Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

Ve partie — Dogme, dévotion, festivités à l'époque contemporaine

Marie à Lyon

De la Fête de la Lumière aux Fêtes des Lumières le 8 décembre

Jean-Dominique Durand

Texte intégral

  • 1 Gérald Gambier, La Merveilleuse Histoire du 8 décembre à Lyon, Châtillon-sur-Chalaronne, La Tailla (...)

1Le 8 décembre à Lyon, qui ne dure pas vingt-quatre heures, mais soixante-douze, voire quatre-vingt-seize heures, revêt depuis quelques années une dimension remarquable : la Fête des Lumières, voulue par la municipalité, d’abord en 1989 avec le maire Michel Noir (1989-1995) et la création du plan Lumière, visant à souligner par des éclairages ajustés la monumentalité de la ville et à effacer sa réputation de tristesse et de noirceur afin de la faire briller sur le plan international1. Son successeur, Raymond Barre (1995-2001), donna une ampleur nouvelle à la fête, en particulier le 8 décembre 1999, à l’occasion du dixième anniversaire du plan Lumière. Gérard Collomb, élu maire en 2001 a poursuivi sur cette trace, avec une explosion du budget dédié à cette fête, qui passa de 0,59 millions d’euros en 1999, à 1,5 en 2002, et 2 millions en 2008, avec à la clé un succès populaire remarquable qui dépasse l’agglomération même de Lyon, pour atteindre une réputation nationale et même internationale, avec un million de spectateurs en 2002 et quatre millions en 2008, selon les chiffres de la Ville. Deux cents monuments sont alors illuminés, des dizaines de spectacles lumineux sont organisés dans la ville. Mais cette fête profane, culturelle et commerciale, a ses origines dans la foi : elle s’appuie en effet et s’articule autour de la fête de l’Immaculée Conception, le 8 décembre, l’une des principales fêtes mariales. Au cœur des illuminations surgit la basilique de Fourvière, elle-même objet d’éclairages changeants d’année en année, tandis que s’éclaire sur l’esplanade de la basilique dominant, un « Merci Marie » en lettres lumineuses visibles de partout, et que les Lyonnais placent sur le rebord de leurs fenêtres, des lumignons qui perpétuent la Fête de la Lumière.

2La question est de savoir comment cohabitent, et même s’articulent les deux fêtes de la Lumière et des Lumières, la religieuse et la profane, dans une cité fortement marquée par sa double identité religieuse – mariale notamment – et laïque.

Les origines mariales d’une fête urbaine

  • 2 Irénée, Contre les hérésies (Adversus haereses), 3, 22, 4, Paris, Cerf (SC 211), 1974.
  • 3 Guide des Madones de Lyon, Lyon, Editions Autre Vue, 2008, p. 7-S. Sur le vœu des échevins, voir L (...)
  • 4 Guide des Madones,op. cit., p. 13. Au début du XXe siècle, André George, dans Les Madones des rues (...)

3La dévotion mariale paraît liée à Lyon aux origines mêmes du christianisme, avec son premier évêque saint Pothin. Bien des légendes invérifiables font naître le culte marial de l’arrivée de Pothin venu de Smyrne, envoyé par Polycarpe, lui-même disciple de Jean. L’historien se gardera de se prononcer, mais il doit prendre acte d’une mémoire transmise pieusement de génération en génération. Dans l’actuelle basilique de Fourvière, une mosaïque montre l’arrivée de Pothin, avec en fond Polycarpe et Jean, et l’inscription dit qu’il introduisit la dévotion à Marie. Saint Irénée, le deuxième évêque de Lyon, parlait de Marie comme de la nouvelle Eve, étroitement associée à son Fils dans l’œuvre de Rédemption2. Le pèlerinage à Fourvière qui cristallisa la ferveur mariale des Lyonnais au cours des siècles, est attesté dès le XIe siècle, une chapelle fut érigée entre 1173 et 1183, et en 1192 l’archevêque Jean de Bellesmes donna à Fourvière une charte de fondation. Vers 1140, les chanoines de Lyon introduisirent la fête de la Conception de Marie, le 8 décembre, tandis que sa Nativité était déjà célébrée le 8 septembre. Au XVIIe siècle, la succession de « pestes » ou épidémies plus ou moins bien définies amenèrent les autorités à se tourner vers la Mère de Dieu : en 1628, en 1638, en 1643 surtout. Le prévôt des marchands et les échevins décidèrent alors, dans le contexte de la consécration de la France à la Vierge par le roi Louis XIII, en 1638, de placer la ville « sous la protection toute puissante de la très Sainte et Immaculée Vierge Marie, Mère de Jésus-Christ Notre Seigneur ». Le 8 septembre, ils montèrent à Fourvière, entendirent la messe, offrirent un écu d’or, tandis que les paroisses de Lyon apportaient un cierge de sept livres. Le vœu prévoyait aussi l’installation de statues de la Vierge en divers lieux de la cité3. Il y a du reste une tradition d’installation de statues de la Vierge, le plus souvent dans des niches, à des angles de rues, pour lesquelles des actions de restauration et de mise en valeur sont activées depuis 2008 avec le soutien de la ville de Lyon4.

  • 5 Sur l’histoire de la dévotion mariale à Lyon, Jean Comby, « Lyon et Marie », dans Jean Comby (dir. (...)
  • 6 Jean-Dominique Durand, « La laïcité à Lyon », dans Fragments pour l’histoire de Lyon. Actes du col (...)

4Le vœu de 1643 fut perpétué jusqu’à la Révolution qui l’interrompit. En 1848, le cardinal de Bonald reprit la tradition de la consécration de Lyon à Marie, avec bénédiction de la ville, en présence des représentants des paroisses. Le vœu lui-même fut rétabli par le maire Francisque Collomb, et il n’a plus jamais été interrompu depuis. Son renouvellement est l’occasion, chaque 8 septembre d’une rencontre entre le maire, le conseil municipal, et de plus en plus, l’ensemble des élus de l’agglomération, et la communauté catholique5. La revitalisation de ce vœu antique est révélatrice, par-delà les vicissitudes de l’histoire, d’un respect qui se veut fort, à Lyon, entre l’expression religieuse et l’expression politique, au-delà de la nécessaire séparation des plans6.

  • 7 Gérald Gambier, La Merveilleuse Histoire..., op. cit., p. 26-33.

5En 1852, naquit la Fête de la Lumière, à l’occasion de la reconstruction du clocher de la chapelle du XVIIIe siècle, par l’architecte Alphonse Duboys et l’installation de la statue de la Vierge dorée de Joseph-Hugues Fabisch. Prévu pour le 8 septembre, mais empêché par de violentes intempéries, son montage par éléments eut lieu au cours du mois de novembre, pour que tout soit prêt pour la fête de la Conception le 8 décembre. Mais à nouveau le mauvais temps obligea à déplacer la cérémonie officielle du 8 au 12 décembre. Cependant, en fin de journée du 8, le temps se calma, un arc-en-ciel apparut, signe d’espérance, et un temps plus calme s’installa : les maisons s’illuminèrent alors, donnant naissance aux premières illuminations et à la fête7. Celle-ci commença véritablement le 12, avec l’illumination des bâtiments officiels et des églises, et l’implication des autorités civiles et religieuses. L’émir Abd el-Kader, en route pour Marseille, s’arrêta à Lyon les 12 et 13 décembre 1852, et fut témoin de la piété mariale des Lyonnais. Dans un ouvrage de 1855, intitulé Fourvière LUI dix-neuvième siècle, on lit :

La présence d’Abd el-Kader dans nos murs n’a pas été un des moins remarquables épisodes de cette soirée mémorable. Précédé et suivi d’un piquet de dragons, ce chef arabe parcourait la ville en voiture, exprimant par ses gestes l’admiration que lui inspirait tout ce dont il était témoin. Le disciple de Mahomet ira redire à ses coreligionnaires quelque chose de notre piété pour celle qu’eux aussi honorent comme Mère d’un grand Prophète, et l’Orient apprendra que la foi est vivante dans ce pays de France qui a produit tant de choses, et vers lequel se tournent toujours les regards du monde.

6En 1858, dans Notre-Dame de Fourvière, le chanoine Bouillard évoqua lui aussi la présence de l’émir :

  • 8 Textes cités par Christian Delorme, L’Émir Abd el-Kader à Lyon (12-13 décembre 1852), Lyon, Mémoir (...)

Il pourra raconter les merveilles dont il a été témoin dans notre ville, et ses récits, nous l’espérons, portés d’échos en échos, apprendront aux chrétiens de l’Asie Mineure que Lyon a conservé fidèlement pour Marie la dévotion qu’il reçut autrefois de Smyrne et d’Éphèse8

  • 9 Jérôme Caviglia, Histoire du 8 décembre, op. cit., p. 51.
  • 10 Sur les deux tètes du S septembre et du S décembre, un ouvrage ancien mais toujours utile, Pierre (...)

7Ce fut le début en 1852 d’une manifestation qui se répéta d’année en année, confortée en 1854 par la définition par le pape Pie IX, du dogme de l’Immaculée Conception, et qui très vite identifia Lyon à travers un spectacle que les témoins décrivent comme grandiose. Tout de suite, le 8 décembre devint une manifestation religieuse de première importance9, conçue comme un Acte de reconnaissance publique, renouvelé dans les années qui suivirent. Le pèlerinage à Fourvière devint peu à peu un pèlerinage d’autant plus remarquable qu’aucune apparition de Marie n’y est attestée10.

Dans les années 1880, le 8 décembre devint un enjeu de confrontation politique.

Le 8 décembre à fronts renversés

  • 11 Bruno Dumons, « Marie et Fourvière. Deux emblèmes du discours politique des élites lyonnaises du c (...)
  • 12 Jérôme Caviglia, Histoire du 8 décembre, op. cit., p. 172.

8Le S décembre, la fête catholique s’affirma comme un contre modèle dans le contexte des fièvres anticléricales. Il s’agissait désormais de « défendre la foi dans la cité de Marie11 ». La fête devint alors un étendard, comme le 14 juillet était celui des républicains. Un rapport de police de 1889 retenait cette interprétation en qualifiant le 8 décembre de « 14 juillet des femmes et des prêtres12 ».

  • 13 Jacques Prévosto, « Soixante ans de République », dans Françoise Bavard et Pierre Cayez (dir.). Hi (...)
  • 14 Philippe Dujardin et Pierre-Yves Saunier (dir.), Lyon (1850-1914). L’âme d’une ville, Lyon, ELAH, (...)

9Le contexte municipal était alors tendu. En 1884, Lyon retrouva une municipalité élue autonome. Les élus républicains reprirent alors le chemin de Fourvière à la recherche d’une légitimité. Mais cela ne dura guère. Les mesures visant à limiter la présence de l’Église catholique dans l’espace public se multiplièrent : laïcisation des cimetières, du personnel des Hospices civils, interdiction des processions. L’anticléricalisme municipal était exigé des milieux libre penseurs et maçons : le journal Le Salut public ironisait en 1879 sur cette ville qui se prétendait la première en France pour son radicalisme, mais s’illuminait « de l’entresol au grenier pour célébrer l’un des dogmes les plus abstraits de la religion catholique13 ». En 1894, fut inaugurée sur la colline de Fourvière, à quelques mètres de la nouvelle et grandiose basilique en cours de construction, une tour métallique, réplique lyonnaise (et modeste) de la tour Eiffel, ce qui put faire dire que « la République dispute le ciel à la Vierge14 ». Témoigne de cet état d’esprit fondamentalement hostile à la religion, un article de Justin Godart, important élu radical-socialiste dans les municipalités Augagneur puis Herriot, député en 1906, dans Lyon républicain du 22 février 1906 :

  • 15 Christian Ponson, « De Fourvière à Saint-Jacques des Etats-Unis », dans Françoise Bavard et Pierre (...)

Les fêtes religieuses périodiques sont imposées comme un devoir ; elles sont un entraînement régulier, combiné, nécessaire, vers l’erreur ; elles endorment le sens critique, la raison, elles sont la reprise constante de l’être par la dangereuse exaltation ou la béate jouissance de leur sensibilité spéciale. Quand on voit quel attrait ont les cérémonies religieuses, on comprend l’urgence de leur opposer la force libératrice des cérémonies laïques15

  • 16 Bruno Benoît, L’Identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (178 (...)
  • 17 André Combes, Histoire de la franc-maçonnerie à Lyon des origines à nos jours, Lyon, Editions des (...)

10Le pèlerinage à Fourvière n’en prit pas moins de l’ampleur à la fin du XIXe siècle. C’est surtout avec le maire Victor Augagneur (1900-1905) et les combats anticléricaux du début du XXe siècle, que la laïcité trouva à Lyon une mise en œuvre « pure et dure16 ». Maçon, initié aux Amis de la Vérité17, il fut, de 1900 à 1905, le maire le plus ardent sur ce terrain-là. C’est lui qui demanda la fermeture de la basilique de Fourvière :

  • 18 Jacques Prévosto, « Victor Augagneur. L’autoritaire (1900-1905) », dans 24 maires de Lyon pour deu (...)

Cette basilique est dans notre région la citadelle de la superstition et de l’exploitation religieuse ; elle se dresse sur le point culminant de notre ville comme pour jeter un insolent défi à la démocratie lyonnaise et à la philosophie de la raison et de la vérité18.

  • 19 Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon. De îsiy à 1940 Lyon, Librairie Pierre Masson, 1952, t. III, (...)
  • 20 Emile Poulat, Liberté, laïcité. La guerre des deux France et le principe de la modernité, Paris, C (...)
  • 21 Vincent Robert, « Rive gauche et rive droite, la République et l’Eglise », dans Philippe Dujardin (...)

11L’historien de Lyon Arthur Kleinclausz évoque « la véhémence des manifestations anticléricales19 ». On peut transposer à Lyon le conflit des « deux France20 ». Le combat des deux Lyon peut être symbolisé par la double manifestation du 8 septembre 1901. L’une eut lieu sur la rive gauche du Rhône, partant du pont de La Guillotière pour se rendre au cimetière du même nom, 10 000 personnes environ guidées par Victor Augagneur, accompagnées par les loges maçonniques, pour rendre hommage à un député républicain décédé, Victor Lagrange. A cette manifestation républicaine contre le cléricalisme ennemi, répondait la bénédiction de la ville par l’archevêque, le cardinal Pierre-Hector Coullié (1893-1912), depuis Fourvière, en ce jour du 258e anniversaire du vœu des échevins de 1643. « Deux villes s’affrontaient symboliquement ce jour-là », écrit Vincent Robert21.

  • 22 Elisabeth Hardouin-Fugier, Voir, revoir Fourvière, Hauteville-Lompnès, Lardant, 1988.
  • 23 Philippe Dujardin, « 1896, d’un palais l’autre », dans Lyon, l’âme d’une ville,op. cit., p. 45-49.
  • 24 Régis Ladous et Gersende Le Jariel, Commission de Fourvière, Lyon, Editions des Traboules, 1995, 3 (...)
  • 25 La basilique tut construite en réalisation du vœu prononcé le 8 octobre 1870, dans le contexte de (...)
  • 26 Philippe Dujardin, « 1896, d’un palais l’autre », art. cité.

12La basilique de Fourvière, construite dans sa forme extérieure, en forme de forteresse22, avec en son sommet l’archange saint Michel, réalisé par le sculpteur Paul-Emile Millefaut, livrant bataille aux hérésies et aux ténèbres, avait été consacrée en 1896, l’année de l’inauguration par le président de la République Félix Faure, le Ier mars, des facultés lyonnaises qui se voulaient le symbole de l’émancipation de la pensée23. Le 16 juin, jour de la dédicace du nouveau lieu de culte de Fourvière, Lucien Brun, président de la commission de Fourvière24, invita les Lyonnais à prier la Vierge « de préserver notre France chérie d’une invasion plus redoutable qu’une armée ennemie25, plus destructive que le fer et la flamme, l’invasion des doctrines impies qui prétendent donner congé à Dieu et l’exclure du gouvernement de l’humanité révoltée contre le Créateur26 ».

  • 27 Jérôme Caviglia, Histoire du 8 décembre, op. cit., p. 136.
  • 28 Ibid., p. 172.
  • 29 Ibid., p. 175. Valérie Belin, De la spécificité des pèlerinages à Notre-Dame de Fourvière, dans Th (...)

13La confrontation, avec d’un côté le modèle catholique intransigeant qui prenait la forme d’une résistance27, et de l’autre le modèle proposé par les radicaux et les loges maçonniques28, ne fut pas que verbale, par presse interposée – Le Progrès contre Le Nouvelliste – ou symbolique, elle se traduisit aussi par des heurts violents. Le 8 décembre 1903, ils firent une victime dans les rangs catholiques, Étienne Boisson, un négociant en soierie et ancien zouave pontifical29.

  • 30 Jean Comby, « Marie et Lyon », art. cité, p. 130.

14Il y avait une double instrumentalisation qui permettait à chaque camp de montrer sa force. Dans ce contexte de tensions se tint un congrès marial international du 5 au 8 septembre 1900. Il fut marqué par de nombreuses conférences très batailleuses, dont celles du chanoine Vanel, « Lyon et Marie » et de Mgr Le Roy, supérieur de la congrégation du Saint-Esprit, « Marie dans les missions », par le couronnement de la Vierge de la basilique et par la bénédiction de la ville depuis Fourvière30. À cette occasion, le pape Léon XIII adressa une lettre au cardinal Coullié, datée du 28 avril 1900, dans laquelle il reconnaissait le lien entre Marie et Lyon : « Lugdunum suum. » En 1904 on célébra avec éclat le cinquantenaire de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception, et en 1905 le centenaire de la réouverture de Fourvière par le pape Pie VII Si l’esprit d’affrontement perdura jusqu’en 1914, les années qui suivirent la première guerre mondiale virent émerger une double appropriation.

Une double appropriation

  • 31 Jean-Marie Mayeur, La Séparation des Eglises et de l’Etat, Paris, Editions de l’Atelier, 2005 ; et (...)

15Mgr Coullié, archevêque de Lyon de 1893 à 1912, durant les rudes batailles anticléricales, sut faire preuve de prudence devant la politique d’Emile Combes, au niveau national, et de Victor Augagneur au niveau municipal, rappelant les grands principes de l’action de l’Église, sur le plan social avec la première Semaine Sociale des catholiques français tenue à Lyon en 1904, et le refus de la séparation des Églises et de l’État, mais avec prudence et en veillant à ne pas exciter les passions. De ce fait, au moment des inventaires en 1906, il n’y eut pratiquement pas d’incidents dans le diocèse de Lyon31. Finalement, au-delà des diatribes des jusqu’au-boutistes, la modération l’emporta, favorisée par le départ de Victor Augagneur pour Madagascar, comme gouverneur, et l’élection comme maire de Lyon, d’Edouard Herriot qui entama en 1905 une administration qui devait durer plus de cinquante ans.

  • 32 Bruno Benoît, L’Iden tité politique,op. cit., p. 153.
  • 33 Lbid., p. 187.
  • 34 Jacqueline Lalouette, La République anticléricale, XIXe - XXe siècles, Paris, Seuil, 2002, p. 217 (...)
  • 35 Marc Du Pouget, « Laurent Bonnevay, notable libéral et social », dans Jean-Dominique Durand (dir.) (...)

16La longue municipalité Herriot témoigne de ce modérantisme qui paraît caractériser la vie publique lyonnaise jusqu’à aujourd’hui32. On a pu parler d’une « trêve entre Marianne et Marie33 », même si le maire ne renonça pas à ses convictions hostiles à la religion, soutenant le projet de monument dédié à Etienne Dolet par la Libre Pensée, et la création à l’université d’une chaire d’histoire des religions destinée, derrière un paravent de tolérance, à placer sur le même plan la Bible, Homère et les Véda34. Mais si les inventaires ne donnèrent pas lieu à des incidents graves, ce fut aussi parce que l’administration sut contrôler la situation. Au niveau du département du Rhône aussi, il convient de noter l’influence des catholiques républicains comme Laurent Bonnevay35, conseiller général dès 1904, président du conseil général de 1951 à 1957, qui, à propos d’Herriot que la guerre lui avait fait découvrir, disait que « nous sommes d’accord sur tout l’essentiel », ou jusqu’à aujourd’hui, les démocrates chrétiens Jean Palluy et Michel Mercier.

  • 36 Pierre-Yves Saunier, L’Esprit lyonnais (XIXe - XXe siècle). Genèse d’une représentation sociale, P (...)

17Cherchant à identifier « l’esprit lyonnais », Pierre-Yves Saunier écrit : « Prière et Labeur est une des formules par laquelle de nombreux auteurs du XIXe siècle se plaisaient à résumer ce qu’ils appelaient le génie local, le caractère, l’âme de la ville de Lyon. Tous admettaient cette association du travail et de la foi qui leur semblait pertinente dans la ville où se travaillait la soie, sous le regard bienveillant de Notre-Dame-de-Fourvière36. » Dans Lyon en 1889 Édouard Aynard, homme d’entreprise et d’œuvres, catholique et républicain, dressait le portrait du Lyonnais mystique et pratique tout à la fois, un mysticisme lyonnais dans lequel on trouve « le chrétien austère, le visionnaire, le sectaire », mais aussi le spirite, l’athée, l’anticlérical forcené.

  • 37 Jean Comby, « Lyon et Marie », art. cité, p. 151.

18On peut identifier ici « l’esprit lyonnais » comme un esprit de conciliation. Très différent du Congrès marial de 1900, et même de celui, diocésain, de 1939, le congrès marial national des 29 juin-4 juillet 1954, fut célébré par le cardinal Pierre-Marie Gerlier, légat du pape, en présence du maire Édouard Herriot et du préfet, on joua la Marseillaise et l’hymne pontifical37. Dans sa conférence sur « Lyon, cité de Notre-Dame », Joseph Folliet soulignait :

  • 38 Joseph Folliet, « Lyon, cité de Notre-Dame », 7e Congrès marial national, Lyon, Direction des œuvr (...)

Toutes les lignes du paysage lyonnais [...] montent naturellement vers Fourvière, convergent vers la basilique comme vers le lieu surnaturel qui leur donne leur sens profond. Inversement, c’est de Fourvière que le paysage lyonnais acquiert sa pleine valeur – le plus noble sans doute, le plus grand sinon le plus beau, de tous les paysages urbains dont s’enorgueillisse l’Europe aux cités industrieuses38.

19La revendication catholique du lien fort unissant Marie et Lyon était réaffirmée, cette fois dans un contexte d’apaisement et de bonnes relations entre l’archevêché et la Mairie, mais avec cependant un certain affadissement de la fête du S décembre dans le contexte de crise qui suivit le concile de Vatican II et durant le difficile épiscopat du cardinal Renard, marqué par une certaine contestation de la part d’une partie du clergé, et le refus de pratiques jugées rétrogrades. Le temps n’était plus aux processions. La montée à Fourvière fut redynamisée en 1987 par l’abbé Christian Lafargue, supérieur de la Fraternité saint Pie X à Lyon, et trois processions se juxtaposent : celle du diocèse, celle promue par les prêtres traditionalistes de l’église Saint-Georges, celle des lefébvristes. Elles étaient en même temps les témoins des divisions catholiques. La manifestation populaire restait cependant vivace avec la mise en place des lumignons aux fenêtres des appartements par les particuliers, mais il est difficile de connaître la part de la conscience religieuse – sans doute faible – et celle du simple attachement à une tradition dont l’origine était perdue de vue.

  • 39 Jean-Dominique Durand, « Postface. L’histoire se poursuit : 2002-2007 », dans Bernard Berthod et J (...)
  • 40 Cette inscription a évolué avec le temps. En 1S52, on pouvait lire « Lyon à Marie – 1643-1852 – Av (...)
  • 41 Note « À propos du s décembre », rédigée par Gilles Malartre, directeur de la fondation Fourvière, (...)

20Le vrai changement se produisit sous la municipalité de Michel Noir : la ville s’appropria alors la fête en l’intégrant au Plan Lumière qui mit en valeur les monuments, et à la volonté de développer le tourisme à Lyon, dont l’affirmation de la dimension internationale était une priorité. L’aspect commercial prit alors le dessus. L’Eglise parut à l’écart de ce mouvement, au point qu’il n’y avait guère de concertation entre le diocèse et les services de la municipalité pour le choix des illuminations des façades des églises. En 2002, le spectacle lumineux montrait un défilé de délicieux petits canards sur la façade de la cathédrale, c’était charmant mais peu respectueux du caractère sacré du lieu. Pourtant, peu à peu, à partir de 2000 surtout, on put assister à une revitalisation de la fête religieuse sous l’impulsion de la fête profane, en prenant appui sur l’afflux des Lyonnais et des touristes : l’opportunité missionnaire était évidente. La communauté de l’Emmanuel, installée en 2000 à l’église de Saint-Nizier, l’une des principales églises du centre ville, avec pour curé le père Eric Jacquinet, décida d’ouvrir l’église la nuit, et d’y accueillir les badauds. Le modèle était la mission dans la ville impulsée à Bruxelles, Lisbonne, Paris et Vienne par les cardinaux Godfried Danneels, José da Cruz Policarpo, Jean-Marie Lustiger et Christoph Schönborn. A partir de 2003, le cardinal Philippe Barbarin, nouvel archevêque de Lyon, succédant à plusieurs prélats disparus prématurément, les cardinaux Albert Decourtray (en 1995), Jean Balland (en 1998), et Louis-Marie Billé (en 2002), décida l’ouverture des églises du centre, avec un accueil organisé grâce aux « Missionnaires du 8 », et la distribution en 2004, de 500 000 exemplaires du Nouveau Testament et des Psaumes. Une collaboration fructueuse se mit en place entre l’archevêché et la ville pour mieux adapter les spectacles lumineux au caractère particulier des édifices de culte39. En particulier les illuminations de la basilique de Fourvière se font en accord avec le recteur du sanctuaire et le président de la fondation Fourvière, propriétaire des lieux, tandis que de toute la ville reste visible le « Merci Marie » en lettres lumineuses géantes40. Le 8 décembre 2009, est prévu pour la première fois un feu d’artifice tiré de la colline (et non plus du Rhône, comme cela s’est fait quelques fois) commandé par la municipalité. En même temps, la fête religieuse s’est étendue aux dimensions de la fête profane, soit trois ou quatre jours, et la procession, de la primatiale Saint-Jean au bord de la Saône à la basilique de Fourvière, dirigée par l’archevêque, suivant la statue de la Vierge du Bon Conseil portée par quatre séminaristes, connaît un engouement nouveau : 4 500 personnes y ont participé le S décembre 2008, tandis que les messes se succèdent à Fourvière (messes pour les malades et handicapés, pour les jeunes, internationales, des chanoines, des vœux des Lyonnais, etc.) Des affiches rappelant l’importance de la dimension religieuse de la fête sont visibles dans toute la ville, et des dépliants sont largement distribués, avec une forte mobilisation notamment des services de la Pastorale du tourisme et de la Pastorale des jeunes. Le 8 décembre 2007, le pape Benoît XVI délivra un message pour les pèlerins lyonnais, en direct de la place d’Espagne à Rome, relayé par la chaîne de télévision KTO, citant Fourvière à côté de Lourdes, tandis qu’une délégation composée du président de la fondation et du président de la commission de Fourvière, M. François Navarranne, participait aux célébrations du jubilé du cinquantenaire de la paroisse Notre-Dame de Fourvière à Koupéla, au Burkina Faso. Etait ainsi soulignée la dimension internationale du S décembre lyonnais, auquel participent tant de personnes issues des communautés immigrées présentes à Lyon (Tamouls, Portugais, Italiens, Polonais...) Le S décembre 2008 a été marqué par une présence nombreuse de missionnaires, avec une mobilisation des communautés Saint-Jean, de l’Emmanuel et du Chemin Neuf41.

  • 42 Louis-Marie Billé, « Le service de l’Eglise catholique dans une société laïque », dans Guy Bedouel (...)

21Si la rivalité entre Marianne et Marie reste visible à Lyon dans l’espace public, s’il reste des groupes actifs dans l’intégrisme laïciste – mais dont il est difficile de mesurer la représentativité – prêts à engager des actions en justice dès qu’une subvention est votée par une collectivité publique pour soutenir une initiative venue du monde catholique, Lyon illustre bien une observation que fit le cardinal Billé : « C’est sur le terrain que les choses se passent le mieux et parfois, c’est avec les municipalités “laïques” que le jeu de la distinction et de la coopération s’opère le mieux42. »

  • 43 Voir l’excellent film réalisé en 2006 par Radio chrétienne en France (RCF) et Télé Lyon métropole (...)
  • 44 Pascaline Courtadon, Fourvière, un symbole lyonnais ? , mémoire de master 1, sous la direction de (...)
  • 45 Fourvière. Le magazine de Notre-Dame de Fourvière, septembre 2008, en particulier les p. 20-21.
  • 46 Patrice Béghain, « Fourvière », dans Patrice Béghain et al., Dictionnaire,op. cit., p. 512-515.
  • 47 Lyon citoyen, octobre 2007, p. 2.

22L’évolution des fêtes du 8 décembre s’intégre dans le paysage d’une laïcité municipale apaisée, où le rôle des religions dans la société est reconnu dans le respect des consciences et des séparations entre les responsabilités des uns et des autres. On peut évoquer pêlemêle l’accueil du pape Jean-Paul II en 1986, qui bénit la ville depuis Fourvière, et le rôle du maire Francisque Collomb43, la construction de la Grande Mosquée avec l’implication des différentes confessions religieuses, en particulier du cardinal Albert Decourtray, et des pouvoirs publics, l’accueil en septembre 2005 des grandes religions du monde pour la 19e rencontre interreligieuse pour la paix sur le thème « Le courage d’un nouvel humanisme », la nomination en 2002, au cabinet du maire, d’un conseiller pour les affaires religieuses, la création la même année du groupe Concorde et Solidarité, avec les responsables des religions dans le but de travailler ensemble et avec l’autorité municipale, pour résoudre problèmes et tensions lorsqu’ils surgissent, jusqu’à l’inauguration en 2006, du nouvel éclairage de la tour métallique de Fourvière, cette fois en présence des élus et représentants des Eglises, y compris de l’archevêque, du recteur de la basilique et du président de la fondation Fourvière, tandis que la basilique est devenue un monument indissociable de la ville, un signe majeur44, l’âme de Lyon, « un trésor d’humanité » selon le maire de Lyon45. Patrice Béghain, ancien maire adjoint chargé de la culture dans la municipalité de Gérard Collomb, écrit aujourd’hui : « La basilique de Fourvière, devenue le monument emblématique de Lyon, peut légitimement être considérée comme le chef d’œuvre de l’architecture religieuse française du XIXe siècle et un des édifices majeurs du patrimoine lyonnais46. » Que de chemin parcouru depuis les disputes et combats de 1894-1896 ! Dans ce panorama, la cérémonie du renouvellement du vœu des échevins de 1643, le 8 septembre, est inscrite dans la vie politique et religieuse de la cité. On lit dans le Bulletin municipal d’octobre 2007 : « Depuis le 8 septembre 1643, la tradition du vœu des échevins ne faillit pas. Autorités civiles et religieuses le renouvellent fidèlement. Non que la peste menace Lyon comme alors. Non que la dissociation des pouvoirs et de leurs institutions n’ait plus cours. Mais il est des circonstances propices à préserver l’union de la communauté de la ville dans toute sa diversité47. »

  • 48 Bruno Benoît, La Lyonnitude. Dictionnaire historique et critique, Lyon, ELAH, 2000, p. 30.

23L’évolution du 8 décembre, où se lient désormais la Lumière et les Lumières, va dans le même sens. Ainsi l’historien lyonnais Bruno Benoît écrit-il : « Le 8 décembre est devenu la fête de la patrie lyonnaise, son 14 juillet, cette date n’ayant pas pour elle une grande force émotionnelle48. » Curieux retournement, où ce 14 juillet à la lyonnaise, n’est plus la fête des « femmes et des prêtres » comme le disait jadis un policier zélé, mais bien la fête de tous, où se mêlent la dimension de foi, le tourisme et le commerce, les manifestations culturelles et cultuelles.

Notes

1 Gérald Gambier, La Merveilleuse Histoire du 8 décembre à Lyon, Châtillon-sur-Chalaronne, La Taillanderie, 2003, p. 54 ; Jérôme Caviglia, Histoire du 8 décembre. Des origines à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Châtillon-sur-Chalaronne, La Taillanderie, 2004 ; un article de synthèse : Gérard Corneloup, « Huit-décembre », dans Patrice Béghain, Bruno Benoît, Gérard Corneloup et Bruno Thèvenon (dir.), Dictionnaire historique de Lyon. Lyon, Editions Stéphane Bâchés, 2009, p. 659-660.

2 Irénée, Contre les hérésies (Adversus haereses), 3, 22, 4, Paris, Cerf (SC 211), 1974.

3 Guide des Madones de Lyon, Lyon, Editions Autre Vue, 2008, p. 7-S. Sur le vœu des échevins, voir Lucien Pérouze, Le Vœu des Échevins, Lyon, Editions des Traboules, 1997.

4 Guide des Madones,op. cit., p. 13. Au début du XXe siècle, André George, dans Les Madones des rues de Lyon, Lyon, Lardanchet, 1913, en comptait 400. A la lin du siècle, on en recensait encore 220 (Saints et madones aux coins de nos rues. Editions lyonnaises d’art et d’histoire, 1995).

5 Sur l’histoire de la dévotion mariale à Lyon, Jean Comby, « Lyon et Marie », dans Jean Comby (dir.). Théologie, histoire et piété mariale, Lyon, Profac, 1997, p. 115-135.

6 Jean-Dominique Durand, « La laïcité à Lyon », dans Fragments pour l’histoire de Lyon. Actes du colloque du bicentenaire de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon 1807-2007, no spécial du Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, 2008, p. 65-79.

7 Gérald Gambier, La Merveilleuse Histoire..., op. cit., p. 26-33.

8 Textes cités par Christian Delorme, L’Émir Abd el-Kader à Lyon (12-13 décembre 1852), Lyon, Mémoire active, 2008, p. 37-39.

9 Jérôme Caviglia, Histoire du 8 décembre, op. cit., p. 51.

10 Sur les deux tètes du S septembre et du S décembre, un ouvrage ancien mais toujours utile, Pierre Chatelus, Notre-Dame de Fourrière et la piété lyonnaise, Lyon, Vitte, 1902.

11 Bruno Dumons, « Marie et Fourvière. Deux emblèmes du discours politique des élites lyonnaises du catholicisme intransigeant. L’exemple des rédacteurs de L’Echo de Fourvière (1880-1940) », dans Jean Comby (dir.), Théologie, histoire et piété mariale, op. cit., p. 183-205.

12 Jérôme Caviglia, Histoire du 8 décembre, op. cit., p. 172.

13 Jacques Prévosto, « Soixante ans de République », dans Françoise Bavard et Pierre Cayez (dir.). Histoire de Lyon. Du XVIe siècle à nos jours. Le Coteau, Horvath, 1990, p. 351-370. Voir Pierre-Yves Saunier, « “Haut-lieu” et lieu haut : la construction du sens des lieux. Lyon et Fourvière au XIXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1995, p. 202-227.

14 Philippe Dujardin et Pierre-Yves Saunier (dir.), Lyon (1850-1914). L’âme d’une ville, Lyon, ELAH, 1997, p. 114.

15 Christian Ponson, « De Fourvière à Saint-Jacques des Etats-Unis », dans Françoise Bavard et Pierre Cayez (dir.), Histoire de Lyon,op. cit., p. 371-389.

16 Bruno Benoît, L’Identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (1786-1905), Paris, L’Harmattan, 2000, p. 187.

17 André Combes, Histoire de la franc-maçonnerie à Lyon des origines à nos jours, Lyon, Editions des Traboules, 2006, p. 589.

18 Jacques Prévosto, « Victor Augagneur. L’autoritaire (1900-1905) », dans 24 maires de Lyon pour deux siècles d’histoire, Lyon, Editions LLJGD, 1994, p. 177-189.

19 Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon. De îsiy à 1940 Lyon, Librairie Pierre Masson, 1952, t. III, p. 505.

20 Emile Poulat, Liberté, laïcité. La guerre des deux France et le principe de la modernité, Paris, Cerf-Cujas, 1987.

21 Vincent Robert, « Rive gauche et rive droite, la République et l’Eglise », dans Philippe Dujardin et Pierre-Yves Saunier (dir.), Lyon, l’âme d’une ville,op. cit., p. 9-12.

22 Elisabeth Hardouin-Fugier, Voir, revoir Fourvière, Hauteville-Lompnès, Lardant, 1988.

23 Philippe Dujardin, « 1896, d’un palais l’autre », dans Lyon, l’âme d’une ville,op. cit., p. 45-49.

24 Régis Ladous et Gersende Le Jariel, Commission de Fourvière, Lyon, Editions des Traboules, 1995, 36 p.

25 La basilique tut construite en réalisation du vœu prononcé le 8 octobre 1870, dans le contexte de la guerre franco-prussienne, par l’archevêque, Mgr Ginoulhiac (1870-1875) : « Nous faisons vœu de prêter un généreux concours à la construction d’un nouveau sanctuaire à Fourvière, si la très sainte Vierge notre Mère Immaculée, préserve de l’ennemi la ville et le diocèse de Lyon. »

26 Philippe Dujardin, « 1896, d’un palais l’autre », art. cité.

27 Jérôme Caviglia, Histoire du 8 décembre, op. cit., p. 136.

28 Ibid., p. 172.

29 Ibid., p. 175. Valérie Belin, De la spécificité des pèlerinages à Notre-Dame de Fourvière, dans Théologie, histoire et piété mariale,op. cit., p. 137-150.

30 Jean Comby, « Marie et Lyon », art. cité, p. 130.

31 Jean-Marie Mayeur, La Séparation des Eglises et de l’Etat, Paris, Editions de l’Atelier, 2005 ; et « Religion et politique : géographie de la résistance aux inventaires (février-mars 1906) », Annales, novembre-décembre 1966, p. 1259-1272 ; Guy Laperrière, La « Séparation » à Lyon (1904-1908). Etude d’opinion publique, Lyon, Centre d’histoire du catholicisme, 1973.

32 Bruno Benoît, L’Iden tité politique,op. cit., p. 153.

33 Lbid., p. 187.

34 Jacqueline Lalouette, La République anticléricale, XIXe - XXe siècles, Paris, Seuil, 2002, p. 217 et 253-

35 Marc Du Pouget, « Laurent Bonnevay, notable libéral et social », dans Jean-Dominique Durand (dir.), Cent ans de catholicisme social à Lyon et en Rhône-Alpes, Paris, Éditions de l’Atelier, 1992, p. 159-169 ; Matthias Bernard, La Dérive des modérés. La Fédération républicaine du Rhône sous la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 1998.

36 Pierre-Yves Saunier, L’Esprit lyonnais (XIXe - XXe siècle). Genèse d’une représentation sociale, Paris, CNRS Éditions, 1995, p. 5.

37 Jean Comby, « Lyon et Marie », art. cité, p. 151.

38 Joseph Folliet, « Lyon, cité de Notre-Dame », 7e Congrès marial national, Lyon, Direction des œuvres, 1954, p. 395-415.

39 Jean-Dominique Durand, « Postface. L’histoire se poursuit : 2002-2007 », dans Bernard Berthod et Jean Comby, Histoire de l’Église de Lyon, Châtillon-sur-Chalaronne, La Taillanderie, « Encyclopédie arts, sports, techniques et traditions à Lyon et en Lyonnais, 2 », 2007, p. 217-224.

40 Cette inscription a évolué avec le temps. En 1S52, on pouvait lire « Lyon à Marie – 1643-1852 – Ave Maria ». En 1854, « Credo » remplaça « Ave Maria ». En 1895, on écrivit « Dieu protège la France », puis en 1938, « Reine de la paix, protégez la France ». Après 1945, « Dieu protège la France ». Après 1960, « A Marie mère de Dieu ». En 2001, « Ave Maria ». et « Merci Marie » depuis 2004. Voir Gérald Gambier, La Merveilleuse Histoire,op. cit., p. 33.

41 Note « À propos du s décembre », rédigée par Gilles Malartre, directeur de la fondation Fourvière, janvier 2009, archives de la fondation Fourvière.

42 Louis-Marie Billé, « Le service de l’Eglise catholique dans une société laïque », dans Guy Bedouelle (dir.). Une République, des religious. Pour une laïcité ouverte, Paris, Editions de L’Atelier, 2005, p. 29-55 ; voir aussi les réflexions d’Emile Poulat, La Solution laïque et ses problèmes, Paris, Berg International, 1997 ; et Notre laïcité publique. « La France est une République laïque » Paris, Berg International, 2003.

43 Voir l’excellent film réalisé en 2006 par Radio chrétienne en France (RCF) et Télé Lyon métropole (TLM), à l’occasion du 20e anniversaire de la venue du pape à Lyon : Jean-Paul II à Lyon 20 ans après...

44 Pascaline Courtadon, Fourvière, un symbole lyonnais ? , mémoire de master 1, sous la direction de Jean-Dominique Durand, université de Lyon 5, 2007.

45 Fourvière. Le magazine de Notre-Dame de Fourvière, septembre 2008, en particulier les p. 20-21.

46 Patrice Béghain, « Fourvière », dans Patrice Béghain et al., Dictionnaire,op. cit., p. 512-515.

47 Lyon citoyen, octobre 2007, p. 2.

48 Bruno Benoît, La Lyonnitude. Dictionnaire historique et critique, Lyon, ELAH, 2000, p. 30.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Jean-Moulin – Lyon 3. Auteur de nombreux livres et articles portant sur l’histoire du christianisme en Europe, particulièrement en France et en Italie, il assure un cours sur l’histoire de la laïcité en Europe de la Révolution française à nos jours. Il vient de codiriger un ouvrage sur la cathédrale de Lyon (Éditions La Nuée Bleue, 2011). Il est également président de la fondation Fourvière, fondation d’intérêt public qui a la responsabilité de la gestion du sanctuaire de Fourvière à Lyon.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540