Version classiqueVersion mobile

Flaubert et une gouvernante anglaise

 | 
Hermia Oliver

Flaubert et une gouvernante anglaise

Juliet Herbert à Croisset

Texte intégral

« Virgile a fait la femme amoureuse, Shakespeare la jeune fille amoureuse, toutes les autres amoureuses sont des copies plus ou moins éloignées de Didon et de Juliette. »
Flaubert, cité par sa nièce,
Caroline Commanville, dans ses Souvenirs.

La famille Herbert

  • 1 « Witty », mot anglais voulant dire à la fois « intelligent » et « plaisant » [N.D.T.].
  • 2 John Summerson, Georgian London, Harmondsworth, Penguin, 1962, p. 223.
  • 3 Thomas Smith, A Topographical and Historical Account of the Parish of St Mary-le-bone, Londres, J. (...)

1Le 2 mai 1829, il y eut une cérémonie de baptême à l’église récemment achevée d’All Souls, à Langham Place. John Nash avait dessiné cette église pour qu’elle constitue le point culminant de la longue courbe que décrivait Regent Street, rue qui à cette période était moins en hauteur qu’elle ne l’est aujourd’hui. Avec son porche à colonnes et sa flèche « spirituelle »1 de forme conique qui s’élevait au-dessus de la deuxième colonnade2, les gens de l’époque la condamnaient vigoureusement comme outrage à la décence architecturale. La congrégation reflétait la population hétérogène du quartier de Ste Marylebone sud. Cavendish Square abondait en ducs, en comtes, en vicomtes ; une comtesse vivait là, ainsi que plusieurs lords et chevaliers3, mais les rues qui menaient à la place et la plupart de celles qui constituaient le quartier, y compris Oxford Street, présentaient une population diversifiée du point de vue social, comprenant ceux qui fournissaient les marchandises et les services dont l’aristocratie avait besoin. La cérémonie de baptême en mai 1829 devait compter surtout des membres de ce dernier groupe, car le père de l’enfant était maître bâtisseur et il habitait Old Cavendish Street où il louait des ateliers contigus à sa maison.

  • 4 Baptêmes d’All Souls Church, Langham Place, 1829 (GLC DL/T/56 6).
  • 5 Baptêmes de Marylebone Church (GLC P89/18 X16/83).
  • 6 GLC P89/MRY 1/194.
  • 7 Recensement de 1871 pour Milman’s Row, Chelsea (PRO RG 10/73).

2Le bébé, que l’on nomma Juliet, était la fille de Richard et de Caroline Herbert, et elle est née le 27 avril 18294. Sa mère, la fille de Joseph et de Mary Harris, était née au mois d’octobre 18025 et elle avait épousé Richard Herbert à l’église paroissiale Ste Marylebone le 16 octobre 18246. Juliet avait deux sœurs aînées : Marianne Eliza, qui avait trois ans de plus qu’elle, et Augusta Louisa, qui avait un an de moins que Marianne7. Le choix de prénoms roman tiques pour deux de leurs filles est peut-être le signe d’une certaine originalité de la part des parents. À l’époque, il y avait très peu de Juliet.

  • 8 Testament de William Herbert, daté le 19 août 1858 et homologué le 5 oc tobre 1863 (Somerset House (...)
  • 9 Cette adresse figure dans les répertoires de Londres en 1823 et 1824.
  • 10 Recensement de 1851 pour Farm Street, PRO HO107/1576.

3Nous avons vu que Richard Herbert était le frère de William Herbert8, un grand entrepreneur en bâtiment, qui habitait à l’époque Farm Street, tout près de Berkeley Square9 ; il était né dans le Warwickshire et épousa une fille de Marylebone10. L’on ne sait pas précisément à quelle date il vint à Londres avec son frère Richard et ses sœurs, mais entre 1823 et 1824, un certain John Herbert, entrepreneur en bâtiment et ingénieur topographe, habitait Farm Street et il est probable que c’était un parent, car il existe beaucoup d’indications de cette même époque montrant qu’une famille tendait généralement à se spécialiser dans un métier. L’énorme croissance que connut Londres entre 1816 et 1820, et en particulier l’explosion du bâti ment de 1822, attiraient les entrepreneurs en bâtiment de toutes parts.

  • 11 Testament de William Herbert.
  • 12 Hobhouse, p. 184.
  • 13 Ibid., p. 90-91.
  • 14 GLC MDR10/301.
  • 15 Article nécrologique consacré à William Herbert dans le Builder, le 26 septembre 1863.

4William et Richard avaient un troisième frère, Edward, et quatre sœurs11. Une sœur, Eliza, épousa Witherden Young, un architecte (nous le verrons, ce mariage semble avoir été utile pour la carrière de William). En 1825, William devint l’un des trois promoteurs du quartier de Pimlico, qui faisait partie des immenses domaines des Grosvenor à Londres. William acheta un hectare et demi situé entre Vauxhall Bridge Road et Grosvenor Basin. Cette même année il dut écrire à Thomas Cundy, l’architecte et ingénieur topographe des domaines londoniens du Marquis de Westminster (le Lord Grosvenor de l’époque), au sujet de l’élévation des terres marécageuses et insuffisamment drainées12 (on finit par niveler les terres). Il établit également des scieries à Grosvenor Basin, un large bassin entouré de quais et de hangars, qui comportait des écluses dont la taille permettait aux péniches et aux navires de cabotage d’entrer. De là, elles pouvaient accéder à la Tamise par le Grosvenor Canal, construit entre 1823 et 182513. Parmi les autres acheteurs à Pimlico figuraient Thomas Cubitt, entrepreneur spéculatif à grande échelle, ainsi que Thomas Cundy et son frère Joseph. Dans les répertoires de Londres, William Herbert se trouve décrit la plupart du temps comme « entrepreneur en bâtiment et en scieries, Grosvenor Basin, Pimlico », mais dans trois actes de propriété (des 13, 14 et 15 juin 182614), il est cité comme étant occupant des terres et d’un « messuage » (une maison d’habitation avec dépendances) « donnant du côté sud sur Gillingham Street ». L’on donne le 15 Gillingham Street comme adresse dans les répertoires de 1843 (date à laquelle il avait également des locaux dans King William Street, Strand, qu’il avait aménagés lui-même, manifestement avec Witherden Young15).

  • 16 GLC MDR10/374.
  • 17 Parfois on lui donne le numéro 16½.

5C’est seulement en examinant en détail ces actes de propriété qu’il est possible de retracer les grandes lignes de l’histoire de Richard, le frère beaucoup moins connu de William. Les actes de 1826 montrent que Lord Grosvenor et William Herbert louèrent à bail la propriété dans Gillingham Street à Joseph Harris (le beau-père de Richard Herbert), un volailler de Duke Street, Manchester Square ; or, Gillingham Street est l’adresse donnée comme le domicile de Richard Herbert dans le bail du 31 octobre 182616 pour 17a17 Old Cavendish Street. Richard convint de payer le loyer plutôt cher de cent livres sterling par an pour cette « parcelle de terrain » entre le côté ouest de Old Cavendish Street et le côté est de Henrietta Passage, à partir du 24 décembre 1826.

  • 18 Répertoires londoniens de 1832.
  • 19 GLC Survey of London, t. 39 : The Grosvenor Estate and Mayfair, seconde partie, General History, L (...)
  • 20 GLC MDR1/383, 1832.
  • 21 P. W. Kingsford, Builders and Building Workers, Londres, Arnold, 1973.

6Au moment où la famille de Richard Herbert emménagea dans Old Cavendish Street, la population était hétérogène, puisqu’elle comprenait un médecin, trois tailleurs, un libraire, un ébéniste, une petite entreprise de cordonniers pour dames, un tapissier-décorateur, un poissonnier et un fabricant de chandelles18 (cette dernière occupation était considérée comme indésirable d’un point de vue social. Quand on avait aménagé la propriété Grosvenor Mayfair, l’on avait introduit des suppléments et des clauses restrictives afin d’empêcher les fabricants de chandelles de s’y installer ; ces efforts n’eurent toutefois pas l’effet désiré, même jusqu’en 187019). Mais quel qu’ait été le succès de Richard avant 1830, cette année-là vit les débuts d’un effondrement sévère dans l’industrie du bâtiment, et Richard, en tant que petit entre preneur indépendant, se trouvait parmi les victimes. Le 7 janvier 1832, un acte de propriété cède sa maison et ses ateliers à J. C. Purling et note que Richard, « dernièrement de Old Cavendish Street », était en faillite20. Dans les index du Times de 1831, jusqu’à six colonnes et demie sont consacrées à une liste des faillites pour un trimestre et, pour le premier trimestre de 1832 la liste s’étend sur au moins sept colonnes et demie, ce qui donne une indication de la gravité de la dépression qui coïncidait avec des récoltes très mauvaises. Les petits entrepreneurs étaient particulièrement vulnérables, car avant la formation du Syndicat des Entrepreneurs en Bâtiment Actifs (The Operative Builder’s Union) en 1832, ils n’avaient recours ni à une association ni à un syndicat21.

  • 22 Dans le répertoire de 1833, on trouve Richard toujours à cette adresse.
  • 23 GLC DL/T/56 7.

7Les Richard Herbert ne semblent pas avoir vraiment quitté la maison de Old Cavendish Street avant 1832 ou 183322 ; en 1831, quand s’ajouta à la famille une autre fille, Adelaïde Wilhelmina, baptisée à l’église All Souls le 15 juillet (date anniversaire du couronnement de Guillaume IV), l’adresse indiquée pour le père est toujours celle du 16½ Old Cavendish Street23.

  • 24 PRO B3. 2562.
  • 25 À l’origine, deux membres de la Compagnie des Charpentiers (Carpenters’ Company) financèrent Thoma (...)

8Lorsque Richard Herbert fut déclaré ruiné, l’Acte de Faillite (the Bankruptcy Act) de 1831 venait d’entrer en vigueur. Avec celui-ci, l’on avait établi une commission séparée comportant quatre juges et une cour de révision avec des cessionnaires officiels qui avaient pour rôle de répartir les avoirs du failli. On réhabilitait les commerçants ruinés (par opposition aux faillis qui n’étaient pas commerçants) si l’on pouvait arriver à une entente avec les créanciers. Le dossier Interrogatoires, Dépositions et autres Procédures (Examinations, Depositions and other Proceedings24) qui rend compte de la faillite de Richard Herbert montre que précisément, c’est ce qui advint, et ce dossier est très révélateur aussi quant au capital dont un bâtisseur indépendant avait besoin, s’il n’était pas membre d’une grande compagnie métropolitaine25.

9C’est le négociant en bois de Richard qui précipita sa faillite, car Richard lui apprit le 16 août 1831 qu’il ne pouvait pas payer sa facture. Il fut déclaré ruiné le 25 août, et le 25 octobre de la même année on annonça dans la London Gazette qu’une réunion entre les créanciers et les cessionnaires aurait lieu le 15 novembre afin de régler ses dettes. Celles-ci étaient principalement envers son négociant en bois, les fournisseurs de tuiles, de ciment, de briques, de plomb, d’ardoise et de chaux, et envers le cocher, le vitrier, et le fabricant de couleurs ; ses dettes domestiques les plus importantes étaient envers le tapissier-décorateur, le laitier, le fromager, le marchand de charbon et le boucher (à celui-ci il ne devait pas moins de cinquante livres sterling). Les procédures montrent que les créanciers se mirent d’accord pour se contenter de 11 shillings, 11¼ pence à la livre. William Herbert se trouvait parmi les créanciers. Selon le décret du 11 janvier 1833, Richard devait à John Warren et Mary Harris, les co-exécuteurs testamentaires du défunt Joseph Harris, le montant de 1 341 livres sterling, Joseph Harris lui en ayant fait l’avance. Selon le mémorandum d’une réunion des créanciers, on donna aux cessionnaires le droit de transiger sur la dette envers John Warren et Mary Harris, pour laquelle ils avaient les baux de deux maisons dans Gillingham Street, Pimlico, que Richard avait déposés en guise de garantie. C’étaient évidemment les baux de 1826. En janvier 1833, quand on annonça le dividende annuel, toutes les dettes se montaient au total de 3 296 livres sterling et les cessionnaires tenaient une somme de 1 026 livres. Un contrôle confirma ces chiffres le 24 mars 1840.

10Il est possible que Richard fût mort avant cette date, puisqu’il ne semble pas que l’on ait enregistré son décès dans les registres nationaux, qui commencent en 1837. Sans savoir dans quelle paroisse les Herbert emménagèrent après avoir perdu la maison de Old Cavendish Street, il n’est pas possible de trouver trace de sa mort, qui peut être enregistrée dans n’importe lequel des innombrables registres paroissiaux de Londres. S’il avait encore été vivant, n’ayant pas été commerçant, il aurait échappé au sort dickensien de la Prison des Débiteurs.

  • 26 PRO HO107/680.

11Après la mort de Joseph Harris, il semble que son fils Henry ait repris son entreprise : le recensement de 1841 le situe à l’adresse de Duke Street26. Ni Mme Harris ni Richard (s’il n’était pas mort) ni sa femme Caroline ne figure dans les répertoires après 1833, puisqu’ils n’avaient pas de locaux commerciaux. Il n’y a donc aucun moyen de retrouver la trace de la famille de Richard Herbert à l’époque précise où il aurait été particulièrement intéressant de savoir comment on élevait et instruisait les quatre petites filles. Le plus vraisemblable est que Mary Harris se sera installée dans une propriété louée à bail où elle aura recueilli Mme Herbert et sa jeune famille.

  • 27 Hobhouse, p. 253.
  • 28 PRO HO107/1576.
  • 29 Il obtint sa licence ès lettres (B. A.) en 1852 (Oxford University Calendar).
  • 30 Art-Union of London, Annual Reports, 1844-1862.
  • 31 Testament de William Herbert.
  • 32 Ibid. et l’annuaire des services postaux, 1856, t. 1.
  • 33 Testament de William Herbert.

12William, l’oncle de Juliet, sans doute parce qu’il s’était diversifié avec des scieries, prospéra malgré l’effondrement, et au début de 1832 il avait déjà déménagé de Farm Street à Cavendish House, dans Clapham Park, maison qu’il avait construite pour Thomas Cubitt, dont il était à présent locataire27. Le recensement de 184128, qui le décrit comme « entrepreneur en bâtiment et architecte à la retraite », à l’âge de quarante-cinq ans, montre qu’il habitait à Cavendish House avec Mary, sa femme, Elizabeth Mary, sa fille (elle avait 20 ans) et son père, qui s’appelait lui aussi William Herbert (le grand-père de Juliet, âgé alors de 64 ans). Ils avaient beaucoup de domestiques, mais il est évident que William fils n’assurait pas un domicile à sa belle-sœur Caroline et à ses enfants. George William, son fils, était inscrit à Exeter College à Oxford, où il fit des études en théologie29, et sa fille épousa James Hopgood, l’avocat de Cubitt, resserrant ainsi encore davantage les liens avec celui-ci. William fit construire la maison des Hopgood à côté de Cavendish House, donnant sur le terrain communal. À partir de 1844 (ou peut-être même plus tôt), il était membre de l’Association des Arts de Londres (The Art-Union of London) et il fit partie de son Conseil entre 1855 et 186230. Il collectionnait « tableaux, aquarelles, dessins et sculptures »31 et, après sa retraite, c’est son beau-frère, Witherden Young, l’architecte, et James Hopgood qui lui succédèrent dans son cabinet32. Il mourut en septembre 1863 et une fortune de presque 70 000 livres sterling fut partagée entre son fils et sa fille, celle-ci ayant le droit de « répartir sa portion » parmi les descendants de ses grands-parents paternels et maternels, ce qui inclut les enfants de Richard Herbert33.

  • 34 Caroline rendit visite à Juliet en 1870 quand elle vint en Angleterre pour la durée de la guerre f (...)
  • 35 LCC Survey of London, t. iv : The Parish of Chelsea, seconde partie, 1913.
  • 36 Thea Holme, Chelsea, Londres, Hamilton, 1972 ; David Piper, The Companion Guide to London, 2e édit (...)

13Sur une période de quinze ans, il n’existe plus aucune trace de la famille de Richard Herbert, car c’est seulement en 1848 que Mme Caroline Herbert commença à se faire inscrire dans les répertoires. Comme nous l’avons vu, elle dirigeait une « école pour demoiselles » au 13 Milman’s Row, une petite rue qui reliait les rues Beaufort et Blantyre, allant de King’s Road jusqu’à ce qui est devenu de nos jours Cheyne Walk à Chelsea. À l’époque, Milman’s Row avait, du côté est, de petites maisons mitoyennes de la fin du XVIIIe siècle, dont celle louée par Mme Herbert (Caroline Commanville la décrit comme « une minuscule maison »34). La rue portait le nom de Sir William Milman, qui avait acheté à la fin du XVIIe siècle Gorges House (un hôtel particulier élisabéthain à pignons), qui se trouvait juste au nord de Lindsey House. En 1726, ses quatre nièces louèrent à bail la propriété afin d’y construire « une nouvelle rangée de bâtiments destinés à se faire appeler Milman’s Row »35. À l’extrémité du pâté de maisons, démoli quelque temps après la Deuxième Guerre mondiale, se dressaient trois maisonnettes à deux étages du milieu du XVIIe siècle et sur le côté ouest se trouvaient Strewan House (englouti depuis longtemps par le développement urbain) et ses jardins. Le bord de la Tamise entre Milman’s Row et Beaufort Street s’appelait alors Lindsey Row, à cause de Lindsey House (autrefois le siège social londonien de la secte morave), où Whistler vécut de 1866 à 187836.

  • 37 PRO RG10/73.
  • 38 Testament de William Herbert.
  • 39 Heures d’autrefois, p. 78.
  • 40 Testament d’Elizabeth Mary Hopgood, daté le 4 novembre 1886, homologué le 26 mars 1890 (Somerset H (...)

14En 1851, quand Mme Herbert figure pour la première fois dans les recensements (voir p. 32) avec sa fille Adelaïde, elles avaient un seul domestique. Rien ne nous permet de savoir comment Mme Herbert réussit à acquérir le sens des affaires et de l’administration à un degré qui lui permit de diriger une école où, nous l’avons vu, il n’est pas sûr qu’elle enseignait elle-même. Elle dut faire preuve de compétences peu communes, car son école est citée dans les répertoires jusqu’en 1871 ; dans le recensement de cette même année l’on voit qu’elle avait pris sa retraite37. Il était très rare que ces petites écoles durassent plus de vingt ans. Le fait que Mme Herbert devait mourir sans le sou en 188138 constitue un triste commentaire sur l’époque ; en même temps, cela ne fait pas honneur à William, riche et prospère comme il l’était. Le recensement de 1871 montre que les quatre filles de Caroline étaient contraintes de vivre leur vie en affrontant quotidiennement « le fardeau de la gouvernante », y compris la pauvre Adelaïde, décrite par la nièce de Flaubert comme « faible et bossue »39, parce qu’Elizabeth Hopgood, la fille de William, vécut jusqu’en 189040 et c’est seulement après sa mort que les enfants de Richard Herbert pouvaient bénéficier de la disposition réversible du testament de William.

  • 41 Heures d’autrefois, p. 78.
  • 42 Voir le tableau « Les enfants du deuxième marquis de Westminster » dans Huxley.
  • 43 Ibid., p. 160.

15Grâce aux Heures d’autrefois, les mémoires de la nièce de Flaubert, nous sommes en mesure d’apprendre où Marianne vivait en 1851. Sa situation semble indiquer que les filles Herbert avaient un niveau d’instruction et des talents manifestement supérieurs à ce que l’on trouvait d’ordinaire chez les jeunes filles, car Marianne passa vingt ans au service du « marquis de Westminster », dont elle instruisait les enfants41. Richard Grosvenor, deuxième marquis de Westminster depuis 1845, avait épousé en 1819 Elizabeth Mary, la fille du deuxième marquis de Stafford. Ils eurent treize enfants, dont un seulement mourut en bas âge ; par conséquent, comme nous l’avons déjà indiqué (p. 81), jusqu’à ce que les aînés grandissent, ils employaient deux gouvernantes. Selon la nièce de Flaubert, Marianne était à la retraite avant 1870 (on la décrit comme « gouvernante à la retraite » dans le recensement de 1871) ; elle a pu aller chez les Grosvenor en 1845, par exemple (l’année où Richard Belgrave devint le deuxième marquis de Westminster), à dix-neuf ans, âge où elle avait sans doute acquis un peu d’expérience, ne serait-ce que dans l’école de sa mère. Cette année-là, les trois plus jeunes des enfants Grosvenor devaient avoir besoin d’une gouvernante42. On peut imaginer que c’est son oncle William qui recommanda Marianne, car Lord Grosvenor s’intéressait vivement au développement de son domaine à Pimlico et avait l’habitude de l’inspecter avec Cundy, quelquefois en compagnie de Thomas Cubitt – visites au cours desquelles il dut rencontrer William43. Dans tous les cas, Marianne donna satisfaction, sinon elle ne serait pas restée au service du Marquis pendant vingt ans. Il est possible que la gouvernante principale qui l’avait précédée eût pris sa retraite et que les Grosvenor n’eussent besoin que d’une seule gouvernante.

  • 44 Beale.

16L’on ne sait rien des postes que Juliet occupa. Son absence de Milman’s Row, montrée par le recensement de 1851, suggère qu’elle faisait ailleurs un travail de gouvernante. Il est possible que, telle Cynthia Kilpatrick dans Wives and Daughters de Mme Gaskell (mais ce ne sont, bien entendu, que de pures spéculations), elle eût été envoyée étudier à Boulogne, ou peut-être à Dieppe, ou encore, comme Charlotte Brontë, elle aurait pu être étudiante et ensuite institutrice à Bruxelles. Un message qu’elle demanda à Gustave de transmettre à sa nièce quand il visita Londres en 1865 pourrait donner du poids à l’hypothèse selon laquelle elle aurait séjourné quelque temps à Dieppe, car elle lui demande de remercier Caroline, qui habitait dans cette ville, d’être allée voir « Mlle Émilie » (voir p. 117). Tout indique qu’elle avait une maîtrise du français de loin supérieure à celle qu’elle aurait pu obtenir dans une école anglaise (voir p. 106-107) ; en effet, les directrices d’école qui témoignèrent à la Commission d’enquête sur les écoles se plaignirent de la difficulté qu’elles avaient à trouver des institutrices qualifiées pour enseigner le français44.

Juliet va à Croisset

17Dans une biographie aussi peu documentée, il ne peut y avoir de preuves solides de la date précise à laquelle Juliet arriva à Croisset ; on ne trouve pas non plus une seule indication expliquant comment Mme Flaubert réussit à la trouver, car elle ne fit aucun voyage en Angleterre après le départ d’Isabel Hutton. Elle demanda peut-être conseil à Jane Farmer, mais étant donné que les Herbert habitaient au sud de Londres et les Farmer au nord, au premier abord, il semble improbable qu’il y eût des relations entre les deux familles. Imaginer que les Herbert aient vécu au nord de Londres avant de déménager à Chelsea pousse trop loin la conjecture pour être considéré comme une hypothèse sérieuse. Il est même envisageable que Mme Flaubert découvrit Juliet alors qu’elle était déjà en France, travaillant comme gouvernante, mais cette hypothèse serait encore plus hasardeuse que la précédente.

18Ce n’est qu’au mois de mai 1855 qu’on trouve mention d’une autre gouvernante dans la correspondance ; en fait, l’on n’y rencontre pas le nom de Juliet avant avril 1857 ; Gustave demande alors de Paris (où il s’occupait de la publication de Madame Bovary) comment Caroline s’entend avec elle. Il existe cependant d’importants indices qui suggèrent que Juliet devait être à Croisset depuis au moins un an déjà, peut-être plus longtemps, puisqu’avant son départ, Gustave et elle traduisirent le « Prisonnier de Chillon » de Byron, et Juliet non seulement traduisit Madame Bovary, mais revoyait constamment cette traduction avec Gustave, ce qui dut lui prendre un temps très considérable. Pourtant, elle pouvait s’adonner à ce travail de traduction et (nous le verrons) donner des cours d’anglais à Gustave, seulement dans les moments où elle n’enseignait pas à Caroline, ni ne s’occupait d’elle en général, c’est-à-dire parfois dans le courant de la journée, mais plus souvent le soir. Juliet quitta Croisset aux alentours de mai 1857 (voir p. 106). Pour qu’elle ait pu venir à bout de ces deux traductions, il faut bien qu’elle ait passé à Croisset un certain temps.

19Citons également les preuves « négatives » mais significatives : d’abord, entre Isabel Hutton et Juliet Herbert, aucune gouvernante n’apparaît dans la correspondance. Or, en 1853 et pendant la première moitié de 1854, Gustave écrivait de fréquentes lettres à « la Muse » et à Bouilhet aussi à partir de novembre 1854, quand celui-ci déménagea à Paris. À en juger d’après ce que dit Gustave au sujet d’Isabel Hutton pendant son séjour à Croisset, l’arrivée et le départ d’une autre gouvernante n’auraient certainement pas manqué de provoquer un commentaire dans ses lettres. Étant donné l’expérience avec Isabel Hutton et la réticence de Mme Flaubert à la renvoyer pour incompatibilité avec la famille, il semble extrêmement peu vraisemblable que la maîtresse de maison ait voulu prendre des dispositions pour qu’une autre gouvernante vienne d’Angleterre, à moins d’être persuadée cette fois-ci que la candidate avait un caractère plus sympathique et s’adapterait mieux à la vie de Croisset.

20En considérant à la fois les preuves « positives » et « négatives », nous croyons que la gouvernante dont parle Gustave dans sa lettre du 9 mai 1855 à Bouilhet (quand il avait rompu avec « la Muse ») était Juliet Herbert et que le manque de preuves de l’existence d’une autre remplaçante d’Isabel Hutton suggère qu’elle aurait pu venir à Croisset en 1854, quand elle avait vingt-cinq ans. Il importe de se souvenir que ce n’était pas une jeune fille de dix-huit ou de dix-neuf ans, sinon elle n’aurait pas suscité l’intérêt de Gustave sur le plan intellectuel, ni sur le plan physique.

  • 45 CHH, OC, xiii, p. 497, no 597, à Bouilhet, le 9 mai 1855.
  • 46 Ibid., p. 517-18, no 613, à Bouilhet, le 10 octobre 1855.
  • 47 Ibid., p. 529, no 632, à Bouilhet, le 11 août 1856.

21Au mois de mai 1855, Flaubert écrivit à Bouilhet : « Depuis que je t’ai vu excité par (et pour) l’institutrice, je le suis (excité) : à table mes yeux suivent volontiers la pente douce de sa gorge. Je crois qu’elle s’en aperçoit. Car elle pique des coups de soleil cinq ou six fois par repas. »45 En octobre de la même année, il dit à Bouilhet que l’ancien proviseur du collège de Rouen, maintenant à la retraite, s’était trouvé dans le même train que la gouvernante et avait été très aimable, allant jusqu’à lui porter ses paquets et courir lui chercher un fiacre. Ils étaient vis-à-vis et il lui faisait la cour. Ils eurent une conversation littéraire au sujet de Flaubert46. Comme ce récit ne pouvait venir que de la gouvernante, on peut en déduire que leur relation était amicale et assez intime à cette époque. Le 11 août 1856, ayant expliqué à Bouilhet qu’il avait travaillé comme un bœuf à écrire la deuxième Tentation de saint Antoine, il ajouta que sa mère partait à Dieppe pour quelques jours : « Je vais rester seul avec l’institutrice. Si j’étais comme un jeune homme doit être !… Mais… »47

  • 48 Ibid., p. 530, no 633, à Bouilhet, le 24 août 1856.
  • 49 Ibid., p. 531, no 634, à Bouilhet, le 31 août 1856.
  • 50 « Quand je lis Shakespeare, je deviens plus grand, plus intelligent et plus pur », avait-il écrit (...)
  • 51 CHH, OC, xiii, p. 535, no 638, à Bouilhet, le 21 septembre 1856.
  • 52 Ibid., p. 574, no 700, à Caroline, le 24 avril 1857.
  • 53 Selon Hermia Oliver, « With best wishes for the New Year, from her affect Juliet H. » En examinant (...)

22Les trois lettres suivantes à Bouilhet montrent que Gustave suivait des cours d’anglais avec cette gouvernante dont il appréciait tant les charmes. Sans doute ces cours se passaient-ils dans son cabinet, le soir, après que les autres s’étaient couchés. Dans la première lettre, le 24 août 1856, il dit : « je fais de l’anglais avec l’institutrice. »48 Le 31 août, il écrit : « Je fais toujours de l’anglais avec l’institutrice ; nous lisons Macbeth. […] Si je continue encore quelque temps, j’arriverai bien à entendre ledit Shakespeare. »49 La gouvernante commençait à entrer dans sa vie par l’intelligence et par l’imagination, et l’association de Shakespeare, pour lequel il ressentait beaucoup d’admiration50, à Juliet, pour laquelle il éprouvait un grand désir, était évidemment un mélange grisant, car le 21 septembre 1856 il dit à Bouilhet : « Je fais toujours de l’anglais avec l’insti tutrice (qui m’excite démesurément : je me retiens dans les escaliers pour ne pas lui prendre le cul). Dans six mois, si je continue, je lirai Shakespeare à livre ouvert. »51 Mais il faut attendre le 24 avril 1857 pour le voir nommer Juliet, dans une lettre à Caroline : « Fais-tu bon ménage avec miss Juliet ? »52 C’est probablement en janvier de cette même année que Juliet offrit à Caroline un exemplaire de Hans Andersen, dans l’édition Routledge 1856 (qui se trouve dans la bibliothèque de Flaubert à la Mairie de Canteleu-Croisset), où elle mit la dédicace « Avec mes meilleurs vœux pour le Nouvel An, de sa Juliet H. pleine d’affecto. »53

23Avant de considérer le séjour que Juliet fit à Croisset, un petit rappel des principales préoccupations de Flaubert pendant la période 1855-1857 s’impose. Il continuait à écrire Madame Bovary, qu’il achèverait seulement le 30 avril 1856, après quoi il se mit tout de suite à écrire sa deuxième Tentation. Du 1er octobre au 15 décembre, une version censurée de son roman (avec coupures et « corrections » apportées sans l’accord de Flaubert) paraissait dans la Revue de Paris et, le 18 octobre, Flaubert loua un appartement à Paris, au 42 boulevard du Temple ; désormais il se partagerait entre Croisset et Paris. En janvier et en février 1857, des fragments de la Tentation réécrite parurent dans L’Artiste, coïncidant ainsi avec le procès Bovary (du 29 janvier au 7 février). Après l’acquittement de Flaubert le 7 février, Michel Lévy lança immédiatement la première édition de Madame Bovary, qui parut en avril 1857. Aussi Flaubert fut-il à Paris depuis le mois de janvier jusqu’à la fin avril 1857, ce qui explique pourquoi il écrivait à sa nièce le 24 avril. Le 1er septembre de cette même année, il commença la rédaction de Salammbô ; il avait passé l’été à faire ses recherches préliminaires.

  • 54 Nous devons ce renseignement à la gentillesse du professeur Bruneau, qui a observé que « ce texte (...)
  • 55 Bruneau, Corr., i, p. 437.
  • 56 Bruneau, Les Débuts littéraires, p. 203-205.

24La copie de la traduction qu’il fit avec Juliet du « Prisonnier de Chillon » figure dans le Catalogue de la vente Franklin-Grout (Antibes, 28-30 avril 1931, no 15) avec la description suivante : « Le Prisonnier de Chillon, traduit par Gustave Flaubert et Juliet Herbert, dédié à leur petite amie Caro line Hamard, Croisset, 1857. »54 Byron avait été pour Flaubert un auteur déterminant. En février 1847, il annonça à « la Muse qu’il venait de finir le « Caïn » de Byron : « Quel poète ! »55, et « Caïn » constituait l’une des sources de l’œuvre de jeunesse Smar56. Cela ne dut pas être une tâche facile de traduire « Le Prisonnier de Chillon », sans doute en vers rimés, mais traduire Madame Bovary dut être infiniment plus difficile (apparemment, Juliet fit sa traduction à partir d’une assez bonne copie du manuscrit). Flaubert écrivit à Michel Lévy à ce sujet le 8 ou le 9 mai 1857 :

  • 57 Lettres inédites de Gustave Flaubert à son éditeur Michel Lévy, p. 36-37 [N.D.T. : La phrase omise (...)

On confectionne sous mes yeux une traduction anglaise de la Bovary qui me satisfait pleinement. S’il doit en paraître une en Angleterre je désirerais que ce fût celle-là et pas une autre.
Mon traducteur est une femme qui n’a aucune relation avec aucun éditeur de Londres, mais qui doit regagner Albion dans quinze jours, environ. Pouvez-vous l’aboucher (expression indécente) avec un de vos confrères d’outre-Manche ? […]
Il me semble que cela plairait en Angleterre.
Vaut-il mieux dans l’intérêt de l’édition française, attendre ? Cela vous regarde. En tout cas je réclame la priorité. N’ai-je pas le droit de donner mon avis ? Faites quelque chose pour ma protégée, cela m’obligerait de toutes les façons57.

  • 58 Ibid., p. 40-41.

25La lettre était accompagnée d’un exemplaire corrigé de Madame Bovary et Flaubert ajoute : « Ma traductrice a écrit à M. Bentley. »58

  • 59 British Library, Add. Manuscrits 46560-682.
  • 60 CHH, OC, xiv, p. 111, no 986, à Ernest Duplan, le 12 juin 1862.

26La maison d’édition Richard Bentley & Sons fut achetée par Macmillan en 1898, et en 1948 la British Library a fait l’acquisition des papiers Bentley59. Nous avons examiné ces documents (en particulier le volume qui contient la correspondance venant de l’extérieur entre le 14 mai 1849 et le 8 mars 1858, ainsi que les livres de caisse) mais n’avons trouvé aucune référence, soit à Flaubert, soit à quelqu’un qui aurait voulu faire éditer une traduction (ce qui prouve au moins qu’il n’y eut pas d’autre traducteur, et que le traducteur dont parle Flaubert était Juliet). Il y a quelques références dans les papiers Bentley à d’autres ouvrages édités par Lévy (par exemple, les mémoires de Guizot). La seule conclusion à tirer est que Bentley ne reçut en fait aucune lettre. « Ma traductrice a écrit à M. Bentley », dit Flaubert, mais cette lettre ne fut jamais envoyée, peut-être parce que Lévy s’y était opposé. Nous savons que Lévy ne donna pas suite à cette traduction ; dans sa lettre du mois de juin 1862, Flaubert dit à Ernest Duplan (le frère de Jules) que le fameux « droit de traduction réservé », inscrit à la première page de tous les « bouquins modernes », lui paraissait « une amère plaisanterie, une décevante blague ». « J’en avais une de la Bovary (en anglais) faite sous mes yeux et qui était un chef-d’œuvre. J’avais prié Lévy de s’arranger avec un éditeur à Londres pour le faire paraître. Néant ! »60

  • 61 Edmund Gosse, Swinburne (Londres, Macmillan, 1917), cité par James Pope-Hennessy dans Monckton Mil (...)
  • 62 Lettres à Gustave Flaubert, no 51, p. 75, début mars 1857.

27Même si Juliet fut probablement déçue de perdre ses honoraires et d’apprendre que tout son travail n’aboutissait à rien, à en juger par la lettre de Gertrude Tennant en remerciement de l’exemplaire dédicacé de Madame Bovary (voir p. 67) et par la réception en Angleterre de la première traduction publiée (faite par Eleanor Aveling, la fille de Karl Marx, en 1886), le fait que sa traduction ne soit pas parue lui épargna peut-être une déception encore plus grande. L’attitude anglaise de l’époque vis-à-vis des romans français en général était telle que quand Swinburne prêta à son hôtesse un volume de Balzac, son mari, Sir Walter Trevelyan, le jeta au feu et obligea Swinburne à quitter la maison61. Ce que dit Flaubert dans sa lettre concernant le départ de la traductrice pour l’Angleterre une quinzaine de jours plus tard pourrait faire référence à des vacances de juin où elle serait rentrée chez elle, ou encore, nous le verrons, à son départ définitif de Croisset en tant que gouvernante. Dans une lettre de mai ou de juin 1857 que Bouilhet écrivit à Flaubert de Paris, en y joignant une note utile pour Salammbô, il évoque une paire de pantoufles : « Si tu écris à Mme Flaubert dis-lui qu’elle recevra, à la fin de la semaine, les pantoufles de Mlle Juliette. »62 Avait-elle oublié ces pantoufles lors d’une visite à Paris en compagnie de Mme Flaubert (qui avait un appartement au-dessus de celui de Gustave) ; où était Mme Flaubert au moment où Bouilhet prit la plume pour écrire cette lettre (puisqu’elle n’était manifestement pas à Croisset) ? toutes ces questions demeurent sans réponse.

  • 63 Ibid., no 65, p. 106.
  • 64 Nous devons ce renseignement à la gentillesse du professeur Bruneau.

28L’unique indice de la date à laquelle Juliet aurait quitté les Flaubert se trouve dans une lettre de Bouilhet, datée du 8 septembre 1857. Il écrit : « Rien autre chose de neuf, ici. Le départ de l’institutrice me chiffonne aussi un peu. C’était une charmante fille, et j’ai peur qu’elle ne laisse un grand vide à ta mère. Elles paraissaient s’arranger très bien ensemble. »63 Ce texte est important car il aide à cerner la date à laquelle Juliet quitta Croisset, mais aussi parce qu’elle montre que Juliet avait charmé Bouilhet et Mme Flaubert (qui avait un tempérament exigeant), tout autant que Gustave. Évidemment, ce n’est pas quelque mécontentement causé chez les Flaubert qui aurait provoqué son départ, car elle était devenue (comme Miss Taylor dans Emma sur ce point) plus amie que gouvernante. C’est à cette époque, cependant, que Mme Flaubert commença à emmener Caroline à Paris chaque hiver afin qu’elle fréquente une sorte de pension pour jeunes filles de bonne famille64. Malgré le vide que Juliet laissait derrière elle, il semble que la décision ait été prise de cesser d’employer une gouvernante permanente à Croisset.

  • 65 Selon l’édition de sa correspondance par Maria Luisa Cappello, Bouilhet a écrit : « Rappelle-moi a (...)

29Quant à la lettre où Bouilhet mentionne le départ de la gouvernante, le professeur Bart propose une interprétation selon laquelle cette gouvernante serait une femme qui aurait précédé Juliet, remplacée par une deuxième (qui aurait pu être Juliet). Les données suggèrent cependant que Mme Flaubert s’arrangea pour continuer à engager Juliet comme gouvernante, mais uniquement l’été. Plusieurs lettres de Bouilhet évoquant la présence de Juliet à Croisset semblent abonder dans ce sens, surtout celle qui parle du « travail » de Juliet et de Caroline65.

  • 66 La seule vraie référence à cette lettre semble être celle donnée par le professeur Bart (p. 392, n (...)

30En 1858, ni Gustave, dans ses lettres d’Algérie et de Tunisie (qu’il visita en avril et en mai de cette année-là, rentrant à Paris le 6 juin), ni Bouilhet, dans ses lettres à Gustave, quand il voyait Mme Flaubert à Croisset ou à Paris, ne font référence à une gouvernante. Toutefois, si l’on peut se fier à la description et à la date données dans un catalogue au sujet d’une lettre envoyée à Ernest Feydeau, Gustave dit à celui-ci qu’il devrait venir à Croisset avant le 1er septembre 1858 s’il désirait voir la gouvernante (décrite en des termes enthousiastes). Il paraît que personne ne sait où se trouve la lettre (elle n’est pas à la bibliothèque Lovenjoul, comme l’affirme le professeur Bart66).

  • 67 Lettre redatée au 4 février 1859 (voir la note suivante) [N.D.T.].
  • 68 « Mme Flaubert a dû savoir ma courte apparition à Paris, par Mulot que j’avais chargé de lui remet (...)
  • 69 L’on croit maintenant que cette lettre fut écrite le 22 juillet 1859 [N.D.T.].
  • 70 Ibid., le 22 juillet 1859 (no 135, p. 208).
  • 71 Le seul recueil de poésie que publia Bouilhet cette année-là (il parut au mois d’août), fut ses Po (...)
  • 72 Lettres à Gustave Flaubert, le 17 septembre 1859, no 139, p. 214.

31Dans une des lettres de Bouilhet que l’on a datée de janvier 185967, l’on trouve encore une référence aux pantoufles de Juliet, qu’elle aurait (une seconde fois ?) oubliées à Paris. Si la datation est correcte, il semble que Juliet aurait rendu visite à Mme Flaubert de nouveau à Paris. Bouilhet écrit que Mme Flaubert devait savoir qu’il avait demandé à « Mulot » de lui remettre les pantoufles de Mlle Juliet68. Puis, les 29 juillet69 et 13 août de cette année, deux lettres de Bouilhet témoignent que Juliet était à Croisset cet été-là ; la première se clôt sur ces mots : « Adieu, présente mes bons souvenirs à miss Juliette, et mon respect à Mme Flaubert »70, tandis que la seconde confirme que Gustave avait bien fait de donner un volume à Juliet. Il conclut en transmettant ses bons souvenirs à « miss Juliette » et à « Lilinne », à qui il avait l’intention de dédicacer un poème dans son prochain recueil, puisqu’elle aimait tant la poésie71. Que cette visite n’ait duré que l’été se trouve confirmé dans la lettre suivante, écrite dans la deuxième quinzaine de septembre : Bouilhet présente son respect à Mme Flaubert et à Caroline mais ne fait aucune mention de Juliet72.

  • 73 Bart, Flaubert, p. 392.

32La supposition du professeur Bart que Juliet était « probablement devenue » la maîtresse de Flaubert avant l’été de 185973 n’est qu’une supposition : si elle devint sa maîtresse à Croisset, cela aurait pu se produire à n’importe quel moment au cours des années qu’elle y passa, mais il est au moins probable que Gustave se serait retenu dans la maison de sa mère.

  • 74 M. L. Cappello situe cette lettre au mois de juillet [N.D.T.].
  • 75 Lettres à Gustave Flaubert, le 14 juillet 1860, no 174, p. 262.
  • 76 « J’ai fait venir une Melænis, je l’expédie aujourd’hui, par la poste, ou par le chemin de fer, je (...)
  • 77 Lettres à Gustave Flaubert, le 28 juillet 1860, no 176, p. 265 [N.D.T. : Voir la note 65.]
  • 78 Nous ne savons pas la raison de ce « 7 » dans l’adresse, qui n’est pas cité plus haut. Il n’appara (...)
  • 79 « Mes bons souvenirs à Mlle Juliette », ibid., le 13 août 1861, no 221, p. 323.

33Les lettres de Bouilhet montrent à quel point il pensait souvent à Juliet. Le 14 juin74 1860 il évoque le « gracieux souvenir de Mlle Juliette »75 et le mois suivant, il dit qu’il avait commandé un exemplaire de Melænis et y avait inscrit une dédicace à « Miss Juliette »76. Au mois de juillet à nouveau, il écrivit la lettre qui suggère que ce n’étaient pas de simples vacances que Juliet passait à Croisset, car elle se termine par « Rappelle-moi au travail de Caroline et de miss Juliette »77 (c’est au recto du folio de cette lettre que Bouilhet nota « Milman row 13. Chelsea. S.W. 7 »78 – voir p. 15). L’année suivante encore, vers la fin juillet ou le début août 1861, Bouilhet transmet son souvenir à « Mlle Juliette »79.

  • 80 CHH, OC, xiv, p. 91-92, no 946, à Caroline, le 15 décembre 1861.
  • 81 Nouvelle biographie universelle.
  • 82 CHH, OC, xiv, p. 128, no 1016, à Edmond et Jules de Goncourt, le 13 septembre 1862.

34Il n’y a plus de références à Juliet dans la correspondance entre Bouilhet et Flaubert avant le 15 décembre de cette année-là, quand Flaubert écrit à Caroline, disant qu’il avait promis d’offrir à « miss Juliet » au Nouvel An la Grammaire des grammaires. Il demande à Caroline de le joindre, avec un exemplaire de L’Expédition dans le royaume des deux Siciles de Du Camp (qui avait paru chez Calmann-Lévy cette même année) au paquet qu’elle envoyait à Juliet80. Lui faire cadeau de la Grammaire des grammaires, rédigée par Charles-Pierre Girault-Duvivier (1765-1832), parue en 1811 et qui contenait toutes les opinions des « meilleurs grammairiens et par les sociétés savantes le plus renommées sur les règles de la langue française et sur les questions si délicates qu’elles font naître »81, représentait un véritable compliment sur ses intérêts et compétences linguistiques. Flaubert dit lui-même aux Goncourt en septembre 1862 qu’il couchait avec ce volume (ainsi qu’avec le dictionnaire de l’Académie82).

  • 83 Ibid., p. 208-209, nos 1190 et 1191, à Caroline, les 8 et 18 juillet 1864.

35Les dernières visites estivales de Juliet à Croisset eurent lieu en juillet 1861, parce que Gustave et sa mère devaient passer les deux étés suivants à Vichy à cause de l’état de santé de Mme Flaubert. L’année suivante, en 1864, Caroline épousa contre son gré (au mois d’avril) Ernest Commanville, un négociant en bois qui possédait une scierie à Dieppe. Elle fut encouragée dans ce sens par sa grand-mère, qui craignait qu’elle ne se trouve seule après sa propre mort, et par son oncle, qui la prévint que le genre d’homme susceptible de lui plaire serait probablement un bohémien. Les Commanville passèrent l’été à Neuville, non loin de Dieppe et ils invitèrent Juliet à leur rendre visite au mois de juillet. D’où sa réapparition dans deux lettres de Flaubert envoyées à Caroline ce mois-là. Dans la première, il discute des trains que Juliet pourrait prendre à Rouen, où il irait avec sa mère à sa rencontre ; la seconde, écrite quand Juliet était à Croisset, demande à Caroline d’essayer de venir un jour plus tôt que prévu83. L’important, c’est qu’elles montrent que Juliet fut de passage à Croisset.

Notes

1 « Witty », mot anglais voulant dire à la fois « intelligent » et « plaisant » [N.D.T.].

2 John Summerson, Georgian London, Harmondsworth, Penguin, 1962, p. 223.

3 Thomas Smith, A Topographical and Historical Account of the Parish of St Mary-le-bone, Londres, J. Smith, 1853.

4 Baptêmes d’All Souls Church, Langham Place, 1829 (GLC DL/T/56 6).

5 Baptêmes de Marylebone Church (GLC P89/18 X16/83).

6 GLC P89/MRY 1/194.

7 Recensement de 1871 pour Milman’s Row, Chelsea (PRO RG 10/73).

8 Testament de William Herbert, daté le 19 août 1858 et homologué le 5 oc tobre 1863 (Somerset House).

9 Cette adresse figure dans les répertoires de Londres en 1823 et 1824.

10 Recensement de 1851 pour Farm Street, PRO HO107/1576.

11 Testament de William Herbert.

12 Hobhouse, p. 184.

13 Ibid., p. 90-91.

14 GLC MDR10/301.

15 Article nécrologique consacré à William Herbert dans le Builder, le 26 septembre 1863.

16 GLC MDR10/374.

17 Parfois on lui donne le numéro 16½.

18 Répertoires londoniens de 1832.

19 GLC Survey of London, t. 39 : The Grosvenor Estate and Mayfair, seconde partie, General History, Londres, Athlone Press, 1977.

20 GLC MDR1/383, 1832.

21 P. W. Kingsford, Builders and Building Workers, Londres, Arnold, 1973.

22 Dans le répertoire de 1833, on trouve Richard toujours à cette adresse.

23 GLC DL/T/56 7.

24 PRO B3. 2562.

25 À l’origine, deux membres de la Compagnie des Charpentiers (Carpenters’ Company) financèrent Thomas Cubitt (Hobhouse, p. 7).

26 PRO HO107/680.

27 Hobhouse, p. 253.

28 PRO HO107/1576.

29 Il obtint sa licence ès lettres (B. A.) en 1852 (Oxford University Calendar).

30 Art-Union of London, Annual Reports, 1844-1862.

31 Testament de William Herbert.

32 Ibid. et l’annuaire des services postaux, 1856, t. 1.

33 Testament de William Herbert.

34 Caroline rendit visite à Juliet en 1870 quand elle vint en Angleterre pour la durée de la guerre franco-prussienne. Elle décrit la maison et sa visite dans Heures d’autrefois, p. 25 bis [N.D.T. : Voir p. 78 dans l’édition de Matthieu Desportes].

35 LCC Survey of London, t. iv : The Parish of Chelsea, seconde partie, 1913.

36 Thea Holme, Chelsea, Londres, Hamilton, 1972 ; David Piper, The Companion Guide to London, 2e édition, Londres, Collins, 1968, p. 199.

37 PRO RG10/73.

38 Testament de William Herbert.

39 Heures d’autrefois, p. 78.

40 Testament d’Elizabeth Mary Hopgood, daté le 4 novembre 1886, homologué le 26 mars 1890 (Somerset House).

41 Heures d’autrefois, p. 78.

42 Voir le tableau « Les enfants du deuxième marquis de Westminster » dans Huxley.

43 Ibid., p. 160.

44 Beale.

45 CHH, OC, xiii, p. 497, no 597, à Bouilhet, le 9 mai 1855.

46 Ibid., p. 517-18, no 613, à Bouilhet, le 10 octobre 1855.

47 Ibid., p. 529, no 632, à Bouilhet, le 11 août 1856.

48 Ibid., p. 530, no 633, à Bouilhet, le 24 août 1856.

49 Ibid., p. 531, no 634, à Bouilhet, le 31 août 1856.

50 « Quand je lis Shakespeare, je deviens plus grand, plus intelligent et plus pur », avait-il écrit en 1846, et encore, la même année : « Les trois plus belles choses que Dieu ait faites c’est la mer, l’Hamlet et le Don Juan de Mozart », Bruneau, Corr., i, p. 364 et p. 373.

51 CHH, OC, xiii, p. 535, no 638, à Bouilhet, le 21 septembre 1856.

52 Ibid., p. 574, no 700, à Caroline, le 24 avril 1857.

53 Selon Hermia Oliver, « With best wishes for the New Year, from her affect Juliet H. » En examinant le texte manuscrit reproduit en illustration no 6a, on lira « affate », abréviation de « affectionate », d’où notre adaptation [N.D.T.].

54 Nous devons ce renseignement à la gentillesse du professeur Bruneau, qui a observé que « ce texte a bien entendu disparu ». Nous n’avons pas pu voir ce catalogue [N.D.T. : Effectivement, le catalogue contient cette description pour le lot no 15. Il précise encore qu’il s’agit de « 20 pages format 32 x 20 » (p. 5)].

55 Bruneau, Corr., i, p. 437.

56 Bruneau, Les Débuts littéraires, p. 203-205.

57 Lettres inédites de Gustave Flaubert à son éditeur Michel Lévy, p. 36-37 [N.D.T. : La phrase omise est : « Je ne crois pas que l’auteur de la traduction soit difficile sur les conditions qu’on lui imposerait et d’un autre côté cette traduction est un vrai chefd’œuvre, je vous le répète. » (p. 36)].

58 Ibid., p. 40-41.

59 British Library, Add. Manuscrits 46560-682.

60 CHH, OC, xiv, p. 111, no 986, à Ernest Duplan, le 12 juin 1862.

61 Edmund Gosse, Swinburne (Londres, Macmillan, 1917), cité par James Pope-Hennessy dans Monckton Milnes : The Flight of Youth (Londres, Constable, 1951), p. 15.

62 Lettres à Gustave Flaubert, no 51, p. 75, début mars 1857.

63 Ibid., no 65, p. 106.

64 Nous devons ce renseignement à la gentillesse du professeur Bruneau.

65 Selon l’édition de sa correspondance par Maria Luisa Cappello, Bouilhet a écrit : « Rappelle-moi au souvenir de Caroline et Miss Juliette », Lettres à Gustave Flaubert, le 28 juillet 1860, no 176, p. 265 [N.D.T.].

66 La seule vraie référence à cette lettre semble être celle donnée par le professeur Bart (p. 392, n. 32), dans le Catalogue de la Vente Franklin-Grout (Antibes, 1931), que malheureusement nous n’avons pu voir. Comme tant de lettres de Flaubert, cependant, il est possible que l’on ait attribué une date erronée à celle-ci [N.D.T. : Dans son livre, le professeur Bart précise : « LOV, C, fol. 52 recto ; Catalogue de la Vente Franklin-Grout, Antibes, les 28, 29, 30 avril 1931, p. 5, no 15 ». Nous avons pu consulter ce catalogue : le lot no 15 n’est pas la lettre disparue, mais la traduction du « Prisonnier de Chillon » faite par Flaubert et Juliet Herbert. Vraisemblablement, Hermia Oliver aura pris les deux références données par Bart comme des renvois à la lettre à Feydeau, alors qu’il s’agit de références à deux documents distincts].

67 Lettre redatée au 4 février 1859 (voir la note suivante) [N.D.T.].

68 « Mme Flaubert a dû savoir ma courte apparition à Paris, par Mulot que j’avais chargé de lui remettre les pantoufles de Mlle Juliette » (Lettres à Gustave Flaubert, le 4 février 1859, no 120, p. 184).

69 L’on croit maintenant que cette lettre fut écrite le 22 juillet 1859 [N.D.T.].

70 Ibid., le 22 juillet 1859 (no 135, p. 208).

71 Le seul recueil de poésie que publia Bouilhet cette année-là (il parut au mois d’août), fut ses Poésies, festons et astragales. Il décrivit l’émotion que ressentait Flaubert à sa lecture comme si son ami en était l’auteur (il est possible que Flaubert éprouvait un sentiment de propriétaire vis-à-vis du livre de son ami). Bouilhet dit : « Tu as bien fait d’offrir un volume à Mademoiselle Juliette. Ce que tu me dis de l’émotion produite sur toi par ledit volume ne me surprend pas du tout. J’ai éprouvé la même chose à Melænis et à ce dernier recueil. […] c’est sa jeunesse et toute sa nudité qu’on abandonne au public » (ibid., 13 août 1859, no 138, p. 213). Aucun poème dans les recueils ultérieurs, qui parurent tous de façon posthume, ne fut dédié à Caroline.

72 Lettres à Gustave Flaubert, le 17 septembre 1859, no 139, p. 214.

73 Bart, Flaubert, p. 392.

74 M. L. Cappello situe cette lettre au mois de juillet [N.D.T.].

75 Lettres à Gustave Flaubert, le 14 juillet 1860, no 174, p. 262.

76 « J’ai fait venir une Melænis, je l’expédie aujourd’hui, par la poste, ou par le chemin de fer, je vais voir. J’y ai mis une dédicace à Miss Juliette », ibid., le 21 juillet 1860, no 175, p. 264.

77 Lettres à Gustave Flaubert, le 28 juillet 1860, no 176, p. 265 [N.D.T. : Voir la note 65.]

78 Nous ne savons pas la raison de ce « 7 » dans l’adresse, qui n’est pas cité plus haut. Il n’apparaît pas non plus dans la transcription faite par M. L. Cappello [N.D.T.].

79 « Mes bons souvenirs à Mlle Juliette », ibid., le 13 août 1861, no 221, p. 323.

80 CHH, OC, xiv, p. 91-92, no 946, à Caroline, le 15 décembre 1861.

81 Nouvelle biographie universelle.

82 CHH, OC, xiv, p. 128, no 1016, à Edmond et Jules de Goncourt, le 13 septembre 1862.

83 Ibid., p. 208-209, nos 1190 et 1191, à Caroline, les 8 et 18 juillet 1864.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search