait les intérêts que rapporteraient ses investissements. Comme d’habitude, il demanda à son neveu de ne rien en dire à sa mère : « [e]lle s’imaginerait que je me ruine »38. Malheureusement, Mme Flaubert ne se serait pas trompée. La situation financière de Flaubert était, nous le verrons, une raison de plus qu’il invoquerait plus tard pour expliquer l’impossibilité de se marier.

  • 39 CHH, OC, xiv, p. 406, no 1542, à George Sand, le 20 mars 1868.
  • 40 Ibid., p. 455, no 1623, à George Sand, le 24 novembre 1868.

13Juliet devait être très déçue l’été de 1867, s’attendant à ce que Gustave vienne à Londres. Rien ne permet de penser qu’il avait l’intention de visiter Londres en 1868, une année qui fut, même pour lui, exceptionnellement chargée. Par-dessus tout, c’est l’année où il écrivait avec une telle intensité qu’il dit à George Sand en mars qu’il espérait la voir à Croisset. Il serait perdu, explique-t-il, s’il allait à Nohant avant de mener son roman à terme : « votre ami est un bonhomme en cire ; tout s’imprime dessus […]. Revenu de chez vous, je ne songerais plus qu’à vous, et aux vôtres39 […] ». Rien ne devait le distraire maintenant de sa réalité interne et des personnages qu’il créait. Dans une lettre écrite le 24 novembre, encore plus révélatrice de sa vie de créateur, il dit à Sand que s’il lui rendait visite, des « images réelles remplaceraient […] les images fictives que je compose à grand-peine. Tout mon château de cartes s’écroulerait »40. Un voyage en Angleterre aurait sûrement ébranlé encore davantage son château de cartes et il avait besoin de prendre le temps d’aller cet été-là à Fontainebleau, endroit qu’il avait choisi comme le décor d’une partie importante de L’Éducation. Il visita deux fois Fontainebleau, en juillet d’abord et plus tard en août, puis, après deux jours à Paris, il passa les mois d’août et de septembre avec sa nièce à Dieppe et ensuite à Croisset, où il attendait Tourgueniev (en fait, Tourgueniev ne put se rendre à Croisset avant novembre de cette année-là).

Un roman de Miss Braddon

  • 41 Ibid., p. 450, no 1615, à Henri Harrisse, le 28 octobre 1868.
  • 42 Charlotte’s Inheritance, paru en 1868, fut traduit en français en 1874, selon les éditeurs du Supp (...)
  • 43 Supplément, ii, p. 158, n.

14Le 28 octobre 1868, Flaubert écrivit à Henri Harrisse, l’écrivain américain, expert en histoire des Amériques. Il avait traduit la Vie de Jésus de Renan et avait assisté aux dîners Magny : « Quant aux romans de mistress Braddon, je connaissais la chose, on m’en a envoyé d’Angleterre une analyse et des extraits. Ne vous occupez pas d’une pareille misère. Voici ce que je sais de nos amis. »41 Le roman dont il était question est L’Héritage de Charlotte42, publié la même année par Mary Elizabeth Braddon (1827-1915), auteur populaire dont Lady Audley’s Secret (1862) et Aurora Floyd (1863) faisaient fureur. Le père du héros du nouveau roman s’appelait Gustave Lenoble ; il était grand, d’aspect scandinave ; il vivait dans un château ruiné près de Rouen, avec sa cour de ferme d’un côté et son verger derrière ; étudiant en droit à Paris, il avait logé près du Luxembourg et il avait épousé une Anglaise. Pour faire bonne mesure, une sous-intrigue présentait une histoire d’empoisonnement à l’arsenic pour gain financier. La question soulevée dans le Supplément à l’édition Conard de la Correspondance de Flaubert est : Miss Braddon avait-t-elle rencontré Flaubert43 ? La question se pose également de savoir qui lui avait envoyé l’analyse et les extraits du roman.

  • 44 CHH, OC, xiii, p. 669, no 818, à Ernest Feydeau, le 30 août 1859 [N.D.T. : Voir aussi la lettre no(...)
  • 45 Voir l’article du 5 février 1915 dans The Times.
  • 46 C’est Taine qui emploie ce terme anglais [N.D.T.].
  • 47 H. Taine, Notes sur Paris : Vie et opinions de M. Frédéric-Thomas Graindorge, Hachette, 1905, p. 1 (...)

15Il est impossible d’admettre l’idée que Miss Braddon, cet écrivain à succès prodigieux qui épousa son éditeur John Maxwell en 1874, avait rencontré Flaubert, qui était quasiment inconnu en Angleterre en 1868. Les coïncidences de surface présentées par L’Héritage de Charlotte, cependant, ne peuvent pas s’expliquer entièrement par la forte probabilité que Miss Braddon, avec des centaines de ses compatriotes, avait pris des vacances à Dieppe et avait donc peut-être connu un autre château normand isolé, doté d’une cour de ferme et d’un verger. Elle pouvait avoir rencontré Hamilton Aïdé et il est même probable que cela fut le cas ; l’auteur de sa nécrologie dans The Times affirma que ses romans, même en décembre 1906, n’étaient pas oubliés par les amateurs d’histoires du style mi-victorien. Et Aïdé, après sa rencontre avec Gustave à Trouville en 1842, avait visité Croisset en août 185944. Il est alors tout à fait possible qu’il ait décrit Flaubert et Croisset à Miss Braddon, mais aucune preuve qu’il le fit ne subsiste. Ce qui nous paraît pratiquement certain est que Miss Braddon (qui admirait Balzac et devait avoir entendu parler de Madame Bovary45) était la « authoress anglaise »46 présente lors d’un dîner à Paris décrit par Taine dans une série d’aperçus parisiens, dîner auquel assistait également un attaché d’ambassade. En tant que collaboratrice du Figaro, et étant donné la traduction française de ses propres romans à partir de 1863, c’est la seule femme parmi les auteurs anglais qui aurait pu assister à un tel dîner (cela ne pouvait être George Eliot, et Mme Gaskell et les Brontë étaient décédées). À cette occasion, l’attaché défendit le roman français que la romancière « Miss Matthews » accusait de corrompre les mœurs. L’attaché contre-attaqua, suggérant qu’elle n’avait pas lu ces romans et il déclara qu’il allait lui envoyer un livre récent, « célèbre, le plus profond, et le plus utile de tous les écrits moraux de notre temps. Il a été composé par une espèce de moine, un vrai bénédictin », qui avait été en Terre Sainte, où il avait reçu des coups de fusil des infidèles. Il vivait dans « un ermitage près de Rouen, enfermé jour et nuit, et travaillant sans relâche ». Son objectif était de mettre en garde les jeunes femmes contre l’oisiveté, la vaine curiosité et le danger des mauvaises lectures. « Il s’appelle Gustave Flaubert, et son livre a pour titre Madame Bovary ou les suites de l’inconduite [sic] ». « Miss Matthews » est censée avoir demandé le nom du libraire et avoir annoncé qu’elle traduirait l’ouvrage dès son retour à Londres pour le faire ensuite distribuer par la Société Wesleyenne pour la propagation des bonnes doctrines – ce qui n’était peut-être qu’un trait d’esprit de salon47.

16Si, comme point de départ pour L’Héritage de Charlotte, Miss Braddon se servit de ce qu’elle avait entendu à propos de Flaubert, que ce soit d’Aïdé ou à ce dîner parisien (et sans doute lors d’autres conversations en France), toutes les ressemblances demeurent néanmoins tout à fait superficielles : son Gustave Lenoble est un personnage stéréotypé sans relief qui meurt de faim après le reniement de sa famille, entraîné par son mariage avec une Anglaise, « ruinée » parce qu’elle était partie avec un homme qui l’abandonna après avoir promis de l’épouser.

  • 48 The Bengal Staff Corps [N.D.T.].
  • 49 Voir les Army Lists jusqu’en 1863 ; son transfert dans l’Armée indienne (le Corps du Bengale) ne p (...)
  • 50 Bruneau, Corr., i, p. 114, n. 3, p. 901-902.
  • 51 « The Art Treasures of the United Kingdom » [N.D.T.].
  • 52 Dans le texte anglais, « Christ Church » est suivi d’« Oxford ». Comme Christ Church, qui a son pr (...)
  • 53 CHH, OC, xiii, p. 586, no 717 [N.D.T. : Flaubert ne demande pas l’adresse de Gertrude dans cette l (...)
  • 54 Dictionary of National Biography.

17Il n’y a pas de preuves concernant l’identité de la « personne » en Angleterre qui envoya à Flaubert l’analyse et les extraits. Cela ne pouvait être Gertrude Tennant, car ils s’étaient perdus de vue ; ils ne devaient même pas reprendre contact en 1871 quand Gustave voyagea en Angleterre sans l’en informer et sans aller la voir. Cela ne pouvait être non plus son frère. Herbert Collier, que l’on avait nommé à un commandement dans le 8e dragon en 1858 et transféré dans le Corps du Bengale48 en novembre 1863, resta en Inde jusqu’en 1871 au plus tôt49. Mais Aïdé, qui, de Manchester en mai 1857, avait demandé à Flaubert un exemplaire dédicacé de Madame Bovary, aurait pu s’en charger50 (Aïdé semble être allé à Manchester afin de voir une exposition sur « Les trésors artistiques du Royaume Uni »51, qui réunissait des tableaux prêtés par Christ Church52, Liverpool, Dulwich et par des collectionneurs particuliers dont le Prince Albert de Belgique, ainsi que des photographies et des objets d’art décoratif). Gustave répondit en juin, lui demandant l’adresse de Gertrude et exprimant son regret de ne pas pouvoir visiter Manchester53 ; visiblement, ils avaient perdu contact. Depuis 1853, Aïdé habitait à Lyndhurst dans la New Forest, chez sa mère (devenue veuve) et il y vivait toujours en 186854. Romancier lui-même, il devait sûrement être au courant de la production littéraire contemporaine, et les annonces dans la presse auraient attiré son attention sur L’Héritage de Charlotte. Il aurait pu transmettre la nouvelle à Gustave et probablement des extraits aussi, sans difficulté, bien qu’il soit étrange qu’une lettre pareille n’ait pas survécu, alors que la lettre d’Aïdé au sujet de Madame Bovary a été conservée. En dehors de quelques lettres volontairement détruites, Gustave les gardait toutes, même les plus insignifiantes (voir p. 199).

  • 55 Il s’agit de la bibliothèque de prêt établie en 1842 par Charles Edward Mudie. Pour une guinée, on (...)
  • 56 L’éventualité que « nos amis » fasse allusion à Juliet seule, ou aux Herbert en général est égalem (...)

18Bien entendu, il y a autant, voire plus de chances que quelqu’un d’autre ait lu les compte rendus de ce roman et ensuite en ait emprunté un exemplaire à Mudie’s55, à savoir Juliet. Si c’est elle qui en fit l’analyse et envoya les extraits, l’absence même de preuve, telle qu’une lettre explicative, est facilement compréhensible, car aucune de ses lettres ne semble avoir survécu. « Nos amis » de la dernière phrase de la lettre que Gustave envoya à Henri Harrisse pouvait faire référence à « nos amis » à Paris – dont Taine ? – ou sinon, peut-être Aïdé et Juliet envoyèrent-ils cette information à Gustave et la lettre d’Aïdé se perdit pour une raison inconnue. Si tel fut le cas, « nos amis » fait allusion aux deux Anglais56.

Le dossier sur le Calves’ Head Club

  • 57 Spencer, Flaubert, p. 179.
  • 58 Littéralement, la Société de la Tête des Veaux [N.D.T.].
  • 59 « Notices to Correspondents » [N.D.T.].
  • 60 Un recueil d’antiquaire, paru en deux tomes en 1863-1864 ; voir i, p. 192-194.
  • 61 Flaubert, L’Éducation sentimentale, t. ii, texte établi et présenté par R. Dumesnil, Société les B (...)

19Il existe un deuxième cas où un ami anglais envoya des renseignements à Gustave, au début de l’année suivante, car bien qu’il eût terminé la rédaction de L’Éducation en mai 1869, en février de la même année, il demanda à quelqu’un en Angleterre d’insérer dans Notes and Queries57 une question au sujet du Calves’ Head Club58 (fondé pour tourner en ridicule le culte que l’on vouait au martyre de Charles Ier). Sans doute Flaubert était-il tombé sur une allusion à cette société au cours de ses lectures. Il cherchait cette information pour la troisième partie de son roman, dans laquelle en mars ou en avril 1848 Frédéric Moreau tente de se faire choisir comme candidat aux élections de l’Assemblée de cette année. Dans la rubrique « Réponses à nos correspondants »59 du périodique, le 27 février 1869, l’on renvoie « G. F. » à huit articles sur le Calves’ Head Club parus dans des numéros antérieurs. Son informateur semble avoir traduit ces articles, certainement celui du Book of Days, édité par R. Chambers60. Nous avons vu (p. 36) qu’une photo graphie du manuscrit autographe de cette traduction est reproduite dans l’anthologie iconographique de René Dumesnil, Flaubert et L’Éducation sentimentale, parue aux Belles Lettres en 1942. Dans son édition du roman, Dumesnil fait un compte rendu plus détaillé des notes et des extraits envoyés, soulignant quelques erreurs grammaticales et le tutoiement dans la phrase « les détails des dîners sont à peu près les mêmes que ceux que je t’ai déjà envoyés »61. Dumesnil croyait que ce tutoiement indiquait qu’un membre de la famille Collier, sans doute Herbert, avait rassemblé le dossier, mais en cela il était influencé par la fausse supposition que Flaubert était descendu chez Gertrude et Harriet quand il avait visité l’Angleterre en 1866.

  • 62 Goncourt, Journal, 10 décembre 1886. Le professeur Bruneau explique que Caroline avait en vain ess (...)
  • 63 British Library, Add. Manuscrits 46642, t. lxxxiii, 1854-1864.

20Herbert était en Inde ; Gertrude et Harriet (qui était en Écosse) avaient perdu contact avec Gustave. Dans tous les cas, ni Gertrude ni Harriet ne l’aurait tutoyé. L’on apprécie pleinement la signification du tutoiement dans cet unique fragment de la lettre que cite Dumesnil si l’on sait qu’en décembre 1886, Caroline Commanville dit à Edmond de Goncourt qu’elle avait la permission (de la fille de Louise Colet, Mme Bissieu) de publier les lettres d’amour que Flaubert avait écrites à « la Muse » (c’est-à-dire les copies qu’on lui en avait faites) à la seule condition que le « tu » serait partout remplacé par « vous »62. Bien peu des amis masculins de Gustave le tutoyaient et ceux qui le faisaient étaient des amis de très longue date, des amis de jeunesse tels que Du Camp et Bouilhet. Tourgueniev le vouvoyait et Aïdé fait de même dans la lettre où il remercie Flaubert de l’envoi de Madame Bovary. Mais afin de bien vérifier que ce ne fut pas Aïdé qui envoya le dossier sur le Calves’ Head Club, nous avons regardé sa signature, telle qu’elle apparaît sur le contrat avec Richard Bentley en 1858 en vue de la publication de son roman Rita63. Même un échantillon aussi insignifiant que sa signature permet d’affirmer sans l’ombre d’un doute que le dossier n’est pas de sa main. Il avait une écriture ronde et banale ornée simplement de quelques fioritures – c’est une écriture sans beaucoup de caractère, mais le H majuscule est très reconnaissable, car Aïdé commençait avec les deux traits verticaux (comme s’il allait écrire un N), joignait les parties supérieures, et ensuite prolongeait vers le haut la base du deuxième trait pour barrer le H, et enfin le terminer en fioriture sous la lettre. Le A majuscule est celui d’un écolier, avec seulement une volute un peu plus prononcée au sommet. L’écriture reproduite par Dumesnil est très différente.

  • 64 Nous avons pu reproduire ces photographies (voir l’illustration n ° 8 [N.D.T.]).

21Toute personne regardant de près les photographies de Dumesnil64 remarquera des différences entre les écritures des pages 49 et 50 (l’on peut comparer, par exemple, les C, D et H majuscules des deux). Dans les deux cas, cependant, les H majuscules (« History » à la p. 49 et « Head » à la p. 50) sont extrêmement différents du H très particulier d’Aïdé. Si l’on poursuit la comparaison avec l’écriture reproduite par Dumesnil à la p. 50, un trait qui frappe est la barre très prononcée sur les t minuscules (celle de « tenant » s’étend jusqu’aux e et n ; celle de « différentes » dépasse le s final ; celle de « Street » arrive jusqu’au deuxième e), mais la barre du t de « Hamilton » dans la signature d’Aïdé ne dépasse pas le o. Qui plus est, un rythme entièrement différent caractérise les deux mains, car l’écriture des extraits n’a vraiment rien de l’aspect rond et scolaire d’Aïdé et les lettres ne sont pas aussi hautes que les siennes.

  • 65 Je suis extrêmement redevable au Dr A. W. Raitt d’avoir posé la question inté ressante de savoir s (...)

22Force est donc de conclure que ces extraits ne furent pas envoyés par Aïdé ou par un autre membre de la famille Collier. Comme Gustave n’avait pas d’autres amis intimes en Angleterre en dehors des Herbert, il faut bien que les copies aient été faites par un ou plusieurs membres de cette famille65. En fait, la divergence entre les deux écritures des pages 49 et 50 de l’anthologie de Dumesnil peut être expliquée assez facilement. À la p. 49, seule apparaît une transcription de la page de titre du Book of Days, mais il y a la trace très claire, en-dessous de la partie reproduite, d’une autre ligne, dont on ne voit que la partie supérieure. La chose peut sûrement s’expliquer par l’hypo thèse que celui qui fit la copie de la page de titre copia également, en anglais, l’extrait, qui fut ensuite traduit en français par la personne qui envoya tout le dossier. La sœur Herbert la mieux qualifiée pour entreprendre la traduction est indéniablement Juliet et elle est la seule qui aurait pu tutoyer Gustave. Si l’on peut prouver que la lettre est de la main de Juliet, ce tutoiement est très suggestif.

  • 66 Le lecteur pourra plus aisément suivre les arguments de l’auteur en comparant les deux échantillon (...)
  • 67 Sic [N.D.T.].
  • 68 Plus révélateur, à notre sens, est la similitude marquée entre des combinaisons de lettres (voir i (...)

23Grâce à la dédicace dans l’exemplaire de Hans Andersen que Juliet offrit à Caroline (voir la planche 6a), il est possible de comparer son écriture à celle de l’extrait66. Il y a d’abord une ressemblance générale de style, car ni l’un ni l’autre des échantillons ne présente de majuscules tarabiscotées comme celles que l’on trouve à la p. 49 de Dumesnil. La grandeur et la longueur de la plupart des lettres, au-dessus et en-dessous de la ligne, sont les mêmes dans les deux cas, et les déliés entre les lettres se ressemblent. En outre, plusieurs similitudes sautent aux yeux. En examinant le mot « Caroline », par exemple, le C correspond à celui de « Club », le a à celui de « attribue », le r à celui de « Street », le o à celui de « Suffolk », le i (dont le point se trouve au-dessus de la lettre suivante) à celui de « tyrannie », le n à celui de « fondement » et le e (avec son délié final remonté) à celui de « attribue ». Les l dans « Caroline » et « Juliet » semblent plus hauts que celui dans « affistolèrent »67, mais sinon se ressemblent. Dans la dédicace, il y a deux H majuscules, pas tout à fait identiques. Ils ne correspondent pas précisément à celui de l’extrait dans « Head », mais le m de « Hamard » ressemble à celui de « acclamation » et le d à celui de « Head ». Il n’y a pas de w dans l’inscription. Les t qui s’y trouvent (dans « with » et « the ») ressemblent à ceux dans « assistants », et il y a une très forte ressemblance entre la longue barre du t dans « the ». Le f de « from » et celui de « froidement » se ressemblent particulièrement. La divergence la plus frappante se rencontre avec le J de « Janvier » dans l’extrait et celui de « Juliet », quoique le premier J ressemble curieusement au Y dans « Year » de la dédicace. Une dernière similitude, plutôt excentrique, est la présence des tirets (après « Hamard » et l’ultime H dans l’inscription, et après « Club » et le dernier mot, ainsi qu’après « Book of Days » dans l’extrait68).

  • 69 Durry, p. 201, n. 1.

24L’on peut considérer ou non que les ressemblances entre l’écriture de l’extrait et celle de la dédicace l’emportent sur les différences (qui pourraient refléter la tendance à une écriture en évolution, suggérée par les deux r différents, que l’on trouve également dans la signature du testament de Juliet). Deux détails importants portent cependant à croire que Juliet fit la traduction de l’extrait, à savoir le tutoiement de la lettre explicative et, dans l’extrait, l’emploi systématique de « pr » au lieu de « pour », une abréviation pratiquée invariablement par Gustave lui-même. Malheureusement, l’on ne saurait fournir aucune preuve à moins de retrouver la lettre. Dumesnil, toujours si méticuleux, ne dit pas où il a déniché la lettre ou les extraits, encore moins où ils se trouvaient au moment où il préparait son anthologie iconographique. Mme Durry mentionne69, toutefois, qu’il a manifestement eu accès aux « renseignements pour l’éducation sentimentale », vendus à l’Hôtel Drouot en 1931 en même temps que la grande collection de « brouillons, plans, esquisses de l’Éducation sentimentale » (2 355 folios). Les « renseignements » figurent sous le no 184 dans le catalogue de la vente et l’un des articles classés dans ce lot est « Le Calve [sic] Head Club ». La collection de brouillons, etc. (le lot no 183) fut achetée par Sacha Guitry et en 1957, quelque temps après sa mort, acquise par la Bibliothèque nationale. Mais la BN n’a pas obtenu le lot no 184, qui ne faisait pas partie de la collection de Guitry. Il faut donc supposer que ce lot fait toujours partie d’une collection parti culière, s’il ne fut pas victime de la Seconde Guerre mondiale, et il est à souhaiter (s’il existe encore) qu’il sera mis en vente ou que le propriétaire autorisera la consultation du document. Il serait alors possible de prouver que c’est (ou que ce n’est pas) Juliet qui traduisit les extraits et qui fut en relations intimes avec Gustave en 1866. La question est, bien entendu, d’une assez grande importance, car cela fournirait des preuves que Gustave correspondait avec Juliet à propos de ses romans, probablement en expliquant leur évolution au fur et à mesure, comme il le faisait autrefois avec « la Muse ».

25Nous verrons qu’il est presque certain que Juliet travaillait comme gouvernante chez la famille Conant en février 1869. Ils habitaient dans le Rutland et avaient également une maison à Londres, mais n’étaient peut-être pas dans la capitale à cette saison. Le Book of Days ne figure pas dans la bibliothèque soigneusement conservée à Lyndon Hall, mais rien n’aurait été plus naturel pour Juliet que de demander à Marianne qu’elle lui obtienne cette information (Marianne est la sœur qui nous paraît la plus probable pour cette commission à cause de ses contacts à Westminster ; Adelaïde s’épuisait à faire l’aller-retour entre la maison et les cours qu’elle donnait, et nous ne savons rien au sujet d’Augusta). C’est sûrement là l’explication des deux écritures sur les deux documents reproduits par Dumesnil.

La mort de Bouilhet

  • 70 CHH, OC, xiv, p. 406-407, no 1542, à George Sand, vers le 20 mars 1868.

26Gustave avait peut-être projeté d’autres vacances en Angleterre pour 1869, car il dit à George Sand en mars 1868 que dès l’été ou l’automne, lorsqu’il aurait terminé L’Éducation, « vous verrez quel joli voyageur de commerce je fais »70. Mais les événements devaient interdire toutes vacances en 1869.

  • 71 Ibid., p. 481, no 1677, à Jules Duplan, le 16 mai 1869.
  • 72 Ibid., p. 482, no 1678, à Caroline, le 23 mai 1869.

27Flaubert acheva son roman le 16 mai 1869 : « Fini ! mon vieux ! Oui, mon bouquin est fini ! » écrivit-il à Duplan71. Mais pour plusieurs raisons il lui était difficile de faire les préparatifs d’un voyage. Tout d’abord, Caroline partait en Norvège et en Suède avec son mari pour affaires. Avant leur départ en juin, Gustave avait demandé à Caroline si elle allait dans les Pyrénées au mois d’août. Il lui expliqua que si elle pouvait s’en priver, cela l’obligerait infiniment, car autrement il n’aurait pas de vacances, comme il devait être à Paris dès le 1er septembre pour s’occuper de l’impression de son livre. Son déménagement de l’appartement boulevard du Temple le préoccupait aussi, le loyer étant trop cher et l’appartement l’obligeant à trop de dépenses en voitures. Le déménagement lui coûterait cependant les yeux de la tête et il n’avait pas le temps de chercher un autre logement ; c’est à peine s’il avait le temps de recopier L’Éducation. Il devait demander encore mille francs à Ernest72.

  • 73 Ibid., p. 485, no 1685, à Caroline, le 9 juin 1869.
  • 74 Ibid., p. 489, no 1689, à Caroline, les 22 et 25 juin 1869 ; datée entre les 22 et 25 juin, cette (...)

28Le 9 juin, alors que Flaubert composait la troisième et dernière version de la Tentation de saint Antoine, il rentra épuisé à Croisset après une mauvaise grippe, ayant besoin d’un long repos, mais il croyait qu’il serait bientôt de retour à Paris, en train de revoir phrase par phrase le texte de L’Éducation. Il avait signé le bail de son nouvel appartement rue Murillo, qui donnait sur le parc Monceau73. Vers le 23 juin, il dit à Caroline que Bouilhet était allé à Paris revoir sa pièce Aïssé avec le directeur de l’Odéon, qui avait accepté de la faire jouer, que Bouilhet revenait ce jour-là et que dans une huitaine de jours ils commenceraient ensemble la correction de L’Éducation. Cette correction terminée, il n’attendrait plus que le retour de Caroline avant de partir à Paris prendre les petites vacances dont il avait tant besoin74. Il pensait probablement rendre visite à Juliet, mais en fin de compte, cela devait être impossible.

  • 75 Ibid., p. 495, no 1697, à Caroline, le 7 juillet 1869.
  • 76 Ibid., p. 496, no 1698, à la princesse Mathilde, le 20 juillet 1869.
  • 77 Ibid., p. 497, no 1701, à Jules Duplan, le 22 juillet 1869.
  • 78 Ibid., p. 512, no 1731, à Philippe Leparfait.
  • 79 L’Éducation sentimentale, éd. Classiques Garnier, Paris, 1961, p. 429-430.
  • 80 CHH, OC, xiv, p. 514, no 1736, à Caroline, le 31 août 1869.
  • 81 Ibid., p. 520, no 1756, à Maxime Du Camp, octobre 1869.

29Bouilhet, qui avait obtenu le poste de conservateur à la bibliothèque municipale de Rouen en 1867 (grâce, en partie, à la princesse Mathilde), était déjà gravement atteint d’une maladie des reins quand il partit pour Paris ; au début de juillet, il se rendit à Vichy sur l’avis du médecin. Flaubert dit alors à Caroline que si Bouilhet ne revenait pas au début d’août, il serait contraint de retourner à Croisset au mois de septembre : « [t]out cela détraque mes vacances75 ». Les spécialistes à Vichy renvoyèrent Bouilhet à Rouen, cependant, car ils ne pouvaient rien faire pour lui. Il fit alors venir Achille Flaubert, chose qu’il n’avait pas faite plus tôt, craignant d’apprendre la vérité, mais cette vérité, Achille la révéla : la maladie était incurable. Flaubert voyait Bouilhet tous les deux jours. Croyant noter une certaine amélioration de son état, il le quitta pour emménager rue Murillo, mais le dimanche 18 juillet, Bouilhet mourut à l’âge de 49 ans et Flaubert reçut une dépêche télé graphique lui annonçant sa mort. « Je viens de mettre en terre une partie de moi-même, un vieil ami dont la perte est irréparable76 ! », se lamenta-t-il à la Princesse et il demanda à Duplan à quoi servait d’écrire maintenant que Bouilhet n’était plus là77. Flaubert devint tout de suite président d’un comité pour collecter de l’argent en vue d’un mémorial. Dorénavant, il devait passer un temps considérable et dépenser une énergie extraordinaire à préparer une édition des derniers poèmes de Bouilhet, à en écrire l’introduction, à organiser une représentation d’Aïssé (projet qui fut contrarié à maintes reprises) et à essayer de faire jouer Le Château des cœurs (il s’agissait d’une féerie qu’il avait écrite en collaboration avec Bouilhet et le comte d’Osmoy en 1862-1863. Flaubert avait voulu apporter du satirique à ce genre dramatique populaire fondé sur la magie : certains objets devaient se matérialiser dès qu’on les nommait, de sorte que la mise en scène en était impossible). Il est intéressant de noter que Juliet, à qui Flaubert dut écrire aussitôt, versa vingt francs à la collecte pour le mémorial, en août 186978. À présent, Flaubert était beaucoup trop occupé pour aller en Angleterre. En plus des autres projets, il rassemblait de la documentation en vue d’un article sur Bouilhet dans Le Moniteur et il devait s’occuper de la liste des 251 corrections que Du Camp (à la place de Bouilhet) avait apportées à L’Éducation79. Puis il y avait les épreuves à relire. Il se lamenta dans une lettre à Caroline, le 31 août : « [t]ous mes projets de voyage, sauf celui de Dieppe, sont abandonnés »80. Ajouté à ses autres activités, l’emménagement rue Murillo s’avéra très coûteux et épuisant ; en septembre il devait s’occuper des peintres, des moquettes et du déménagement. Cette triste année, son travail sur la Tentation interrompu pour une durée indéterminée, Flaubert fut accablé encore par le décès de Sainte-Beuve le 13 octobre. « La petite bande diminue ! » écrivit-il à Du Camp le jour même. « Avec qui causer de littérature maintenant ? »81

  • 82 Ibid., p. 531, no 1779, à Caroline, le 15 novembre 1869.
  • 83 Lettres inédites de Gustave Flaubert à son éditeur Michel Lévy, p. 148-149.

30Des fragments de L’Éducation parurent dans plusieurs journaux le 16 novembre et le livre sortit le 17. Comme Flaubert l’expliqua à Caroline, le moment était mal choisi à cause de la situation politique : « Rochefort est complètement démonétisé […]. L’opposition est en baisse dans l’opinion publique. »82 Henri Rochefort avait été le rédacteur en chef de la célèbre Lanterne, qui avait mené une campagne de diffamation contre le régime de Bonaparte après l’assouplissement de la censure rigoureuse antérieure opéré par la loi sur la presse de 1868. Le scandale que fut son élection comme député de Paris cinq jours après le lancement de L’Éducation et l’espèce d’agitation révolutionnaire à laquelle le pays était en proie occupaient le public83. Non seulement pour des raisons de politique, mais encore parce que le sens du livre, surtout sa fin, leur échappait, les critiques se montrèrent défavorables et Sainte-Beuve n’était plus là pour le défendre. Amélie Bosquet se trouvait parmi les critiques hostiles, car elle se croyait dépeinte dans le roman, et Flaubert fut tellement blessé par la publication de son compte rendu défavorable que ce fut la fin de leur amitié. La « petite bande » diminuait en effet, car Jules de Goncourt était déjà un malade condamné.

Notes

1 Lettres à Gustave Flaubert, le 9 juin 1866, no 428, p. 608-609.

2 Paris, Charpentier, 1874. Le poème lyrique « Amour double » (« Il ne se peut pas qu’on aime/Deux maîtresses à la fois ») est bien trop personnel pour répondre à cette description.

3 L. Letellier, Louis Bouilhet, 1821-69 ; sa vie et ses œuvres, Paris, Hachette, 1919.

4 Du Camp, Souvenirs littéraires, i, p. 52 [N.D.T. : Nous n’avons pas pu trouver cette phrase dans l’ouvrage de Du Camp et nous l’avons traduite par conséquent de l’anglais. Elle n’est certainement pas à la page citée par Hermia Oliver, ni à une page dont le numéro représenterait une variation plausible des chiffres « 52 ». Une référence à la guerre se trouverait vraisemblablement dans le tome ii].

5 Lettres à Gustave Flaubert, le 16 juin 1866, no 429, p. 610.

6 CHH, OC, xiv, p. 271, no 1313, à Caroline, le 22 mars 1866.

7 Goncourt, Journal, le 21 février, 1862.

8 Ibid., le 18 janvier 1864.

9 Voir la lettre à Caroline du 7 juillet 1866, CHH, OC, xiv, p. 281-282, no 1335.

10 Ibid., p. 282, no 1336, à Caroline, le 11 juillet 1866.

11 Lettres à Gustave Flaubert, n ° 433, p. 615. [N. D. T. : Le texte cité par Hermia Oliver : « Je te conseille d’arrêter fortement ton plan, avant de te mettre en route. Tu n’en voyageras qu’avec plus de joie. Je te prie de me rappeler, à Londres, au gracieux souvenir de qui de droit ! » selon l’édition de M. L. Cappello, date du 7 juillet 1866 (no 433, p. 615). Selon deux notes de l’éditeur, « [la lettre] est datée par l’allusion à la souscription de l’Empereur pour le rachat de la tour de Jeanne d’Arc », cette nouvelle « [ayant] été publiée par Le Moniteur universel du 1er juillet »].

12 CHH, OC, xiv, p. 264, no 1300, à Mlle Leroyer de Chantepie, le 23 janvier 1866.

13 CHH, OC, xiv, p. 266, no 1304, à Caroline, le 3 février 1866.

14 Lettres à Gustave Flaubert, n ° 431, p. 612 [N.D.T. : L’extrait cité ici par l’auteur date, selon l’édition de M. L. Cappello, du 23 juin 1866].

15 F. Quintavalle, Storia dell’unità italiana, 1814-1924, Milan, Hoepli, 1926.

16 « C’est par la plus sage économie que je me prive de ce bon voyage comme de toute distraction » (On avait situé cette lettre au mois de juin 1866, en la plaçant donc avant les autres lettres de cette séquence, citées ici, notes 11 et 14). Lettres à Gustave Flaubert, no 434, p. 615.

17 Voir Pakenham et la lettre à Caroline du 25 mars 1871 (citée ci-dessus, p. 163), CHH, OC, xiv, p. 630, no 1945.

18 CHH, OC, xiv, p. 282-283, no 1337, à sa mère, le 16 juillet 1866.

19 Ibid., p. 283, no 1338, à Caroline, le 18 juillet 1866.

20 Thomas Stothard, 1755-1834, peintre et illustrateur, fut nommé au poste de bibliothécaire à la Royal Academy en 1812. Il peignit l’escalier de Burleigh House à Stamford ainsi que le plafond de l’Advocates’Library à Edimbourg. C’était un ami intime de Flaxman, de William Beckford et de Samuel Rogers. Parmi ses tableaux, citons les « Personnages de Shakespeare » (« Characters from Shakespeare ») à South Kensington ; il illustra Fielding, Richardson, Sterne, Robinson Crusoé, etc.

21 CHH, OC, xiv, p. 592, no 1892, à Caroline, le 27 septembre 1870.

22 Ibid., p. 284, no 1341, à Caroline, le 6 août 1866.

23 Ibid., p. 286, no 1346, à Edmond et Jules de Goncourt, le 16 août 1866.

24 Ibid., p. 287, no 1347, à Amélie Bosquet, le 20 août 1866.

25 Dans une lettre à George Sand, le 13 avril 1867, ibid., p. 344, no 1433.

26 Ibid., p. 340, no 1428, à Bouilhet, le 1er avril 1867.

27 Ibid., p. 350, no 1445, à George Sand, le 6 mai 1867 (la datation précise a été établie par Gérard-Gailly). La lettre no 1437 montre bien qu’elle avait souffert d’une congestion cérébrale [N.D.T. : La lettre no 1437 est adressée aux frères Goncourt, apparemment pour fixer la date d’un dîner. À Ernest Feydeau, en revanche, Flaubert écrit au début de juin au sujet de sa mère : « Je l’ai trouvée très maigrie et vieillie. Elle n’a pas vraiment eu une attaque, mais quelque chose d’approchant » (p. 355, no 1455)].

28 Ibid., p. 355, no 1456, à Caroline, le 7 juin 1867.

29 Adam, Mes sentiments, p. 137.

30 CHH, OC, xiv, p. 365, no 1473, à la princesse Mathilde, le 19 juillet 1867.

31 Ibid., p. 365, no 1473, à la princesse Mathilde, le 19 juillet 1867.

32 Lettre bien datée par Jean Bruneau, Corr., iii, p. 671 [N.D.T.].

33 CHH, OC, xiv, p. 513, no 1732. Cette édition perpétue l’erreur de datation (1869) faite dans l’édition Conard (l’erreur figure parmi celles identifiées par Gérard-Gailly).

34 Ibid., p. 370, no 1482, à Caroline, le 19 août 1867.

35 Ibid., p. 372, no 1485, à la princesse Mathilde, le 24 août 1867.

36 Ibid., p. 377, no 3688. La date donnée est celle de septembre 1869 ? Voir Gérard-Gailly au sujet de Conard no 1072.

37 Ibid., p. 382, no 1505, à George Sand, le 30 octobre 1867.

38 Ibid., p. 350, no 1446, à Ernest Commanville, le 9 mai 1867.

39 CHH, OC, xiv, p. 406, no 1542, à George Sand, le 20 mars 1868.

40 Ibid., p. 455, no 1623, à George Sand, le 24 novembre 1868.

41 Ibid., p. 450, no 1615, à Henri Harrisse, le 28 octobre 1868.

42 Charlotte’s Inheritance, paru en 1868, fut traduit en français en 1874, selon les éditeurs du Supplément (voir iii, p. 158, n. 1) [N.D.T.].

43 Supplément, ii, p. 158, n.

44 CHH, OC, xiii, p. 669, no 818, à Ernest Feydeau, le 30 août 1859 [N.D.T. : Voir aussi la lettre no 817 à Caroline (p. 668)].

45 Voir l’article du 5 février 1915 dans The Times.

46 C’est Taine qui emploie ce terme anglais [N.D.T.].

47 H. Taine, Notes sur Paris : Vie et opinions de M. Frédéric-Thomas Graindorge, Hachette, 1905, p. 184-185.

48 The Bengal Staff Corps [N.D.T.].

49 Voir les Army Lists jusqu’en 1863 ; son transfert dans l’Armée indienne (le Corps du Bengale) ne peut se découvrir qu’en parcourant les « Promotions, Nominations, etc. », sans index. En 1870, il devint capitaine du 21e quadrille des lanciers (le régiment se trouvait alors en Inde).

50 Bruneau, Corr., i, p. 114, n. 3, p. 901-902.

51 « The Art Treasures of the United Kingdom » [N.D.T.].

52 Dans le texte anglais, « Christ Church » est suivi d’« Oxford ». Comme Christ Church, qui a son propre musée, est un collège d’Oxford, il s’agit probablement d’une précision de lieu et non d’une indication que l’université ou la ville ait prêté d’autres tableaux [N.D.T.].

53 CHH, OC, xiii, p. 586, no 717 [N.D.T. : Flaubert ne demande pas l’adresse de Gertrude dans cette lettre ; voir le chapitre ii, p. 67, n. 75].

54 Dictionary of National Biography.

55 Il s’agit de la bibliothèque de prêt établie en 1842 par Charles Edward Mudie. Pour une guinée, on s’abonnait pendant un an, période pendant laquelle on pouvait emprunter, un par un, autant de volumes que l’on désirait.

56 L’éventualité que « nos amis » fasse allusion à Juliet seule, ou aux Herbert en général est également envisageable [N.D.T.].

57 Spencer, Flaubert, p. 179.

58 Littéralement, la Société de la Tête des Veaux [N.D.T.].

59 « Notices to Correspondents » [N.D.T.].

60 Un recueil d’antiquaire, paru en deux tomes en 1863-1864 ; voir i, p. 192-194.

61 Flaubert, L’Éducation sentimentale, t. ii, texte établi et présenté par R. Dumesnil, Société les Belles Lettres, 1942, p. 364-365.

62 Goncourt, Journal, 10 décembre 1886. Le professeur Bruneau explique que Caroline avait en vain essayé d’acheter les lettres de son oncle à Louise Colet, mais qu’elle réussit à en obtenir des copies (Bruneau, Corr., i, p. xv).

63 British Library, Add. Manuscrits 46642, t. lxxxiii, 1854-1864.

64 Nous avons pu reproduire ces photographies (voir l’illustration n ° 8 [N.D.T.]).

65 Je suis extrêmement redevable au Dr A. W. Raitt d’avoir posé la question inté ressante de savoir si c’était Juliet qui envoya le dossier et de m’avoir signalé l’antho logie iconographique de René Dumesnil.

66 Le lecteur pourra plus aisément suivre les arguments de l’auteur en comparant les deux échantillons d’écriture (voir l’illustration n ° 9).

67 Sic [N.D.T.].

68 Plus révélateur, à notre sens, est la similitude marquée entre des combinaisons de lettres (voir illustration n ° 9) : les « ol » de Caroline et « Suffolk » ; de même pour les « aff » de « affate » et « affistolèrent [sic] » Dans les deux échantillons, les tirets, signalée par Hermia Oliver, sont au niveau de la ligne. Enfin, le t minus cule en fin de mot (« best » et « Juliet » dans la dédicace et « fondement », « composait », « pendant », etc. dans l’extrait) nous semble assez caractéristique, à cause de son délié final qui remonte pour redescendre aussitôt. Vers la fin de sa vie, Juliet avait peut-être modifié ce trait de son écriture – voir la signature de son testament, illustration n ° 6b. À notre avis, il n’y a aucun doute que la traduction du dossier sur le Calves’Head Club est de la main de Juliet [N.D.T.].

69 Durry, p. 201, n. 1.

70 CHH, OC, xiv, p. 406-407, no 1542, à George Sand, vers le 20 mars 1868.

71 Ibid., p. 481, no 1677, à Jules Duplan, le 16 mai 1869.

72 Ibid., p. 482, no 1678, à Caroline, le 23 mai 1869.

73 Ibid., p. 485, no 1685, à Caroline, le 9 juin 1869.

74 Ibid., p. 489, no 1689, à Caroline, les 22 et 25 juin 1869 ; datée entre les 22 et 25 juin, cette lettre dut cependant être écrite avant le 24, puisque ce jour-là, Flaubert dit à George Sand que l’on avait conseillé à Bouilhet un voyage dans le midi.

75 Ibid., p. 495, no 1697, à Caroline, le 7 juillet 1869.

76 Ibid., p. 496, no 1698, à la princesse Mathilde, le 20 juillet 1869.

77 Ibid., p. 497, no 1701, à Jules Duplan, le 22 juillet 1869.

78 Ibid., p. 512, no 1731, à Philippe Leparfait.

79 L’Éducation sentimentale, éd. Classiques Garnier, Paris, 1961, p. 429-430.

80 CHH, OC, xiv, p. 514, no 1736, à Caroline, le 31 août 1869.

81 Ibid., p. 520, no 1756, à Maxime Du Camp, octobre 1869.

82 Ibid., p. 531, no 1779, à Caroline, le 15 novembre 1869.

83 Lettres inédites de Gustave Flaubert à son éditeur Michel Lévy, p. 148-149.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search