Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

Les auteurs

Texte intégral

1Françoise Baron, conservateur général honoraire du patrimoine, est spécialiste de la sculpture médiévale française. Ses travaux portent notamment sur le XIXe siècle. Elle a effectué toute sa carrière au département des sculptures du musée du Louvre et a été commissaire de nombreuses expositions en France et à l’étranger.

2Christine Boyer, ancienne élève de l’École nationale des chartes, docteur en histoire médiévale, est conservateur des bibliothèques et travaille actuellement à la bibliothèque municipale de Lyon. Ses recherches concernent essentiellement la prédication dominicaine aux XIIIe et XIVe siècles, en particulier les œuvres de Humbert de Romans et Guillaume de Sauqueville.

3Jean-Pierre Chaline, professeur émérite à l’université de Paris-Sorbonne, ancien directeur de l’Institut d’histoire de Paris IV, est spécialiste d’histoire sociale et culturelle. Il a publié de nombreux livres sur les élites ainsi que sur la Normandie, comme récemment Les Dynasties normandes (Perrin, 2009). Il est codirecteur d’un ouvrage collectif à paraître sur la cathédrale de Rouen. Il est président de la Société d’histoire de Normandie.

4Nadine-Josette Chaline, professeur émérite à l’université d’Amiens dont elle a dirigé la faculté d’histoire et de géographie, est spécialiste d’histoire religieuse. Elle a dirigé le volume Rouen – Le Havre, dans la collection d’histoire des diocèses de France, et publié Des catholiques normands sous la IIIe République. Elle a organisé des colloques, notamment sur la construction des églises au XIXe siècle, sur les chrétiens dans la Grande Guerre et sur la paix d’Amiens.

5Marie-Bénédicte Dary, chercheur associé au Centre d’histoire sociale et culturelle de l’Occident à l’université de Paris-Ouest (EA 1587) a soutenu en 1997 une thèse de doctorat sur la fête de la Conception de la Vierge aux XIIe et XIIIe siècles d’après les sources liturgiques. Elle travaille depuis sur la notion de tradition et sur l’iconographie du Saint-Esprit. Elle a publié un article sur saint Bernard et l’immaculée Conception.

6Jean-Dominique Durand est professeur d’histoire contemporaine à l’université Jean-Moulin— Lyon 3. Auteur de nombreux livres et articles portant sur l’histoire du christianisme en Europe, particulièrement en France et en Italie, il assure un cours sur l’histoire de la laïcité en Europe de la Révolution française à nos jours. Il vient de codiriger un ouvrage sur la cathédrale de Lyon (Éditions La Nuée Bleue, 2011). Il est également président de la fondation Fourvière, fondation d’intérêt public qui a la responsabilité de la gestion du sanctuaire de Fourvière à Lyon.

7Gérard Gros, professeur de littérature médiévale à l’université de Picardie – Jules-Verne, a consacré une partie de ses travaux à la poésie mariale de la fin du Moyen Age, et en particulier aux Puys d’Amiens et de Rouen. Le Puy d’Amiens, encore trop méconnu (du point de vue littéraire et théologique en particulier) mérite, à son avis, de nouvelles études approfondies, notamment sur son rayonnement, et sa très probable influence sur le Puy de la Conception de Rouen.

8Denis Hüe est professeur de langue et littérature du Moyen Âge et de la Renaissance à l’université de Rennes 2 – Haute Bretagne. Spécialiste de la poésie lyrique de la fin du Moyen Âge, il est l’auteur d’une thèse d’État sur le Puy de la Conception de Rouen (La Poésie palinodique à Rouen, 1485-1550, Champion, 2002, prix Gossier de l’Académie de Rouen ; et Petite Anthologie palinodique, Champion, 2002). Derniers ouvrages parus : Lancelot, Arthur, le graal, le grand roman, Ouest-France, 2010 ; Rémanences, mémoire de la forme dans la littérature médiévale, Champion, 2010 ; Lectures de Charles d’Orléans, Presses universitaires de Rennes, 2010.

9Vassa Kontuma-Conticello est maître de conférence à l’École pratique des hautes études, section des sciences religieuses (christianisme orthodoxe) et directrice de la bibliothèque de l’Institut français d’études byzantines. Elle a publié de nombreuses études sur la vie et l’œuvre de Jean Damascène et, plus généralement, sur la théologie byzantine et post-byzantine.

10Marielle Lamy, agrégée et docteur en histoire, auteur d’une thèse intitulée L’Immaculée Conception. Étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Age (XIIe XVe siècle) (Paris, Institut d’études augustiniennes, 2000), est maître de conférences à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV), membre de l’UMR 8596 (Centre Roland-Mousnier. Histoire et civilisation). Elle étudie principalement la spiritualité des derniers siècles du Moyen Age : introduction au Sermons pour l’année de saint Bernard (Paris, Cerf, « Sources chrétiennes », 2004), travaux sur les diverses expressions de l’idéal de perfection chrétienne, sur les Vies du Christ et, plus récemment, recherches sur les écrits du religieux célestin Pierre Poquet († 1408).

11Séverine Lepape, archiviste-paléographe (2004), docteur en histoire médiévale (EHESS, 2007), a travaillé sur l’iconographie de l’Arbre de Jessé en France et en Angleterre, du XIIe au XVIIe siècle. Elle s’intéresse tout particulièrement aux représentations mariales ainsi qu’à l’immaculée Conception de la Vierge à la fin du Moyen Age, sujet auquel elle a consacré avec Eléonore Fournié un colloque en 2009 (EHESS-INHA). Elle est aujourd’hui conservateur à la Bibliothèque nationale de France, où elle est responsable de la réserve du département des estampes et de la photographie.

12Françoise-Hazel-Marie Le Saux, professeur de littérature médiévale à la School of Modern Languages and Literature de l’université de Reading, a fait ses études à l’université de Lausanne (licence ès lettres, doctorat) et à Swansea, University of Wales (MA en études celtiques). Directrice du Centre d’études médiévales de l’université de Reading, 2001-2004. Présidente de la branche britannique de la Société internationale arthurienne, 2006-2011. Son domaine de recherche porte principalement sur la problématique de la traduction et de l’adaptation culturelle au Moyen Âge. Parmi ses nombreuses publications, on peut relever : Wace. A Companion (2005) ; Amys and Amylion (1994) : Layamon’s Brut. The Poem and its Sources (1989).

13Veronica Ortenberg West-Harling est lecturer à l’université d’Oxford (History Faculty). Elle s’intéresse aux sociétés et à la culture du haut Moyen Âge en Occident, en particulier en Italie et en Angleterre. Ses travaux ont porté sur l’Église et la société anglo-saxonnes, sur la ville de Rome au VIIe siècle, ainsi que sur la question de la réception contemporaine du Moyen Age. Elle a enseigné à Oxford, Durham et au Pays de Galles, ainsi que dans les universités d’Arras et de Tours. Ses trois livres et ses nombreux articles ont été publiés dans plusieurs pays, et elle travaille en ce moment sur l’Italie post-byzantine des IXe et Xe siècles.

14Laurence Riviale, maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand II), est docteur en histoire de l’art de l’université de Tours (Centre d’études supérieures de la Renaissance, 2004). Membre du comité français du Corpus vitrearum, elle est membre du Centre d’histoire « Espaces et cultures » (EA 1001, université Blaise-Pascal) et correspondante au centre André-Chastel (UMR 8150, INHA). Elle a obtenu le prix Nicole du Comité français d’histoire de l’art en 2005 pour sa thèse : Le vitrail dans les anciens diocèses de Rouen et d’Évreux : formes et réformes (1517-1596), ainsi que le prix Courtonne-Lenepveu de l’académie des sciences, arts et belles-lettres de Rouen en 2008 pour son ouvrage : Le Vitrail en Normandie entre Renaissance et Réforme (1517-1596), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

15Françoise Thelamon, professeur émérite à l’université de Rouen, y a dirigé le Groupe de recherche d’histoire (GRHIS), conduisant et publiant des recherches sur les structures et pratiques de sociabilité dans la longue durée. Spécialiste de l’histoire et de l’historiographie du christianisme dans l’Antiquité, elle a publié Païens et chrétiens au IVe siècle (Paris, 1981) et de nombreux articles. Elle a fondé et dirigé le GDR-CNRS « Textes pour l’histoire de l’Antiquité tardive » et organisé de nombreux colloques.

16Nicolas Trotin, diplômé d’études supérieures de l’École du Louvre, a obtenu un master d’histoire moderne à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV), dont le sujet portait sur la prédication du dominicain Guillaume Pépin. Enseignant, il est membre de la Société des antiquaires de Normandie (Caen), dont il a assumé la présidence en 2010 : il collabore par ailleurs aux travaux de plusieurs sociétés savantes normandes.

17Marc Venard, ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégé d’histoire, docteur d’État avec une thèse sur Réforme protestante et Réforme catholique dans la province d’Avignon au XVIe siècle. Spécialisé dans l’histoire du christianisme aux XVIe et XVIIe siècles. Professeur émérite à l’université de Paris X – Nanterre. Président d’honneur de la Société d’histoire religieuse de la France.

18Catherine Vincent, ancienne élève de l’École normale supérieure, est actuellement professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Paris-Ouest – Nanterre – La Défense, après avoir exercé à deux reprises, comme maître de conférences d’abord, et ensuite en tant que professeur, à l’université de Rouen. Ses premières recherches ont porté sur les confréries médiévales, dont les charités normandes ; puis elle a travaillé sur l’histoire des paroisses et des pratiques religieuses ; elle s’intéresse actuellement aux pèlerinages et au culte des saints en Occident durant la seconde moitié du Moyen Âge.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search