Version classiqueVersion mobile

Flaubert et une gouvernante anglaise

 | 
Hermia Oliver

Flaubert et une gouvernante anglaise

1865 : la première visite chez Juliet

Texte intégral

  • 1 Correspondance générale, éditée par Pierre-Jean Dufief, Honoré Champion, 2004, t. i, p. 564, lettr (...)
  • 2 Du Camp raconte qu’avec Flaubert, il fut invité à dîner en compagnie du général Aupick (alors l’am (...)
  • 3 Nous devons ce renseignement à l’amabilité du professeur Bruneau.

1« Vous devenez à Paris un homme légendaire », écrit Edmond de Goncourt à Flaubert en décembre 18611. À la réussite littéraire de Madame Bovary, le procès avait ajouté un succès de scandale. On en fit une deuxième impression en mai 1857, mais, nous le savons déjà, Flaubert n’en récolta pas les bénéfices, même si ce livre lui apporta de nombreux nouveaux amis, y compris Sainte-Beuve, les frères Goncourt et Baudelaire2. Son roman suivant, Salammbô, dont l’action se passe à Carthage, fut un succès immédiat dès sa parution en 1862, et attira George Sand dans le cercle de Flaubert. En janvier 1863, il dîna chez la princesse Mathilde, la fille du frère cadet de Napoléon Ier. Elle s’était établie à Paris après avoir rompu avec son mari Jérôme, et là elle tint un célèbre salon : Sainte-Beuve, Renan, Mérimée, Gautier, les frères Goncourt et beaucoup plus tard le jeune Proust figurèrent parmi les écrivains qui le fréquentaient. L’amitié de la Princesse importait à Flaubert ; il s’attacha beaucoup à elle et c’est par son intermédiaire qu’il fut introduit à la cour. Il fut invité à une soirée aux Tuileries en avril 1864 et au mois de février de la même année il assista à une première de George Sand dans la loge du prince Napoléon (celui-ci, un deuxième Jérôme, était le frère de la princesse Mathilde). En novembre, Flaubert devait rendre visite à l’Empereur à Compiègne. L’écrivain de province inconnu, enterré à Croisset, était devenu une célébrité littéraire, invité aux dîners Magny (le premier dîner Magny eut lieu le 22 novembre 1862 ; l’on ne tarda pas à y inviter Flaubert, qui assista peut-être au deuxième3). Ses nouveaux amis (parmi lesquels se trouvait à partir de 1863 le très aimé Tourgueniev) et le patronage impérial n’exercèrent aucune influence sur sa relation avec une obscure gouvernante anglaise ; c’était simplement sa façon habituelle d’agir.

  • 4 CHH, OC, xiv, p. 193, no 1161, à Caroline, janvier 1864.
  • 5 Ibid., p. 217, no 1202, à Mlle Leroyer de Chantepie, le 6 octobre 1864.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid., xiii, p. 398, no 532, à Louise Colet, le 26 août 1853.
  • 8 Ibid., xiv, p. 197, no 1169, à Caroline, le 3 mars 1864.
  • 9 Ibid., p. 210, no 1193, à Mme Roger des Genettes, été 1864.
  • 10 Ibid., p. 217, no 1203, à Mme Roger des Genettes, octobre ? 1864.

2Dès le début de 1864, Flaubert était totalement occupé par L’Éducation sentimentale, qu’il avait commencé le 1er septembre de la même année : « je pense sans cesse à mon roman […]. Je rapporte à cette œuvre (suivant mon habitude) tout ce que je vois et ressens », dit-il à sa nièce en janvier, pendant qu’il y travaillait4. La nouvelle version ressemblait très peu à l’œuvre de jeunesse portant le même titre qu’il n’avait jamais tenté de publier. Au cœur de ce « roman de mœurs modernes » (« Je veux faire l’histoire morale des hommes de ma génération »5), dont l’action se déroule à Paris à partir de décembre 1840, racontant ainsi la révolution de 1848, on trouve l’amour de Frédéric Moreau pour Mme Arnoux : « C’est un livre d’amour, de passion ; mais de passion telle qu’elle peut exister maintenant, c’est-à-dire inactive. »6 Flaubert s’inspirait de son amour pour Mme Schlésinger, mais même en cela, L’Éducation est loin d’être un roman à clef. Il se servait de sa propre expérience précisément de la façon qu’il avait indiqué à Louise Colet en août 1853 : « Je voudrais écrire tout ce que je vois, non tel qu’il est, mais transfiguré. »7 En mars 1864, le projet était déjà devenu « [s] on terrible roman »8. L’été, il fit de nombreuses lectures des socialistes français : les Saint-Simoniens, Fourier, Proudhon et Lamennais (« Tous […] sont engagés dans le moyen âge jusqu’au cou ; tous […] croient à la révélation biblique »9). Vers la fin de l’automne il était « écrasé par les difficultés de [s] on livre » et se demandait : « Ai-je vieilli ? Suis-je usé ? »10 Tout comme Madame Bovary, ce livre lui posait de grandes difficultés et exigeait une recherche et une préparation approfondies.

  • 11 Ibid., p. 239, no 1252, à la princesse Mathilde, fin mai 1865 [N.D.T. : Dans cette lettre Flaubert (...)
  • 12 M. L. Cappello situe cette lettre au 17 juin (voir Lettres à Gustave Flaubert) [N.D.T.].
  • 13 Voir Lettres à Gustave Flaubert, le 17 juin 1865, no 381, p. 548.
  • 14 Ibid., 24 juin 1865, no 382, p. 549-550.

3En mai 1865, il dit à la princesse Mathilde qu’il devenait hypochondriaque et qu’on lui conseillait de se distraire. Sa nièce, qui était là pour lui remonter le moral, resterait chez lui jusqu’à la fin de juillet et, après son départ, il irait probablement passer le reste de l’été à Dieppe11. Soit il cherchait un moyen de refuser poliment de rendre visite à la Princesse à Saint-Gratien, où elle passait l’été, soit il s’était ravisé avant que Bouilhet ne lui écrivît, probablement en juin ou en juillet12. Lui souhaitant un bon voyage, Bouilhet renchérit : « Tu es bien heureux de pouvoir aller prendre l’air, dans un beau pays. »13 Puis, dans une lettre ultérieure, Bouilhet s’étonne : « Je suis très surpris de ton voyage en Angleterre, vu qu’il n’était pas dans ton programme, et je me creuse la tête pour en deviner le motif. » Flaubert semble avoir été très discret concernant Juliet, mais cette visite imprévue en Angleterre ne fut pas causée par un « chèque » semblable à celui qui figure dans le roman Le Chèque de Bergerat (voir l’annexe II). Bouilhet ajoute : « Adieu, cher vieux, bien du plaisir dans tes diverses pérégrinations. »14

  • 15 Je suis redevable au Dr A. W. Raitt de cette suggestion.
  • 16 Nouvelle biographie universelle.
  • 17 Je suis redevable au professeur Bruneau de cette explication.
  • 18 CHH, OC, xiv, p. 29, no 851, à Mlle Leroyer de Chantepie, le 30 mars 1860. Juliette Adam décrit ce (...)
  • 19 Toute l’information sur Baden a été puisée dans C. Bauchard, « Sur les traces de Gustave Flaubert (...)
  • 20 Lettres à Gustave Flaubert, 23 septembre 1865, no 392, p. 563.

4Puisqu’en 1865 Flaubert se rendit à Baden-Baden en passant par Londres, comme le montrent très amplement ses lettres ainsi que le Badeblatt de Baden (où son arrivée est signalée dans le numéro du 15 juillet), il va de soi que le « beau pays » évoqué dans la première des deux lettres de Bouilhet ne peut être que l’Allemagne15. Du Camp avait invité Flaubert à rester à l’Allee-Haus, dans le centre-ville, où il était arrivé lui-même en compagnie du ménage Husson le 23 juin, et où séjournait également le romancier populaire Amédée Achard. Jean-Christophe-Armand Husson était directeur général de l’Assistance Publique au cours des années 186016. Du Camp, qui avait une liaison avec sa femme, Adèle, voulait que Gustave connaisse mieux ce couple17. Les Schlésinger habitaient à une dizaine de minutes de l’Allee-Haus, et la villa des Viardot était située à deux cents mètres environ, tandis que Tourgueniev avait un meublé au 277 Schillerstrasse, juste au coin de chez les Viardot. Bien que Flaubert dût attendre 1872 avant de rencontrer Pauline Viardot, la célèbre cantatrice, il l’avait entendue deux fois dans son interprétation « sublime » de l’Orfeo de Gluck en 186018. En tant qu’ami de Tourgueniev également, il s’intéressait sans doute à elle, puisque toute l’Europe était au courant de la passion que l’auteur éprouva pour elle sa vie durant. En 1865 elle ne chantait plus en public, mais elle donna son premier concert de piano à Baden cette année-là. À cette époque, l’influence française était très forte à Baden. Berlioz y était allé pour l’ouverture du théâtre et de nombreux Français et d’autres étrangers distingués y étaient de passage19. Baden présentait donc plusieurs attraits pour Flaubert en 1865. On peut imaginer que le principal fut la présence présumée de Mme Schlésinger, car le fait de la revoir au moment de construire le personnage de Mme Arnoux cadre très bien avec ses habitudes de se documenter avant de se mettre à écrire. Il n’est pas certain qu’elle y fût déjà lorsque Flaubert arriva à Baden. Dans le post-scriptum d’une lettre inédite, datée de septembre 1865, Bouilhet écrit « Madame Maurice Schlésinger est encore à Mantes20 ». Une de ses anciennes camarades de classe, à qui elle rendait visite de temps en temps, vivait à Mantes. La lecture qu’a faite le professeur Bruneau de ce post-scriptum pose l’hypothèse suivante : lors de son arrivée à Baden, Flaubert aurait découvert que Mme Schlésinger était à Mantes. Il est toutefois possible qu’elle ait été toujours à Baden pendant la deuxième quinzaine de juillet, puis de retour à Mantes en août, jusqu’en septembre. La supposition de Bouilhet, selon laquelle la visite à Baden faisait partie du programme de Flaubert, suggère qu’il pensait que Flaubert allait voir Mme Schlésinger pour son livre. Il n’existe aucune preuve, bien entendu, que Flaubert la vit en réalité, que ce soit à Baden ou à Mantes.

  • 21 Ibid., 10 juillet 1865 (no 383, p. 550-551). [N.D.T. : Note de cette édition : « John Bull est san (...)

5La lettre suivante de Bouilhet date du séjour de Flaubert en Angleterre : il parle de « la mirifique bière que tu bois en pays hérétique, car, ici, elle est détestable » et il charge Flaubert de « fai[re] une langue pour [lui] à John Bull » en ajoutant : « tâche de ne pas gâter ton catholicisme au contact de la hideuse Réformation. C’est le dernier vœu de ton archevêque. Monseigneur »21 (« Monseigneur » était le surnom de Bouilhet et Flaubert était son « Vicaire Général »).

  • 22 Dans l’édition du CHH. Lettre bien datée du 11 juillet dans l’édition de la Pléiade, t. iii, p. 44 (...)
  • 23 Ancien nom de la gare de l’Est. Bien que le nom ait changé en 1854, Flaubert continue à l’appeler (...)
  • 24 CHH, OC, xiv, p. 242, no 1258, à Caroline, le 4 ? juillet 1865.

6Une seule lettre de Flaubert écrite à Londres en 1865 subsiste (dans l’édition Conard on l’a datée à tort d’août 1866). Il lui manque une adresse, et nous avons pour seul indice le moment où il l’écrivit, « mardi, 8 heures du soir ». La date attribuée22 est le 4 ( ?) juillet, mais nous verrons que l’on s’est trompé d’une semaine, car il faut qu’elle ait été écrite le 11 juillet. Flaubert ne voulait pas quitter Londres sans envoyer un mot à Caroline ; il partait le lendemain soir à 18 h 30. Il prendrait le train à Paris, où il irait à la gare de Strasbourg23, et il serait à Baden le soir même, à 22 h. Il avait vu beaucoup de choses très curieuses à Londres dont plusieurs lui seraient fort utiles pour son roman. Il demande à Caroline de lui écrire chez M. Du Camp, Allée Haus, Baden-Baden. Il ajoute « Mlle Juliet t’embrasse et va t’écrire bientôt » et renchérit dans un post-scriptum : « Juliet, qui est avec moi maintenant, t’embrasse. Elle te remercie beaucoup d’être allée faire une visite à Mlle Émilie. Elle me charge de te dire qu’elle est bien heureuse de revoir la France. »24 Il n’y a aucune explication sur l’identité de Mlle Émilie, mais nous l’avons déjà dit, elle semble avoir été une connaissance française de Juliet.

La datation des notes de voyage

  • 25 Nous devons ce renseignement à l’amabilité du Dr A. W. Raitt.

7À Londres en 1865, que vit Flaubert en prévision d’une utilisation pour L’Éducation ? La seule façon de le savoir (que les choses vues ait été ou non utiles pour le roman) est de déterminer si les notes prises lors d’une visite à Londres et incluses dans le Carnet de voyage 13 (conservé à la Bibliothèque historique de la ville de Paris) proviennent en fait de la première visite en 1865 et non de la seconde en 1866. À première vue, elles semblent dater de 1866, car Flaubert nota en tête « 1866, lundi 26 juin » En vérifiant les dates, l’on se rend compte que le 26 juin 1866 ne tomba pas un lundi25, mais avant de nous pencher sur la date, il est nécessaire de décrire le Carnet 13 dans son ensemble et également de noter un détail capital : la bibliothèque a numéroté les folios à l’envers (et attribue même deux fois le numéro 36). Le carnet lui-même possède un fermoir et il ne fait aucun doute que c’est le dernier folio numéroté qui constitue le véritable début du carnet.

8En lisant le carnet dans l’ordre que Flaubert adopte pour le remplir (en sens inverse, donc, selon le numérotage des folios), il commence avec des notes sur le British Museum, la Royal Gallery, Kensington, la Bridgewater Collection, Grosvenor House, Westminster, Hampton Court et la National Gallery (fo 63-49vo). La séquence de notes qui suit, cependant (une description de Chartres), ne se lit pas dans ce sens, mais dans le sens opposé. Le titre « Chartres » se trouve au fo 48vo et la description se poursuit jusqu’au fo 40, indiquant clairement qu’elle fait partie des notes écrites à la fin du carnet (habitude de Flaubert, vérifiable dans les autres carnets). Après la séquence sur Chartres, il y a deux pages blanches (fo 38-39), suivies d’une page, vierge d’un côté, mais où apparaît le mot « Euston » de l’autre (fo 37 et son verso). Flaubert enchaîne sur une deuxième séquence de notes qu’il faut lire, comme la première, dans le sens inverse de celui de la numérotation ; il s’agit des notes de voyage prises à Londres. Ce texte débute au fo 36vo, où Flaubert décrit le trajet en train jusqu’à Dieppe et une partie de la traversée de la Manche, mais ensuite Flaubert saute deux feuilles (dont la deuxième, fo 36), de sorte que le voyage même se termine au recto du fo 35 et l’arrivée à la gare Victoria se trouve au fo 34. Les notes continuent jusqu’au verso du fo 32 et sont suivies encore de plusieurs pages vierges (fo 32ro au fo 29).

9Les séquences qui commencent à la fin du carnet et qui se lisent dans le sens des numéros donnés aux folios sont les suivants : une esquisse faite au crayon (fo 1), une citation en latin et (en regardant le folio à l’envers) « Campaing ami de Regimbart », manifestement une note pour L’Éducation (fo 2, verso blanc), un deuxième plan dessiné au crayon (fo 3, verso blanc). À cet endroit, quelqu’un a arraché trois folios. Au quatrième folio, dont le verso demeure également blanc, un rappel pour demander à Taine son avis sur Ruskin en tant que critique d’art, puis des notes sur le rôle des greffiers (fo 5-6vo). Ensuite, encore à l’envers, vient la description de ce que voit Frédéric Moreau de sa fenêtre du quai Napoléon (fo 7, verso blanc). Le fo 8 contient la phrase « les bains Deligny disposés en Allambra [sic] », que nous traitons page 235, et au verso quelques notes pour L’Éducation qui se terminent par la mort de Mme Lenormand le 23 juin (référence à la célèbre voyante, Marie-Anne Adélaïde Lenormand, 1772-1843, qui devait sa renommée en grande partie à l’Impératrice Joséphine). Le folio suivant marque le début d’une séquence sur les costumes, qui continue jusqu’au fo 10vo, suivie de notes sur la céramique (fo 11-14), puis d’une description du trajet aboutissant au Jardin des Plantes emprunté par Frédéric quand il rentre à Paris au début de la deuxième partie du roman. Cette dernière séquence se termine au fo 17 (le verso et un folio complet restent vierges). Vient ensuite la description de quelques pièces de faïence et d’un tableau vu à Kensington (fo 18-19vo), puis une série de notes prises à partir de journaux de 1847, notamment La Quotidienne, et en dernier lieu, des notes sur les Saint-Simoniens et les socialistes (fo 20-28).

  • 26 Je suis redevable au Dr A. W. Raitt de cette information.
  • 27 CHH, OC, xiv, p. 266, no 1304, à Caroline, le 5 février 1866 [N.D.T. : D’après le texte de la lett (...)

10Cette description montre que le Carnet 13 n’est pas le produit d’une écriture suivie chronologiquement. Visiblement, Flaubert écrivit la séquence finale quelque temps avant l’automne 1865 (c’est-à-dire après le voyage à Londres et à Baden), car les notes sur les greffiers, la vue depuis le Quai Napoléon et les notes sur les costumes appartiennent tous aux chapitres 4 et 5 de la première partie de L’Éducation, que Flaubert rédigea vers la fin de l’été 1865 après ces visites (il avait l’habitude de prendre ses notes peu de temps avant l’écriture des chapitres qui s’en inspiraient26). Dans l’optique qui nous intéresse, la note la plus révélatrice est celle sur « les bains Deligny » qui suit la vue du Quai Napoléon et la mort de Mme Lenormand (un fait dont il ne se servit pas) et qui précède les notes sur les costumes, ce qui montre qu’elle préparait le chapitre 5. Nous verrons par la suite que Flaubert s’en servit effectivement pour ce chapitre (p. 229). Les notes sur la faïence et la description du voyage à Paris datent de 1866 : c’est en février de cette année-là que Flaubert dit à sa nièce qu’il était « perdu dans les fabriques de porcelaine » et qu’il lisait des traités sur les faïences ; il avait reçu un conducteur de diligence et allait avec lui à la Gare d’Ivry27. Les notes sur Kensington dans cette partie du carnet ne peuvent donc dater d’avant 1866, année de la deuxième visite à Londres, après laquelle Flaubert rentra à Paris et visita Chartres. Mais qu’en est-il de la séquence située au véritable début du carnet ?

11Les visites aux musées de Londres et à Hampton Court auraient pu avoir lieu en 1865 ou en 1866 et à première vue les notes de voyage (qui viennent bien après et ne précèdent certainement pas ces notes sur les musées) doivent décrire la visite de 1866 à cause de la date qui figure en titre. Cependant, en examinant de près le manuscrit (voir la planche 7a), il semble que Flaubert ait d’abord écrit « 1856 » (inversant ainsi les deux derniers chiffres de 1865), corrigeant ensuite le « 5 », mais négligeant le dernier chiffre. Ce qui confirme cette hypothèse, c’est que le 26 juin 1865 tomba un lundi, alors qu’en 1866 ce ne fut pas le cas. Nous montrerons également dans le prochain chapitre que Flaubert fit la deuxième visite de 1866 dans la seconde moitié de juillet.

  • 28 CHH, OC, xiv, p. 283, no 1338, à Caroline, le 18 juillet 1866.
  • 29 Lettres à Gustave Flaubert, 14 juillet 1865, no 384, p. 552.
  • 30 CHH, OC, xiv, p. 242-243, no 1259, à Jules Duplan, le 20 juillet 1865.
  • 31 Ibid., p. 243, no 1260, à Edmond et Jules de Goncourt, le 27 juillet 1865.
  • 32 Les données météorologiques nous ont été gracieusement fournies par le London Weather Centre ; voi (...)

12Pour ceux qui croient que Flaubert a pu se tromper sur le jour de la semaine et le mois mais non l’année, il faut noter que dès son arrivée à Victoria, il envoya par télégraphe un mot à sa mère (toujours inquiète au sujet de son fils), chose qu’il ne pouvait pas faire en 1866 (voir p. 138). Qui plus est, les notes rendent compte d’une visite de dix-sept jours, de sorte que, si elles datent de 1866 et non de 1865, même si Flaubert s’était trompé de jour et de mois, il ne serait pas rentré d’Angleterre avant le mois d’août. Or, le 18 juillet 1866, dans une lettre à sa nièce envoyée de Londres, il lui dit qu’il serait revenu à Paris « de dimanche en huit »28. Le 18 juillet étant un mercredi, cela mène jusqu’au 29 juillet. Plusieurs indices suggèrent toute fois qu’une visite de dix-sept jours aurait été possible entre le 26 juin et le 12 juillet 1865, le jour de son départ à Baden. Il y a avant tout le cachet de la poste sur l’enveloppe de la lettre que Bouilhet écrivit avec l’adresse « Monsieur Gustave Flaubert – chez Monsieur Maxime Du Camp – allée Hauss [sic] Baden Baden – Grand Duché de Bade »29 où la date du cachet est le 14 juillet 1865. Et Flaubert rédigea deux lettres à Baden, l’une à Jules Duplan, vraisemblablement vers le 20 juillet30, et l’autre aux Goncourt le 27 juillet31, leur disant qu’il avait eu un mois de vacances, tant à Londres qu’à Baden. Enfin, il existe une concordance des plus remarquables entre les notations et les données météorologiques pour 1865. La première notation de Flaubert relative au temps apparaît vendredi 30 juin : il pleuvait abominablement et il faisait si froid qu’il fut nécessaire de faire du feu. Ce jour-là la température minimale était de 12,7o C avec un maximum de 16,6o C. Mardi 4 juillet, Flaubert note « temps magnifique » ; la température maximale ce jour-là était de 26,7o C. Pour le jeudi 6 juillet, les notes indiquent : « Orage – chaleur » : les observations de Flaubert sont confirmées de manière frappante par le British Rainfall 1865 de G. J. Symons, où l’on trouve que « des orages allaient et venaient à longueur de journée » et qu’il faisait une chaleur intense sur le Hertfordshire et à Londres. Une « violente tempête » passa du sud-ouest au nord-est et la température s’éleva jusqu’à 26,8o C. Quant à la dernière indication concernant le temps, pour le 10 juillet, Flaubert enregistre de la pluie et un vent froid, ce qui correspond aux températures entre 12,2o C et 17,6o C32.

  • 33 [Les traductions françaises en italiques sont de nous, N.D.T.] M. André Dubuc relève cette étiquet (...)

13Il reste une question en suspens : l’étiquette à l’intérieur du Carnet 13 qui indique sa provenance de chez « J. Limbird, Stationer, Printer & Engraver, 344, Strand, Opposite Waterloo Bridge » (Papetier, Imprimeur et Graveur de planches [...] en face du pont Waterloo)33. Étant donné que les notes débutent avec le voyage en train à Dieppe, il faut supposer que Flaubert prit les premières notes sur une feuille volante (il lui arrivait souvent d’arracher des feuilles de ses carnets ; voir p. 32) ou ailleurs et le recopia ensuite dans le nouveau carnet, qu’il eut l’occasion d’acheter le premier jour à Londres, pour lequel il marqua « Mardi – Westminster ». Il serait imprudent d’avancer cette hypothèse s’il n’y avait pas tant de raisons pour que ces notes ne datent pas de 1866. Soulignons que la description du voyage à Londres est beaucoup plus détaillée que la chronique quotidienne du séjour londonien, parfois laconique au point d’être sibylline. La fréquence des mots barrés et rajoutés et l’omission même d’une journée entière montrent bien que Flaubert écrivit rétrospectivement ces notes sur son séjour à Londres. La position matérielle des notes dans leur ensemble (c’est-à-dire le voyage et les jours passés à Londres) montre qu’elles furent couchées sur papier après les notes sur les musées, galeries et autres événements qui se trouvent au début physique du carnet, et l’aspect donne l’impression que Flaubert écrivait rapidement et en mouvement (dans le train ou sur le bateau lors de son retour). Manifestement, il commença en recopiant ses commentaires sur le voyage à Londres (l’aspect de l’écriture ici ne diffère pas sensiblement de la section qui suit), pour ensuite griffonner quelques mots en guise de rappels du séjour proprement dit, confondant au départ les jours où il visita les divers lieux et institutions. Il importe d’indiquer que Flaubert, sur le bout de papier qu’il glissa dans la pochette sous le rabat de la couverture, intitula ce carnet « Notes diverses pour L’Éducation, Chartres, Émaux ». Il n’y ajouta aucune date, et le titre donné dans l’édition CHH, « Notes pour l’année 1866 », que l’on pourrait supposer de Flaubert lui-même, est extrêmement trompeur.

D’autres notes sur Londres dans le Carnet 13

14Se pose la question de savoir si les autres notes du carnet, celles qui portent sur les musées, les galeries et Hampton Court, datent de 1865 ou de 1866. Si la séquence de ces notes coïncide avec la séquence que nous venons d’examiner, où sont mentionnés sans descriptions ces mêmes musées et galeries, ainsi que Hampton Court, il s’ensuit que ces lignes doivent aussi appartenir ipso facto à la visite de 1865.

15Dans le tableau suivant, nous relevons les similitudes.

Notes de voyage

Descriptions détaillées

Mercredi

British Museum

British Museum

Jeudi

Royal Gallery

Vendredi

Kensington

Kensington

Samedi

Bridgewater Collection
National Gallery

Bridgewater Collection

Lundi

Grosvenor House Kensington

Grosvenor House

Mardi

Hampton Court

Hampton Court

Samedi

National Gallery

National Gallery

16Le fait que Flaubert ait omis le jeudi dans ses notes (le jour où il est le plus probable qu’il visita la Royal Gallery) suggère qu’il avait oublié cette visite ; il est très facile d’oublier un jour quand on rédige rétrospectivement ses activités. L’omission de la deuxième visite à Kensington dans les descriptions détaillées peut éventuellement s’expliquer par le fait que d’après les notes de voyage, Flaubert la passa à regarder des tapisseries flamandes et il aurait pu (pour une fois) juger qu’il n’avait pas besoin de notes détaillées sur elles.

Milman’s Row à l’époque de la visite de Flaubert

  • 34 Picturesque Views of the Thames [N.D.T.].
  • 35 Le Dictionary of Painters and Engravers de Bryan.

17Le recensement de 1861 pour Milman’s Row nous donne une très bonne idée de la composition sociale de la rue à quelques années seulement de la visite de Flaubert chez Juliet. Il indique que Chelsea était le quartier de prédilection de plusieurs artistes renommés, mais de ceux aussi dont les noms n’ont pas été retenus par la postérité. Au numéro 10 habitait un portraitiste, Edward Havell ; son nom de famille suggère un lien de parenté avec les graveurs du début du XIXe siècle, David et Robert Havell, dont les Vues pittoresques de la Tamise34 parurent en 181235. Un « artiste en huiles » vivait au numéro 4 et dans la maison à côté, un dessinateur. Au numéro 19, un locataire enseignait « le piano forte, le chant et la harpe » et un deuxième professeur de piano habitait au 3a. Les artisans représentaient une proportion importante de Milman’s Row : il y avait un charpentier, un cordonnier, un tuyauteur, un mécanicien-monteur et un charron, un ferronnier et un maroquinier. Les professions du secteur tertiaire étaient représentées par un inspecteur de police, un employé au Département de l’Éducation, un ingénieur, un ingénieur des travaux publics, un assistant de dentiste et deux comptables. Des ouvriers également avaient leur domicile dans la rue : des maçons, un plâtrier et journalier, un ouvrier employé chez un pépiniériste et un bûcheron. Il y avait plusieurs couturières, une infirmière et quelques femmes de ménage, un marchand des quatre saisons, un cocher, un garçon d’écurie et, au numéro 2, le percepteur de l’embarcadère des bateaux à vapeur. Les voisins immédiats des Herbert, aux numéros 12 et 14, étaient, d’un côté, le fonctionnaire avec sa femme et leurs deux filles, et de l’autre, une femme et son fils, qui était concepteur, commerçant, épicier, fromager et bailleur (peut-être aida-t-il Juliet à trouver un logement pour Gustave).

  • 36 Recensement de Milman’s Row en 1861 (PRO RG9/30).

18Les maisons semblent ne pas avoir été aussi « minuscule[s] » que Caroline le laissa entendre, du moins selon les critères actuels. Le portraitiste vivait avec sa femme, sa belle-mère, six enfants et un domestique. Au numéro 17, un peintre en bâtiment et sa femme partageaient leur maison avec trois locataires et un pensionnaire, en plus de leurs propres enfants : un fils et une fille36.

Les notes de voyage de Flaubert

  • 37 Né en 1637 à Rouen, où une plaque le commémore, c’est son oncle, Thomas Corneille, qui se chargea (...)
  • 38 Voir le supplément ci-dessous, p. 248.

19Après le début habituel des notes de voyage de Flaubert, « Chemin de fer », vient le nom Fontanelle ou Fontanille, qui nous laisse perplexes, ne présentant aucun rapport évident avec le « monsieur maigre », le compagnon de voyage qu’il décrit (lorsqu’un inconnu ressemblait à quelqu’un qu’il connaissait, Flaubert employait un signe d’égalité, ou bien le mot « ressemble »). Mais il n’existe aucun endroit portant ce nom sur ou près de la ligne Rouen-Dieppe et, d’après nos recherches, le nom de Fontanelle apparaît uniquement dans le Guide des voyageurs en France de Murray (1847) comme l’ancien nom des ruines insignifiantes du monastère de Saint Wandrille, non loin de Caudebec. Comme il se trouve à l’opposé de Rouen par rapport à la ligne Rouen-Dieppe, ce fait ne semble pas être très pertinent. Pourtant, vingt ans auparavant Flaubert l’avait visité (sa lettre de juillet 1845 où il se rappelle avoir été chercher sa sœur à sa pension, citée p. 86, évoque leurs sorties avec Ernest Chevalier à la Mailleraie et à Saint Wandrille. Il savait alors sans doute comment se nommait l’abbaye autrefois). Fontanille n’apparaît dans aucun guide ou index géographique. Il nous semble qu’il y a encore moins de rapport avec l’écrivain Bernard Le Bovier de Fontenelle37 (il arrivait souvent à Flaubert de mal orthographier les noms). Il est possible que d’autres, ayant davantage de connaissances locales, puissent expliquer ce mot de Fontanelle ou Fontanille38.

  • 39 Simona Pakenham, Sixty Miles from England: the English at Dieppe from 1814-1914, Londres, Macmilla (...)
  • 40 Bruneau, Corr., i, p. 151, n. 6, p. 922.
  • 41 Durry, p. 331-332; Painter, i, p. 156-157.

20Un peu plus bas vient l’indication irréfutable que sa relation avec Juliet dépassait l’amitié pure sur le plan émotionnel : la notation « battement de cœur », suivie presque aussitôt d’une description de l’attente à Dieppe comme non seulement irritante mais « angoisseuse » (l’attente peut être attribuée au fait qu’avant que l’on eût creusé le port de Dieppe, les paquebots qui traversaient la Manche devaient attendre la marée haute pour partir39). Les notes sur deux compagnons de voyage dans le train et sur les autres passagers dans le bateau (voir p. 218) illustrent de manière frappante la façon dont le processus créateur ne cessait jamais, car bien qu’il fût préoccupé par le rendez-vous avec Juliet et par L’Éducation, ces observations de grande acuité ressemblent à des notes pour des œuvres futures jamais écrites. Comme le montrent les cahiers de la fin de sa vie, l’esprit de Flaubert foisonnait de projets qu’il n’eut pas le temps d’exécuter. Deux parmi les passagers du bateau lui rappelaient des personnes qu’il connaissait (les « types » évoqués si souvent dans les cahiers) : M. Stroehlin (il omet le h), un Rouennais, propriétaire d’une fabrique de textile40, et « Mme de Baulaincourt », qui devait l’intéresser énormément. Mme de Beaulaincourt (orthographié correctement), la fille du maréchal de Castellane et l’épouse du marquis de Contades, perdit sa position sociale à cause de ses innombrables amants et du fils illégitime qu’elle reconnut avant son mariage avec le comte de Beaulaincourt en 1859. Ce qui aurait pu susciter particulièrement l’intérêt de Flaubert est que Chateaubriand, amant de la mère de Mme de Beaulaincourt, fréquentait la maison quand celle-ci était jeune fille. Mérimée lui adressa de nombreuses lettres et elle sera vraisemblablement plus tard le modèle de Mme de Villeparisis chez Proust. Elle reparaîtra dans les notes de Flaubert cinq ans après (son nom toujours mal orthographié), dans le Carnet 20 de 1870, qu’il intitula « Expansions ». Dans cette note plus tardive, prise en vue d’un roman sur le Second Empire, elle est dépeinte comme une femme victime d’avoir été dans sa jeunesse « un type », de sorte qu’elle doit s’habiller et se coiffer d’une certaine façon, même quand cela ne convient plus à sa personne41.

  • 42 Bruneau, Corr., i, p. xxiv.

21La traversée sembla très longue à Flaubert. Les falaises de Sussex lui rappelaient la Normandie, mais il trouvait que l’herbe avait l’air plus ratissée. À Newhaven, il mangea du potage et du rosbif, tout en notant l’apparence très fraîche de la serveuse anglaise. La campagne entre Newhaven et Londres lui parut « magnifique » et très bien cultivée et il remarqua quelques gares insignifiantes avec des affiches, comme celles des environs de Paris. Il ne pouvait voir Londres quand il arriva à « Vittoria », où « Juliette » était venue le chercher. Il note : « voiture télégraphes sa maison sa mère – le soir au salon – mon logement » (fo 34). Il est important de reproduire ici la ponctuation de Flaubert (ou parfois le manque de ponctuation), surtout le tiret qui, comme l’indique le professeur Bruneau, « exprime, mieux que les points ou les virgules, le mouvement de sa pensée »42. En particulier, le choix, dans la transcription du CHH, de remplacer le tiret par une virgule (« Le soir au salon, mon logement ») donne l’impression qu’il dormait peut-être dans ce que Caroline appellerait plus tard le « parloir » des Herbert. Même en laissant de côté la taille de Flaubert, son poids et son tabagisme, l’on ne peut pas vraiment prendre au sérieux l’idée qu’il passa la nuit sur le canapé de Mme Herbert, ou même dans son « école pour demoiselles ». Il semble assez clair que Juliet lui avait trouvé un logement ailleurs, probablement dans King’s Road (où il logera en 1866).

22Les notations laconiques et abrégées des lieux et des musées qu’il visita ne parlent pas de Juliet, mais ce silence ne signifie pas qu’elle ne l’ait pas accompagné. En effet, le souvenir d’un « retour délicieux » après l’un des dîners londoniens doit sûrement indiquer sa présence. Aussi peut-on imaginer qu’elle l’accompagna les trois autres fois qu’il dîna à Londres et également quand il alla à Cremorne, même s’il n’y a aucune preuve dans un sens ou dans l’autre.

  • 43 Voir par exemple Illustrated Hand-book to London and Its Environs, Londres, Ingram, Cooke, 1853.

23Nous l’avons vu, le programme de la première journée, le mardi, était « Westminster », mais primitivement, Gustave avait écrit « British Museum », qu’il biffa ensuite. Selon toute probabilité, il prit l’omnibus (il y avait plusieurs bus qui faisaient le trajet entre Chelsea et Picadilly43). Après Westminster, les notes indiquent une visite chez des opticiens et des couteliers, et le nom de « Farrence », faisant référence à Thomas Farrance, un pâtissier-confiseur du 66 et 67 Charing Cross. Cette pâtisserie, selon le guide Baedeker pour Londres de 1866, se trouvait en face de la National Gallery (c’est chez « un pâtissier à Charing Cross » que George Osborne, dans Vanity Fair, mange des glaces quand il laisse Amelia avec ses sœurs, apparemment parce qu’il doit s’occuper de ses affaires). Flaubert note enfin qu’il marcha dans Regent Street.

  • 44 Baedeker, London and Its Environs, 1879.

24Le mercredi, Flaubert visita le zoo et le British Museum, après quoi il dîna à « l’hôtel près d’un chemin de fer » (probablement Charing Cross). Les notes détaillées sur le British Museum prises au début du carnet décrivent le « musée assyrien », connu sous le nom de la Galerie Kouyunjik, où étaient exposés les objets trouvés par Sir Austen Layard à « Kouyunjik, anciennement Ninive », lors de ses fouilles entre 1847 et 185044. Flaubert décrit en particulier un bas-relief, représentant trois palefreniers qui mènent trois chevaux, dont il loue le mouvement et l’exécution, remarquant surtout le premier cheval, qui tient sa jambe gauche légèrement repliée. À l’époque, on montrait dans le musée une frise représentant quatorze chevaux, chacun avec son palefrenier. Rien n’est noté pour le jeudi, mais les notes détaillées suggèrent une visite à la Royal Gallery (nous n’avons pas trouvé de musée sous ce nom qui corresponde aux notes de Flaubert, seulement la Royal Gallery of Illustrations). Flaubert remarqua « une princesse indienne, fond bleu, pectoral de perles et de saphirs […] » et « Colisée, l’impératrice au milieu en rouge, impassible […] ».

  • 45 Selon notre lecture du manuscrit, Flaubert aurait noté « Miss Siddans » [N.D.T.].
  • 46 L’édition CHH a imprimé « Lord Sigonier » (CHH, OC, viii, p. 336).
  • 47 Ici, l’édition CHH a imprimé « Lekain » (t. viii, p. 336) [N.D.T.].

25Vendredi (30 juin) fut un jour de pluie abominable et il alla à Kensington ; probablement Juliet lui tint-elle compagnie. Il faisait assez froid pour justifier un feu de charbon le soir. Les notes sur Kensington montrent qu’ils visitèrent la « National Gallery of British Art » dans le South Kensington Museum, le prédécesseur du Victoria and Albert Museum, qui à l’époque possédait une collection hétérogène des arts et des sciences. Parmi les tableaux décrits par Flaubert (et ils correspondent à la plupart de ceux cités dans les guides Baedeker de la même époque) se trouvent le portrait de « mrs Siddans [sic] »45 fait par Gainsborough, le « Lord Ligonier »46 de Reynolds ainsi que « l’enfant Samuel », un tableau de Lawrence d’une dame en blanc qui « fait penser aux portraits de Mme Récamier », « William Pitt » de Hoppner (« ressemble à Philippe Égalité »), un tableau de Joseph Wright représentant une machine pneumatique, la série de gravures intitulée « Mariage à la Mode » de Hogarth, ainsi que l’autoportrait de ce dernier et deux tableaux de Landseer (Flaubert trouvait que l’autoportrait de Hogarth ressemblait au présumé Le Nain47 appartenant aux frères Goncourt).

  • 48 La transcription de l’édition CHH : « Bridgewater, côte brune » laisse perplexe, voir ibid., p. 34 (...)
  • 49 Dictionary of National Biography.

26Samedi (1er juillet), Flaubert note une visite à la Bridgewater Collection « en vue de Saint-James Park »48 et à la National Gallery, mais il avait d’abord écrit « Kensington », qu’il finit par barrer. La Bridge water Collection était l’ensemble des tableaux légués (avec Cleveland et, plus tard, Bridgewater House – actuellement Stafford House –, en face de Green Park) par Francis Egerton, le troisième et dernier duc, promoteur de canaux, à son neveu, Lord Gower49. La maison portait toujours le nom de Bridgewater House en 1914.

  • 50 Huxley, p. 66.

Elle abritait une collection parmi les plus grandes d’Angleterre […]. Son noyau provenait de la collection du duc d’Orléans, le régent français entre 1714 et 1723. Celui-ci avait puisé dans les tableaux acquis par la reine Christina de Suède et par les cardinaux Richelieu et Mazarin, dont les collections avaient à leur tour été enrichies par quelques-unes des meilleures œuvres rassemblées par Charles Ier avec tant d’amour et de soin50.

  • 51 « Gale at Sea » en anglais. Le manuel du voyageur Londres et ses Environs de Baedeker de 1890 note (...)
  • 52 Le Handbook for London de Cunningham, 1849.

27La collection comportait quatre tableaux de Raphaël et quatre de Titien, six Rembrandt, trois Rubens, la « Tempête en mer »51 de Turner, et d’autres tableaux encore : italiens, flamands, hollandais52. Flaubert remarque particulièrement le portrait de Rembrandt « d’une dame – très laide – collerette de dentelle merveilleuse – chevelure très blonde avec des cheveux coupés sur le front comme un chantre » et un autoportrait. Selon lui, « Les Trois Âges » de Titien était le chef-d’œuvre de la collection et il fait la description de tableaux de Lely, de Cuyp, de Vandermeer, de Stuyversandt, des deux Ostade, de Teniers, parmi d’autres. Comme nous l’avons déjà indiqué, les notes sur la National Gallery à la fin du carnet se rapportent non à cette visite, mais à celle que Flaubert fera huit jours plus tard – encore une indication que les notes furent rédigées de façon rétrospective. Un dîner à « l’hôtel » le même jour (il s’agit encore probablement de l’Hôtel de Charing Cross) suggère la présence de Juliet.

  • 53 On verra, en consultant ce passage en entier (voir l’annexe I, p. 220), que la notation « à 8 h » (...)

28Dimanche (2 juillet), Flaubert enregistre une journée passée dans le jardin, c’est-à-dire le jardin de Milman’s Row, avec un dîner en famille à 2 h accompagné de champagne (ce fut la contribution de Flaubert, sans doute), puis le jardin encore et ensuite le « salon ». L’entrée consacrée au soir nous est d’un intérêt exceptionnel : « à 8 h53. promenade sur le Pont et sur le quai jusqu’à Camorne = bastringue – le soir clair de lune. » En écrivant « Camorne », Flaubert voulait dire les Cremorne Gardens. À 8 heures en juillet, il faisait encore jour. La lune se leva donc pendant ou après la visite à Cremorne.

  • 54 Holme, p. 196.
  • 55 Nous traduisons par « jardin d’agrément » le terme « pleasure-ground » du texte anglais [N.D.T.].
  • 56 Le Lyceum est un autre théâtre londonien, connu aujourd’hui pour les représentations de comédies m (...)
  • 57 « The Chinese Platform » en anglais [N.D.T.].
  • 58 « Half-crown », unité monétaire équivalant à 2 shillings et six pence, ou à un huitième de livre s (...)
  • 59 « Supper boxes » en anglais [N.D.T.].
  • 60 Warwick Wroth, Cremorne and the Later London Gardens, Londres, Stock, 1907.
  • 61 Illustrated Hand-book to London and Its Environs.
  • 62 Guide-Chaix, Nouveau Guide à Londres pour l’Exposition de 1851, Paris, 1851.

29Le pont était encore le Battersea Bridge en bois, construit en 1771 et éclairé au gaz à partir de 1824. La beauté de sa structure complexe attira Turner, de Wint et Whistler54 (dont le tableau montrant les lumières de Cremorne depuis le pont se trouve maintenant à la Tate Gallery). Un « bastringue » est un bal populaire : le New Paris Guide de Galignani pour 1860 définit un bastringue comme étant « le nom populaire et un peu méprisant que l’on donne aux bals peu relevés qui ont lieu dans les jardins ou dans les restaurants sur les boulevards de l’extérieur », mais ce guide note également que quelques-uns « ont été fréquentés depuis par des personnes issues d’un milieu supérieur ». Flaubert emploie le terme ici dans le contexte des Cremorne Gardens, situés entre la Tamise et la World’s End Tavern dans King’s Road. Cremorne était depuis 1843 un bal champêtre55 et Edward Tyrell Smith le gérait depuis 1861. Cet homme avait été propriétaire du théâtre de Drury Lane, preneur à bail du Lyceum56, fondateur de l’Alhambra à Leicester Square et autrefois (entre autres choses) propriétaire du Sunday Times. Aux six hectares du jardin, entourés d’arbres magnifiques, on ajouta en 1850 le parc rattaché à Ashburnham House. Cremorne était équipé de tous les accessoires habituels d’un bal champêtre : fontaines, statues, buvettes et ainsi de suite. Mais son trait le plus distinctif était une grande pagode de style chinois, érigée en 1857, où jouait l’orchestre et que l’on illuminait brillamment grâce à des centaines de lampes colorées. Elle était entourée d’une estrade circulaire, que l’on appelait l’Estrade chinoise57, dont on disait qu’elle pouvait contenir jusqu’à quatre mille danseurs. Tout autour, de grands lampadaires supportaient des arches auxquelles étaient suspendus des lustres, des becs de gaz et divers emblèmes multicolores. Des lanternes vénitiennes pendaient des arbres. Au centre du jardin, il y avait un bowling américain ; à l’ouest, un cirque ; au sud un théâtre et il y avait un labyrinthe et un théâtre de marionnettes aussi. On commençait à danser à 8 h 30 et cela continuait jusqu’à 11 h, voire plus tard, mais les gens à la mode attendaient que les feux d’artifice soient finis (le sujet d’un autre tableau de Whistler qui se trouve à la Tate Gallery) avant de venir. On pouvait souper pour une demi-couronne58 à la salle à manger de Cremorne House, ou dans les « loges à souper »59 (ces « boîtes étincelantes » que Thackeray décrit à Vauxhall) et il y avait du xérès de Cremorne « si vos aspirations n’étaient pas plus élevées »60. Les soirs d’été, « des foules de visiteurs venaient en vapeur, car les jardins possédaient tous les plaisirs de Vauxhall, sans les mêmes prix élevés »61. Bien que les hommes, du moins les danseurs, portassent des chapeaux en soie (et on les représente ainsi sur les estampes de P. Levin – voir planche 4 – et de Walter Greaves), Cremorne était un lieu de prédilection des familles de petits bourgeois et des artisans, comme l’indique le Guide-Chaix62.

  • 63 Seznec, Flaubert à l’Exposition de 1851, p. 10.

30Ce ne serait peut-être pas trop exagérer de supposer que cette soirée ait impressionné Flaubert. Un homme qui avait visité une exposition chinoise particulière à Londres et également la section chinoise de l’Exposition universelle en 1851 (comme le montre le professeur Seznec), a dû être frappé par la pagode63.

  • 64 Le titre de duc ne fut créé qu’en 1874, lorsque Hugh Lupus, le troisième marquis, devint le premie (...)
  • 65 Le titre précis en anglais est « Earl » et non « Count » [N.D.T.].
  • 66 Ibid., p. 59.

31Le lundi (3 juillet), Flaubert visita Grosvenor House afin de voir la « galerie du duc de Westminster » (en fait, ce n’était pas un duc, mais un marquis64). Il s’agit d’une belle galerie conçue par Thomas Cundy, ajoutée à Grosvenor House en 1827 pour abriter la collection du deuxième comte65 de Grosvenor, collection de renommée mondiale, comptant onze Rubens, dix Claudes, et d’autres tableaux de Titien, de Rembrandt, de Velázquez et de Murillo66. Selon le Guide Baedeker pour Londres de 1866, Grosvenor House ouvrait ses portes au public les jeudi après-midi en mai et en juin. Il est donc possible que Marianne, la sœur de Juliet, ait obtenu pour Flaubert la permission de visiter la galerie en ce lundi de juillet. Les notes de Flaubert comportent des descriptions de tableaux de Canaletto, de Salvator Rosa, de Rubens, de Carlo Dolci et de Raphaël, ainsi que du « Garçon bleu » de Gainsborough et de la « Dame à l’éventail » de Rembrandt. Ensuite, il note une promenade à Hyde Park, où il s’assit près de la statue « Achille-Wellington », qui lui rappela « l’entrée des Champs-Élysées ». Il y avait une vieille femme folle. Il se procura un guide des chemins de fer (en vue de son voyage prochain à Baden ?) et revint à Kensington, où il examina des tapisseries flamandes. Il dîna chez les Herbert (« chez Juliet »).

  • 67 Nikolaus Pevsner, The Buildings of England: Middlesex, Harmondsworth, Penguin Books, 1951, p. 81.
  • 68 L’Éducation sentimentale, III, i, Seuil, OC, p. 125.

32Mardi (4 juillet), il faisait un « temps magnifique », selon Flaubert et, avec ou sans Juliet, il se rendit à Hampton Court. Comme l’indique le guide Illustrated Hand-book to London de 1853, un des premiers actes de « notre douce Reine » avait été de rendre le palais et ses trésors artistiques accessibles « aux plus humbles de ses sujets ». Les portes étaient ainsi ouvertes tous les jours sauf le vendredi. Les notes de Flaubert, très intéressantes, montrent l’auteur assis sur un banc dans une allée bordée d’ifs en face du palais (à l’instar du Guide-Chaix, il le nomme un « château »). Manifestement, il se trouvait dans le jardin de la fontaine. Quelqu’un (du haut de son importance) lui défendit de fumer. Il y avait un petit jardin « Louis XIV » au sud du palais et « une longue allée couverte d’ormes ». Ce n’étaient pas, cependant, des ormes qui couvraient autrefois cette allée, décrite de façon si reconnaissable, mais des charmes. Il nota les vignes poussant dans une serre. Fontainebleau, qu’il visita (pour L’Éducation) en 1868, lui rappela sûrement les jardins de Hampton Court, surtout l’agencement des ifs, car Pevsner affirme que malgré les transformations ultérieures, les jardins et les deux parcs conservent encore leur style de la fin du dix-septième ou du début du dix-huitième siècle, « qui reste la période où Versailles et les créations immortelles de Le Nôtre ont le plus influencé toute l’Europe67 ». Le jardinier en chef de Hampton Court semble avoir étudié sous Le Nôtre et deux autres de ses élèves français sont également mentionnés. Tout visiteur à Fontainebleau sera frappé par la ressemblance entre la plantation de ses ifs et les trois allées d’ifs créées par les jardiniers de William III dans le jardin de la fontaine à Hampton Court. La description par Flaubert des « larges allées jaunes » et des « ifs en pyramide »68 de Fontainebleau ne peut manquer d’évoquer en même temps Hampton Court.

33Les tableaux notés à Hampton Court incluent plusieurs portraits en pied de dames de la cour de William III, un tableau de Ricci représentant Jésus-Christ guérissant une paralytique, la « Chasse à l’ours » de Bassano, le portrait de la reine Elizabeth fait par Zucchero et deux grands tableaux de Holbein.

  • 69 Dans sa traduction, Hermia Oliver parle de « coiffes » ou de « casquettes » blanches (« caps »). P (...)
  • 70 Il y a plusieurs erreurs dans la transcription CHH, OC, viii, p. 338-339.

34À Bushy (« Buschey ») Park, des enfants jouaient sous des marronniers énormes. Des filles de « soldats », en jupons rouges et en pèlerines blanches69 emplissaient trois omnibus, quelques-unes débordant sur les impériales (il s’agissait peut-être d’une sortie d’orphelines). Une petite voiture vint avec des provisions, sur lesquelles les enfants se jetèrent. Ils s’assirent en rond sur le gazon autour des paniers et des bidons à lait en fer blanc. On chanta un cantique avant que les sous-maîtresses ne distribuent les provisions : « rien n’est joli et attendrissant comme ça ». En même temps (note-t-il, étrangement) les filles de soldats passaient dans les omnibus, chantant « God Save the Queen » (Flaubert donne au chant son titre anglais) et des airs écossais70. Il passa la nuit au Mitre Hotel et fit la description de la vue depuis le second étage.

  • 71 Bart, qui reproduit ce passage à la p. 461, transcrit ici de façon erronée « voitures du maître du (...)
  • 72 Fo 52-51 v °.

Hôtel de la mitre, près du pont, au 2d. Je vois une prairie coupée par des lignes fréquentes d’arbustes, elles sont plus nombreuses à l’horizon et font bois – au premier plan une meule de foin – à droite la gare du chemin de fer – à la rive les canots – à la porte en face des voitures de maître dételées71 – la rivière vue en raccourci couleur d’acier pâle – des barques dessus comme des mouches – petits nuages blancs le ciel est satin bleu pâle la lune se lève72.

  • 73 Le K majuscule de Flaubert ressemble à un R, d’où la transcription erronée de « Ruchiouk-Hânem » d (...)
  • 74 Baedeker, London and Its Environs, 1879 ; voir également H. Taine, Notes sur l’Angleterre, Hachett (...)
  • 75 Dans le texte anglais, il est question d’un « dîner dans l’angle de la salle ». D’emblée, cette ph (...)

35Le lendemain (mercredi 5 juillet), il est fait mention dans les notes d’une visite à Kew (« Kiew ») Gardens73. Les mots qui suivent « Kiew » sont des ajouts illisibles ; il est possible que ce soit « le tavernier [illisible] et sa femme ». Cela aurait été intéressant de voir des commentaires de Flaubert sur la pagode de Sir William Temple. Jeudi (6 juillet), il note une visite au Crystal Palace à Sydenham, décrivant la route caillouteuse (de la gare, il fallait monter la colline) et il évoque aussi un orage et la chaleur. Le Crystal Palace avait encore sa serre tropicale (elle fut détruite dans un incendie en décembre 1866) et il s’enorgueillissait de cours égyptienne, romaine, « de l’Alhambra », byzantine et romane, cette dernière dotée de reproductions des effigies de Fontevraud ; il y avait également des cours médiévale et italienne74. Il semble que Juliet était avec lui car, lors du retour, il note un « dîner dans la grande salle près de la fenêtre ouverte75 » (peut-être encore une fois à l’hôtel de Charing Cross) et un « délicieux retour », peut-être dans un fiacre. Si cette supposition est exacte, il faut bien que ces phrases soient l’indication d’une relation au-delà de l’amitié. Le mot de « chapeau » suit « délicieux retour ».

36Les notes du vendredi 7 juillet contiennent la mention d’une visite faite aux Farmer par chemin de fer souterrain, ce qui à l’époque avait l’attrait de la nouveauté. Le mot que l’édition CHH déclare illisible est incontestablement « hornesey », c’est-à-dire « Hornesey » et il est suivi de « Mrs Farmer, jardin – on coupe et roule le gazon » (de la part de Flaubert, cela ne constituait pas un compliment). De retour à Londres, il se rendit de nouveau chez Farrance (cette fois il l’orthographia « Farrens ») et après avoir changé de l’argent, poursuivit son chemin à « Charring-Cross » à la recherche de renseignements (sans doute pour son voyage à Baden). Il dîna chez les Herbert (« à la maison »). Samedi (8 juillet), il note encore un dîner à Londres, ce qui indique peut-être que Juliet l’accompagna. Si c’est le cas, ils allèrent au Palais de Westminster en bateau, traversèrent le pont (celui qui fut achevé en 1862) et visitèrent la National Gallery. Dans ses notes sur ce musée, Flaubert signale la « Jetée de Calais » de Turner, le « Jugement de Pâris » de Rubens et le « Mariage Arnolfini » de Van Eyck ainsi que le portrait d’un homme au turban rouge. Avec son regard infaillible, il ne manqua pas de remarquer que la femme d’Arnolfini semble être enceinte. Le dîner ce soir-là eut lieu chez Verrey’s dans Regent Street (le restaurant existe toujours). Selon le Illustrated Handbook, la cuisine de ce restaurant est « faite dans le style du Palais Royal ». Très probablement, cette expérience de la cuisine anglaise rendit plus vif le plaisir de Flaubert. Selon ses notes de voyage, il rentra de bonne heure, à 8 h 30 du soir.

  • 76 CHH, OC, viii, p. 343.

37Dimanche, il passa toute la journée à Milman’s Row, où il conversa longuement ; le matin, il y avait de la pluie et du soleil. Adelaïde coupa des concombres et ils dînèrent, encore une fois à 2 h. Ce petit tableau est suivi d’un ajout illisible entre parenthèses (nous ne pouvons confirmer la lecture du CHH, selon laquelle il s’agirait de « chancelière = crinoline », car le deuxième mot ne peut pas être « crinoline » ; le premier pourrait commencer par « chand », par analogie avec le d dans Adelaïde – voir la planche 7b). Le lundi matin (10 juillet), il pleuvait et il y avait un vent froid ; Flaubert se réchauffa à la maison, écrivit des lettres (la lettre à Caroline est citée, p. 117) et il lut la Rédemption d’Octave Feuillet pendant que « J. » dormait. Il n’y a rien d’autre. (Dans l’édition CHH, deux mots absents du manuscrit sont insérés après le titre du roman de Feuillet, de sorte qu’on lit : « foutu embêtement pendant que Juliette [sic] dormait »76). Flaubert écrivit ensuite « mardi », qu’il barra aussitôt, sans le remplacer par un autre jour de la semaine ; cela devait donc être encore le lundi qu’il visita le « horticultural garden – Kensington Gardens ». Les Horticultural Gardens étaient alors à South Kensington, où la Société louait un terrain à la commission de l’Exposition de 1851. Baedeker décrit les jardins comme étant « disposés avec goût en terrasses », agrémentés de fontaines, de menues cascades et de statues en bronze et en terre cuite.

38Le mardi 11, un tour en bateau à London Bridge (construit par la famille Rennie en 1832) était au programme. Flaubert visita également les Temple Gardens (« Temple’s garden ») et regarda une joute aquatique sur la Tamise. Le lendemain (12 juillet), ses notes de voyage montrent qu’il se promena sur le pont (selon toute probabilité le Battersea Bridge) et quitta la maison à 7 ( ?) heures. Nous pensons que cette séparation dut être triste pour Juliet, mais visiblement elle lui épargna le genre de scène d’adieu qu’il avait endurée avec « la Muse », sinon il ne serait pas retourné lui rendre visite à Londres l’année suivante.

  • 77 Spencer, Flaubert: a biography, London, Faber & Faber, 1952, p. 156, n. 4.
  • 78 Voir la dédicace de La Tentation de saint Antoine à Juliet, p. 241.

39La question de ce que la très respectable Mme Herbert et les sœurs gouvernantes de Juliet pensaient de sa relation avec Gustave peut légitimement se poser. Elles ont pu croire qu’il était son fiancé (se seraient-ils mis d’accord pour donner cette impression ?). Peut-être a-t-il un jour pensé l’épouser et vivre avec elle à Croisset, puisque Mme Flaubert aimait beaucoup Juliet et qu’elle aurait même pu encourager un tel mariage. Le témoignage d’Edmond Ledoux (signalé par Philip Spencer) selon lequel il aurait vu un exemplaire de La Tentation de saint Antoine « envoyé » à Juliet avec la dédicace « À ma fiancée » ne peut manquer d’éveiller un certain scepticisme77. Une telle inscription, surtout en 1874 (le livre parut en mars de cette année), aurait été surprenante de la part de Flaubert78. C’est aussi Ledoux qui affirmait, contrairement à toutes les indications, que Flaubert s’était suicidé, sans pouvoir fournir les preuves qu’il disait être en mesure d’apporter. Toutes autres questions mises à part, son intégrité en tant que témoin ne peut être prise au sérieux.

  • 79 CHH, OC, xiv, p. 243-244, no 1261, à la princesse Mathilde, le 27 juillet 1865. Dans l’édition Con (...)
  • 80 CHH, OC, xiv, p. 247, no 1269, à Caroline, août 1865, datation corrigée par Gérard-Gailly.

40Flaubert arriva à Baden soit le jeudi 13 tard, soit le vendredi 14. Les lettres auxquelles nous faisons référence page 120, avec le Badeblatt du 23 juillet, suggèrent qu’il y resta jusqu’au 23. Lorsqu’il revint à Croisset, il trouva sa mère gravement malade, comme il le dit le 27 à la Princesse79. Peu de temps après, la famille Flaubert subit encore un de ces désastres auxquels elle était extraordinairement sujette, car le 3 août, le gendre d’Achille, Adolphe Rocquigny, se suicida. La rédaction de L’Éducation sentimentale fut pour le moins retardée, quoique Flaubert ait pu dire à sa nièce le 14 août que sa grand-mère passait d’assez bonnes nuits80.

41Nous verrons dans l’Annexe III si les « choses curieuses » vues à Londres furent utiles pour L’Éducation ou pour d’autres romans de Flaubert.

Notes

1 Correspondance générale, éditée par Pierre-Jean Dufief, Honoré Champion, 2004, t. i, p. 564, lettre no 574, p. 198 [N.D.T. : Selon cette édition, la lettre date du 28 novembre 1861 et Jules en est l’auteur].

2 Du Camp raconte qu’avec Flaubert, il fut invité à dîner en compagnie du général Aupick (alors l’ambassadeur) à Constantinople en novembre 1850. Ne sachant pas que le général était le beau-père de Baudelaire, Du Camp lui apprit qu’il avait dernièrement reçu une lettre de Louis de Cormenin dans laquelle celui-ci écrivait avoir rencontré « un Baudelaire » dont il admirait les dons de poète (Souvenirs littéraires, ii, p. 77-78). Ce récit laisse entendre que ni Du Camp, ni Flaubert ne connaissait Baudelaire, ni même n’avait entendu parler de lui à cette époque. Du Camp ajoute qu’il sut, en voyant l’expression du général, qu’il avait commis une maladresse, ne sachant laquelle ; plus loin il affirme avoir fait connaissance de Baudelaire au cours de l’été 1852 (ibid., p. 84). La première lettre que Baudelaire lui écrivit est datée de mai 1852 (OC, Correspondance générale, Paris, Conard, 1953, p. 7-8).

3 Nous devons ce renseignement à l’amabilité du professeur Bruneau.

4 CHH, OC, xiv, p. 193, no 1161, à Caroline, janvier 1864.

5 Ibid., p. 217, no 1202, à Mlle Leroyer de Chantepie, le 6 octobre 1864.

6 Ibid.

7 Ibid., xiii, p. 398, no 532, à Louise Colet, le 26 août 1853.

8 Ibid., xiv, p. 197, no 1169, à Caroline, le 3 mars 1864.

9 Ibid., p. 210, no 1193, à Mme Roger des Genettes, été 1864.

10 Ibid., p. 217, no 1203, à Mme Roger des Genettes, octobre ? 1864.

11 Ibid., p. 239, no 1252, à la princesse Mathilde, fin mai 1865 [N.D.T. : Dans cette lettre Flaubert dit que Caroline resterait « jusqu’au mois de juillet »].

12 M. L. Cappello situe cette lettre au 17 juin (voir Lettres à Gustave Flaubert) [N.D.T.].

13 Voir Lettres à Gustave Flaubert, le 17 juin 1865, no 381, p. 548.

14 Ibid., 24 juin 1865, no 382, p. 549-550.

15 Je suis redevable au Dr A. W. Raitt de cette suggestion.

16 Nouvelle biographie universelle.

17 Je suis redevable au professeur Bruneau de cette explication.

18 CHH, OC, xiv, p. 29, no 851, à Mlle Leroyer de Chantepie, le 30 mars 1860. Juliette Adam décrit cette représentation (Mes premières armes, Paris, Lemerre, 1904, p. 212).

19 Toute l’information sur Baden a été puisée dans C. Bauchard, « Sur les traces de Gustave Flaubert et Mme Schlésinger », RHLF, janvier-mars 1953 (le professeur Bruneau a eu l’amabilité de me signaler cet article). Tourgueniev revint à Baden, après un voyage en Russie, le 18 juillet (Henri Granjard, Quelques lettres d’Ivan Tourguénev à Pauline Viardot, Mouton, 1974, p. 135).

20 Lettres à Gustave Flaubert, 23 septembre 1865, no 392, p. 563.

21 Ibid., 10 juillet 1865 (no 383, p. 550-551). [N.D.T. : Note de cette édition : « John Bull est sans doute un surnom de Maxime Du Camp ».]

22 Dans l’édition du CHH. Lettre bien datée du 11 juillet dans l’édition de la Pléiade, t. iii, p. 447 [N.D.T.].

23 Ancien nom de la gare de l’Est. Bien que le nom ait changé en 1854, Flaubert continue à l’appeler par l’ancien nom, plus de dix ans après.

24 CHH, OC, xiv, p. 242, no 1258, à Caroline, le 4 ? juillet 1865.

25 Nous devons ce renseignement à l’amabilité du Dr A. W. Raitt.

26 Je suis redevable au Dr A. W. Raitt de cette information.

27 CHH, OC, xiv, p. 266, no 1304, à Caroline, le 5 février 1866 [N.D.T. : D’après le texte de la lettre, il ne semble pas y avoir de lien entre la visite du conducteur et le voyage à la gare, que Flaubert a dû effectuer seul].

28 CHH, OC, xiv, p. 283, no 1338, à Caroline, le 18 juillet 1866.

29 Lettres à Gustave Flaubert, 14 juillet 1865, no 384, p. 552.

30 CHH, OC, xiv, p. 242-243, no 1259, à Jules Duplan, le 20 juillet 1865.

31 Ibid., p. 243, no 1260, à Edmond et Jules de Goncourt, le 27 juillet 1865.

32 Les données météorologiques nous ont été gracieusement fournies par le London Weather Centre ; voir également les numéros pertinents des Illustrated London News.

33 [Les traductions françaises en italiques sont de nous, N.D.T.] M. André Dubuc relève cette étiquette (quoique Strand apparaisse comme Stand) dans « L’Éducation sentimentale dans les carnets de notes de Flaubert », BAF, mai 1969, où il décrit le « Carnet acheté à Londres en juin 1866 ». La compagnie Limbird figure dans les répertoires londoniens de 1865 et 1866 [N.D.T. : Outre « Stand », la transcription de M. Dubuc comporte plusieurs erreurs non remarquées par Hermia Oliver, à savoir « Limbind » pour « Limbird » et « Erigraver » pour « Engraver ». M. Dubuc note également l’inscription « T. J. et Smith’s Metallic Memorandum Books »].

34 Picturesque Views of the Thames [N.D.T.].

35 Le Dictionary of Painters and Engravers de Bryan.

36 Recensement de Milman’s Row en 1861 (PRO RG9/30).

37 Né en 1637 à Rouen, où une plaque le commémore, c’est son oncle, Thomas Corneille, qui se chargea de son éducation.

38 Voir le supplément ci-dessous, p. 248.

39 Simona Pakenham, Sixty Miles from England: the English at Dieppe from 1814-1914, Londres, Macmillan, 1902.

40 Bruneau, Corr., i, p. 151, n. 6, p. 922.

41 Durry, p. 331-332; Painter, i, p. 156-157.

42 Bruneau, Corr., i, p. xxiv.

43 Voir par exemple Illustrated Hand-book to London and Its Environs, Londres, Ingram, Cooke, 1853.

44 Baedeker, London and Its Environs, 1879.

45 Selon notre lecture du manuscrit, Flaubert aurait noté « Miss Siddans » [N.D.T.].

46 L’édition CHH a imprimé « Lord Sigonier » (CHH, OC, viii, p. 336).

47 Ici, l’édition CHH a imprimé « Lekain » (t. viii, p. 336) [N.D.T.].

48 La transcription de l’édition CHH : « Bridgewater, côte brune » laisse perplexe, voir ibid., p. 342.

49 Dictionary of National Biography.

50 Huxley, p. 66.

51 « Gale at Sea » en anglais. Le manuel du voyageur Londres et ses Environs de Baedeker de 1890 note la présence à Bridgewater House du tableau intitulé « Mer houleuse » de W. van de Velde (p. 146). Aucune œuvre de Turner n’est mentionnée [N.D.T.].

52 Le Handbook for London de Cunningham, 1849.

53 On verra, en consultant ce passage en entier (voir l’annexe I, p. 220), que la notation « à 8 h » se rapporte probablement à « Salon », qui la précède, et non à « promenade sur le Pont », qui la suit [N.D.T.].

54 Holme, p. 196.

55 Nous traduisons par « jardin d’agrément » le terme « pleasure-ground » du texte anglais [N.D.T.].

56 Le Lyceum est un autre théâtre londonien, connu aujourd’hui pour les représentations de comédies musicales.

57 « The Chinese Platform » en anglais [N.D.T.].

58 « Half-crown », unité monétaire équivalant à 2 shillings et six pence, ou à un huitième de livre sterling. La half-crown n’a plus cours en Angleterre depuis 1970 [N.D.T.].

59 « Supper boxes » en anglais [N.D.T.].

60 Warwick Wroth, Cremorne and the Later London Gardens, Londres, Stock, 1907.

61 Illustrated Hand-book to London and Its Environs.

62 Guide-Chaix, Nouveau Guide à Londres pour l’Exposition de 1851, Paris, 1851.

63 Seznec, Flaubert à l’Exposition de 1851, p. 10.

64 Le titre de duc ne fut créé qu’en 1874, lorsque Hugh Lupus, le troisième marquis, devint le premier duc de Westminster (Huxley, p. 168).

65 Le titre précis en anglais est « Earl » et non « Count » [N.D.T.].

66 Ibid., p. 59.

67 Nikolaus Pevsner, The Buildings of England: Middlesex, Harmondsworth, Penguin Books, 1951, p. 81.

68 L’Éducation sentimentale, III, i, Seuil, OC, p. 125.

69 Dans sa traduction, Hermia Oliver parle de « coiffes » ou de « casquettes » blanches (« caps »). Peut-être s’agit-il de l’omission du « e » de « capes » [N.D.T.].

70 Il y a plusieurs erreurs dans la transcription CHH, OC, viii, p. 338-339.

71 Bart, qui reproduit ce passage à la p. 461, transcrit ici de façon erronée « voitures du maître du télégraphe ». Il n’y a jamais eu de poste ni de bureau de télégraphe à cette entrée de Hampton Court ou en vue de la Mitre.

72 Fo 52-51 v °.

73 Le K majuscule de Flaubert ressemble à un R, d’où la transcription erronée de « Ruchiouk-Hânem » dans les Notes de voyage chez Conard, erreur qui persiste dans la version du Seuil (ii, p. 574), retenue encore dans l’édition CHH à cause des lectures précédentes. L’édition CHH imprime « Rien » à la place de « Kiew » ; le jambage terminal du w est pourtant bien marqué.

74 Baedeker, London and Its Environs, 1879 ; voir également H. Taine, Notes sur l’Angleterre, Hachette, 1872, p. 252.

75 Dans le texte anglais, il est question d’un « dîner dans l’angle de la salle ». D’emblée, cette phrase nous a paru bizarre ; après avoir examiné le manuscrit, nous pouvons affirmer que Flaubert écrivit en fait « dîner dans la gde [grande] salle près de la fenêtre ouverte » [N.D.T.].

76 CHH, OC, viii, p. 343.

77 Spencer, Flaubert: a biography, London, Faber & Faber, 1952, p. 156, n. 4.

78 Voir la dédicace de La Tentation de saint Antoine à Juliet, p. 241.

79 CHH, OC, xiv, p. 243-244, no 1261, à la princesse Mathilde, le 27 juillet 1865. Dans l’édition Conard, cette lettre à été placée, à tort, en août 1866, mais Gérard-Gailly a corrigé cette datation.

80 CHH, OC, xiv, p. 247, no 1269, à Caroline, août 1865, datation corrigée par Gérard-Gailly.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search