Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

IVe partie — Controverses et débats

Universitaires et religieux normands dans la controverse de la fin du xive siècle : les prolongements de l’affaire Monzon

Marielle Lamy

Texte intégral

  • 1 Les premiers éléments de cette tradition sont apparus vers 1430. Nous nous permettons de renvoyer i (...)

1Selon une certaine tradition historiographique, ancienne mais plus apologétique que critique, la doctrine dite aujourd’hui « de l’immaculée Conception » aurait été adoptée officiellement par la faculté de théologie et par l’université de Paris au lendemain d’une dispute brillamment remportée par le franciscain anglais Jean Duns Scot, donc au tout début du XIVe siècle1. En réalité, il faudra attendre la fin du XVe siècle pour que l’Université de Paris rende obligatoire pour ses membres un serment d’allégeance à cette doctrine. Un pas important dans cette direction aura toutefois été franchi dès la fin du XIVe siècle, à l’occasion de « l’affaire Monzon ».

  • 2 Voir l’introduction à ce volume : « Le culte marial entre dévotion et doctrine : de la “Fête aux No (...)

2L’enseignement de Duns Scot avait effectivement constitué un tournant, en ce que son argumentation rendait possible, en termes théologiques, une adhésion raisonnée à l’idée d’une préservation de Marie au regard du péché originel, idée que la théologie scolastique du XIIIe siècle avait communément écartée2. Des théologiens de plus en plus nombreux, franciscains d’abord puis d’appartenances diverses, se rallient à la doctrine immaculiste, tandis que d’autres fustigent les faiblesses de la démonstration scotiste et s’attachent à défendre l’opinion traditionnelle. Le ton est souvent très âpre dans les points de vue qui s’échangent alors, essentiellement dans le cadre de la quaestio scolastique qui énumère arguments positifs et négatifs avant de réfuter les uns ou les autres selon la solution adoptée. Mais il s’agit encore d’une controverse entre « spécialistes », qui ne déborde guère le cadre universitaire et qui semble d’ailleurs connaître un relatif apaisement à partir des années 1330.

  • 3 Voir LC, p. 560-561.
  • 4 Pour les poursuites engagées en 1362 contre Jean l’Eschacier et Jacques Dubois, dominicains de Châl (...)
  • 5 Ibid., no 1559, p. 495, propositions 11, 12 et 13.

3Les choses changent toutefois à partir des années 1360-1370 : d’une part, le ton se durcit à l’université où certains n’hésitent plus à user d’invectives3 ; d’autre part, des prédicateurs – dominicains —sèment le trouble parmi les fidèles en n’hésitant pas à parler en chaire de péché mortel ou même d’hérésie à propos de la célébration de la fête de la Conception de Marie4. Ces débordements sont sanctionnés mais les frères prêcheurs font peu à peu de l’opposition à la doctrine immaculiste l’étendard de la défense de l’orthodoxie. Au printemps 1387, l’un d’eux ravive le débat au cœur de l’université. Jean de Monzon, dominicain aragonais, achevait alors à Paris ses études de théologie. Pour recevoir le grade de docteur, il lui fallait faire la preuve de son aptitude en menant à bien deux exercices particuliers : une séance de questions (les « vespéries ») et une leçon inaugurale (la « résompte »). Or Jean de Monzon saisit l’occasion pour développer des propos qui furent perçus comme une provocation. Ils reflétaient d’abord dans le domaine de la métaphysique un thomisme strict, alors que la majorité des maîtres parisiens penchaient pour le nominalisme. Mais surtout, Monzon s’en prit avec virulence à la doctrine de l’immaculée Conception. Il affirma qu’il était expressément contre la foi de dire que Marie n’aurait pas contracté le péché originel. Il insista en ajoutant qu’il n’était pas plus contraire à l’Ecriture de prétendre que dix personnes auraient été exemptées du péché originel que d’attribuer ce privilège à une seule, ou encore, qu’il était davantage contre la foi de prétendre que Marie n’aurait pas eu le péché originel que de soutenir qu’elle aurait été unie à Dieu hypostatiquement5. Non seulement le dominicain espagnol heurtait la dévotion commune mais il allait jusqu’à accuser d’hérésie, de façon à peine voilée, les tenants d’une conception sans tache de Marie en déclarant que les formules qui pouvaient traduire leur opinion étaient opposées à la foi ou contraires à l’Écriture. Il ne put d’ailleurs terminer sa leçon, tiré de sa chaire au milieu d’un brouhaha indescriptible. Mais les choses ne s’arrêtèrent pas à un chahut : des poursuites furent bientôt engagées contre lui, d’abord au sein des instances universitaires, puis auprès de l’évêque de Paris et enfin à la cour pontificale d’Avignon. Sa condamnation finalement prononcée en janvier 1389 à Avignon, et étendue à tous ceux qui soutiendraient d’une manière ou d’une autre ses propositions, fut le point de départ de poursuites engagées à travers tout le royaume contre de nombreux dominicains, des plus éminents à ceux dont le nom n’a été conservé qu’en raison de ces circonstances particulières.

4C’est le rôle joué par des Normands dans cette affaire, selon des modalités variables et dans des postures parfois opposées, qui va retenir ici notre attention. Nous verrons d’abord quelle fut la participation des universitaires normands aux poursuites engagées contre Jean de Monzon et ses confrères. Nous nous intéresserons ensuite à un rebondissement particulier de l’affaire en Normandie, avec le scandale suscité par deux dominicains de Rouen et la procédure particulière dont ils furent l’objet. Nous nous attacherons enfin à un protagoniste un peu particulier de cette affaire, le Normand Jean Petit, qui n’apparaît guère dans les sources judiciaires mais qui semble avoir joué un rôle majeur de « propagandiste », contre Monzon et l’ordre dominicain et pour la faculté de théologie et la doctrine immaculiste.

Intervention des universitaires normands dans les procédures menées contre Jean de Monzon et ses partisans

5Avant d’examiner le rôle joué par les universitaires normands, il nous faut préciser les étapes de la procédure engagée contre Jean de Monzon et ses rebondissements. Dès le lendemain de sa résompte, le doyen de la faculté de théologie, Raoul Glachard, se vit contraint à la demande de nombreux auditeurs indignés de convoquer une assemblée pour revenir sur les propos qu’avait tenus le tonitruant dominicain. Loin de faire amende honorable, Monzon les revendiqua et se déclara prêt à les soutenir de nouveau. Dès lors une commission de maîtres fut mise en place et travailla à partir de notes prises par les auditeurs des vespéries et de la résompte de Monzon car ce dernier, à qui l’on avait demandé de communiquer ses cahiers, se déroba en effet à une telle injonction.

6Le travail de la commission aboutit finalement à la rédaction d’une cédule condamnant quatorze propositions de Jean de Monzon, qui fut ratifiée par la faculté de théologie lors d’une séance solennelle tenue en l’église Saint-Mathurin le 6 juillet 1387. Comme Jean de Monzon s’abstint de comparaître devant la faculté dans les trois jours pour répondre de ces accusations, comme il y était invité, l’Université transmit la liste des propositions incriminées à l’évêque de Paris, juge ordinaire en matière de foi. L’évêque Pierre d’Orgemont se serait sans doute bien passé de cette affaire embarrassante, d’autant qu’elle prenait des proportions inédites et ne mettait plus seulement en cause un nouveau docteur présomptueux mais commençait à mobiliser derrière lui l’ordre dominicain tout entier, face à une université de Paris également déterminée. Ayant épuisé tous les délais requis par la procédure, et même davantage, il dut toutefois se résoudre à prononcer sa sentence le 23 août 1387 : il était interdit à quiconque de dogmatiser, publier ou prêcher les quatorze propositions, sous peine d’excommunication ; quant à Jean de Monzon, on procéderait contre lui dans les formes prévues par le droit, dès que l’on pourrait se saisir de sa personne. Mais à cette date, le dominicain avait quitté Paris pour Avignon. Non content de se soustraire ainsi à la procédure menée contre lui, il contre-attaquait en faisant appel, dénonçant auprès du pape les menées de quelques individus qui auraient réussi à entraîner dans leur erreur la faculté de théologie et l’évêque de Paris.

  • 6 Voir, pour un premier exposé des faits, Bernard Guenée, « L’affaire Monzon », dans Entre l’Église e (...)

7Le pape Clément VII se trouvait dans une position délicate. En cette période où les premières solutions envisagées pour résoudre le schisme qui déchirait l’Eglise depuis près de dix ans avaient montré leur inefficacité, il ne pouvait se permettre de s’aliéner le soutien de l’ordre dominicain, pas plus que celui de l’Université de Paris. Le premier était depuis longtemps déjà le fidèle relais de l’autorité pontificale, et la seconde jouait un rôle politique croissant auprès du roi de France. Or l’ordre de saint Dominique mobilisait ses troupes et décidait au chapitre général de Rodez, tenu en mai 1388, de lever des fonds spéciaux pour financer le procès d’Avignon. De son côté, la faculté de théologie de Paris, citée à comparaître devant le tribunal du pape, rassemblait ses forces vives en envoyant une délégation menée par Pierre d’Ailly, régent du collège de Navarre et tombeur du chancelier Blanchard auquel il allait bientôt succéder. Après que Pierre d’Ailly eut prononcé un premier discours devant le pape qui l’avait reçu en audience, puis un second discours devant le consistoire, l’affaire fut confiée à trois cardinaux chargés d’en examiner les tenants et aboutissants avant de rendre leur sentence. Jean de Monzon s’était vu enjoindre de ne pas quitter les lieux tant que cette sentence n’aurait pas été prononcée, mais il prit finalement le parti en août 1388 de regagner l’Aragon où il pouvait bénéficier de la protection royale. Le 27 janvier 1389, les cardinaux chargés d’instruire le dossier rendaient une sentence de condamnation : déclaré contumace, Jean de Monzon fut excommunié6.

  • 7 CUP 3, no 1567, p. 506-511.

8Il est à noter que l’affaire n’avait pas été tranchée sur le fond, puisque c’est la fuite de Monzon, son défaut de présence, qui motivait l’excommunication. Rien n’était dit sur les quatorze propositions condamnées tant par la faculté de théologie que par l’évêque de Paris. Toutefois, les procurateurs de l’Université de Paris menèrent une démarche lourde de conséquences : ils obtinrent une sentence d’excommunication aggravée à l’encontre de Monzon, avec la faculté de procéder contre ses « partisans, conseillers et fauteurs7 ». Et cette sentence fut interprétée comme ayant une valeur rétroactive, ce qui ouvrit la voie à ce que l’on serait tenté d’appeler une véritable « chasse aux sorcières », dont les dominicains, une fois n’est pas coutume, furent eux-mêmes les victimes. Tous ceux d’entre eux qui avaient jusque-là soutenu ouvertement et activement la cause de Jean de Monzon furent en effet exposés à des poursuites, à Paris, à Rouen, à Nevers ou encore à Châlons, comme en témoignent les actes de procédure conservés.

  • 8 Voir Xavier de La Selle, Le Service des aines à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de Franc (...)
  • 9 Pierre d’Aillv, Sermo comm Papa Clemente VII Avenione habitus, Ellies Du Pin (éd.), dans Ioannis Ge (...)

9Des universitaires normands sont intervenus à différentes étapes de l’affaire. Un Normand, Gilles Des Champs, avait été choisi en effet comme membre de la petite délégation envoyée par l’université à Avignon après que Jean de Monzon eut fait appel auprès du pape de la sentence prononcée contre lui à Paris. Cette délégation comprenait quatre docteurs en théologie : deux moines, Pierre d’Allainville et Jean de Neuville, et deux séculiers, Pierre d’Ailly qui avait mené l’offensive contre Monzon à Paris et Gilles Des Champs. Ce dernier, fils du seigneur de Tourville, qui était aussi capitaine de Rouen, était né vers 1350. Il avait fait ses études à Paris, peut-être d’abord au collège d’Harcourt puis au collège de Navarre, où il était devenu un familier de Pierre d’Ailly. Sur les traces de ce dernier, il fit une belle carrière : déjà chanoine prébendé de Rouen, Coutances et Bayeux et conseiller du roi au moment où éclatait l’affaire Monzon, il devint chanoine de Notre-Dame de Paris en 1389 et succéda la même année à Pierre d’Ailly comme grand maître du collège de Navarre, et fut plus tard aumônier du roi (1406), évêque de Coutances (1408) et enfin cardinal8 (1411). Pour l’heure donc, il séjourna à Avignon pour soutenir la cause de l’Université et de l’évêque de Paris. Malheureusement, il semble que le principal porte-parole ait été Pierre d’Ailly lui-même ; si nous avons conservé le texte de trois discours-plaidoiries prononcés par lui9, nous n’avons rien de tel pour Gilles Des Champs.

  • 10 Voir CUP 3, no 1578, p. 530. Il deviendra évêque de Sées en 1405 ; voir Robert Gane, Le Chapitre de (...)
  • 11 Voir CUP 3, no 1568, p. 512-513 (20 janvier, 19 et 21 février 1389).
  • 12 Sur ce personnage, voir Xavier de La Selle, Le Service des âmes à la cour..., op. cit., p. 276.
  • 13 Voir CUP 3, no 1571, p. 515-517. Parmi les grands, on peut relever la présence de Louis duc de Bour (...)
  • 14 Voir Pawel Krupa, Une grave querelle. Le Maledicta dies de Jean Thomas O. P. et le Dialogus d’Ameli (...)
  • 15 Voir CUP 3, no 1572, p. 517-520. no 1576, p. 523-525. La nation « anglaise » – qui ne l’était déjà (...)
  • 16 Voir CUP 3, no 1574, p. 521 et no 1576, p. 523-525. La nation « anglaise » – qui ne l’était déjà pl (...)

10Nous retrouvons ensuite des Normands tout au long des procédures menées contre les dominicains, après que la sentence rendue à Avignon en janvier 1389 eut été reçue à Paris et que l’Université se fut assuré le soutien du roi. Certains d’entre eux jouèrent un rôle apparemment mineur, tel Pierre Beaublé, licencié in utroque jure, c’est-à-dire en droit civil et en droit canon, neveu du cardinal Jean de La Grange et proche de Louis d’Orléans, qui est mentionné comme témoin lors de la rétractation du dominicain Pierre de Chancey, le 10 octobre 138910. D’autres ont été plus actifs, au titre de leur fonction. C’est le cas notamment de Jean Manchon, originaire du diocèse de Bayeux. Bachelier en théologie en 1387, il était aussi recteur de l’Université au moment où l’affaire Monzon éclata. C’est lui qui, aussitôt la sentence d’Avignon connue, prend au nom de l’Université la décision de faire passer les frères prêcheurs après tous les autres universitaires en toutes circonstances, que ce soit dans les assemblées, les cérémonies de collation des grades, les sermons ou les processions11. C’est toujours au titre de sa fonction qu’il assiste à la rétractation du confesseur dominicain du roi, Guillaume de Vallan – lui-même sera à son tour confesseur du roi mais vingt ans plus tard, en 140912. Cette cérémonie inédite à la cour se déroula le 17 février au Louvre, dans la chambre du roi, en présence des grands, mais aussi des représentants de l’Université, en premier lieu le recteur13. Jean Manchon est encore présent lors de la première rétractation de Jean Thomas, l’un des plus éminents théologiens dominicains de l’époque14, le 21 mars à Saint-Germain-l’Auxerrois, mais pas pour la seconde, quelques jours plus tard, le 25 mars à Notre-Dame15. À cette date en effet il avait fini son mandat de recteur, remplacé dans cette charge par Robert Cardon. Mais on le retrouve néanmoins par la suite présent à d’autres rétractations, avec cette fois le titre de procurateur, de façon assez curieuse d’ailleurs : pour la rétractation d’Adam Soissons le 16 mai il est mentionné comme procurateur de la nation anglaise et pour celle de Geoffroy de Saint-Martin le 22 juin comme procurateur de la nation normande16.

  • 17 Voir Jacques Népote, Jean Golein (1325-1-103) : étude du milieu social et biographieprécédé d’une C (...)
  • 18 Voir CUP 3, no 1572, p. 517.
  • 19 Voir CUP 3, no 1576, p. 525 : « Et incontinenti post accessit ad facultatem théologie, et manus sua (...)
  • 20 Voir CUP 3, no 1577, p. 526.
  • 21 Voir CUP 3, no 1579, p. 531.

11Un autre Normand est mentionné dans plusieurs actes de procédure, Jean Golein. Celui-ci est alors déjà relativement âgé : né vers 1325, originaire du pays de Caux, il est entré chez les Carmes à Rouen puis est venu étudier à Paris. Il est attesté comme maître en théologie à partir de 136217. Il est moins connu pour sa production proprement universitaire que pour ses traductions, car il faisait partie de la petite équipe de traducteurs dont s’était entouré le roi Charles V pour « translater » et adapter en français un certain nombre de grandes œuvres. On doit notamment à Jean Golein une traduction des Institutiones et des Collationes de Jean Cassien et surtout un Traité du sacre qu’il a inséré dans une traduction du Rationale divinorum officiorum de Guillaume Durand de Mende. En 1389, il est doyen de la faculté de théologie. Il assiste le 25 mars à la seconde rétractation de Jean Thomas18 ; le 22 juin, après la rétractation de Geoffroy de Saint-Martin qui se soumet en tout à l’autorité de l’Université, il reçoit au nom de la faculté de théologie ses excuses – le dominicain avait attribué la condamnation de Monzon à « quatre stupides maîtres en théologie19 » ; il est encore présent le 20 août pour la rétractation de Jean Adam avec un autre docteur en théologie20 et les 8 et 11 septembre pour la rétractation de Jean Nicolas21.

  • 22 Voir Vincent de Beauvais, Spéculum maioris, t. IV : Speculum historiale, Douai, 1624, l. XXIX, c. 9 (...)
  • 23 Voir François Martin, Compendium veritatis immaculatae conceptionis Virginis Mariae, Pedro de Alva (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Voir Thomas Kaeppeli, Sciptores Ordinis praedicato um medii Aevi, vol. I, Rome, 1970, s. vo. « Bern (...)
  • 26 Voir Thomas F. Coffey et Terrence J. McGovern (dir.), A Middle French Translation of Bernard Gui’s (...)
  • 27 Jean Vital, Defensorium heatae Virginis Mariae, dans Monumenta antique seraphica pro Immaculate Con (...)

12Que penser de cette participation des Normands aux poursuites engagées contre les confrères de Monzon ? Elle pouvait tenir dans une certaine mesure aux fonctions exercées au moment où l’affaire s’était déclarée, les Normands étant toujours largement représentés dans les différentes instances universitaires parisiennes. Mais il y entre peut-être aussi une part de « militantisme » en faveur de la doctrine de l’immaculée Conception : les Normands possédaient en effet une sensibilité particulière à cet égard, à l’instar de religieux tels que les franciscains ou les carmes. Dans la plupart des cas cela reste une simple supposition, faute d’indications suffisantes dans les textes, mais en ce qui concerne Jean Golein – qui était à la fois normand et carme – il semble qu’il ait été de longue date un ardent défenseur de l’immaculée Conception. On peut notamment retenir le témoignage de François Martin, un autre carme qui fut son élève et qui composa au lendemain de l’affaire Monzon un volumineux traité en faveur de la doctrine immaculiste. Il y indique que Jean Golein, dans un sermon ad clerum prêché chez les frères mineurs vingt-cinq ans auparavant, en 1364, avait pris appui sur un récit de miracle en faveur de la conception sans tache de Marie. Il s’agit en réalité du remaniement d’un récit présenté par le dominicain Vincent de Beauvais dans son Speculum historiale mais déjà largement diffusé par la tradition. Il mettait en scène une dispute entre Dominique et les hérétiques albigeois, où l’on recourut à l’épreuve du feu pour départager leurs opinions contradictoires : le livret dans lequel avaient été notés les propos des hérétiques fut immédiatement consumé, tandis que celui de Dominique fut par trois fois rejeté intact hors des flammes22. Mais en reprenant ce récit assez connu, Jean Golein y avait apporté une transformation notable, puisque selon lui c’était parmi d’autres une proposition favorable à la conception sans tache de Marie que Dominique aurait consignée dans son livret épargné par le feu. L’argument aurait même joué un rôle essentiel dans la controverse avec les hérétiques albigeois : ces derniers auraient affirmé que puisque le premier Adam avait été formé d’une terre vierge, immaculée, le Nouvel Adam rédempteur du genre humain devait l’être aussi, ce qui n’était pas le cas du Christ, né d’une femme souillée par le péché originel ; à quoi Dominique aurait répondu que le Christ était bien celui qui devait venir, né d’une vierge sans tache, indemne du péché originel puisque dans le Cantique des cantiques l’Esprit Saint fait dire à Salomon, à son propos : « Tu es toute belle, mon amie, et il n’y a en toi aucune tache23 » (Ct 4, 7). Cette « récupération » de la figure de leur fondateur devait évidemment être assez peu au goût des dominicains, et comble du paradoxe, à en croire François Martin le récit de miracle ainsi remanié aurait été inséré par Jean Golein dans la traduction commandée par Charles V « d’une certaine Chronique du Roi de France24 », à savoir l’ouvrage de l’inquisiteur et historien dominicain Bernard Gui intitulé Regesfrancorum et faisant partie d’un ensemble d’opuscules historiques du même auteur dont Jean Golein acheva la traduction pour le roi en 136925. Il faut noter toutefois qu’on ne trouve pas dans ce recueil traduit le récit de miracle sous la forme évoquée par François Martin26 ; ce dernier d’ailleurs ne dit pas avoir lu mais entendu le miracle raconté par Jean Golein et utilisé par lui comme exemptum dans le contexte particulier d’une prédication. Le récit de miracle remanié connut pourtant un certain succès, puisque le franciscain Jean Vital en fait mention dans un traité contemporain de celui de François Martin et également dédié à la défense de l’immaculée Conception. On y apprend même que ce « miracle falsifié » aurait été dénoncé par Jean de Monzon lors de sa résompte27 !

  • 28 Voir Richard Plainer, « Jean Golein’s Festes nouvelles : a Caxton Sources », Medium Aevum, no 55,19 (...)

13Jean Golein a également été identifié comme l’auteur d’une série de « Festes nouvelles » ajoutées à la Légende dorée, la traduction française donnée par Jean de Vignay de la grande compilation hagiographique du dominicain Jacques de Voragine. Pour un certain nombre de ces nouvelles solennités (une quarantaine), il s’agit de notices que Jean Golein a lui-même traduites, et tirées notamment du Spéculum historiale de Vincent de Beauvais. Mais d’autres chapitres semblent inédits, parmi lesquels le troisième qui concerne justement la Conception de Marie28.

14Jean Golein serait devenu ainsi, à partir de son activité de traducteur conçue selon les usages de l’époque assez librement, en quelque sorte un spécialiste des « retouches » de la tradition dominicaine dans un sens immaculiste.

Prolongements de l’affaire à Rouen

15Diverses sources contemporaines de l’affaire Monzon témoignent d’une extension du scandale provoqué par les dominicains dans diverses régions, ainsi que des poursuites consécutives à la sentence avignonnaise. En Normandie, nous sommes plus précisément renseignés sur un épisode qui eut pour cadre la cité de Rouen.

  • 29 Voir La Marc, Chronologia inclyta urhis Rothomagensis, à la suite de Gabriel Du Moulin, Les conques (...)

16La Chronologia inclytae urhis Rothomagensis de l’avocat rouennais La Marc signale pour l’année 1387 une prédication publique de Jean de Monzon à Rouen qui aurait semé le trouble29. Le fait semble peu avéré – aucune autre source que celle-ci, bien tardive, n’en fait mention –, mais ceci résulte sans doute d’une confusion avec la prédication à Rouen d’un ou deux autres dominicains qui fut effectivement source de scandale.

17L’épisode est évoqué par deux chroniqueurs parisiens bien connus, Jean Juvénal des Ursins et le Religieux de Saint-Denis, et a pour point de départ un sermon au peuple prêché par un dominicain, sermon qui aurait tourné à sa confusion. Le prédicateur s’était en effet par avance vanté de prouver à ses auditeurs la conception de Marie dans le péché originel, déclarant qu’il voulait bien être appelé « huet » s’il n’y parvenait pas. Or sa démonstration fut jugée peu convaincante, mais il y gagna un surnom désobligeant dont ses confrères furent eux aussi bientôt affligés, à en croire Jean Juvénal Des Ursins :

  • 30 Jean Juvénal Des Ursins, Histoire de Charles VI, roy de France, Joseph-François Michaud et Jean-Jos (...)

Et à Roüen, y eut un autre docteur en théologie, qui prescha publiquement, comme avoit fait l’autre [Monzon], et estoit dudit ordre ; et en preschant dit, que s’il ne le sçavoit monstrer, qu’il vouloit qu’on l’appelast Huet. Et au contempt de ce, quand on voyait aucuns de ladite religion, on les appelloit Huets, et mesmement les jeunes enfans de l’Universite le crioient à haute voix, quand ils les voyoient30

  • 31 Voir Chronique du Religieux de Saint-Denis [Michel Pintoin] contenant le règne de Charles VI, Louis (...)

18À en croire Michel Pintoin, auteur de la chronique du règne de Charles VI rédigée à Saint-Denis, ce terme de « Huet » était une désignation populaire du démon auquel on attribuait des turbulences inhabituelles dans les airs31. L’identité du prédicateur imprudent ne nous est révélée par aucun des deux chroniqueurs, mais on peut la déduire d’autres documents.

  • 32 Pierre Cochon (1390-1446) ne doit pas être confondu avec son homonyme Pierre Cauchon, même s’ils so (...)
  • 33 Voir Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, publiée pour la première foi (...)
  • 34 Ibid., p. 184. Sur Hugues Lenvoisie, voir Nathalie Gorochov, Le Collège de Navarre..., op. cit., p. (...)
  • 35 Chronique normande..., op. cit., p. 185.

19Au printemps 1389, le roi Charles VI vint en effet passer quelques jours à Rouen. Dans sa Chronique normande, Pierre Cochon32 évoque ce bref séjour du roi dans la cité normande, en précisant qu’il était accompagné de quelques grands personnages : « Et vint le roy à Rouen en Karesme, joedi après Reminescere jusques au joedi après Laetare ensuiant, et fu acompaingié d’un cardinal légat, la fame au duc d’Anjou et ses.ij. filz, le compte de Saint-Pol, Pierre de Navarre et autres33. » Et d’enchaîner : « Or, parleron de la punission des jacobins. » Pierre Cochon raconte alors que le doyen du chapitre cathédral de Rouen, Hugues Lenvoisie, saisit l’occasion de cette visite pour dénoncer dans un sermon prêché devant le roi les erreurs des Jacobins, qui « commenchoient a metre le peuple en grant erreur contre la foy34 ». Le doyen désignait deux principaux coupables, frère Richard Marie et frère Raoul Morel. La Chronique normande ne précise pas sur quels points de doctrine portaient leurs erreurs, mais elle indique un peu plus loin : « et les huet on aval la ville, et les appellet l’en les hués35 », ce qui invite évidemment à faire le lien avec l’épisode rapporté par Juvénal Des Ursins et le religieux de Saint-Denis.

  • 36 Voir CUP 3, no 1621, p. 563 : pièce évoquant un conseil ayant réuni à Vincennes autour de Charles V (...)
  • 37 Voir Charles Du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus qui ah initio duodecimi (...)

20Le cardinal qui accompagnait le roi était Pierre de Thury, un juriste déjà proche du roi Charles V et qui avait appuyé la reconnaissance par celui-ci de Clément VII comme pape légitime36 ; devenu évêque de Maillezais en 1382, il avait été fait cardinal du titre de Sainte-Suzanne en juillet 1385 puis nommé légat pontifical. Par un acte daté du 25 mars 1389, il confie à Matthieu Anquetil, recteur de l’église paroissiale de Sassetot-le-Mauconduyt et docteur en droit canon, la tâche de procéder contre frère Raoul Morel et frère Richard Marie. Après avoir déploré l’imprudence et l’impudence de ceux qui disputaient entre eux de la conception de la Vierge Marie et qui sont allés jusqu’à blasphémer, il ajoute en effet que se trouvant avec le roi à Rouen, il a entendu dire que ces deux dominicains étaient les principaux blasphémateurs qui avaient fait scandale et honteusement diffamé la bienheureuse Vierge dans leurs sermons. Ne pouvant se charger lui-même de l’affaire, le cardinal-légat ordonne donc à Matthieu Anquetil, par l’autorité apostolique dont il est revêtu, de mener l’enquête et de prononcer les sanctions appropriées37.

  • 38 Ibid., p. 137. Le chapitre cathédral de la cité normande n’avait pas attendu la sentence d’Avignon (...)
  • 39 Du Plessis d’Argentré, Collectio Judiciorum de novis erroribus..., op. cit., p. 135 (voir Annexe 3)

21La sentence portée contre frère Richard Marie fut prononcée par Matthieu Anquetil le 10 mai 1389 au palais archiépiscopal de Rouen, en présence d’un certain nombre de clercs, avocats et bourgeois, Hugues Lenvoisie étant nommé en premier parmi ces témoins38 ; elle récapitule toute la procédure. Il est d’abord fait mention de la rumeur publique qui était parvenue avec de plus en plus d’insistance aux oreilles de Matthieu d’Anquetil, et du scandale provoqué. Les bruits ainsi colportés désignaient clairement frère Richard comme complice et partisan de Jean de Monzon, dont il partageait les croyances et erreurs39. Une vingtaine de chefs d’accusation détaillés sont ensuite énumérés, dont les tout derniers sortent du cadre de notre étude puisqu’ils concernent les relations de frère Richard avec un certain Jacques de Grava, « lombard », un usurier notoire et donc en principe excommunié ipso facto.

  • 40 Ibid., p. 135 (voir Annexe 3).

22Sur les quinze chefs d’accusation relatifs à notre affaire, les sept premiers sont directement liés au procès qui a opposé l’Université de Paris à Jean de Monzon. On reproche à frère Richard d’avoir semé le doute dans les esprits en déclarant que contrairement à l’Université de Paris, celle de Toulouse avait agréé les propositions de Monzon, ou bien que Monzon avait quitté Avignon avec la permission du pape. On lui reproche également d’avoir minimisé l’autorité de la sentence portée dès 1387 par l’Université et l’évêque de Paris, en affirmant qu’il ne fallait pas dire que Monzon était hérétique tant que le pape ne se serait pas prononcé et que d’ailleurs ce dernier dirait à l’évêque de Paris qu’il avait mal jugé l’affaire. Richard Marie aurait également déclaré que même sans connaître exactement les propositions avancées par Monzon, il y souscrivait dans la mesure où elles dépendaient de la doctrine de saint Thomas. Enfin, il aurait volontiers répété à la manière d’un dicton : « Ung de nos freres d’estrange terre, fera à l’Université son pain querre40. » C’était mettre directement au défi l’Université et ses prétentions...

  • 41 Ibid., p. 136 (voir Annexe 3). Voir en écho la Chimique du Religieux de Saiut-Denys..., op. cit., l (...)

23Les huit accusations suivantes se rattachent de manière plus générale à la controverse autour de l’immaculée Conception. On reproche tout d’abord à frère Richard, comme à ses confrères exposés ailleurs à des poursuites, d’avoir tenu des propos tranchés sur une matière encore « disputable », non définie dogmatiquement. Il aurait ainsi déclaré de façon péremptoire : « Il ne se pourroit faire autrement, que la Vierge Marie ne fut conceüe comme toi et moi, et en péché originel ». Dans la foulée il avait accusé les tenants de l’opinion adverse de mal croire et d’être des menteurs, qui attribuaient à la bienheureuse Vierge Marie « de nouveaux honneurs par de nouveaux mensonges ». Le problème est que frère Richard ne s’était pas contenté de tenir de tels propos en privé, ou dans la langue latine réservée aux initiés, mais il avait prêché que le peuple devait croire à la conception de la Vierge Marie dans le péché originel et, pour mieux frapper son auditoire, auquel il s’adressait bien sûr en français, il n’avait pas craint d’user de formules et d’images triviales. De Marie il avait donc affirmé qu’« elle fut souillée, toüillée et broüillée au ventre de sa mere », précisant : « Nemplus que vous ne pourriez bouter vostre main en ung grand plain pot de gresse sans la souiller, nemplus ne fut la Vierge Marie engendrée sans souillure. » Et pour faire bonne mesure, il aurait même « indécemment et irrévérencieusement nommé avec les mots français les instruments naturels des parents de la bienheureuse Vierge Marie, par l’usage desquels elle fut engendrée ». Ici, le procès-verbal de la procédure a préféré ne pas restituer les propos dans leur version originale détaillée41 !

  • 42 Ibid., p. 137 (voir Annexe 3).

24C’est sans surprise qu’au terme de cette longue liste d’accusations, la sentence reconnaît frère Richard comme « adepte de frère Jean de Monzon, hérétique », et du fait même encourant l’excommunication ; elle le déclare coupable d’avoir « dogmatisé, prêché et semé un certain nombre de propositions fausses, erronées, insanes et malsonnantes... offensantes pour les oreilles pieuses, prononcées à l’encontre des bonnes mœurs ». Richard Marie choisit de reconnaître les faits, de ne pas récuser les témoignages recueillis, et affirma vouloir faire pénitence et se soumettre. Compte tenu de ces dispositions, du fait qu’il déclarait vouloir revenir à l’unité de l’Eglise d’un cœur sincère et qu’il reconnaissait ses erreurs, il fut admis à la pénitence dans la mesure où il les révoquerait publiquement où et quand on le lui demanderait... et prendrait à son compte les frais de la procédure42.

  • 43 Chronique normande, op. cit., p. 184.

25Du Plessis d’Argentré ne donne aucune pièce relative à une procédure similaire menée à l’encontre de Raoul Morel mais la Chronique normande de Pierre Cochon déjà citée apporte un éclairage complémentaire. A l’en croire en effet, après la prédication de Hugues de Lenvoisie dénonçant les erreurs répandues par frère Richard et frère Raoul, on alla quérir chez eux les deux dominicains qui furent gardés en prison d’abord au château puis « as prisons de l’eglise43 ». Le dimanche suivant, lors du sermon solennel de mi-Carême prêché à la cathédrale, leur excommunication fut prononcée publiquement, défense leur étant faite de prêcher ou de participer à une quelconque procession. Mais c’est après les fêtes pascales qu’ils durent se prêter à une mise en scène publique de leur pénitence. La chronique évoque d’abord le moment des Rogations, qui, selon elle, étaient célébrées de façon particulièrement festive à Rouen :

  • 44 Ibid., p. 185. Pâques tombait cette année-là le 18 avril et les Rogations célébrées durant les troi (...)

Et, pour ce que, en la dicte ville de Rouen, a prossescionz lundi, mardi, merquedi avant Rouvesons, les plus solempnelles du royaume, et a à chascun de ces trois jours, preschement solempnel, le premier a Saint-Elloy, le second a Saint-Gerves, le tiers a Sainte-Katheline, et pour ce, fu fait.j. escharfaut postatife en maniéré de Caere a preschier, qui fu portée a icez trois preschemens, et les.ij. devant diz Morel et Marie mis en celle Caere, avec.j. roulle de lonc de deux aines environ, où toutez leur malveses erreurs estoient escriptez, et là lez luisoient devant tout le peuple, et disoient que faussement et malvesement il avoient dit et maintenu, et mis le peuple en grant erreur44.

  • 45 Ibid., p. 186.

26C’est donc une chaire qui fut l’instrument de leur pénitence, puisque c’est d’abord du haut de la chaire qu’ils avaient répandu leurs erreurs et suscité le scandale. Ensuite, « pour miex enfourmer la chose » aux dires de l’auteur, la même cérémonie fut répétée mais cette fois à l’intention du clergé, lors du synode de Pentecôte. L’auteur conclut toutefois l’épisode en relativisant les avanies subies à Rouen par les frères prêcheurs, en comparaison de ce qui leur fut infligé ailleurs : « Et, se il ourent à Rouen beaucoup de villanie, encore en urent il plus.x. fois a Paris et as autres bonnes villes45. »

Un témoin particulier : Jean Petit

  • 46 Voir Bernard Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans (23 novembre moi), Pari (...)

27Plus connu pour son Apologie du tyrannicide visant à justifier l’assassinat du duc d’Orléans par les hommes du duc de Bourgogne46 que pour sa défense de l’immaculée Conception, Jean Petit est un Normand du pays de Caux, né au début des années 1360. Il fit ses études à Paris, où il avait dès 1385 le grade de maître ès arts. En 1387, tout en enseignant à la faculté des arts il entreprend des études de théologie qui le mèneront au doctorat en 1402. Apparemment il ne fut pas directement impliqué dans l’affaire Monzon, car il n’est jamais cité dans les actes de procédure. Mais en réalité il joua un rôle non négligeable de « propagandiste », pour l’Université et contre les prêcheurs. A cet égard deux manuscrits conservés ont pour nous un intérêt particulier : le manuscrit français 12470 de la Bibliothèque nationale de France et le manuscrit latin 870 du fonds de la Reine Christine au Vatican.

  • 47 Paris, BNF, ms. fr. 12470, fos 5 vo-31 ro. Quelques extraits en sont donnés par Allred Coville, Jea (...)
  • 48 Paris, BNF, ms. fr. 12470, f° 31 ro. Petit..., op. cit. p. 12 ; Paris, BNF, ms. fr. 12470, f° 5 vo.
  • 49 Voir A. Coville, Jean
  • 50 Voir Bernard de Clairvaux, « In Annuntiatione dominica sermo primus », dans Sancti Bernardi Opera, (...)
  • 51 Jean Vital, Sermo de Conceptione beatae Mariae Virginis, dans Ioannis Gersoni Opera omnia, Ellies D (...)
  • 52 Jean Vital, Defensorium beatae Virginis Mariae, dans Monumenta antigua seraphica pro Immaculata Con (...)
  • 53 Pseudo-Anselme, Sermo de conceptione beatae Mariae [Epistola veneranda] (PL 159, col. 319-324). Voi (...)
  • 54 Paris, BNF, ms. fr. 12470, fos 19 ro-20 ro.

28Le manuscrit parisien contient cinq poèmes de Jean Petit : le premier est une complainte de l’Eglise liée à la crise du Grand Schisme et les quatrième et cinquième sont hagiographiques, mais les deuxième et troisième se rapportent en tout ou partie à l’affaire Monzon et à la Conception de Marie. La première de ces deux pièces est une « Disputoison des pastourelles47 » de 1856 vers se terminant ainsi : « En ycelle année les proposicions maistre Jehan de Montson furent condempnées par l’Université de Paris, qu’il avoit mise en la matière de la Conception de la Mère de Dieu48. » Le poème adopte le schéma d’un songe : l’auteur se voit transporté au petit matin près d’un bois, le jour de la Conception de Marie. Alors qu’il dit les matines de la Vierge, il entend chanter près de la rivière. Il s’agit d’« une amoureuse compaingnie /de neuf vierges de noble arroy /pastourelles sans villennie /qui illeuc gardoient aigneaux /en faisant belles chansonnettes /balades, virelais, rondeaux / et moult autres dits d’amourettes » en l’honneur de la Conception de Marie ; mais ces chants suscitent la rage de « neuf laides vieilles et froncies /qui de l’autre part du rivage /gardoient chievres esbahies » et qui ne veulent pas de cette fête puisque Marie aurait été engendrée « en originel vice49 ». La dispute est portée devant le juge : au schéma du songe se combine alors celui d’un « procès de paradis », dont Bernard de Clairvaux pourrait avoir été l’initiateur avec son premier sermon pour l’Annonciation50. Mais alors que dans ce dernier l’allégorie n’opposait entre elles que des vertus, justice et vérité contre miséricorde et paix, l’approche est ici ouvertement manichéenne : à Soupçonnée d’hérésie, Litigieuse, Superfluité, Faulse Entente, Mathesis Faulse, Fainte Loy, Faulse Pœtrie, Sophistrie et Outrecuidance font face Sainte Théologie, Raison la Saige, Auctorité, Loy Canonique, Loi Civile, Mathématique, Poétrie la Doulce, Foy et Charité. Le procès lui-même emprunte ici à la structure d’une quaestio scolastique : les vieilles parlent d’abord, puis les vierges, Sainte Théologie reprend ensuite les arguments des vieilles en les réfutant et le juge rend sa sentence, évidemment favorable aux vierges. Ce texte de Jean Petit n’est guère original, hormis la forme poétique : il s’inspire très largement du sermon Tota pulchra es qui fut parfois attribué à Jean Gerson et se trouve édité parmi ses œuvres51, mais qui est du franciscain espagnol Jean Vital, également auteur d’un volumineux Defensorium beatae Mariae Virginis rédigé pour confondre Jean de Monzon et promouvoir la doctrine de l’immaculée Conception52. Une partie du sermon de Jean Vital est constituée par un procès en allégorie, entre huit figures négatives et huit figures positives, dont certains noms ont été repris par Jean Petit. On peut noter toutefois certaines spécificités du texte de notre auteur normand. Chez lui, c’est moins la doctrine que la pratique qui se trouve placée au premier plan de la discussion et à la fin de chaque prise de parole, comme un refrain, revient l’affirmation qu’on doit – ou ne doit pas – célébrer la fête de la Conception. En outre, l’élément miraculeux se voit accorder une certaine importance, avec l’évocation de trois miracles « classiques » dès le XIIe siècle dans les milieux normands favorables à la fête et qui ont circulé ensemble dans une pseudo-lettre de saint Anselme de Canterbury53. La « légende d’Helsin » était le plus fameux de ces trois miracles, mais elle se présente ici sous une forme particulière puisque contrairement au récit primitif, Guillaume duc de Normandie est présenté comme celui qui institue la fête de la Conception, suite à la révélation reçue par Helsin, l’abbé anglais de Ramsay54.

29Un petit office de la Conception, composé en latin et rimé, suit dans le manuscrit parisien la Disputoison des Pastourelles, au verso du folio 31. Même s’il n’a rien d’original, il témoigne de la dévotion de son auteur.

  • 55 Paris, BNF, ms. fr. 12470, fos 32-71. Ce poème est donné presque intégralement dans Pierre Le Verdi (...)

30La pièce suivante est le « Livre du Champ d’Or à la couleur fine des trois nobles marteaux55 », en référence aux armoiries des Martel de Basqueville, protecteurs de Jean Petit, armoiries dont l’interprétation allégorique sert de support à l’évocation des vertus chevaleresques. Mais immédiatement après le prologue vient une digression de deux cents vers – sur plus de trois mille –, qui se présente de nouveau sous la forme d’un songe. Le poète s’y voit égaré dans un bois, près d’une belle clairière toute fleurie, quand soudain :

  • 56 ibid., p. 21.

Ainsi comme je ymaginoye
Concques tel chose veu n’avoie,
Hors du bois sailli un grant homme,
Qui disoit qu’il aloit a Romme.
Ce sembloit estre un grant satrappe,
Et avoit vestue la chappe
D’un Jacobin et a son son
Sembloit maistre Jehan de Montson56.

31Alors que le nouveau venu engage la conversation sur un ton aimable, le narrateur lui reproche avec vivacité de ne pas vouloir se dédire des quatorze propositions qui ont été condamnées par l’Université. La rencontre vire à la dispute, mais au lieu d’argumenter Monzon sort un grand bâton et pour éviter les coups le narrateur doit se retirer dans un enclos. C’est au lecteur qu’il va présenter les raisonnements et réfutations que Monzon a refusé d’entendre. Mais il ne retiendra pas toutes les propositions formulées par le dominicain et qui ont fait l’objet d’une censure :

Quatorze sont, sans faire y glose :
Mais exposer je n’en pourpose
Que cinq, selon m’entencion ;
Des autres ne fay mencion,
Car les autres en françoys mises
Estre ne puent, ne comprises
De gens de simple entendement
Et qui l’ont ridé aucunement.

  • 57 Ibid., p. 26-27.
  • 58 Ihid., p. 28.

32Chacune des cinq propositions est reproduite en latin, suivie de la qualification qu’en a donnée en la condamnant la faculté de théologie, en latin également, puis vient la réfutation en français par le narrateur ; les troisième, quatrième et cinquième propositions retenues sont en rapport avec la question de la conception de Marie. A la troisième : « Non omîtes homines praeter Christum contraxisse peccatum originale ah Adam est expresse contra fidem (Il est expressément contre la foi [de dire] que ce ne sont pas tous les hommes à l’exception du Christ qui ont contracté depuis Adam le péché originel) », il est répondu brièvement par l’exemple d’Eve, « Qui faitte en l’estat d’innocence / Fu de Dieu, le souverain pere », avant que le péché originel n’existât, ce qui ruine l’argument « Qu’aucun homme ou aucune femme / Ne feust point conceue en la tache / Originel, qui fort enlace, / Fors nostre sauveur Jhesuscrist57 ». Pour la quatrième : « Dicere heatam virginem Mariam et Dei genitricem non contraxisse peccatum originale est expresse contra fidem (Dire que la bienheureuse Vierge Marie et Mère de Dieu n’a pas contracté le péché originel est expressément contre la foi) », la réponse est beaucoup plus développée. Le narrateur affirme que Marie fut exempte de tout péché, originel ou actuel, mortel ou véniel, en s’appuyant sur le verset classique tiré du Cantique des cantiques (4, 7) : « Salomon te le preuve en face, / Qui dit : toute belle es, sans tache58. » Mais il enchaîne aussitôt en mettant en avant – comme dans la Disputoison des Pastourelles – la célébration de la fête, qui serait caduque et même devrait être punie comme crime d’hérésie si Monzon avait raison :

Se tu disoies vérité,
Il faudrait par neccessité
Destruire et mettre jus la feste De sa Conception honneste.
Ainsi hérité je seroie,
Et trestouz ceux qui l’ont festaie,
Soient papes ou ducz ou rois ;
Il les fauldroit ardoir corn bois. [...]
Tu villipendes, sans doubtance,
Tous les nobles princes de France,
De Hongrie et d’Emgleterre,
Et maint autre d’estrange terre,
Et le bon duc de Normandie,
Guillaume, que je ne hay mie.

33Comme dans la Disputoison des Pastourelles encore, le duc Guillaume est ici mis au nombre de ceux qui ont adopté la célébration de la fête de la Conception tandis qu’est invoquée l’autorité de saint Anselme et des révélations divines :

  • 59 Ibid., p. 28-30.

Se regardasses la pseaulme
Et l’escript de sainct Anceaulme,
Les sainctes revelacions
Et les divines visions
Qu’en ont eu nos anciens,
Ne laissasses pour nulle riens
Que tantost ne te rapellasses,
Merci a la virge criasses59.

  • 60 Ibid., p. 50.

34Le narrateur s’appuie ensuite sur la relation qui unit Marie et Jésus : il « est son sire » mais aussi « son cher filz » et il a voulu en elle « [...] toute grace mettre, / Et la fist si noble et si haulte / Que ne lui pot donner assaulte / Pechié60... » Vient ensuite la cinquième proposition : « Tantum est contra sacrant scripturam ponere unum hominem praeter Christum, exemption a peccato oripinali sicut si de facto ponerentur decent exempti (Il est autant contraire à la Sainte Écriture de poser hormis le Christ un seul humain exempté du péché originel que de poser que dix auraient été de fait exemptés). » Le narrateur estime avoir déjà montré l’inanité de tels propos mais avance un dernier argument qui se rapporte encore à la maternité divine de Marie, envisagée ici sous son aspect d’inhabitation :

  • 61 Ibid., p. 52.

Car Jhesus, qui est si propices,
Jamais ne se feust en ses lices
Enclos ne fait sa mansion,
S’el eust en sa concepcion
Ainsi esté prise et noircie
De tel pechié et effaçie,
Car cil, qui toute ordure monde,
La créa si nette et si monde,
Qu’en son sainct corps voult habiter,
Pour tout le monde racheter61.

  • 62 Ibid., p. 55.
  • 63 Ibid., p. 21.
  • 64 Ibid., p. 33-34.

35C’en est fini ensuite de la discussion proprement théologique : le texte revient au personnage menaçant de Monzon armé de son bâton, qui finit toutefois par s’enfuir, poursuivi en vain par le narrateur qui enchaîne alors sur un rappel de la soutenance de Monzon à Paris, de l’ébahissement et de l’indignation de ses auditeurs, puis sur le refus de Monzon de comparaître et sa fuite loin de Paris, enfin sur le soutien que lui apportent « Ceulz qui la noire chappe portent, / Les Jacobins, qui sont moult fors62 ». Un des aspects frappants du texte, au-delà d’un humour efficace mais parfois un peu facile dans la caricature du dominicain aragonais, est la mise en avant de l’autorité doctrinale de la faculté de théologie et de l’Université de Paris, présentées comme le rempart de l’orthodoxie – rôle auquel prétendaient précisément les dominicains. Jean Petit déclare ainsi que les propositions de Monzon ont été condamnées « Par la saintte Université / Qui de tout scet la vérité63 » ; un peu plus loin il estime que « Nul ne eust peu trouver medicine / Contre sa grant iniquité, / Se ne feust l’Université, / Qui a la clef et la serreure / De la foy et de l’Escripture64 ».

  • 65 Voir Georges Bourgin, « Notice sur le manuscrit latin S70 de la reine Christine », dans Bibliothèqu (...)

36Le manuscrit 870 du fonds de la reine Christine au Vatican est un recueil composite constitué semble-t-il au tournant des XVe et XVIe siècles, qui rassemble des pièces dont la plupart se rapportent à la controverse de la conception de Marie, avec un intérêt spécifique pour le domaine normand – le volume appartenait au début du XVIe siècle à Robert Goullet, théologien et docteur de l’Université de Paris qui était originaire du diocèse de Coutances65. On trouve aux folios 43 vo-45 vo des poésies latines et françaises concernant les événements de 1387-1389 : il y est à la fois question de Monzon et du prédicateur rouennais qui s’attira le sobriquet de « Huet ». Ce dernier est évoqué dès le premier poème, qui passe du latin au français pour exploiter avec plus de verve que de finesse l’appellation ironique :

  • 66 Ibid., p. 549.

Teque stetisse muet melius tibi credo fuisse
Que te nommer huet par ton orgueil meruisse.
Nunquam tristaris quosciens huetando vocaris
Huron Huet Hulin dam Huet Heurtebelin ;
Hic ex te disce quantum presumpcio cecat,
Obruit atque necat
 : discensque cita resipisce66.

37Plus loin, le poète ne craint pas de prêter sa voix à Marie elle-même, qui s’exprime alors d’emblée en français, pour réclamer vengeance contre le prédicateur fautif :

  • 67 Ibid., p. 553-554.

L’ung de ces freres dit en ban
Que il monstreroit clerement
Ung sermon qu’il feist à Rouem
L’erreur de mon concepvement,
Et voulloit que s’il y avoit faulte
Que chascun l’appellast Huet.
Mes en sa grand chaire haulte Ne peut parler ne que ung muet.
Pour ce Huet l’en vous appelle,
Dont a bon droit estes huez.
Par tout semeray la nouvelle,
Se ton propos n’est remuez :
Huez trestous huans huez.
Que povez bien huer Huet,
Qui ne peult trop [estre] huez
Cil par qui venu le hu est. [...]
Je commande a l’université
Qu’a Huet face huement
Et hue hault par la cité,
Huant que frere Hue ment67.

38Ces vers ne font pas forcément honneur à la créativité et au talent poétiques de Marie, qui toutefois ne ménage pas davantage Jean de Monzon :

Je veul et ordonne que mon son
Et que ma voix soit oye
Contre maistre Jehan de Montson,
Maistre en théologie
Et contre tous les Jacobins
Qui se couvrent soulon sa baniere.

39C’est dans le même poème qu’apparaît, comme incidemment, une référence à Jean Petit :

  • 68 Ibid., p. 551-552.

Se tes erreurs vouloye dire,
Si proprement que je les ay,
Je feroye moult de gens rire.
Mes ne m’en quiers mectre en l’essay.
Sy en dirai ge ung petit,
Sans mentir et sans mectre glose.
Faulx semblant m’en donne.j. petit
Escript au livre de la Rose68.

  • 69 Voir la notice « Jean Petit » de Robert Bossuat et Françoise Féry-Hue, dans Geneviève Flasenohr et (...)
  • 70 Voir Georges Bourgin, « Notice sur le manuscrit latin 870... », art. cité, p. 548 : « Testes sunt h (...)
  • 71 Ibid., p. 552 : « Pour ce de toute nacion, / Clercs et laitz t’ont prins a haïr, / Et ceulx avecque (...)

40S’agit-il d’une auto-citation ? On n’a conservé de Jean Petit aucun ouvrage portant un titre apparenté et il n’aurait guère laissé de traces69, mais s’il a existé son auteur était évidemment des mieux placés pour en avoir connaissance, ou à tout le moins l’un de ses proches. On retrouve en tout cas dans les poésies du manuscrit 870 certains traits déjà soulignés à propos de la Disputoison des Pastourelles ou du Livre du champ d’or : l’insistance sur la preuve par les miracles, sur l’autorité d’Anselme, sur la célébration de la fête70, ou encore le ton extrêmement vindicatif contre les dominicains et la volonté de leur imposer – jusque sur le bûcher si nécessaire – une orthodoxie dont ils se seraient éloignés71.

  • 72 CUP 3, no 1557, p. 488 : « Sed altérius presto fuit responsio : “Non dubitetis, inquit. ego bene su (...)
  • 73 Pour cette réintégration voir Henri Denifle et Emile Châtelain (éd.), Chartularium Universitatis Pa (...)
  • 74 Du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus..., op. cit., p. 337.
  • 75 Il s’agit de la bulle Grave nimis, publiée en 1482 puis réitérée dans une rédaction légèrement diff (...)
  • 76 Du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus..., op. cit., p. 333. Voir pour le t (...)
  • 77 Le texte du statut de la faculté de théologie relatif à l’institution de ce serment est donné par D (...)

41Au moment de conclure, revenons un instant à l’événement qui a été au point de départ de notre étude. Au lendemain de sa résompte, Jean de Monzon aurait adressé une menace voilée aux maîtres de la faculté de théologie en affirmant que l’ordre ou l’université croulerait avant que lui-même ne se rétracte72. Or c’est finalement l’ordre dominicain qui subit de plein fouet les conséquences de l’affaire en France, vilipendé à travers tout le royaume et contraint par diverses mesures vexatoires de se retirer de l’Université de Paris jusqu’à sa réintégration en 140373. Dès lors il semble que les frères prêcheurs aient adopté un profil bas, d’autant que les idées conciliaristes et gallicanes qui l’emportèrent en France au long du XVe siècle mais qu’ils ne partageaient guère les invitaient à la prudence. Or c’est sur un nouveau coup d’éclat d’un dominicain en Normandie, relatif à la conception de Marie, que s’achève le siècle. Jean Le Ver, maître en théologie et docteur de la faculté de Paris, dominicain du couvent de Rouen, se trouvait à Dieppe le 8 décembre 1496 et les propos qu’il tint en chaire ce jour-là firent scandale à Dieppe, à Rouen et ailleurs. Saisie de l’affaire, la faculté de théologie lui demanda de se rétracter ; comme, loin d’acquiescer, il en appelait à la cour de Rome, on l’emprisonna ; il en appela alors au Parlement de Paris, mais plutôt embarrassée cette cour après avoir tergiversé remit l’affaire à la faculté... Finalement, Jean Le Ver se soumit et consentit à rétracter le 18 septembre 1497 les trois propositions que l’on avait tirées de son sermon pour les condamner. Celles-ci sont loin d’égaler, si l’on peut dire, celles de Jean de Monzon ou de Richard Marie. Jean le Ver avait déclaré que Marie fut purgée du péché originel ; il s’était demandé comment Marie aurait pu réciter le Notre Père et dire « Remets-nous nos dettes » sans déterminer par le fait même la question ; enfin il avait affirmé que les tenants d’une conception de Marie dans le péché originel ne péchaient pas mortellement ni n’étaient hérétiques, mais que c’étaient ceux qui portaient contre eux de telles accusations qui étaient excommuniés selon une bulle du pape Sixte IV74. De tels propos illustrent une position plus défensive qu’offensive, et le texte pontifical invoqué pouvait soutenir la troisième proposition75. Mais le contexte n’était pas favorable aux compromis : les actes du concile de Bâle avaient été reçus dans la France gallicane comme valides, en particulier le décret du 17 septembre 1439 définissant le dogme de l’immaculée Conception et instituant la célébration de la conception de Marie le 8 décembre comme une fête universelle dotée d’un office propre. Pour la faculté de théologie de Paris, il s’agissait désormais d’une vérité de foi qui n’était plus discutable76. Et pour prévenir toute nouvelle velléité de controverse, avant même que la procédure entamée contre Jean Le Ver eût atteint son terme, la faculté de théologie parisienne institua un serment d’adhésion à la doctrine de l’immaculée Conception que devraient prêter désormais tous ses membres. A la fin du mois d’août 1497, cent douze docteurs de la faculté de théologie s’étaient solennellement acquittés de cette nouvelle obligation77. On peut noter que le manuscrit 870 de la reine Christine que nous avons évoqué à propos de Jean Petit contient, à côté des poésies latines et françaises se rapportant à l’affaire Monzon, de nombreuses pièces de procédure relatives tant à cette affaire qu’à la condamnation de Jean Le Ver : il témoigne du rapprochement fait entre ces deux épisodes séparés par un peu plus d’un siècle, le second apparaissant comme l’épilogue d’une longue controverse à laquelle les Normands ont pris, dans le camp opposé à l’immaculée Conception comme dans le camp favorable, une part importante.

Annexes

Annexes

Saint Dominique partisan de l’immaculée Conception ? Un récit de miracle remanié

Annexe 1

François Martin, Compendium ueritatis immaculatae conceptionis Virginis Mariae, Pedro de Alva y Astorga (éd.), dans Monumenta antiqua Immaculatae Conceptionis sacratissimae Virginis Mariae ex novem authoribus antiquis, Louvain, 1664, P-143-144.

Secundo, quod Ecclesia militans approbat Virginem Mariam non fuisse conceptam in peccato originali, patere potest ex Ecclesiae favore, quia maiorem dat favorem huic parti negativae quam parti affrmitivae ; imo pro sua defensione hac veritate utitur Ecclesia, sicut alias usus fuit sanctus Dominicus pro Ecclesiae defensione, quam miruculo confrmavit, ut in Ecclesia praedicatur, legitur et ostenditur. Unde legitur in quadam Chronica Regis Franciae, quam venerabilis quidam magister in sacra pagina, vocatus magister Joannes Gollen ordinis beatae Dei genitricis Virginis Mariae de monte Carmeli, transtulit de latino in gallicum ad requisitionem regis Franciae Caroli, quam chronicam alias ego audivi dum scholaris fui in dicto studio, in sermone quem dictus magister fecit ad clerum in domo fratrum minorum, anno Domini millesimo trecentesimo sexagesimo quarto : in dicto loco et studio et tempore quo error erat Albigensium in civitate Tolosana, fuerunt plures abbates viri magni contra eos, dicebant enim isti très errores inter caeteros. Primus error erat, quod Jesus qui dicitur Christus non erat ille qui iam venit, qui debebat redimere genus humanum. Secundus error fuit quod hostia consecrata non continebat verum corpus Christi. Tertius error erat quod sicut Adam fueratformatus in agro Damasceno ex limo mundo et non maculato, sic ille qui debebat redimere genus humanum debebat nasci de virgine non maculata, sed quia haec virgo fuerat maculata per culpam originalem igitur non erat ille qui debebat mundum redimere natus ex tali virgine. Et tempore illo ad confutandum illorum errorem venit sanctus Dominicus de partibus Hispaniae, qui ordinem fratrumpradicatorum incœpit, et arguit contra illos, fecitque quemdam libellum de corpore Christi, in quo ostendit quod hostia consecrata continebat verum corpus Christi illius, qui redemit genus humanum. Et dicebat contra eos quod Christus natus fuit ex virgine immaculata. Et ipsi Albigenses dicebant quod non contra eum, eo quod illa virgo fuit concepta in peccato originali. Et dictus sanctus Dominicus in eodem libello respondit quod non est verum quod dicunt ipsi, quoniam ista virgo est illa de qua Spiritus sanctus per Salomonem ait : « Tota pulchra es amica mea et macula non est in te », quia si macula fuisset pro tunc, non fuisset vera illa auctoritas. Tandem venerunt ad miracula, quod ipse proiiceret librum in quemdam furnum ardentem, et si ibi non combureretur, crederent dictis suis. Et B. Dominicus proiecit eum in furnum ardentem, tandem liber inexustus exivit.

Annexe 2

Jean Vital, Defensorium beatae Virginis Mariae, Pedro de Alva y Astorga (éd.), dans Monumenta antiqua seraphica pro Immaculata Conceptione Virginis Mariae, Louvain, 1665, p. 152.

Beatus Dominicus Ordinis Praedicatorum ab Osomensi urbe Hispaniae in albigeas pestes veniens, in libro quem fecit de corpore Christi, contra haereticos Albigensium, protestatur quod sicut primus Adam fuit in agro damasceno de terra virginea et immaculata formatus, ita secundus Adam, id est Christus, de matre virgine et immaculata incarnatus, per illud Cant. 4° cap. : Tota pulchra es amica mea, etc., de quo libro notat Vincentius in Speculo, sub gestis eius : qui liber coram haereticis ter in fornacem ardentem proiectus, ter illaesus exivit [...]. Ad hoc dicit Joannes de Montesono in resumpta quod haec historia falsa est nec unquam B. Dominicus huius opinionis fuit.

Le procès de dominicains normands

Annexe 3

Sentence portée contre Richard Marie en 1389 (extraits), dans Charles Du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus qui ab initio duodecimi seculi [...] usque ad annum 1632 in Ecclesia proscripti sunt et notati, t. I-II, Paris, 1728, p. 135-138 (passim) : Universis praesentes litteras inspecturis Matthaeus Anquetil Decretorum doctor, rector Ecclesiae parrochialis de Sassetot la Mauconduyt, Rothomagensis diœcesis, judex seu commissarius in hac parte auctoritate Apostolica spécialiter deputatus, salutem in Domino. Notum facimus quod, cum ex off cio per promotorem seu procuratorem curiae ad hoc deputatum, fama publica ad nos saepe et saepius cum gravissimo scandalo referente contra fratrem Richardum Mariae presbyterum Ord. ff. Praedic. conventus Rothomagensis, fuisset propositum, quod ipse fuerat, erat et est fautor, complex et adhaerens fratris J. de Monteson ejusdem ordinis, credens ipsius opiniones, propositiones et errores. [...] Item, quod dictus reus pluries dixit et recitavit in favorem dicti de Monteson, quod ipse audiverat dici, quod Universitas Tolosana approbabat conclusiones positas per dictum Johannem de Monteson. Item, quod ipse F. Richardus dixit, quod dictus Joan, de Monteson non debebat dici haereticus, quousque esset per dominum nostrum papam condenmatus. Item ad excusationem ejusdem de Monteson ipse f rater Richardus recitavit, quod ipse audiverat dici quod dictus de Monteson recesserat a curia de licentia domini nostri papae. Item, quod licet, ut ipse dicebat, ignoraret specialiter et sigillatim conclusiones illius de Monteson, tamen ipse adhaerebat eidem quoad illas propositiones, quae dicebantur dependere a doctrina S. Thomae de Aquino. Item quodpraecipitando sententiam domini nostri papae, ipse F. Richardus indubitanter asseruit, quod dominus noster papa diceret reverendo in Christo patri episcopo parisiensi, quod ipse male judicaverat contra praedictum fratrem Johannem de Monteson. Item, quod postquam fuit inceptum litigium Avinioni inter praedictum dominum episcopum et universitatem parisiensem ex una, et dictum de Monteson parte ex altera, ipse F. Richardus dixit sic : Nous avons pour nous. Item quod ipse F. Richardus in detestationem universitatisparisietisis recitavit istud dictum : Ung de nos freres d’estrange terre, fera à l’Université son pain querre. [...] Item, quod ipse pluries dixit, quod qui credit quod beata Virgo Maria non fuerit concepta in peccato originali, male credit. Item, quod dictus frater Richardus in générali dixit, quod omnes illi qui dicunt quod beata virgo Maria non fuit concepta in peccato originali, mentiuntur. Item, quod ipse F. Richardus dixit de beata virgine Maria : Elle fut souillée, touillée et brouillée au ventre de sa mère. Item, quod ipse F. Richardus impudice et irreverenter verbis gallicis nominavit instrumenta naturalia parentum beatae Mariae virginis, quibus mediantibus beata Virgo Maria fuit genita. Item, quod ipse F. Richardus per exemplum familiare voluit ostendere quod beata virgo Maria fuit concepta in peccato originali, sic dicendo : Nemplus que vous ne pourriez bouter vostre main en ung grand plain pot de gresse sans la souiller, nemplus ne fut la Vierge Marie engendrée sans souilleure. Item, quod ipse frater Richardus pluries dixit et asseruit, quod per dicta illius de Bonaventura apparet, quod dicere quod beata Virgo Maria non fuerit concepta in peccato originali est attribuere beatae Mariae Virgini novos honores per nova mendacia. [...] In nomine Domini, amen. Cognito de causa inquisitionis, fama publica, cum gravissimo scandalo, referente coram nobis ex officio nostro pendente, contra F. Richardum Mariae Ord. S. Dominici, visis confessionibus per ipsum Richardum Mariae coram nobis et connnissariis nostris factis et emissis, ac etiam visis informationibus diligenter factis super his, super quibus dictus F. Richardus Mariae erat et est publice dijfamatus [...] : pronunciamus, decernimus et declaramus dictum fratrem Richardum Mariae fuisse adhaerentem F. Johannis de Montson haeretici praedicti Ordinis, ac alias quamplurima falsa, erronea, insana et male sonantia dogmata praesumptuose asserta, piarum aurium offensiva, contra bonos mores prolocuta dogmatisasse, praedicasse et seminasse. [...] Verum quia, ut asserit, ad unitatem Ecclesiae vero corde vult reverti, errores suos agnoscere,

ipsosque publice revocare acpœnitentiam salutarem recipere etperagere sibi per nos injungendam, cum Ecclesia non claudat gremium redeunti, ipsum ad pœnitentiam admittimus, ac ad revocandum publice totiens, quotiens et ubicumque nobis placuerit omnia quae per ipsum fuerunt contra sanam doctrinam aut aliter male proloquuta, et in expensis hujus causae ipsum F. Richarchum condenmamus in his scriptis, residuum pœnitentiae sibi injungendae nobis aut superiori nostro reservantes. Actum et datum Rothomagi, videlicet in palatio Manerii Archiepiscopalis Rothomagensis, anno Domini millesmo trecentesimo octogesimo nono, die décima mensis Maii, indictione duodecima, pontificatus sanctissimi in Christo patris et domini nostri domini Clementis summa Dei providentia papae septimi, anno undecimo, praesentibus ad haec venerabilibus et circumspectis viris Hugone Lenvoisiae sacrae theologiae professore, decano Ecclesiae Rothomagensis, Guidone Coquelin officiali Rothomagensi, Thoma Taur canonico dictae Ecclesiae Rothomagensis, Johanne de Luont Decretorum doctore, Richardo Postelli, Perambardo et Machecrier, Joanne Boisselli dictae curiae Rothomagensis advocatis, Johanne Pitemen, Jourdano Piedehuche, Guerondo Naguet, burgensibus Rothomagensibus, cum pluribus aliis testibus adpraemissa vocatis specialiter et rogatis. Tenor autem commissionis nostrae talis est. Petrus miseratione divina etc. sanctae Susannae sacrosanctae romanae Ecclesiae presbyter cardinalis, Apostolicae Sedis nuncius ad regem Franciae cum plenaria potestate legati de latere in certis provinciis destinatus, dilecto nostro Matthaeo Anquetil rectori parochialis Ecclesiae de Sassetot le Mauconduyt Rothomagensis diœcesis Decretorum doctori, salutem in Domino. Quoniam quidem curiosi se ipsos nescientes inter se super conceptionem beatae Dei genitricis Mariae disceptantes ipsam beatissimam Virginem danmabilibus verbis, quod dolentes referimus, blasphemarunt, inter quos prout ad nostrum, dum erga serenissimum principem dominum Carolinum regem Francorum illustrem Rothomagi existentem commissa nobis apostolica auctoritate solerter exequeremur, pervertit auditum, quod frater Radulphus Morelli et Richardus Mariae Ord. Praedic. professores, blasphematores principales existunt, qui ipsam beatissimam Virginem et hujusmodi conceptionem publice in suis sermonibus et alibi turpiter diffamaverunt, perperam vituperaverunt et nonnulla alia detestanda dogmata scandala in clero et populo generando, danmabiliter seminarian. Nos qui conniventibus oculis crimina hujusmodi sub dissimulatione absque débita correctione praeterire non valemus, prout nec debemus, cum de praesenti pluribus magnis et arduis occasione nobis apostolica auctoritate commissorum occupati negotiis circa inquisitionem criminum hujusmodi, correctionem et punitionem praedictorum Radulphi et Richardi ulterius faciendam, prout ad nostrum pertinet officium, vacare personaliter non possumus, vobis de cujus fidelitate, circumspectione et industria plenam in Domino fiduciam obtinemus, Apostolica auctoritate committimus et mandamus, quatenus ad inquisitionem hujusmodi criminum contra Radulphum et Richardum antedictos legitime descendatis, ipsos si culpabiles fuerint in praemissis, eadem auctoritate puniatis et corrigatis juxta canonicas sanctiones aut aliter prout secundum Deum vobis videbitur expedire. Contradictores per censuram ecclesiasticam, appellatione posthabita compescendo non obstantibus, si eidem Radulpho et Richardo vel quibusvis aliis communiter vel divisim a Sede Apostolica indultum existat, quod interdici suspendi vel exconunumcari non possint per litteras apostolicas, non facientes plénam et expressam ac de verbo ad verbum de indulto hujusmodi mentionem. Datum Rothomagi, octavo Kal. Aprilis, pontificatus sanctissimi in Christo patris et domini nostri dementis divina providentia papae septimi, anno undecimo.

Notes

1 Les premiers éléments de cette tradition sont apparus vers 1430. Nous nous permettons de renvoyer ici à JC, p. 382-389.

2 Voir l’introduction à ce volume : « Le culte marial entre dévotion et doctrine : de la “Fête aux Normands” à l’immaculée Conception ».

3 Voir LC, p. 560-561.

4 Pour les poursuites engagées en 1362 contre Jean l’Eschacier et Jacques Dubois, dominicains de Châlons-en-Champagne, voir Chartularium Universitatis Parisiensis, t. III [désormais abrégé en CUP 3], Paris, Henri Denifle et Emile Châtelain (éd.), 1894, no 1272, p. 99-101.

5 Ibid., no 1559, p. 495, propositions 11, 12 et 13.

6 Voir, pour un premier exposé des faits, Bernard Guenée, « L’affaire Monzon », dans Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge (partie consacrée à Pierre d’Ailly), Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1987, p. 189-201 ; Pierre Doncœur, « La condamnation de Jean de Monzon par Pierre d’Orgemont, évêque de Paris, le 25 août 1387 », Revue des questions historiques, no 82, 1907, p. 176-187. LJn certain nombre de pièces relatives à l’affaire ont été rassemblées dans le CUP 5, nos 1557-1583, p. 487-533-

7 CUP 3, no 1567, p. 506-511.

8 Voir Xavier de La Selle, Le Service des aines à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIIe au XVe siècle, Paris, Ecole des chartes, « Mémoires et documents de l’Ecole des chartes, 43 », 1995, p. 296-297 ; Nathalie Gorochov, Le Collège de Navarre de sa fondation au début du XVe siècle. Histoire de l’institution, de sa vie intellectuelle et de son recrutement, Paris, Champion, 1997, p. 606-607 ; Robert Gane, Le Chapitre de Notre-Dame de Paris au XIVe siècle. Étude sociale d’un groupe canonial, Publications de l’université de Saint-Etienne, « CERCOR, Travaux et Recherches, 11 », 1999, p. 310-311, notice no 204.

9 Pierre d’Aillv, Sermo comm Papa Clemente VII Avenione habitus, Ellies Du Pin (éd.), dans Ioannis Gersoni Opera omnia, t. 1, Anvers, 1706, col. 697-702 ; Propositio facta in consistorio per eumdem contra M. Ioannem de Montesono, ibid., col. 702-709 ; Apologia facultatis theologiae parisiensis circa damnationem Ioannis de Montesono, ibid., col. 709-722.

10 Voir CUP 3, no 1578, p. 530. Il deviendra évêque de Sées en 1405 ; voir Robert Gane, Le Chapitre de Notre-Dame..., op. cit., notice no 57, p. 281-282.

11 Voir CUP 3, no 1568, p. 512-513 (20 janvier, 19 et 21 février 1389).

12 Sur ce personnage, voir Xavier de La Selle, Le Service des âmes à la cour..., op. cit., p. 276.

13 Voir CUP 3, no 1571, p. 515-517. Parmi les grands, on peut relever la présence de Louis duc de Bourbon, Pierre de Navarre, Enguerrand de Coucy, Henri de Bar, Olivier de Clisson connétable de France – il s’agit des familiers du roi, notamment les « marmousets » dont Charles VI choisit de s’entourer lorsqu’il mit fin à la régence de ses oncles. Voir Françoise Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 189 et suiv.

14 Voir Pawel Krupa, Une grave querelle. Le Maledicta dies de Jean Thomas O. P. et le Dialogus d’Amelius de Lautrec : deux nouveaux documents pour l’histoire du conflit parisien autour de l’immaculée Conception (1387-1390), thèse soutenue à l’Angelicum, université pontificale Saint-Thomas-d’Aquin, Rome, 2007.

15 Voir CUP 3, no 1572, p. 517-520. no 1576, p. 523-525. La nation « anglaise » – qui ne l’était déjà plus guère dans la deuxième moitié du XIVe siècle, constituée des sujets d’un grand nombre d’Etats parmi lesquels Allemands et Ecossais avaient le plus de poids – avait été très désorganisée par le Grand Schisme. Il est possible que faute de ressources humaines et matérielles suffisantes, elle ait ponctuellement sollicité pour la représenter et détendre ses intérêts d’autres membres de l’Université. Le Liber procuratorum nattants anglicanae est malheureusement incomplet, passant de l’année 1382 à l’année 1392, ce qui ne permet pas d’avoir les précisions souhaitables ; voir Henri Denifle et Emile Chatelain (éd.), Chartularium Universitatis parisiensis, Paris, 1894, t. I, p. LXXII.

16 Voir CUP 3, no 1574, p. 521 et no 1576, p. 523-525. La nation « anglaise » – qui ne l’était déjà plus guère dans la deuxième moitié du XIVe siècle, constituée des sujets d’un grand nombre d’Etats parmi lesquels Allemands et Ecossais avaient le plus de poids – avait été très désorganisée par le Grand Schisme. Il est possible que faute de ressources humaines et matérielles suffisantes, elle ait ponctuellement sollicité pour la représenter et détendre ses intérêts d'autres membres de l’Université. Le Liber procuratorum nattants anglicanae est malheureusement incomplet, passant de l’année 1382 à l’année 1392, ce qui ne permet pas d’avoir les précisions souhaitables ; voir Henri Denifle et Emile Chatelain (éd.), Chartularium Universitatis parisiensis, Paris, 1894, t. I, p. LXXII.

17 Voir Jacques Népote, Jean Golein (1325-1-103) : étude du milieu social et biographieprécédé d’une Contribution à l’étude du recrutement de la faculté de théologie de l’Université de Paris dans la seconde moitié du XIVe siècle, thèse de doctorat, université de Paris IV – Sorbonne, 1976.

18 Voir CUP 3, no 1572, p. 517.

19 Voir CUP 3, no 1576, p. 525 : « Et incontinenti post accessit ad facultatem théologie, et manus sua posita in manu magistri Johannis Golain tanquam decani, cum maxima humilitate acgenuum multipliai flexione petiit veniam a facilitate théologie, quam confitebatur se specialiter offendisse, promittens se ulterius facturum quicquid eorum voluntas dictaret sen ordinaret (Et aussitôt après il vint à la faculté de théologie et avant mis sa main dans celle de maître Jean Golein, doyen, avec laplus grande humilité et de multiples génuflexions, il demanda pardon à la faculté de théologie, qu’il confessait avoir spécialement offensée, et promit qu’il ferait désormais tout ce que leur volonté dicterait et ordonnerait). » Pour ce qui est de l’offense spéciale à laquelle il est tait allusion, voir le début du texte (ibid., p. 524) : « Nam primo ductus maligno spiritu dixi, tenui et maliciose publicavi, quod quatuor fatui magistri in théologia condampnaverant proposiciones de Monte sono (’Car mené d’abord par un esprit malin j’ai dit, affirmé et proclamé avec malice que quatre stupides maîtres en théologie avaient condamné les propositions de Monzon). »

20 Voir CUP 3, no 1577, p. 526.

21 Voir CUP 3, no 1579, p. 531.

22 Voir Vincent de Beauvais, Spéculum maioris, t. IV : Speculum historiale, Douai, 1624, l. XXIX, c. 96, p. 1218.

23 Voir François Martin, Compendium veritatis immaculatae conceptionis Virginis Mariae, Pedro de Alva y Astorga (éd.), dans Monumenta antiqua Immaculatae Conceptionis sacratissimae Virginis Mariae ex novem authorihus antiquis, Louvain, 1664, p. 143-144 (voir Annexe 1).

24 Ibid.

25 Voir Thomas Kaeppeli, Sciptores Ordinis praedicato um medii Aevi, vol. I, Rome, 1970, s. vo. « Bernardus Guidonis Lemovicensis », no 618, p. 218 et Antoine Thomas, « Un manuscrit de Charles V au Vatican. Notice suivie d’une étude sur les traductions françaises de Bernard Gui », Mélanges de l’Ecole française de Rome, no 1, 1881, p. 259-283 (il s’agit du ms. Reginensi Lat. 697 de la Biblioteca Apostolica Vaticana à Rome, qui contient la chronique des rois de France aux fos 134-168).

26 Voir Thomas F. Coffey et Terrence J. McGovern (dir.), A Middle French Translation of Bernard Gui’s Shorter Historical Works by Jean Golein, Lewiston, Queenston et Lampeter, Edwin Mellen Press, 1993 : édition basée sur le manuscrit signalé à la note précédente. Le miracle qui nous intéresse est évoqué non dans l’opuscule sur Les roys de France – où l’on ne saisit pas bien d’ailleurs à quel titre il aurait figuré – mais dans l’opuscule présentant les évêques de Toulouse, à propos de l’évêque Foulque et de son action contre les hérétiques secondée par Dominique : « La plus grande disputacion fu a Montroyal en l’eveschié de Carcassonne l’an de Nostre Seigneur Mil. cc et.VII. Et la furent les devant diz champions avec Frere Pierre de Chastenuef de l’ordre de Cystiaux, légat du Saint Siege de Romme. Et estoient arbitres.II II. hommes lais, mais finablement quant il virent le miracle du livre geté au feu par.III. foiz sans ce que le feu li nuisist en riens, il furent confondus. Et.L. d’yceulz hereges se convertirent. » Comme on le voit, l’allusion est succincte et rien n’est dit sur les propositions contenues dans le livre rejeté par le feu.

27 Jean Vital, Defensorium heatae Virginis Mariae, dans Monumenta antique seraphica pro Immaculate Conceptione Virginis Mariae, Pedro de Alvay Astorga(éd.), Louvain, 1665, p. 152 (voir Annexe 2).

28 Voir Richard Plainer, « Jean Golein’s Festes nouvelles : a Caxton Sources », Medium Aevum, no 55,1986, p. 254-260.

29 Voir La Marc, Chronologia inclyta urhis Rothomagensis, à la suite de Gabriel Du Moulin, Les conquestes et les trophées des Norman-François aux royaumes de Naples et de Sicile..., chez David Du Petit Val et Jean et David Berthelin, Rouen, 1658, p. 7 : Anno 1387. Ioannes Montesonus Dominicanus Rothomagi palam concionans de conceptu divae Virginis Mariae. novas edidit rixas (« Année 1587. Jean Monzon, dominicain, prêchant publiquement à Rouen au sujet de la conception de la sainte Vierge Marie, provoqua de nouvelles querelles »).

30 Jean Juvénal Des Ursins, Histoire de Charles VI, roy de France, Joseph-François Michaud et Jean-Joseph-François Poujoulat (éd.), dans Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, Paris, Guyot frères, 1850, t. II, p. 575.

31 Voir Chronique du Religieux de Saint-Denis [Michel Pintoin] contenant le règne de Charles VI, Louis Bella guet (éd. et trad.), Paris, Imprimerie de Crapelet, 1839, t. 1, livre VIII, col. S, p. 492-494 : « Et quod detenus fuit, dum sic famam négligèrent, quidam hujus ordinisprofessor, in villa Rothomagensipredicacionem adplebem faciens etprefati magistri opinionem sustinens, heatissimam Virginem Mariam conceptual fuisse in originali peccato evidenter se probaturum spopondit sub pena vocacionis Hueti, et hic ad derisiones populum amplius excitavit. Secundum vulgalem modum loquendi, hoc nomen demoni ascrihebatur, quociens passiones aeree ultra modum seviehant solitum. Et quia promissis non satisfecit competenter, cum esset impossibile, in hrevi fama hujus stultiloqui Parisius et alibi tantum invaluit, quod hoc nomen Jacohitis aptaretur, ac uhique in parietibus et vicis publias in eorum opprobrium scriheretur. (Et pire encore, alors qu’ils négligeaient ainsi leur réputation, un religieux de cet ordre taisant une prédication au peuple dans la ville de Rouen et soutenant l’opinion du susdit maître, s’engagea à prouver avec évidence que la très bienheureuse Vierge Marie avait été conçue dans le péché originel, sous peine d’être appelé Fluet, et ainsi il poussa davantage le peuple aux moqueries. Selon la manière vulgaire de parler, ce nom était attribué au démon chaque tois que les remous de l’air étaient plus violents que d’habitude. Et comme il ne remplit pas ses promesses de manière convenable, puisque c’était impossible, en peu de temps la célébrité de ce sot parleur grandit si bien à Paris et ailleurs que ce nom était attaché aux Jacobins et que partout sur les murs et les places on le trouvait écrit pour leur honte). »

32 Pierre Cochon (1390-1446) ne doit pas être confondu avec son homonyme Pierre Cauchon, même s’ils sont contemporains et si le premier a participé comme le second au procès de Jeanne d’Arc : non pour le présider, comme l’évêque de Beauvais, mais comme simple notaire apostolique chargé de transcrire les actes de la procédure.

33 Voir Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, publiée pour la première fois, Charles de Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen, A. Le Bruinent, 1870, p. 183.

34 Ibid., p. 184. Sur Hugues Lenvoisie, voir Nathalie Gorochov, Le Collège de Navarre..., op. cit., p. 659-660.

35 Chronique normande..., op. cit., p. 185.

36 Voir CUP 3, no 1621, p. 563 : pièce évoquant un conseil ayant réuni à Vincennes autour de Charles V les grands, de nombreux évêques, abbés et docteurs le 7 mai 1379 ; les cardinaux dénoncent l’élection d’Urbain VI comme non valide. Dans la liste des participants apparaît « Petrus de Thurvaco », qui est nommé « Petrus de Tureio » dans la présentation de documents plus tardifs où il intervient comme cardinal (no 1550, p. 481 ; no 1573 p. 520 et no 1580, p. 532). Voir également Conrad Eubel, Hierarchia catholica Merlu Aevi, t. I (1198-1431), Münster, Regensbergsche Buchhandlung, 1913, p. 324 (« Petrus de Thurevo »).

37 Voir Charles Du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus qui ah initio duodecimi seculi [...] usque ad annum 1632 in Ecclesia proscripti sunt et notati, Paris, 1728, t. I-II, p. 137-138 (voir Annexe 3). Les deux dominicains en question ne semblent pas connus par ailleurs.

38 Ibid., p. 137. Le chapitre cathédral de la cité normande n’avait pas attendu la sentence d’Avignon pour imiter celui de Paris et adhérer sous la conduite de son doyen Hugues Lenvoisie à la sentence prononcée par la faculté de théologie et l’évéque de Paris contre Jean de Monzon et ceux qui le soutiendraient, comme en témoigne la délibération tenue le 16 mars 1388 (citée par l’éditeur de la Chronique normande, op. cit., p. 184, n. 1 ; voir Archives départementales de la Seine-Maritime, G 2117, Reg. capitul., 16 mars 1387 vo. s., f° 48) : « Capitul antibus dominis H. Lenvoisie decano, etc.. Domini in capitula suo congregati et capitulantes unanimiter, via spiritus sancti, adheserunt universitati Parisiensi, modo et forma quibus decanus et capitulant ecclesie Parisiensis eidem universitati adheserunt, in facto cause contra fratrem Johannem de Montesono, ordinis sancti Dominici, et ejus adhérentes et fautores, scilicet in causa fdei mota contra dictum fratem Johannem super XIIIIcim proposicionibus condempnatis, Parisius die veneris in festo Beati Bartholomei, XXIII die mensis augusti. anno Domini M0 CCCmo LXXXVII, prout plenius continetur in litteris dicte universitatis dominis decano et capitula hujus ecclesie presentatis (Avant délibéré en chapitre ces messieurs et H. Lenvoisie doyen, etc. Ces messieurs assemblés en chapitre et délibérant unanimement, sous la conduite de l’Esprit Saint, se rallièrent à l’université de Paris, selon la manière et la forme par lesquelles le doyen et le chapitre de l’Eglise de Paris s’étaient ralliés à cette université, dans l’affaire de la cause engagée contre frère Jean de Monzon, de l’ordre de saint Dominique, et contre ses partisans et soutiens, c’est-à-dire dans la cause de la toi contre ledit frère Jean apropos des 14 propositions condamnées à Paris le vendredi de la fête du bienheureux Barthélemy, le 23e jour du mois d’août, l’an du Seigneur 1387, selon ce qui est contenu plus en détail dans les lettres de ladite université présentées aux messieurs, au doyen et au chapitre de cette Eglise). »

39 Du Plessis d’Argentré, Collectio Judiciorum de novis erroribus..., op. cit., p. 135 (voir Annexe 3).

40 Ibid., p. 135 (voir Annexe 3).

41 Ibid., p. 136 (voir Annexe 3). Voir en écho la Chimique du Religieux de Saiut-Denys..., op. cit., livre IX, col. 16, p. 576-578, évoquant des propos que même les prostituées publiques auraient rougi d’entendre au sujet de la Vierge Marie.

42 Ibid., p. 137 (voir Annexe 3).

43 Chronique normande, op. cit., p. 184.

44 Ibid., p. 185. Pâques tombait cette année-là le 18 avril et les Rogations célébrées durant les trois jours précédant la fête de l’Ascension se déroulèrent donc du 24 au 26 mai. La sentence rendue par Matthieu Anquetil étant datée du 10 mai, le déroulement des faits présenté par la Chronique normande paraît dans l’ensemble plausible, avec un délai de deux semaines entre la sentence et son exécution sous la forme d’une pénitence publique solennelle.

45 Ibid., p. 186.

46 Voir Bernard Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans (23 novembre moi), Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1992, en particulier p. 189 et suiv.

47 Paris, BNF, ms. fr. 12470, fos 5 vo-31 ro. Quelques extraits en sont donnés par Allred Coville, Jean Petit. La question du tyrannicide au commencement du XVe siècle, Paris, A. Picard, 1932, p. 12 et suiv.

48 Paris, BNF, ms. fr. 12470, f° 31 ro. Petit..., op. cit. p. 12 ; Paris, BNF, ms. fr. 12470, f° 5 vo.

49 Voir A. Coville, Jean

50 Voir Bernard de Clairvaux, « In Annuntiatione dominica sermo primus », dans Sancti Bernardi Opera, vol. V : Sermones, Jean Leclercq et Henri Rochais (éd.), Rome, Editiones Cistercienses 1968, p. 13-29.

51 Jean Vital, Sermo de Conceptione beatae Mariae Virginis, dans Ioannis Gersoni Opera omnia, Ellies Du Pin (éd.), Anvers, 1706, col. 1334-1345.

52 Jean Vital, Defensorium beatae Virginis Mariae, dans Monumenta antigua seraphica pro Immaculata Conceptione Virginis Mariae, op. cit., p. 89-195.

53 Pseudo-Anselme, Sermo de conceptione beatae Mariae [Epistola veneranda] (PL 159, col. 319-324). Voir Aquilino Emmen, « Epistola pseudo-anselmiana “Conceptio veneranda” eiusque auctoritas in litteratura mediaevali de Immaculata », Virgo immaculata. Acta congressus internationalis mariologici et mariani Romae anno MCMLIV célébrati, Rome, Academia Mariana Internationalis, 1955, t. V, p. 137-150. Dans la Disputoison des Pastourelles, la lettre d’Anselme est d’abord mentionnée en note marginale, en lace du passage introduisant l’évocation des trois miracles (Paris, BNF, ms. fr. 12470, f° 18 v), puis dans le texte même lorsque certaines « preuves » sont reprises à l’appui du jugement rendu en faveur des neuf vierges : « Anceaulme le sainct docteur /Qui de la legende honnorable /De ceste teste tut acteur » (ibid., f° 30 vo).

54 Paris, BNF, ms. fr. 12470, fos 19 ro-20 ro.

55 Paris, BNF, ms. fr. 12470, fos 32-71. Ce poème est donné presque intégralement dans Pierre Le Verdier (éd.). Le Livre du Champ d’Or et autres poèmes inédits par Maître Jean le Petit, Rouen, Léon Gy, « Société rouennaise de bibliophiles, 38 », 1895.

56 ibid., p. 21.

57 Ibid., p. 26-27.

58 Ihid., p. 28.

59 Ibid., p. 28-30.

60 Ibid., p. 50.

61 Ibid., p. 52.

62 Ibid., p. 55.

63 Ibid., p. 21.

64 Ibid., p. 33-34.

65 Voir Georges Bourgin, « Notice sur le manuscrit latin S70 de la reine Christine », dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes, no 65, 1904, p. 541-556.

66 Ibid., p. 549.

67 Ibid., p. 553-554.

68 Ibid., p. 551-552.

69 Voir la notice « Jean Petit » de Robert Bossuat et Françoise Féry-Hue, dans Geneviève Flasenohr et Michel Zink (dir.), Dictionnaire des lettres françaises, le Moyen Âge, nouv. éd., Paris, Fayard-Livre de poche, 1992, p. S33-S54, qui n’en fait aucune mention.

70 Voir Georges Bourgin, « Notice sur le manuscrit latin 870... », art. cité, p. 548 : « Testes sunt horum miracula, Visio multa (En sont témoins des miracles, une grande vision) » ; p. 549 : « Non [est] illepius nec Virginis equus amator, [Qui non illius conceptus est celebrator : / Quedico. dicitbene qui docuit. bene vixit, / Prudens Anselmus devotus episcopus almus (Il n’est pas un amoureux pieux et juste de la Vierge / Celui qui ne célèbre pas la conception de celle-ci : / Ce que je dis, il l’a bien enseigné, et bien vécu, / Le prudent Anselme, dévot et bienveillant évéque). »

71 Ibid., p. 552 : « Pour ce de toute nacion, / Clercs et laitz t’ont prins a haïr, / Et ceulx avecque ton erreur / Veulent avecques toy maintenir, / Dont je leur feray tel terreur / Que en feu ce feray finir » ; et p. 556 : « Fingens sincera de Virgine dicere vera / Falsus doctor Huet fulminis igné ruet. / Hic huet elatus ad dogmata falsa paratus / Cecidit in laqueum ; pena tenebit eum (Feignant de dire à propos de la Vierge des choses sincères et vraies / Le faux docteur Huet fait tomber le feu de la foudre. / Ce huet emporté et prêt [à user de] faux dogmes / Est tombé dans le piège ; la peine le tiendra) » ; voir en parallèle Le Livre du Champ d’Or et autres poèmes..., op. cit., p. 34 : « Ainsi eust Paris tormenté, / Esbay et espoventé /Maistre Jehan de Montson le deable, /Qui n’est point trouvé a restable, / Mais s’en fuit ainsi entulé. / Bien est digne d’estre brulé » ; et p. 35 : « Mais quant la mere le tendra, / Tout vif ardoir le convendra, / Se du tout il ne se rappelle / De son heresie nouvelle. / Si le soustiennent et comfortent / Ceulz qui la noire chappe portent. »

72 CUP 3, no 1557, p. 488 : « Sed altérius presto fuit responsio : “Non dubitetis, inquit. ego bene sustinebo ista”, adjecitque eadem pene verba que prius in scolis habuerat, ultra admonens magistros, cautos fore et bene cavere quid agerent. quoniam Ordo vel eorum domus destructioni proximior erat, quam ipse revocationi (Mais aussitôt vint la réponse de l’autre : “N’en doutez pas, dit-il, je soutiendrai bien ces choses”, et il ajouta quasiment les mêmes propos qu’il avait auparavant tenus aux écoles, avertissant en outre les maîtres de se montrer prudents et de prendre garde à ce qu’ils feraient, car l’Ordre ou leur maison était plus proche de la destruction que lui-même de la rétractation). » L’auteur du long récit de l’affaire dont est tirée cette pièce, simplement désigné ici (ibid., p. 487) comme un proche de Pierre d’Ailly, a depuis été identifié : voir Gilbert Ouv, « La plus ancienne œuvre retrouvée de Jean Gerson : le brouillon inachevé d’un traité contre Juan de Monzon (13,89-1390) », Romania, no 83, 1962, p. 433-492.

73 Pour cette réintégration voir Henri Denifle et Emile Châtelain (éd.), Chartularium Universitatis Parisiensis, t. IV, Paris, 1897, no 1781, p. 56-58.

74 Du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus..., op. cit., p. 337.

75 Il s’agit de la bulle Grave nimis, publiée en 1482 puis réitérée dans une rédaction légèrement différente en 1483, qui interdisait aux protagonistes de la controverse battant alors son plein en Italie et en Allemagne de s’accuser mutuellement d’hérésie, sous peine d’excommunication. Voir Symboles et définitions de la foi catholique, Paris, Cerf, 1996 (37e éd., revue par Peter Hünermann en 1991 de l’Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum de Heinrich Denziger et traduite en français par Joseph Hoffmann), no 1426, p. 397-398, et Cherubino Sericoli, Immaculata beatae Mariae Virginis conceptio iuxta Xysti IV constitutiones, Sibenik-Rome (Bibliotheca Mariana Medii Aevi, 5), 1954.

76 Du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus..., op. cit., p. 333. Voir pour le texte de la définition Gian Domenico Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, Venise-Florence-Paris-Leipzig, 1788, t. 29, p. 183 ; ou Jean de Ségovie, Historia gestorum generalis synodi Basiliensis, Ernest Birk (éd.), dans Monumenta conciliorum generalium saeculi XV. Concilium Basileense. Scriptorum, Vienne-Bâle, 1886, t. 3, p. 364-365.

77 Le texte du statut de la faculté de théologie relatif à l’institution de ce serment est donné par Du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus..., op. cit., p. 333-334 ; adopté lors d’assemblées réunies les 3, 6 et 9 mars, il fut solennellement publié à la fin du mois d’août suivant.

Auteur

Agrégée et docteur en histoire, auteur d’une thèse intitulée L’Immaculée Conception. Étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Age (XIIe XVe siècle) (Paris, Institut d’études augustiniennes, 2000), est maître de conférences à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV), membre de l’UMR 8596 (Centre Roland-Mousnier. Histoire et civilisation). Elle étudie principalement la spiritualité des derniers siècles du Moyen Age : introduction au Sermons pour l’année de saint Bernard (Paris, Cerf, « Sources chrétiennes », 2004), travaux sur les diverses expressions de l’idéal de perfection chrétienne, sur les Vies du Christ et, plus récemment, recherches sur les écrits du religieux célestin Pierre Poquet († 1408).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search