Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

Ve partie — Dogme, dévotion, festivités à l'époque contemporaine

Images de Marie en Haute-Normandie au xixe siècle

Nadine-Josette Chaline

Texte intégral

1La Normandie n’a pas de « vierges noires » comme l’Auvergne, ni de « vierges colossales » comme celle installée au sommet du rocher Corneille au Puy en 1860, mais elle est cependant une terre mariale depuis longtemps. Rares sont les diocèses possédant autant d’églises placées sous le patronage de Marie. Le décor intérieur de ces églises est lui aussi très marqué par l’omniprésence de Marie. L’arbre de Jessé, la Vierge aux symboles bibliques ou la Vierge au char de triomphe sont des thèmes normands par excellence, et particulièrement rouennais. Le diocèse de Rouen fut très tôt « immaculiste » et voua à la Vierge un culte fervent. Au XIXe siècle, la présence de Marie ne faiblit pas, au contraire. Les apparitions qui se succèdent, à Paris rue du Bac en 1830, à La Salette en 1846, et surtout à Lourdes en 1858, ne font que l’amplifier, et modifient l’iconographie mariale.

Une présence mariale très forte

La sainte patronne de nombreuses églises

  • 1 Jean Fournée, Le Culte populaire des saints en Normandie. 2. 1. La Sainte Vierge. Répertoires, égli (...)
  • 2 30,4 % des paroisses pour le diocèse de Rouen, 35 % pour celui d’Évreux.
  • 3 19 %, soit à peine 1 sur 5. Christian Sorrel, Les Catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Cha (...)
  • 4 Pour le diocèse d’Amiens, le pourcentage est de 17 %. Voir Nadine-Josette Chaline, « Les églises et (...)
  • 5 L’église de Bihorel est dite « Notre-Dame des Anges », c’est-à-dire la Vierge portée au ciel par le (...)

2Beaucoup d’églises paroissiales sont placées directement sous le patronage de Marie. À commencer par les cathédrales de Rouen et d’Évreux, toutes deux sous l’invocation de Notre-Dame. Dans l’Eure, 190 églises paroissiales ont la Vierge pour sainte patronne, et 229 en Seine-Inférieure1, soit quasiment 1 sur 32, sans tenir compte des innombrables chapelles. Elles ne sont que 34 dans le diocèse de Chambéry3, ou 116 dans celui d’Amiens4. La seule ville du Havre en a 2 : Notre-Dame et Sainte-Marie. L’appellation « Notre-Dame » est la plus simple (les deux cathédrales, Vernon...), mais « L’Assomption » est le patronage le plus courant (Arques, Bihorel5, Caudebec-en-Caux, Lillebonne, Pavilly, Le Grand Andely...), immédiatement après vient la « Nativité de la Vierge » (Belbeuf, Blangy-sur-Bresle, Eu, Londinières, Gaillon...)

  • 6 C’est également le cas, à Lyon, dès 1855 de la paroisse créée dans un nouveau quartier de Lyon. Voi (...)
  • 7 Denis Hüe a donné une conférence sur cette basilique.

3Après la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception de Marie en 1854, parmi les nouvelles églises bâties dans la vague de constructions de la seconde moitié du XIXe siècle, deux se placent sous sa protection : c’est le cas de la nouvelle paroisse, détachée de Saint-Jean d’Elbeuf, dont l’église s’élève de 1860 à 1862, ou, dans l’Eure, de celle du Landin, reconstruite en 18626. Dans l’Orne, la nouvelle basilique élevée en cette seconde moitié du XIXe siècle, se place aussi sous le patronage de l’Immaculée Conception7. Mais, au sein de nombreuses églises, une chapelle est aussi souvent dédiée à l’Immaculée Conception. Il est vrai que les Normands n’avaient pas attendu 1854 pour le faire : à Melleville une chapelle de l’Immaculée Conception existe depuis 1678, et celle de la cathédrale d’Evreux remonte au XIVe siècle (1387), tout comme celle de Saint-Jacques de Dieppe.

  • 8 Elle sera d’ailleurs consacrée aux soldats morts pour la France durant le conflit.

4Notre-Dame de Lourdes est choisie comme patronne par la nouvelle paroisse créée à Sotteville, dans la banlieue de Rouen, à la veille de la Grande Guerre. Les travaux ayant été retardés par le conflit, sa crypte est inaugurée en 19188, et l’église elle-même en 1926. Quant à sainte Bernadette, elle donnera son nom à la paroisse fondée à Grand-Quevilly en 1962. Enfin dans un certain nombre de paroisses, la Vierge, sans être titulaire de l’église, en est la patronne secondaire.

  • 9 Nadine-Josette Chaline, Chantal Bouchon et Jean-Michel Leniaud, Ces églises du XIXe siècle, Amiens, (...)

5Les lieux de pèlerinage sont le plus souvent dédiés à Marie. C’est le cas du plus célèbre d’entre eux, celui de Notre-Dame de Bonsecours, sur l’une des collines dominant Rouen à l’est. Le curé de la paroisse, soucieux de recevoir convenablement les pèlerins particulièrement nombreux en mai (« le mois de Marie »), remplace la vieille église du XVIe siècle devenue trop petite, par un vaste bâtiment néogothique, l’un des tout premiers construits en France9.

Une iconographie abondante le plus souvent héritée des siècles passés

  • 10 Marcel Baudot : « Marie, Mère de Jésus, dans la liturgie et dans l’art au diocèse d’Evreux », Nouve (...)

6Cette dévotion s’exprime par de nombreux tableaux, vitraux ou statues. Il n’y a guère d’églises sans œuvres héritées des siècles précédents10. L’exposition « La peinture d’inspiration religieuse à Rouen au temps de Corneille, 1606-1684 », tenue en l’église Saint-Ouen en 1984, avait souligné la place de la Vierge dans les œuvres de cette époque.

  • 11 La peinture d’inspiration religieuse à Rouen au temps de Corneille, 1606-1684, catalogue d’expositi (...)
  • 12 Deux sont de La Champagne Le Feye : La Purification et La Dormition ; s’y ajoutent une Visitation d (...)

7Laurent de La Hyre a donné vers 1650, pour l’église de l’abbaye Saint-Amand, une Education de la Vierge montrant Anne apprenant les gestes de la prière à Marie (aujourd’hui au musée des beaux-arts). Jean Jouvenet peint une Annonciation vers 1685 pour le couvent des capucins de Sotteville : la Vierge contemple et adore la Trinité (Dieu, la colombe du Saint-Esprit et le fils « engendré et non pas créé » dès le Fiat de Marie, toujours vierge, comme l’indique le lys porté par l’ange). Ce thème a été repris plusieurs fois par Jouvenet, « en raison de l’importance de ce mystère, à travers lequel Marie est glorifiée dans l’économie du salut du monde11 ». Gustave Lallement peint, en 1635, pour l’église abbatiale de Saint-Ouen une Descente du Saint-Esprit sur les apôtres, où Marie occupe la place centrale, apparaissant comme la mère spirituelle des apôtres. Le thème de la Dormition, souvent repris dans la peinture de la réforme catholique, se retrouve à Saint-Vivien sous le pinceau de La Champagne Le Feye, peintre caennais du XVIIe siècle. L’église Saint-Vivien possède encore aujourd’hui quatre toiles de cette époque évoquant les étapes de la vie de la Vierge12. L’Assomption est également souvent représentée, comme à la Trinité de Fécamp ou à l’abbaye de Saint-Amand.

  • 13 Benoît Pécheux, fils d’un peintre d’origine lyonnaise installé en Italie, est né à Rome en 1779-Gra (...)
  • 14 Ces tableaux ont disparu lors des destructions de l’église.

8Dans les églises plus modestes ou les paroisses de campagne, les signatures sont moins prestigieuses ou nous sont même totalement inconnues, peu de toiles étant signées. La Révolution a ensuite introduit un grand désordre dans le mobilier ; et la redistribution des tableaux ou des statues, qui s’opère lors du rétablissement du culte, brouille encore plus les pistes. De nouveaux artistes travaillent pour les églises, comme Benoît Pécheux13, qui réalise, à Saint-Romain de Rouen, outre les tableaux de la coupole, la fresque de l’autel de la Vierge, puis, quelques années plus tard, une Vierge au scapulaire, avant de donner trois tableaux à l’église d’Yvetot : une Annonciation, une Immaculée Conception et une Assomption14.

  • 15 Pierre Angrand, « L’État mécène. La période autoritaire du Second Empire (1851-1860) », Gazette des (...)

9Au cours du XIXe siècle, beaucoup de tableaux sont, en fait, des copies effectuées par des étudiants de l’école des beaux-arts, voire des demoiselles ou des veuves désargentées mais pourvues de quelque talent artistique. Le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts leur passait des commandes qu’il redistribuait, à l’occasion de la fête du souverain ou lors du 15 août, aux paroisses ou aux communes qui en faisaient la demande15. Moyennant 800 ou 1 000 francs, les copistes reproduisaient les tableaux du Louvre. Parmi les sujets traités, les scènes de la vie de la Vierge occupaient une place de choix : un tiers des tableaux distribués dans le diocèse de Rouen.

  • 16 À propos de la restitution du tableau à l’Espagne, voir Cédric Gruat et Lucia Martinez, L’Échange : (...)
  • 17 Léon Coutil habitait Les Andelys et se présentait comme « archéologue ». Il était membre correspond (...)

10Un tableau a énormément de succès et est inlassablement recopié : l’Immaculée Conception de Murillo, « dite de Soult » (fig. 41). Les peintres du Siècle d’or espagnol – Zurbaran (1598-1664), Velasquez (1599-1660), Murillo (1618-1682)... – ont beaucoup travaillé pour les églises et les couvents, particulièrement à Séville. Tous ont fait plus d’une dizaine d’Immaculée Conception, mais un seul est toujours recopié. Sa grande diffusion est due à son transfert au Louvre, dans les bagages du maréchal Soult qui commanda en Espagne, lors des guerres menées par Napoléon, et s’y livra à un véritable pillage d’œuvres d’art16. Ce tableau attira les copistes tout au long du siècle. Encore en 1899, la collégiale Notre-Dame du Grand-Andely en reçoit une copie très fidèle effectuée par Léon Coutil17 (fig. 42) pour prendre place dans le retable de l’une des chapelles du côté nord. Le vitrail s’en est également inspiré, comme le montre la verrière posée en 1900 par le maître-verrier rouennais Thorel dans la petite église de Morgny, dans l’Eure (fig. 43). L’imagerie pieuse l’a aussi reproduit massivement (fig. 44).

  • 18 Heureusement déposés au début de la guerre, ces vitraux survécurent à la destruction de l’église Sa (...)

11Le vitrail normand est tout aussi riche en représentations de la Vierge, avec les grands ensembles de Saint-Vincent et Saint-Patrice de Rouen, mais également avec les vitraux de Conches ou de Valmont. Le vitrail des chars, à Saint-Vincent – Sainte-Jeanne d’Arc18, manifeste le triomphe de Marie au sein de la Trinité créatrice.

  • 19 Cette statue se trouve aujourd’hui au musée municipal des beaux-arts de Rouen.

12La statuaire évoque plus rarement l’Immaculée Conception, à l’image de cette statue en bois provenant des ateliers de Verneuil-sur-Avre et montrant Anne portant « la Vierge de l’Immaculée Conception19 » (fig. 14, p. 167). Les choses vont changer après les diverses apparitions survenues à partir de 1830.

13Les apparitions du XIXe siècle modifient les représentations de Marie et en accroissent le nombre Trois apparitions surviennent entre 1830 et 1858 ; leur retentissement est grand et va bouleverser la représentation de la Vierge et accroître encore le nombre, notamment des statues, reproduction industrielle aidant.

Les apparitions bouleversent le monde catholique

  • 20 Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel. Les apparitions de la Vierge, Paris, Gra (...)
  • 21 Ibid., p. 108-114.

14Comme l’indiquent Philippe Boutry et Joachim Bouflet, les « signes dans le ciel » ont toujours été nombreux20, mais trois vont marquer le siècle. En 1830, dans la chapelle des Filles de la Charité, rue du Bac à Paris, la Vierge apparaît à Catherine Labouré et lui confie : « Venez au pied de cet autel, là les grâces seront répandues sur vous » ; phrase reproduite ensuite au-dessus du chœur de la chapelle. Selon Catherine : « La Sainte Vierge était debout, habillée de blanc [...] les pieds appuyés sur une boule [...] J’ai aperçu des anneaux à ses doigts revêtus de pierreries [...] qui jetaient des rayons21. » « Ces rayons sont le symbole des grâces répandues sur les personnes qui me les demandent », lui explique Marie. Puis poursuit Catherine, « il s’est formé un tableau autour de la Sainte Vierge, un peu ovale, où il y avait en haut “Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous” ». Une voix dit alors à Catherine : « Faites frapper une médaille sur ce modèle ; toutes les personnes qui la porteront, recevront de grandes grâces. » Dès 1832, une médaille est frappée et connaît une grande diffusion, alors que sévit une épidémie de choléra dans tout le pays ; rapidement elle est appelée « la médaille miraculeuse » (fig. 45). Par cette médaille, une nouvelle image de Marie se répand : la Vierge est revêtue d’une longue robe fluide retenue à la taille par une ceinture, un voile couvre ses cheveux, tandis que de ses mains ouvertes s’échappent des rayons.

Figure 41 – Le tableau le plus copié : l’Immaculée Conception de Murillo apportée en France par le maréchal Soult. Après un long séjour au musée du Louvre, le tableau fut restitué à l’Espagne au milieu du XXe siècle.

Figure 42 – Copie du tableau de Murillo effectuée par Léon Coutil, en 1899, pour l’église du Grand-Andely.

Figure 43 – En 1900, le maître-verrier Thorel reproduit le tableau de Murillo pour l’église de Morgny, dans l’Eure.

Figure 44 – Une copie fidèle par l’imagerie pieuse si développée au XIXe siècle.

Figure 45 – La « médaille miraculeuse », frappée dès 1832 selon les instructions du confesseur de Catherine Labouré présente une nouvelle image de Marie.

15La seconde apparition a lieu en Isère, à La Salette, en 1846. Des gravures, accompagnées du récit de l’évènement, sont largement diffusées dans les campagnes par les colporteurs (fig. 46). Plus tard une église est construite à l’endroit de l’apparition aux deux enfants et une statue du sculpteur lyonnais Fabisch y est installée. Des pèlerinages sont organisés autour du 19 septembre, date anniversaire des apparitions ; mais la Normandie y est peu sensible.

16Elle l’est par contre beaucoup plus aux apparitions qui ont lieu à Lourdes en 1858. Quatre ans après la promulgation du dogme de l’Immaculée Conception par le pape Pie IX en 1854, la Vierge se présente en disant : « Je suis l’Immaculée Conception », semblant confirmer la décision pontificale. L’événement connaît une plus grande diffusion que La Salette. Une statue de la Vierge, sculptée elle aussi par le Lyonnais Fabisch, est installée en 1864 dans la grotte des apparitions. Réalisée en marbre, peu appréciée de Bernadette qui ne retrouve pas la « Dame » qu’elle avait décrite au sculpteur, cette statue va pourtant être copiée dans le monde entier aussi bien en plâtre, qu’en bois ou en métal (fig. 47).

17En 1874, pour la première fois, un train spécial emmène à Lourdes des pèlerins du diocèse de Rouen ; tandis que d’autres partent d’Evreux ou de Coutances. À la fin du siècle, en 1898, est créé un groupe de brancardiers, « les Cadets normands », pour prendre en charge les malades de plus en plus nombreux à faire le pèlerinage de Lourdes.

18Ces apparitions et la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception bouleversent l’iconographie mariale. De nouvelles représentations inspirées de la rue du Bac ou de Lourdes se répandent, en Normandie comme ailleurs, sans, toutefois, faire disparaître les anciennes formes qui persistent parallèlement.

Figure 46 – Image racontant l’apparition de la Vierge à deux enfants à La Salette, dans l’Isère, le 19 septembre 1846.

La mise en vitrail de la proclamation de l’Immaculée Conception

Figure 47 – Installée à Lourdes dans la grotte des apparitions en 1864, la statue de Fabisch est sans cesse reproduite. Mont-Saint-Aignan, église du village.

19Dans un certain nombre d’églises, l’événement est représenté par un vitrail. C’est le cas, à Rouen, dans les églises Saint-Godard (1867) et Saint-Vivien (1869), mais aussi à Saint-Jean-Baptiste d’Elbeuf (1874) ou à Notre-Dame de Lillebonne, et même dans de petites paroisses rurales comme Gruchet-le-Valasse, près de Bolbec ou, dans la Manche, Le Mesnil-Amand.

  • 22 La Semaine religieuse du diocèse de Rouen, 4 janvier 1868.
  • 23 Ibid., S janvier 1870. Gsell travaille également pour l’église de Bonsecours.
  • 24 Ivonne Papin-Drastik, Louis-Gustave Duhamel, un maître verrier ébroïcien dans la Manche, Saint-Lô, (...)

20À Saint-Godard, le vitrail est posé en 1867 par un maître-verrier parisien, Laurent22 (fig. 40, p. 275). Au sommet se trouve le chiffre de Marie porté par des anges, avec les attributs symboliques. En dessous figure l’image de la Vierge Immaculée entourée des principaux docteurs, qui ont célébré son privilège ; la procession du Puy des Palinods est également représentée. Ensuite Adam et Eve, après la chute en compagnie du serpent, voisinent avec des personnages de l’Ancien et du Nouveau Testament. Enfin le registre inférieur montre la proclamation du dogme par Pie IX, parlant sous l’inspiration du Saint-Esprit représenté par la colombe ; le pape est entouré par des cardinaux, des évêques et des patriarches représentant l’Église d’Orient et d’Occident. Deux ans plus tard, en 1869, trois vitraux consacrés à la Vierge Immaculée, dont un à la proclamation du dogme, sont installés dans l’église Saint-Vivien par le peintre-verrier Gsell, associé désormais à son beau-père Laurent23. L’Ébroïcien Duhamel-Marette réalise des vitraux de taille plus modeste pour Lillebonne (fig. 48) et Le Mesnil-Amand en 188624.

21Pour commémorer le centenaire de la promulgation du dogme, au milieu du XXe siècle, trois vitraux dus au maître-verrier parisien Lorin sont encore posés dans l’église Saint-Etienne de Fécamp : l’un représente saint Anselme, abbé du Bec puis archevêque de Cantorbery, instituant la fête de l’Immaculée Conception ; un autre est consacré à l’apparition de la Vierge à Duns Scott lui demandant de propager le dogme de son Immaculée Conception ; enfin l’apparition de Notre-Dame de Lourdes à sainte Bernadette constitue le sujet du troisième vitrail. La parure de vitraux de la chapelle Notre-Dame de Lourdes de Saint-Etienne de Fécamp retrace ainsi les grandes étapes de l’histoire de l’Immaculée Conception (fig. 49).

Figure 48 – (Pages précédentes, à gauche) L’atelier Duhamel-Marette peint encore en 1886 la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception pour l’église de Lillebonne.

Figure 49 – (Pages précédentes, à droite) Fécamp, église Saint-Étienne.

Une nouvelle iconographie inspirée de la « médaille miraculeuse » ou de Lourdes

  • 25 Le second a servi pour l’autel.
  • 26 Pour recevoir les pèlerins de plus en plus nombreux, dès 1849 la chapelle a du être agrandie, avant (...)

22La Vierge de la médaille a inspiré celle qui est placée dans le chœur de la chapelle de la rue du Bac en 1850. Œuvre du sculpteur Maldiney, elle remplace la statue de plâtre que l’on avait installée après les apparitions. Cette « Vierge aux rayons » est réalisée dans l’un des blocs de marbre offerts par le gouvernement, pour remercier les religieuses de leur dévouement lors de l’épidémie de choléra25. Tout comme sur la médaille, la vierge porte la large robe et le voile, ouvre les bras en signe d’accueil, tandis que de ses mains s’échappent des rayons ; et de son pied, elle écrase le serpent. Derrière, dans une gloire, sont représentés le Cœur de Jésus ceint de la couronne d’épines, et celui de Marie transpercé par le glaive (fig. 50). Le 26 juillet 1897 cette statue reçoit une couronne, offerte par les sœurs grâce, en partie, aux nombreux dons des fidèles et exécutée par le grand orfèvre parisien Mellerio26. En cette fin du XIXe siècle, plusieurs statues sont ainsi couronnées avec l’assentiment du pape, notamment celle de Notre-Dame de Bonsecours en 1880.

23Les tableaux sont souvent composites, mêlant diverses influences comme à La Couture-Boussey ou aux Barils (fig. 51), où l’on a affaire à deux copies (mêmes plis de la robe, même ceinture, tête pareillement inclinée, pied nu à demi sorti de la robe) inspirées tout à la fois de Murillo, pour le vêtement, et de la rue du Bac pour la position des bras et des mains. L’un des tableaux présente cependant une tête plus maladroitement imitée, avec un visage large et des yeux très étirés ; et si des rayons s’échappent de ses mains, l’allure générale fait encore penser à Murillo. C’est encore plus vrai aux Barils, avec les angelots entourant la Vierge.

24La statuaire subit davantage les nouvelles modes, et surtout elle envahit les églises. Dans le corpus réuni par l’Inventaire pour les deux départements de l’Eure et de la Seine-Maritime, les statues constituent 45,5 % des représentations du XIXe siècle, les vitraux 27,4 % et les tableaux 10 % seulement. La statue de la rue du Bac, reprise du dessin de la médaille miraculeuse, est copiée partout. Dans l’église de Chambray, près de Vernon, un vitrail donné en 1868 par le duc de Lorges, châtelain du village s’en inspire (fig. 52). Des statues Limitent comme celle de l’église de Fourges (près d’Ecos dans l’Eure) ; cette statue de plâtre peint est une œuvre fabriquée en série comme on en trouve tant dans la seconde moitié du XIXe siècle (fig.53). Le même modèle se retrouve, en bois, à Darnétal, Saint-Nicolas-de-la-Taille ; l’une est polychrome, l’autre est dorée. A Saint-Pierre-de-Manneville, elle est de très petit format.

Figure 50 – La « Vierge aux rayons », œuvre de Maldiney, est posée sur l’autel principal de la chapelle de la rue du Bac au milieu du XIXe siècle.

Figure 51 – La Couture-Boussey (gauche) et Les Barils (droite). Des paroisses de campagne reçoivent également des tableaux représentant l’Immaculée Conception inspirés, tout à la fois, de Murillo et de la « Vierge aux rayons ».

  • 27 Claude Bigot, Le mobilier des églises au XIXe siècle dans cinq doyennés du pays de Caux, Mémoire de (...)
  • 28 Jean Durant, Une manufacture d’art chrétien : la « Sainterie » de Vendeuvre-sur-Barse, 1842-1961, B (...)

25La statue de Lourdes est encore plus copiée. Dans les cinq doyennés formant le cœur du pays de Caux, on a compté une moyenne de cinq statues de la Vierge par église27 ; et parmi les 304 recensées, un peu plus du quart sont des vierges de Lourdes : soit la Vierge seule, soit en compagnie de Bernadette comme à Gonneville-le-Mallet, soit dans une grotte de Lourdes. Des maisons parisiennes, par exemple Verrebout, rue Bonaparte, ou « La statuaire religieuse », ou encore des ateliers provinciaux comme celui de Moynet à Vendeuvre-sur-Barse28, dans l’Aube, proposent leurs modèles aux diverses paroisses en leur adressant leurs catalogues. Le choix est vaste quant à la taille comme au matériau.

  • 29 Françoise Thelamon (dir.), La Sociabilité en Normandie : catalogue. Publications de l’université de (...)

26La nouvelle iconographie se retrouve également sur les bannières de procession, dont on faisait grand usage. La Normandie, on le sait, est terre de confréries29. Apparues dès le XIIe siècle, elles connaissent un grand essor au cours du XIXe siècle, avec les confréries de charité ou les confréries de dévotion comme Les Enfants de Marie, La Sainte Enfance... La place de Marie y est grande. Bien des « charités » l’ont prise comme sainte patronne, seule ou associée à un autre saint, comme Martin ou Sébastien. Son image figure fréquemment sur les chaperons portés par les « frères ». Insigne de la confrérie, installé près du banc qu’elle occupe dans l’église, et porté lors des processions, le « bâton de charité » est terminé par un dais abritant la statue du saint patron ou de la sainte patronne. A Muids (Eure), il s’agit d’une vierge en bois doré, entourée de palmes, inspirée de celle de la médaille miraculeuse, avec sa robe, son voile et ses mains ouvertes (fig. 54).

Figure 52 – La même inspiration se retrouve sur le vitrail offert, en 1868, par le duc de Lorges à l’église de Chambray, dans le Sud de l’Eure.

27Au cours du XIXe siècle, le bâton disparaît souvent au profit de la bannière, plus visible lors des processions ou des pèlerinages, lorsque tous les membres de la confrérie se regroupent autour d’elles. Réalisées en tissus précieux – satin, velours ou moire –, elles sont en général blanches pour les confréries placées sous le patronage de la Vierge. Souvent richement brodée à l’aide de fil d’or ou d’argent, l’image de la Vierge occupe le centre, tandis que fleurs et arabesques l’entourent (fig. 55). De telles « peintures à l’aiguille » sont souvent l’œuvre de religieuses ; mais, dans la seconde moitié du siècle, lorsque la fabrication en série se développe, le visage de la Vierge est en carton peint, fixé au tissu par des broderies succinctes ; ce procédé étant plus rapide et, surtout, moins onéreux (fig. 56).

L’extraordinaire diffusion populaire de l’image de la Vierge

  • 30 Catherine Rosenbaum-Dondaine, Un siècle d’images de piété en France, 1814-1914, Paris, Musée-galeri (...)

28Le XIXe siècle connaît également une extraordinaire diffusion30 des images de dévotion, dont l’étude nous renseigne sur le vécu religieux des populations. Dès le XVIIe siècle on avait l’habitude de distribuer aux enfants des images illustrant les leçons de catéchisme, avant l’image-souvenir le jour de leur première communion.

29L’Alsace, la région caennaise, la rue Saint-Jacques puis le quartier Saint-Sulpice à Paris voient se multiplier les ateliers de fabrication de ces images, dont la production augmente considérablement dans la seconde moitié du XIXe siècle. Parmi les sujets représentés, la Vierge occupe une place de choix. Souvenirs de communion ou images rapportées de pèlerinages contribuent à diffuser la nouvelle image de Marie. Comme dans les tableaux, l’Immaculée Conception de Murillo est copiée de nombreuses fois, tout comme la « Vierge aux rayons » de la rue du Bac. Le sanctuaire de Notre-Dame de Bonsecours, très visité par les Rouennais depuis des siècles, distribue des images, qui, désormais, font référence à l’Immaculée Conception. La Vierge de Lourdes est reproduite également sur une multitude d’images, tantôt seule, tantôt avec Bernadette, tantôt encore avec la basilique nouvellement construite pour accueillir la foule des pèlerins (fig. 57a, b et c).

  • 31 Un récent colloque organisé, en novembre 2008, par le Centre d’histoire du XIXe siècle de Paris I – (...)
  • 32 Anne Pingeot, « Les Vierges colossales du Second Empire », La Sculpture française au XIXe siècle, P (...)

30Cette basilique est aussi reproduite sur des assiettes, car, parmi le grand nombre de séries historiées produites par les manufactures de Choisy, de Gien, de Creil-Montereau ou de Sarreguemines, les thèmes religieux sont très fréquents. Et on peut parler, pour établir une comparaison avec les images de dévotion, d’« assiettes pieuses », puisant thèmes et décors à la même source d’inspiration31. Plusieurs séries sont, par exemple, consacrées aux pèlerinages. Creil et Sarreguemines ont fabriqué des services reproduisant les sanctuaires les plus fréquentés : Paray-le-Monial après la béatification de Marguerite-Marie Alacoque en 1864 (30 000 pèlerins dès 1865). Mais les sanctuaires mariaux sont les plus nombreux : Le Puy-en-Velay, où une statue colossale de Notre-Dame de France a été installée sur l’un des pitons de la ville32, Lyon avec Notre-Dame de Fourvière, La Salette (fig. 57d) où l’on vient de construire une basilique à la suite des apparitions de 1846, et surtout Lourdes (fig. 57e).

Figure 53 – Vierge de l’église de Fourges.

Figure 54 – Le bâton de la confrérie de charité des Muids est surmonté d’une statuette de la Vierge en bois doré largement copiée sur celle de la rue du Bac.

Figure 55 – Bannière de la confrérie d’Écaquelon.

Figure 56 – Bannière de Riville.

Figure 57 – (a, b et c) Images de piété du XIXe siècle. La Vierge y occupe une large place. (d, e et f) Des séries d’assiettes sont consacrées aux lieux de pèlerinage à Marie, comme La Salette ou Lourdes.

31La manufacture de Sarreguemines consacre même, pour sa part, une série de 12 assiettes à la cité de Bernadette : l’une présente la statue de Fabisch en motif central, tandis que, sur l’aile, on trouve les quinze mystères du Rosaire, dont l’Annonciation, la Visitation et la nativité parmi les « mystères joyeux », ainsi que le couronnement de la Vierge et son Assomption parmi les « mystères glorieux » avec la résurrection du Christ, l’Ascension et la Pentecôte (fig. 57f). Une autre assiette représente la grotte, une autre la procession, une quatrième la nouvelle église, etc.

Figure 58 – Après la seconde guerre mondiale, une Vierge massive – Notre-Dame de France-, due au sculpteur Carlo Sarrabezolles, s’élève au milieu de la campagne cauchoise, à Ancrettiéville-Saint-Victor.

32La Normandie a bien participé à l’élan marial qu’a connu la France à diverses époques. Émile Mâle ne disait-il pas que la cathédrale d’Evreux était celle qui comptait le plus grand nombre d’images de Marie ? Aucune apparition sur son territoire, mais une ancienneté du culte de l’Immaculée Conception visible dans la peinture et le vitrail. Tardivement, deux Vierges colossales ont été érigées : Notre-Dame de Graville, dans la banlieue du Havre, conformément au vœu d’élever une statue si la ville échappait à l’invasion prussienne en 1870, et Notre-Dame de France, au cœur du pays de Caux dans le petit village d’Ancretiéville-Saint-Victor, au lendemain de la seconde guerre mondiale (fig. 58). De plus, certains thèmes traditionnels sont repris dans l’art contemporain, dans le vitrail par exemple, avec des arbres de Jessé à Neufchâtel-en-Bray, Varangeville ou Bonneville-sur-Iton (fig. 59).

33Si l’Immaculée Conception de la Vierge est désormais un dogme, certains catholiques souhaitent que son Assomption le soit également. Au congrès marial de Lyon, en 1900, est lancé le mouvement de pétitions appelant à la définition de ce nouveau dogme, ce qui sera fait en 1950.

Figure 59 – Bonneville-sur-lton.

Notes

1 Jean Fournée, Le Culte populaire des saints en Normandie. 2. 1. La Sainte Vierge. Répertoires, églises et chapelles, vocables, calendrier, reliques, Paris, Société parisienne d’histoire et d’archéologie normandes, no spécial des cahiers Léopold-Delisle, 1976, p. 27-44.

2 30,4 % des paroisses pour le diocèse de Rouen, 35 % pour celui d’Évreux.

3 19 %, soit à peine 1 sur 5. Christian Sorrel, Les Catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry, 1890-1940, Les Marches, La Fontaine de Siloé, 1995, p. 87.

4 Pour le diocèse d’Amiens, le pourcentage est de 17 %. Voir Nadine-Josette Chaline, « Les églises et la dévotion mariale », dans Bruno Béthouart et A. Lottin (dir.), La Dévotion mariale de l’an mil à nos jours, Arras, Presses de l’université d’Artois, 2005, p. 267-280.

5 L’église de Bihorel est dite « Notre-Dame des Anges », c’est-à-dire la Vierge portée au ciel par les Anges, façon imagée de présenter l’Assomption.

6 C’est également le cas, à Lyon, dès 1855 de la paroisse créée dans un nouveau quartier de Lyon. Voir Les peintres de l’âme. Art lyonnais du XIXe siècle, catalogue de l’exposition (juin-septembre 1981), Lyon, musée des beaux-arts, 1981, p. 64.

7 Denis Hüe a donné une conférence sur cette basilique.

8 Elle sera d’ailleurs consacrée aux soldats morts pour la France durant le conflit.

9 Nadine-Josette Chaline, Chantal Bouchon et Jean-Michel Leniaud, Ces églises du XIXe siècle, Amiens, Encrage, 1993, p. 26-29.

10 Marcel Baudot : « Marie, Mère de Jésus, dans la liturgie et dans l’art au diocèse d’Evreux », Nouvelles de l’Eure, no 38, printemps 1970, p. 3-31.

11 La peinture d’inspiration religieuse à Rouen au temps de Corneille, 1606-1684, catalogue d’exposition (église Saint-Ouen, 16 juin-7 octobre 1984), Rouen, musée des beaux-arts, 1984, p. 174. Notice de François Bergot.

12 Deux sont de La Champagne Le Feye : La Purification et La Dormition ; s’y ajoutent une Visitation de Jouvenet, et une Adoration des Mages du XVIIIe siècle. Voir Nadine-Josette Chaline, « Le décor intérieur de l’église Saint-Vivien », Bulletin des Amis des monuments rouennais, octobre 1997-octobre 1998, p. 9-22.

13 Benoît Pécheux, fils d’un peintre d’origine lyonnaise installé en Italie, est né à Rome en 1779-Grand prix de peinture de l’Académie de Parme, puis professeur à l’Académie royale de peinture et de sculpture de Turin, il expose à Paris aux salons de 1808 et 1810 avant de travailler au Louvre et aux Tuileries. Voir Nadine-Josette Chaline, Saint-Romain de Rouen, Rouen, Société des Amis des monuments rouennais, 1988. p. 13.

14 Ces tableaux ont disparu lors des destructions de l’église.

15 Pierre Angrand, « L’État mécène. La période autoritaire du Second Empire (1851-1860) », Gazette des Beaux-Arts, mai-juin 1968, p. 303-348. Pour le département de Seine-Inférieure, les dossiers des demandes et les réponses du ministère sont conservés aux Archives départementales sous la cote 4 T 154.

16 À propos de la restitution du tableau à l’Espagne, voir Cédric Gruat et Lucia Martinez, L’Échange : les dessous d’une négociation artistique entre la France et l’Espagne, 1940-1941, Paris, Armand Colin, 2011.

17 Léon Coutil habitait Les Andelys et se présentait comme « archéologue ». Il était membre correspondant de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen.

18 Heureusement déposés au début de la guerre, ces vitraux survécurent à la destruction de l’église Saint-Vincent et sont remontés dans l’église Sainte-Jeanne d’Arc, construite sur la place du Vieux-Marché.

19 Cette statue se trouve aujourd’hui au musée municipal des beaux-arts de Rouen.

20 Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel. Les apparitions de la Vierge, Paris, Grasset, 1997.

21 Ibid., p. 108-114.

22 La Semaine religieuse du diocèse de Rouen, 4 janvier 1868.

23 Ibid., S janvier 1870. Gsell travaille également pour l’église de Bonsecours.

24 Ivonne Papin-Drastik, Louis-Gustave Duhamel, un maître verrier ébroïcien dans la Manche, Saint-Lô, conseil général de la Manche, « collection Patrimoine », 2002, p. 52 et 110.

25 Le second a servi pour l’autel.

26 Pour recevoir les pèlerins de plus en plus nombreux, dès 1849 la chapelle a du être agrandie, avant de connaître une véritable reconstruction en 1930, avec agrandissement de la net et surélévation de l’ensemble, permettant l’aménagement de deux niveaux de tribunes, d’où il était possible de suivre les offices. Quant à la « Vierge au globe », œuvre de Maxime Real del Sarte, bien connu à Rouen pour avoir donné la Jeanne d’Arc du Vieux Marché et le monument de la Victoire, elle remplace une statue demandée par Catherine avant sa mort et transportée dans le couvent de l’avenue de Reuilly.

27 Claude Bigot, Le mobilier des églises au XIXe siècle dans cinq doyennés du pays de Caux, Mémoire de maîtrise, université de Rouen, 1984, sous la direction de N.-J. Chaline.

28 Jean Durant, Une manufacture d’art chrétien : la « Sainterie » de Vendeuvre-sur-Barse, 1842-1961, Bar-sur-Aube, 1978.

29 Françoise Thelamon (dir.), La Sociabilité en Normandie : catalogue. Publications de l’université de Rouen, 1983, p. 15-121.

30 Catherine Rosenbaum-Dondaine, Un siècle d’images de piété en France, 1814-1914, Paris, Musée-galerie de la Seita, 1984 ; et Alain Vircondelet, Le monde merveilleux des images pieuses, Paris, Henné, 1988.

31 Un récent colloque organisé, en novembre 2008, par le Centre d’histoire du XIXe siècle de Paris I – Paris IV, a montré l’intérêt que ces assiettes historiées pouvaient présenter pour les historiens.

32 Anne Pingeot, « Les Vierges colossales du Second Empire », La Sculpture française au XIXe siècle, Paris, RMN, 1986, p. 208-213.

Table des illustrations

Légende Figure 41 – Le tableau le plus copié : l’Immaculée Conception de Murillo apportée en France par le maréchal Soult. Après un long séjour au musée du Louvre, le tableau fut restitué à l’Espagne au milieu du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 42 – Copie du tableau de Murillo effectuée par Léon Coutil, en 1899, pour l’église du Grand-Andely.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 43 – En 1900, le maître-verrier Thorel reproduit le tableau de Murillo pour l’église de Morgny, dans l’Eure.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 44 – Une copie fidèle par l’imagerie pieuse si développée au XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 45 – La « médaille miraculeuse », frappée dès 1832 selon les instructions du confesseur de Catherine Labouré présente une nouvelle image de Marie.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 46 – Image racontant l’apparition de la Vierge à deux enfants à La Salette, dans l’Isère, le 19 septembre 1846.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 47 – Installée à Lourdes dans la grotte des apparitions en 1864, la statue de Fabisch est sans cesse reproduite. Mont-Saint-Aignan, église du village.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 48 – (Pages précédentes, à gauche) L’atelier Duhamel-Marette peint encore en 1886 la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception pour l’église de Lillebonne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 49 – (Pages précédentes, à droite) Fécamp, église Saint-Étienne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Figure 50 – La « Vierge aux rayons », œuvre de Maldiney, est posée sur l’autel principal de la chapelle de la rue du Bac au milieu du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 51 – La Couture-Boussey (gauche) et Les Barils (droite). Des paroisses de campagne reçoivent également des tableaux représentant l’Immaculée Conception inspirés, tout à la fois, de Murillo et de la « Vierge aux rayons ».
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 52 – La même inspiration se retrouve sur le vitrail offert, en 1868, par le duc de Lorges à l’église de Chambray, dans le Sud de l’Eure.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 53 – Vierge de l’église de Fourges.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 54 – Le bâton de la confrérie de charité des Muids est surmonté d’une statuette de la Vierge en bois doré largement copiée sur celle de la rue du Bac.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 55 – Bannière de la confrérie d’Écaquelon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 56 – Bannière de Riville.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 57 – (a, b et c) Images de piété du XIXe siècle. La Vierge y occupe une large place. (d, e et f) Des séries d’assiettes sont consacrées aux lieux de pèlerinage à Marie, comme La Salette ou Lourdes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Figure 58 – Après la seconde guerre mondiale, une Vierge massive – Notre-Dame de France-, due au sculpteur Carlo Sarrabezolles, s’élève au milieu de la campagne cauchoise, à Ancrettiéville-Saint-Victor.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 59 – Bonneville-sur-lton.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10971/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

Auteur

Professeur émérite à l’université d’Amiens dont elle a dirigé la faculté d’histoire et de géographie, est spécialiste d’histoire religieuse. Elle a dirigé le volume Rouen – Le Havre, dans la collection d’histoire des diocèses de France, et publié Des catholiques normands sous la IIIe République. Elle a organisé des colloques, notamment sur la construction des églises au XIXe siècle, sur les chrétiens dans la Grande Guerre et sur la paix d’Amiens.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search