Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

Ve partie — Dogme, dévotion, festivités à l'époque contemporaine

1854 : Proclamation du dogme de l’Immaculée Conception

Nadine-Josette Chaline

Texte intégral

  • 1 Gérard Cholvy, Être chrétien en France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1997, p. 172.

1Le culte de l’Immaculée Conception, que l’on a vu cheminer en Normandie depuis le Moyen Âge, trouve une reconnaissance officielle au milieu du XIXe siècle, avec l’encyclique du pape Pie IX Ineffabilis du S décembre 1854 proclamant le dogme de l’Immaculée Conception, c’est-à-dire faisant de l’Immaculée Conception « un point de doctrine défini avec précision1 » par l’Église elle-même. Comment expliquer cette proclamation demandée par certains depuis longtemps ? Comment Pie IX la réalisa-t-il ?

La vigueur de la piété et de la spiritualité mariales au XIXe siècle

2La vitalité de la piété mariale est intense dans cette première moitié du XIXe siècle, après les années troublées de la Révolution et les grandes difficultés auxquelles l’Église fut confrontée. Coexistent une piété mariale, émanant du peuple chrétien lui-même, et la publication ou la redécouverte de traités plus anciens consacrés à la Vierge.

3Les pèlerinages reprennent et, surtout à partir des années 1840, le clergé fait revivre les sanctuaires mariaux. On le note particulièrement en Normandie avec Notre-Dame de Bonsecours, où la vieille église élevée au XIIIe siècle et complétée aux XVe et XVIe siècles se révèle incapable d’accueillir les nombreux pèlerins qui s’y pressent ; si bien que son curé, l’abbé Godefroy, décide de remplacer le vieux sanctuaire par un nouveau bâtiment, beaucoup plus vaste, construit entre 1840 et 1844. A Lille, le pèlerinage à Notre-Dame de la Treille reprend en 1843, et on décide, à l’occasion des fêtes du sixième centenaire de ses premiers miracles en 1854, de lui bâtir une église. A Marseille, en 1853, on entame la construction de Notre-Dame de la Garde vouée à la « Bonne mère »...

4Plusieurs ouvrages nourrissent cette dévotion à Marie. Dès 1801, à Bordeaux, Guillaume-Joseph Chaminade publie Le Manuel du serviteur de Marie, qui tout en recommandant un « culte prudent et sage insiste sur les vertus de Marie ». Le Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge, de Louis-Marie Grignon de Montfort (mort en 1716), est redécouvert en 1842. Sa publication est un très grand succès. Il est traduit en une cinquantaine de langues et connaît rapidement près de trois cents éditions. Il devient le grand classique de la piété mariale.

  • 2 Ibid., p. 171 : « Congrégation : 1) Compagnie de religieux(ses) suivant une même règle. 2) Associat (...)
  • 3 La fondation du « Rosaire vivant » par Pauline Jaricot en 1826 contribue à répandre la pratique de (...)

5On assiste également à un renouveau des congrégations religieuses2 – renaissance de congrégations malmenées par la Révolution et surtout naissance de nouvelles – se plaçant sous la protection de Marie. Par exemple la congrégation des Cœurs de Jésus et de Marie est fondée en 1800, les sœurs de Notre-Dame en 1804, les maristes et les oblats de Marie-Immaculée en 1816, les marianistes et les Petits Frères de Marie en 1817 dans le sillage de Chaminade. On assiste aussi à la diffusion du « Rosaire vivant » fondé en 1826 par Pauline Jaricot3, tandis que se multiplient dans les paroisses les groupes d’« Enfants de Marie ».

  • 4 Joachim Bouflet et Philippe Boutrv, Un signe dam le ciel. Les apparitions de la Vierge, Paris, Gras (...)
  • 5 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 1 : 1800-18 (...)
  • 6 Ibid.

6Parallèlement, les apparitions mariales ont une très grande répercussion sur la vie des fidèles4. La plus importante de la première moitié du XIXe siècle se situe à Paris en 1830, dans la chapelle des Sœurs de la Charité, rue du Bac. Lorsque la Vierge apparaît à Catherine Labouré, une voix lui suggère de faire frapper une médaille portant cette prière : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. » Or cette médaille frappée en 1832 connaît un succès considérable, surtout à partir de 1834 ; plus de huit millions en moins de quatre ans, et, en 1842, la diffusion est évaluée à cent millions. L’archevêque de Paris, Mgr de Quelen, sans toutefois se référer aux apparitions, encourage ce mouvement dans un mandement du 15 décembre 18365. Le jeune Lyonnais Frédéric Ozanam (19 ans) écrit en 1832 à l’un de ses cousins : « La dévotion à la Sainte Vierge a pris un vaste développement. Des paroisses entières se portent à Fourvière... Les petites médailles de la Vierge sont répandues avec une profusion extraordinaire6... » Grégoire XVI n’y fait aucun obstacle, bien au contraire. Des associations d’Enfants de Marie – à l’origine dans la mouvance des Sœurs de la Charité – ont la médaille pour insigne.

7Un événement connaît également un grand retentissement au début des années 1840. A Rome, le 20 janvier 1842, à l’église San Andrea Delle Fratte, Alphonse Ratisbonne, ayant eu une vision de la Vierge à la médaille, se convertit sur le champ. La qualité du personnage (un adulte, un homme, un intellectuel, juif de surcroît alors que les conversions du judaïsme au christianisme sont rares) donne à cette conversion un retentissement extraordinaire dans toute la chrétienté.

8Ces faits et les vives controverses qu’ils suscitent arrivent jusqu’à Rome, où l’on fait preuve d’une grande prudence, mais où la réflexion théologique se poursuit. Ainsi, à Naples en 1840, est paru un livre du théatin Joachim Ventura La Müdre di Dio, Müdre degli uomini qui veut donner un fondement théologique à ce culte de Marie. L’élection en 1831 du pape Grégoire XVI, connu pour sa vive piété mariale, a encouragé ceux qui souhaitent la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception de Marie.

Figure 40 – Église Saint-Godard de Rouen : vitrail de l’Immaculée Conception posé en 1867 par le maître-verrier Laurent.

  • 7 On sait que l’Espagne, comme la Normandie, a toujours été en pointe dans le culte de l’Immaculée Co (...)
  • 8 Voir l’art. « Immaculée Conception », DTC 7, col. 1190-1218.
  • 9 Roger Limouzin-Lamothe, Monseigneur de Quelen archevêque de Paris. Son rôle dans l’Eglise de France (...)
  • 10 Ibid., p. 265-267.

9Les suppliques adressées à Rome se multiplient, ayant d’abord pour objet l’autorisation de dire dans la préface de la fête de la Conception de la Vierge : Et te in conceptione immaculata. Le cardinal de Séville7 donne l’exemple dès 1834 et, dans les dix années qui suivent, 211 demandes semblables arrivent à la Sacrée Congrégation des Rites8. À Paris, le mandement de Mgr de Quelen, à l’occasion de la dédicace de l’église Notre-Dame-de-Lorette en 1836, insiste sur la croyance à la Conception Immaculée de la Vierge et fait de la nouvelle église un lieu de cette dévotion à Paris9. À plusieurs reprises, l’archevêque de Paris intervient auprès du Saint-Siège pour demander de « célébrer à perpétuité dans son diocèse la fête de l’Immaculée Conception » puis d’ajouter aux litanies de la Vierge : « Repina sine labe concepta, ora pro nobis (Reine conçue sans péché, priez pour nous). » Chaque autorisation accordée par Rome est solennellement annoncée aux Parisiens. Dans son mandement du 24 juin 1839, Mgr de Quelen se réjouit que « désormais, dans ce diocèse, il n’y aura pas une paroisse, pas une chapelle..., pas une communauté..., pas une famille où l’on ne se réunit le matin et le soir pour prier en commun..., qui ne redise le premier des privilèges de Marie, celui de sa conception sans tache10 ».

  • 11 On remarquera l’absence de l’archevêque de Rouen, le cardinal de Crov. A Paris, Mgr de Quelen vient (...)
  • 12 DTC 7, col. 1192.

10Cette ébullition, née dans les années 1830, pousse même 51 prélats français (les archevêques d’Albi, Auch, Avignon, Besançon, Bordeaux, Bourges, Cambrai, Lyon, Reims et Sens11 ainsi que 41 évêques suffragants) à demander en 1840 que Rome prenne enfin position officiellement et expriment le vœu « que la doctrine de l’Immaculée Conception, devenue croyance de presque toute l’Église dispersée... fût définie comme de foi par le siège suprême12 ». Une quarantaine de suppliques semblables parviennent à Rome entre 1843 et 1845, provenant de Sardaigne, du royaume des Deux-Siciles, voire d’outre-Atlantique. Parmi les généraux d’ordres se joignant au mouvement se trouve celui des frères prêcheurs, qui estime devoir dépasser les prises de position émises autrefois par saint Thomas d’Aquin ; d’autant plus que le nombre de théologiens dominicains ralliés à l’Immaculée Conception était allé en augmentant au cours des siècles. Ainsi est levée la principale opposition que la « pieuse croyance » avait rencontrée au sein de l’Eglise.

  • 13 Roger Aubert, Le Pontificat de Pie IX (1846-1878), Paris, Bloud et Gay, « Histoire de l’Eglise depu (...)

11Pourtant le pape Grégoire XVI, qui meurt en 1846, a jugé préférable de ne pas donner suite, à cause de l’opposition en France des « milieux jansénisants13 » ou gallicans, ainsi que des réticences des évêques d’Angleterre, d’Irlande et surtout d’Allemagne, où les facultés de théologie se montraient très réservées. Avec l’arrivée d’un nouveau pape, élu le 16 juin 1846, les demandes resurgissent, amplifiées par les apparitions de La Salette.

La proclamation du dogme

12L’élection, le 16 juin 1846, du pape Pie IX, connu pour son attachement à l’Immaculée Conception, relance les demandes de définition du dogme, surtout après la ratification par le nouveau souverain pontife des décisions des évêques américains, réunis à Baltimore un mois plus tôt en mai 1846, de proclamer la Vierge conçue sons péché comme patronne des Etats-Unis d’Amérique. Le 19 septembre suivant, une nouvelle apparition de la Vierge à La Salette, dans les Alpes, renforce le mouvement.

  • 14 Giovanni Perrone, De immaculate beatissimae virginis Mariae conceptu, an dogmatico décrété definiri (...)

13Dès 1847, le père Perrone, préfet des études au Collège romain, publie un mémoire très remarqué14, dans lequel il répond par l’affirmative à la question : « L’Immaculée Conception de la bienheureuse Vierge Marie peut-elle faire l’objet d’une définition dogmatique ? », réfutant notamment les arguments avancés, au XVIIe siècle, par le cardinal Pallavicini auprès du pape Alexandre VII, selon lesquels le privilège de Marie n’était pas définissable comme vérité révélée.

14Pie IX désigne alors, le Ier juin 1848, une commission de vingt théologiens chargée d’étudier « s’il y a lieu d’accéder aux vives instances d’un très grand nombre d’évêques ». Malgré la période fort troublée que traverse la papauté avec les débuts de l’unité italienne et la fuite du pape, qui doit quitter Rome pour trouver refuge à Gaëte, et les révolutions qui éclatent un peu partout en Europe, les travaux théologiques se poursuivent. Le 6 décembre 1848, Pie IX désigne huit cardinaux et cinq consulteurs pour tenir à Naples une congrégation antépréparatoire chargée d’étudier deux questions : doit-on conseiller au Saint Père de répondre favorablement aux demandes de plus en plus pressantes d’évêques du monde entier et, si oui, de quelle manière le faire ? Si l’unanimité se fait à propos de la première, les avis sont partagés quant à la seconde : et on conseille au pape de consulter l’ensemble des évêques sur ce point en organisant ce que certains ont nommé « un concile par écrit ».

15Suivant ces recommandations, le 2 février 1849, le pape adresse à tous les évêques l’encyclique Ubi primum, par laquelle il les avise qu’il a confié « à quelques ecclésiastiques distingués par leur piété, et très versés dans les études théologiques [...], la mission d’examiner avec le plus grand soin » la possibilité de répondre à « l’ardent désir de voir enfin décréter par un jugement solennel du Saint-Siège que [...J la très sainte mère de Dieu, l’Immaculée Vierge Marie, a été conçue sans la tache originelle ». Pie IX demande également aux évêques de lui faire connaître « le plus promptement possible, de quelle dévotion votre Clergé et le Peuple fidèle sont animés envers la Conception de la Vierge Immaculée, et quel est leur désir de voir le Siège apostolique porter un décret sur cette matière [...] » : pour finir, le pape ajoute : « Nous désirons surtout savoir, Vénérables Frères, quels sont à cet égard les vœux et les sentiments de votre éminente sagesse ». Enfin, il exprime le désir de voir les évêques répondre rapidement.

  • 15 Ces réponses sont présentées dans les trois premiers volumes des Pareri dell’episcopate publiés en (...)
  • 16 DTC 7, col. 1198.
  • 17 Dans sa lettre du 26 juillet 1850, l’archevêque de Paris résume ainsi les conclusions de ceux qu’il (...)

16Il est vite exaucé : sur les 603 réponses15, plus des neuf dixièmes sont favorables (56 ou 57 seulement sont opposées16). La première réponse parvenue à Rome est celle de l’évêque de La Rochelle, qui reçut de Pie IX, en remerciement de sa promptitude, une chasuble richement décorée. Parmi les opposants, les raisons avancées sont diverses : une dizaine d’évêques expriment leur refus sans l’expliquer, une autre dizaine souhaitent une autre forme de définition qu’un dogme, vingt-quatre estiment qu’une telle proclamation est inopportune dans les circonstances présentes, seuls cinq, dont l’archevêque de Paris Mgr Sibour, estimaient que la doctrine était difficilement définissable17 et qu’il valait mieux ne pas s’y risquer.

  • 18 L’indépendance de la Belgique avait été obtenue, quelque vingt ans plus tôt, grâce à l’alliance des (...)

17Au nombre de ceux qui estimaient le moment inopportun, on trouve surtout des évêques de pays majoritairement protestants (Angleterre, Prusse, Hollande) mais aussi l’archevêque de Rouen, Mgr Blanquart de Bailleul. Ce dernier, dans la lettre adressée aux fidèles du diocèse sollicitant leurs prières afin que Dieu éclaire le pape, témoigne d’une grande prudence, invitant « dans une affaire de si grande importance » à ne prendre « conseil uniquement que de la plus grande gloire de Dieu, de l’honneur de la très sainte Vierge, et de l’utilité de l’Eglise militante ». Cette dernière mention ne témoigne-elle pas de craintes d’éventuelles réactions négatives, dommageables pour la mission de l’Eglise dans les temps présents ? Le primat de Belgique, le cardinal Sterckx, soucieux de sauvegarder les bonnes relations avec les milieux « libéraux18 », témoigne de préoccupations analogues : « Peut-être sera-t-il à propos d’exposer clairement et nettement, dans le décret apostolique, la tradition divine, pour bien montrer qu’on ne veut rien établir de nouveau, mais qu’on ne fait que déclarer et confirmer l’antique croyance de l’Eglise. De cette façon, on pourrait avoir l’espoir de fermer la bouche aux gens mal intentionnés, ou du moins de rendre plus facile aux défenseurs de la foi la réfutation de leurs calomnies. »

  • 19 Deus omnipotens et clemens. Ce texte discuté par cinq théologiens n’obtient l’assentiment que de de (...)
  • 20 Quemadmodum Ecclesia ; dans ce texte la proclamation de l’Immaculée conception de Marie était accom (...)

18Fort de l’écrasante majorité des réponses positives, le pape fait préparer un texte exposant les fondements de la doctrine de l’Immaculée Conception. Comme les deux premiers projets, l’un émanant du père Perrone19 et l’autre probablement du père Passaglia20, furent repoussés, Pie IX désigne, en mai 1852, une nouvelle commission de vingt théologiens, dont Passaglia fait partie, qui met au point un nouveau texte, retenu cette fois par le pape. Sa proclamation solennelle a lieu le 8 décembre 1854, à Saint-Pierre de Rome, en présence de près de deux cents cardinaux, archevêques ou évêques – le plus grand rassemblement de mitres depuis le concile de Trente au milieu du XVIe siècle.

19L’encyclique rappelle l’ancienneté de la croyance :

Cette innocence originelle de la Vierge intimement unie à son admirable sainteté et à sa dignité éminente de Mère de Dieu, l’Eglise catholique qui, toujours enseignée par le Saint-Esprit, est la colonne et le fondement de la vérité, n’a jamais cessé de l’expliquer, de la développer, de la féconder chaque jour davantage [...] Que cette doctrine fût en vigueur dès les temps les plus anciens, qu’elle fût entée profondément dans le cœur des fidèles [...] c’est ce que l’Eglise elle-même mit dans un grand jour, lorsqu’elle n’hésita pas à proposer la Conception de la sainte Vierge au culte public et à la vénération des fidèles. Par ce fait éclatant, elle présenta la Conception de la sainte Vierge comme une conception à part, entièrement distincte de l’origine des autres hommes.

20Pie IX se place dans le sillage de ses prédécesseurs Sixte IV et Alexandre VII, qui « ont déclaré très nettement, à plusieurs reprises, que la doctrine que nous professons relativement à l’Immaculée Conception, était et devait être crue en parfaite harmonie avec le culte de l’Église, qu’elle méritait par son antiquité et sa presque universalité, d’être accueillie et soutenue par l’Eglise romaine ».

21Le « synode de Trente » est aussi invoqué :

Lorsqu’il rendait sur le péché originel son décret dogmatique, par lequel, d’après les témoignages des Ecritures sacrées, des saints Pères et des conciles très autorisés, il a établi et défini que tous les hommes naissent infectés de la faute originelle, [il] a toutefois déclaré solennellement qu’il n’était pas dans son intention de comprendre dans le décret lui-même [...] la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu. En effet par cette déclaration, les Pères de Trente ont indiqué suffisamment, eu égard aux circonstances des temps et des lieux, que la très sainte Vierge est affranchie de la tache originelle...

22Le pape indique aussi aux fidèles la genèse de l’encyclique, avec les nombreuses demandes d’évêques du monde entier, les consultations mises en place avec les diverses congrégations, avant de proclamer :

Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui enseigne que la bienheureuse Vierge Marie fut, dans le premier moment de sa Conception, par une grâce et un privilège singulier de Dieu tout-puissant, et en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute tache du péché originel, est révélée de Dieu, et, par conséquent, elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles...

  • 21 Roger Aubert, Le pontificat de Pie IX, op. cit., p. 279.
  • 22 Ibid., p. 280.

23Ainsi se terminait une aventure commencée au Moyen Age. Désormais l’Immaculée Conception est un dogme. Quelques siècles auront suffi pour y arriver ! Quatre ans plus tard, à Lourdes, la Vierge elle-même semble apporter une confirmation à la décision pontificale, en se présentant à Bernadette par ces paroles : « Je suis l’Immaculée Conception. » Mais la décision de 1854 est importante à un autre égard : « Voyez-vous, aurait remarqué un évêque présent, le plus important n’est pas le nouveau dogme en lui-même, mais la manière dont il est proclamé21. » En effet, si l’épiscopat avait été consulté et avait massivement soutenu la décision pontificale, c’est le pape seul qui en fait part, par suite « de l’infaillibilité dont Jésus-Christ a investi son vicaire sur la terre22 ». Infaillibilité qui sera proclamée quelques années plus tard, en 1870, lors du concile du Vatican, mais qui ne sera revendiquée qu’une seule fois, en 1950, pour la proclamation du dogme de l’Assomption de la Vierge.

Notes

1 Gérard Cholvy, Être chrétien en France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1997, p. 172.

2 Ibid., p. 171 : « Congrégation : 1) Compagnie de religieux(ses) suivant une même règle. 2) Association de laïcs à l’initiative des jésuites (congrégations mariales)... »

3 La fondation du « Rosaire vivant » par Pauline Jaricot en 1826 contribue à répandre la pratique de la récitation du rosaire (un Pater et dix Ave – soit une « dizaine » – par « mystère » consacré à la vie du Christ ; il y a quinze « mystères » regroupés en mystères « joyeux », « douloureux » et « glorieux » ; par ses grains regroupés par séries de dix, le chapelet en facilite la récitation). Dans le « rosaire vivant », quinze associés s’engagent à réciter chaque jour une « dizaine » de chapelet, ce qui tait au total un rosaire. « Le Rosaire vivant groupera bientôt des centaines de milliers d’adhérents » (art. « Pauline Jaricot » de Jean Comby, dans Dictionnaire du monde religieux dam ta France contemporaine, t. VI : Lyon, Xavier de Montclos (dir.), Paris, Beauchesne, 1994, p. 243).

4 Joachim Bouflet et Philippe Boutrv, Un signe dam le ciel. Les apparitions de la Vierge, Paris, Grasset, 1997, 476 p.

5 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 1 : 1800-1880, Toulouse, Privat, « Bibliothèque historique Privat », 1985, p. 180.

6 Ibid.

7 On sait que l’Espagne, comme la Normandie, a toujours été en pointe dans le culte de l’Immaculée Conception. Les rois d’Espagne sont intervenus à plusieurs reprises auprès de Rome, et les artistes sévillans du Siècle d’Or ont souvent représenté l’Immaculée Conception, notamment Murillo.

8 Voir l’art. « Immaculée Conception », DTC 7, col. 1190-1218.

9 Roger Limouzin-Lamothe, Monseigneur de Quelen archevêque de Paris. Son rôle dans l’Eglise de France de 1815 à 1S39 d’après ses archives privées, t. II : La monarchie de Juillet. 1830-1839, Paris, Vrin, 1957, p. 224.

10 Ibid., p. 265-267.

11 On remarquera l’absence de l’archevêque de Rouen, le cardinal de Crov. A Paris, Mgr de Quelen vient de disparaître le 31 décembre 1839.

12 DTC 7, col. 1192.

13 Roger Aubert, Le Pontificat de Pie IX (1846-1878), Paris, Bloud et Gay, « Histoire de l’Eglise depuis les origines jusqu’à nos jours, 21 », 1952, p. 278.

14 Giovanni Perrone, De immaculate beatissimae virginis Mariae conceptu, an dogmatico décrété definiri possit, Rome, 1847.

15 Ces réponses sont présentées dans les trois premiers volumes des Pareri dell’episcopate publiés en 1851.

16 DTC 7, col. 1198.

17 Dans sa lettre du 26 juillet 1850, l’archevêque de Paris résume ainsi les conclusions de ceux qu’il avait chargés d’étudier la question : « D’après les principes de la théologie, l’Immaculée conception de la très sainte Vierge n’est pas définissable comme vérité de toi catholique et, dans aucun cas, ne peut être imposée comme croyance obligatoire sous peine de damnation éternelle [...] Une définition quelconque, alors même que l’Eglise ou le Saint-Siège croiraient pouvoir la porter, ne serait point opportune ; car elle n’ajouterait rien à la gloire de la Vierge Immaculée, et elle pourrait être nuisible à la paix de l’Eglise et au bien des âmes, surtout dans mon diocèse » (ibid.)

18 L’indépendance de la Belgique avait été obtenue, quelque vingt ans plus tôt, grâce à l’alliance des libéraux et des catholiques. D’où le souci de l’archevêque de Malines de sauvegarder la place des catholiques dans le nouveau royaume, dont le souverain, Léopold Ier, est protestant.

19 Deus omnipotens et clemens. Ce texte discuté par cinq théologiens n’obtient l’assentiment que de deux d’entre eux.

20 Quemadmodum Ecclesia ; dans ce texte la proclamation de l’Immaculée conception de Marie était accompagnée d’une condamnation des erreurs modernes.

21 Roger Aubert, Le pontificat de Pie IX, op. cit., p. 279.

22 Ibid., p. 280.

Table des illustrations

Légende Figure 40 – Église Saint-Godard de Rouen : vitrail de l’Immaculée Conception posé en 1867 par le maître-verrier Laurent.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1015k

Auteur

Professeur émérite à l’université d’Amiens dont elle a dirigé la faculté d’histoire et de géographie, est spécialiste d’histoire religieuse. Elle a dirigé le volume Rouen – Le Havre, dans la collection d’histoire des diocèses de France, et publié Des catholiques normands sous la IIIe République. Elle a organisé des colloques, notamment sur la construction des églises au XIXe siècle, sur les chrétiens dans la Grande Guerre et sur la paix d’Amiens.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search