Version classiqueVersion mobile

Flaubert et une gouvernante anglaise

 | 
Hermia Oliver

Flaubert et une gouvernante anglaise

Introduction

Texte intégral

À la recherche de Juliet Herbert

1Juliet Herbert était une Anglaise qui séjourna à Croisset, la maison des Flaubert en Normandie, comme gouvernante de Caroline Hamard, la nièce de Flaubert. La mère de la jeune fille (la sœur de Flaubert) mourut peu de temps après la naissance de sa fille, et son père, Émile Hamard, manifesta des symptômes de dérangement mental après la mort de sa femme. C’est pourquoi ce furent la grand-mère, Mme Flaubert, et l’oncle Gustave qui élevèrent l’enfant. L’on sait depuis longtemps que les relations entre Juliet et les Flaubert demeurèrent amicales après le mariage de Caroline avec Ernest Commanville en 1864, que Gustave fit plusieurs voyages à Londres afin de rendre visite à Juliet, et qu’elle-même se rendit à Paris à plusieurs reprises pour l’y rencontrer. Mais jusqu’à présent, seuls ceux qui avaient accès aux lettres autographes de Flaubert ainsi qu’à l’un de ses carnets ont pu connaître la durée de la relation entre Juliet et Flaubert, pour les raisons suivantes. La première est que l’on n’a trouvé jusqu’à présent aucune correspondance entre eux malgré la persistance de leur amitié jusqu’en 1880, année de la mort de Flaubert. La deuxième est extraordinaire pour ne manquer d’éveiller le soupçon qu’il ait existé une relation que Caroline Commanville désirait taire : il s’agit de la suppression systématique de toute référence à Juliet, si insignifiante soit-elle, dans les lettres de Gustave qui furent publiées du vivant de Caroline (elle mourut en 1931). Jusqu’à sa mort, elle exerça un contrôle strict sur tous les manuscrits inédites de Flaubert dont elle avait hérité.

  • 1 Chevalley-Sabatier, Flaubert et sa nièce Caroline, Paris, La Pensée Universelle, 1971, p. 213, n. (...)
  • 2 Bart, Flaubert, New York, Syracuse University Press, 1967, p. 392.

2La nièce favorite de Caroline, Mme Lucie Chevalley-Sabatier, qui publia en 1971 un livre intitulé Flaubert et sa nièce Caroline, croyait que Caroline avait censuré la correspondance par ressentiment : en découvrant, après la mort de Flaubert, lors de sa relecture des lettres, que l’amitié entre son oncle et sa gouvernante avait été plus intime qu’elle ne l’avait cru1. Le professeur Benjamin F. Bart, auteur de la biographie de Flaubert parue en 1967, estime que ces suppressions viendraient du fait que Juliet ou des parents proches étaient encore en vie2 (la première édition de la correspondance de Flaubert, comptant quatre tomes mais qui n’inclut pas les lettres écrites à sa nièce, parut en 1887-1893, et un cinquième tome, Lettres à sa nièce Caroline, en 1906). La question de ces suppressions, ainsi que la disparition des nombreuses lettres que Flaubert et Juliet se sont assurément écrites, est traitée au chapitre ix. On peut noter, toutefois, qu’aucune référence à Juliet dans les lettres de Gustave ne suggère une relation allant au-delà de l’amitié, à l’exception peut-être d’une phrase dans une lettre de 1872 (voir p. 168). L’interprétation d’une relation telle qu’une femme de l’ère victorienne aurait voulu l’étouffer repose sur des passages qui se trouvent dans des lettres que Caroline n’avait jamais vues. Celles-ci ne mentionnent à aucun moment le nom de Juliet, bien que d’autres lettres montrent qu’elle était à Paris au moment où Flaubert écrivit les passages en question.

  • 3 Désormais, le sigle CHH fera référence à cette édition, et Œuvres complètes sera abrégé en OC. [N. (...)
  • 4 Mémoires publiés depuis, sous le titre Gustave Flaubert par sa nièce, Caroline Franklin Grout. Heu (...)

3La première édition publiée des lettres de Flaubert incluant des références à Juliet (et elles sont peu nombreuses) est le Supplément à l’édition Conard de la Correspondance, composé de quatre tomes, qui parut en 1954. Ce fut cependant par principe que le supplément exclut les lettres déjà publiées dans l’édition Conard. Par conséquent, la seule édition à l’heure actuelle qui réunisse toutes les lettres et qui rétablisse les passages supprimés, est celle des Œuvres complètes, publiée par le Club de l’Honnête Homme à Paris entre 1971 et 19753. Malheureusement, elle est coûteuse et donc difficilement trouvable. Qui plus est, la datation des lettres n’est pas toujours fiable. Cette édition comporte également les carnets (en y introduisant toutefois des lectures inexactes), dont l’un reproduit des notes de voyage que Flaubert prit lors d’une visite à Londres, docu ment indispensable pour qui tient à élucider la relation qui exista entre Flaubert et Juliet. Le livre de Mme Chevalley-Sabatier, fondé en grande partie sur Heures d’autrefois, mémoires inédits de Caroline Commanville4, contient une description brève mais précieuse du ménage des Herbert en 1870, lorsque Caroline fit un séjour en Angle terre, sans pour autant donner l’adresse de la famille. Plusieurs lettres non publiées, adressées à Flaubert par son ami intime Louis Bouilhet et conservées dans le fonds Franklin-Grout de la Biblio thèque Spoelberch de Lovenjoul à Chantilly, font mention de Juliet, et constituent, elles aussi, une source importante.

  • 5 Flaubert, op. cit., ibid., p. 361.
  • 6 CHH, OC, xv, p. 131, no 2217, à Mme Schlésinger, le 27 [-28] mai 1872. [N.D.T. : Les lettres sont (...)
  • 7 Mémoires d’un fou, xv et Novembre, Seuil, OC, i, p. 240 et 270.
  • 8 Bruneau, Corr., i, p. ix.
  • 9 Starkie, Flaubert the Master, Londres, Weidenfeld, 1971, p. 52.
  • 10 CHH, OC, viii, p. 342, n. 1.

4Et pourtant l’ensemble des renseignements que l’on peut tirer de ces sources publiées et inédites demeure bien peu de chose. Nous ne savons toujours rien de Juliet, sinon qu’elle fut une gouvernante que Bouilhet et Flaubert trouvaient tous deux séduisante. Nous ne savons pas exactement à quel moment elle alla habiter à Croisset, ni quel âge elle avait à l’époque, ni quand elle quitta le poste qu’elle occupait chez les Flaubert, ni à quel âge elle est morte. Les indices rares et décousus que l’on trouve dans les lettres et dans les notes de voyage de Flaubert ne livrent guère plus qu’une indication discrète que la relation aurait pu dépasser les limites de l’amitié pure, et quant aux passages qui ne citent pas le nom de Juliet, l’on ne peut qu’en déduire qu’ils font allusion à elle. D’où les grandes divergences entre les interprétations de l’amitié qui exista entre Gustave et Juliet. Le professeur Bart, qui a fait jusqu’à présent l’analyse la plus complète de cette amitié (en se servant des lettres auto graphes échangées entre Flaubert et Bouilhet, ainsi que des notes de voyage), croit qu’il s’agissait « sûrement [de] la plus longue, la plus profonde et la plus tendre » des nombreuses relations de Flaubert avec des femmes5. Cette affirmation surprend, car la relation qui dura le plus longtemps est de loin celle avec Élisa Schlésinger. Il la rencontra en 1836, ne tarda pas à tomber amoureux d’elle et en 1872 il s’adressait encore à elle en l’appelant « ma toujours aimée »6, tandis qu’il est impossible qu’il eût vu Juliet avant 1854 ou 1855 au plus tôt (voir p. 103), événement que le professeur Bart situe même plus tardivement en 1857. Il existe aussi une quantité de documents suggérant que Gustave aimait Mme Schlésinger, son premier amour, plus profondément et avec plus de tendresse que tout autre femme. Il se servit lui-même à deux reprises de la métaphore de la route romaine ensevelie dans son cœur pour décrire la constance des sentiments qu’il éprouvait à son égard7. En revanche, il subsiste si peu d’indications sur la nature de ses rapports avec Juliet qu’il est à peine possible, en se fondant sur elles, d’affirmer qu’il s’agissait là d’une liaison amoureuse. Jean Bruneau, à l’érudition irréprochable, décrit simplement Juliet comme la « grande amie » de Flaubert8. Malgré la supposition de plusieurs critiques que Juliet devint sa maîtresse, Enid Starkie a maintenu qu’ils « ne peuvent fournir aucune preuve à l’appui de cette hypothèse »9 (affirmation étonnante, venant d’une personne qui a étudié les autographes). Pour sa part, l’édition du CHH des OC déclare catégoriquement que Flaubert devint l’amant de Juliet, sans fournir de preuve10.

  • 11 Ibid., xiii, p. 266, no 462 (« vérifiée sur la copie de René Descharmes, BN ms. 23831 »).

5Précisément, cette absence de faits concernant Juliet et ces interprétations contradictoires de sa relation avec Flaubert m’ont fait penser que le moment était venu de tenter de faire deux choses : d’abord, de découvrir, si possible, au moins l’identité de la famille Herbert ainsi que quelques informations concrètes relatives à Juliet. Ensuite, après avoir réuni toutes les données pertinentes, de les réévaluer dans le contexte de ce que l’on sait du caractère de Flaubert et de ses relations avec d’autres femmes qui étaient importantes pour lui. Car en examinant des indices si fragmentaires, l’on se retrouve dans la position de l’archéologue qui tente de reconstruire avec patience l’image complète d’une mosaïque lorsque la plupart des tesselles ont disparu depuis longtemps. Seule la connaissance de la totalité des motifs appartenant aux mosaïques de la même période permet de déduire l’organisation approximative des morceaux disparus. Dans le cas qui est le nôtre, l’unique partie du dessin que l’on connaisse dans une certaine mesure est l’homme que fut Flaubert et l’importance qu’il accordait à ses amitiés et aux rapports qu’il entretenait avec les femmes, hormis les relations de passage. Il serait pourtant très hardi de tenter de décrire un caractère aussi complexe que le sien ; de plus, la très grande qualité des travaux d’érudition suscités par l’écriture de Flaubert fait qu’il serait présomptueux pour toute personne n’ayant pas déjà fait un long apprentissage dans ce domaine d’essayer d’apporter sa pierre. Cependant, étant donné l’absence complète des lettres qu’ils se sont écrites, les indications du caractère de Juliet demeurent tellement ténues qu’il est pratiquement impossible de faire quelque déduction raisonnée que ce soit quant au rôle qu’elle joua dans la vie de Flaubert sans faire appel à ce que l’on connaît de l’homme et de l’écrivain. Ce livre cherche à présenter de façon objective toute l’information disponible, afin de déterminer si Juliet fut sa maîtresse et, en cas de réponse affirmative, si elle comptait plus pour lui que les nombreuses autres femmes avec lesquelles il entretint des relations amoureuses plus ou moins sérieuses. Juliet fut-elle quelqu’un à qui il eût pu écrire, comme il fit à une autre femme qu’il aimait : « Ne sens-tu pas qu’il y a entre nous deux une attache supérieure à celle de la chair et indépendante même de la tendresse amoureuse ? »11

6Quand il m’est venu à l’esprit qu’il serait peut-être possible de découvrir des traces de l’histoire des Herbert par le biais des recensements et des registres paroissiaux, pourvu que l’on puisse savoir où la famille logeait, j’ai eu la chance d’apprendre que Katharine Duff, une amie de longue date, faisait preuve d’un enthousiasme égal au mien pour fouiller les archives. Puisqu’elle a partagé entièrement le travail de recherche que nous avons commencé ensemble, dorénavant, le pronom « nous » dans mon texte indique la présence de ma compagne de recherche, qui a pris sur elle une partie égale du travail que nous avons fait à Paris et à Chantilly pendant le printemps de 1978 ; car il nous est apparu très vite qu’il faudrait examiner en détail les lettres inédites de Bouilhet, ainsi que le carnet (conservé à la Bibliothèque historique de la ville de Paris) qui contient les notes de voyage de Flaubert.

  • 12 Ibid., xiv, p. 282-283, no 1337, n. 1.
  • 13 LOV VI 1860, fo 288 [N.D.T. : Depuis la publication anglaise de ce livre en 1980, les lettres de B (...)

7L’unique indice que nous avions pour nous lancer sur la piste de Juliet Herbert était la seule adresse privée à Londres qui figure dans la correspondance de Flaubert : 311 King’s Road, Chelsea, adresse qui se trouve à l’en-tête de deux lettres écrites en 1866. Les éditeurs du Supplément croyaient qu’elle était probablement celle de Juliet, et les éditeurs du CHH leur ont donné raison12. Notre point de départ était donc de chercher le « 311 King’s Road » dans les registres de recensement de 1861 et de 1871. Après un premier échec, nous avons élargi nos critères pour inclure d’autres adresses dans la même rue, au cas où l’on aurait mal relevé ou imprimé les chiffres, mais nous n’avons trouvé aucune famille du nom de Herbert dans King’s Road, que ce soit en 1861 ou en 1871. Une explication possible, évidemment, est que les Herbert aient déménagé, car la mobilité démographique constitue l’un des problèmes inhérents à l’usage des données tirées des recensements. Nous pensions toutefois qu’il valait la peine d’essayer de découvrir s’il existait quelque trace supplémenaire parmi les pages des lettres et des carnets publiés. Aussi avons-nous parcouru l’édition CHH dans son ensemble. Dans le tome viii, qui renferme certains carnets (appelés Carnets de voyage et Carnets de lecture), est reproduite à la page 313 une feuille volante, arrachée à un autre carnet (un « feuillet arraché sans pagi nation ») que Flaubert avait insérée dans le Carnet 7 (ce carnet, intitulé « Notes de l’année 1860 », contient des notes pour le roman carthaginois Salammbô). Sur cette feuille, Flaubert avait noté deux ou trois adresses, sans qu’elles soient rattachées à des noms de personnes, et aussi quelques numéros d’autobus (la feuille avait déjà disparu du carnet manuscrit quand nous l’avons consulté à Paris en mai 1978). L’adresse qui a retenu tout de suite notre attention était « 13 Millmain Row, Chelsea, Londres ». Nous avons conclu que « Millmain Row » faisait référence à « Milman’s Row » (aujourd’hui « Millman [sic] Street »), une petite rue qui descend de King’s Road vers la Tamise. Il nous a fallu plusieurs mois encore avant de trouver à la bibliothèque Lovenjoul les mots « Milman row 13. Chelsea. S. W. » au verso d’un in-folio d’une lettre inédite (que l’on a datée de juillet 1860) de la part de Louis Bouilhet, l’ami de Flaubert, plus méticuleux que lui13.

  • 14 PRO HO107/1472.
  • 15 Nous francisons la graphie anglaise « Adelaide ».
  • 16 PRO RG9/30.

8Le recensement de Milman’s Row de 185114 a révélé que « Caroline Herbert, directrice », une institutrice âgée de 48 ans et sa fille Adélaïde15, « gouvernante de jour », âgée de vingt ans, vivaient au no 13, alors qu’en 1841 aucun membre de la famille Herbert n’avait été recensé à cette adresse. Nous avons pu découvrir, en fouillant les répertoires londoniens, qu’une Mme Caroline Herbert dirigea une école « pour demoiselles » au 13 Milman’s Row à partir de 1848. Au cours de cette recherche, nous avons eu un grand coup de chance : au moment du recensement de 186116, la sœur de Caroline Herbert, Emma Harris, se trouvait par hasard chez elle. Comme elle n’avait pas de profession, elle devait avoir des revenus personnels. Grâce à cette trouvaille, nous connaissions le nom de jeune fille de Caroline Herbert. L’excitation que nous avons éprouvée en voyant dans le même registre Juliet, âgée de 31 ans, décrite comme gouvernante célibataire, s’imagine facilement. Adélaïde était également encore présente.

  • 17 PRO RG10/73.
  • 18 Chevalley-Sabatier, p. 85.

9Le dernier registre de recensement que nous avons pu consulter (puisque ceux de 1881 ne seront pas disponibles avant 1981) est celui de 187117, date à laquelle non seulement Adélaïde et Juliet mais également Marianne (âgée de 45 ans, célibataire) et Augusta (âgée de 44 ans, célibataire), filles de Caroline Herbert et toutes deux gouvernantes, habitaient aussi la maison. Jusqu’à la révélation de cette liste de recensement, le prénom de la quatrième fille était demeuré inconnu ; lorsque Caroline visita Londres pendant la guerre franco-prussienne en 1870 (voir le chapitre vii) et décrivit plus tard le ménage des Herbert, deux des filles seulement habitaient chez leur mère : Marianne (orthographié « Mary-Anne » par Mme Chevalley-Sabatier) et Adélaïde, qui fut évoquée mais pas nommée18.

  • 19 GLC P89/18 X16/83.
  • 20 GLC P89/MRY1/194.
  • 21 GLC DL/T/56 6.
  • 22 Ce numéro, parfois écrit 17 A, désigne une maison jumelée.

10Puisque les trois recensements indiquent que Mme Herbert et ses filles étaient venues à Chelsea de Marylebone, il nous a été possible de consulter les registres paroissiaux de Marylebone, conservés à l’Office des Registres municipaux de l’Agglomération londonienne (the Greater London Council Records Office). Les registres des baptêmes administrés à l’église paroissiale de Ste Marylebone révèlent que Caroline Harris, la fille de Joseph et de Mary Harris (des noms bibliques inoubliables) est née le 16 octobre 180219 et selon les registres de mariage de la même église, elle épousa Richard Herbert le jour de son anniversaire, le 16 octobre 182420. À cet endroit ne figure aucun renseignement supplémentaire (ni profession, ni adresse), mais le registre des baptêmes de l’église All Souls à Langham Place, nous apprend que Juliet, la fille de Caroline et de Richard Herbert, entrepreneur en bâtiment, est née le 27 avril 1829 et fut baptisée le 21 mai de la même année21. Cette fois une adresse était indiquée : 16 ½ Old Caven dish Street22.

  • 23 GLC DL/T/56 7.

11Il faut avouer une réaction initiale de surprise de notre part en apprenant que Juliet Herbert, en tant que fille d’entrepreneur en bâti ment, était issue du milieu de l’artisanat et non de celui des professions libérales. Il nous semblait beaucoup plus probable que le père d’une femme qui, pendant si longtemps, retint l’intérêt de Flaubert eût été plus instruit, comme M. Brontë, par exemple. Malgré la concordance parfaite entre l’âge de Caroline Herbert et les âges trouvés dans les registres de recensement, nous avons examiné de nouveau le registre des baptêmes d’All Souls à Langham Place, afin de nous assurer qu’il n’y avait aucune erreur possible. Nous avons trouvé l’entrée correspondant à la naissance d’Adélaïde Wilhelmina le 15 juillet 1831, fille de Richard et de Caroline Herbert (avec la même adresse et la même profession)23.

12Ce fut ce dernier développement qui nous a incitées à nous documenter sur l’industrie du bâtiment du début du XIXe siècle et en particulier à consulter la biographie magistrale de Thomas Cubitt, écrite par Hermione Hobhouse. Il importe de préciser d’emblée que le petit maître d’œuvre de l’époque ressemble très peu à l’ouvrier du bâtiment que nous voyons de nos jours. Le maître d’œuvre dessinait habituellement les bâtiments qu’il construisait et se chargeait d’engager les contractuels de divers métiers, parfois par contrat de sous-traitance. Tout cela fait qu’il avait besoin de capital, mais il n’en était pas forcément pour autant un homme instruit.

  • 24 Thomas Cubitt, Master Builder, Londres, Macmillan, 1971, p. 262 [N.D.T.: texte original: « […] ser (...)

13Comme le dit une satire de l’époque (citée par Mme Hobhouse), il suffisait qu’il ait « fait son apprentissage chez le vieux Filaplomb, dans l’Allée des Briques, [qu’il ait] appris par cœur le Vade Mecum des Charpentiers, [qu’il ait] acquis quelques notions rudimentaires en dessin de Barbouille le peintre, [pour] fonde [r] ensuite sa petite entreprise à lui »24. Le livre de Mme Hobhouse nous a donné des raisons de penser qu’il pouvait y avoir un lien de parenté entre Richard Herbert et William Herbert, le célèbre entrepreneur qui habitait Farm Street, Berkeley Square, dans les années 1830 et qui possédait des scieries à Grosvenor Basin, Pimlico. En conséquence, nous avons examiné attentivement les Registres des Actes Translatifs (Deeds Registers) pour Middlesex, lesquels ont confirmé qu’ils étaient liés. Comme nous le décrivons au chapitre iv, les actes ont établi non seulement que Caroline Harris était la fille d’un volailler, mais aussi que Richard Herbert fit faillite en 1832. (Qui mieux que la fille d’un homme ruiné pouvait compatir aux difficultés vécues par Gustave suite au désastre financier des Commanville ?) Afin d’apprendre ce qui se produisit par la suite, nous avons fouillé les procédures de faillite de l’Office des Registres Publics (Public Records Office) et nos efforts ont été récompensés par la découverte d’un dossier extrêmement poussiéreux sur Richard Herbert.

14Nous avons examiné également les registres publics d’état civil, qui se sont avérés un terrain de recherche particulièrement réfractaire. Ces registres n’existent que depuis 1837 et il est donc impossible de déterminer une date de mort antérieure à cette année, à moins de savoir dans quelle paroisse la personne est morte – et il faut ajouter que certains registres paroissiaux échappent encore à la garde du Conseil de l’agglomération londonienne. Qui plus est, ce n’est que depuis une date très récente que les registres fournissent des informations autres que le nom, la date et le lieu de décès ; pour découvrir des détails supplémentaires, même l’âge de la personne dont la mort est enregistrée, il faut acheter les copies intégrales des actes. Ainsi, nous avons acquis trois actes dans l’espoir de trouver ceux du père, de la mère et de la tante (la sœur de Caroline Herbert) de Juliet. Cet insuccès est survenu parce que le nom de famille Harris est extrêmement fréquent et le nom Herbert également assez courant. Heureusement, la combinaison « Juliet Herbert » est presque unique et nous avons donc réussi à nous procurer une copie de son acte de décès.

  • 25 C’est à Somerset House, à Londres, que se trouvent tous les documents d’état civil pour l’Angleter (...)

15L’étape finale demeurait la quête des testaments et ils en valaient la peine. Après avoir déterminé la date de la mort de William Herbert, grâce à l’article nécrologique dans The Builder, nous sommes arrivées à localiser son testament à Somerset House25. Non seulement ce document a confirmé le lien familial entre William et Richard, mais il a révélé encore qu’ils étaient frères. Le fait qu’Elizabeth, la fille de William, avait épousé l’avocat de Cubitt, James Hopgood (nous l’avons appris par la biographie de Cubitt écrite par Mme Hobhouse) nous a permis de découvrir une copie du testament d’Elizabeth, ainsi que de ceux de Caroline Herbert et de toutes ses filles.

16Nous avons jugé pertinent de consacrer une partie de cette étude aux gouvernantes engagées par les Flaubert avant l’arrivée de Juliet Herbert à Croisset et nous soupçonnions l’existence d’une connexion entre « Miss Jane » (comme on la nommait), la gouvernante de la sœur de Gustave, appelée elle aussi Caroline, et Mme Farmer (identifiée dans diverses biographies et éditions de la correspondance comme une amie de Mme Flaubert) à qui Gustave et sa mère rendirent visite à Londres en 1851 et qui revient à plusieurs reprises dans l’histoire de la famille Flaubert. La découverte d’une adresse pour Mme Farmer en 1851 nous a permis de profiter une fois de plus des registres de recensement, qui à leur tour ont prouvé que dans le cas de « Miss Jane » et Mme Farmer il s’agit effectivement de la même personne, car Miss Jane épousa Richard Farmer. Et grâce à une lettre écrite par Caroline en 1870, lorsqu’elle était à Londres, nous avons appris qu’elle logea pendant une partie de son séjour chez un sculpteur italien et sa famille.

  • 26 Spencer, French Studies, 8 avril 1954 (le travail de Mlle C. B. West constitue également une sourc (...)

17Dans ce livre, il a souvent été nécessaire de retracer l’histoire familiale de certains personnages secondaires qui jouèrent, ou auraient pu jouer par moments, un rôle dans la vie de Flaubert pendant la période couverte par notre étude. Mais il a parfois été d’une importance également cruciale, et d’une plus grande difficulté encore, de déterminer où ces personnes se trouvaient à des dates précises. Pour citer un exemple, Herbert Collier, le frère cadet de Gertrude et de Harriet Collier, que Flaubert rencontra à Trouville en 1842 (voir p. 65-69), s’avéra particulièrement insaisissable. Il a fallu établir si ce fut lui qui envoya à Flaubert en 1868 des documents dont il se servit pour la composition de L’Éducation sentimentale. Son nom n’apparaît pas dans le recensement de 1851, alors que les Collier étaient de retour en Angleterre à ce moment-là. Il n’est pas cité non plus dans les annuaires de Londres, ni dans le Landed Gentry de Burke. Heureusement, on le mentionne en tant que colonel dans le plus obscur Family Records (1897), livre écrit également par Burke, mais il semble disparaître des Army Lists après 1863. Enfin, en empruntant d’autres méthodes, nous avons découvert qu’il fut transféré dans l’Armée indienne et qu’il se trouvait en Inde au moment où les documents en question furent envoyés à Flaubert. La recherche que nous avons entreprise autour de la famille Collier afin de savoir pourquoi Gustave ne fit aucun effort pour se mettre en contact avec Gertrude lors de ses visites à Londres en 1865, en 1866 et en 1871, a permis de découvrir de nouvelles informations au sujet de cette famille et aussi sur le compte de Charles Tennant, le mari de Gertrude. Ces découvertes servent à compléter l’article de Philip Spencer, « New Light on Flaubert’s Youth », paru en 1954, et également la lettre inoubliable que Gertrude écrivit sur Madame Bovary, publiée par le professeur Bruneau26.

18Mais la question subsistait : qui envoya à Flaubert l’information qu’il désirait ? Comme nous le verrons (p. 145-150), il s’agit d’une traduction en français d’un article tiré d’un ouvrage de référence populaire. Elle est manuscrite et à l’origine elle fut évidemment accompagnée d’une lettre qui s’est perdue. Il y a longtemps, René Dumesnil a pu examiner le manuscrit et la lettre ; il a reproduit une photographie du manuscrit dans une anthologie illustrée intitulée Flaubert et L’Éducation sentimentale qui a paru en 1943. De la lettre, il ne cite qu’une seule phrase, dans le texte de son édition de L’Éducation sentimentale, mais à aucun endroit il n’indique la provenance de ces documents. Tout ce que nous savons avec certitude, c’est à quoi ressemble l’écriture, et que l’auteur de la lettre tutoyait Gustave (voir p. 146). L’expéditeur était donc très intime avec lui, ce qui exclut d’emblée Gertrude ou Harriet Collier, à l’époque respectivement Mme Charles Tennant et Lady Campbell of Barcaldine. De toute manière, cette dernière peut être éliminée pour d’autres raisons. Le cousin des Collier, Hamilton Aïdé, qui se joignit à eux à Trouville en 1842, le dilettante victorien par excellence, versificateur et romancier, aquarelliste (qui exposa même des esquisses de voyage) et compositeur d’arrangements de ses propres vers, vouvoie Gustave dans une lettre qui nous est parvenue. Malgré tout, nous voulions nous assurer que l’information ne provenait pas de lui (et que ce n’était pas lui qui, pour une fois, employait le « tu » en s’adressant à Gustave). La seule façon de résoudre la question une fois pour toutes était de trouver un échantillon de son écriture et de le comparer avec le manuscrit reproduit par Dumesnil. Nous avons réussi à obtenir un échantillon de l’écriture d’Aïdé (voir p. 147) et nous pouvons déclarer en toute certitude que les notes envoyées à Flaubert ne sont pas de sa main.

  • 27 À la page à laquelle l’auteur nous renvoie, il est question d’une fausse piste selon laquelle Juli (...)

19Une autre famille qui joue un rôle important dans cette étude est celle des Conant de Lyndon Hall dans le comté de Rutland. Leur histoire n’était pas difficile à retracer, mais un problème est survenu lorsque nous avons voulu découvrir où ils se trouvaient en 1871, car ce renseignement échappait et à Sir John Conant, dont nous signalons avec reconnaissance la grande obligeance, et aux Archives de Leicester, où sont déposés les anciens dossiers de la famille. Cette fois-ci, il fallait déduire que dotée de tant de filles en âge de se marier, la famille vint selon toute probabilité à Londres. Cette hypothèse s’est vérifiée, nous le verrons par la suite (chapitre vii), mais les preuves étaient difficiles à trouver parce que la famille n’est pas citée dans les annuaires habituels de Londres. Nous devions découvrir également où Tourgueniev passa l’été de 1865 (des lettres écrites par lui vers le début de cette année semblent indiquer qu’il était en Russie à l’époque) et encore, où il se trouvait en 1871 (à cause d’une déclaration qui suggère qu’il était à Paris27, voir p. 165). En fait, il ne serait pas exagéré de dire qu’une surabondance de fausses pistes a souvent compliqué notre travail de recherche, à commencer par la fausse adresse à King’s Road, ou encore la note que feu M. É. Gérard-Gailly a écrite, affirmant que la gouvernante de Caroline fit un « chèque » à l’ordre de Gustave par lequel elle s’engageait à payer de « sa propre personne » (voir Annexe ii). Gustave lui-même laissa involontairement un faux indice assez important quand il se trompa d’année en inscrivant la date sur les notes de voyage qu’il prit lors d’une visite à Londres. Ces notes demeurent la documentation la plus conséquente que l’on connaisse à ce jour pour l’élucidation de sa relation avec Juliet. Pour cette raison, et étant donné que la date reproduite dans la seule version publiée de ces notes (dans les OC du CHH) est erronée, il a fallu consacrer un temps considérable à établir une datation correcte. Une lecture minutieuse du manuscrit à Paris, des connaissances locales et notre recherche sur la famille Farmer nous ont permis de corriger des interprétations gravement inexactes.

  • 28 L’auteur mentionne deux séries d’articles d’Émile Gérard-Gailly, ce qui est exact, mais trois séri (...)
  • 29 CHH, OC, xii, p. 321.

20La correspondance de Flaubert reste indispensable pour tous ceux qui entreprennent d’étudier sa vie, son caractère, ses intentions et ses méthodes, ainsi que l’évolution détaillée de ses romans et de ses contes. Ses lettres sont également superbes par leur spontanéité, et la large gamme de sujets abordés fait qu’elles constituent une source de grande valeur pour les chercheurs qui s’intéressent à la France du XIXe siècle. Mais ce ne sera qu’avec la parution du dernier tome de l’édition définitive en Pléiade, établie par le Professeur Bruneau – au moment où nous écrivons, seul le premier, qui se clôt par les lettres écrites en mai 1851, a paru – que seront résolus les problèmes rencontrés par tous ceux qui se servent des lettres de Flaubert pour essayer de reconstituer sa vie. Non seulement il manque à l’édition Conard, qui compte neuf tomes, publiés entre 1926 et 1933, un grand nombre de lettres (dont celles supprimées par Caroline), mais les textes y sont encore expurgés ; ajoutons à cela le fait que dans cette édition ainsi que dans le Supplément, de nombreuses lettres portent des dates erronées. Ce problème est survenu (comme l’explique le professeur Bruneau dans l’édition de la Pléiade) parce que, à quelques exceptions près, Flaubert notait en en-tête de ses lettres seulement le jour de la semaine et l’heure de l’écriture, en omettant le mois et l’année. Ainsi était-il nécessaire d’établir une datation à partir d’autres informations (et pour cette raison elle est donnée entre crochets droits). Deux experts ont fait un travail soigné dans le but de corriger les dates : É. Gérard-Gailly, dans ses deux séries d’articles, et A. F. Jacobs dans deux articles (voir la bibliographie28). L’édition CHH affirme avoir consulté les deux séries pour réviser les dates des lettres qu’elle a publiées29, mais la recherche que nous avons effectuée pour réaliser ce livre montre que cela n’a pas toujours été le cas. Par exemple, l’édition perpétue entre autres erreurs capitales celles des visites de Flaubert à Londres en 1869 (lettre no 1732) et de la famille Farmer à Croisset la même année (no 3688), alors que les deux visites eurent lieu en 1867, comme l’a noté Gérard-Gailly. Puisqu’il nous était nécessaire de recourir à l’édition CHH pour toutes les lettres écrites postérieurement à juin 1851, dans les cas où l’on sait qu’il y a divergence au niveau des dates, nous ajoutons dans notre texte la phrase « date corrigée par Gérard-Gailly » afin d’indiquer les lettres figurant dans la série d’articles publiée dans le Bulletin des Amis de Flaubert en 1965, 1966 et 1967. L’édition CHH indique parfois une date qui diffère d’un jour par rapport à celle donnée par l’édition Conard, sans en expliquer la raison.

  • 30 Depuis la parution de ce livre en anglais, les lettres de Bouilhet ont fait l’objet d’une édition (...)

21Il existe même un cas où le CHH attribue une date inexacte à une lettre datée par Flaubert lui-même (un fait que l’on peut vérifier en consultant l’autographe). Étant donné ces divergences, il faut reconnaître que jusqu’à ce que l’édition de la Pléiade ne soit terminée, une stricte précision semble être hors d’atteinte. Comme Flaubert, son ami Louis Bouilhet ne datait pas toujours ses lettres avec une grande exactitude ; la datation de celles-ci a donc été établie, très provisoirement dans bien des cas, par la bibliothèque Lovenjoul. À certains moments, nous avons indiqué que des corrections s’imposaient30.

22Ceux qui désirent entreprendre des recherches sérieuses sur Flaubert doivent se servir de l’édition de la Pléiade de la correspondance pour les raisons suivantes (nous ne citons que les principales) : 1) cette édition précise la provenance exacte de chaque lettre ; 2) l’on ne peut se passer des notes du professeur Bruneau, lesquelles constituent une véritable mine d’information ; 3) l’édition de la Pléiade contient, en plus des lettres de Gustave, des lettres autographes de la famille de Flaubert ou, quand celles-ci n’existent pas, les copies faites par Mme Chevalley-Sabatier ; 4) elle comprend également des extraits de lettres écrites par Maxime Du Camp à Flaubert et à Louise Colet, ainsi que les Mémoranda de celle-ci et des extraits de lettres d’Alfred Le Poittevin à Flaubert ; 5) une partie de la préface fait l’historique de la publication de la correspondance de Flaubert, traite des documents dont Caroline Commanville-Franklin-Grout a hérité et qu’elle a légués par la suite, et évoque enfin la découverte des Mémoranda de Louise Colet ; 6) de même, la préface contient des indications essentielles quant à l’accentuation, la ponctuation et l’emploi de dates chez Flaubert ; 7) l’édition renferme une chronologie précieuse (bien qu’au moment où elle a été dressée, une erreur de datation antérieure ait entraîné l’omission de la visite que Flaubert fit à Londres en 1865). Il faudra attendre encore bien des années, cependant, avant que cette édition ne soit achevée ; entre temps, il nous semble qu’il y a un besoin urgent d’établir un calendrier qui tienne compte de toutes les lettres, mais à cause de l’imprécision de l’édition chh dans la révision de ses dates, il est nécessaire de vérifier chaque date par rapport aux deux séries d’articles qui traitent la question de la re-datation. Toutefois, puisque les articles citent les lettres en fonction de leurs numéros dans l’édition Conard, le chercheur méticuleux doit être en mesure de consulter ensemble l’édition chh, l’édition Conard et son Supplément et en même temps les numéros pertinents de deux revues – une entreprise extrêmement difficile qui prend du temps.

23Si l’information limitée concernant Juliet et sa famille que nous avons réussi à trouver ne répond pas à plusieurs questions de grande importance, à savoir son caractère et son instruction, il est quand même remar quable qu’un petit bout de papier, la feuille volante insérée entre les pages du Carnet 7, puisse être si révélateur. Du moins, la situation de famille de Juliet semble indiquer qu’elle n’était pas du tout favorisée, à la différence de la maîtresse de Flaubert, la belle Louise Révoil, plus tard Louise Colet, qui l’était, elle, depuis sa première enfance. Il nous semble également que l’histoire de Juliet Herbert, la gouvernante qui devint la grande amie d’un très grand écrivain et qui garda des liens d’amitié avec lui (même après qu’il eut atteint la célébrité et qu’il se fut lié avec des personnes de sang royal) est d’autant plus frappante lorsque l’on connaît l’ascendance de Juliet et lorsque l’on sait que sa mère et ses trois sœurs furent contraintes de se faire gouvernantes comme elle. L’attachement que témoigna Flaubert à l’égard d’une femme venant d’une famille si humble durant plus de vingt ans, période au cours de laquelle il put compter parmi ses amis les plus illustres auteurs et beaucoup d’autres hommes éminents et de belles femmes de sa génération, peut être considéré comme un hommage à la fois à Flaubert et à Juliet, et cet attachement révèle encore, selon nous, un aspect du caractère aux multiples facettes de l’écrivain.

  • 31 Bruneau, Corr., i, p. xvii-xviii.

24Notre plus grand souhait est que la parution de ce livre suscite la découverte de nouveaux faits concernant Juliet. Il est possible qu’il existe encore des lettres de famille, des photographies, ou même des histoires faisant partie d’une tradition orale. Il ne faut peut-être pas s’attendre à un événement aussi extraordinaire que la découverte relativement récente des Mémoranda de Louise Colet, relatée par le professeur Bruneau31, mais il doit toujours subsister quelque espoir que dans un grenier ou dans une banque sera découverte un jour une boîte recelant les lettres que Flaubert écrivit à Juliet, avec les exemplaires dédicacés des livres qui lui furent offerts par Flaubert et par Bouilhet.

Notes

1 Chevalley-Sabatier, Flaubert et sa nièce Caroline, Paris, La Pensée Universelle, 1971, p. 213, n. 90.

2 Bart, Flaubert, New York, Syracuse University Press, 1967, p. 392.

3 Désormais, le sigle CHH fera référence à cette édition, et Œuvres complètes sera abrégé en OC. [N.D.T.].

4 Mémoires publiés depuis, sous le titre Gustave Flaubert par sa nièce, Caroline Franklin Grout. Heures d’autrefois. Mémoires inédits. Souvenirs intimes et autres textes, éd. Matthieu Desportes, Presses de l’Université de Rouen, 1999. Nous renvoyons désormais à cette édition [N.D.T.].

5 Flaubert, op. cit., ibid., p. 361.

6 CHH, OC, xv, p. 131, no 2217, à Mme Schlésinger, le 27 [-28] mai 1872. [N.D.T. : Les lettres sont citées d’après cette ancienne édition, aujourd’hui remplacée par la Pléiade.]

7 Mémoires d’un fou, xv et Novembre, Seuil, OC, i, p. 240 et 270.

8 Bruneau, Corr., i, p. ix.

9 Starkie, Flaubert the Master, Londres, Weidenfeld, 1971, p. 52.

10 CHH, OC, viii, p. 342, n. 1.

11 Ibid., xiii, p. 266, no 462 (« vérifiée sur la copie de René Descharmes, BN ms. 23831 »).

12 Ibid., xiv, p. 282-283, no 1337, n. 1.

13 LOV VI 1860, fo 288 [N.D.T. : Depuis la publication anglaise de ce livre en 1980, les lettres de Bouilhet à Flaubert ont été éditées sous le titre Lettres à Gustave Flaubert, texte établi, présenté et annoté par Maria Luisa Cappello (CNRS Éditions, 1996). Les références aux lettres de Bouilhet renvoient à ce volume ; les extraits reproduits ici reprennent ainsi la ponctuation normalisée de cette édition savante. Pour l’adresse de Caroline Herbert, voir la note à la lettre no 176, p. 265, le 28 juillet 1860].

14 PRO HO107/1472.

15 Nous francisons la graphie anglaise « Adelaide ».

16 PRO RG9/30.

17 PRO RG10/73.

18 Chevalley-Sabatier, p. 85.

19 GLC P89/18 X16/83.

20 GLC P89/MRY1/194.

21 GLC DL/T/56 6.

22 Ce numéro, parfois écrit 17 A, désigne une maison jumelée.

23 GLC DL/T/56 7.

24 Thomas Cubitt, Master Builder, Londres, Macmillan, 1971, p. 262 [N.D.T.: texte original: « […] served his apprenticeship to old Plumbline, in Brick-lane; got up the Carpenter’s Vade Mecum by heart; had a little smattering of drawing from Daub the painter, and then set up in business for himself. » Il est possible que « Brick-lane » soit une référence à Brick Lane, dans l’est de Londres.]

25 C’est à Somerset House, à Londres, que se trouvent tous les documents d’état civil pour l’Angleterre [N.D.T.].

26 Spencer, French Studies, 8 avril 1954 (le travail de Mlle C. B. West constitue également une source importante) ; Bruneau, « Madame Bovary jugée par un fantôme de Trouville », Revue de littérature comparée, avril-juin 1957, p. 277-279. L’affirmation répétée que Gustave descendit chez Gertrude et Harriet Collier à Londres en 1866 provient du fait que toute mention de Juliet fut sup primée de la correspondance. Elle revient encore en 1972 dans L’Album Flaubert, p. 152 ; iconographie réunie et commentée par Jean Bruneau et Jean A. Ducourneau, Paris, Gallimard, 1972.

27 À la page à laquelle l’auteur nous renvoie, il est question d’une fausse piste selon laquelle Juliet, et non Tourgueniev, serait à Paris [N.D.T.].

28 L’auteur mentionne deux séries d’articles d’Émile Gérard-Gailly, ce qui est exact, mais trois séries pour Alphonse Jacobs, ce qui ne correspond pas à la bibliographie à laquelle elle nous renvoie. Nous attribuons à M. Jacobs ses deux articles de 1955, parus dans le no 6 du Bulletin des Amis de Flaubert et dans le Bulletin du bibliophile [N.D.T.].

29 CHH, OC, xii, p. 321.

30 Depuis la parution de ce livre en anglais, les lettres de Bouilhet ont fait l’objet d’une édition savante (voir p. 32, n. 13) [N.D.T.].

31 Bruneau, Corr., i, p. xvii-xviii.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search