Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

IVe partie — Controverses et débats

Aux xvie et xviie siècles : blocage doctrinal et floraison dévote

Marc Venard

Texte intégral

1Le 17 septembre 1439, le concile de Bâle, dont l’histoire orageuse durait depuis 1432, et qui se trouvait réduit à un petit nombre de prélats, vote un décret (Eluatantibus) qui affirme que la doctrine selon laquelle Marie a été préservée du péché originel par un acte unique de la grâce prévenante de Dieu est désormais reconnue par l’Église, en accord avec la célébration liturgique, avec la raison théologique et avec l’Ecriture sainte ; cette doctrine doit donc être acceptée par tous. Et la fête du 8 décembre est confirmée.

2Toutefois, loin de trancher la question, ce décret n’a fait qu’introduire un nouveau facteur de division au sujet de l’immaculée Conception. Car à l’opposition ancienne, et qui ne désarme pas, entre théologiens dominicains et franciscains, s’en ajoute maintenant une autre, ecclésiologique, entre papistes et conciliaristes, vu que la papauté refuse de reconnaître l’autorité du concile de Bâle. De sorte que le pape Sixte IV, bien que franciscain d’origine, et de ce fait partisan de la doctrine de l’immaculée Conception, devra se contenter de publier deux bulles sur ce sujet. La première, en 1476, approuve l’office et la messe qui célèbrent « l’admirable conception de la Vierge immaculée », et confirme les indulgences concédées à cette occasion par ses prédécesseurs. La seconde, la bulle Grave nimis, en 1483, condamne les prédicateurs qui accusent de péché mortel et d’hérésie ceux qui affirment que la Vierge a été préservée du péché originel et ceux qui les suivent. Ainsi, sans oser affirmer positivement la conception immaculée de la Vierge, le pape impose silence à ceux qui la nient publiquement. A aucun moment, bien sûr, il n’a fait référence au décret du concile de Bâle.

  • 1 James K. Farge, Orthodoxy and Reform in Early Reformation France. The Faculty of Theology of Paris. (...)

3En 1515, le pape Léon X songe à faire débattre de la question par le concile de Latran V. Mais il en est détourné par Cajétan, le grand théologien dominicain rénovateur du thomisme. En revanche, l’université de Paris, fermement attachée à l’ecclésiologie conciliariste et gallicane, telle qu’elle a été reçue dans le royaume de France par la Pragmatique de Bourges (1438), considère comme un dogme l’immaculée Conception de Marie. En 1496, elle décide d’exiger de tous ceux qui prétendent à un grade universitaire le serment de défendre le décret de Bâle. Elle est bientôt suivie sur ce point par les universités de Cologne et de Mayence. Quelques années plus tard, la Faculté de théologie de Paris dénonce un de ses docteurs, religieux augustin, pour avoir prêché contre l’immaculée conception. Il accepte de se rétracter en reconnaissant que la Vierge a été « préservée », et non pas « purifiée », dans le sein de sainte Anne1.

4C’est pourquoi, en 1521, dans son décret condamnant Luther, la faculté de théologie de Paris lui reproche d’avoir écrit que nier la conception immaculée de Marie n’était pas une hérésie (alors qu’on ne trouve pas de censure semblable dans la bulle pontificale Exsurge Domine de l’été 1520). A vrai dire, le docteur de Wittenberg n’était pas hostile à fêter la conception de la Vierge, on conserve d’ailleurs un sermon qu’il a prononcé à cette occasion. Mais dans son commentaire du Magnificat (1521), s’il célèbre avec ferveur le don de grâce fait par Dieu à Marie, il ne dit mot d’un quelconque privilège d’exemption du péché d’Adam. En fait, aucun des réformateurs ne va s’intéresser particulièrement à la question, même s’ils s’élèvent contre le culte particulier rendu à la Vierge Marie. En revanche, tous mettent l’accent sur le péché originel et ses conséquences, qui pèsent sur l’humanité déchue.

  • 2 Ces deux bulles seront dès lors éditées en complément des actes du concile de Trente.
  • 3 Alain Tallon, La France et le concile de Trente (1513-1563), Rome, Ecole française de Rome, 1997, p (...)

5Aussi, quand, en 1546, le concile de Trente aborde la question du péché originel, le moment paraît venu à certains participants pour définir le privilège de la Vierge Marie. Un des deux seuls prélats français présents, l’archevêque d’Aix Antoine Filhol, y est résolu, comme aussi le cardinal espagnol Pacheco, évêque de Jaen. Pourtant les théologiens, parmi lesquels les dominicains sont influents, ne parviennent pas à se mettre d’accord, et les légats font adopter une solution de compromis. Dans les décrets de la session V du concile, après avoir affirmé que le péché d’Adam s’est transmis à tout le genre humain, on trouve un dernier paragraphe : « Cependant le saint concile déclare que dans ce décret qui regarde le péché originel, son intention n’est pas de comprendre la bienheureuse et immaculée vierge Marie, mère de Dieu, mais il entend qu’à ce sujet les constitutions du pape Sixte IV d’heureuse mémoire soient observées, sous les peines qui y sont portées et qu’il renouvelle2. » Les Français sont déçus et mécontents. On en a pour preuve le fait, noté par Alain Tallon3, que dans une édition du décret conciliaire sur le péché originel, faite à Paris dès 1546, le paragraphe que nous venons de lire a été « oublié ». Au reste, ce refus d’affirmer la conception immaculée de Marie sera un des arguments avancés par la suite pour détourner le pouvoir royal de « recevoir » en France les actes du concile de Trente.

  • 4 Acta Ecclesiae Mediolanensis, Lugduni, ex officina Anissoniana et J. Posuel, 1683, t. I, p. 399. Ce (...)
  • 5 Ibid. t. II, p. 894.

6A Rome, la question reste bloquée. En 1570, le pape Pie V, un dominicain, renouvelle les bulles de Sixte IV pour interdire aux prédicateurs et aux théologiens de polémiquer sur le sujet. C’est dans son sillage que le cardinal Charles Borromée, le grand archevêque de Milan, interdit, dans ses Instructions sur la prédication de la Parole de Dieu, de disputer sur l’immaculée conception de la très sainte Vierge, contre l’ordonnance du pape Pie V4. Ailleurs, dans une liste de cas réservés au souverain pontife, il inscrit le fait d’avoir « affirmé l’immaculée conception de la bienheureuse Vierge Marie contre la constitution de Sixte IV et le décret du concile de Trente5 ».

  • 6 Voir Henri Fouquerav, Histoire de la Compagnie de Jésus en France, des origines à la suppression (1 (...)

7Néanmoins, à Paris, la Faculté de théologie campe toujours sur ses positions. En 1574, elle s’en prend avec virulence au jésuite Maldonat, professeur au collège de Clermont, dont le tort est d’avoir dit que l’immaculée conception n’est pas un dogme. L’ayant dénoncé comme hérétique auprès de l’évêque de Paris, nos maîtres sont fort dépités de voir que l’évêque donne raison au jésuite, et va même jusqu’à menacer d’excommunication les deux docteurs les plus excités. Ceux-ci font alors appel « comme d’abus » au Parlement de Paris. Aux yeux du pape, et donc du nonce en France, c’est là une faute majeure. Mais finalement, grâce à l’habileté du nonce et à la modération du pape Grégoire XIII qui, sans céder sur le fond, s’emploie à flatter les docteurs parisiens, les esprits s’apaisent6. Ce n’aura été qu’un des nombreux incidents qui ont marqué les rapports entre l’université de Paris et les jésuites.

8Sur l’immaculée Conception de Marie, le concile de Trente a fermé la porte. Mais il en a entrouvert une autre quand, dans sa sixième session, à propos de la justification, il a déclaré que seule, la Vierge Marie, par privilège spécial, avait échappé aux péchés dans lesquels nul homme ne peut éviter de tomber, même après avoir été justifié par la grâce de Dieu. Ainsi, Marie est immaculée, au sens qu’elle est exempte de tout péché, et cela par privilège spécial : en faut-il davantage pour que la piété des fidèles fasse remonter ce privilège à sa conception même ?

9Contrairement à ce que l’affaire Maldonat donnerait à penser, ce sont les jésuites qui ont donné un nouvel élan à la dévotion immaculiste. Sans m’étendre sur ce point, je verserai seulement deux pièces au dossier.

  • 7 Pierre Favre, Mémorial, Michel de Certeau (éd.), Paris, Desclée de Brouwer, 1960, p. 262. Mais c’es (...)
  • 8 Paris, 1654. Etienne Binet, né à Dijon en 1569, entré au noviciat des jésuites en Italie en 1590, r (...)

10La première est une page du Mémorial de Pierre Favre, un des premiers compagnons d’Ignace de Loyola, et peut-être le plus proche. En décembre 1542, il note que la fête de la Conception de Marie le fortifie contre les tentations : « Je ressentis, écrit-il, une solidité et une stabilité toutes nouvelles dans mon cœur et à l’intime de moi-même7. » Le second témoignage est celui du père Étienne Binet, auteur fécond du début du XVIIe siècle, dans un ouvrage intitulé Le Grand Chef-d’œuvre de Dieu, et les Souveraines Perfections de la Sainte Vierge, sa mère8 Il écrit :

  • 9 Le Grand Chef-d’œuvre de Dieu, p. 80-81.

C’est un point des plus délicats de la Théologie, que celuy de la Conception de la Mere de Dieu ; les Papes, les Conciles, et tous les Théologiens ont tant manié cette difficulté, & ont tant disputé, que c’est chose incroyable. La providence de Dieu, au rapport de Nostre Dame, l’a permis à dessein, pour exercer les esprits des mortels, & voir la pieté, & des uns & des autres.
Je suis de l’advis de ceux qui défendent puissamment qu’elle a esté conceuë sans péché originel, & iamais ce beau Soleil n’a eu nulle tâche du monde ; que cette Lune a esté tousiours parfaitement belle, & pleine, & que sa glace n’a iamais esté ternie ; que cette Estoille rayonnante n’a iamais fait eclypse : bref, qu’en ce Paradis terrestre iamais Serpent infernal n’a siflé, n’y n’a eu nulle nulle entrée. Mais pour bien sçavoir dire comment cela s’est pu faire, c’est le nœud de l’affaire, & c’est là où se sont combattus tant d’esprits excellents. Pour déplier cecy plis à plis, & pour mettre au Soleil cette vérité, je coucheray icy quelques propositions, qui feront voir nettement tout l’affaire9...

11Suit une série de six arguments, qui sont des arguments de convenance :

Voulez-vous sçavoir pourquoy Nostre Dame a esté conceuë sans péché originel ? C’est i. qu’il y va de la dignité du Messie Pere des lumières, que sa saincte Mere n’ait iamais esté subiette aux tenebres du péché, ny captive de son ennemy capital, car cela fletriroit en partie sa dignité Royalle.
2. Il importe qu’elle soit rachetée par son Fils par une façon plus relevée & particulière, à sçavoir la prévenant affin qu’elle ne tombe dans le péché, qui autrement luy auroit esté inévitable.
3. Puisqu’il la vouloit faire Emperiere des Anges, qui n’ont iamais esté un seul moment subiects à nul péché, estoit-il pas à propos qu’elle eût tousiours esté sans tache, & sans nulle souillure du monde ?
4. La bonté de Dieu qui est infiniment equitable pouvoit-elle faire que l’Ange et Adam eussent esté creez dans un estat de grace & de saincteté, & non pas sa Mere qu’il aymoit plus que tous les Anges, & tous les hommes ensemble ?
5. Puisque Dieu l’a dispensée des autres malheurs dont il punit les filles d’Eve, à sçavoir d’enfanter avec des trenchées fort aiguës, & d’estre réduite en poussière apres sa mort ; & d’autres, il l’a bien à plus forte raison dispensée de cette nécessité d’encourir le péché originel au premier instant de sa Conception.
6. La raison de sainct Augustin est bien forte, à sçavoir, que quand on parle de la Vierge, ce qui peut estre de meilleur, & de plus parfait, c’est ce qu’il faut croire de la bonté de Dieu [...]

12Et ce même auteur de conclure :

  • 10 Ibid., p. 90-91.

Le torrent des Docteurs va aujourd’huy à cela, & la pluspart des Saincts l’ont ainsi crû durant leurs vies, & ceux qui ne l’ont pas crû, s’ils vivoient en ce siecle, il est quasi indubitable qu’ils seroient tous de cet advis, & feraient de bon cœur la feste de l’immaculée Conception de la Glorieuse Mere de nostre Seigneur, & seroient marris d’avoir esté d’opinion contraire10.

  • 11 Cité dans le Dictionnaire de théologie catholique, art. « Immaculée conception », t. VII (1922), co (...)
  • 12 Comme on peut le constater dans les archives de l’Inquisition d’Avignon, que Rome dirige de loin (a (...)

13Malgré cela, un autre jésuite, le grand théologien Bellarmin, consulté en 1617 par le pape Paul V, devait bien reconnaître qu’il n’y avait pas de fondement scripturaire à la doctrine de l’immaculée conception : « In Scriptis nihil habemus11. » Et, tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, à Rome, la Sacrée Congrégation de l’Inquisition, plus connue sous le nom de Saint-Office, ne cesse de traquer tous les livres, sermons ou formules pieuses qui s’aventurent à propager le culte de la Conception immaculée de Marie12.

  • 13 Rouen, BM, ms. Martainville Y 48 et Y 50 ; et Ms 1059. Rendre compte de la vie de cette « Académie  (...)
  • 14 Voir Vanessa Dottelonde-Rivoallan, Le Concours de poésie de l’Académie de l’immaculée Conception de (...)
  • 15 Archives départementales de Seine-Maritime, G 1252. La supplique et les statuts portent 12 signatur (...)
  • 16 Voir Marc Vénard, Les Confréries dans la ville de Rouen à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Ro (...)

14Quant à la dévotion à la Vierge immaculée, on s’attendrait à ce qu’elle se manifeste à l’époque moderne avec une particulière vigueur en France, et plus particulièrement en Normandie. Or il faut avouer que l’élan qui marqué le XVe siècle et le début du XVIe semble retomber. A Rouen, l’illustre et ancienne confrérie du Puy Notre-Dame, transférée en 1513 de l’église paroissiale Saint-Jean au couvent des Carmes, reste bien seule. Après avoir connu une éclipse après 1562, l’année des ravages des églises et couvents de la ville par les protestants, elle a été restaurée en 1646, et va poursuivre son activité, dont témoigne encore, à la fin du XVIIIe siècle, l’abbé Guiot dans son Histoire de l’Académie de l’immaculée Conception de la Sainte Vierge13. Mais devenue « l’Académie de l’immaculée Conception », elle couronne des poésies qui n’ont plus grand chose à voir avec le privilège de la Vierge Marie, ni même avec Marie elle-même14. Il est vrai qu’on voit renaître, en 1707, dans la paroisse Saint-Jean, une confrérie qui sollicite une approbation de l’archevêque en prétendant avoir perdu celle qu’elle avait obtenue deux siècles plus tôt, mais elle n’a plus rien de commun avec son illustre devancière ; modeste par ses membres et banale par ses statuts, c’est essentiellement une mutuelle de prières et de services pour les défunts15. Tout au plus, diverses confréries rouennaises s’engagent à célébrer la Conception de la Vierge parmi les diverses fêtes mariales du calendrier16.

  • 17 André-Jean-Marie Hamon, Notre-Dame de France, ou Histoire du culte de la sainte Vierge en France de (...)

15A Rouen toujours, rares sont les lieux de culte et les chapelles consacrés à la Vierge dans le mystère de sa conception. Le couvent des Ursulines fondé à Rouen en 1655 est mis sous son patronage, et, en 1728, l’établissement des frères des Écoles chrétiennes à Saint-Yon la prend pour seconde patronne. On connaît une église bâtie sous ce titre, en 1665, à Saint-Etienne-en-Forez ; dans laquelle fut érigée en 1670 une confrérie de l’immaculée Conception. Mais quand on apprend que cette confrérie était spécialement affectée aux femmes enceintes, on peut se demander s’il n’y avait pas confusion avec la conception virginale de Marie17. Le recensement des confréries de Paris publié en 1621 par Jean-Baptiste Le Masson, qui totalise 337 confréries, n’en mentionne que deux sous le titre de la Conception de Notre Dame. Il se peut que la grande diffusion des confréries du Rosaire, dont le premier mystère est l’Annonciation, ait fait tort à la dévotion pour la Conception immaculée de Marie. On notera aussi que lorsque le roi Louis XIII décide de consacrer son royaume à la Vierge Marie, en 1638, c’est la fête de l’Assomption, le 15 août, qu’il choisit pour la célébration annuelle ; ce qui, soit dit en passant, va donner un avantage décisif à cette fête de la Vierge par rapport à celle de sa Nativité, le 8 septembre, qui avait auparavant le premier rang.

  • 18 Jean Bedel, La Vie du révérend père Pierre Fourier dite [sic] vulgairement le père de Mataincour, r (...)
  • 19 Notre-Dame de France, op. cit., t. VI, p. 32-33.
  • 20 Ibid., p. 410-411.

16En revanche, le culte de l’immaculée Conception semble avoir fleuri dans la Lorraine, encore indépendante, de la première moitié du XVIIe siècle. Pierre Fourier, le curé de Mattaincourt, ancien élève des jésuites, s’en est fait l’apôtre. Décédé le 9 décembre 1640, « le Ciel, écrit son premier biographe, lui fit la faveur de pouvoir encore célébrer une fois la Conception Notre Dame, qu’il chérissait par dessus tous les Bienheureux, et cette Fête plus tendrement que pas une18 ». Il avait encouragé la création de confréries sous ce titre, et il aurait voulu que Rome érigeât une archiconfrérie pour les patronner. Mais ses démarches sont restées vaines. Il reste que dans la période dramatique que traverse la Lorraine ravagée par la guerre de Trente Ans, on observe un grand mouvement de dévotion envers l’immaculée Conception de Marie, comme dans cette procession qui, de Pont-à-Mousson, en 1641, se dirige vers le sanctuaire marial de Benoîte-Vaux, derrière un écusson couronné portant cette devise : « Marie a été conçue sans péché19. » Il en va de même dans le diocèse de Langres, voisin, où des curés effrayés par la présence des Suédois appelés par Richelieu, se réunirent à Faverney et « se placèrent d’un commun accord, eux et leurs paroisses, sous la protection de l’immaculée Conception de Marie, et projetèrent d’établir partout une confrérie sous ce vocable20 ».

  • 21 Voir Annick Delfosse, La « Protectrice du Païs-Bas » Stratégies politiques et figures de la Vierge (...)

17Dans les Pays-Bas méridionaux, dont le catholicisme est fortement marqué par l’influence des franciscains et des jésuites, la dévotion à la Vierge Marie se porte tout naturellement sur sa conception immaculée21. Et pourtant la résistance des théologiens dominicains ne désarme pas, comme en témoigne ce passage de la chronique du tisserand lillois Pierre-Ignace Chavatte, en 1665 :

  • 22 Pierre-Ignace Chavatte, Chronique mémorial des choses mémorables par moy Pierre-Lgnace Chavatte (16 (...)

Le 8e jour de septembre les frères mineurs dits récollets ont gagné leur procès à l’encontre des dominicains sur l’immaculée conception de la Vierge Marie. Et ce jour là ont fait procession pour rendre grâce à Dieu et à la Vierge Marie ; et depuis ont fait une confrérie de l’immaculée conception : O douce Vierge Marie, on sait fort bien que vous avez venu au monde sans péché originel22.

18A quoi Chavatte ajoute qu’un prédicateur qui « soutenait le péché originel » de Marie mourut avant d’avoir pu achever son sermon.

  • 23 Alain Milhou, Colomb et le messianisme hispanique, Montpellier, Presses universitaires de la Médite (...)

19Finalement, c’est l’Espagne qui reprend le flambeau. Dès la fin du XVe siècle, la dévotion à l’immaculée y égalait celle de la France23. Dans un recueil de poèmes imprimé à Valence, en 1474, on pouvait lire, entre autres vers célébrant la Vierge immaculée, ceux-ci : « Avant que le Dieu infini ne créât ce monde / Il te préserva très pure et très sainte. » Cette dévotion est très présente chez Christophe Colomb. Lors de son premier voyage, le 7 décembre 1492, il donne le nom de la Conception à un port de Haïti ; dans son troisième voyage, en 1498, il baptise deux îles l’une de la Conception et l’autre de l’Assomption de la Vierge. Comme ailleurs, les théologiens dominicains résistaient à la doctrine. Mais au début du XVIe siècle, la reine Isabelle de Castille et le cardinal franciscain Cisneros lui étaient acquis. Celui-ci fonde une confrérie de l’immaculée Conception à Tolède en 1506.

20Au siècle suivant, les rois d’Espagne font à Rome des démarches pressantes pour que le pape proclame le dogme de l’immaculée Conception. Ils ont derrière eux un puissant mouvement populaire dont témoignent, à Séville en particulier, les multiples tableaux, œuvres des plus grands peintres, Zurbaran, Ribera, Murillo, qui peuplent les églises.

  • 24 Jean Molanus, Traité des saintes images, François Bœspflug, Olivier Christin et Benoît Tassel (éd.) (...)

21Ceci nous conduit à observer la représentation picturale du mystère. Sur ce point, c’est encore vers un auteur jésuite qu’il faut se tourner. Il s’agit du Flamand Molanus (Jean Vermeulen), qui a publié à Louvain en 1570, un Traité des saintes images (en latin), repris en 1594 dans une édition augmentée24. Destiné à guider les artistes selon les règles et dans l’esprit du concile de Trente (dont il faut bien dire qu’ils étaient assez vagues), ce traité a exercé une large influence. C’est ainsi que fort du canon 23 de la 6e session du concile, selon lequel la Vierge n’a jamais commis aucun péché ni mortel ni véniel, Molanus estime qu’il est légitime de la représenter foulant le diable sous ses pieds (chap, XVIII). Revenant, dans un autre chapitre (XXXIII), sur la même représentation, Molanus identifie cette fois le serpent diabolique à l’hérésie. Cela nous prouve qu’on aurait tort de voir dans ces images, fort répandues, des représentations de l’immaculée conception stricto sensu. Quand enfin Molanus introduit un chapitre (LV) « Sur la peinture de la conception de la bienheureuse Marie », on est d’abord un peu surpris par son propos. Le jésuite, en effet, commence par s’élever contre les images qui représentent la rencontre d’Anne et Joachim devant la Porte dorée, parce qu’elles donnent à croire que Marie eût été conçue par leur seul baiser. C’est l’occasion pour nous de noter l’équivoque que recouvrait au Moyen Age, la croyance en la conception immaculée de Marie : une conception miraculeuse sans acte charnel ; ou l’exemption du péché originel dès la conception ? Molanus, lui, rejette vigoureusement la première interprétation. Après quoi il approuve qu’on applique à Marie les « délicates trouvailles » tirées du Cantique des cantiques, pour peindre une image de la Vierge « dans laquelle le Soleil, une étoile, la lune, la porte du ciel, le lys parmi les épines, le miroir sans tache, le jardin clos, la source scellée, la cité de Dieu etc. sont représentées avec elle, accompagnées des paroles : Tu es toute belle mon amie, et tu es sans tache... » Ce faisant, notre Molanus ne fait que renouer avec l’iconographie du XVe siècle.

  • 25 Rouen, BM, ms 1059 (Y 69).
  • 26 La gravure, de dimension exceptionnelle (100 cm de largeur sur 24 cm de hauteur) a été malheureusem (...)
  • 27 Émile Mâle, L’Art religieux de la fin du XVIe siècle, du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle, Paris, A (...)
  • 28 Pr 8, 22-35. J’ajoute qu’il est parfois difficile de distinguer une représentation de l’immaculée C (...)

22C’est en effet sur cette voie que s’engage au XVIIe siècle l’iconographie de l’immaculée Conception. J’en ai découvert un exemple remarquable dans une gravure insérée dans un des manuscrits de l’abbé Guiot que j’ai mentionnés plus haut25 : elle figure la Vierge, sans enfant, couronnée, entourée par une cour céleste26 (fig. 39), L’image a été dessinée par le peintre siennois Francesco Vanni (1563 ou 1565 – 1610) et gravée par l’artiste anversois Peter De Jode (vers 1570-1634), ce qui date la gravure du tournant des XVIe et XVIIe siècles. Ramené à la seule figure de la Vierge, c’est exactement le sujet que retiendront les peintres espagnols, Ribera et surtout Murillo. J’avoue que je ne suis pas convaincu par les commentaires d’Emile Mâle qui voit dans ces merveilleuses jeunes femmes planant sur les nuages et environnées d’angelots « l’admirable épanouissement de la Vierge française entourée des symboles des litanies27 ». Il me semble qu’elles illustrent plutôt, en l’humanisant et en l’attendrissant, au risque de la mièvrerie, la figure de la Sagesse, née avant toute création, que proposait, avant la réforme de Vatican II, la lecture biblique choisie pour la fête du 8 décembre28.

Figure 39 – La Vierge couronnée, entourée par une cour céleste (gravure de Peter De Jode, d’après un dessin de Francesco Vanni), insérée dans le ms. 1059 (Y 69) de la bibliothèque municipale de Rouen.

23En conclusion, on me permettra de dire que la croyance en l’immaculée Conception de Marie, telle qu’elle a été véhiculée et illustrée, m’apparaît comme portant en elle un nœud de confusions et d’équivoques, dès avant, voire encore après sa définition par le pape en 1854.

24N’insistons pas sur l’erreur grossière, mais fort répandue, qui consiste à confondre l’immaculée Conception de Marie avec la conception virginale par laquelle elle a mis au monde l’Enfant-Dieu. Mais nous avons vu que nos ancêtres pensaient volontiers que la conception de Marie était immaculée parce qu’elle s’était faite sans union sexuelle de ses parents, Anne et Joachim. Et dire que Marie était immaculée a d’abord signifié qu’elle n’avait jamais commis de péché, ni mortel ni véniel, ce que le concile de Trente a affirmé dans sa 6e session. En sorte qu’on pouvait bien affirmer qu’elle avait vaincu le démon sans pour autant affirmer qu’elle avait été exemptée du péché originel. Une telle affirmation n’a pas suffi aux « immaculistes », nous le savons, mais alors, en proclamant le privilège de Marie, ils ont pris le risque de donner à croire aux fidèles que c’est Marie, autant que son Fils, voire avant lui, qui a libéré l’humanité du règne du Démon, comme on le voit sur le célèbre vitrail des Chars de l’ancienne église Saint-Vincent de Rouen. Dernière source de confusion, inspirée par la liturgie, identifier Marie créature immaculée avec la Sagesse éternelle de Dieu. Certes, le discours théologique officiel de l’Église catholique a pu dissiper ces confusions, mais qu’en fut-il hier et qu’en reste-t-il aujourd’hui dans le peuple chrétien ?

Notes

1 James K. Farge, Orthodoxy and Reform in Early Reformation France. The Faculty of Theology of Paris. 1500-1543, Leiden, Brill, 1985, p. 163.

2 Ces deux bulles seront dès lors éditées en complément des actes du concile de Trente.

3 Alain Tallon, La France et le concile de Trente (1513-1563), Rome, Ecole française de Rome, 1997, p. 535.

4 Acta Ecclesiae Mediolanensis, Lugduni, ex officina Anissoniana et J. Posuel, 1683, t. I, p. 399. Ce point est précédé immédiatement par celui-ci : « Ne pas aborder de questions trop subtiles devant la foule incompétente. »

5 Ibid. t. II, p. 894.

6 Voir Henri Fouquerav, Histoire de la Compagnie de Jésus en France, des origines à la suppression (1528-1762) Paris, A. Picard et fils, 1910, t. I, p. 172 et suiv.

7 Pierre Favre, Mémorial, Michel de Certeau (éd.), Paris, Desclée de Brouwer, 1960, p. 262. Mais c’est abusivement que le premier éditeur en français du Mémorial, le père Marcel Bouix (1874) a mis sous la plume de P. Favre l’expression « ce mystère de la Vierge immaculée ».

8 Paris, 1654. Etienne Binet, né à Dijon en 1569, entré au noviciat des jésuites en Italie en 1590, recteur des collèges de Rouen et de Paris, provincial, décédé en 1639.

9 Le Grand Chef-d’œuvre de Dieu, p. 80-81.

10 Ibid., p. 90-91.

11 Cité dans le Dictionnaire de théologie catholique, art. « Immaculée conception », t. VII (1922), col. 845.

12 Comme on peut le constater dans les archives de l’Inquisition d’Avignon, que Rome dirige de loin (archives départementales du Vaucluse, 1 G 108).

13 Rouen, BM, ms. Martainville Y 48 et Y 50 ; et Ms 1059. Rendre compte de la vie de cette « Académie », attentive notamment à tout ce qui se publie pour ou contre la doctrine immaculiste, aurait nécessité à soi seul une communication particulière.

14 Voir Vanessa Dottelonde-Rivoallan, Le Concours de poésie de l’Académie de l’immaculée Conception de Rouen, 1701-1789, Publications de l’université de Rouen, no 300, 2001.

15 Archives départementales de Seine-Maritime, G 1252. La supplique et les statuts portent 12 signatures dont celle d’un prêtre ; l’orthographe en est particulièrement fautive ; la cotisation annuelle n’est que de 2 sous.

16 Voir Marc Vénard, Les Confréries dans la ville de Rouen à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 2011.

17 André-Jean-Marie Hamon, Notre-Dame de France, ou Histoire du culte de la sainte Vierge en France depuis l’origine du christianisme jusqu’à nos jours, Paris, Plon, 1866, p. 542-543.

18 Jean Bedel, La Vie du révérend père Pierre Fourier dite [sic] vulgairement le père de Mataincour, réformateur et général des chanoines réguliers de la Congrégation de Nostre Sauveur et instituteur des religieuses de la Congrégation de Nostre-Dame, Paris, S. Piquet, 1645, cité dans saint Pierre Fourier, La Pastorale, l’éducation, l’Europe chrétienne, textes choisis et commentés par René Taveneaux, Paris, Ed. Messene, 1995, p. 216.

19 Notre-Dame de France, op. cit., t. VI, p. 32-33.

20 Ibid., p. 410-411.

21 Voir Annick Delfosse, La « Protectrice du Païs-Bas » Stratégies politiques et figures de la Vierge dans les Pays-Bas espagnols, Turnhout, Brepols, 2009.

22 Pierre-Ignace Chavatte, Chronique mémorial des choses mémorables par moy Pierre-Lgnace Chavatte (1657-1693) : le mémorial d’un humble tisserand lillois au Grand Siècle, Alain Lottin (éd.), Bruxelles, Commission royale d’histoire, 2010, p. 142 (j’ai modernisé l’orthographe).

23 Alain Milhou, Colomb et le messianisme hispanique, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007, p. 62-63.

24 Jean Molanus, Traité des saintes images, François Bœspflug, Olivier Christin et Benoît Tassel (éd.), Paris, Cerf, 1996, 2 vol.

25 Rouen, BM, ms 1059 (Y 69).

26 La gravure, de dimension exceptionnelle (100 cm de largeur sur 24 cm de hauteur) a été malheureusement coupée, et ainsi privée de la légende qui aurait permis d’identifier tous les personnages à partir des petites lettres qui les désignent.

27 Émile Mâle, L’Art religieux de la fin du XVIe siècle, du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1972, p. 44.

28 Pr 8, 22-35. J’ajoute qu’il est parfois difficile de distinguer une représentation de l’immaculée Conception d’une de l’Assomption. Par exemple, le tableau du peintre Dominique Prot qui se trouve dans une chapelle de Mirecourt (Vosges), donné comme une « Assomption », reproduit en couverture du livre de R. Taveneaux cité ci-dessus me paraît devoir être lu comme une Immaculée Conception ; d’autant que le commentaire dit fort bien qu’il « offre comme la synthèse de la spiritualité du curé de Mattaincourt ».

Table des illustrations

Légende Figure 39 – La Vierge couronnée, entourée par une cour céleste (gravure de Peter De Jode, d’après un dessin de Francesco Vanni), insérée dans le ms. 1059 (Y 69) de la bibliothèque municipale de Rouen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégé d’histoire, docteur d’État avec une thèse sur Réforme protestante et Réforme catholique dans la province d’Avignon au XVIe siècle. Spécialisé dans l’histoire du christianisme aux XVIe et XVIIe siècles. Professeur émérite à l’université de Paris X – Nanterre. Président d’honneur de la Société d’histoire religieuse de la France.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search