Version classiqueVersion mobile

Flaubert et une gouvernante anglaise

 | 
Hermia Oliver

Flaubert et une gouvernante anglaise

Les gouvernantes anglaises à Croisset

Texte intégral

Les gouvernantes anglaises : fiction et réalité

1« Mlle Taylor était restée seize ans chez les Woodhouse, moins en qualité d’institutrice que d’amie », écrit Jane Austen dans Emma, roman qui parut en 1816. Mais Emma Woodhouse s’apitoyait malgré tout sur le sort de Jane Fairfax (celle-ci allait se faire gouvernante), « ce à quoi se destinait toute cette élégance, de quelles hauteurs elle allait choir ».

  • 1 « The Victorian middle class » dans le texte anglais [N.D.T.].
  • 2 Gervas Huxley, Lady Elizabeth and the Grosvenors, Londres, Oxford University Press, 1965, p. 147.
  • 3 « Gouvernante » traduit ici « housekeeper », la femme qui était responsable du ménage et des autre (...)
  • 4 Gervas Huxley, Lady Elizabeth and the Grosvenors, p. 56.
  • 5 Citée dans Victorian Working Women […] de W. F. Neff, Londres, Allen & Unwin, 1929, p. 157-158.
  • 6 Ibid., p. 155.

2Mlle Taylor avait de la chance, parce qu’elle exerçait son métier dans une famille honorée comme étant la plus importante de l’endroit ; M. Woodhouse appartenait à l’aristocratie terrienne ou aux familles anglaises qui habitent à la campagne. Les gouvernantes employées par de telles familles ou par l’aristocratie vivaient généralement dans des conditions bien meilleures que celles de leurs semblables, embauchées quelques années plus tard par les membres de la bourgeoisie victorienne1 (une classe sociale qui se souciait d’affirmer l’écart existant entre elle et ses salariés) ou encore par les manufacturiers, les fermiers ou les commerçants (comme on le voit dans Middlemarch de George Eliot). Il est vrai que dans une grande famille aisée et titrée, les gouvernantes et les enfants restaient la plupart du temps séparés des parents, dont la vie sociale dictait cet isolement ; mais dans le cas de la gouvernante principale chez le vicomte de Belgrave (le fils aîné du premier marquis de Westminster), celle-ci accompagna la famille pendant leurs voyages en Allemagne et en Italie entre 1835 et 18362. Elle recevait 70 livres sterling par an (salaire que l’on peut comparer aux 50 livres sterling que gagnaient le cocher et la gouvernante qui faisait la cuisine3). La sous-gouvernante recevait un salaire beaucoup moins considérable et les femmes qui occupaient ce poste changeaient souvent, peut-être parce que la gouvernante principale avait un caractère difficile4. Le sort des gouvernantes dans les familles bourgeoises de la classe moyenne était peu enviable en règle générale. Dans ses Memoirs and Essays, publiés en 1846, Anna Brownell Jameson constate que la profession de gouvernante était « le seul moyen pour une femme née au-dessus de la classe servile de gagner sa vie »5, et dans les Scenes of Clerical Life de George Eliot (1858), les amis de Janet Dempster acceptent son mariage avec un ivrogne bon à rien parce qu’elle n’avait d’autre perspective dans la vie que celle de se faire gouvernante. Traditionnellement, la gouvernante était censée être une « dame distinguée », de préférence issue d’une famille ruinée ou d’une famille cléricale, comme le décrit Anne Brontë dans Agnes Grey, car « les filles de pasteur grandissaient avec pour avenir un destin de gouvernante depuis la petite enfance. »6 Un collaborateur à la Quarterly Review s’exprime ainsi :

  • 7 Cité ibid., p. 154-155.

La vraie définition d’une gouvernante, dans le sens anglais, est un être qui est notre égal par sa naissance, par ses mœurs et par son éducation, mais qui nous est inférieur en fortune matérielle. […] Il n’existe pas une autre classe qui exige si cruellement de ses membres qu’ils soient, par leur naissance, par leur intelligence et par leurs bonnes manières, supérieurs à leur condition dans la société afin d’être à la hauteur de leur position7.

  • 8 W. H. C. Armytage, Four Hundred Years of English Education, Cambridge University Press, 1970, p. 1 (...)
  • 9 Elizabeth Gaskell, Life of Charlotte Brontë, Londres, Smith, Elder, 1871, p. 227.
  • 10 Quarterly Review, vol. 84, décembre 1848-mars 1949, compte rendu de Vanity Fair et de Jane Eyre.
  • 11 Gaskell, p. 128.

3À une époque où les femmes étaient en effet exclues de tout autre travail « non-servile », la conséquence était ce que l’on pourrait appeler un marché à la baisse : le grand nombre de gouvernantes avait pour effet de diminuer leurs salaires déjà bien maigres, avec lesquels il leur fallait souvent faire vivre d’autres membres de leur famille. Le recensement de 1851 note (pour l’année 1850) 24 770 « ladies » inscrites comme gouvernantes8. Quand trop de jeunes femmes moyennement instruites se faisaient embaucher comme gouvernantes, le résultat était inévitablement des salaires réduits et une attitude de mépris à leur égard. En Angleterre, au milieu de l’ère victorienne du moins, la vie d’une gouvernante était souvent lamentable. Ses devoirs n’étaient pas fixés et pouvaient donc s’étendre considérablement pour inclure la couture et d’autres travaux de cette espèce. Il n’est guère étonnant que Charlotte Brontë fasse référence au « fardeau de la gouvernante »9. De plus, celle-ci se trouvait souvent reléguée dans une chambre isolée au grenier et prenait ses repas dans la salle de classe, seule ou avec les enfants ; son isolement était accru par la réticence de ses employeurs à lui permettre de recevoir des visites d’amis et par sa position sociale équivoque, car elle se situait en-dessous de ses employeurs, mais au-dessus des domestiques, lesquels, sachant bien quelle était l’attitude des employeurs, étaient souvent insolents vis-à-vis d’elle. Ici encore, la Quarterly Review exprime nettement sa situation : « Elle ennuie presque tout gentilhomme, car c’est une femme tabou à laquelle on interdit d’accorder les privilèges habituels de son sexe » ; pour la plupart des dames, elle s’avérait une source de lassitude et de reproche à la fois, puisque « sa vie sans intérêt de travailleuse, au pain et à l’eau » faisait honte à leur oisiveté choyée ; les domestiques la détestaient invariablement ; ses élèves pouvaient l’aimer, « mais ils ne peuvent pas être amis »10. Charlotte Brontë note que lorsqu’un enfant à sa charge dit qu’il l’aimait, la mère s’exclama devant elle : « Aimer la gouvernante, mon chéri ! »11 Ou encore, comme dans Agnes Grey, certains enfants se comportaient de manière épouvantable, et l’attitude des parents enlevait toute autorité à la gouvernante. Celle-ci vivait également dans la crainte perpétuelle d’être renvoyée ; si elle ne réussissait pas à trouver un autre poste, le plus souvent elle devait faire face à l’indigence dans sa vieillesse. Lorsque, en 1847, l’Institution bénévole des gouvernantes (the Governess’s Benevolent Institution) ouvrit un asile pour les retraitées comme un premier pas vers la réforme, il y eut 90 candidates pour quatre rentes annuelles de quinze livres sterling.

  • 12 Speak Memory, Londres, Weidenfeld, 1967. Voir Huxley, p. 143, où Lady Elizabeth Belgrave fait des (...)
  • 13 Quarterly Review, vol. 84, décembre 1848-mars 1949, p. 178.

4Il convient de signaler cependant que la gouvernante qui se trouvait une position à l’étranger non seulement échappait au système anglais intolérablement hiérarchisé mais, comme le relatent les mémoires de Nabokov12, elle était souvent traitée comme une amie de la famille. La Quarterly Review remarque (en 1849) que la vie à l’étranger était « de loin plus favorable au bonheur d’une gouvernante » puisque « par ses coutumes domestiques moins formelles, la compagnie d’une institutrice […] ne représente pas une rupture, mais souvent une acquisition ». Et comme il n’y avait pas d’aristocratie « sans titre » outre-Manche, les étrangers ne se sentaient pas obligés de garder « cette distance qu’exigent la réserve des mœurs anglaises et le décorum des sentiments anglais13 ».

  • 14 Voir D. Beale, Reports Issued by the Schools’ Inquiry Commission on the Education of Girls, Londre (...)
  • 15 Christina Rossetti (1830-1894), poétesse anglaise parmi les plus importantes du XIXe siècle. Le po (...)
  • 16 Mackenzie Bell, Christina Rossetti, 2e édition, Londres, Hurst & Blackett, 1898, p. 24.
  • 17 Quarterly Review, vol. 119, janvier-avril 1866, p. 510.
  • 18 Témoignage de James Bryce à la Schools’ Inquiry Commission, Beale, p. 74-75.
  • 19 Madame Bovary, II, xii [N.D.T. : Voir Seuil, OC, i, p. 640].

5Quant à la formation des gouvernantes, il arrivait que certaines n’en aient aucune. Mais avant 1850, l’on avait fondé d’innombrables petites écoles privées pour filles : si les femmes célibataires se faisaient gouvernantes, les femmes mariées et les veuves ouvraient de telles écoles. N’ayant besoin que de peu de capital, il leur fallait seulement de quoi louer une maison, quelques tables et des chaises de mauvaise qualité, un tableau noir, au moins un vieux piano et une collection de manuels peu chers qu’elles louaient souvent aux élèves14. Tout le maté riel pouvait s’acheter à peu de frais dans l’une des trop nombreuses institutrices en faillite, car il y avait un très grand taux de rotation (même Christina Rossetti15 et sa mère furent incapables de diriger une école avec succès, ayant essayé d’abord à Londres et ensuite à Frome entre 1851 et 185316). La plupart du temps, l’instruction que l’on obtenait dans ces écoles était d’un niveau abominablement bas. L’attitude victorienne envers les femmes est parfaitement exprimée par Mme Anna Sewell dans ses Principles of Education, où elle soutient que les filles doivent « demeurer dans des maisons tranquilles, entourées de quelques amies ; exercer une influence silencieuse ; se soumettre et se retirer »17. Sauf dans quelques écoles exceptionnelles, les filles devaient apprendre par cœur ce que James Bryce appelle « la collection nocive des catéchismes »18. Ceux-ci comprenaient Lindley Murray pour la grammaire, le Child’s Guide to Knowledge et, par-dessus tout, les Historical and Miscellaneous Questions for the Use of Young People de Mlle Richmal Mangnall (1800) accompagnés de volumes complémentaires sur l’histoire française et allemande (qui rapportèrent 150 000 livres sterling à leur auteur). Les filles étudiaient l’arithmétique dans un livre dépourvu d’explications ; elles apprenaient quotidiennement à épeler la moitié d’une colonne de mots dans un autre livre ; l’on enseignait la couture simple et de fantaisie, ainsi que le français, et les élèves pouvaient suivre des cours de piano, probablement donnés par des professeurs invités, puisque les parents insistaient pour que l’on enseigne le piano et « les talents » (rappelons que Charles Bovary voulait que sa fille ait des talents, et qu’elle apprenne à jouer du piano19). Mlle Pinkerton, dans Vanity Fair, le dit aux parents d’Amelia Sedley : « En musique, en danse, en orthographe, en toute variété de broderie et de couture, l’on verra qu’elle aura réalisé les rêves les plus chers de ses amies » (la danse était sans doute proposée en option à l’académie de Mlle Pinkerton).

  • 20 « The lower middle classes » dans le texte anglais [N.D.T.].
  • 21 Beale, p. 74-75.

6Les filles appartenant à la petite bourgeoisie20 commençaient à fréquenter l’école quand elles avaient presque dix ans : elles avaient appris peu chez elles sinon à lire et à tenir une aiguille. Après deux ou trois ans du programme décrit ci-dessus (et il ne changeait guère d’une classe sociale à l’autre), l’on ajoutait la chronologie, la géologie et la mythologie, ainsi que d’autres types d’informations générales que l’élève apprenait en mémorisant les réponses fournies par Mangnall’s Questions ou quelque « catéchisme » semblable. Les filles étaient souvent absentes s’il pleuvait ou si l’on exigeait qu’elles s’occupent du bébé ; elles continuaient ainsi jusqu’à ce qu’elles aient atteint l’âge de quatorze ou quinze ans. L’unique institutrice enseignait toutes les matières sauf la musique et, dans quelques rares cas, le français, bien que sa sœur cadette ou une gouvernante l’aidât quelquefois. En classe, quatre ou cinq enfants se mettaient debout autour de l’institutrice pour répéter la leçon tandis que les autres élèves (elles étaient rarement plus de vingt ou vingt-cinq) s’asseyaient ça et là cousant, faisant des calculs ou apprenant leurs « catéchismes »21. Bien que les années entre 1850 et 1860 aient vu la création d’établissements d’enseignement supérieur pour les garçons, l’on continuait à envoyer les filles dans ces petites « académies » privées. Nous le verrons plus loin, certaines valaient mieux que d’autres, bien entendu, surtout après la naissance du mouvement de réforme et l’ouverture de Queen’s College en 1857 et de Bedford College en 1848. La fondation de ces écoles eut pour effet de provoquer une prise de conscience quant à l’importance de la formation intellectuelle des femmes, même si à l’époque ces deux collèges constituaient seulement des écoles secondaires, dotées d’un système lourd et inefficace de cours magistraux. Très raisonnablement, cependant, l’on commençait à donner des cours du soir à l’intention des gouvernantes qui travaillaient le jour. Là, les filles pouvaient choisir parmi des sujets très divers, y compris les langues vivantes, la mécanique, la géographie et la géologie.

Les gouvernantes anglaises des Flaubert

  • 22 On sait depuis 2004 que Flaubert entra au Collège royal de Rouen le 15 mai 1832 [N.D.T.].
  • 23 Bruneau, Corr., i, p. 246.
  • 24 Pour des renseignements sur Caroline Anne Heuland, voir Lucien Andrieu, « Caroline Anne Heuland, l (...)
  • 25 Seuil, OC, i, p. 240.

7Le docteur et Mme Flaubert prenaient l’instruction de leurs enfants très au sérieux. Nous avons déjà signalé que Mme Flaubert s’en chargea elle-même jusqu’à ce qu’ils aient atteint l’âge d’aller à l’école. Quand Gustave eut neuf ans, en 183122, il fut mis au Collège de Rouen en tant que pensionnaire, et sa sœur Caroline commença à fréquenter une pension à peu près au même âge. En atteste une lettre que Gustave lui envoya en juillet 1845 (il avait vingt-quatre ans), où il se remémore leur enfance et lui demande en passant si elle se souvient de l’époque où il allait la chercher à sa pension, avec son petit chapeau de velours vert23. Dans cette pension, elle s’était liée d’amitié avec une Anglaise, Caroline Anne Heuland24, qui est décrite avec sa petite sœur par Gustave dans Les Mémoires d’un fou. Cette rencontre semble lui avoir donné à aimer, chez les filles anglaises, « un négligé naturel et un abandon de toutes nos convenances », que l’on pourrait prendre pour une coquetterie, mais qu’il trouvait aussi charmant que ces feux follets qui fuient sans cesse25.

  • 26 Spencer, French Studies, 8, 1954, p. 100.
  • 27 Bruneau, Corr., i, p. 852.
  • 28 Ibid., p. 137.
  • 29 Par exemple, F. & J. Fargues, teinturiers de soie français[e], Spitalfields, et F. P. Fargues, imp (...)
  • 30 Bruneau, Corr., i, p. 198 et 199-200.
  • 31 Ibid., p. 202.

8Caroline dut apprendre l’anglais dans cette pension, car bien que la correspondance d’avant avril 1841 ne fasse pas mention d’une gouvernante anglaise, en 1842, à dix-sept ans, elle parlait un anglais impeccable26. Elle était en fait très instruite ; elle apprenait la musique avec Orlowski, un ami de Chopin, et elle avait un maître italien27. Il est possible que cette « gouvernante » anglaise ait été sa compagne plus que son institutrice, ce que l’on appellerait de nos jours une fille au pair, dont la présence permettait à Caroline de se remettre à niveau en anglais. Elle s’appelait « Miss » ou « Mlle » Jane, mais de temps à autre Caroline l’appelait « mimiss ». Gustave l’évoquait avec respect, en écrivant « Miss » ou « Mlle » Jane, sauf une fois, où il semble faire référence à elle de façon irrévérencieuse comme « la jeune Fargues »28, ce qui était peut-être son nom de famille. Si cette conjecture est exacte, elle était probablement de descendance huguenote, puisqu’il y avait des Fargues habitant Londres dans ces années-là29. Apparemment, la famille fut satisfaite de son service jusqu’en décembre 1843, quand il survint dans son comportement un revirement subit et inexplicable. Caroline se plaignait de son indifférence complète, du fait qu’elle ne changeait jamais de robe et qu’à travers ses manches trouées l’on pouvait voir son caraco – et cela devant des invités. Elle passait depuis lors toute la journée dans sa chambre, ne descendant que pour les repas30. Il n’est pas étonnant qu’elle ait quitté les Flaubert en sanglots, en janvier 1844, repartant avec son cousin, selon toute apparence31.

  • 32 Ibid., p. 219 [N.D.T. : C’est en fait à Gustave que Mme Flaubert envoya l’adresse. Caroline lui éc (...)
  • 33 Ibid., p. 546.
  • 34 Voyage en Orient : Palestine, Seuil, OC, ii, p. 614.

9Pourtant, malgré le probable renvoi de Mlle Jane, on continuait à la traiter en amie de la famille. Manifestement, les Flaubert n’exerçaient pas cette discrimination sociale si humiliante typique de la majorité des Anglais qui employaient des gouvernantes. En mars 1845, après le mariage de Caroline Flaubert avec Émile Hamard, Mme Flaubert envoya à sa fille l’adresse de « Mlle » Jane32. Quand il écrivit à sa mère du Caire le 4 décembre 1849, trois ans après la mort de Caroline, Gustave conseilla à Mme Flaubert de voyager en Angleterre au printemps ; il fut convenu qu’elle rendrait visite à Mlle Jane, à qui il envoya « mille compliments » et il chargea sa mère de lui dire qu’il pensait souvent à elle33. En août 1850, entendant jouer une sonate de Beethoven après un dîner chez le consul à Jérusalem, le souvenir très vif lui revint de « [s]a pauvre sœur » et du petit salon « où [il voyait] miss Jane apporter un verre d’eau sucrée ». Cela l’emplit de tristesse et de plaisir34.

10Mlle Jane devait encore jouer un rôle assez important dans la vie de Mme Flaubert, de Gustave et de sa nièce, Caroline Hamard. Son mariage à Richard Farmer a déjà été évoqué (p. 35) ; c’est elle la Mme Farmer à laquelle Gustave, sa mère et la petite Caroline rendirent visite en 1851 quand ils se rendirent à Londres. Ce fait serait resté inconnu si Louise Colet n’avait pas gardé le contact avec Victor Hugo.

  • 35 G. Simon, « Victor Hugo et Louise Colet », Revue de France, 15 mai 1926 [N.D.T. : Après avoir cons (...)
  • 36 Hugo note l’envoi de lettres à Jules Janin et à Louise Colet par l’intermédiaire de M. Savoye (qui (...)
  • 37 CHH, OC, xiii, p. 352, no 506, à Victor Hugo, le 2 juin 1853.
  • 38 Ibid., p. 360, no 511, à Louise Colet, le 14-15 juin 1853. Les notes des éditions Conard et CHH po (...)
  • 39 Voir Starkie, Flaubert : The Making of the Master (Londres, Weidenfeld, 1967), p. 216. Concernant (...)

11À l’origine, Louise avait écrit à Hugo pour le remercier d’avoir défendu un des poèmes qu’elle avait soumis à l’Académie. Elle le rencontra en Angleterre en 1851 (juste avant le voyage des Flaubert) et ils commencèrent à échanger des lettres dès son retour en France. Afin de contourner la censure (car Hugo vivait en exil à Jersey depuis le coup d’état de 1851), elle lui suggéra en 1852 d’adresser ses lettres à Jules Simon, alors à Londres, dans Essex Street, lequel les ferait suivre à Flaubert35 (Simon, l’un des « hommes de 1848 », deviendra ministre, et sera président du Conseil d’État en 1876). Mais Flaubert se rendit compte que si le subterfuge était découvert, il y aurait des conséquences sérieuses pour le frère de Simon, un fonctionnaire du gouvernement, surtout que les enveloppes arrivaient souvent déchirées, révélant l’écriture de Hugo36. Quand Simon quitta Londres, Flaubert élabora une stratégie selon laquelle Hugo pouvait envoyer ses lettres à Mme Farmer à Londres, qui les enverrait à son tour à Flaubert. Il écrivit à Hugo le 2 juin 1853 : « je connais à Londres une famille de bons marchands, auxquels vous pourriez, de Jersey même, adresser vos lettres. Ils décachetteraient cette première enveloppe […], puis couvriraient la seconde […] d’une autre qui porterait ainsi leur écriture anglaise et le timbre de Londres. » Les envois de Mme Colet suivraient le même chemin, par l’intermédiaire de Flaubert37. Quelque temps après, il écrivit à « la Muse » pour l’avertir que toutes les précautions avaient été prises : « Ma mère a écrit l’adresse elle-même. »38 Dans sa lettre à Hugo, en-dessous de la signature de Flaubert, est inscrit « Mrs Farmer, Upper Holloway, Manor road no. 5, London » (Hugo, qui croyait que « Gustave Flaubert » était un nom de plume de Louise Colet, fit des réponses dûment tendres ; en octobre 1853 il avait perdu l’adresse des Farmer39).

  • 40 PRO RG9/791.
  • 41 « Nous descendîmes chez l’ancienne institutrice de ma mère, Mrs Farmer, dans un quartier un peu en (...)
  • 42 Elles ont été publiées comme « calendrier d’un séjour chez Juliet Herbert » dans le tome viii des (...)

12L’adresse de Upper Holloway nous a permis de chercher la famille Farmer dans les recensements et les répertoires. Malheureusement, le recensement de 1851 ne semble pas prendre en compte le 5 Manor Road, mais un nommé Richard Farmer apparaît à cette adresse dans les répertoires de Londres et de sa banlieue en 1857 et en 1858. Au moment du recensement de 186140, il avait déjà déménagé à Tottenham Lane, Hornsey, dans le nord de Londres également, la famille étant devenue plus nombreuse. À cette époque, Richard avait 34 ans et on le décrit comme marchand de fer et d’étain, né à Clerkenwell. Non seulement sa femme s’appelait Jane (elle avait 36 ans, ce qui lui aurait donné environ dix-huit ans à l’époque où Mlle Jane était venue chez les Flaubert), mais de leurs trois enfants, la plus jeune, âgée alors de six ans, s’appelait Caroline, sans doute pour commémorer la visite de la petite Caroline Hamard en 1851, visite que nous ne tarderons pas à décrire. Ces indices correspondent à la description, par la nièce de Flaubert, de Mme Farmer, « l’ancienne institutrice de ma mère » dans ses mémoires inédits, Heures d’autrefois41. Clerkenwell, cité comme le quartier d’origine, correspond précisément à la famille de Charles Farmer, également marchand de fer et d’étain, lequel dirigerait plus tard un entrepôt général d’outils et de métaux aux 92 et 93 St John’s Street à Clerkenwell (on le trouve dans les répertoires londoniens à partir de 1819). Jane, la femme de Richard, est née à Lambeth, selon le recensement. L’on ne pourrait pas trouver de famille qui corresponde mieux à l’épithète de « bons marchands » dans la lettre que Gustave adressa à Hugo. Et s’il faut des preuves supplémentaires pour soutenir l’hypothèse que les Farmer déménagèrent de Upper Holloway à Hornsey, nous sommes en mesure de les fournir, car des connaissances locales nous ont permis de déchiffrer un mot dit « illisible » dans la seule version publiée des notes de voyage de Flaubert lors d’une visite ultérieure en Angleterre42. Ces notes font mention d’une visite à « Mrs Farmer » à « hornesey » (voir les Notes de voyage, p. 220).

  • 43 CHH, OC, xvi, p. 68, no 914, à Caroline, le 10 mai 1861.
  • 44 Ibid., xvi, no 3688, mal datée « septembre 1869 » à cause de la date dans l’édition Conard.

13Les Farmer demeurèrent des amis des Flaubert. Au mois de mai 1861, Gustave envoya à « Jane » une photographie de Caroline43 et, en 1867, les Farmer vinrent à Croisset (après leur départ, Gustave fit la remarque à Caroline qu’il n’était pas fâché de se remettre à la besogne44). En 1870, comme nous le dirons au chapitre vii, Caroline logea chez eux lors de son séjour anglais pendant la guerre franco-prussienne.

  • 45 Bruneau, Corr., i, p. 589.
  • 46 Ibid., i, p. 589, n. 2, p. 1081.
  • 47 CHH, OC, xiii, p. 157, no 397, à Parain, janvier 1852.
  • 48 Chevalley-Sabatier, Flaubert et sa nièce Caroline, p. 36.
  • 49 Bruneau, Corr., i, p. 711.

14Il est naturel que Gustave se soit préoccupé de l’instruction de l’unique enfant de sa sœur tant aimée. Bien qu’elle n’eût que quatre ans en 1850, Caroline Hamard avait déjà une gouvernante, car Gustave demanda de ses nouvelles dans la lettre qu’il écrivit à sa mère de Bani Souëf le 14 février de cette année-là45. Selon le professeur Bruneau, c’était sans doute une Anglaise qui quitta Croisset en octobre 185146, mais il nous semble plus plausible qu’elle s’en alla quand Mme Flaubert rejoignit Gustave à Rome en avril 1851, confiant Caroline aux soins des Bonenfant (contrairement à ce que désirait Gustave). Mme Chevalley-Sabatier décrit à quel point elle devint insupportable après avoir fait l’expérience nouvelle de la compagnie d’autres enfants. Gustave raconte à son oncle Parain, en janvier 1852, que tout le temps qu’ils avaient passé à Paris (après le retour de l’Italie), « Liline a été mauvaise comme le diable. »47 Revenus à Croisset, ils prirent la décision d’aller en Angleterre quérir « une de ces institutrices fermement préparées à leur rôle, indispensables à l’éducation des jeunes personnes de bonne famille. »48 Le 24 novembre 1850 déjà, de Constantinople, Gustave avait conseillé à sa mère de trouver une telle gouvernante, en intervenant elle-même autant que possible, et d’en surveiller le caractère et le bon sens. Puisque les premières impressions ne s’effacent pas – « Nous portons en nous notre passé » – il redoutait que l’on impose un « corset moral » à l’enfant49.

  • 50 Heures d’autrefois, p. 51.
  • 51 Ruin pleasure, en anglais [N.D.T.].
  • 52 CHH, OC, xiii, p. 144, no 581, à Louise Colet, le 28 septembre 1851.
  • 53 Bruneau, Corr., i, p. 314.

15La visite à Londres lui permit ainsi qu’à Mme Flaubert de profiter de l’occasion pour voir l’Exposition universelle (the Great Exhibition), qui venait d’ouvrir lorsqu’ils arrivèrent fin septembre. Selon le récit de Caro line Commanville Franklin-Grout dans ses Heures d’autrefois, ils descendirent chez les Farmer (ceux-ci vivaient encore à Upper Holloway) où, le plus souvent, on laissait la fillette à la maison, parce qu’elle avait peur des bruits de la rue. « Je ne m’amusais guère dans le home anglais de Mme Farmer, confinée dans la nursery avec de tout petits babies, n’ayant pas le droit de cueillir une fleur au jardin, moi qui étais maîtresse entière de celles de Croisset »50, écrira-t-elle dans ses mémoires. Dans la nursery (le recensement le révèle), il y avait alors les deux enfants des Farmer, dont l’aîné était un petit garçon d’un an et demi. Gustave et sa mère visitèrent Highgate Cemetery, qui ne se trouvait pas loin de Upper Holloway et, pour s’y rendre, il fallait traverser la rase campagne. Par rapport aux goûts de Flaubert, qui coïncidaient exactement avec ce que Rose Macaulay appelle « le plaisir des ruines »51, le cimetière était trop propre et trop rangé : « Ces gens-là ont l’air d’être morts en gants blancs », dit-il à Louise Colet52. Il aimait avant tout la végétation qui pousse dans les ruines, « cet envahissement de la nature qui arrive tout de suite sur l’œuvre de l’homme quand sa main n’est plus là pour la défendre. »53 Il détestait les jardinets autour des tombeaux, avec leurs plates-bandes ratissées et leurs fleurs épanouies, ainsi que, naturellement, les abus d’architecture égyptienne et étrusque.

  • 54 CHH, OC, xiii, p. 151-152, no 388, à Henriette Collier, le 23 novembre 1851. L’expression de cette (...)
  • 55 Seznec, Flaubert à l’Exposition de 1851, Oxford, Clarendon Press, 1951.

16À Londres, Gustave rendit visite à Harriet Collier, qui vivait à l’époque dans Upper Grosvenor Street. Après son retour à Croisset, il lui dit qu’il se rappellerait longtemps leur promenade dans Hyde Park et le dimanche après-midi brumeux où il l’avait quittée et « où [il] avai[t] plus de brouillard dans le cœur qu’il n’y [en] avait sur Londres. »54 Avec sa mère et la petite Caroline, Flaubert visita l’Exposition universelle le 30 septembre dans un brouillard atroce. Ils virent une exposition chinoise à Albert Gate et allèrent au Musée de la Compagnie des Indes (The East India Company’s museum) dans Leadenhall Street. Ces visites sont toutes décrites et annotées de manière intéressante par le professeur Jean Seznec55. Mais l’objectif principal du voyage à Londres était de trouver une gouvernante.

  • 56 Heures d’autrefois, p. 51.
  • 57 L’Éducation sentimentale, II, iii, Seuil, OC, ii, p. 76.
  • 58 Chevalley-Sabatier, Flaubert et sa nièce Caroline, p. 37.
  • 59 Ibid., p. 36.
  • 60 « Elle est très fière. » [N.D.T.].
  • 61 CHH, OC, xiii, p. 183, no 416, à Henriette Collier, le 18 avril 1852.
  • 62 Ibid., p. 372, no 516, à Louise Colet, le 2 juillet 1853. Cette lettre montre bien qu’Isabel Hutto (...)

17La nièce de Flaubert, dans les mémoires que nous avons déjà cités, décrit l’après-midi où on l’emmena dans un pensionnat où des demoiselles défilèrent devant sa grand-mère. C’étaient des gouvernantes. Mme Flaubert choisit « Miss Isabelle Hetton [sic] », décrite par Caroline comme étant une brune assez jolie quoique grêlée de petite vérole. Il fut convenu qu’elle irait à Croisset56. Cette description nous donne à croire qu’elle servit de modèle pour la gouvernante de la « nièce » de M. Dambreuse dans L’Éducation sentimentale, fille qui est décrite comme « une Anglaise, forte ment marquée de petite vérole. »57 Malheureusement Isabel Hutton (ainsi s’appelait-elle), dite la gouvernante « dévote » et qui se présenta à Croisset au début de novembre 1851, ne fut pas un bon choix. Elle se montra sévère et les cours de piano étaient orageux58. Caroline n’avait qu’une idée, celle de fuir sa gouvernante et de se réfugier à la cuisine auprès de Julie59. En avril 1852, Flaubert dit à Harriet qu’elle élevait bien Caroline et ne la gâtait pas mais qu’elle la bousculait même quelquefois. « She is very proud »60, écrivit-il en anglais, ajoutant qu’elle détestait la France et tout ce qui était français61, peut-être un peu comme Charlotte Brontë détestait les Bruxellois catholiques. Mme Flaubert aurait à supporter quelques mois encore la présence d’Isabel Hutton, mais le 2 juillet 1853, Gustave dit à « la Muse » que cette gouvernante est « d’un caractère si rogue, fantasque et brutal, elle malmenait tellement l’enfant qu’on la remercie ; elle s’en va. »62

  • 63 Voir la conclusion tirée par les éditeurs des OC chez le CHH, note 3 à la lettre no 489, p. 317.
  • 64 Ibid., p. 312, no 489, le 27 mars 1853.

18Cette lettre est importante pour établir la date du départ d’Isabel Hutton, puisqu’on a dit ailleurs que ce n’est pas elle, mais Juliet Herbert qui est évoquée dans la lettre que Gustave écrivit à Louise Colet le 27 mars 1853, quand il envisage l’opération de camouflage pour la correspondance de Hugo, impliquant les Farmer63. Dans cette lettre, Gustave dit à Louise que Mme Farmer est de loin la meilleure personne à choisir comme intermédiaire, car « Qui sait si les connaissances de l’institutrice ne peuvent bavarder ? » et parce que les Collier connaissaient Nieu werkerke, qui était l’amant de la princesse Mathilde64. Si cette phrase au sujet de la gouvernante concernait vraiment Juliet Herbert, elle aurait fourni une bribe d’information intéressante sur les connaissances de la famille Herbert, mais manifestement elle fait allusion à Isabel Hutton.

Notes

1 « The Victorian middle class » dans le texte anglais [N.D.T.].

2 Gervas Huxley, Lady Elizabeth and the Grosvenors, Londres, Oxford University Press, 1965, p. 147.

3 « Gouvernante » traduit ici « housekeeper », la femme qui était responsable du ménage et des autres domestiques [N.D.T.].

4 Gervas Huxley, Lady Elizabeth and the Grosvenors, p. 56.

5 Citée dans Victorian Working Women […] de W. F. Neff, Londres, Allen & Unwin, 1929, p. 157-158.

6 Ibid., p. 155.

7 Cité ibid., p. 154-155.

8 W. H. C. Armytage, Four Hundred Years of English Education, Cambridge University Press, 1970, p. 130.

9 Elizabeth Gaskell, Life of Charlotte Brontë, Londres, Smith, Elder, 1871, p. 227.

10 Quarterly Review, vol. 84, décembre 1848-mars 1949, compte rendu de Vanity Fair et de Jane Eyre.

11 Gaskell, p. 128.

12 Speak Memory, Londres, Weidenfeld, 1967. Voir Huxley, p. 143, où Lady Elizabeth Belgrave fait des remarques sur le nombre de gouvernantes écossaises à Moscou en 1827, « très prisées » pour enseigner l’anglais aux enfants, alors qu’en fait elles parlaient avec un fort accent d’Édimbourg ou d’Aberdeen.

13 Quarterly Review, vol. 84, décembre 1848-mars 1949, p. 178.

14 Voir D. Beale, Reports Issued by the Schools’ Inquiry Commission on the Education of Girls, Londres, David Nutt [1870].

15 Christina Rossetti (1830-1894), poétesse anglaise parmi les plus importantes du XIXe siècle. Le poète Dante Gabriel Rossetti était son frère [N.D.T.].

16 Mackenzie Bell, Christina Rossetti, 2e édition, Londres, Hurst & Blackett, 1898, p. 24.

17 Quarterly Review, vol. 119, janvier-avril 1866, p. 510.

18 Témoignage de James Bryce à la Schools’ Inquiry Commission, Beale, p. 74-75.

19 Madame Bovary, II, xii [N.D.T. : Voir Seuil, OC, i, p. 640].

20 « The lower middle classes » dans le texte anglais [N.D.T.].

21 Beale, p. 74-75.

22 On sait depuis 2004 que Flaubert entra au Collège royal de Rouen le 15 mai 1832 [N.D.T.].

23 Bruneau, Corr., i, p. 246.

24 Pour des renseignements sur Caroline Anne Heuland, voir Lucien Andrieu, « Caroline Anne Heuland, l’anglaise probable des Mémoires d’un fou », BAF, no 23, décembre 1963, p. 27-29 ; et Jean Bruneau, Les Débuts littéraires [N.D.T. : Concernant les deux Anglaises, le professeur Bruneau affirme seulement qu’il ne s’agissait pas des sœurs Collier et que pour découvrir leur identité, il faudrait savoir quelle était la pension fréquentée par Caroline. Il conclut : « Nos recherches n’ont pas donné de résultat » (p. 244-245)].

25 Seuil, OC, i, p. 240.

26 Spencer, French Studies, 8, 1954, p. 100.

27 Bruneau, Corr., i, p. 852.

28 Ibid., p. 137.

29 Par exemple, F. & J. Fargues, teinturiers de soie français[e], Spitalfields, et F. P. Fargues, imprimeur en planches gravées, 47 Berwick Street, sont repris dans le répertoire « Robens London Directory » pour l’année 1833 [N.D.T. : Le nom de l’entreprise de F. & J. Fargues cité par Hermia Oliver, « French and silk dyers » nous paraît étrange ; littéralement la phrase serait traduite par « teinturiers de soie et de français ». À moins que le « français » ne soit une sorte de tissu que nous n’avons pas pu découvrir, le nom de l’entreprise fut probablement « French silk dyers », ce qui laisse planer cependant une certaine ambiguïté ; c’étaient soit des teinturiers de soie française soit des teinturiers de soie français].

30 Bruneau, Corr., i, p. 198 et 199-200.

31 Ibid., p. 202.

32 Ibid., p. 219 [N.D.T. : C’est en fait à Gustave que Mme Flaubert envoya l’adresse. Caroline lui écrit : « Maman t’enverra ce soir l’adresse de Mlle Jane »].

33 Ibid., p. 546.

34 Voyage en Orient : Palestine, Seuil, OC, ii, p. 614.

35 G. Simon, « Victor Hugo et Louise Colet », Revue de France, 15 mai 1926 [N.D.T. : Après avoir consulté l’article en question, nous constatons que la version d’Hermia Oliver est un peu embrouillée. Outre la contradiction entre la phrase ci-dessus et l’affirmation de Simon que « Victor Hugo n’a connu Louise Colet que lorsqu’elle vint lui rendre visite à Guernesey, en 1857 », on ne comprend pas, à la lecture des lettres échangées entre Louise Colet et Hugo, si Jules Simon et Gustave Flaubert constituaient deux couverts indé pendants pour la correspondance, ou bien deux étapes d’un même subterfuge. Le 8 décembre 1852, Louise écrit : « Je vous adresse celle-ci par l’Angleterre ; soyez assez bon de me répondre de même : à M. Jules Simon, 42, Essex street, Strand, pour Mme Louise Colet ». Ce n’est que le 25 avril 1853, dans un post-scriptum, que nous la voyons adopter une autre stratégie « J’apprends que M. Jules Simon a quitté Londres. Voici une adresse pour le livre que vous m’avez fait espérer : pour les lettres, usez toujours du couvert de M. Flaubert (Mr. Dumourier, 5 Took’s Court, Chancery Lane, London) ». Le souli gnement est de nous].

36 Hugo note l’envoi de lettres à Jules Janin et à Louise Colet par l’intermédiaire de M. Savoye (qui habitait Milton Street, Dorset Square à l’époque). M. Savoye était prié de mettre celles-ci à la poste, toutes deux à l’intérieur d’une quatrième lettre destinée à Flaubert, à Croisset (Hugo, Œuvres poétiques, édition établie et annotée par Pierre Albouy, Gallimard, Pléiade, 1967, ii, p. 423-424).

37 CHH, OC, xiii, p. 352, no 506, à Victor Hugo, le 2 juin 1853.

38 Ibid., p. 360, no 511, à Louise Colet, le 14-15 juin 1853. Les notes des éditions Conard et CHH pour la lettre de Flaubert à Louise du 27 mars 1853 (CHH no 489) affirmant que la gouvernante adressait elle-même les lettres et les paquets ne sont ainsi pas tout à fait correctes [N.D.T. : La note 3 (p. 317) à la lettre no 489 (CHH, OC, xiii, p. 312) ne dit pas que l’institutrice adressait les lettres. Flaubert écrit à Louise Colet « J’aime mieux avoir recours à Mme Farmer qu’à tout autre. Qui sait si les connaissances de l’institutrice ne peuvent bavarder ? [27 mars 1853]. L’erreur de ces éditions consiste à identifier l’institutrice avec Juliet Herbert].

39 Voir Starkie, Flaubert : The Making of the Master (Londres, Weidenfeld, 1967), p. 216. Concernant la perte de l’adresse par Hugo, voir sa lettre du 12 octobre 1853 (CHH, OC, xiii, p. 419, no 543).

40 PRO RG9/791.

41 « Nous descendîmes chez l’ancienne institutrice de ma mère, Mrs Farmer, dans un quartier un peu en dehors de la ville. » Le professeur Bruneau, qui possède un exemplaire dactylographié des Heures d’autrefois, a eu la gentillesse de nous fournir des extraits de ce texte [N.D.T. : Voir l’éd. de Matthieu Desportes, p. 51]. Mme Chevalley-Sabatier décrit Mme Farmer comme « l’ancienne institutrice de Gustave et de sa sœur » dans Gustave Flaubert et sa nièce Caroline, qui s’inspirait des Heures d’autrefois].

42 Elles ont été publiées comme « calendrier d’un séjour chez Juliet Herbert » dans le tome viii des CHH, OC, qui classe à tort le Carnet de voyage 13 (le manuscrit se trouve à la BHVP) parmi les Carnets de lecture, voir p. 336-339 et 342-343.

43 CHH, OC, xvi, p. 68, no 914, à Caroline, le 10 mai 1861.

44 Ibid., xvi, no 3688, mal datée « septembre 1869 » à cause de la date dans l’édition Conard.

45 Bruneau, Corr., i, p. 589.

46 Ibid., i, p. 589, n. 2, p. 1081.

47 CHH, OC, xiii, p. 157, no 397, à Parain, janvier 1852.

48 Chevalley-Sabatier, Flaubert et sa nièce Caroline, p. 36.

49 Bruneau, Corr., i, p. 711.

50 Heures d’autrefois, p. 51.

51 Ruin pleasure, en anglais [N.D.T.].

52 CHH, OC, xiii, p. 144, no 581, à Louise Colet, le 28 septembre 1851.

53 Bruneau, Corr., i, p. 314.

54 CHH, OC, xiii, p. 151-152, no 388, à Henriette Collier, le 23 novembre 1851. L’expression de cette lettre : « votre gros bon garçon de cousin » ne peut pas faire référence à Hamilton Aïdé, âgé alors de vingt-cinq ans et dans l’armée, ainsi les éditeurs du Supplément (i, p. 143, n.) le pensaient. Dans la nombreuse famille des Collier, les cousins ne devaient pas faire défaut.

55 Seznec, Flaubert à l’Exposition de 1851, Oxford, Clarendon Press, 1951.

56 Heures d’autrefois, p. 51.

57 L’Éducation sentimentale, II, iii, Seuil, OC, ii, p. 76.

58 Chevalley-Sabatier, Flaubert et sa nièce Caroline, p. 37.

59 Ibid., p. 36.

60 « Elle est très fière. » [N.D.T.].

61 CHH, OC, xiii, p. 183, no 416, à Henriette Collier, le 18 avril 1852.

62 Ibid., p. 372, no 516, à Louise Colet, le 2 juillet 1853. Cette lettre montre bien qu’Isabel Hutton était toujours chez les Flaubert en juillet 1853.

63 Voir la conclusion tirée par les éditeurs des OC chez le CHH, note 3 à la lettre no 489, p. 317.

64 Ibid., p. 312, no 489, le 27 mars 1853.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search