Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

IVe partie — Controverses et débats

Les représentants normands de l’École française de spiritualité et l’immaculée Conception : Jean Eudes, Louis-François d’Argentan et Henri-Marie Boudon

Nicolas Trotin

Texte intégral

  • 1 À titre d’exemple, pour mesurer à quel degré ce point de doctrine mobilisait les attentions, il suf (...)
  • 2 Yves Krumenacker, L’Ecole française de spiritualité. Des mystiques, des fondateurs, des courants et (...)
  • 3 Paul Milcent, Un artisan du renouveau chrétien au XVIIe siècle. Saint Jean Eudes, Paris, Éditions d (...)
  • 4 On sait que Boudon appréciait fort le père Eudes et qu’il le loua au lendemain de sa mort dans sa c (...)
  • 5 Alain Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement (1629-1667). Spiritualité et société, Paris, Éditions (...)
  • 6 On repère ainsi, pour l’œuvre d’Henri-Marie Boudon, des éditions allemandes, hollandaises, flamande (...)

1Après les vifs débats qui agitèrent le monde des théologiens jusqu’à la veille de la Réforme, il semble que la question délicate de l’immaculée Conception de la Vierge Marie soit tombée, sinon dans l’oubli, du moins sous le coup du « silence respectueux », pour reprendre une expression rendue fameuse par la querelle janséniste au lendemain de la Paix clémentine. Ce silence est plus imaginaire que réel1, la littérature spirituelle du Siècle des Saints ayant abordé avec force la question immaculiste, moins dans la perspective d’apporter de nouveaux sujets de discussion que d’élaborer de vastes synthèses bâties notamment grâce aux méthodes issues de la théologie positive et de la recherche historique. Bien qu’il manque aujourd’hui encore une étude générale sur la participation des auteurs normands à l’édification de ce que l’historiographie a coutume désormais d’appeler l’école française de spiritualité2, trois grandes figures peuvent être ici convoquées : le père Jean Eudes (1601-1680), le capucin Louis-François d’Argentan (1615-1680) et l’archidiacre Henri-Marie Boudon (1624-1702). Ces trois personnalités se succèdent dans le siècle et sont liées entre elles par les liens qu’elles entretinrent avec Jean de Bernières de Louvigny (1602-1659), le fondateur de l’Ermitage de Caen3 : Jean Eudes l’avait rencontré en 1634, Henri-Marie Boudon en 16504 ; quant au père Louis-François d’Argentan, il édita les œuvres spirituelles de Bernières ; c’est par ce dernier que s’établirent leur « amitié spirituelle5 » ; par ailleurs, la librairie française diffusa les opuscules et autres traités spirituels et théologiques tant en Normandie qu’à l’échelle de tout le royaume, voire au-delà6, ce qui inscrit leur pensée dans un rayonnement à la fois provincial et national. De la sorte, il s’agit d’interroger un corpus homogène se proposant un but commun : la défense dogmatique de la Conception immaculée de la Vierge Marie. Pour ce faire, après avoir présenté chacun de nos trois auteurs et mis en exergue les relations qui les lièrent, et après avoir suivi la définition théologique de l’immaculée Conception à laquelle ils se réfèrent, nous en viendrons à examiner l’usage qu’ils firent des méthodes issues tant de la théologie positive que de la conception médiévale du miracle, ce avant d’en venir à l’utilisation de l’immaculée Conception dans le discours de controverse.

  • 7 L’historiographie religieuse récente de la province apostolique de Rouen, pour la période moderne, (...)

2Au XVIIe siècle, la Normandie représente, au sein de l’école française de spiritualité, un pôle spirituel et mystique dont l’importance demeure encore minorée, faute d’études monographiques et prosopographiques7. Cependant, il est possible d’esquisser un tableau des relations spirituelles qui unirent nos auteurs afin d’en mieux comprendre la communauté de pensée et de zèle dans la querelle immaculiste.

  • 8 Jean Eudes, L’Enfance admirable de la très sainte Mère de Dieu, à Paris, chez René Guignard, 1676.
  • 9 Paul Milcent, Un artisan du renouveau chrétien au XVIIe siècle. Saint Jean Eudes, Paris, Cerf, 1992 (...)
  • 10 Charles Lebrun, « Introduction », Œuvres complètes du vénérable Jean Eudes..., tome V. L’enfance ad (...)

3Chronologiquement, le premier de nos auteurs est Jean Eudes. Fondateur de la congrégation sacerdotale des Eudistes, il manifesta un profond attachement au culte marial en général, développant des dévotions comme le Sacré Cœur de la Vierge ; immaculiste convaincu, il consacra à la question un chapitre de son traité intitulé L’Enfance admirable de la Très Sainte Mère de Dieu8. Dédié aux religieuses vouées à l’éducation, cet ouvrage se proposait certes « d’apporter quelque lumière à leur tâche éducative en leur faisant regarder cette petite fille que fut Marie9 », mais également de construire, pour l’occasion, un véritable plaidoyer en faveur de la conception sans tache de la dite Vierge, « une vraie thèse que le Vénérable soutient, et il le fait avec d’autant plus de chaleur que l’honneur de Marie y est engagé10 ». Fort de la haute protection de la reine de France Marie-Thérèse d’Autriche à qui il avait présenté son ouvrage, Jean Eudes dédiait son traité aux parents de la Vierge, Anne et Joachim :

  • 11 Ibid., p. IX.

C’est à vous, ô bien-heureux saint Joachim, ô bien-heureuse sainte Anne, que nous avons l’obligation, après Dieu, de cette admirable Enfant, qui sera éternellement l’objet des admirations des hommes & des Anges, & qui est toujours nostre, & plus à nous qu’aux Anges11.

  • 12 Ibid., p. 71.

4Le huitième chapitre est donc consacré au « quatrième Mystère de la sainte Enfance de la Mère du Sauveur, qui est sa Conception immaculée12 ». Texte fondateur de notre propos dont l’analyse sera abordée plus loin, ce traité ne fut donc pas le seul à aborder la question immaculiste. D’autres plumitifs spirituels s’y attelèrent, tel le capucin Louis-François d’Argentan.

  • 13 Profitant de la vogue que connaissait cette littérature spirituelle d’édification morale et religie (...)
  • 14 Louis-François d’Argentan, Conférences théologiques et spirituelles sur les grandeurs de la très-sa (...)
  • 15 On sait par ailleurs que Jean Eudes avait toujours entretenu des relations particulières avec les c (...)
  • 16 « Je me donne l’honneur de vous écrire pour vous rendre un million d’actions de grâces du livre adm (...)

5Comparé à l’imposante figure du fondateur des eudistes, le père Louis-François d’Argentan est une personnalité plus discrète. Entré chez les capucins le 7 mai 1630 où il prit le nom de François-Louis, sa carrière au sein de l’ordre le mena dans plusieurs des maisons normandes de cette branche de la famille franciscaine : Falaise, Caen, Rouen, Coutances, Sotteville, Nogent-le-Rotrou ; comme Jean Eudes, il développa une activité missionnaire zélée à Vire, Saint-Malo, Rennes, Bourges, Argentan ; controversiste, il publia même, à Avranches, un Narré de la conférence qu il eut avec le ministre Giron le 24 décembre 1654. Il se fit connaître par sa participation à l’édition des œuvres spirituelles de Jean de Bernières-Louvigny, mort en 1659, en publiant dès 1660 Le Cluestien intérieur dont le succès se mesura à l’aune de ses innombrables rééditions, en dépit des procès intentés par Cramoisy qui en détenait le privilège13. Son œuvre la plus personnelle demeure toutefois l’édition des Conférences en trois livraisons successives, de 1674 à 1680, le dernier volume intitulé Conférences théologiques et spirituelles du chrestien intérieur sur les grandeurs de la Très Sainte Vierge étant consacré en partie à la défense de l’immaculée Conception14. Motivées par l’insistance des supérieurs de l’ordre capucin, ces conférences mariales reçurent également le soutien du père Jean Eudes que Louis-François d’Argentan avait pu connaître lorsqu’il était lecteur en philosophie à Caen en 1641 et que Jean Eudes y fondait sa congrégation de prêtres15. Quand les Conférences sur la Grandeurs de la Très Sainte Vierge Marie parurent, Jean Eudes adressa une missive louangeuse à leur auteur16. Les deux hommes appartenaient donc à la même génération et moururent à quelques semaines d’intervalle, Louis-François d’Argentan le 5 juin 1680 suivi par le père Eudes le 19 août.

  • 17 H.-M. Boudon ne signait-il pas la lettre qu’il adressa, en juillet 1654, aux curés d’Evreux, leur a (...)
  • 18 Henry-Marie Boudon, La Dévotion à l’immaculée Vierge Marie Mère de Dieu, à Paris, chez Antoine Wari (...)
  • 19 Nicolas Trotin, « Un mémorial des missions ébroïciennes de saint Jean Eudes : l’office du Cœur de M (...)

6La génération suivante fut marquée par la personnalité complexe du bienheureux Boudon, archidiacre d’Evreux dont la vie notamment marquée par l’épreuve de la diffamation lui valut, outre ses succès de librairie, une véritable renommée de sainteté. Contrairement à ses deux confrères, Henri-Marie Boudon n’était pas normand de souche puisqu’il était né à La Fère, en Picardie, d’un père lieutenant du gouverneur de cette citadelle, qui dut se réfugier à Routot, à quelques lieues au sud de Rouen, lorsqu’il suivit son supérieur dans la disgrâce. Après des études chez les jésuites et à la faculté de théologie de Paris, Henri-Marie Boudon reçut la charge d’archidiacre d’Evreux en 1654, en remplacement de François de Montmorency-Laval appelé à inaugurer le siège épiscopal de Québec. Directeur spirituel très couru, il confia aux presses des imprimeurs parisiens de très nombreux opuscules et autres traités où l’apôtre de l’anéantissement en Dieu qu’il fut, diffusa l’essence de sa doctrine dans laquelle d’aucuns virent les prodromes du quiétisme. Ardent défenseur de la Vierge Marie dont il prôna le saint esclavage17, Boudon publia un traité qui forme une heureuse synthèse dans la veine des ouvrages de Jean Eudes et de Louis-François d’Argentan, La Dévotion à l’immaculée Vierge Marie Mère de Dieu18. S’il est impossible de prouver que le bienheureux Boudon connût le capucin, il est fort probable qu’il entendit prêcher le père Eudes lorsque celui-ci était à Évreux pour la mission qu’il y prêcha à la demande de l’évêque Cauchon de Maupas Du Tour, de novembre 1666 à février 166719 ; par ailleurs, il le cite dans sa correspondance.

7Le stemma spirituel ainsi posé, venons-en à l’analyse théologique de l’immaculée Conception telle que la définirent ces trois auteurs.

  • 20 Louis-François d’Argentan, op. cit., t I, p. 110.
  • 21 Ibid.

8On s’efforcerait vainement de chercher une définition dogmatique complète et appliquée de l’immaculée Conception chez Jean Eudes. C’est le père d’Argentan qui en forma la définition la plus argumentée. Rappelant tout d’abord qu’il était normal, puisque c’est une « règle générale20 », de concevoir que la Vierge, étant descendante d’Adam, ait contracté la tache du péché originel lors de sa conception charnelle par Anne et Joachim, il ne s’étonne donc pas que « de très Saints & de sçavans hommes, comme Saint Bernard, Saint Thomas, Saint Bonaventure, & tant d’autres ont été de ce sentiment là, car il n’y a rien de plus raisonnable21 ».

  • 22 Ibid., p. 162.

9Mais il expose après que, si la loi commune s’applique au commun des hommes, la Vierge en est exempte car elle bénéficie d’un statut particulier aux yeux de Dieu au nom de son privilège de Mère de Dieu ; partant, « Elle a eu plus de part aux graces de la redemption que toutes les autres ; donc les graces ne l’ont pas seulement délivrée du péché, qui est une faveur qu’elles font à tous les autres, mais elles l’ont préservée du péché qui est beaucoup plus ; son Fils unique l’a rachetée plus noblement que tous les autres ; donc ce n’a pas été seulement en la retirant de l’esclavage du diable comme toutes les autres, mais en la garantissant d’y tomber jamais pour un seul moment22 ».

  • 23 Ibid., p. 207
  • 24 Ibid., p. 205.
  • 25 Jean Eudes, (L’Enfance admirable..., op. cit., p. 74) et Henry-Marie Boudon (La Dévotion..., op. ci (...)

10Ainsi, protégée de la souillure originelle au titre de son glorieux rôle maternel, la Vierge ne pouvait qu’avoir été immaculée en sa Conception. Et pour réfuter d’une manière définitive l’argument essentiel de ses contradicteurs, le père Louis-François renverse avec finesse l’axiome qui voulait que la Vierge soit la nouvelle Eve ; considérant que le Christ avait été le modèle d’Adam et qu’ainsi ce dernier avait été créé à sa ressemblance et non l’inverse, il invite à voir, dans la Vierge Marie, le modèle selon lequel Eve avait été modelée. De la sorte, Jésus et sa Mère sont les « deux grands Originaux de l’innocence & de la sainteté23 », matrices pour les autres créatures humaines et principes de pureté et d’innocence d’Adam et Ève au jardin d’Éden « parce qu’ils dévoient être des Images de Jesus-Christ & de sa Sainte Mère24 ». L’inversion argumentaire est d’autant plus probante qu’elle permet en outre d’affirmer que la Vierge a donc été de tous temps auprès de la Trinité, selon l’argument des immaculistes de la fin du Moyen Âge25. L’archidiacre Boudon développe à son tour, en 1699, un long chapitre théologique où, grâce à un examen minutieux de nombreux pères antiques et médiévaux, et fort du précédent que constituaient les décrets du concile de Bâle, il défend le concept théologique de Conception Immaculée, recourant même à l’argument de bienséance :

  • 26 26. Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit., p. 214.

si elle a dû être vierge pour l’enfanter, n’est-il pas aussi de la bienséance qu’elle ait été préservée du péché d’origine, parce qu’une personne peut n’être pas vierge & demeurer dans l’innocence ; mais une vierge qui contracte le péché, quand ce ne serait que pour un moment, n’est pas dans l’innocence26.

11Le concert de nos auteurs s’applique ensuite à démontrer la Révélation du dogme immaculiste dans les Ecritures, même s’il revient au père Louis-François d’être le plus pondéré et le plus prudent lorsqu’il déclare en liminaire de sa prospection scripturaire :

  • 27 Louis-François d’Argentan, op. cit., t. 1, p. 166.

Ainsi plusieurs textes de l’Ecriture que l’Eglise applique à la Sainte Vierge pour prouver sa Conception Immaculée, ou sa divine Maternité, ou quelqu’autre de ses prérogatives, n’ont pas peut-être de sens littéral qui se puisse bien vérifier ; mais ils sont vrays dans le sens mystique, les entendant de la Sainte Vierge ; & nous sçavons que c’est le vray sens que le S. Esprit a prétendu dans ces paroles quand elles nous sont ainsi expliquées par les Saints Pères27.

  • 28 Si Henry-Marie Boudon (La Dévotion..., op. cit., p. 165 et suiv.) cite avec quelque facilité le Can (...)
  • 29 Jean Eudes, L’Enfance admirable..., op. cit., p. 78.
  • 30 Ibid., p. 80 et suiv.
  • 31 Il s’agit du jésuite espagnol Fernando de Quirino de Salazar (1576-1646), auteur d’un important tra (...)
  • 32 Ibid., p. 82.
  • 33 Cristobal de Vega, Theologia mariana hoc est certamina litteraria de Beatissima Virgine Dei Genetri (...)
  • 34 Jean Eudes, L’Enfance admirable..., op. cit., p. 84 et suiv.
  • 35 Jean Eudes cite les passages incriminés, extraits du Commentaire de l’Épître aux Galates, de la Som (...)

12S’il est inutile de rapporter ici les divers passages bibliques auxquels nos auteurs empruntent la matière probatoire de leur argumentation28, plus singulier est le recours qu’ils ont à l’histoire religieuse, selon un principe méthodologique assurément né dans la théologie positive. Jean Eudes fait remonter son argumentation historique à la liturgie de saint Jacques le Mineur et aux propos de saint Thésiphon, « Disciple de Saint Jacques le Majeur29 », puis il établit une recension des auteurs ecclésiastiques depuis le Ier siècle jusqu’au XVIe siècle30, d’après l’œuvre du jésuite Salazar31, et range ainsi parmi les immaculistes saint Bernard de Clairvaux à côté de Jean Duns Scot, « le plus grand & le plus ardent défenseur de la Conception immaculée de la Reine du Ciel32 », mais il ne s’en tint pas à une liste onomastique. De même que le père Louis-François d’Argentan excella dans la démonstration théologique, de même le père Eudes tâcha, avec un certain brio, de relire l’histoire de la controverse immaculiste, en faisant feu de tout bois, sous l’influence explicite de la Theologia Mariana palaestra du jésuite Cristobal de Vega33. Véritables apologètes, Vega puis Jean Eudes firent de l’Ordre des frères prêcheurs, traditionnellement considéré comme le creuset du maculisme, l’un des hauts lieux d’élaboration doctrinale de l’immaculée Conception et de la défense de cette doctrine34. Tout comme Louis-François d’Argentan avait retourné l’argument du mimétisme primordial en faveur de la Vierge Immaculée, Le père Eudes opposait aux dominicains rétifs la liste de ceux des leurs qui avaient été favorables à la Conception sans tache. La manière est habile mais l’argument quelque peu spécieux. Le père Eudes ne s’en tint pas là : il soutint que Thomas d’Aquin avait été immaculiste mais que ses opinions à ce propos avaient été détournées ad hoc par ses éditeurs dominicains et leurs imprimeurs afin de combattre la saine doctrine35.

  • 36 Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit., p. 186-187.
  • 37 Constitution no 262, datée du 6 juillet 1616, Innovatio Constitutionum a Sixto IV & Pio V de Concep (...)
  • 38 Constitution n” 68, datée du 28 juillet 1622, Ampliatio, & declaratio prohilntionis asserendi B. Ma (...)
  • 39 Jean Eudes, L’Enfance admirable..,op. cit., p. 79.
  • 40 Constitution no 361, lnnovatio Constitutionum, & Decretorum in favorem sententiae asserentis, anima (...)
  • 41 Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit., p. 189.

13Henry-Marie Boudon évitera, pour sa part, de recourir à la manipulation des faits à la manière du père Eudes, sans scrupules quand il s’agissait de se battre pour le privilège marial. Passant sous silence le cas des dominicains lorsqu’il cite certains des ordres qui promurent la dévotion immaculiste, Boudon préfère citer les sœurs franciscaines de la Conception Notre-Dame, les prémontrés et les jésuites36. C’est encore le seul à s’attacher à l’histoire la plus récente pour conclure en la faveur de l’immaculée Conception. Ainsi l’histoire conciliaire et pontificale devait donner à nos auteurs une clef pour la réussite de leur argumentation. Le premier à y puiser est Jean Eudes, en bon controversiste. A la suite des apôtres, il cite les pontifes romains Alexandre V, Sixte IV, Alexandre VI, Jules II, Léon X, Paul V37 et Grégoire XV38 qui ont autorisé la fête39. La voie était tracée et aboutissait naturellement, selon le raisonnement polémique du père, à la décision prise par Alexandre VII le 8 décembre 1661, élevant à la dignité liturgique de solennité la fête de la Conception en promulguant des constitutions qui proclamaient que la Vierge avait été préservée du péché originel lors de la création de son âme et de son infusion en son corps40. Toutefois, la sentence pontificale d’Alexandre VII ne mit pas de terme à la querelle et Boudon s’empressa de démêler l’écheveau polémique qu’un office imprimé à Milan puis censuré par le maître du Sacré Palais d’innocent XI avait engendré. Seule une indulgence apocryphe avait motivé la censure et Innocent XII lui-même dut proclamer la validité de l’office de l’immaculée Conception que comprenait le livre41.

  • 42 Pierre-André Sigal, L’Homme et le miracle dans la France médiévale (XIe -XIIe siècles), Paris, Cerf (...)
  • 43 Henri Brémond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de re (...)
  • 44 Pour la critique historique et l’analyse des Miracula dans le cadre de la dispute médiévale, on se (...)
  • 45 Jean Eudes, L’Enfance admirable..., op. cit, p. 123.
  • 46 Ibid. p. 128.
  • 47 Louis-François d’Argentan, op. cit, t. 1, p. 232.
  • 48 Ibid., p. 234.
  • 49 Ibid., p. 237.

14La démonstration ne pouvait se limiter aux arguments d’autorité, surtout lorsque cette autorité émanait du Saint-Siège alors que certains esprits gallicans lui refusaient la plénitude potestatis. Il fallait à ces immaculistes normands poursuivre leurs raisonnements en alléguant des miracles selon un procédé issu tout droit du Moyen Âge42 qui confirme la sentence de l’abbé Brémond : « Ni aux uns ni aux autres, la dévotion médiévale [...] ne paraît une gêne, encore moins un épouvantail. Dans leur enseignement comme dans leur expérience intime, elle se plie sans le moindre effort à toutes les exigences de la haute contemplation et du pur amour43. » C’est ainsi que Jean Eudes cite l’apparition de la Vierge à Elsime – c’est ainsi que le père Eudes nomme Helsin44 – envoyé par Guillaume le Conquérant en ambassade auprès des Transylvains, c’est-à-dire des Danois, et qui, au milieu d’une formidable tempête, promit à la Vierge de fêter sa Conception immaculée chaque huitième jour de décembre. C’est là que le sang normand de Jean Eudes s’anime d’une vigueur singulière car, reconnaissant que les Anglais furent les premiers à célébrer la fête, il n’hésite pas à hisser les Normands sur le pavois car ils « commencerent aussi-tost à la solemniser : à raison de quoi on l’appelle ordinairement la Feste des Normans45 ». Et c’est la cathédrale de Coutances qu’il désigne comme « la premiere cathédrale de Normandie dans laquelle on a commencé à celebrer la feste de la tres-pure Conception de la Mere du Rédempteur46 », grâce au zèle que Jean Eudes attribue à l’évêque Geoffrey. Le père Louis-François emprunte le même chemin que son aîné Jean Eudes et cite le miracle d’Helsin comme une autorité probante47. Si Jean Eudes évoque ainsi quelques récits miraculeux, le P. Louis-François, quant à lui, les collectionne comme autant de preuves, tel le châtiment qui frappa un franciscain de Toulouse qui, après avoir prêché contre l’immaculée Conception, vit la statue de la Vierge se détourner de lui, ce qu’ayant vu, il devint aveugle et ne fut délivré de sa cécité qu’après avoir confessé sincèrement sa faute48. L’infusion de l’intelligence divine en Duns Scot est également une citation obligée à laquelle Louis-François d’Argentan se plie de bonne grâce, narrant ainsi comment le futur Docteur Subtil fut fortifié en intelligence par la Vierge alors qu’il défendait sa Conception sans tâche au sein de l’Université en 130449. Le recours aux miracles dans le discours de la défense de la Conception sans tâche est ainsi justifié par le père capucin :

  • 50 Ibid., p. 236.

Si tous ces miracles & tant d’autres semblables dont toutes les histoires sont remplies, font assez voir combien le ciel desapprouve le sentiment de ceux qui combattent la Conception Immaculée de la Sainte Vierge : combien d’autres que Dieu a faits & fait encore tous les jours en faveur de ceux qui la soutiennent, & qui s’efforcent d’en étendre & d’en établir la dévotion tout autant qu’ils peuvent50.

  • 51 Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit, p. 229 et suiv.
  • 52 Ibid., p. 219.

15L’influence des versets conclusifs de saint Jean (Jn, 20, 30-31) est manifeste et l’usage des miracles, sous la plume de nos auteurs, s’inscrit encore pleinement dans les pratiques médiévales des miracula. Et à l’extrême fin du siècle, Henri-Marie Boudon ne déroge pas à cet us en consacrant un chapitre entier – le onzième – aux miracles entendus comme autant de preuves de la validité de l’immaculée Conception51. Et il reprend tout simplement les épisodes miraculeux rapportés une première fois par le capucin d’Argentan. Il y ajoute encore le témoignage de Bellarmin qui, contemplant la foule venant rendre les hommages funèbres à un jeune jésuite, grand défenseur de l’immaculée Conception, Jean Berchment, mort en odeur de sainteté, se serait écrié : « Ô sainte Vierge, vous vouliez encore avoir cette ame innocente de votre parti ! Ô quel bonheur, quelle faveur d’être du parti de la Mère de Dieu52 ! »

  • 53 Jean Eudes, L’Enfance admirable...,op. cit.,p. 89.
  • 54 Sophie Houdard, Les Invasions mystiques. Spiritualités, hétérodoxies et censures au début de l’époq (...)
  • 55 Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit., p. 225.
  • 56 Ibid., p. 228.

16Si Jean Eudes se fonde sur les révélations de sainte Brigitte53, le Bienheureux Boudon consacre à leur examen de longs développements considérés, une fois encore, comme autant de preuves à l’appui de la défense de la Conception Immaculée. Parce que les visionnaires subissaient un sérieux discrédit depuis les lendemains du concile de Trente qui avait défini un nouveau mode de sainteté intérieur et acceptable en rejetant les manifestations corporelles ou spectaculaires54, le père Eudes accumule les autorités autour des révélations de sainte Brigitte, depuis les papes jusqu’aux docteurs tel que Torquemada, et il réfute comme apocryphe la révélation contraire, attribuée à Catherine de Sienne par Antonin de Florence et Jean de Naples55, avant de citer, au crédit de la Conception immaculée, les révélations faites à saint Norbert, à Helsin – qu’il nomme Hellouin – à sainte Gertrude, à la bienheureuse Jeanne de la Croix, à sainte Hildegarde, sainte Elisabeth de Hongrie et sainte Françoise. Il avance enfin la révélation que reçut Alphonse Rodriguez, jésuite, qui récitait l’office de l’immaculée Conception pour le plus grand plaisir de la Vierge qui le lui apprit en songe56

17.Prouver la validité théologique et la bienséance spirituelle de la Conception Immaculée n’était pas la seule mission que se donnaient nos auteurs. Ouvriers ardents de la réforme catholique, tous désiraient servir la tâche du missionnaire, à savoir la conversion des hérétiques et la correction des erreurs et des déviations.

  • 57 La conversion des protestants lut l’une des principales préoccupations de l’Eglise et des auteurs e (...)

18Il va sans dire que la cœxistence avec les protestants dont la présence en Normandie marquait alors le paysage de la province de son empreinte, devait exciter le zèle d’un prédicateur comme Jean Eudes qui se place derechef dans la controverse, renvoyant avec dédain les opposants à la définition dogmatique de l’immaculée Conception, tous assimilés, avec une certaine habileté, aux religionnaires57 :

  • 58 Jean Eudes, L’Enfance admirable, op. cit., p. 71.

Je ne m’étonne pas si le miserable Calvin & ses sectateurs ont l’audace et l’insolence de soutenir, que la très-sacrée Mère de Dieu a esté infectée en sa Conception du venin & de la corruption du peché originel, & par consequent qu’elle a esté engagée dans la possession & dans l’esclavage de Satan, & qu’elle a esté l’objet de la colère & de la malediction de Dieu. Car ce n’est pas merveille, si ceux qui ont fait banqueroute à la vérité, pour prendre le party du mensonge & de l’erreur, ne peuvent pas avoir d’affection pour celle qui est la Mere de la Vérité eternelle, & l’ennemie irréconciliable du père du mensonge. Ce n’est pas merveille si les partisans du Serpent ont aversion pour cette divine Femme, qui luy a brisé la teste. Ce n’est pas merveille, si ceux qui sont animez & conduits par l’esprit du Dragon infernal, se déclarent ennemis de cette grande Reine, contre laquelle il est plein de rage, parce qu’elle luy arrache tous les jours quantité d’Ames entre les griffes58

  • 59 En effet, depuis 1666, Louis XIV a restreint les dispositions de l’édit de Nantes en supprimant les (...)
  • 60 Jean Eudes s’en prend aux contempteurs catholiques de l’immaculisme en citant Luther (Sermo de Conc (...)
  • 61 Ibid., p. 72.

19.La charge est lourde et leur condamnation à la géhenne perpétuelle est sans appel aux yeux du controversiste. Il faut dire que le discours à l’encontre des messieurs de la r. p. r. n’en était plus aux tentatives de conciliation des premières années du XVIIe siècle mais que l’on se rapprochait à grands pas de l’édit de Fontainebleau59. Dans cette perspective, la réaction de Jean Eudes est à peine outrée : pour lui, le sort des prétendus réformés est chose entendue : leur annoncer leur condamnation perpétuelle et la malédiction eschatologique qui les frapperait est une tentative de faire vibrer le sentiment de peur, de convertir par l’émotion... Par ailleurs, le recours aux thèses réformées est une forme de provocation destinée assurément à remettre en cause les certitudes des adversaires catholiques de l’immaculée Conception, selon une technique de controverse pour le moins éculée : accuser l’adversaire d’hérésie60. S’il dédouane les Pères et les théologiens médiévaux d’avoir refusé le dogme immaculiste « parce que la vérité de ce Mystère n’estoit pas alors en son jour, comme elle est aujourd’huy61 », il morigène donc sans ambages ses contemporains qui maintenaient une farouche opposition à toute idée de conception de la Mère du Sauveur hors du péché originel :

  • 62 Ibid., p. 75.

Mais c’est un grand sujet d’étonnement, de voir qu’aujourd’huy il se trouve encore des Catholiques faisans profession de pieté, qui veulent croire & le persuader aux autres, que la Mere du Saint des Saints a esté conceuë dans la corruption originelle des Enfans d’Adam62.

20La virulence de la plume acerbe de Jean Eudes est tempérée par l’approche plus théorique du capucin d’Argentan qui ne cherche pas à convaincre en dédaignant brutalement ses adversaires. Toutefois, même si son style est plus civil et son propos plus retenu, il rejoint le constat du père Eudes : tous ses contemporains ne sont pas encore disposés à accepter le concept théologique posé par la conception immaculée de Marie :

  • 63 Louis-François d’Argentan, Conférences théologiques, op. cit.. t. 1, p. 144.

c’est un débat qui n’est pas encore apaisé ; car la question n’est pas encore décidée par les Oracles de l’Eglise : elle n’a pas déclaré ce qu’il faut croire de la Conception de la Sainte Vierge ; sçavoir si elle a été infectée de la contagion du péché originel, & puis sanctifiée au sein de sa mère Sainte Anne ; ou si elle en a été préservée par un privilège particulier ; ou si même elle n’y a jamais été obligée, ayant été exceptée par un très grand privilège de la généralité de la Loy, sans y avoir jamais été comprise. Ce sont disputes qui ne font naître que des opinions, & toutes ces opinions ont leurs partisans qui les soutiennent avec des raisons si probables de côté et d’autre, qu’on ne sçauroit qu’en croire ; depuis qu’une chose ne passe que pour opinion, je n’y fais pas grand fons ; j’aime les véritez constantes & solides qui sont receües par toute l’Eglise63.

  • 64 Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit., préface, p. v.
  • 65 Ibid., p. 126.
  • 66 Ibid., p. 131.
  • 67 Dans la préface que Darche donna à l’édition du traité de Boudon, on lit au sujet du second traité (...)
  • 68 Adrien Baillet, De la dévotion à la sainte Vierge, et du culte qui lui est dû, à Paris, chez Floren (...)
  • 69 Ibid., p. 126.
  • 70 Ibid., p. 128.

21Louis-François d’Argentan dénonce le silence du magistère qu’il tient pour responsable des atermoiements des uns et des autres, permettant ainsi l’apparition de diverses positions idéologiques, elles-mêmes sources de divisions et de troubles. La relative proximité entre la publication de son traité et celle du livre de Jean Eudes – quatre années se sont écoulées entre les deux parutions – peut sans doute expliquer la communauté de leurs points de vue dans un contexte théologique largement marqué alors par les débats sur le rôle de la grâce et de la prédestination que le jansénisme avait engendrés. Près de deux décennies plus tard, Henri-Marie Boudon est à la fois plus pondéré et moins incisif dans ses attaques contre les ennemis de l’immaculisme qu’il considère avoir toujours été « l’esprit de l’Eglise » tandis que « l’esprit du démon dans les Hérétiques a toujours été d’obscurcir sa gloire64 ». Mais comme ces prédécesseurs, H.-M. Boudon attaque de front Luther, Calvin et « leurs suppôts65 » et s’applique à démontrer que leur interprétation du second chapitre de saint Luc est erronée : jamais la Vierge, qui avait été instruite par l’Ange de la nature divine de son Fils, ne pouvait avoir été dans l’erreur ou l’ignorance ; qu’elle l’admirait dans son comportement et ses paroles comme « un astrologue qui connoît la cause de l’eclypse du Soleil, ne laisse pas de l’admirer quand elle arrive66 ». Le texte de Boudon n’avait sans doute plus à entrer en lice contre quelque adversaire réel chez les protestants et la très rapide évocation de l’opposition à la Conception Immaculée est là pour le rappeler : elle tient plus de la figure rhétorique que du manifeste polémique. Mais il avait tout de même un autre contradicteur à combattre, en 1699, lorsque parut son livre67. En effet, l’année précédente, le bibliothécaire de Lamoignon, le père Adrien Baillet (1649-1706), janséniste notoire, venait de publier la troisième édition d’un traité qui avait été condamné par le Saint-Office dès 1694, au lendemain de l’édition princeps68. Il y reprenait les positions hétérodoxes des Monita salutaria de Widenfelt et, après avoir invité les fidèles à ne se point laisser « prévenir contre un sentiment en faveur d’un autre69 » au sujet de l’immaculée Conception, il rejette l’objet même de la querelle, considérant que « La dévotion generale de l’Eglise ne consiste pas à vouloir distinguer le moment de sa sanctification d’avec sa conception, mais à honorer l’une dans l’autre, & à reconnoitre humblement que c’est un mystère qui n’est connu que de celui qui sçavoit des lors qu’elle devoit être la Mère de Dieu70 ».

  • 71 Lettre 173 dans Œuvres complètes de Boudon, op. cit., t. III, col. 789.

22Aussi faisait-il de la sanctification propre à la Vierge Marie le seul objet de la fête de la Conception. La critique de Boudon n’attendit pas ; dans la 173e lettre de sa correspondance, adressée à son fidèle dirigé et confident, l’abbé Bosguérard devenu curé de Saint-Nicolas de Rouen, Boudon supplie son correspondant de prendre garde au traité écrit par A. Baillet, « livre très-pernicieux contre la dévotion à la sainte Vierge, qui y est plus maltraitée qu’en plusieurs des livres mêmes des hérétiques71. » Le bienheureux émettait de grandes réserves sur les conclusions à tirer du succès que connaissait le livre. Boudon devait lui répondre par un ouvrage approprié, son Avis catholique sur la vraie dévotion à la très Sainte Vierge mais l’on comprend que, dès le traité sur l’immaculée Conception, il se soit évertué à prouver le bienfondé de cette construction scolastique alors que s’éteignaient les derniers brandons du Siècle des Saints dans la querelle quiétiste.

  • 72 Henri Brémond, op. cit., vol. 9, p. 205.
  • 73 Nous empruntons cette expression à Sophie Houdard, op. cit., p. 59.

23A l’issue de ce bref aperçu, il ne fait plus de doute que la question immaculiste demeura au cœur des préoccupations théologiques, spirituelles et pastorales de certains des chantres de la réforme catholique, comme un instrument de dévotion mariale mais aussi comme un boutoir contre ceux qu’ils jugeaient être les ennemis de l’Église, protestants et jansénistes, et l’on peut bien rejoindre l’abbé Brémond lorsqu’il disait : « zèle trop précipité, irréflexion, manque de goût, sainte passion d’élargir la voie étroite, ils auront popularisé, dans les deux sens du mot, la dévotion à la Vierge72. » Sans nul doute fut-ce cette popularisation qui mit fin à la construction doctrinale dont ces trois ecclésiastiques avaient donné des Sommes n’attendant plus que la proclamation dogmatique : elle eût lieu cent cinquante ans plus tard, inscrivant leurs ouvrages dans des « traditions autorisantes73 » qui légitimaient tout à la fois la dévotion à l’immaculée Conception et leur spiritualité.

Notes

1 À titre d’exemple, pour mesurer à quel degré ce point de doctrine mobilisait les attentions, il suffit de citer un rapide passage que Louis Ellies Du Pin consacra à François Feuardent, fameux cordelier bajocasse (1541-1610) qui « fit une faute dans ses Notes sur S. Irenée, Livre 3, ch. 23, en citant pour l’immaculée Conception le supplément du Commentaire de S. Cyrille d’Alexandrie sur S. Jean, fait par Josse clictoüe [Clichtove], sous le nom de ce Père. Le Jésuite Suarez la releva ; & Feuardent pour se vanger, usa de représailles, en taisant un dénombrement de quantité de fautes de Citations qui se trouvoient dans les Œuvres de Suarez » (Louis Ellies Du Pin, Nouvelle bibliothèque des auteurs ecclésiastiques.... à Amsterdam, chez Pierre LLumbert, 1711, t. XVII, p. 45).

2 Yves Krumenacker, L’Ecole française de spiritualité. Des mystiques, des fondateurs, des courants et leurs interprètes, Paris, Editions du Cerf, 1998.

3 Paul Milcent, Un artisan du renouveau chrétien au XVIIe siècle. Saint Jean Eudes, Paris, Éditions du Cerf, 1992, p. 117 ; Yves Krumenacker, op. cit., p. 498.

4 On sait que Boudon appréciait fort le père Eudes et qu’il le loua au lendemain de sa mort dans sa correspondance (voir Charles Berthelot Du Chesnay, « Présence mariale et saint Jean Eudes », Notre Vie. Revue Eudiste de spiritualité et d’information, t. V, no 42, novembre-décembre 1954, p. 196-205).

5 Alain Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement (1629-1667). Spiritualité et société, Paris, Éditions du Cerf, 1990, p. 46.

6 On repère ainsi, pour l’œuvre d’Henri-Marie Boudon, des éditions allemandes, hollandaises, flamandes et des traductions de ses œuvres dans les dits idiomes.

7 L’historiographie religieuse récente de la province apostolique de Rouen, pour la période moderne, a surtout porté sur l’analyse de la succession des épiscopats ou sur l’observation de la vie quotidienne des paroisses et des communautés religieuses (voir Histoire religieuse de la Normandie, Chambray, CLD, 1981 ; Philippe Goujard, Un catholicisme bien tempéré : la vie religieuse dans les paroisses rurales de Haute-Normandie, 1680-1789, Paris, CTHS, 1996 ; Chapitres et cathédrales en Normandie. Actes du 31e congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie tenu à Bayeux du 16 au 20 octobre 1996, Caen, musée de Normandie, 1997). Les aspects davantage théologiques et spirituels que pourrait livrer une étude exhaustive de la littérature produite dans la province demeurent encore terra incognita alors que quelques sondages dans les catalogues bibliographiques, comme celui d’Édouard Frère (Manuel du bibliographe normand, ou Dictionnaire bibliographique et historique, Rouen, A. Le Brument, 1858-1860, 2 vol.), ou dans des recensions produites au sein même des ordres religieux les plus divers, laissent présager l’existence d’un champ de recherche d’une grande richesse pour l’heure inexploré et qui pourrait, dans un premier temps, prendre pour cadre les ordres religieux. Outre les titres déjà cités dans les notes précédentes, on consultera la thèse de dom Chaussy qui aborde notamment la spiritualité des religieuses normandes à l’époque de la réforme catholique (Yves Chaussy, Les Bénédictines et la réforme catholique en France au XVIIe siècle, Paris, Éditions de la Source, 1975, 2 vol.) ainsi que ses autres travaux consacrés à la congrégation de Saint-Maur, sur lesquels peut se fonder un récolement des auteurs (Yves Chaussy, Les Bénédictins de Saint-Maur, Paris, Études augustiniennes, 1989-1991, 2 vol.) ; nous signalons aussi la brève étude que nous avons consacrée au premier provincial de Normandie des carmes déchaux (« Pierre-Thomas de Sainte-Marie (1611-1686). Aspects de la spiritualité carmélitaine en Normandie au Grand Siècle », Annuaire des cinq départements de la Normandie. Congrès de Condé-sur-Noireau, 2007, p. 171-192).

8 Jean Eudes, L’Enfance admirable de la très sainte Mère de Dieu, à Paris, chez René Guignard, 1676.

9 Paul Milcent, Un artisan du renouveau chrétien au XVIIe siècle. Saint Jean Eudes, Paris, Cerf, 1992, p. 419.

10 Charles Lebrun, « Introduction », Œuvres complètes du vénérable Jean Eudes..., tome V. L’enfance admirable de la Très Sainte Mère de Dieu, Vannes, Imprimerie Lafolye frères, 1907, p. 20.

11 Ibid., p. IX.

12 Ibid., p. 71.

13 Profitant de la vogue que connaissait cette littérature spirituelle d’édification morale et religieuse, le père Louis-François publia, en 1664, des Exercices du chrétien intérieur, eux-mêmes réédités de nombreuses lois tant à Paris qu’à Liège puis en Italie et en Allemagne (voir Willibrord-Christian Van Dijk, « Louis-François d’Argentan », DSAM, t. IX, col. 1069).

14 Louis-François d’Argentan, Conférences théologiques et spirituelles sur les grandeurs de la très-sainte Vierge Marie Mère de Dieu, à Rouen, chez François Vaultier, 1680, 2 vol.

15 On sait par ailleurs que Jean Eudes avait toujours entretenu des relations particulières avec les capucins, comme le prouvent ses échanges épistolaires avec le provincial de Normandie, le père Paulin du Tréport (voir Edouard d’Alençon, « Miscellanea ad ordinem spectantia. Sanctus Johannes Eudes et P. Ludovicus Franciscus Argentoniensis », Analecta Ordinis Minorum Capuccinorm, 1925, vol. 41, p. 247).

16 « Je me donne l’honneur de vous écrire pour vous rendre un million d’actions de grâces du livre admirable que vous avez fait sur les Grandeurs de la Bienheureuse Vierge. Je le prêche à tout le monde. [...] Or, mon très cher Père, si j’étais maintenant à vos pieds, vous auriez beau faire, vous ne m’empêcheriez pas de les baiser » (Edouard d’Alençon, art. cité, p. 248 et suiv.)

17 H.-M. Boudon ne signait-il pas la lettre qu’il adressa, en juillet 1654, aux curés d’Evreux, leur annonçant qu’il avait consacré son nouvel archidiaconé à la Mère de Dieu, « Henri-Marie Boudon, l’esclave de la sainte Vierge, et très-indigne archidiacre d’Evreux » ? (voir lettre 1, Œuvres complètes de Boudon, grand archidiacre d’Évreux, Paris, J.-P. Migne éditeur, 1856, t. III, col. 789).

18 Henry-Marie Boudon, La Dévotion à l’immaculée Vierge Marie Mère de Dieu, à Paris, chez Antoine Warin, 1699.

19 Nicolas Trotin, « Un mémorial des missions ébroïciennes de saint Jean Eudes : l’office du Cœur de Marie (1667) », Connaissance de l’Eure, no 154, oct.-déc. 2009, p. 27-38.

20 Louis-François d’Argentan, op. cit., t I, p. 110.

21 Ibid.

22 Ibid., p. 162.

23 Ibid., p. 207

24 Ibid., p. 205.

25 Jean Eudes, (L’Enfance admirable..., op. cit., p. 74) et Henry-Marie Boudon (La Dévotion..., op. cit., p. 159) affirment également que la Vierge occupe une place éminente auprès de la Trinité. Mais l’originalité du Père Louis-François d’Argentan réside donc dans le renversement de l’un des principaux arguments de ses adversaires. C’est là un trait singulier de l’édifice immaculiste qu’il conçut.

26 26. Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit., p. 214.

27 Louis-François d’Argentan, op. cit., t. 1, p. 166.

28 Si Henry-Marie Boudon (La Dévotion..., op. cit., p. 165 et suiv.) cite avec quelque facilité le Cantique des cantiques (4, 7), la Genèse (3, 15) et le psaume 85 (84), le père Eudes lut plus original, attribuant à la Vierge quatre qualités essentielles : « [...] la première est la qualité d’Epouse du mesme Saint Esprit, Veni sponsa mea ; la seconde, la qualité de Cité du Grand Dieu, Gloriosa dicta sunt de te, Civitas Dei ; la troisième, la qualité de fille du Roy eternel : quam pulchri sunt gressus tui in calceamentis, filia Principis ! la quatrième, la qualité de Femme forte, Mulierem fortem quis inveniet [...] » (op. cit., p. 73) ; chacune de ces qualités est ensuite liée à un passage des Ecritures, extrait du Livre des Proverbes ou de celui des Rois.

29 Jean Eudes, L’Enfance admirable..., op. cit., p. 78.

30 Ibid., p. 80 et suiv.

31 Il s’agit du jésuite espagnol Fernando de Quirino de Salazar (1576-1646), auteur d’un important traité intitulé Pro immaculata Deiparae Virginis Conceptione defensio, publié initialement à Alcala en 1618 (voir l’édition parisienne, s. n., Parisiis, 1621, p. 292-293). À propos de cet auteur, consulter la notice écrite par I. Pinedo qui donne les indications bibliographiques essentielles (voir Diccionario histÓrico de la Compañia de Jésus. Biogrdjico-temático, Roma, Institutum Historicum Societatis Jesu, 2001, t. IV, p. 3270).

32 Ibid., p. 82.

33 Cristobal de Vega, Theologia mariana hoc est certamina litteraria de Beatissima Virgine Dei Genetrice Maria, Lugduni [Lyon], sumptibus P. Borde, L. Arnaud et C. Rigaud, 1653.

34 Jean Eudes, L’Enfance admirable..., op. cit., p. 84 et suiv.

35 Jean Eudes cite les passages incriminés, extraits du Commentaire de l’Épître aux Galates, de la Somme théologique et du Commentaire des Sentences, leur opposant des manuscrits ou d’anciennes impressions du XVI e siècle (Jean Eudes cite ainsi un manuscrit vieux de six cents ans, conservé chez les jésuites à Vienne en Dauphiné, ou encore une édition de 1529 consultée chez les minimes de Toulouse, une autre de 1542 chez les jésuites de Bourges, etc.) et, concluant en faveur de la position immaculiste de l’Aquinate, il remarque : « Et certainement ce n’est pas taire tort à ce Docteur Angélique, de dire qu’il ait bien voulu marcher sur les pas de l’humilité du plus sçavant & du plus saint de tous les Oracles de l’Église » (Jean Eudes, L’Enfance admirable..., op. cit., p. 110).

36 Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit., p. 186-187.

37 Constitution no 262, datée du 6 juillet 1616, Innovatio Constitutionum a Sixto IV & Pio V de Conceptione B. Mariae Virginis editarum (voir Bullarium privilegiorum ac diplomatum Ronumorum Pontificum amplissima Collectio, Romae, Typis et sumptibus de Mainardis, 1754, t. V, 4e partie, p. 209-211).

38 Constitution n” 68, datée du 28 juillet 1622, Ampliatio, & declaratio prohilntionis asserendi B. Mariam Virginem conceptam fuisse in peccato originali (voir Bullarium privilegiorum ac diplomatum Romanorum Pontificum amplissima Collectio, Romae, Tvpis et sumptibus de Mainardis, 1756, t. V, 5e partie, p. 45-46). Le pape permettait toutefois aux dominicains de débattre sur le sujet de la Conception de la Vierge, sans craindre d’étre frappés par les peines prévues par sa constitution. Il ne taisait que réitérer une concession que Paul V avait déjà accordée aux prêcheurs en 1616.

39 Jean Eudes, L’Enfance admirable..,op. cit., p. 79.

40 Constitution no 361, lnnovatio Constitutionum, & Decretorum in favorem sententiae asserentis, animant Beatam Mariae Mariae Virginis in sui creatione, & in corpus infusione a peccato originali praeservatam fuisse, editorum (voir Bullarium privilegiorum ac diplomatum Romanorum Pontificum amplissima Collectio, Romae, Tvpis et sumptibus de Mainardis, 1761, t. VI, 5e partie, p. 182-184).

41 Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit., p. 189.

42 Pierre-André Sigal, L’Homme et le miracle dans la France médiévale (XIe -XIIe siècles), Paris, Cerf, 1985.

43 Henri Brémond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours, Grenoble, Jérôme Millon, 2006, vol. IX, t. IX, p. 208 [Ire éd. : Paris, Bloud et Gay, 1916-1938].

44 Pour la critique historique et l’analyse des Miracula dans le cadre de la dispute médiévale, on se reportera à l’ouvrage fondamental de Marielle Lamy, IC, p. 90 et suiv.

45 Jean Eudes, L’Enfance admirable..., op. cit, p. 123.

46 Ibid. p. 128.

47 Louis-François d’Argentan, op. cit, t. 1, p. 232.

48 Ibid., p. 234.

49 Ibid., p. 237.

50 Ibid., p. 236.

51 Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit, p. 229 et suiv.

52 Ibid., p. 219.

53 Jean Eudes, L’Enfance admirable...,op. cit.,p. 89.

54 Sophie Houdard, Les Invasions mystiques. Spiritualités, hétérodoxies et censures au début de l’époque moderne, Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. 61.

55 Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit., p. 225.

56 Ibid., p. 228.

57 La conversion des protestants lut l’une des principales préoccupations de l’Eglise et des auteurs ecclésiastiques du XVIIe siècle ; elle justifie l’activité missionnaire d’où est née la plupart des œuvres de nos auteurs (voir Charles Berthelot Du Chesnay, Les Missions de saint Jean Eudes. Contribution à l’histoire des missions en France au XVIIe siècle, Paris, Procure des Eudistes, 1967, p. 5 et suivi)

58 Jean Eudes, L’Enfance admirable, op. cit., p. 71.

59 En effet, depuis 1666, Louis XIV a restreint les dispositions de l’édit de Nantes en supprimant les chambres de l’édit malgré les remontrances que lui avait exposées le pasteur bas-normand Pierre Du Bosc. Les temples réformés sont abattus, les fidèles soumis à une pression croissante du pouvoir et de l’Eglise (voir Jacques-Alfred Galland, Essai sur l’histoire du protestantisme à Caen et en Basse-Normandie de l’Edit de Nantes à la Révolution, 1598-1791, Paris, Grassart, 1898).

60 Jean Eudes s’en prend aux contempteurs catholiques de l’immaculisme en citant Luther (Sermo de Conceptione Mariae) : « Quelle confusion pour vous au jour du Jugement, quand tous les Enfans de cette Divine Mere vous accuseront d’avoir eu moins de respect pour elle que le perfide Luther, qui a enseigné qu’elle a esté exempte du péché originel ? » (Jean Eudes, op. cit., p. 95).

61 Ibid., p. 72.

62 Ibid., p. 75.

63 Louis-François d’Argentan, Conférences théologiques, op. cit.. t. 1, p. 144.

64 Henry-Marie Boudon, La Dévotion..., op. cit., préface, p. v.

65 Ibid., p. 126.

66 Ibid., p. 131.

67 Dans la préface que Darche donna à l’édition du traité de Boudon, on lit au sujet du second traité de Boudon concernant la Vierge, Avis catholique sur la vraie dévotion à la très sainte Vierge Marie : « ce livre est dirigé contre Baillet ; Boudon y réfute ses dangereuses propositions, et celles plus hétérodoxes encore du livre : Avis salutaire de la bienheureuse Vierge Marie à ses dévots indiscrets, qui, quoique ne venant point de Baillet, a cependant été publié à la suite de sa Dévotion à ta sainte Vierge, comme résumant sa doctrine ; ouvrage non moins pernicieux que le sien, et qui aussi a été justement condamné à Rome » (H.-M. Boudon, La Vraie Dévotion à Marie. L’Immaculée Vierge Mère de Dieu. Ouvrage disposé pour le mois de Marie et dont le fond est extrait textuellement des écrits du vénérable H.-M. Boudon. Grand archidiacre d’Evreux, complété, mis en ordre et annoté par M.-J. Darche, Paris, Nouvelle Librairie Catholique, Victor Sarlit, libraire-éditeur, 1865, p. v).

68 Adrien Baillet, De la dévotion à la sainte Vierge, et du culte qui lui est dû, à Paris, chez Florentin et Pierre Delaulne, 1696.

69 Ibid., p. 126.

70 Ibid., p. 128.

71 Lettre 173 dans Œuvres complètes de Boudon, op. cit., t. III, col. 789.

72 Henri Brémond, op. cit., vol. 9, p. 205.

73 Nous empruntons cette expression à Sophie Houdard, op. cit., p. 59.

Auteur

Diplômé d’études supérieures de l’École du Louvre, a obtenu un master d’histoire moderne à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV), dont le sujet portait sur la prédication du dominicain Guillaume Pépin. Enseignant, il est membre de la Société des antiquaires de Normandie (Caen), dont il a assumé la présidence en 2010 : il collabore par ailleurs aux travaux de plusieurs sociétés savantes normandes.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search