Version classiqueVersion mobile

Flaubert et une gouvernante anglaise

 | 
Hermia Oliver

Flaubert et une gouvernante anglaise

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre doit tant à trois personnes en particulier qu’aucune expression de ma reconnaissance ne pourrait suffire. Avant même le début de la rédaction, le professeur Jean Bruneau m’a encouragée, m’a proposé de précieuses suggestions et m’a donné avec une grande générosité certains renseignements sans lesquels il m’aurait été impos sible de découvrir deux postes de gouvernante occupés par Juliet Herbert et par sa sœur Marianne. Malgré ses nombreuses obligations, il a également lu le premier brouillon du manuscrit, qui a béné ficié ainsi de certaines corrections et critiques très impor tantes. Ma dette envers le Dr A. W. Raitt, de Magdalen College à Oxford, tout aussi généreux quant au partage de renseignements, est sans bornes. Il a lu, sans se plaindre, tous les brouillons, les réécri tures et les réécri tures des réécritures avec une attention minutieuse et j’ai profité de son grand savoir, de ses suggestions constructives et de son esprit critique pertinent, ainsi que de l’amabilité dont il a fait preuve en me consacrant du temps pour discuter du livre et corriger mes traductions souvent défectueuses. Plus que de coutume, ce livre a également béné ficié de la grande compétence des éditeurs permettant d’élucider les passages obscurs, de corriger les aspérités, les affirmations et les expressions qui ne cadraient pas avec le ton d’érudition recherché ou qui n’avaient tout simplement pas atteint le « mot juste ». Pour toutes ces raisons, je suis extrêmement redevable aux rédacteurs d’Oxford University Press. Ma compagne de recherche, Katharine Duff, est non seulement à l’origine de plusieurs idées fructueuses, mais elle a également, de façon désintéressée, rendu possible la rédaction de cette étude. Il va sans dire que je suis seule responsable de toute erreur éventuelle.

2J’exprime une gratitude toute particulière à Monsieur Francis Ambrière, qui a eu la courtoisie de prendre le temps de répondre à la lettre d’une personne parfaitement inconnue, me permettant ainsi de résoudre un des « petits mystères » si nombreux qui entourent Juliet Herbert. Avec ma compagne de recherche, nous voudrions toutes deux remercier Monsieur Jacques Suffel, Conservateur-adjoint de la Bibliothèque Spoelberch de Lovenjoul à Chantilly, pour son accueil chaleureux et l’assistance efficace qu’il nous a fournie. Nous sommes reconnaissantes à Monsieur Lucien Andrieu, distingué secrétaire des Amis de Flaubert et conservateur de la biblio thèque de Flaubert à la Mairie de Canteleu-Croisset, d’avoir eu l’amabilité de nous montrer un livre portant une inscription de Juliet Herbert. Nous tenons à remercier également Sir John et Lady Conant de Lyndon Hall, dans le Rutland, de nous avoir encouragées avec un tel enthousiasme à fouiller leurs greniers et d’avoir fait suivre une demande de renseignements au Leicestershire Museums, Art Galleries and Records Service.

3Nous remercions les institutions et les sociétés commerciales suivantes : la Bibliothèque historique de la ville de Paris (et notamment Mlle Verlet), la Bibliothèque nationale, la British Library, la Chelsea Library, Christie’s, la Guildhall Library, les Greater London Council Histo rical Library and Record Office, l’Institut français du Royaume-Uni, le London Weather Centre, le Musée Carnavalet, le Public Records Office, la Royal Institute of British Architects’Library, Somerset House, Sotheby’s, la Taylor Institution à Oxford et la Univer sity of London Library.

4Nous sommes particulièrement redevables aux collections biographique, littéraire et généalogique de la London Library et à son système de libre accès qui nous a permis de chercher un article dans le Mercure de France qui ne figurait pas dans l’index.

5East Molesey mai 1979.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search